Skip to main content

Full text of "Dictionnaire liégeois"

See other formats


A propos de ce livre 

Ceci est une copie numerique d'un ouvrage conserve depuis des generations dans les rayonnages d'une bibliotheque avant d'etre numerise avec 
precaution par Google dans le cadre d'un projet visant a permettre aux internautes de decouvrir 1' ensemble du patrimoine litteraire mondial en 
ligne. 

Ce livre etant relativement ancien, il n'est plus protege par la loi sur les droits d'auteur et appartient a present au domaine public. L' expression 
"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n' a jamais ete soumis aux droits d'auteur ou que ses droits legaux sont arrives a 
expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays a 1' autre. Les livres libres de droit sont 
autant de liens avec le passe. lis sont les temoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 
trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en marge du texte presentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 
du long chemin parcouru par 1' ouvrage depuis la maison d' edition en passant par la bibliotheque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d 'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliotheques a la numerisation des ouvrages appartenant au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles a tous. Ces livres sont en effet la propriete de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
II s'agit toutefois d'un projet couteux. Par consequent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inepuisables, nous avons pris les 
dispositions necessaires afin de prevenir les eventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requetes automatisees. 

Nous vous demandons egalement de: 

+ Ne pas utiliser les fichier s a des fins commerciales Nous avons congu le programme Google Recherche de Livres a I'usage des particuliers. 
Nous vous demandons done d' utiliser uniquement ces fichiers a des fins personnelles. lis ne sauraient en effet etre employes dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas proceder a des requetes automatisees N'envoyez aucune requete automatisee quelle qu'elle soit au systeme Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caracteres ou tout autre domaine necessitant de disposer 
d'importantes quantites de texte, n'hesitez pas a nous contacter. Nous encourageons pour la realisation de ce type de travaux 1' utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serious heureux de vous etre utile. 

+ Nepas supprimer r attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'acceder a davantage de documents par I'intermediaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la legalite Quelle que soit I'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilite de 
veiller a respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public americain, n'en deduisez pas pour autant qu'il en va de meme dans 
les autres pays. La duree legale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays a I'autre. Nous ne sommes done pas en mesure de repertorier 
les ouvrages dont I'utilisation est autorisee et ceux dont elle ne Test pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci pent etre utilise de quelque fagon que ce soit dans le monde entier. La condamnation a laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur pent etre severe. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et I'acces a un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le frangais, Google souhaite 
contribuer a promouvoir la diversite culturelle grace a Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de decouvrir le patrimoine litteraire mondial, tout en aidant les auteurs et les editeurs a elargir leur public. Vous pouvez effectuer 



des recherches en ligne dans le texte integral de cet ouvrage a I'adresse lhttp : //books .google . com 




This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 



Digitized by 



Google 



iftfrratgxif 



J 



^ W^i^y 



ytgr 



David Pat on •74 
In memory of 
William Agnew Paton 



/r /r cfAi€i/yw 



S^a^tcu^ y^./onK 



:7Je'^^ynl4i,^M/4i^, 



J^^r^i^'^Va^'. 




zed by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



DICTIONNAIRE 



LIEGEOIS-FRANGAIS 



I 



Digitized by 



GooQle 



DSfotd aux termes de la loi. 



Digitized by 



Google 



DICTIONNAIRE 



LIEGEOIS-FRANCAIS 



PAR 



H. FORIR 



CtaeYaller de POrdre Ldopold, Professcur honoraire de Malhdmaliques supC-rieures 

^ TAtb^n^e royal de Li6ge 
£x-Pr^sidcnl de la Soci^ld li^geoise de Litu^ralure wallonne. 



OJ^M 



TOME SECOND 



— Z 



LII^GE 

IMPRIHERIK ET IITHOGRAPHIE E.SEVEREYNS, ^DITEUB 
32, ne de ITInWerRlt^, 82 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



DICTIONNAIRE 



LIEGEOIS-FRANGAIS 



HAB 

■ , 8. H , buitieme lettre de Talpha- 
bet, sixieme coosonne. — On §ran Hi 
QD H capital , un H majuscule. — On 
fix \:rm\ minuscule. 

■a, 8. Hal, Tille de Belgique, dans 
la proTince du Brabant ; elle a 4,000 
habitants, et est cel^bre par Teglise de 
Notre-Dame. — Notm-Dam di Ed, Ul 
of^A JNotre-Dame de Hal, quel orage! 
(exclamation populalre). — Mi m/r de^ 
VvoHech a Notm-Dam di ffd : ma mere a 
fait vceu dialler en p&lerinage k Notre- 
Dame de Hal (i). 

■•M, 8. Perche pour retenir le foin, 
le famier sur un chariot. 

■aibaiy s. Per de moindre et mau- 
vaise qualite; fer cassant. 

■aibiM«9 s. Anneau ou bout de chalne 
pour r^unir deux vehicules et pour 
d'aatres usages. 

■Aibiair, s. Grande boutique, com- 
merce etendu. — Cfna on fir Mbiair ^ 
du cinss la : cette ferme est d'une 
grande exploitation. — J*ainm mi d*es$ 
naUt d'ine pUite botik, hi d^ d*pintt d'on 
fran Mbiair: j*aime mieux d'§tre un 
petit boutiquier independant, que d'e- 
prouver les tracasseries d'un commerce 
trop dlTelopp6. 

■aibieM) adj. Susceptible , vif , em- 
porte. — Vo-s-esUtro hdbiess, vo v'fndvU 



HAC 

po d^ rin : tous prenez trop tdt la 
mouche, tous yous emportez pour des 
riens. 

HAbitaf, adj. Habitable, ou Ton pent 
habiler; logeable. — Batimin Mbitdf: 
b&timent habitable. — Mi mohonn n*l 
nin Mbitdf: ma maison n*est pas habi- 
table. — CisS't-om la nV nin Mbitdf: 
cet homme est djscole. 

■abit^ , T. (Ji Mbitt , no MbitanJ. 
Habiter; frequenter, rendre de fre- 
quentes yisites ; banter, aller voir sou« 
vent. — Edbit^ n'sahi: voir familiere- 
ment quelqu'un, cultiver sa connais- 
sance, son amitie. — Edbit^ d^ mdU 
h'pagn^ie: frequenter, banter de mau- 
vaises compagnies. — L'androi n*l nin 
Mbitd: Tendroit est inhabite. — Li vieg 
n*^^Mbitd: le village est deshabite. 

■abltecb ou Habitr^to, s. Frequen- 
tation , communication habituelle avec 
d'autres personnes. — Certatnni Mbi- 
trlie son danjreitss po U j6n^ gin : cer- 
taines frequentations sont dangereuses 
pour les jeunes gens. 

HAboi, 8. Hautbois, instrument k 
vent et k anche, dont le son est fort 
dair. — / jovo fame^amvn bin Vhdboi : 
c'est un excellent hautbois. 

Haehy 8. Flambeau pour la proces- 



(1) La gdHi^nliU dec Li^eois comprennent mal 
va]«nr de 1*4 atpirfe: leor prononeiation dore 



mal la 
tt 



atpirfe : leor prononeiation 
r'^MiBc nqvtf e de eelte lettre ne peat 4tre figurw par 
Mcnn aynbole connu : il aoflBt de dire a«e , ehex lea 
fnm^u , cetic aspiration se ridnit 1 nn biatna. 
fxeaplea : dana la ville de Hal . la AoMiew, la kaintj m 
»ou*fU hmuu*; onprononce abaolnment eonme aion 



VfUkmuit; onprononce 

trait da-ill, (•-^f«iir,to'4flw, M-o(f«, je-daae. 



.•i^Ah^^ 



sion et autres ceremonies de l*Eglise. 
— To l^ maiss di konfrairHe poirti 
n'hach alporc^cion : tous les maltres de 
confr^ries accompagnent la procession 
avec un flambeau. — Chapai d'hach: 
couronne de fleurs k un flambeau 
d'enlant. 

TOMB u. i 

420494 



Digitized by 



Google 



— 6 -- 



HAC 



HAG 



Mmmh^ 8. Hftche. — JH^ la hack i 
mack : cesser tout travail , jeter le 
manche apres la cogn6e, abaDdonner 
totalement uoe affaire par deoour^e^ 
ment. — AcKUhach h mach: acheter en 
bloc, le bon et le mauvais. Tun portant 
Tautre. — To ^ hack ^ mach divin ci 
maneg la : tout est sens dessus dessous 
dans ce manage. 

HaehA,s. OEtqaeteuf«^, criarde, cail- 
lette , pecque. — Ji nl IkreH nin , ell e 
tro hacha: je n'ajoute point foi k ce 
qu'elle.dit, elle est trop bavarde, trop 
peronnelle. — Ell a stu dtr a c/ess Veil 
aveH loumd s*wHenn hacha: elle a dit k 
confesse qu*elle avait Domme sa voi- 
sine caillette. 

■aehelk, s. Hachoir, table, billot 
pour hacher la viande ; tailloir, assiette 
de bois pour le mime usuge. — Divin 
n*houhenn, on-z-a mhdh d'on hacheH: 
un hachoir est necessaire dans une 
cuisine. 

Haeheftr, 9. Hachures, traits croi'tes 
qui marquent les demi-temtes et les 
ombres (terms de peinture et de des- 
910). — i% IM^ hache^r: des hachures 
larges. 

Haeht, ▼. (Ji hach, no hachan}. 
Hacher , couper en morceaux ; depecer, 
taill.er en pieces ^ d6couper maladroite- 
ment. — Hocht a mHe boket : hacher h 
mille morceaux « comme chair k p&t6. 
— ffacht on r^§imin: echarper un re- 
giment , le detruir© presque entiftre- 
ment. — Kom si ovrech ^ hachtl Comme 
son ouvrage est hach6, est mal fait ! — 
BacM Vfiamin : eeoreher la langae fla- 
mande, baragouinerle flamand. 

■•ehiM, s. Hachis , viande haehee ; 
farce , capilotade , galimafr^ , salmi- 
gondis.— Magnt di hachiss 4 k9rinimn : 
manger du hachis assaisonn^ de rai- 
sins de Corinthe. Voy. TteM-pr^^lc. 

HaehMil, 8. Hachereau, petite co- 
gnee. -^Emancht on haehrai: emman- 
Cher un hachereau. 

Haehr^ie, s. Massacre, tuerie, car- 
nage^ boucherie.— I^p6fs(fddr ni s*polt 
pn d'JMt,ei/bwrin'hachrHe ; Us pauvres 
soldats ne surent plus se d^fendre , ce 
fut un masfiacre. 

HaehreM, s. Hachoir, grand cou- 
teau pour hacher kt vMnde. — KitH 
on manch di vai avon Vhachre^^: d^ou- 
per un manche de Teau avec un ha- 
choir. 

ii«ehro««9 s. Planure, bois qu^on 
retranche des pi^es que Ton plane; 
6clat, recoupe, reUille. -- F^ n'blamaie 



di hachrott: faire du feu avec des pla- 
nures. 

HAet, y. fJi hdc^ie, no hdqan), Haus- 
ser le bras , Uver la main ou la canne 
sur quelqu'un pour le menacer ; bran- 
dir. — Jilt a viiou hdci s*pogn po I'/iri : 
je I'ai Yu qui levait le poing pour le 
frapper. 

■a^iess, adj. Rnstique, brusque; 
sauvage. — Zouh-a-ti , fi tro hddiess : 
prends garde , tu es trop brusque. — 
Ell i si hddiess, po n'feium , t?o dM n'om 
mdh^: elle est si rustique pour une 
femme ; elle est hom masse. Voyez 
Beiibless. 

HAdiesmiByadv. Rustiqucmest, d*une 
maniere rustique ; brusquement. — 
Tagih todi hddiesmin : tu agis toujours 
rustiquement. Voy. neabiosBtlB. 

■adrean, s. Gue, endroit d'une ri- 
viere ou Ion passe k pied ; haut-fond , 
enaablement, banc de sable. — Pacjf 
Vaiw so n*hadrenn : passer Teau k gue. 

— Qna pluziettr hadrenn so Vkoran del 
Mo^ss : la Meuse est gueable en plu- 
sieurs endroits de son cours. 

Hidrean , s. Avarie dans un toit de 
chanme. 

HAC, 8. Rftble, partie du lapin, du 
ti^vre, depuTS les epaules jusqu'i la 
queue. — Maant on Mv di lif: manger 
un rible de lievre. 

HAf , s. Havre, certains ports qui 
restent la plupart sans eau k maree 
basse. — Li hdv di Qr^ : le havre de 
Grace, port de mer en France. 

■anal, 8. Crochet. Voy. naval. 

Haft^, V. (Jihaftaie), Ratisecr, r&- 
per legeremenl; racier. — Haftin*goU 
ciss hrdnn la: ratissez un pen ce robi- 
ixfit.—HaJtdshz-onh: racier ses ongles. 

Hafft^, V. Racier du violon, racier le 
boyau» iouer mal du violon. — Cin*^ 
nin fowe l^iolon, goula, c'i haftS: ce 
nVst pas jouer du violon , c'est racier. 

HaRech h naftr^le, 8. Mauvaise 
maniere de jouer du violon. — Li haf- 
teg dihdss U-z orHe d'onbonmuziciain: 
le racle-boyau ^corche les oreilles d'uD 
bon musicien. 

Hafieft, 8. Racleur, racle-boyau, 
mauvais joueur de violon ; m^netrier. 

— L^ haftei^ ton jowS d*vin li bal al 
lanponett: les racleurs vont jouer du 
violon dans les baatringues. 

HASB> s. Bcaille, eca)e(i), coque, 
ooquille, cosse, enveloppe de certains 



(1) On dit itaiUe po«r let p«Mt<Mit , ieaU p« 
noiz, lef oafs, etc. 



pIm 



Digitized by 



Google 



? -^ 



HAG 

fnulB , de «8rtains 16g:iime6* ^ Sdgn 
d^c^ : coqu)3 , eoquille , 6(^ale d'OBuf. -^ 
Hit§% di fj^osi, Mgn d'witt: ecaille de 
moule.ecaille d'huitre. -^ ffd§n di ^H€» 
di neiih , d'amanit : coque ou ^ale de 
Bof X, de noisette , d'amaode. — Zt ^«/< 
i^« d'inn gHe: brou de noix , <teorc« 
▼erte qui e&veloppe la noix. ^- Stigndi 
peU, difivy divess: cosse ou gou«8 dfe 
pois', de f^yes^ de vesces; si liquet p^i- 
carpe. — Hdgn di Umoscdtt: macis, 
eoorce interi^ure de la noix mutcade. 
— PH ^ hdgn: pois en cosse. — Avon 
ii'€'Oik fi dd hdgn, atm di hignfidi- 
f-<H^ : aTec beaucoup faire peu, aveo peu 
faire beaucoup. Yoj. Brottff. 

H«SB»9 B. Bouchee, petit morceau ; 
licbe, lippee. — To m'janbonet ^ fHagni, 
j^ n-n'a pu nin on hagna : tout mon 
jambonneau est mange, je n*en ai plus 
une bouctiee. 

■•siBMi^ Mitt) adj. Piquant « epi- 
grammatique; mordicant, choquant, 
acrimonieux , plein d^acrimonie; sati- 
rique , acerbe , ftpre. — Voss-t-avoM i 
%agnan kwan i pUUtHe : votre avocat, 
qaaod il plaide^ est mordant, caustique ; 
il J a de la mordacite dans ses expres- 
sions ; c'est un emporte-pi^e. — Vola 
n'bthk^kagnantl: voiik una bise qui 
est bien &pre , qui est cuisante. — Zi 
dre^ d'Mteeh son hagnan : les droits de 
SQCceseion sont onereux. 

■AgAB^, V. fJi MgnnaieJ. Staler , 
exposer, mettre en vente ; faire parade 
do quelque chose , le moutrer avec 
ostentation. — Hdgnni del tM, dh noret 
i d'tatt $6r dimarchandiied'dnech: etaler 
de la toile , des monchoirs et toutes 
sortes de marchandises d'aunage. — 
Soula n'i bon k*po Mgnni: cela n'est 
bon que pour servir d'^talage. — El ni 
faininbin di s'hdgnndinsi: elle est bift- 
niable d'etaler ainsi ses appas* — Ttret 
kdgnn^d^ hlouk: tu seras supplicie sur 
Ja place Saint-Lambert (oil des femmes 
8*etalaient pour raccommoder les bou- 
clcs). 

mmgmeeUy 8. Act^'OU de mordfe par 
habitude; mordacite. — K^haidv ?/an 
avou s'hagneck ! Quel insupportable en^ 
fant, par sa manie de mordre ! 

■UI^MMeh e H^SBBeAr, 8« fitalage, 
maniere d'etaler. — On bai Mgnnech 
Mr U marehM : on bel ^talage attire 
les acheteurs. 

HB«BeA, r«M, s. Celui qui mord. — 
Oran hawe^fP'ti hagnei^ : chien qui aboie 
Be mord pas ; eeux qui font beaucoup de 
bruit ne sont pas les plus k craindre. 



itAb 



ttagBefti^) 8. Morsul^, pl&ie, ttlHir- 
trlestire. — Hagne^r d'on fnaWt thin : 
morsure d*Un chien enrag^. ^ Hugnet¥ 
di pouss: morsure, piqAre de puce. -^ 
Li hagneitr d'inn mdl guHi'e hi tf)di dh 
fnarh : 1^ morsures dd la calomnie 
laissent toujours des cicatrices. 

HagBearMl^^Ul, s. Tormentlllc Offi- 
cinale, plante de la famille des rosacees 
et dont la racino est iitstring^fitc. 
'mmgnt, y» fJi hagn, no hagnan). 
Mordre, serrer avec les dents ^ chk« 
touiller, demanger. — Hagnt d^vin on 
goUd juskd deH-^or^ie : mordre jus- 
qu'aux orcilles dans un chausson. — 
Sss hagni d'on mcMU thin : Itre 
mordu d*un chien enrage. — Si hagnt 
i Vlinw : se mordre la langue. — Hagnt 
d*f>in$i'§*onk:8e mordre, se rogner les 
ongles avec les dents. — Li bth hi hagn : 
la bise est &pre, elle tous sangle la 
figure. — Si v'hagn, grH4f\ si vous rea- 
son tez une demangeaisou, grattez-Yous. 
— Chin hi haw baic6 ni hagn nin : chien 
qui aboie beaucoup ne mord pas j les 
' h&bleurs ne sont pas k craindre. 

HagBt^ T. Choquer. blesser, offenser; 
parler ou ecrire satiriquement. — Cits 
diviss la Fa hagnt: ce propos I'a pique 
au vif. 

HagBt, ▼. Prendre , couper aveo un 
atout (au jeu de cartes). — Li hass hagn 
li rdi'e: Tas preni le ifoi. — L'atote o% 
rtrionfhagn to: Tatout ou la triemphe 
coupe tout, emporte toutee les autrea 
cartes. 

■•SBrMe^ 8. Querelles. Yoy.HigB- 

■agBt^ , T. fJi hagntaiej. Motdiller ^ 
mordre l^g^rement ^ plusieurs reprises; 
grignoter , m&chonner ; critiquer avec 
maliguitd. — Li soti on hagnUdto^ di 
pan : les souris ont grignot6 autour du 
pain. Yoy. BroBd^. 

HasoB, 8. (I) 

Hagaetty 8. Mazette , gamin , petit 
jeune homme ou petite jeune fiiie k 
pretention, jeune eceryelst — Ciss ha* 
gnett la diviss diia di s'mari^: oe jeune 
etourdi parle deja de mariage. 

Haa, 8. Bchalier, cloture de branches; 
barriere; herse, grosse pidoe de bois 
enchassee d'ais. — Rihldr on corti anon 
n'bone hdh : clore une prairie arec un 
solide echalier. 

HaMA , 8. Braillard , faiaear d*em* 
barras. 



(1) On (roare f mot dant : li fiat tU Btiui-ii'PloA / 
roai* fen ignort la < ignifteatlon : est-M A^* ^«- 
taine ? 



\ 



Digitized by 



Google 



— 8 



HAI 



HAhaiy 8. Haha, petit 6chalier, petite 
cloture faite en branches. — On-^-a 
froht li Mhai del prairHe : on a brise 
rechalier de la prairie. 

H»hiA, s. Eclat de rire, rire prolonge ; 
hilarit6. — Av oV(m, kd hahial Atez- 
Yous entendu ces eclats de rire ! -^ Rtr 
a hahia : rire aux eclats, k gorge de- 
ployee , rire comme un ooffre. 

Hahleeh ou Hahleeh , s. Action ou 
maniere de rire aux eclats. — Si hdhleg 
displai: sa maniere de rire aux eclats 
deplalt. 

HAhl»le e HAiilllt«9 8. Gros rire, 
risee graude et subite, explosion d'hi- 
larite. — Vola Vdial hakUie! Quelle 
risee extravagante ! 

Hahi^, T. (Ji hahlaie, no hahlan), 
Rire aux eclats, k gorge deployee; 
s'epanouir la rate. — J'a-t-avu bon di 
VZ'OXhahU: j*ai eu du plaisir de les 
entendre rire de tout leur coeur. 

HahleA, eftssy s. Grand rieur, rieur 
bruyant, roger-bon-temps. - C'ess-t-on 
rutt hahUit: c'est un rieur exalte. 

■ai, int. He! mot pour appeler. — 
ffai la, valet ! Az-oXou ? He, \k^ gargon ! 
Entends-tu ? 

haT, v. (Ji y, no haXan). Hair. Voy. 
Her. 

HaTllff, adj. Desagreable, difficile, 
importun, tenace, persecutant, inso- 
ciable, rebours ; humoriste. — Ji hi 
cisS't'Omla, c'ess-t-on hai'df pinddr : je 
hais cet homine, il est deplaisant, tra- 
cassier, malplaisant, insoutenable, c'est 
un cauchemar, il a le caractere d'inso- 
cfabilite; il est indecrottable. — Mi 
Mdrdss ess Mnn laitt haUffeumimh 
belle-m^re est une femme desagreable, 
d'une humeur acariiltre. — Rin d*pu 
haUfki d*avu dh pouss h s'U: rien de 
plus vexant que d'avoir des puces dans 
son lit. 

HaTarmiB, adv. Importunement, avec 
importunite ; maussadement. ^ El si 
h'diJk tro haUfmin : eile agit avec trop 
d'iinportunite. 

Haibt , V. fJi kaxblie). Biaiser , ter- 
giverser. 

■aihiMi, s. Tilivers, detour. 

HAlbieft, e^M, adj. Malingre. Voy. 
Ch»lplea. 

HaTe, int. Haie, cri pour exciter. 
— Jan haYe, ab^ie I Hale don haU! Allons 
vite, aliens done! — Ji n'poupu hai'e: 
je n'en puis plus , je suis extenue, je 
ne saurais aller plus loin , je suis tout 
recru. — HaXel jan-^-zet : allons-nous- 
en, retoumons ! 



HAI 

Hate 9 s. Ardoise, pierre bleo&tre, 
tendre et par feuiiles, et dont on couvre 
les maisons. — Dh fhn^ \aXt^ dl groz^ 
haYe: ardoise fine , grosse ardoise. — 
Tei^ d'haYe : toit convert d*ardoises. — 
Kole^r haYe : couleur ardoisee. — 0» 
skri so di haYe : on ecrit sur Tardoise. 

— Mett al haYe : acheter a credit. Voy. 
Akrelkr. 

■aTe, 6. l^caille, lame mince et plate 
qui oouyre la peau de certains poissons. 

— ffaYe di sdmon, digr^vess: ecailles de 
saumon, d'ecreyisse. — Z^ haYe dipihon 
son hr^how Veunn so Vdtt: les ecailles 
des poissons sont imbriquees. — Soula 
esS't-a haYe: cela est lamelle (ou lamel- 
leux), ecailleux. Voy. A-haTe. 

HAte, s. Haie , cl6tufe de ronces ou 
d epines, etc. — VtfhdYe: haie vive. — 
Moitt hdYe : haie morte (ou seche). — 
RoU al'dilonh del hdYe: marcher le long 
de la haie. — Mori hontt inn hdYei 
mourir au coin d une haie, mourir sans 
secours et sans assistance. — Z^ me^r 
pdrlet h U hdYe hoUtet : les murs ont des 
oreilles. — • Tapi VhoU so VhdYe : jeter 
le froc aux orties. —11^ d*vin U hdYe : 
il est dans les brindes ; il est ivre. — 
Mett d^ brik I hdYe : empiler des briques. 

Hato, s. Haie, pi^ d'une charrue. 

Hate y s. Jeune libertin. — Ni ho^tt 
nin c'jdnn hoir la, bdcel, c^ess-t-inn hdYe: 
n'ecoute pas ce damoiseau , la fills, 
c'est un enjdleur. — Si feie ess-t-inn 
hdYe : sa fille est une indolente. 

HAiednk, s. Heiduque, ecuyer cayal- 
cadour , qui a soin des ^curies du Roi 
et des Princes ; h6raut. — Zi haieduh 
dh Prinss di Lich : les ecuyers du Prince 
de Liege. — L^ haieduh d^-z-egliss: les 
suisses des ^glises. 

HaT^ie 9 s. Arriere-cour , petite conr 
de derriere. — El haYhie, on mett li 
tenn^ U bach, U ramon , U seiai, etc, : 
dans la petite cour de derriere, on met 
les cuviers, les baquets , les balais , les 
seaux,etc. 

nateietl, s. Petite haie. 

Hater^le e Hatetr^le, 8. Ardoisiire, 
carri^re d*ardoises. — Z^ haYerhie ra- 
poirtet baihd : les ardoisi^res sont trte- 
fructueuses, tres-lucratives. 

HAteiMi,adj. Lamelle ou lamelleux, 
qui se laisse diviser en lames, en 
feuiiles. — Del haYetafUe hoYe : de la 
houille lamelleuse. 

H»Te«^ 9 V. (Ji haYetaie , no haYetan). 
j^cailler, dter, enlever les ecailles d*an 
poisson. — Vo haYetri ci barbai la ; vous 
ecaillerez ce barbeau. 



Digitized by 



Google 



— 9 — 



HAI 



HAI 



■atet^,T. S'eeailler, se lever, se 
detacher par ecailles, par plaques 
minoes; exfolier. — Vola on idiflai hi 
Iminss a haXetS: voilk un tableau qui 
Gommeoce k s'ecailler. — Li solo jai 
ialctd U novhU kole^r: le soleil fait 
ecailler les couleurs fralches. 

MaSet6, ▼. Couvrir d'ardoiees. — Z^- 
t-ovri ki hatetet d^ja li teit d^ no^ hati- 
mm: les ouvriers se sont dej^ mis^ 
coQTrir d'ardolses le b&tlment neuf. 

naTeteehy 8. Action de poser les 
ardoises. — Li kaXeteg di to vo te^ kosM 
Uti de-z-aidan : il eo^tera beaucoup 
d*argent pour couvrir d'ardoises tous 
V08 toits. 

HaTeteeh, s. Desquamation, exfolia- 
tion ou separation de Tepiderme sous 
forme d^ecailles. — Li haXeteg d^ min : 
la desquamation des m^mB.—Lihaie- 
teg d^-Z'Sh : decortication. 

HateteA, 8. Couvreur en ardoises (i). 

— Mdrtai d'ht^te^ ; marteau de cou- 
vreur. 

■atett, adj. Entr'ouvert; qui quitte 
Tecorce; aoiitee, miirie par la chaleur 
du soleil. — D^ hMH^ gHe : des noix 
beantes, dont le brou s'entr'ouvre. — 
Di haUti ndkh : des noisettes qui 
laissent leur enveloppe,qui se detachent 
de leur ecorce. — Vo rdrt bin kai'ett! 
Vous I'auriez trop belle I 

HalettmlB, adv. Avec aisance ; fran- 
chement ^ ouvertemeot. — On It a di 
soula hatetimin: on lui a dit cela tout 
crftment. 

HaTeA , eAss, adj. ^Scailleux. qui est 
couvertd'6cailles ou qui a la forme d'une 
ecaille; squammeux. — Ki c*fiair la i 
kate^ ! Que ce fer est squammeux ! 

Half e haIt, s. Herve, ville, com- 
mune et canton de ce nom , & 9 kil. de 
Verviers et k 15 1/2 kil. de Liege. Po- 
pulation 4,000 hab. Sup. 197 1/2 hect. 

— Li froumag di Haifson r'loumS: les 
fromages de Herve sont renommes. 

■alt, V. (Ji kaie, no kaian), Se ran- 
ger, faire nn passage. — LI ponpt on 
fai kaU U gin po Vpaceg del porckion: 
les pompiers ont fait ranger la foule 
pour livrer passage k la procession. 

■alt, V. Demander, s'informer, cher- 
eher, chanter aux portes. 

■aiBi , 8. Ripe ou rafle, grappe de 
raisin de iaquelle tous les grains sont 
dtes. — Tali pe^ d'trok on io%mS, i n*a 
p%d*mano%k'U kaim: tous les grains 

(1) ArdoUimr tCux pas frufait. 



de raisins sont tomb68,il n*est plus 
reste que la rafle. 

■aim , 8. Heaume , casque. — Li 
rouwal di kaim: Timpasse du heaume 
(dans la rue des Croisiers). — II a 
rkaim pri di toupet: il a la tete pr6s 
des cheveux. 

■Sim e ■«!&■, 8. Haine, inimitie, 
antipathic, aversion , rancune , animo- 
sity, fiel. — L'Emngtl no d^find^avudel 
kaim, matnm po no-z-ainnmi: TEvan- 
gile nous defend d*avoir de la haine, 
mSme pour nos ennemis. — 11 a fai 
goula par kdim po mi parin: il a fait 
cela en haine de mes parents. — Li 
kaim esS't-^tveHl : la haine est aveugle. 

■aim^, ^le, adj. Tachete de blanc. 

■aTen , 8. Echelon , degre , b&ton 
d'echelle. -^ MonU de^ kaXon d*on k6: 
monter deux echelons k la fois. — 
Eai'on d'ckitr : traverse d'un dossier de 
chaise 

■aten, ew , adj. Hal , detest^, mal- 
voulu. -^m kai'ou di to VvinAf: il est 
deteste de tout le quartier. — Personn 
ni louk cissfetm la, tSlmin ell i kaXow: 
cette femme est tellement mal vue que 
personne ne la regarde. 

■aipion, ow,adj. Malingre. Yoyez 
Ckalplen. 

■air, 8. H^re , homme sans merits , 
sans consideration, sans argent. — On 
mdva ponded c'ess-t-on p6f kair: mh 
mauvais peintre est un pauvre here, 
un pauvre sire , un pauvre cancre. — 
Ligro kair di meek: les notables, les 
cr^sus du village. 

■airt, V. (Ji kairiie, no kairianj. 
Solliciter, presser, inviter, faire des 
instances, prier instamment. — Si Ut 
kairt, pui i'lit adtr : se laisser tirer 
Toreille, puis ceder. — / Va Un falou 
kairi: il a fallu le tirer k quatre. — El 
ni s'a ninfaikairt : elle ne s'est pas fait 
dechirer le manteau. 

■airieeh, 8. Sollicitation , action de 
solliciter ; instance , supplication , 
pri^re. — Si kairieck m'a faipiett pa- 
eiainss: sa persistance a lasse ma pa- 
tience. 

■airielk, elk00,8. SoUidteur, sup- 
pliant , qui demande avec instance un 
emploi, une faveur quelconque. — Kil 
insiipdrtdp kairiel^! QvLel insupportable 
solliciteur I 

■airoB . 8. Heron , grand oiseau k 
long bee, ajambes hautes et qui vit 
de poissons.— Pt^f kairon : heronneau. 
— Blan kairon: aigrette. — Maik kai- 
ron: homme maigre et sec. — Iladi 



Digitized by 



Google 



— 10 



HAK 

kwiss di hairon : il a des caisses heron- 
nieres , des cuisses rudes , seches et 
maigres. 

naironet, s. Heronnoau, petit heroD. 

nalrontr, s. Herooniere , lieu oil les 
herons se retirent et font leurs petits. 
— On-z-a tHou tChairontr ^ hoi: on a vu 
une heronni^re dans le bois. 

naTM , 8. ' Coumailles , roches de 
mines oil la houille est divisee. 

naTM , s. Ecailles k la peau. — M^ 
deH pogn, ci n*h k*on hal'ss: mes deux 
poings sent tout converts d'ecailles. 

naTs0, s. Ardoises concassees. — /V 
inn aiss avou dl hatss: faire un &tre 
avec des ardoises concassees. 

wimtrnm , adj. Lamelle ou lamelleux. 
Voy. naTeft. 

Hait^ieiniii y adv. Sainement, en 
bonne sante, dans un etat salubre ; 
d'une mani^re originate, derisoire; 
adroitement, solidement, parfaitement. 
— Po viU haiteiemin, i n'f^ fSnol ekcet: 
pour vivre sainement, il faut eviter les 
exc^s. — Vola n*ovrech k'e haiQiemin 
fail voilit un ouvrage qui est fait de 
main de mattre, — So%l(i I haiteiemin 
brSdt: cela est singulierement bousille. 

naitt, ^le, adj. Sain, salubre, en bon 
etat. — Haitt tin : temps sain. — 
Hait^ie abefir : boisson saine , medici- 
nale, prophilactique. — Ess haitt horn 
on p^hon: ^tre frais comme un ger- 
don. — Haitt piel , haitt govign : fln 
merle, adroit compare ; original ; maitre 
fourbe. 

HimitUi6j s. Salubrite, etat salubre, 
disposition favorable pour la sant^. — 
Zi raldrgihmin d^ rowfai baikdpo Vhai- 
itst^: r61argi98ement des rues contribue 
k la salubrite. — Noss dokteUr a fai on 
Itv so Vhaittstd: notre m6decin a com- 
pose un traite d*hygidne. 

nak, 8. Grande arquebuse. 

nakiB, 8. Valet. — Li horge^ va 
dvan Vhakin: le bourgeois (le maitre) 
passe avant le valet. 

nakiniir^ie, 8. Yaletaille ; langage, 
maniere de la valetaille. 

nak^ft, 8. Haccourt, commune du 
canton de Fexhe-SIins, k 11 kil. de 
Liege. Pop. 1,350 hab. Sup. 728 hect. 

naksel, 8. Paille hachee pour les 
bestiaux. — Fdtt difotkr h d'avdnn, U 
jvd magnet del hahsel : k defaut de foin 
et d'avome, les chevaux mangent de 
la paille hachee. 

nak«^iea,8. Hache-paille, instru- 
ment pour haoher la paillo qu*on donne 
aax bestiaux. 



HAL 



nai, 8. Alte ou halte, pause qa6 fbnt 
les gens de guerre dans leur marche ; 
interjection pour a'rrSter quelqu'un ou 
pour lui im poser silence. — Fen*hal 4 
pncmiviech: faire une halte au plus 
prochain village. — Eal, c^ess-t-acil 
Alte la, celasuffit! — Fd hal divin on 
p6r di m/r: faire escale dans un port 
de mer. 

nai, s. Halle, place publique cou^ 
verte, pour le marche ; boucherie. halle 
aux viandes. — Magnt del chdr del hal : 
manger de la viande de boucherie. — 
Marchan del hal '- hallier, marchand des 
halles. — Ess louht kom on chin el hal : 
Stre vu comme un chien k la bouche- 
rie, comme un chien dsns un jeu de 
quilles. Voy. nait. 

nai, s. Echelle, deux montants de 
bois traverses par des b&tons pour 
monter et descendre.— 2>o& hdl: echelle 
double. — Montd so Vhnl : monter k 
I echelle. — Monti avou n'hdl: escala- 
der, monter par escalade. - Dihinds 
ju d*inn hdl : descendre d*une ^ohelle. 
— Hdl di koitt: echelle de oorde. — 
ffdl di ch^rett : ridelles, cdtes d'une 
charrette faits en forme de rateliers. — 
Chirett a hdl : charrette k ridelles.— On 
n'sdreii aU d ctr sin hdl : k I'impossible 
nul n'est tenu. Voy. hai6. 

HAi, 8. Vents septentrionaux du 
mois de mars. — H hdl di mdss on 
fai di toif d pti-z-ahan : les bises de 
mars ont nui aux petits semis. 

naibAr , 8. Hallebarde , pique aveo 
un croissant de fer ; es ponton j demi- 
pique d'infanterie ; pertuisane. — Manch 
di halhdr : hampe d'une hallebarde. — 
Zi haieduh di-z-egltss poirtet di haMr : 
les suisses des eglises portent des hal- 
lebardes. 

naibArdt, s. Hallebardier, qui ports 
la hallebarde i piqaier. — On n*ve^ pu 
di halhdrdt hi d^vin li-z-igltss : on ne 
voit plus de hallebardiers que dans les 
eglises. 

Haibot^, V. (Ji halbott, no halbotanj. 
Brandiller. Voy. naikot^. 

Halbott J 8. Casse-cou , mauvaiae 
voiture. 

Haiboat, V. (Ji halbote, no halhouUn). 
Chanceler, Itre peu ferme sur ses pieds, 
pencher de cdte et d'autre comme si on 
allait tomber ; vaciller. — Rivni d'al 
Jless to halhovXan : revenir de la f8te en 
chancelant. 

HalbovTa e nalbovteA 9 ehmm OU 

reMyS. Barguigneur,qui bargui^e, 

. qui hesite, qui a de la peine it se deter- 



Digitized by 



Google 



— 11 



HAL 

miner. — Ji n'sdre^ ni*akoird^ aifen 1%, 
U } iro kalbouh'eii, : je ne saurais me 
mettre d'accord ayec lui, W est tpop 
bargni^eur. 

■al^^ale, s. et adj. Boiteux , qui 
boite , qui cloche ; pied-bot. — HaU 
Jvd : cheval boiteux. •— Halaie ttf: 
table boiteose. 

Mal^, V. (Ji hal 6 ji halaie}, Haler, 
tfrer avec une corde pour faire avancer 
an bateau. — EaU on hatai d*chdss: 
baler une batel6e de ehaux. 

■Ai^, T. H&ler , faire impression sur 
le teint en le rendant brunetrougeHtre; 
rissoler, rendre basane. -— Zi 9oh Ml 
U vo^ge^ : le solcil hftle lea voyageurs. 

— .S^' My: se Mler» se brunir, se 
tanner. 

■ai^,y, Escalader, attaquer, em- 
porter par escalade. — li voleUr on 
MIS U me^rdel haXHe: lee voleurs out 
escalade les murs de Tarri^re-cour. 

H^leeii, 8. Hallage, action de haler, 
de tirer un bateau. — Li batt di halech 
i tro strelUt: le cbemin de hallage est 
trop etroit. 

■aieeh, 8. H&le, impression de Fair 
chaod et sec, qui jaunit, s^che et fletrit. 

— Zi MUch sichth U cMr: le bale 
s^be les yiandes. — Z^ feum on sogn 
dd Mlech: les femmes craignent le 
hi)e. 

■aiecii, s. Escalade, aetion de mon- 
ter aTcc une echelle. — Zi Mlech di ci 
meUr la ^ fndUhHe: il est difficile de 
franchir ee mur par escalade. 

HaieiiB , 8. Chenille, insecte reptile 
partage en douze anneaux , qui ronge 
les feuilles des arbres et des plantes ; 
rouleuse. — PofSwc Mlenn : chenille 
velue, annulaire ; livr^e, chenille arpen- 
teuse. — Poiipaie di halenn: paquet de 
chenilles. — Ktohriy towvS U halenn: 
echeniller. — Z^ Mlenn divnet d^ pd- 
Hon : les chenilles se changent en pa- 
pillons. — Halenn d ttf: broderie en 
chenilles. 

■aleBB-dl-¥egii , 8. Ver-coquin , 
sorte de yer, de chenille de yigoe. — 
LI Mlenn di tegn on magnt to U siok : 
le yer-coqufn a ronge tous les ceps. 

■aletl J s. Echelette , marohe*pied , 
escabelle ; petit degre ; rancher. — Fd- 
i-inn haiett po monU la : il faut un 
marche-pied, un gradln pour monter 1^. 

■aleft , 8. Haloir , lieu oil Ton s^he 
le chanyre. — Ditan di brdi Vchenn, on 
Fmett sonvcS 80 VMUt: avant de tiller 
le chanyre , on le porta au haloir pour 
sMier. 



HAL 

HaHy 8. Hallier, reunion de buissona 
fort 6pai8. — Vo n'sdri pacd lay c'i to 
Mli : yous ne sauries paasei par 11^ k 
cause de tous oea halliera. Yoyez 

■alt, 8. Hallier, qui garde une halle « 
marchand qui etale aux halles. — Zk 
Mli paXet n'sahoi a I'VHe po kik pkss: 
les halliera paient une retribution k la 
Ville pour leurs places. 

naity 8. Montant d'echelle. — Dei^ 
bai Mlt d*sapin : deui beaux montants 
d'ecbelle de sapin. 

naiiB , 8. Hadelin ou Adelin , nom 
d 'horn me. 

■aikiB^y y. fJi halkinaiej. Hesiter, 
tergiyerser , §tre en suspens , irresolu. 
— Jan, dicidSf, po hoi tm halU^? 
Allons, decidez<yous, pourquoi cette 
perplexite? Yojez Umlhof^ty HimUy 

HaikiBeeh e Haikiiuir^ie, 8. Irre- 
solution. Voy. lilMslBccli. 

Halklaelk, e^mm ou reM, 8. Person - 
nage irresolu. Voy. liiBt^ineA. 

■aikot^^ y. fJi Mlhott, no MlhoianJ. 
Agiter, brandiller. faire jouer. — Vo 
ffdtrSvoss montt, d Vtanfd halMt/: yous 
g&terez yotre montre en la secouant de 
la sorte. — J"6 inn ouh ou n'figness hi 
MlMtt : j'entends une porte ou une fe- 
netre qui ballotte. — SoU hi Mlhott : 
Soulier trop largo, dans Itquel le pied 
joue. 

nalko««eh e nalk«tr^le ^ 8. Ballot- 
temeot , leger mouyemeot. — Zi Ml* 
Mtech del hlichett mi jatnn haic6 : le 
brandillement du loquet me gSne beau- 
coup. 

■•ikatt, 9. Pleutre, homme de peu 
de consideration. — Vo n'lri nin avon 
di halhoti com zel : vous n'ire z pas avto 
de chetifs person nages comme eux. 

naikr«00, adj. CaduQ, caco.chyme, 
qui periclite , qui menace ruine. — Zi 
vi Jhan hi d*vin halhross : le yieux Jean 
deyient decrepit , il approche de la ca- 
dueite , de la decrepitude , il .s'cn va 
periclitant. — Vola n'viie barak h*e bin 
Mlhross : yroWh une yieille cahute qui 
eat bien caduqiie. — Di pan halhross : 
du pain flasque , qui s'entrouyre „ qui 
quitte la croiUte , dont la croiite se de- 
tache. 

HalMieUy 8. Couteau U8e,mauyaia 
couteau, alumelle. — Voas coUai ne pu 
h*inn halmett : yotre couteau est hor.i 
d'etat de senrir ; yous deyenez incapabk 
de rien faire. — Kangi s'bon coHtai honte 
inn halmett : dhangej son cheval borgna 



Digitized by 



Google 



— 12 — 



HAM 



contra un aveugle; troquer an objet 
centre un pins mauyais. 

natof^^B'hAi^fy adv. Passablecnent, 
entre le zist et le zest , cahin-caha. — 
Kimin v'pairUf? Pa, halo/'^-n'alof: 
Comment vous portez-yous? Mais, 
conci-couci. 

naioBtyS. Indolent, fl&ueur mal yitu, 
mal peigne , qui marche avec les bas 
rayaI6s. — Si om enn n*h>a todi Jum 
on haloit : son mari s*en va toujours 
comme un indolent, comme un yaurien. 
Mau6, y. fJi haltaie). Boiter leg^re- 
ment ; dopiner, marcher dopin-clopant. 
— Vo rrihnoir^ dhHemin, i haltaie: 
yous le reconnaltrez facilement, il boite 
un peu. 

naiteeii, 8. Claudication, action de 
boiter. — Li haUech h mdldhHe arwdri : 
le claudication est difficile k guerir. 
naltefty elk00, s. Boiteuz. Yoj. nal^. 
■•M, s. Escabeau ou escabelle, siege 
de bois sans dossier ni bras ; tabouret, 
placet. — Z^'Z'Ovrt d'd viech s'aciet so 
di ham : les ouyriers de la campagne 
8*a88ei6nt sur des escabelles. — Zi ham 
d^'t-ahuzd', la selletle. -— JA ham d^ 
pihri: tabouret des supplicies. — Cess- 
t'inn ke^r po-z-aU so Vham : c'est un 
fait pour §tre pilorie, pour dtre con- 
damne au carcan. — Taj^tf d^ ham el 
vOi'e : incidenter, faire naitre des iDci- 
dents, des obstacles, des anicroches, 
yenir k la trayerse , accrocher une 
affaire, d^ranger les escabelles. 
namai, s. Sellette de couvreur. 
Mamal, s. Trafueau. Voj. SploTon. 
namallt, s. Levier. Voj. naailntt. 
naaiak , s. Hamac , sorte de lit sus- 
pendu ; branle. — So mir, on doim divin 
di hamak: en mer, on dort sur un 
hamac. 
HamaaM, 8. Toile de coton blanche. 
nam-^-i'Tdirej s. Incident, 6y6nement 
qui sunrient dans le cours d*une entre- 
prise, d*une affaire ; obstacle, difficult^ 
impr^vue. — Mett di hamh-VtdXe : in- 
cidenter , faire naitre des incidents. 

naaiiBU y s. Pince de ma^on , levier 
on barre de fer aplatie par un bout ; 
anspect. — Sovlhd %*$ir di Uie avou 
n'hamintt: soulever une pierre de taille 
ayec une pince. 

nami^, y. fJi hamlaiej. Ch&trer, 
faire la castration , 6ter les testicules. I 
— HamUon jv^ : hongrer un cheval ; ■ 
couper , ch&trer un cheyal. — HamU 
on j6nn coh : chaponner un jeune coq. 
H«Miieeii9 8. Castration, action de 
chltrer, de hongrer. — Hi momd po 



HAN 

Vhamlech : il est expert en fait de cas- 
tration. 

namieit , s. Coiffe , membrane que 
quelques enfants ont sur la t^te en 
naissant. 

■amlelkfS. ChUtreur, qui fait me- 
tier de ch^trer les animaux. — Ham- 
let d'chin : ch&treur de chiens. 

nanid, s. Hameau, petit village, cer- 
tain groupe de maisons hearties du 
lieu oil est la paroisse ; petite peuplade. 
-^Cfna haic6 d'hamd d'vin noss homeunn : 
il y a beaucoup de hameaux dans notre 
commune. 

■amair y s. Hamoir , commune du 
canton de Nandrin, a 20 kil. de Huj. 
Popul. 530 hab. Sup. 1,094 hect. — 
Jihan-Otl Delko^r , li fame^ skultei^, 
i nSa Hamoir;. Jean-Gilles Delcour, 
le celdbre sculpteur, est ne k Hamoir. 

Haaehy s. Hanche, partie du corps 
de Thomme oil s*emboite la cuisse. — 
Zi'Z-ohai di hanch : les os des iles , les 
OS iliaques , sciatiques. — Ess dicowd 
jushd hanch : 6tre crotte jusqu'aux 
hanches. — JJan^ di pon : culee de 
pont. 

Haaehan, s. l&chantillon, petit mor- 
ceau de quelque chose pour servir de 
modele ; montre-essai.— Hanchon d'mi- 
rinoss : echantillon de merinos. — ffan- 
chon d'aiw : portion d*eau. V. ■anslon. 

Handai, s. Trafic, negoce, commerce, 
entreprise. ^ El son la treil soilr ki 
savet bin mine lei(, handel : elles sont Ik 
trois soeurs qui savent bien traiter 
leurs affaires. 

nandi^, y. fJi handel eji handlaiej. 
Brocanter, acheter, revendre ou tro- 
quer des marchandises de hasard ; 
echanger. — Ci n'i nin n^gdct, goula^ 
ci n'i VhandU: ce n'est pas commercer, 
eel a, ce n'est que brocanter. V. Trovfi6. 

naBdiech , 8. Action de brocanter ; 
troc, ^change. — • Jnsk*aste^r si comerss 
n"i h'on handlech: jusqu'li present, il 
ne s*est exerce qu*a brocanter. Vojez 
Tranfleeh. 

Haadlelk, elkM. 8. Brocaoteur, celui 
quifbrocante. — Adretthandleii: un fin, 
malin brocanteur. Voy. TrooHeA. 

Hanef, 8. Haneffe , commune du 
canton de Bodegnee , k 8 kilom. de 
Waremme. Pop. 720 hab. Sup. 761 h. 

Haaessy s. HannSche , commune du 
canton d'Avesnes, k 13 1/2 kil. de Huy. 
Pop. 840 hab. Sup. 470 hect. 

umneUy 8. Nuque, creux entre la 
t^te et le chignon du con ; occiput. — 
Onlia mitou n'moh-d'Espagn i Vhanett : 



Digitized by 



Google 



— 18 — 



HAN 

on loi a appliqii6 nn TMcatdre k la 
nnque. 

■—gar f 8. Hangar, remise, toitore, 
abai-Tent , paillasson, natte pour abri- 
ter. — Mett di marchand^ dizo d^ 
han^^i placer dea marchandises sous 
des hangars. 

■«Bie»«ek, 8. Clou recotirb6 k deux 
pointes. 

■•Aievek) 8. Anicroche, difficolte, 
entraves, acoroc, obstacle. -^Onckika- 
mit^ d'wcoM nO't-a fai m kanicrok : 
on chicanenr d'avocat nous a fait cent 
aDieroehes. 

■Mipaiy 8. Moroeau de pav^. 

Mamrl k HlBrl, s. Henri, nom 
d*hamme. — Fd cink 0% si Hinri po 
ehiet n'fcfUfifk d'on korti : 11 £aut cinq 
ou six Henri pour chasser une poule 
hors d'uno prairie. 

naBst^y. Respirer, attirer et re- 
pouaeer Fair par le mo^yement des 
poumons; halater, pr6cipiter I'aspira- 
tion et Texpiration ; §tre essoufB^. — 
Sll a del p6nu d^ hansi . ell a rko^tress- 
d'alenn : elle a de la peine de respirer, 
elle est asthmatique. — / n'wess ni 
JuMSt , ni iofii dwan s'p& : il n*ose 
« soiiffler mot en pHssence de son p^e. 

mmmmt^ y. fJi hansiie, no hansanj. 
Mesnrer une qnantite d*ean , terme de 
fontenier. 

■aasleeli e Maastlieek, S. Mesurage 
des eanx de fonlaines, etc. 

mmMMmmy 8. Calibre, grandeur de 
TouTerture d'nn tujau de fontaine ; 
qnantite d*eau qui s'en ^ule. — Zi 
fdie m'tt't-ahnrd^ on haneion d'aiw : la 
Villa m*a accorde une portion d*eau de 
fontaine. 

■■■■iai, s. i^cbantiUoii, petite par- 
celle, principalement d'etoffe, pour ser- 
yir de montre.—il t^dliw di hansion d'bai 
dra, di fenn sdl'e: enyoyez-moi des 
^chantillons de beau drap, de fine sole. 
■aB«iMi, 8. Tujau de fontaine ; por- 
tion d*eau qu'il foumit divis^ par cen- 
timetres. 

■aaofoB^, y. fJi hantionn h ji han^ 
sionaiej. Bchantillonner , confronter, 
on poida , une mesore quelconque ayec 
son module. -- To do jidfo di stof on 
ate kan$ion^: tons yos coupons d'dtoffe 
ont ete 6chantillonnes. 

■unuiiMtt, 8. Bure, ^toffe groasiire 
faite de laine ; bureau. — On-t-a rmouct 
Uftfdelforoch avou del hanskott : on 
a riuabilla lea indigenta de la paroiase 
avaa de la bure. 

f) a. Groque-mitainey per- 



HAP 



sonnage imaginaire dont on lait peur 
aux enfants ; valet pretendu de Saint- 
Nicolas. — Ifal^ nin la, Eanskrou/vi 
hapret! N*allez pas Ik , Croque-Mitaine 
yous happera. 

iiaiit^, ▼. (Ji hantt , no hantanj. 
Courtiser (i) , faire la cour k une de- 
moiselle , la reehercher en mariage. -— 
Apr^ atu hanU lontin ciss krapOtt la, % 
Va Ui la : apr^ avoir courtis^ long- 
temps cettejeune flUe, il Fa d^laissee. 

— Hants ^ mariech : courtiser une de- 
moiselle dans rintention de T^pouser. 

— T4lgin hante-t-on, Ulgin d^vin-Uon : 
dis-moi qui tu hantes et je te dirai qui 
tu es (2). 

naaieeh, 8. Hantise , action ou ma- 
ni^re de courtiser. — Ci j6nn on la ^ 
foirpo I'hantech : ce jeune homme eat 
dispose il la hantise. 

naalea, eftss OU reM, S. Courti- 
san , amant , godelureau. — Baik6 
d'hante^ ifpd d'marieU : beaucoup d'a- 
maata et peu d*6pouseurs. 

nantr^le, 8. Hantise, amours, fr^- 
quentation. — Zi p6v valet a-t-avu di 
mdMr divin sd hantrHe : le pauvre 
garden a essujS bien des contrarians, 
bien des tribulations dans ses amours. 

Banv , 8. Hannut, ancienne yille , 
commune du canton d'Avesnes, kZOk. 
de Huy et 31 k. de Li^ge. Pop. 1,100 h. 
Sup. 657 hect. — Qnavei^ Diew i VDial 
h VBdi d'Hann : il y ayait complica- 
tion, confusion, cohue. 

Haasfry 8. Groase-corde. 

■ap. Yoj. A-mip, ai-hap, E-hap. 

Hapa, 8. Volet, fllet, grille d*un 
pigeonnier. — ShrS, doviair li hap^i 
tirer , l&cher le filet du pigeonnier. -^ 
TapS di pe^ so Vhapd : sender le terrain. 

aapaie , 8. Laps de temps , temps 
moral , certain temps. — Ona n*hapaie 
hi ji n-VdU vi^o^ : il y a assez long- 
temps que je ne Taie vu. — Kwan on- 
Z'i moir, on n^a po n*kapaie : quand 
on est mort, on est plus couche que 
debout. — FS n'sakoi al hapaie : faire 
quel que chose k la h&te. 

Hapa«t,8. Gribouilldtte , }eu d'en- 
fonts qui se disputent une chose qu'on 
leur a jetee. — TapS di hack al hapdtt : 
Jeter des fruits tap(§8 k la gribouillette. 

Hap^aar, s. (suranne). Commis 
charge anciennement de capturer les 
yiandes non-acquitt^es k leur entree 
en yille. 

(I) Ne diles pas eonv»rter. 

(% Qaelqoes plaiianu tradaiMnt aiofti: ifi^-moifiti 
m MDlM «r/« Ce dirai qui tu rrtqaeotct. 

TOMB U. r" ^ T 

Digitized by VjOOQ IC 



— 1* 



HAR 



H«p^, T. (J% hap, no hapanj. Voler, 
dSrober, happer, saisir , arracher , 
prendre* 8*emparer, ravir, gripper. — 
Map/ sou k'inn 6U a : derober le bien 
d'aatmi, le devaliser, le detroasser. 
— Hap/ It VkoiUai foik d*8^ min : arra- 
ehez-lui le couteaa des mains. — Si 
hapdpo rtieu , po Vtxgnas$ . po Vgv^Xe : 
se prendre auz cheveax , par la gorge, 
se tignoner. — / hap si pogn Hit cSne 
inn Sim/: 11 live le poing et loi asaene 
un coup. — Eap/ on freH : attraper 
un rhume , an ref roidisaexnent, un ca- 
tarrhe. — C'ess-t-^m mi hi s'hap : e'eat 
un mal contagieux, une contagion. — 
Eap/ n'blamaie : prendre un air de feu, 
une regalade. 

H«i^, ale, adj. Havi, roussi leg^ 
rement par le feu. — S^ pess son- t-on 
p6 hapaie, el li-t-a nUUm tro pri d^fel^ : 
ses linges aont havis , elle les a mis 
trop pr^s du feu. 

nap^ ale, adj. Sauvd, bora de peine, 
bora de danger. — Bco hih jo^ d*bai 
tin, noss grin shre^ hap/: encore quel* 
ques jours de beau temps, et notre 
ble eat aauvl. — Mi so^ a stu fnaUtty 
fninvoUa hapaie: ma aoeur a Ste ma- 
lade, mais la voilli convaleaoente. 

Ma^a, eftM ou reM,8. Preneur, 
qui prend , qui attrape ; raviaseur , en- 
Tabiaaeur. — Hape^ ^fo^n : taupier, 
preneur de taupea. 

0ApeA-4«Mi«h, 8. GK)be-moucbea, oi- 
aeau qui ae nourrit de moucbes et 
d'autres inaectea Tolants. — Bap/ on 
hapeM,*moh: prendre, attraper un gobe- 
moucbea. 

M»p-ff«TMi9 a. Taupiere, morceau 
de boia creua€, muni d'une sonpape, et 
qui aert k prendre des taupea. 

naplapiB, a. Gueux, gourmand, per- 
aonnage fam^licjue. — VH d haplopin 
la MU: ^conduiaez ce gueuaard. 

MAr^a. Brdcbe, fracture au tran- 
cbant d*un couteau, d*un instrument ; 
eaaaure. — F/d^ hdr divin n'hep ou an 
fiemin: faire des brdcbea dana une 
hacbe ou dana une aerpe. -^F/on hdr 
divin n'sitof: faire une taillade dana 
une ^toflte. — F/ on hdr ^ s'Sin-Kres- 
pin : faire une brdcbe dans aa fortune, 
-—F/d^ hdr ^ sahramin : pteber centre 
lea aacrementa, et particuli^rement 
contre celui du manage. Voy. hAtI^. 
HAr, a. Hardea, babits, babille- 
menta, nippea. — Xihit, alouw/ si hdr : 
uaer, friper ses bardea. ^ ZHddhdr i 
toach : laiaser des Tdtementa en gage. 
— Pi vHi hdr a vintt ! Vieux babita, 



HAR 

▼ieux cbiffona k vendre ! Cri des fri- 
pi^rea ambulantes. 

HAr, adv. et int. Dia , mot dont lea 
cbarretiera ae senrent pour faire aller 
leurs cbevaux k gaucbe. — Onh va hdr 
i Vdie va hoti: Tun tire k dia, Tautre k 
burbau; Tun veut blanc et Tautre 
yeut noir. ^AUhdrh hott: aller de^^ 
et deli, k droite et k gaucbe. 

■ar , a. Hart, lien d*osier ou d'autre 
bois pliant pour lier lea fagots, les 
bourrees, etc. — DUdt Vhdr d'inn mou- 
edit: delier la bart d*une bourree. 

narWtt , 8. Coupe ou godat d*une 
tasse. — Vo buv/ al harbott i mi d 
plaiai: youa buvez k la coupe et moi k 
la soucoupe de la taaae. Voy. iLa^te. 

Bimrh^vXm^ 8. Outil, inatrument pour 
deboucber. 

HarbovTeeh, s. Fouille dans lea 
rigoles. 

nard^, ale, s. et adi. Br^be-dent , 
qui a perdu quelquea dents de devant, 
~- Mi fidss i hdrd/: mon gendre est 
brSche-dent. — Vola n'bel jdnn/He, c'i 
damach h'ell i hdrdaie: YOilk une jolie 
demoiaelle , c'est dommage qu'elle est 
brgcbe-dent. — Zaide vHe hdrdaie : 
laide Tieille 6dentee. 

■ard^, v. fJi hdrdaie J. fibrdcber, 
6denter , faire une brdcbe. — Bdrd/ on 
Jlemtai : Sbrdcber une aerpette. — ffdrd/ 
n'sdXe: 6denter une ade. — Bdrd/ on 
t^turon : ^gueuler le bee d*un vaae. 

nard^leailift e nardiailB, adv. Har- 
diment, avec bardiesae, audacieuae- 
ment, intrdpidement , reaolCLment, de- 
liberement. — PdrU, minti hardHemin: 
parler, mentir bardiment,effront^ment, 
t§m6rairement. — Dih/ It hardHemin 
h'il esS't-onnapai: ditea-lui bardiment 
qu'il est un ebenapan. 

nardi , Me 9 adj. Hardi , courageux , 
intr^pide, audaeieux, t^meraire; effron- 
te, insolent. — Oi govion la i hardi 
dM, difeum : ce luron est bardi aupr^ 
dea femmea. — Voss so^r ess-i-inn har- 
dHe hrapdtt : TOtre soeur est une flUe 
intr^pide. — raiAlt?, vo-z-esUtro hardi: 
taiaez-Toua, youa §tes trop effront^; 
yous yous emancipez. — (M-f-a Vdre^ 
d'ess hardi hwan on di I'vraie : on a le 
droit d'dtre bardi quandon dit Iay6rit6. 

nardiess, a. Hardiesse, courage, 
brayoure, intrepidite, t^m^rit6, audace ;^ 
effronterie, insolence. — Li hardness di 
no s6ddr : Tintripidit^ de nos troupes. 
•-^ Elsi d'vizet avou trop di hardiess: 
elles 8*expriment ayec trop de bar- 
diesae, ayeo trop d'effronterio. 



Digitized by 



Google 



— 18 — 



HAR 



HAR - 



■ar^ilMM, 8. Harengere, poiBsarde, 
qni Tend des poissons ; femme gros- 
sidre, iDSolente, querellease. — SI s^a- 
Ummet kom d^ h^r^ress : elles se tu- 
toient comxne des hareng^res. 

■Arffan , s. Chouette , oiseau de nuit 
qui tient da hibou^t da chat-hnant ; 
orfraie. 

Marikrftu, 8. Tri8-petit escargot 
de mer. 

■arta,s. flareng, poisson de mer 
qoi De ee p^che que dane certaines 
saisons de Tannee, ou il vient par 
troupes. — Novai hari»: hareng frais, 
hareugpec. — Zicai d*harin: laite ou 
laitance de hareDg. — Etonnleg di ha- 
rm: caquage. — No-sh^stan rasfaU 
Turn dS harin d*tin on tonai : nous 
sommes encaques comme des harengs. 

— Eaiin d Ueai: hareng X^XXik.-— Harin 
d-tr-Q^: hareng obuyI. — Tonai d'harin: 
eaqne de harengs. — EtonnUd^ harin: 
encaquer des harengs. — Peh d harin: 
harengaison, pdche aux harengs. — 
Watwdd^ d^ harin: saurer des harengs. 

— 72 ^ hom on harin d'vin n'/oi'e dijott : 
son habit a trop d'ampleur. 

nmv%mgwt€^ v. fJi haringaie). Haran- 
goer , adresser une harangue k une 
assemblee » k quelqu'un ; discourir , 
prononcer un diseours ; compUmenter 
publiqaement. —• Haring%i Vpe^p, U 
sifddr : haranguer le peuple , les sol- 
data. 

HariBtfiieft, 8. Harangueur, celui 
qui harangue; orateur, discoureur. — 
K^ pif haringue^l Quel piitre haran- 
gueur! 

auuriMk , 8. Harangue , diseours fait 
k une assemblee , k un prince , etc. ; 
fiBlidtation publique. — KonpMn'lonh 
harinh: composer une longue harangue. 

lUriua, 8. Joug k porteur , gros 
biton ^chancre au milieu poor porter 
deux seaux suspend us aux deux bouts. 

■Ark^yT. (Ji hdrhaiej. Porter le 
Joug qui supports deux seaux. 

■Ark^, T. Bchancrer , tailler, evider 
en forme de croissant ou de portion de 
cercle. — Hdrh^n'tdf, on horon : echan- 
erer une table, un madrier. 

HArkiklkM*, 8. Arquebuse, aucienne 
arme k feu qm se portait sur T^paule. 

— Zijei^ d'hdrhiMiss: le jeu de Tarque- 
buse. 

■arktktibUUt, 8. Arquebusade, coup 
d'arquebuse. — Li hdrhib^zdti ^ n-n'a 
hUet pu d'onh : I'arquebusade en a 
blasse ^ns d'un. 

■arkik^B^y Y. fJi hdrhMtaieJ. Fu- 



silier, passer par les armes, tuer & 
coups de fusil par suite d*une eondam- 
nation. — HdrhiMtzS d^ d^airte^r : fu- 
silier des deserteurs. 

HArkiklbifi y 8. Arquebusler , qui 
s'exerceautirderarquebuse.^^il Vtz/, 
gna d^ h'pagnHe d'dhastri ^ d'hdrhibiizt: 
k Vis^ , 11 7 a des compagnies d*arba- 
letriers et d'arquebusiers. 

HArkiMBt) 8. Arauebusier, fabri- 
cant de toutes sortes d*armes k feu por- 
tatives. — No hdrhib^zt ^f>oM di fitik 
divin U hwatt pdrtHe di fnontt: nos fa- 
bricants d*armes euToient des fusils 
dans les quatre parties du monde. 

■arkikftsr^ie, s. Arquebuserie, art, 
metier de celui qui fait des armes k feu 
portatives. — Po Vhdrhibi^zrHe gna nouk 
a Itprtntt : pour Tarquebuserie, 11 n*y a 
personne k lui damer le pion. 

Harlaka e narlak, 8. Btourdi , 
braque, argoulet. — Ihrai/oir, min 
c-«? h*on harlah : il crie fort, mais ce 
n^est qu*un Icervele. 

HariikiB, 8. Arlequin , bateleur, 
marchand d'orvi^tan ; personnage de 
com6die, dont le T§tement est form6 de 
diverses couleurs. — JowdU rdl di har-- 
lihin: jouer les rdles d*Arlequin. — 
C'en-t-on so, on vraie harlikdn : o*est un 
fou , un veritable Arlequin , un charla- 
tan. 

HarllkliUkti, HarllkUieeh h flarll- 
kiimr^ie, s. Arlequinade, bouffonnerie 
d'Arlequin. — Ciss homidHe la ess-t-inn 
fir harUhindtt: cette comedie est une 
arlequinade bien paum6e. 

Haraeikr) 8. Echamure. V. mhAr- 

■elkr. 

inamov-M^, s. Sorbier. Yqyez 
liaTema. 

' Harott 9 8. Haridelle , mauvais che- 
val maigre et vieux ; rosse , criquet , 
cheyal de Tapocal jpse , rossinante. — 
Siljvd esS't-inn harott hi n'rott h'a c6 
d'corih: son cheyal est une haridelle 
qui ne marche qu*^ coups de fouet. — 
On mdva jvd d'louweeh : locatis, mau- 
yais cheyal de louage. 

HArp , 8. Harpe , grand instrument 
triangulaire de musique , k cordes ini* 
gales et que Ton pince ayec les deux 
mains. — Jow^ del hdrp : jouer de la 
harpe, pincer la guitare (ou de la 
guitare). — On rpr^zintt li roi J)di)itt 
jowan del hdrp: on repr6sente Dayid 
jouantde la harpe. 

narpih e Harpik, 8. Poix , mSiange 
de r^sine de pin ou de sapin ayec de la 
suie. — Plahi sonla d'hdrpih: enduisez 



Digitized by 



Google 



— iff — 



HAS 



eela de poix. ^ Fik di Mrpik : petit 
roBte^ rebut de poix s^che. 

HArpiheeii) 8. Action de poisser ; en- 
duit de poix. — Zi Mrpiheeh d'on M- 
tai: Ten duit de poix d'unligoeol. 

H^rpiht , V. (Ji Mrpih^ie), Poisser , 
enduire , frotter de poix. » Li koiphi 
MrpihHe s^ chitai : le cordonnier poisse 
son ligneul. 

HArpifM, 8. Harpiste , celui qui sait 
jouer de Ja harpe. — Modem Regnid- 
Oranckan estdt-t-inn hdrpiss rinomaie : 
Madame Eegnier-Grandchamps 6tait 
une harpiste distingu^e. 

Bura^ , 8. Harze , commune du can- 
ton deFerriere, ki 1/2 kil. d'Aywaille 
et k 31 kil. de Liege. Pop. 750 hab. 
Sup. 1911 1/2 hectares. 

HAflplaie, 8. Echevcau, fil de Aoie ou 
laine plie et replie. — - Manow d*inn kis- 
plate : sentene. — Kmilaie kdsplwie : 
eeheveau embrouiile ; confusion , em- 
brouillement , dedale , bcouiliamini , 
cahos inextricable. 

HAflpi^, y. D^Tider, mettre en eche- 
veau le fil qui est sur le fuseau. — 
JId$pU tre^ lonkai: devider trois pelo- 
tons. 

MiMpi6^ V. fJi kdsplaie h ji kdspelj. 
Courir. sesauyer. — Im'afalouMspU 
po VrMMir: il m*a falla prendre mes 
jambes h moo cou pour Tatteindre. 

iiA0pi®«l> 9 8* Action ou mani^re de 
devider. — Vo-t-esU ckerghe d^ k&s- 
pkck : yous 6tes charg^e de devider. 

HAsplelk, 8. Devidoir, instrument 
pour devider les echeveaux de fil ; celui 
qui d^ide. — Haspl&Sk d'akajou : devi- 
doir en acajou. 
HAvplelkry 8. Quantite de fll devidee. 
Ha00, 8. As (i) , carte ou face d*un 
de marquee d'un seul point. — Ai>u U 
kwatt kass , (Mm katwass di kass: avoir 
les quatre as , avoir quatorze d'as. — 
Li kass kagn to U-z-dtt kwdfje^ del 
matrnn s6r : Pas preiid toutes les autres 
cartes de m§me couleur. — Af>u treik 
kass: avoir brelan d'as. —U a Vkass 
di koiir : il a Tas de coBur, il a du ccBur, 
du courage. — A^, il a Vkass I Eh , il 
a peur, il est battu, deconcerte! II a 
essuye une defaite , uu deeappointe- 
ment. 

mmmmy 8. Hasselt, chef-lieu de la pro- 
yi nee de Limbourg. — Ji m^va-t-a ffass 

({) I.e t de ee mot doU toujours m prononcer ; il n> 
a point dVxci-plion. C'cfl k tori que roainte^ personnel 
dlMDt qu'elle* onl To de eowir, I'« de| pique..., troi» o, 
tens Xnai Tai mAme eo ladouleard'eotendre ant lois 
an jouear 6noocer «erieusement cct parolw: j'avaw 
Ui fiMf'-«-a/ 



HAT 

po Tank : Je vais k Hasselt par Tongres. 

— Bour di Eass : beurre de Ostrnpine, 
que Ton vend sur le marche de Hasselt. 

hAm, 8. H&te, yitesse , diligence, 
precipitation, promptitude.— ilt^w kdss: 
8tre presse. — II a-t-avu kdss , parblu! 
Dame, il a couru un grand danger. — 
FS n'sakai h Vkdss : faire quelque chose 
en h&te, avec acceleration , a d^pdehe 
compagnon , precipitamment. 

nAM, 8. Hase, femelle du li^vre ou 
du lapin. — ffdss k'i plintt : hase 
pleine. 

]ia«0, 8. Hausse. Yoyez nass. 

nattiaieiniB , 8. H&tivement , avant 
le temps ordinaire ; promptement, pre- 
cipitamment. — / fai vni d^fie^r ^ di 
frupu kdstaiemin ki U-z-dtt jdrdint: il 
fait venir des flairs et des fruite plus 
h&tivement que les autres jardiniers. 

— Mori kdstaiemin : mourir prematu- 
rement. 

nSkmi6^ ale e nasUff, adj. Prema- 
ture » mdri avant le temps , ce qui a 
lieu trop tdt. — Di fru kdsU : des 
fruits h&tifs, prematures. — Ciss novel 
la i tro kdstaie : cette nouvelle est pr^- 
maturee. 

mSkmte^Tf 8. Empressement , h&te; 
prematurite. Voy. hAm. 

MimUj v. fJi kdstaiej. H&ter, pressor, 
diligenter, precipiter.— JJ/^^*'«wr^(?A: 
h&ter, accelerer son ouvrage. — Si 
kdsU di pcit: se h&ter, 8*empresser de 
payer. — ITfd nin s*kdsUdyoin sijug- 
fniniH ne faut pas se h&ter dans sea 
jugements. 

na«it, 8. Broche, sorte de verge de 
fer pour assujettir la yiande qn'oo veut 
faire rdtir.— Rosti %*kop di potet d kdstt : 
rdtir une couple de poulets h la broche. 

vAmttn, atnn, adj. H&tif. Voyes 
TlBpr«n. 

■atatMnUte, 8. Fierte, orgueil, hu- 
mour hantaine; morgue, outrecui- 
dance. ^Id^inUrei so dMtatnnisU : son 
orgueil le rendra fou. 

naiatsmmiB, adv. Hautainement , 
d*une mani^re hautaine ; ii^rement, 
arrogamment, imperieusement. — Ma- 
dam d'd ckestai m'a traiti kdtatnnmin : 
la Ch&telaine m'a traite hautainement. 

Hati, V. fJi katik, no katikanj, Havir, 
roussir par le feu. — Li ckdr a tro four 
fe^, el katikret : le trop grand feu ha- 
vira cette yiande. — Si kati li mustai: 
se roussir les jambes en se chauf^t 
trop pr^s du feu. 

natiheeh e natihelkr j 8. Action de 
havir. — Resk^iM i>oss honwaie, fn sogn 



Digitized by 



Google 



— « — 



HAV 



di kaHhech : recules Yotre lessiYe, Jo 
enuns qu'elle ne havisse* 

■AttM, mUm^ adj. Hautain , yani- 
leox, presomptueax , fier, superbe, 
altier , fat , qui traite 8«s semblaldes 
haatain«ment , en mirliflore. — Noss 
jGnm Marhi a Vion Mtin : notre jeune 
marquis a le ton haatain, oatrecoi- 
dant. — K'ell a Vair Mtainn ci$s km^ 
U ! Qu*elle a Tair ^autain , cette corn- 
mere! 

Matral , 8. Cou , partie du corps qui 
Joint la t^te aux epaules. — Zon hatrai, 
koHrkairai: long cou, court con. — 
Onair di hairai: perfs cervicaux. — 
A9% mi s'katrai : avoir un torticolis, 
avoir un mal de cou. — Noret d'hatrai: 
cravatte , mouchoir de cou. — PoirU 
n'sahoi i s'hairai : porter quelque chose 
d son oou (et non dans son cou). — Si 
hac^Vcek di hairai: se casser la clavi- 
cule, le muscle cervical. — Toircht 
I'katrai a n*saki : tordre le cou h quel- 
qu*un. — I son d'vin jnskd hatrai: ils 
sent embourbes jusqu'au cou. 

Hatt, adj. Etriqae, qui manque 
d'ampleur; affame, ginguet. — Abi k*i 
^Ao^^: habit etrangle» trop 6courte. 
^Mi chmth son tro hatt: mes che- 
mises sont trop Itriquees. 

Wimity 8. Imputation, propos calom- 
nieux, trait de medisance. — Tap^n*hatt 
so n'sdki: medire de quelqu'un , le d6- 
nigrer, lui lancer une inculpation. 

■•▼•«h, 8. Droit que le bourreau 
avait anciennement sur les petites 
denrees du marche. 

■•▼•I, 8. Long crochet de bois pour 
atteiudre les branches elevees. 

■•▼Aiey 8. Cavee, chemin creux; 
ravin on ravine. — On n'si sdreUt, sichi 
>M di eiss havaie la : on ne saurait se 
tirer de cette cav6e. — U Kdnn del 
ffavaie : les Cannes du monasters de 
la Xhavee (commune de Wandre). 

■•▼•M, 8. Gruenipe , aalope. — 
Ni louht nin ciss laitt havass la : d6- 
tournez vos regards^ de cette vilaine 
gaupe. 

itoTe, V. (Ji haf.nohavan). Ratisser, 
racier, rkper, gratter.— J7at?/(l^ rhcenn : 
ratisser des carottes. — ffav^ n*pai : 
racier une peau. — Eav^ dd souk : rt- 
per du Sucre. — Vola di peUr i di pom 
hi ka^i'i'i goti horn di chinn: cea 
pommes et eea poires sont d'une &prete, 
d*une aeerbite insupportable; e11e8 sont 
Acres, elles ont beaucoup dicrete^ ellei 
radent fortement le gosier. 

■•▼eeh, 8. Action de riper. — ^ FdrH 



RkSN 

n'cwri po rhaf>ech di pat: il fliudra un 
ouvrier pour racier les peaux. 

■ATema, 8. Sorbier ou oonhier, 
arbre de la famille des rosac^es. — 

— Kwan li peH d'Mvema son r^, li 
chdpatnn son chtr : quand les sorbes 
sont rares, les grives sont chores. 

HAveraaky 8. Havre-sac , sac de 
voyage pour le soldat-, pour Touvrier. 

— li pla hd^ersah mlet mt k'li ton : 
les havre-sacs plats soot plus eom- 
nKKies que les bomb^s. 

Havet, 8. Crochet de tondeur ; cn>e 
ou crochet pour j pendre de la viande 
et autres choses. — Mettpinte inn Unw 
di hotv d kavet: appendre une langue 
de boBuf au crochet. 

Himwett^ 8. Diminutif de naval. 

Hairelk, 8. Radoir, instrument pour 
racier. — Haveii a de^ mini radoir li 
deux mains. 

navelk, 8. Compagnon de veine» 
terme de mine. 

Havelkr, 8. Ratissure , ripure, ra- 
dure. — Di kav&S^r di kronptr, di ri^ 
cenn, di pandfi: epluchures, ratissures 
de pommes de terre , de carottes, de 
panais. 

navutriiL , 8. Sous-ventriire , oour- 
roie qui passe sous le ventre du ti- 
monnier. 

hAtI^, v. fJi hdvel h ji kdvlaie). 
^ohanerer, faire une ouverture ; fendre. 

— HdvU n'koU di d'so : faire une ou- 
verture il un jupon. — Kom on-s-^ 
kdvU dioin ci pigo la I Quelle ample 
coupure on a faite dans ce coupon! 
On a coupe comme en pleine 6tofi^. 

HATieehyS. Action d*6chancrer , de 
fendre, de couper en pleine etoffe. — 
K^ mdl ovrir avou s'kdvleeh! Quelle 
mauvaise ouvri^re avec sea cmipures 
excessives ! 

HAviedur, 8. Ouverture, echancrure 
faite k une jupe, k une chemise, k une 
blovse. — Voss hdvle^r i tro lonk : Ton- 
verture de votre jupe est trop longue. 

navreM^s. Ripe, plaque de m6tal 
pour mettre en poudre du sucre , de la 
muscade , etc. — Prindd Vkavress, si 
kav/ di souk so li doraie : prenez la 
ripe et ripez du sncre sur les tartes. 

navrafti, s. Carrelet, filet assujetti h 
deux bitons ploj6s en croix et attaches 
au bout d'une longue percke; rets,* 
ableret , &ihiquier. — Pikt a Vkavro^l 
so Moi^ss : pecher au carrelet sur la 
Mcuse. — K6 d'havro^: coup d'able- 
rat. — Fi d'kavro^l: lignette. 

flaw, 8. Houet instrument k fsr 



Digitized by 



Google 



— 18 — 



HAW 



HE 



large et reconrbe etoc manehe de bois, 
pour remuer la terre en Tattirant vers 
8oi. — Rdi d^'Z'ieb a h6 d*haw : arracher 
des herbes au mojen de la houe. 

flaw* y 8. A.boi , aboiement , bruit 
que fait le ohien en aboyant ; jappe- 
ment , glapissement , cri des petits 
chiens ou des renards. — Si chin a on 
hawa k'^ Un jainnan : son chien a un 
aboiement bien importun. 

HawA, AU9 8. Abojeur, bayard, 
gueulard , grand crieur. ^ ToU hawh 
gne^Ut apri lu : tous les abojeurs jet- 
tent les hauts oris contre lui. 

nawai, 8. Pioche, grande houe, 
instrument aratoire pour ouvrir la 
terre ; loucbet. — Rahatt on kroupet a 
c6 d'hawai : deblayer une butte de terre 
k coups de piocbe. — Be^r on k6 so 
Vhawai : boire le coup de Tetrier , le 
coup du depart. 

naw^, v. fJi haw, no hawanj. Houer, 

J)iocber , fouir la terre avec la boue ou 
a pioche. — Eaw^ U mdU-^-ieh foik 
d'onJdrdin:\hovieT les mauvaises herbes 
d*un jardin. 

Haw^y V. Aboyer , japper, glapir. — 
Voss chin haw so to Vmonit: Totre chien 
aboie contre ou apr^s tous les pas- 
sants (i).— Qna parhie h*on lai chinpo 
Un hawe: rien de tel qu'un laid chien 
pour bien aboyer. 

naw6 y Y. Clabauder , crier , faire du 
bruit mal k propos et sans sujet. — 
Ni hawd nin tan sor lu , i vd mi k'i)o : 
ne deblaterez pas tant contre lui , il 
yaut mieux que vous. 

Haweeii, 8. Travail h la houe, k la 
pioche ; maniere de houer. — Zi hawech 
afai di bin a to jott : la houe a fait du 
bien k yos ckoux. 

naweeh, 8. Aboiement. Voy. nawa. 

flawed 9 re09 y 8. Aboyeur , qui fa- 
tigue par des criailleries importunes, 
par des injures. — ZH brair U haw&Sk, 
s'agih^ todi sntan voss honsiaince : lais- 
sez crier les aboyeurs, et agissez tou- 
jours consciencieusement. 

Haweft , reM 9 8. OuYrier qui houe , 
qui pioche. — Fdret bin d^ haweH po 
rhvaU ci hopai la : il faudra bien des 
ouYriers pour niveler ce monceau de 
terre. 

Hawt, 8. Idiote, innocente. 

Hawieti , 8. Petite houe. — RahopU 
aton n'hawlett: biner avec une petite 
houe, avec une houette. 

nawr^ie y 8. Aboiement ; criaillerie , 

(1 )ZAbojftr iwr n*«tt pat franf ait. 



Yociferations ; tapage, clabauderie. — 
Onavei^ n'/ameUss hawrHe i vindf: il y 
avait une fl^re criaillerie, un terrible 
dabaudage dans le quartier. 

■awi^y Y. fJi hawtaiej. Houer 16ge- 
rement, biner. — J*aon p6 pad m'tin 
'a hawt^nt^habn: j'ai passe mon temps 
k houer dans mes choux-cabus. 

nawi^ 9 y. Japper , glapir sans 
cesse ; diminutif de naw^. — Ona n'pi- 
tite mautt di chin h*a hawti tote nutt : 
une petite mazette a japp6 toute la 
nuit. 

■awteeii, s. Glapissement, cri de8 
renards et des petits chiens quand lis 
glapissent; jappement. —• On-z-^ ndkt 
d'oX Vhawtech di ciss hagnett di chin la: 
on est fatigue d'entendre le glapisse- 
ment de ce roquet. ' 

namar, 8. Hasard , cas fortuit, 
extraordinaire ;^Yentualite, chose even- 
tueile , acddentelle. — Z^ jeH d'hazdr 
son d*ilndo% : les jeux de hasard sont 
interdits. — Par hazdr , a to hazdr: 
par hasard, k tout hasard; fortuita- 
ment , accidentellement , eventuelle- 
ment, casuellement. — Fion h6 d'ha- 
zdr : faire un coup de hasard , un coup 
extraordinaire , inattendu. — Vintt d 
hazdr, hasdr ^ to: faire une Yente alea- 
toire. -—Ea^r hautt: Yaille que Yaille, 
il en arrivera ce qu'il pourra , arriYe 
qui plante. — Zi hazdr, c? Vpatron d^ 
so : le hasard est le patron des fous. 

Hamard^, Y. Yoy. Ahamard6. 

namardelksmln, adv. Voy. Mhmmkr^ 
dalemln* 

nasty Y. fJi hatih, no hazikanj. 
RiYcr, recourber ou|aplatir la pointe 
d'un dou sur Tautre cdt6 du corps 
qu'il perce ; rebattre. — On n'sdre^ rdt 
c'hld la, U^ hazi [d-VdU host/: on^ ne 
saurait arracher ce dou , il est rive de 
Tautre cdte. 

Haaiheeh 9 8. Action de riYcr. — Zi 
hazihech tin on hid an respet : on rive 
un doQ pour Tassujettir. 

naslhelk, 8. Celui qui rive. 

naain, 8. Bivure , dou, broche, 
pi^e pour river. — On foir hazin : ri- 
Yure solide. 

Haatr, 8. Terre inculte sur roche. 

n6 9 8. Bois montueux , monticule 
boise. — J6nn hi: bois taillis. — VHe 
hS: bois futaie. 

n^y s. Crochet k fumier , longue 
perche termin6e par un crochet; gaffe. 
— On-Z'Ocech Vancenn fo^ d^ dd avo% 
n'hd : on tire le fumier de la fosse avec 
une gaffe. 



Digitized by 



Google 



— 49 — 



HEI 



■^9 8. P&4ariB, bronssaille, bnijere, 
Itnde, friehe. — Z? herhi von pasturS 
so Ui^ ilea brebis Tont p&turer dans 
les friches. 

mShw^^y 8. et adj. Hebreu , langue 
hebraiqae. — Z^ Itv Mbre^ : les livres 
hebreux. — Sou h'vo l^ la, c*l di M- 
hrc^ por mi : ce que tous lisez , c'est de 
lliebrea, c^est du grimoire pour moi. 

— DMu dihihre^: h^bratsme. 
nte^ e whtt , v. fJi hess h ji h^ce, 

no k^ganj. Marcher sur des ^cbasses. — 
Ediparthnin d^ Lantt, Uzt to Vmontt 
Uce: dans le departement des Landes, 
presque tons les habitants marchent 
an mojen d'echasses. 

ii^«e4, s. Celoi qui va sur des 
Miasses. — JH tin-z^ tin , on lUce^ 
tarn li jaifal tair: celui qui marche sur 
des dchaases fait parfois la culbute. 

Hteeft^s. Echassier, oiseau k longues 
jambes, tel que la dgogne, le h^ron. 

Htet, Y. (Ji h€ss h ji khcHe, no h^canj. 
Sxeiter, provoquer, echauffer. -^ Pokoi 
IlMv vouchin sor mi? Pourquoi pillez- 
Tons TOtre chien contra moi? Voj. 

H^-d'ffaw) 8. Foutelaie, lieu plants 
de fouteaux ou de h§tres. — Noss Baron 
a di heU lU-d'faw : notre Baron posskle 
de belles foutelaies. 

M^, s.Bainure, entaillure; entaille, 
coulisse, feuillure. — Fin*}Uf\ entail- 
ler, faire une entaillure. — Yola on 
ridan hi n'va ni/n , li y/ess-t-aMmaie: 
la coulisse de ce tiroir est g&tee, le 
tiroir ne Ta plus. Yoy. n^vf • 

m^s^di-^mmmiy 8. Jable, rainure qu'on 
fait anx douves des tonneaux pour 
arrdter les pidices du fond. 

■esB, 8. Grimace , moue, singerie. 

— F^ n'liegn : rechigner , exprimer son 
degofLt , sa repugnance par Tair du vi- 
sage. ~- Hegn d*apotikdr : enseigne 
grotesque d'apothicaire. 

whgmmmj aatt, 8. Grima^nt, qui 
grimace. — On hiffnan vizech : un vi- 
sage grimagant. — Inn k^gnantt gin : 
personne grima^ante. 

M^^aty V. (Ji hegn). Grimacer, faire 
una grimace, des grimaces. — Vo$s 
eUn m'a h^gM vilainnmin : votre chien 
m*a fait une moue effraTante. 

■«!) ▼. fJi heie, no nHanJ. Mendier 
le jour des Bois. 

mihXmmmy 8. Succession, heredity, 
htotage, hoirie, legs ; chance. — 
HHanss di tre^ Gin f ran d'rintt: legs 
de trois cents ^nes de rente. 

^ B. Hcaume. Yoy. nmim. 



HEN 

BektAr^ 8. Hectare, mesure agraire 
ou de superficie , qui contient 100 ares 
et qui equiyaut k un bonnier 2 verges 
grandes 48 petites 212 pieds carres 64 
centiemes , ancienne mesure de Saint^ 
Lambert. -— Komeunn di m^ie hektdr : 
commune de 1000 hectares. 

Hektogram, 8. Hectogramme, poids 
qui contient 100 grammes, §t qui 6qui- 
vaut li 3 onces 3 gros 29 grains 5 cen- 
tiemes de Tancieu poids de Li^e. — 
On hektogram dipeHf: un hectogramme 
de poivre. 

Hektoiitt J 8. Hectolitre , mesure de 
capacite qui vaut 100 litres et qui cor- 
respond k 3 setiers une quarte un pen 
plus, ancienne mesure de Li^e pour 
les matidres siches; et ^80 1/2 pots 
anciens. — On hektolitt di frumin, on 
hehtolitt dipihet : un hectolitre de fro- 
ment, un hectolitre de genidvre. 

HektoMietiy 8. Hectometre , mesure 
itineraire qui vaut 100 metres, ou un 
petit quart de lieue. — Del chapel di 
Paradi al Vdv-Iieiitt, i gna h'on hehto- 
mett: de la chapelle de Paradis au Yal- 
Benott, 11 n*y a qu*un hectom^re. 

H^r^Trecky 8. Paresseux, indolent, 
oisif , faineant, mou, nonchalant , en- 
nemi du travail. — Ci n'siret md¥e rin 
dis*hoir, c'ess't-on h^-Vovrech: il n'ac- 
querra jamais de position, ilestanti- 
pathique au travail. Yoy. Maw. 

Hem J int. Hem , mot pour [appeler. 

— Hem, avol'oul Ho^te n*gott: hem, 
m'entendez-vous? Ecoutez un instant, 
venez gli. 

Heaii^, V. (Ji hemlaiej. H§ler, tous- 
ser pour appeler; tousser s^hement. 

— EemU onhdpo houhi Vt-owi : hSlez 
les ouvriers. 

Hemleck , 8. Action ou mant^re de 
hSler. — VO'Z-estt tro lonpo-z^ rhem- 
lech : vous etiez trop eloign^ pour en- 
tendre h§ler. 

Hemieft, 8. Celui qui hSle. -- Vola 
on hemle^ h'a bin n*graie voi : en voilli 
un qui a la voix bien gr§le pour hdler. 

H^BA, 8. Yerre k boire , coupe , go- 
belet, hanap, ]amp6e. — On KHa d*hir : 
un verre, un gobelet de bi^re. — Tapdm 
on hina d'pdhet , Hf plai : servez-moi 
un verre de genievre , sMl vous plait. 

Htea^ 8. Grand liseron, plante en 
entonnoir, en calice; campanulequi 
porte des fleurs en forme de cloches. 

— Piti hina : liseron des champs. Yoy. 
▼dvai. 

Htei) V. (Ji h^ih, no h^ihanj. 
Hennir(prononoez hanir),Be dit du che- 



Digitized by 



Google 



~ 80 — 



BC^R 



HER 



iral quand il fait sob cri ovdnaire. — 
Zi harott ni h^het wair : lea haridelles 
seliefinissent guire. 

H^alheeii ^ Htalhon, 8. Hennisse- 
meni, aeul cri du cheval. — Zi h^i- 
Am d*Mi jvd thUamonct m'iarivaie : le 
henDisaemeiitde mon cheval a annonce 
mon arriv^e. 

Wtetstimi , 8. Gai , plante parasite 
qui erolt sor les braoches du poirier, 
de Taub^pine, du chSne, etc. — Zi ver- 
jal sifat-Uavou d^ kMstrtU : la glu se 
fait de gui. 

wummj 8. Grosse bnche de bois fen- 
due en deux. — Pitite henn : buchette. 
— Mett «fui hewH so Vfe^ : mettre une 
bttche au feu. Yoj. ••keit. 

HeMiy a. AtteUe, planche 6chaDcree 
au eoilier des harnaia; petite ais ou 
menuea planchea de bois pour traite- 
meut des fractures, des eotorses. 

ii«Mi«ikiieh, s. Sabrenas, mauvais 
ouvrier; sot personnage. 

■endHBiai ou nesBmai, 8. Xhen- 
dremael, commune du canton de Fexhe, 
ii9kil. de U^e. Pop. 750 habitants. 
Sup. 692 hectores. 

nesBial, 8. Petit yerre. V. iiftfl«ii. 

Hmuit^f y. (Ji kenntaiej, Boire plu- 
sieiurs yerres. Toy. B«rt^ et pekt^. 

ne■»W^ 8. Soupente, espece dVntre- 
sol dans une cuisine. — Zi kouhntr 
doim i hmnvd : la cuisinidre couohe 
dans la soupente. 

Hep, 8. Hache, instrument de fer 
tranchant, k large fer et manche de 
bois. — Zi hep d'on sap&kr : la hache 
d*un sapeur.— Zi^i'o« ht^ie^-d*legn : 
la hache d'un bucheron. — Ahatt inn 
dha\6 d'hepi abattre ub arbre ayec 
une hache.— 0« boket d'tair hi/aiVhep: 
une parcelle de terre qui fait hache. 

Hep-MnBrtaly 8. Hachette, hache k 
main ; tille, essotte, marteau tranchant 
d'un cdtc. — PmsUm voss hep-^^-mdrtai, 
Mifplai : pr§tez-moi yotre hachette, 6*il 
yous plait. 

■ep-M-eheytt, 8. Besaigue, ciseau 
ou hache de charpentier. 

ii^^9 y. (Ji lUplaie). Retailler les 
angles d'un pav6. — Po m'iovrech , ji 
k^pla cin pit di pavaie : pour mon tra- 
yail, je retail lai les angles de cent 
payee. 

■epi^9 y. fJi heptaie). H^siter, 3tre 
embarrasis^, lent k parler, indecis dans 
les affiEtires. — Cess-t-on Hmsineii, i 
Keptaie trop : c'est un lambin, il tergi- 
yerse trop longtemps. 

■^^y. HaSr, deteater, abhorrer, 



exficrer. -^ FdMrli mintrHi, UpMi : 
il faut hai'r le mensonge , le p6ch^. — 
H^ U konphmin i U c^monnriie : hair 
les compliments et les ceremonies. — 
Zdie i s'mdrdss si haXet disp6^ lonHn : 
elle et sa belle-m^re se ha'issent de- 
puis longtemps. — Ji kd soula dareck, 
ji hi sovU ham li pess : je hais cela k 
mort, mortellement, comme la peate. 

n^r^, y. (Ji hir, nohiranj. Pousser. 
introduire, fourrer dedans, faire entrer 
de force. — Eiril pu Ion : poussez-le 
plus loin, eloignez-le. — ZfMju : ren- 
yerser, jeter par terre.— BM^ s'pants : 
manger ayidement , grossierement , 
outre mesure.— Hh'i s'narenn to kosU: 
bouter, fourrer son nez partout, se 
m§ler des affaires d'autrui. — El s'a 
Ut hM I'ded^ Vo^Xe: elle 8*est laiS86 
tromper, circonvenir. — Si hhSh rpdU- 
noss mdgrd Diew : se fourrer bon gre, 
mal gre; s'immiscer, s'entremettre in- 
considerement. 

nerkvi,s. Hercule,run des dieox 
de Ja fable, ceUbre par sa force et par 
ses travaux. — Ciss-t-om la hfoir kom 
on herkul : cet homme est fort comme 
un hercule , il est d'une force hercu- 
leenne. 

Heriaie, s. Abondance, multitude, 
quantite. — Kil herlaie di gin gnaveii 
la ! Quelle affluence de gens il j ayait 
Ik ! 

Herlaie. 8. Une partie au jeu de 
crosse ; cri des joueurs. — Yolangn 
jowd n*herlaie1 Ferons-nous une partie 
de crosse t 

Herlem, 8. Qnerelle, altercation. — 
C'^ todi herlem intt zel: ils sont tou- 
jours k se chamailler. 

HersMUe, 8. Herm^e , commune du 
canton de Fexhe, ii 9 kil. de Liege. 
Pop. 830 hab. Sup. 543 hectares. 

■erataUdiBe-Hv, s. Hermalle-sous- 
Huj, commune du canton de Nandrin, 
k 16 kil. de Liege. Pop. 635 habitants. 
Sup. 484 hectares. 

HernMa-diBeHB'ArgMAl, s.Hermalle- 
sous-Argenteau, commune du canton 
de Fexhe, k un mjriam^tre de Liege. 
Pop. 950 hab. Sup. 546 hect. — Zi hOU 
^ I'bass ffermal: la haute et la basse 
Hermalle. 

■erMiait, 8. Habitant d'Hermalle. 

Hema, s. Cheyre, machine pour 61e- 
yer des fardeaux ; grue , yireyeau. — 
Eliveonsoimt avo% Vhema: guinder 
une poutre ayec la grue. 

Herma, 8. Bets ou fllet d'oiseleur ; 
chaloa, grand fllet do pdcheur; bregin. 



Digitized by 



Google 



— 21 — 



HET 



HEU 



filets k maillefl itroites. — Pitihema: 
r68eaa. — Mett li hcma: tendre lea 
filets. — Mema d pi^tri: tonnelle. 

Mena, 8. Harnais, equipage de che- 
Tal. — Eema d*h4ir : harDais de culr. 

— Mett li hema a onjvd : harnacher ou 
enhamacher un cheval. Yoy. h^^m. 

m^ar^f 8. Heros , qui se distiDgue par 
una yalenr extraordinaire, principal 
personnage d'un poeme. — Vo v-z*av6 
kd^ kom on Mr6 : youa tous §te8 con- 
duit oomme un hiroe. — A fat d*1Ur6, 
NapolHoH ennn*estei^t-on Haiti : en fait 
de hSros, Napoleon en etait un remar- 
quable. 

■^■4, 8. Glagon. Yoy. nir*. 

tierpmkj 8. Cieeau, instrument d'arts 
et metiers, plat ettranchantd'un bout. 

— Herpai di s'krint: ciseau de menui- 
flier. — a ridan la strin tro foir, ifd 
d*%i on k6 d'herpai : ce tiroir est trop 
serr^ , ii ftiut y donner un eoup de ci- 
seau. — Ricmi on herpai : emoudre un 
dseao. 

Mcrvai , 8. T§t ou tesson , morceau, 
fragment « 6clat d'un vase cass^. — 
Ramac^to c^ hervai la, si U jHi d'vin 
Vlach d einit : ramassez tous ces tits, 
et jetez-les dans le baquet ayec les 
cendres. — Vi hervai: vieille femme de- 
crepite , vieille patraqne. — ffov^ her- 
vai ^ testai MU : balayez tits et debris. 

m^rwett y 8. P6ronnelIe , personne du 
sexe sotte et babillarde. --Taihtf, pitite 
hervett, vo v'dvm^ horn inn liwegn : tai - 
aez-Tous, petite peronnelle, voos parlez 
comme une insensee. 

HeM, 8. Echasses, longs b&tons 
ftTec fonrchons peurmarcher.— A^/on 
rotdaheu: marcher sur des ^basses. 
Yoy. e^6. 

Meat*, 8. Herstal, commune du can- 
ton de Liege-nord, k 4 1/2 kil. du mar- 
ch6 de Liege. Pop. 8,000 habitants. 
Sup. 1,568 hect, — Li gross hicaXerhie 
di Hesta : la grosse quincaillerie de 
Herstal. 

■Mtatty 8. Habitant, originaire 
d'Herstal. — Dond Sdve^r , li savan 
dokte^r, h LiMd Jihott, li momd graved, 
e$ti dek hestati : Dieudonne Sauveur, le 
savant m^decin , et Leonard Jehotte , 
graveur renomm6 , 6taient nes k 
Herstal. 

Hest^ , V. fJi hestaiej. Marcher sur 
des echasses. Yoy. n^e^. 

mhUy V. fJi hett k ji h^taie,noh^' 
tan). Eclater, se rompre. — D^ hoi hi 
snjett a s'hiU: du bois qui est sojet k 
mater, k sa rompre* 



H^t«Ar9 8. Eclat, planure. Yoyez 
HaehroU. 

nett, 8. Echarde, piquant de bois 
qui autre dans la chair. — Si chSht 
n*hettide^: se fourrer un picot, une 
echarde au doigt. 

He^y 8. Branchage, tite d*un arbre, 
toutes les branches d'un arbre. — VoUk 
n*dh h*a n'hel heUf : voilii un arbre 
qui a un beau branchage, une belle ra« 
mure. 

Helkpon, 8. Gratte-cul, fruit du ro- 
sier, de r^glantier. ~ K6pd de he^pon : 
cueillir des gi^tte-culs. •— Ona nol si 
hel rdss hi n^dtvinss hetpon: \\ n'est si 
belle rose qai ne devienne gratte-cul. 

■elkpoBt, 8. Eglantier, sorts de ro- 
sier sauvage qui vient dans les buis- 
sons et dans les haies. — Fle^r di he^- 
poni: eglantine. Yoy. Rda-di-haVe h 
Mvaeh-rdst. 

Helkr, 8.> (Ji he^, no hoXan ; ji he^ret). 
Hocher, secouer, agiter, branler. — 
Heii,r U poucir ju d'sh soU: secouer la 
poussidre de ses souliers. — Heii^r li 
nivai'ejudis'mantai: secouer la neige 
de son manteau. — Zi p'ti valet hoi'et 
U'Z-dh po fi to%m6 U-z-thalom : les ga- 
mins secouent les arbres pour en fairs 
tomber les haDuetons. — Zi chin s'hol'et 
hwan i son moili : les chiens se secouent 
quand ils sent mouilles.^Z^ Jvd s'hoi'et 
po hchict Ufnoh: les chevaux se se- 
couent pour se defaire des mouches. — 
Li vegn heU : la vigne coule. 

neftr , 8. Grange , b&timent oh. Ton 
serre les bl6s en gerbes. -— Mett Ugrin 
} I'he^: eogranger les grains, entasser 
les gerbes dans la grange. — Zi degn 
del heUr : Taire de la grange. — Ona 
ottan d*hate^ el he^r: il y a tant de 
batteurs en grange. 

neftr 9 8. Deteindre , perdre sa cou- 
leur; se ternir, se d6coIorer;se de- 
charger. — Zi stofdi voss r6h ni hei^ri- 
t-el nin d solo ? L*etoffe de votre robe ne 
se temira-t-elle point au soleil? — El 
n'a nin ho^ou d Vlavi: elle s^est bien 
savonn^e sans se deteriorer. 

nelkr, 8. Fairs passer, corriger. — 
Ji v*heiiret ciss laitt manir la : je vous 
corrigerai de cette mauvaise habitude. 

Heftr^s. Hure, tite de sanglier, de 
saumon , etc. , prindpalement lors- 
qu*elle est coupee. 

Helkr, V. Echoir, arriver k temps 
prefix ; expirer. — J*a n'rintt d'on 
mofe i tre^ stt hi he^t-al Sin-^Andrt : 
j*ai une rente d'un muid et trois setiers 
qui ichoit k la Saint- Andre. — On^let 

TOMS n. r^ ^ T 

Digitized by LjOOQIC 



— J2 — 



HEZ 



Hlfe 



a he^ rtrinte di me^: un billet payable 
fin du mois. — ZH heUir: laisser suran- 
0«r, laiBser prescrire. 

mtitit^ 8. Noise, querelle. — M koir^ 
ieir a personn: ne cherchez noise k per- 
soDoe. 

Heftr, 8. Aversion, antipathic. — 
PrinUinngin iheUr: prendre use per- 
sonne en grippe. -^EUaU chet, U sort, 
li'S-aregn i heUr : elle a les chats, lea 
souris, les araijirnees en horreur. 

Heftvt, ▼. (Ji heibvHe, no keitvianj. 
Btdier, ^imer, eouper la cime des 
arbres, — Eei^vt dS ^d : eteter des 
sauleF. 

Helk¥ie«h , 8. £branchement, action 
d 'etdter les arbres. — Li keH^ieg di no- 
€dbno »-a fomi haihd d*legn: J'ebran- 
eUament de nos arbres nous a fourni 
beauaoup de bois 4 br^ier. 

Be^Tion, 8. Emondes, branches su- 
perflues qu'on retranche des arbres. — 
On/aidi mougdtt avou I'he^vion di-t- 
db : on fait des bourrees avec les 
^mondes des arbres. 

neftvr^le, s. BaUjures , crasses, or- 
dures amassees avec le balai. — Min^ 
U he1tvrii€ IvdXe divin n'berwett: enlever 
lea balajures dans une brouette. Voy. 
ChtttUa* 

BeftvreMi) 8. Balayeuse, f^minin de 
Bttve4k. 

H«v^9 v. fJi kHHe). Canneler , creu- 
ser , omer de cannelures. — HH^ on 
piU, on Jmfet : canneler une colonne , 
un buflfet. 

n^el, 8. Siphon, tuyau reoourbe. 
^ On hivel di teHl, di flair sitatnnd: 
un sipbon de verre, de fer-blanc. 

H^vt^T. fJi heveie,no hdvianj. Faire 
une rainure ; entaitler , faire une en* 
taille; canneler, faire des cannelures, 
des stries ; evider , evaser. — EM di 
planch : faire des rainures k des plan- 
ohat. — HMr on ionai: jabler, faire le 
jable dea douves d*un tonneaa. 

H^vleeliy s. Maniere de faire des rai- 
nures, dea entail les, des stries, •— Voss- 
t-ovri k'esS't'Odrett po Vhhiech : votre 
ouvrier est apte a iaire des rainures. 

Bevne^T. (Ji hitnaie , no i^vnanj, 
Tiaonner, fourgonner, Voy. Forgnia^ 
^ Grawt. 

A^wii e B^iwi 9 8. Heluid , nom de 
femme ; Helwige. 

H^sli^ f V. fJi yzitt, no hhit^. 
Hi§ait«*, He paa trauver facilement ee 
qu\m vaut dire ; baiancer en parlant ; 
b%ajery balbutier; balancer, Stre en 
MM^aoav ircfaoltt i no aairoir quel parti 



prendre. — Fefan n*avei^ nin apri s^ka- 
tricem, il a baiod hhiti: Tenfant n'avait 
pas appris son catechisme , il a beaa- 
coup hesite. — Ni h/zit^ mdk'e intt U bin 
d Vm^ : n*h6site jamais entre la vertu 
et le vice. Voy. Hept^. 

B^Ueeh , s. Hesitation , incertitude 
dans Tenonciatioc ; begayement ; inde- 
cision, irresolution , perplexite. — Vo$s . 
hhitech vi fai d^ toir : votre hesitation 
vous nuit. — Zi hdziteg dS ci hi d'viss 
ndhih li ci kiho^tt : Thesitation de celui 
qui parle fatigue celui qui ecoute. 

Bt , s. Coutre, tranchant du soc. — 
On hi At tHe com i fd : un coutre qui 
tranche la terre parfaitement. 

Biatan, 8. Hyene, animal sauvage, 
carnassier , gris tachete , ayant beau- 
coup de rapport avec le loup. 

viuut h BirAtt, 8. Dechirure , lace- 
ration. — To coran, ell a fai n'lonh hi&tt 
a 8*vantrin: en courant, elle a fait une 
longue dechirure k son tablier. 

BiSeh, 8. Action ou maniere de de- 
chirer ; dechirure. — To shchan H foir, 
fa sogn dS hiifch: en tirant aussi fort, 
je crains la laceration. 

Bi^dlaie, 8. Troupe. Voy. Biett. 

H|^dre00, 8. Vacb^re, celle qui m^ne 
paitre les vaches, les cochons, etc. — 
Ell I groctr kom inn hi^drestdi po^cai : 
elle est grossiere comme une poreh^re. 

Biel) 8. Ecuelle, pi^e de Taisselle 
pour le potage ; vaisseau. — Eiel a- 
%-orHe : ecuelle k oreilles. — Dra d'hiel: 
lavette. — Rilav^ U Mel : laver la vais- 
selle, les ecuelles. — Rilavetr di Mel: 
rin^uree. — Rilhress di Kiel: laveuse 
d'ecuelles, souillon de cuis^ine. — Avu 
meie Kiel a rlav^: avoir tout»s sortes 
de travail a faire, — N'avu nipodfeU 
ni Mel lavaie: n 'avoir ni pot au feu ni 
ecuelle lavee, n'avoir rien de pr§t pour 
manger. — Ell a kac^ 8*Mel : elle a 
casse son sabot, elle a laisse aller le 
chat au fromage ; elle s'est laisse se- 
duire. — Eiel di boi: sebile. — E a 
pM h s'hiel: il a herite. 

BiHaie , 8. Ecuellee , plein une 
ecuelle ; assiettee , platee. — Magni 
n'bonn MHaie di vett sop: manger 
un copieuse ecuellee de soupe aux 
herbes. — Eiilaiedibrandvin: ecuell6e 
d'eau- de-vie. 

Biei-d'aiwy 8. Ecudle d'eau, hydro* 
cotyle , genre de plante ombellifere, 
croissant dans les lieuz humidea ou 
mareeageux ; elle est operative, deter- 
sive, vuln^raire. 

BiMeu, 8. Petite ecuelle. 



Digitized by 



Google 



— 83 — 



HIE 



HIH 



M^iett, 8. MSme c6t6. — Doirmi a 
ki^leU : dormiT etant oouchei dans le 
m§nie sens. 

BiMt, 8» ^^uttoir k vaisBelle ; treil- 
lis , ustensile pour faire egouttcr. — 
West^ tote li Kiel ^ hUlt : replacez touts 
la Taisselle dans T^gouttoir, dans Tela- 
gere. 

BiemiB, s. l^boulement d*un ou- 
Trage souterrain. 

Bierclie«li9 8. Roulage , action de 
rouler, de trainer. — Zi hierchech ess- 
t-dhite so ciss pavaie la: le roubge est 
facile sur cette route pavee. 

niereiielk, s. Traineur , celui qui 
trafne quelqoe chose. — Z^ hiercheit ^ 
U kierehress d ho^: les tratoeurs et les 
traineuses de charbon de terre. 

Hiereht h nierdt, v. fJi hieck, no 
lierchan; ji hierchret). Trainer, tfrer 
apres soi; amener, attirer. — Hiercht 
d*vin U broUli : trainer dans la boue ; 
▼ilipender, diffamer. — Voss r6b ki 
liech al tair : votre robe traine. — / 
ki^h sipt: il traine les pieds, il fauche. 

■lerseik h Blergt , 8. Yacher , gar- 
dear de Taches; bouvier , pHtre. — 
Koinn di hiergt : cornet de vacher. 

■ierlt, s. Porcher, gardeur de co- 
chons. — Tess-t-onaitt komm on hierlt 
d'poursai: tu es poli comme un porcher. 

■lerst, ▼. fJi hiess e ji hiersaie, no 
kiersan; jihiersretj. Lftcher, exciter.— 
Eier$i on chin so on md : licher un 
chien sur an renard. Yov. H^el. 

Mietaa,«B«l, adj. Brillant, eclatant. 
— Abi to hietan noi^ : habit tout bat- 
tant neuf. — Hietante jalaie : petillante 
gelee. 

■let^, V. (Ji hietaiej. Sonner , tirer, 
agiter la sonnette, la clochette. — On 
htetaie pluzieitr^ f^ie a mess : on sonne 
plnsiears fois la clochette pendant la 
messe. — Si i/an hietaie to Vlon ddjoU: 
son enfant ne fait que sonnailler toute 
la joumee. ^ 

■leieeh, 8. Action ou mani^re de 
sonner. — JT/ haXdf piti talet avou 
s'hietech ! Quel desagreable petit G:ar- 
con 1 il Tous 4tourdit de sa sonnerie. 

Kletelkyeftss ou resit, 8. Sonneur, 
crienr public. — Li hietress k'a pacS^ % 
f& kovii la sonneuse a passe, il faut 
balajer devant votre porte. 

Hl€tt h Hiieu, s. Sonnette, petite 
cloche; sonnaille, clarine, grillet ou 
griUette, clochette attachee au cou des 
animaux. — On sonn li hiStt d Sanntus, 
ft V^Uvdcion I a VKomugnon : on sonne, 

on agite la aonnette au Sanctus, au 



lever-Dleu et & la Ootnmnnlon. -* Sim 
di hoi : cr^celle. Voy. Rahu. 

Hiett, 9. Troupeau ; quantite, mulii^ 
tude, cottcours de gens. -^ Hietiii fin, 
d'lfan : foule de personnes « d'en^nts. 

— Hiett di baligan : ramassis, horde de 
vagabonds, de bandits.— ^itf« diiUdir: 
une horde de cerfs. — ffiett dipowfSai : 
troupeau de cochons. — Hiett di chin: 
meute, houraillis. 

Hieftr, 8. Dechirure, rupture fafte 
en dechirant; laceration.— ff«a n'hieiif 
a TOSS vantrin : il y a une d^hirure k 
votre tablier. 

.Htff, 8. Gousse, enveloppe db Per- 
tains legumes. — jJlD d'A : gousse 
d'ail. 

HignAr, a««, s. et adj. Goguenard, 
grimacier, moqueur. Voy. HigneteH. 

HignArdi^, V. (Ji higndrdaiej. Rio- 
ter. HlgiiArdr^ie. Yoyez KigBOt^^ 
BlgBoir^le. 

HisncM, 8. Apre. Yoy. nines*. 

HiSB-hagB, 8. Dispute, chioine, 
querelle, zizanie. — Ji n'vou nin dvou 
di hign-hagn avov, mi whin : j6 ne Visux 
pas avoii* de d6m§le aveo mes voisins. 

Hignt, V. Rioter. Yoy. nignt^. 

nignot^ h nigMt^) V. (Ji higndtdiej. 
Rioter , rire sous cape , ae fire k 1*0- 
reille ; goguenarder, ricaner. — Pohoi 
s'mHi't-i a rir, a hignotSkwan i M*^iiet f 
Pourquoi se mettent-ils k rira , k rio- 
ter , quand ils me voieni ? 

Hlgnotelk k HIgnteft , e4«ii Ou ress, 
s. Rioteur , qui riote, sot railleur, go- 
guenard, ricaneur, mauvais plaisant. 

— N'aUnin avou tel, c*i to hignot0(if ki 
s'mokron d'vo : n'hWet pas Ik , ce sont 
tous rioteurs qui semoqueront de vons, 
qui vous baffoueront. 

Ulgnotr^le h Hlgntr^le, S. Ricane- 
rie, goguenarderie , sotte raillerie. — 
In*vi respon mdi'e hi par di hignotrHe: 
il ne vous repond Jamais que par des 
goguenarderies. 

Hihahia, 8. Boutade (ironiquement), 
fioritures. Yoy. Bdiatt. 

Hihen, 8. Hennissement. Y. ife^M- 

hOB. 

Hit, V. (Ji hHe, no hian; ji hierst). 
Dechirer, mettre en lambeaux { lac^rer, 
dilacerer ; percer. — Hit s'vantrin : 
faire un accroc a son tablier. — Sit 
n*bott ou n'chdss to I'mHan: ctetef n&e 
botte ou un has en se chaussant. -^ Fd 
hit on siche a foiss di rrinpU : hire 
crever un sac k force de le remplir. — 
Hit I'vintt a onle^: d6coudre le t«ntre 
a un loup. -^JikOedi rtr i j# ortra 



Digitized by 



Google 



24 — 



HIN 



HIN 



de rire. — Ft At fttt m hi hHe: il fant 
que la bombe cr^ve ; il faut une fin, 
une solution. 

mt-r TiBtt, Y. ]& ventrer. Y .kt^vIbi^, 

■MreM, 8. Yach^re, celle qui garde 
les yaches. — PoirU Vkwatreir al hi- 
Jress : porter le goiiter k la vacb^re. 

nikei, 8. Bond, saut, ricocbet,8e- 
oou88e, cabot. — Soula va-t-a hihet: 
cela ya par bonds , par ricocbets , k 
batons rompus, par i-coup. — Li 
CCsah no-Z'On fax foci d^ lax hihet i lea 
Cosaques nous ont fait passer de 
mauyais moments. 

■ikett, 8. Hoquet, mouyement oon- 
yulsif de I'estomac ayec bruit. — Kwan 
v*Z'av^ Vhihett, buvSon h6d*axw: quand 
vous ayez le boquet, buyez un yerre 
d'eau. — Zi diirainn hihett, Ix hihett 
del moir : le dernier boquet , le boquet, 
le rUle de la mort. 

Hikt^, y. (Ji hihtaie), Faire entendre 
le boquet, sangloter. — Td n'saht hi 
hihtaie : j*entends quelqu'un qui a le 
boquet. 

Hikteeh, s. Bruit produit par le 
boquet. — Vola on drol di hihtech : joHik 
un singulier boquet. 

HIkteft, elk«s ou re«0, 8. Celui qui a 
le boquet. — Ess vo h'h Vhihtei^? Est-ce 
yous qui ayez le boquet? 

nillAia. Yoj. HletAB. 

■tm, 8. Hymne , cantique. Yoy. im. 

llime«0 h HlBe«0, adj. Assez froid. 

— / fai hitness : le temps est assez 
froid, le froid commence k se faire 
sentir. 

nimham , 8. Imbroglio , g&cbis, b^- 
yue. — Ki himham di m'baston ess 
soula? Quel brouillamini 'est-ce cela? 

— C'd Vhimham dh himham : c*est an 
labyrintbe inextricable. 

■imham, 8. Jeu innocent oti cbaque 
personne s'assied sur les genoux d'une 
autre, qui est ^galement assise sur les 
genoux d'une troisieme, et ainsi de 
suite. 

HiB, int. Hein. — I fai fre^ o^Xe, 
hintW fait froid aujourd*bui, bein ? — 
Hin, hi m'dih^flaf Hein , que me dites- 
yous? 

■in , int. Han , Onomatop^e , cri 
sourd et guttural d*un bomme de peine 
qui frappe un coup ayec eflfort. — Kwan 
onlohon halin, on-z^ hon d^ dtr: hin! 
hin! Quand on rosse un gredin, on se 
plait k crier : ban ! ban I 

■In* , 8. Fronde. Yoy. shim. 

ninaie , 8. Halenie , bouffee , souffle 
accompagni d*odeur ; exbalaison. — 



Hinaie di pihet : halente de geni^yre. 

— EinaiediUMah: bouff§e de tabac. 
-^ DanjreOss hinaie: mofflette, miasme. 

— On Itv ou n'Ugass hi tap inn hinaie : 
un lidyre ou une becasse qui sent la 
yenaison, qui est faisandee. — K^ 
ar^gHe hinaie I Quelle terrible casso- 
lette ! — Ine sofohante hinaie di chole^ : 
touffeur, exbalaison causee par une ex- 
trdme cbaleur. 

ninaie , 8. Boutade , caprice. — K^l 
hinaie It a-t-i pri? Quelle moucbe Ta 
piqu6? 

HiBdieM, 8. Xbendelesse, commune 
du canton de Yeryiers, k 8 kil. de cette 
derni^re yille. Pop. 1,260 babitants. 
Sup. 358 beet. — Qna bin^^ cin hlawtt 
a Mindless : il y a bien buit cents clou- 
tiers k Xbendelesse. 

Hiift^9 y. (Ji henn, no hinanj. Faisan* 
der, sentir la yenaison; exbaler. — 
Divin U choMr, U chdr hinet: le grand 
cbaud corrompt la yiande. — Chdr hi 
h'minss a hin^: yiande ayancee. 

niB^, y. Jeter, lancer. — Volangn 
hind p^ie ou tiess po n*dimaie ^nss ? 
Jouons k croix-pile pour an centime. 

■iii6 , y. Fendre, s'ouyrir. — ffind 
n'penn: fendre trop une plume. — ZTtW 
n onh : se fendre un ongle. — Hind n*db : 
ecuisser un arbre, le fendre en Tabat- 
tant. — Si hindd hwatt po fi plaizir: 
se mettre en quatre pour obliger. 

nin^, y. Fouetter, sangler. — £i 
platf hi henn ^ mzech, ^ Vhanett: la 
pluie fouette le yisage, la nuque. 

nin^y ale 9 adj. Un peu iyre, entre 
deux yins. — /i a rivnou ir al nutt on 
p6 hind : il est rentr6 bier au soir entre 
deux yins. 

nineeh, 8. Exbalation, action d'exba- 
ler. — Zi hinech di flei^r i mdhaiti del 
nutt : Fexbalation des fleurs est maU 
saine la nuit. 

HiB^^^kev, y. Buer, s^parer, de- 
tacber des ruades; regimber — Voss 
chivd a mdldhHe, i n'fai h'hind-di-hou : 
yotre cbeyal est retif ^ il rue fr^uem- 
ment. 

HiBeeh-4l-k«v ) 8. Buade, action 
d*un cbeyal qui rue, qui regimbe centre 
la yolonte du cayalier. — Ji n'atnm nin 
ci jvd la po s'hinech-di'hou : je n^aime 
pas ce cbeyal k cause de ses frequentes 
ruades. 

niBfMs y adj. et ady. Oblique. Yoy. 

niBk, adj. Malingre, cb6tif, d6bile« 
sec, cbafouin, maigre, d6fait. — lli 
to hinh, Uadel p6nn di s'ragrawi : il est 



Digitized by 



Google 



— 25 



HIP 



HIT 



toat malingre, fl a de la peine h reyenir 
de 8a maladie, il a la mine basse, h^ve. 

— K'a-t'el don, ell i tote hink? Qu'est- 
oe qu'elle a done, elle est toute ma- 
lingre ? — Zi ckoleibr dd solo fat di bin 
d'Z-?fan hi son hinh: Tinsolation est 
fayorable aux eniants n^ faibles. Yoy. 

BUUi-^-i^UiiiL 9 adv. Clopin-clopant. 

— Rot^, enn n*aU hink-h-plink : mar- 
cher , s*en aller clopin-clopant , en do- 
pinant, en dandinant. 

MiBBietty 8. Petite echarde, diminu- 
tif de BeU. 

HiBOB, s. Baqaet portatif de froma- 
g^re.— - El vinda so Vc6 to s'hinon d'ma^ 
hate : elle vendit incontinent tout son 
baqaet de jonehee. 

MiBOB, 8. Edisse, bftton plat fort 
mince poar soutenir une partie frac- 
turee. — Mettdi hinonaon bress kactf: 
eclisser an bras casse. 

HiB^ByS. Touche, brin de bois ou 
d'aatre chose dont les enfants se ser- 
Tent pour toucher les lettres qu'ils 
epellent; brochette pour assujettir la 
Tiande. — PrusU'm voss hinon po rkoir- 
d£: pritez-moi votre touche pour lire 
ma le^n. 

HlB^By s. Attelle. Yoy. Heas. 

HlBriy s. Henri,nom propre d'homme. 

— Fd cink ou si Hinri po chid n*pol'e 
/oH d'on korti : il faut cinq ou six Henri 
pour chasser une poule d*un jardin. 

BiBrl-Chapel, 8. Henri- Chapelle « 
commune du canton de Limbourg, h 
14 kil. de Yerviers et d'Aix-Ia-Chapelle. 
Pop. 1.350 hab. Sup. 1,490 1/2 hect. 

HUi) 8. Excavation de sauvetage 
dans ane mine. 

HioB, 8. Elan, mouvement subit 
pour s'elancer ; sant subit et imprevu ; 
sonbresaut, grand chhot. — Din^rhion: 
donner Telan. — Ni jow^ nin d hion, 
e'esS't-on tro lai jei^ : ne jouez pas au 
jeu de Telan , c'est trop dangerenx. 

Hip, ady. Tout au plus. Yoy. A-hip. 

HlpaBStf. Yoy. E-hlpanM. 

Hii^, ▼. fJi hip, no hipan), iSSchap- 
per, glisser. — To-Uafai m*hip fot di 
min : tout m*echappe des mains. — Ci 
mo la m'a hip^: ce mot m*a ^chappe , 
je Tai dit inconsiderement. — LH hipd 
n'ditiss : laisser passer un propos. 

WLlp^f ale, adj. Huppe, notable, dis- 
tingue , apparent. - LI pu hip^ d'zel 
si IHei mett divin : les plus hupp6s 
d*entre eux y sont pris. — C'ess-t-onk 
di pu hipSd^viech : o*est un personnage 
des plus notables de la commune. 



Hipeeh, 8. Action d*echapper. — J'a 
sogn di hipech: je crains que eelane 
m'echappe des mains. 

HipeUyS. Faux pas, accident qui 
fait de riclat avec honte ; esclandre , 
echappee , scandale. — Idd h'a fai 
nhipett avou M dh MaTeUr: Ida a fait 
une folic ayec le fils du Bourgmestre. 

Hirt, ▼• fJi hiie, no hiranj. Dechirer, 
crever. Yoy. mi. 

Hirt, He, adj. Grand, fort, consid^ 
rable, excessif. — On pro hirt hwdrde^r: 
un bon quart d*heure. — Inn gross hi" 
rite dimaie eHr : une forte demi-heure, 
une demi-heure bien conditionnee. 

Hirkoii, 8. Dernier sillon dans un 
champ. 

Hira , 8. Glagon, monceau de glace. 

— / dhin dh hird so MoUss : la Meuse 
charrie des gla^ns. 

HisdeA, eA00, adj. Hideux , laid/ 
diflforme, effroyable. — Li hrapd h his» 
deit^: le crapaud est un hideux SDimal. 

— Li jalozriie rin hisdeUss U gin k*enn 
n'i son-UahcidinU : la jalousie rend hi- 
deuses les personnes qui en sont at- 
teintes. 

HUdeUr, 8. Transe, yiye inquietude, 
epouvante , effroi , yenette , su6e , sou- 
leur.— On hap Un di sogn h di hisdeUr d 
monte ! On 6prouye bien des angoissps 
et des tribulations dans le courant de 
la yie ! 

Hi«4eli0BiiB, ady. Hideusement, k 
faire peur ; eflfroyablement. — Ell a 
Vvizech hisde^smin dihdmonS par Upoh: 
elle a leyisage hideusement defigur6 
par la petite yerole. 

H100 , 8. Souquenille , surtout de 
grosse toile ; blaude , blouse. — On 
palfumi mett si hiss po strit lijvd: un 
palefrenier passe sa souquenille pour 
^triller les cheyaux. 

Hi00, 8. Yenette. Yoy. HisdeHr. 

HUt^, y. fJi histaie), Sauter k cloche- 
pied, marcher sur un seulpied. — On 
histaie po jow^ d paradoss: on saute k 
cloche- pied pour jouer k la marelle. 

HUtoii , 8. Accident , mesaventure. 

— On-z-a todi di tin-zAn tin on histou: 
de temps k autre il arriye des acd- 
dents, des contrarietes. 

Hit* k HitoH, an, 8. Foireux, qui a 
la foire ; couard , poltron. — / mdk di 
horeck, c'ess-t-on hitd: il manque de 
courage, c*est an homme moa, un 
coaard. 

Hit^ , y. fJi hitt, no hitanj, Foirer, 
ayoir le cours du yentre , la diarrh^e. 

— Li chin k*a hM Uht-avd Vpless : le 



Digitized by 



Google 



HLI 

chien a foir6 par toute la chtmbre. — 
Zi koul&n a corou ivdYe to hitan d'sogn : 
le poltron avait tellement peur , qu'il a 
foire OD se sauvant. 

Hiieeh, 8. Action de foirer. 

DitrMe, s. Propos merdeux, sales. 
— On n*diviss nin d'hiMie divan n'o- 
naitt kipagneie : on nedit point de sale- 
tes dans une compagnie respectable. 

B[Ur«lil, s. Epurge, herbe qui purge 
par haut et par bas , esp^ce de tithy- 
male; mercuriale; esule, euphorbe. — 
Zavfnin al hitroitl: layement k Tepurge, 
k la gratiole. 

Hitt 9 8. Foire, flux du ventre, cours 
du ventre, devoiement. — Z^ gin h'son 
bin acUv(f ni s'divizet mdl'e di stron ni 
d'hitt: les gens bien eleves ne font ja- 
mais usage d^expressions sales. — II 
a rhittiiltL la foire, il est foireux ; 
c'est un couard , un pleutre. — 0» »'i 
indi'e dihiU k-dHnn hiU : on n'est jamais 
encanaill§ que par la canaille. 

HUt^'agueM , 8. Cresson de pre, 
thlaspi sauvage. — Z^-s-^fan /et dh 
houket di hitt-d'aguess : les enfants font 
des bouquets de cresson-de-pre. 

B[it«-^iiioli009 s. Liegeois, terms de 
m^pris. 

Hiw^, V. fJi hiw k ji hiwaiej, Esqui- 
ver, eviter. — J*a hiwd on mdva k6 : j'ai 
esquiv6 un mauvais coup. — Kwan 
on v'tnrlupenn , louki di v^hiw^ hdXe : 
quand on vous turlupjne , tftchez de 
vous esquiver , d'echapper par la tan- 
gente. 

1^ Hiweit 9 8. Excursion , fuita, rupture 
deban. — FShiweit: sortir des limites 
du jeu. 

B[lwell,8. Borne, piquet indiqoant 
la iimite , la demarcation. V. AaiBaA. 

H16, 8. Urine recueillie pour la tein- 
ture. 

HleU, adj. Droit et uni.— Dh hleU hoi : 
brin de bois droit, uni et sans noeud. 

Himeh 9 adj. Gauche, qui est oppose 
k droit. — Zi miss i mitow di hlinch 
kost^: la rate est du cdt^ gauche, du 
cdte senestrd. — Vo prindre al hlinch 
nin : vous prendrez a main gauche. — 
Kwanji m'signtv al hlinch min, fatra- 
pA) inn houv di m'mam : quand je feeaia 
le eigne de la croix de la main gauche, 
j*attrapais une taloche de ma m^re. 

Hlineii-^-dreli 9 eHu, s. et adj. Am- 
bidextre, qui se sert des deux mains 
avee une ^gale facilite. -- Zi ci h*h 
hlinch-hdre^ a on gran-t-amntech : ce- 
Ini qui est ambidextre a un grand 
avantage. 



26 — 

HOC 

mar, V. (Ji hl6, no hktanj. l^lore, 
sortir de Toeuf , de la coquille ; nidtre. 

— Vola di pofon hi vnet di hl6r : voili 
des poussins qui viennent d*eclore. — 
No jleiLT son hldss del nutt : nos fleurs 
soDt ecloses pendant la nuit. 

Ho, 8. et adj. Petit ble, d'une qoa- 
lite inferieure. — Magnt di pan d*ho : 
manger du pain de moindre bis. — Di 
ho sirin ; paille mSlee. 

Ha , 8. Giron , espace qui est depuis 
la ceinture jusqu aux genoux dans une 
personne assise. — Vin^ss doirmi so 
fn^hd, hinamS: venez dormir dans mon 
giron, mon petit flls. — Rivni i hS del 
Sintt'Egltss : rentrer au giron de la 
Sainte-Eglise. 

Ha, dtt, adj. Haut, eleve, hausse, ce 
qui est 0[ pose k bas et petit. — Vo-z^ 
estS dcti dcd, pu h6 h*mi : vous Stes pi us 
haut que moi de deux doigts. — Zi hdti 
Mass d'on kol^ch: les hautes classes, 
les classes superieures d'un College. — 
EOtt siatnss : hautes sciences , science 
sureminente, sublime. — Mont^lahd: 
monter lli-haut, monter en haut. — 
Za-h6 : li-haut , dans le Ciel. — Printt 
li ho de pavS: prendre le haut du pave. 

— Prinde di hd-z-air : prendre le ton 
haut , avoir le verbe haut. -- Jilia di 
h6-t-i kUr : je lui ai dit haut et dair, 
franchement, — Traitt d^hd-t-an ha: 
traiter de haut en bas, de turc it more. 

— Qna di ci k*on Vtiess hdtt i Pdm hass : 
certaines personnes ont Tesprit haut et 
Vkme basse. 

Hd, 6u, adj. Hautain, presomp- 
tueux, outrecuidant. Voj. HAtlB. 

Hd , 8. Monceau , tas , amas. Yoyez 
Hopal, Kreiipet. 

Bd^onet, 8. Notabilite, superieurs, 
personnes notables , preponderantes. 

— Zi hd'honet di paX: la haute aristo- 
cratie du pays. 

Ho^, 8. Fondri^re, terrain mareca- 
geux , espice de gouffre plein d*eaa et 
de boue. — Zi jvd n'polet pac^ la, kdss 
di hoed : les ohevaux ne peuvent passer 
1^, ^'cauf'e des fondrieres. 

Boce«ii , 8. Hochement , action de 
hocher; secouement, branlement, moo- 
vement. — Hoceg di tiess : hochement 
de tSte. — Zt hocechfai doirmi li-z-i/an : 
le mouvement du berceau assoupit lea 
enfants. — ffoceg di how : fr^tillement 
de queue. 

naeeek^, s. Exhaussement , action 
d^exhausser, d^^lever ; action de suren- 
ch^rir. — Zi hdcech d'on plancht ; Tex- 
haussement d'un planoher. — ffdceg di 



Digitized by 



Google 



HOC 

Mir : Bonl^ement de eoeur , envie de 
Tomir, nausee. 

V^eefty 8. Support dun berceau , 
forme de croissant. — HoceH d*vett s6l'e : 
tnpport de berceau orne de soie verte. 

H«eelh00 , s. Berceuse, femme char- 
gpee de bercer un enfant. — Fdret n'ho- 
cHtss to t-espr^ po ci p6vr'?Jan la: il 
faudra une berceuse tout expr^s pour 
ce panyre enfant. 

■■•eh, s. Pois de champ. — D^ tin 
pacS, on vind^ avd U vdXe d^ hack to 
ek6: anciennement, des vendeuses am- 
bolantea criaient des pois de champ 
tout ehauds. — Doirmi ^ hoch : dormir 
tout habille. 

ii«eiuiB, MiU, adj. j^clatant, cas- 
sant), qui se rompt aisement. — Ci hoi 
la i iro hochan : ce bois est trop cassant. 
— Di hochanQ koh : des branches cas- 
santes. 

B[*«iie«9 8. Briquette ou motte de 
charboD de terre. — Fo^w d kochet: 
moule de briquettes. — Fress di kochet: 
faiseuses de briquettes. — TripU U 
hoeket : battre ayee les pieds le mortier 
de charbon. —Hochei d'tdroM, di trouf, 
di hoiis: brique de charbon , de tourbe, 
detan. 

B^eiity ▼. fJi hock, no kockan). Cas- 
ser net, eclater. — C^ di hoi k'h tro 
sujett a kockt : c'est du bois trop sujet 
k eelater. 

Hoeht^9 ▼• f'^i hochtaiej. Faire les 
briquettes, les mottes de charbon de 
terre. --^ El pats H tin a hocktd: elle 
passe son temps k faire les briquettes. 

H^ei, Y. (Ji ko88, no kocanj, Hocher, 
seeouer, branler, remuer, mouvoir; 
ebanceler, vaciller (i), n'gtre pas ferme, 
pencher d'un c6te ou d'autre. — Ihoss 
i fnanck : il branle dans le manche. — 
Si hoet sos'ckilr: se balancer, se bran- 
diller sur sa chaise. — Zi tiess It hoss: 
la tSte lui grouille. — Postai ki koss: 
poteau branlant. — Zi gran mn a fai 
ioct lichminaie : le ^rand vent a ebranie 
Im eheminee. — Zi din It hocet: les 
dents lui branlent. — Bnn n*eva to 
kocan : il a la marche vaciilante, \\ s'en 
va chanoelant. — Ci n*i nin Vdh ki koss 
ki torn liprumt: tout ce qui branle ne 
tombe pas. — Zi ckin koss si kow : le 
chien fretille de la queue. 

ii«et , V. Bercer , endormir. •— ffoct 
n'hfan: bercer un enfant. — K% fai U- 
s-i/an ki U koss : qui a des enfants 
qu'jl lea soigne. — Zi pe^p ravtzet U 

(1) PfVMMn hm dflox tt mm 1m mniUor. 



i7 ~ 

HOP 

pti-t'ifan, i n'/d k*U koet n'gott po Tf-J- 
doirmi: les peuples sont comme les 
petits enfants, il ne faut que les beroer 
un peu pour les endormir. 

H6ci, y. (Ji hdcih, no kdcikanj. Haus* 
ser. Yoy. klbdcl. 

Hdci , y. Encherir , surencherir > 
mettre une ench^re , une surench^ra ; 
exhausser, elever. --AUkdci so s*min: 
aller surencherir sur ses brisees. — Zi 
hMr mi kdcik : le coBur me soul^ye, me 
bondit. — Sonla fai kCci li spat: cela 
fait hausser les epaules, cela fait pitie. 

ndciheeiiy 8. Exhaussemeut. Yoy. 
Iiaeech. 

ndciiieli 9 s. Encherisseur , qui en- 
cherit, qui surench^rit k une yente. — 
Qndret hin di kdcikeH po ciss mokonn la : 
il y aura bien des eoch^risseurs pour 
cette maison. 

Hdd^, V. (Ji kCtt, no hddanj, l^chau- 
der, laver, brtller avec de Teau bouil- 
lante. — HCdeon poursai: 6chauder un 
pore, — Magnt on hoket d'kdd/: manger 
du pore echaude. — Si hM d'vin on 
marckt: s'echauder dans un marche, 
faire une conyention onereuse. 

Hodeeh, 8. Hodeige, commune du 
canton de Waremme, ii 4 1/2 kilom^trea 
de cette derniere yille. Pop. 600 hab* 
Sup. 425 1/2 hectares. 

Hddeeiiy s. Action et mani^re d*^« 
chauder. — PdrUm di 1% po Vkddeck 
d'on poursai : parlez-moi de lui pour 
echauder un cochon. 

H^fiefty 8. ^chaudoir, lieu oti Ton 
echaude ; yase pour echauder. — Poirt^ 
Vgran chddron i hMetb : portez le grand 
chaudron dans Techaudoir. 

Hddeftr, 8. Briilure d'eau bouillante. 
— Zi hddeUr It a d'kdct Vpai\ la chute 
d'eau bouillante lui a enleve la peau. 

Hd-d^framlh, 8. Fourm)lii^re,retraitA 
des fourmis. — On k0'dfr%mih d pi 
d'on ckdgn : une fourmilli^re au pied 
d*an chdoe. 

Bdiit, 8. Hody, commune du canton 
de Nandrin, a 5 l/2kilom. d'Esneux et 
h 22 kil. de Huy. Pop. 460 hab. Sup. 
795 hectares. 

HodtmoB, 8. Hodimont, bourg'et 
commune du canton da Yerviers , con- 
tigue k cette derniere yille. Pop. 2,500 
hab. — On lorn t^lfiie Eodimon lifdhor 
d'Espagn: on nomme parfois Hodimont 
le faubourg d'Espagne. 

moti4, y. (Ji koftaiej, Broaser, epouF- 
seter , yergeter » f rotter. — HoftS U 
poiictr : Oter, prendre • enleyer la pous- 
Biere. — Eoft^n'ahi: yergeter , broaaef 



Digitized by 



Google 



— 28 — 



HOI 



HOL 



un habit. — EofiS on ehapai: f rotter 
un chapeaa. 

Hofteeh, s. Action de brosser. — Zi 
ho/tech a/aivoUd^ pHcir: en brossant 
on a fait Toler la poussiere. 

HofleU, re00, 8. Celui qui brosse. — 
Zi hoftei^ cTaH i d'soU sifai d'nd st /ran 
Vme^ : celui qui brosse les habits et les 
souliers se fait payer six francs le 
mois. 

HoSMoHi, 8. Hognoul , commune du 
canton de HolIogne-aux-Pierres , ^ 9 k. 
de Liege. Pop. 420 hab. Sup. 287 hect. 

B[oY«B00 , 8. Bcheance , terme oh. 
echoit le paiement d'une chose due; 
jour prefix, suran nation, expiration. — 
No ihran kwitt ^ Itch a VhoXanss di diS- 
rin pdUmin : nous serous quittes et li- 
ges lors de Tech^ance du dernier terme. 

HoTe 9 s. Houille , charbon de terre, 
charbon fossile. — Krdss hole: houille 
grasse, qui contient beaucoup de bi- 
tume. — Del maik hote : houille maigre. 

— Spiemin d'hol'e : houille concaesee, 
menus morceaux de houille. — Pouctr 
i{i Aol($]: pouasier, molecule de houille. 

— Marchan d'hoi'e : charbonnier qui 
vend de la houille. — Vdie di hole , ch^- 
rate di hoi'e: charretee, tombereau de 
houille, Yoie de chauffage. — Krak di 
hoXei charge de gros morceaux de 
houille. — Z^ Zigeoi pacet po dh tiess di 
hofe: les Liegeois passent pour etre 
tdtus, recalcitrants. 

HoTelk, eAfls, adj. Houilleux, qui 
contient de la houille. — T^iss hoYe^ : 
tertre houilleux.— HoXe^is roch : roche 
houilleuse. — Tirin hoXe^ : terrain 
houiller. 

Hoini^, ale 9 adj. Dagorne, qui n'a 
qu*une come ou qui a une come rom- 
pue. — Hoim^ ho^f: boBuf dagorne. — 
Hoirnaie vach : yache dagorne. 

Holme, V. fJi hoirnaie), Gauchir , 
biaiser^ tergiverser, balancer, hesiter. 
ZHvin U granU't-afair, i n'fd. nin di gin 
hi hoirnes$: \\ ne faut pas des gens qui 
gauchissent dans les grandes affaires. 

Hoini^, y. Gauchir, se contourner, 
perdre sa forme. — Vola on panai d'ouh 
hi hoirnaie : Yoilk un panneau de porte 
qui gauchit, qui se dej^te. 

Hoinieeh, s. Gauohissement, action 
de gauchir ; hesitation , tergiyersation. 

— Zi hoimeg rastdch U^^-afair: le gau- 
chissement entraye les affaires. 

Hoimeeii, s. Gauohissement, action 
de gauchir, de se contourner. — Zi 
hoimeg d'on volet: le gauohissement 
d*anyolet« 



HoirneA, OI100, 8. Biaiseur, tergiyer- 
sateur. — Ji n'ainm nin d^avu afi a on 
Jioimei^ : je n*aime pas d*ayoir k faire 
k un biaiseur. 

HoirsA, 8. Moulin k tan, moulin ou 
Ton moud Tecorce du ch^ne pour en 
faire du tan. — Poirte di pilott di chdgn 
d hoirsd : porter des decrees de chSne an 
moulin k tan. 

Holrsetii, 8. !6corcheur. Voj. roeha. 

Hoirsff, y. fJi hoiss k ji hoirsaie). 
Charpenter , couper , tailler d'une ma- 
ni^re maladroite. — Komon-z-a hoirst 
Vpanl Comme on a charpente le pain ! 

— Hoirst I'chdr : charcuter la yiande. 
Moirsi, y. Ecorcher, causer une im- 
pression desagreable. — Zi hafteii, on 
Vagret di v'hoirsi li-z-orOe : les racle- 
boyaux ont le talent de yous Scorcher 
les oreilles. 

HOI00 J 8. Tan , Scores de chSne 
moulue pour tanner ; ecorce de pelard. 

— ffopai d'hoiss : monceau de tan. — 
Piledijdnn chdgn po f^di hoiss : ^cor- 
cer de jeunes chines pour faire du tan. 

— Sitof holeUr di hoiss : etoffe tannee, 
qui tire sur le tanne. 

Hok, adj. Hoc, terme de jeu de cartes 
nomme hoc. — Zi hwdrjei^ h*vo jow/^ 
hoh : la carte que yous jouez est hoc , il 
n'y en a point d'autre immediatement 
au-dessUs. 

Hoket , 8. Petit tas de fumier sur la 
campagne. 

Hoi, adj. Mou, flasque, 16ger, qui 
cede au toucher. — Vola del cMr h*i H 
hol: yoilli dela yiande qui est si flasque. 
~ Tair h*i hol : terre meuble , yeule , 
aisee k remuer ; terre brisee et diyis6e 
par les labours ; terrain croulier, terres 
croulieres. 

Hoio, int. Roik, assez, halte. — 
Mett li hola : mettre le hoik , separer 
des gens qui se battent, les faire 
cesser. 

H0I6 , y. fJi holy no holanj. Faire des 
instances, pressor, supplier, exciter, 
importuner, sergenter. — Ji n^sdrdk 
tan hoU^ je ne saurais faire tant de 
facons. — A foiss di hoU^ enn n*a vno% 
ju: k force de peine et de pers6yerance, 
il en est yenu k bout. — Ni hold nin 
tan, ddcidif: point tant de barguignage, 
il ne faut point tant barguigner , deci- 
dez-yous. 

Hdi^bro, 8. Poule, jeu de cinq cartes 
souvent ruineux. — Zi hdlibra, ci Vje^ 
di Heshignon : la poule est le jeu fayori 
des habitants de la Hesbave. 

Holell, elkoo on reoO| 8. BarguigneoT, 



Digitized by 



Google 



29 — 



HON 

importuD, tripoteur. — K^hoM, k*il h 
hiidfl Quel barguigneur, qu*il est de- 
sag reable ! 

Ktti«SB-A.pfr , 8. Hollogne-aux- 
Pierres , commune et chef-lieu du can- 
ton de ee nom, k 1 kilometres de Liege. 
Pop. 1,050 hab. Sup. 656 1/2 hect. 

KolosM-se-Jalr , 8. HoIIogue-sur- 
Geer , commune du canton de Wa- 
remme, it 4 1/2 kil. de cette derni^re 
▼ille. Pop. 680 hab. Sup. 604 hect. 

Boltale, 8. Trou89e» faisceau de plu- 
sieurs choses. — Holtaie di trinhlenn, 
difOraie: trousse de trefle, de fourree. 
B[oit^,y. ^/t ^o^^at^/ Secouer, agi- 
ter. — Fe hoUd on ferou : agiter un 
verrou, 

B[«Ueeii, 8. MouTement, impulsion, 
agitation. -—(7*^ Vholtech di Vouh h'a 
fat sdU VJhrou : c'est en secouant la 
porte qu*oa a fait sauter le verrou. 

BEoin 9 8. Ecume , mousse blanchltre I 
qui surnage sur un liquide agite ou ' 
echauffe. — Zi horn del mir: Tecume 
de la mer. — Li horn del Mr : T^cume 
de la biere. — Zi horn del chdr: T^cume 
de la Yiande qui bout. — Horn di flair, 
di plonk: laltier, crasse, chiasse de fer, 
de plomb. 

HomfcoAr , s. Hombourg , commune 
du canton d'Aubel, ^16 kilometres de 
Verviers et 29 kil. de Li6ge. Pop. 1,650 
hab. Sup. 2,534 hectares. 

BEoBiddr 9 8. Oripeau , cuivre mince 
et poll qui a Feci at de Tor ; faux bril- 
lant. — On mouss U pop avou del hom- 
d6r: on habille les poupees avec de 
Foripeau. 

HoBi, Me, adj. Fatigue, rendu. 
lioBiL , 8. HoDgre , cheval ch&tre. — 
Mijva h iro-Z'OCOti, j'^ Vfret fi honk: 
mon cheval est trop capricieux , trop 
retif ; je le ferai hongrer. 

HoBtcft, «60i, adj. Honteux, confus, 
d^coDcerte, timide ; pudique. — Hontet^ 
marcht : marche honteux. — Hontettss 
maladeie: maladie honteuse, infdme, 
▼lie. — Zi honleti, boket: le morceau 
honteux, celui qui reste le dernier sur 
le plat. — On-z-^ honteit di tikS a s'idk 
a kostS d*on p6v dial: il y a une sorte de 
honte a Stre heureux ii la vue de cer- 
tain es miseres. — On det-t-ess honieU 
d'si dlf6, min nin d'si korlgi : Thomme 
doit avoir honte de ses deiaut^i, mais 
noQ de s'en corriger. — P^f honteH : 
qaeroand^nr, pauvre hoDtPUx. — Vo 
dtri ess konteH di min/n*vHe insi: vous 
devriez rougir de honte de tenir une 
telle conduite, — (Ti honied: c'est 



HOP 

honteux (i). -— Zi Tnd e honieU kwan on 
ramiriii:le mal est honteux quand 
on Ta merite. 

HoBteftsmiii , adv. Honteusement, 
avec honte, avec turpitude; vilaine- 
ment , ignominieusement. — Zi napai 
a korou ivdXe honteitsmin : le chenapan 
s'est enfui honteusement. 

B[oBtt(si)9 V. fJi m'kontHe, no no 
kontian). Avoir honte, rougir, Stre hon- 
teux, itre timide; agir pudiquement. 
— Ni v'kontt mtXepofi I'bin : ne crai- 
gnez jamais, ne vous g^nez pas pour 
fairele bien; que honte ne vous fasse 
dommage. 

BoBtt , 8. Honte , modestie, pudeur, 
retenue ; affront , confusion ; opprobre, 
deshonneur, turpitude , ignominie , in- 
famie. — Chta nol konti d'esspdf: il nV 
a pas de honte k Stre pauvre. — Fd 
kontt a n'sakt : faire honte a quelqu'uo, 
le bl^mer ostensiblement, lui causer de 
la honte. — El n'a pu nol kontt: elle 
n'a plus ni honte ni vergogne , elle a 
toute honte bue ; son impudeur est 
patente. — Zi kontt s^ todi V/dtt: la 
honte suit toujours les mauvaises ac- 
tions. 

Hop, int. pour encourager. — ffai'e, 
kop, ivdi'e! Aliens , courage , levez-vous 
et partez ! 

Hop, adj. Comble. — Vintt al kop: 
vendre k la mesure comble. V. mop6. 

Hop«i , 8. Tas , monceau , amas, en- 
tassement ; motte, butte, quantite, fais- 
ceau, multitude, groupe.— ^opatrf'^t^, 
di mokonn : groupe de person nes , de 
maisons. — ffopai d*vt ddkumin : fatras 
de vieux documents, de paperasses. ^- 
Hopai d'broUlt: tas de boue. — Fd di 
kopai : tasser , mettre en tas , entasser, 
eropiler, grouper, amoDceler. — MM 
to soula enn on kopai : mettez tout cela 
en un fagot, ablative, tout en un tas; 
fairs un empilement. — Zi dial ckaie 
todi so Vgro kopai: le bien cherche le 
bien, Teau va toujours ^ la riviere; k 
Theureux Theureux ; qui chapon mange 
chapon lui vient, 

Hop4, V. fJi kopaiej, Comblcr, rem- 
plir une mesure, un vaisseau jueque 
par dessus les bords. — ffopd n'banss 
di kronptr : combler une manne de 
pommes de terre. 

Hop^, aio, adj. Comble, mesure 
pleine, ce qui depasse une mesure. 
— On bodet to kopd: un panier tout 

(i) ProDoneei c'Ml-<m<«iur, et nou e'ist't'ontfa. 

TOMB n. ^ 

Digitized by VjOOQIC 



— -30 — 



HOR 



HOS 



comble. — Tre(i banss toU hopaie : trois 
maxiDes tout k fait combles. 

Ho^u, 8. Petit saut. — F^n*hopett, 
mamaie: faites un saut, chhre petite. 

Hdpi, Y. fJi Mpiie, no hdpian), De- 
maDger, picoter entre cuir et chair. — 
J'aU talon hi n'hdpiet: f^prouve une 
forte d^mangeaison au tslon.-^Si hdpt : 
Be gratter, se galer. 

B[4pieeii , 8. DemaDgeaisoD , picote- 
ment, ohatouillement ; action de se 
gratter, de se frotter. — Zi hdpiech } 
mon danjre^ hi Vgretech : il est moins 
dangereux de se frotter que de se 
gratter. 

Hoplale 9 8. Pelletee. Yoj. raltale. 

0opi^, V. (Ji hopel h ji hoplaiej. 
Tasser , mettre en tas avec une pelle ; 
^nttLSaeT.—HopUdi cindriss, d^ chiniss : 
tasser da fumier, des balajures. 

Hor, s. Grosse perche ferr^e iiTusage 
des bateliers. — Dine on K6 d'hor po- 
t-aresU Vhatai : fairs un effort brusque 
ayec la percba pour arr^ter le bateau. 

Hor, 8. Grosse tari^re decharron. 
— Avou Vhor on doHfU moXou di row : 
le charroD se sert de sa grosse tari^re 
pour ouvrir les moieux des roues. 

Hor h Hora, s. Trou, raTin. — Toum^ 
d'vin on hord : tomber dans un ravin. 

Horaiy 8. Foss6, conduit, 6gout, saut- 
de-loup. — NHt on horai: debourber 
un ^ut, un aqueduc. — Pocht on 
horai: sauter un fosse. — Rinpli on 
horai : remplir, combler, remblajer un 
fosse. 

HorMjT. fJi ho^p, no horban; ji 
hoithret), Essujer, 6ter Feau, la sueur, 
la salet^. — HorH s^ min : s*essujer les 
mains. — HorH rkou a n*^fan: 6brener, 
torcher un enfant , lui essuyer le der- 
riere. — Soula ^ hon po horbi s'kou : 
e'est un vrai torche-cul. — RicM ^ 
viteg d*inn n'sakt i It horbi avou s'pogn : 
crtcher k la figure de quelqu^un et la 
lul essuyer avec le poing. 

■or^y ale, adj. Sauve, tire d'affaire, 
hors de danger. — Avou treH m^ie Mr- 
luss ji shre^ hord : aTec trois mills 
florins, j'en sortirais, j^aurais ville 
gagn6e. 

nor^ ^Y. fJihor,no horanj, Bouter , 
pousser ou arr§ter un bateau au moyen 
de la grosse perche. 

MT^y 8. Creuser un fosse, un egout, 
un aqueduc. — On va hord ^ noss row 
po // on handl : on ya creuser dans 
notre rue pour y pratiquer un egout. 

Hor^eii) 8. Action et mani^re de 
creuser 9 de pratiquer un aqueduc; 



creusement, irrigation. — Zi horech 
^ mdldh^ie divin n'sitretitt vdi'e : 11 est 
difficile de creuser dans un chemin 
etroit. 

Hort, 8. A>bri, lieu oil Ton peut se 
mettre k convert de la pluie , du vent, 
etc. — Vo troUvrd on hort po Ut pacif 
Vplaif: vous trouverez un abri pour 
laisser passer la pluie. 

Hori, V. (Ji hor eji horhie), Abriter, 
mettre k convert de la pluie ; garantir, 
placer en sdrete. — Si hort dzo on teH- 
tai : 8*abriter sous un auvent. 

HorioB, s. Horion-Hozemont, com- 
mune du canton de Hollogne-aux- 
Pier res, k 13 1/2 kilometres de Liege. 
Pop. 2,300 hab. Sup. 1,786 hectares. 

noriM, 8. Xhoris, commune du can- 
ton de Ferri^res, k 27 kil. de Liege et 
31 kil. de Huy. Pop. 730 hab. Super- 
flcie 1,253 hectares. 

DorkMe, 8. Grosse tartine. — Chikd 
n*bonn gross hork^ie di botir ^ d'pottk/ss : 
fripper une tartine monstre de beurre 
et de fromage de pot. 

Hork^ie, s. Sorte de fourche sur la- 
quelle on appuie la carabine. 

Hori^, V. fJi horel e ji horlaie), Fos- 
soyer, farmer , dore avec des fossls. — 
Ji vou horU tott mi cinss : je veux clore 
de fosses toute ma ferme. 

Horieeii, 8; Possoyage, action et 
mani^re de fossoyer ; travail du fos- 
soyeur. 

HoroB , s. Madrier , planche de 
cheue fort epaisse. — Zi pavd d^ pon 
d'Shret ^ fai avou d^ horon : le tablier 
du pont de Seraiog est fait de madriers. 

Horott, 8. Rigolle. Yoy. KoroU. 

Hdskd, 8. Hausse-col, petite plaque 
de cuivre sous le col d'un officier. — 
No-z-qfict poirtet dh bat hdskd : nos offl- 
ciers portent de beaux hausse-cols. 

Hoskow, s. Hoche-queue, oiseau qui 
remue sans cesse la queue. — Zi hos- 
how magn voltt U moh : les mouches sont 
une friandise pour le hoche-queue. 

HosnilB, s. Hochement. Y. Hoeecli. 

Hosid, V. fJi hoslaie), Hocher leg^re- 
ment. — Zoukt-z-a vo\ Vdb ki hoslaie: 
prenez garde , Tarbre commence k ho- 
cher. 

HasmiB-d'ko^r , 8. Naus6e , mouve- 
ment nauseabond. — Zd boQie d'apoti- 
Mr mi d'net d^ h6smin-d*cotr : les pre- 
parations pharmaceutiques me causent 
des nausees. 

h6ss, s. Ench^re, oifre faite au- 
dessus d*une autre, dans une vente au 
plus offrant.— Mett inn hdss : ench^rir. 



Digitized by 



Google 



HOT 

sarencherir, ajouter une sorench^re, 
couvrir une enchere. — Vintt al hCss : 
▼endre k Tencan. 

■^M, 8. Hausse, terme de cordon- 
nier, pi^e de cuir pour ^roasir la forme. 

— Mett inn Mss a n'fo'km po raUrgi di 
sole: mettre une hausse a la forme 
pour elargir des souliers. 

■•tale 9 8. Hottee, plain une hotte. 
—Hotaie di diel : hottee de terre glaise. 

— (Ti mi k'enn n? poitt li hotaie : c'est 
moi qui en 8uis respousable. 

H«t«i,s. Petite prune sauvag\ — 
Gnak'l^ pOvri gin hi magness di hotal: 
il n'y a que les pauvres gens qui man- 
gent les prunes eauvages. 

H«talt, 8. Prunier sauyage epineux. 

— li hotalt krihet dvin li hdi'e : les 
pruniers sauvages croissent dans les 
liaiep. 

Hdteftr, 8. Hauteur, elevation, mon- 
tagne, mont, eminence, monticule, 
c6te elevee, coteau. — Zi hdieUr d'on 
me^r, dHnn ostag , d'on cloht, d'on tiair : 
la hauteur d'un mur, d'un 6tage, d'un 
docher, d^une montagne. — Zi stadel 
diltch i so n'lel hCteur : la citadelle de 
Liege est placee sur une superbe mon- 
tagne. 

■dteUr, 8. Hauteur, fierte, orgueil, 
arrogance, vanite, presumption , outre- 
cuidance. — Traitt n'sakt avou di-z-air 
di kOMr : traiter quelqu'un avec un 
ton de hauteur, imperieusement, d'un 
ton imperieux, imperatif. 

■dtleii, 8. Gardon, nase , petit pois- 
»on blanc d'eau douce. — Piki d hdtich : 
pecher du gardon. 

■Mch, 8. Bois de haute tige,de 
haute futaie ; marmenteau. — Zit kreh 
(mhoia hStich: laisser devenir une for^t 
en haute futaie. 

MiUiie 9 s. Trousse , plein son ta- 
bliet" ; tas. — Hdtlaie di kress, di legn : 
trousse de copeaux, de cotterlrs. 

H»iii, s. Hotteur. Yoy. noit, 

■•ti, 8. Mortaise, entail lure dans le 
Iwis pour y faire entrer un tenon. — 
Mett VawM el hott: mettre le tenon 
dans la mortaise. 

H»it, int. Hurhaut, cri des charre- 
tiers pour faire aller leurs chevaux li 
droite. ^AUUri hott : aller qk et \k, 
k droite et k gauche. — Onk va hdr i 
l'6te va hott: Tun tire k dia et Tautre k 
hurhaut ; Tun Teut blanc , Tautre veut 
noir. 

MiLFl^mAl, 8. Flemalle-Haute , 
commune dn canton de Hollogne-aux- 
Pierrcs , ii 9 k. de Liege. Pop. 1,050 h. 



31 — 

HOU 

Superflcie 406 hectares — Bertolet, 
lifameU pondeii, ind a VEdtt-FUndl, 
i Barett, ivek di Nameitr, i a morou : 
Bertholet, peintre celebre , est nd k 
Flemalle-Haute , et Barette, evgque de 
Namur, y est mort. 

Hdtt-koBtt, s. Haute-contre , Toix 
eotre la taille et le dessus ; celui qui 
la chante. — Zi bili hdtt-kontt son 
rdr : les belles hautes-contre sont 
rares. 

HdttmiB, adv. Hautement, avec hau- 
teur ; imperieusement, fi^rement, avee 
arrogance. — Dih^ li hdttmin si vraie : 
dites-lui hautement ses verites. 

Hdu-miB, 8. Preeminence, sup^rio- 
rite qu'on a sur les autres. ~ Zi Miniss 
a rhOtt-min so li OovemeUr: le Mi- 
nistre a la preeminence sur les Gou- 
verneurs. 

■dtt-pATe, 8. Haute-paie, surcroit 
de solde. — On-z-a dn^ d s6ddr on dmiie 
fran di h6tt-pdl'e : on a donne aux sol- 
dats un demi-franc de haute-paie. — 
Zi hdtt-pdXe d'on rdgimin : les hautes- 
paies d'un regiment, ceux qui regoi- 
Tent la haute-paie. 

Hdtt-tMe, s. Haute -taille , Yoix 
moyenne entre la taille et la haute- 
contre. — On kom/diain k'ess-t-inn honn 
hdtt'tOe: un comedien qui est une 
bonne haute-taille. 

Hou , s. Houx , arbrisseau toujours 
vert , k feuilles herissees de piquants. 
— Piti hou : petit houx, housson^ houx- 
frelon. — Plak di hou: houssaie. — 
Pen d*hou : cenelle , baie rouge , fruit 
du houx. — Zi hovdU si siervet d'houpo 
fi l&U ramon : les ramoneurs emploient 
le houx pour faire leurs balais. 

Honbalr h Honblet, 8. Hubert, nom 
d'homme. -— Sin-Houbair a stu Vprumi 
ivek di Ztch : Saint-Hubert fut le pre- 
mier evSque de Liege. — Sin-Houbair, 
c*i Vpatron di chiceUt, : Saint-Hubert est 
le patron des chasseurs. ^ Kwan ok 
vou touwS s'chin^ on di k'il a I'md d' Sin- 
Houbair : quand on yeut tuer son chien, 
on dit qu'il est enrage, quMl est hydro- 
phobe , qu'il est atteint d'hydrophobie, 
de la rage. ^ Si fS tit a Sin-Houbair ; 
se faire duvrir le front pour y recevoir 
une parcelle de Tetole de Saint-Hubert, 
en Ardenne. — Sin Houbair k'i rivnou 
avou s*mal'et a s'kou : Saint-Hubert est 
revenu nanti de son maillet ! (i) — Hi 
del K onfrairiie di Sin-Houbair, i n*a- 
rech nin po minti : ii est de la Confrerie 



lur 



) Cri que des gamins faitaient entendre en frappant 
les portes le joar de la fttt da taint. It S noTtinbra. 

Digitized by VjOOQ IC 



— 32 — 



HOU 

de Saint-Hubert, il n'enrage pas quand 
il ment. 

BEonbalrteim, 8. HubertiDe, Dom de 
femme. 

nonbett, 8. Cabane, hutte, cahutte, 
fcuillee, petite logre. — Zi houbett don 
pacetc d'aiw, d'on hiergt: la hutte d'an 
passeur d'eau, d'un bere^er. 

HoAbt, V. (Ji hofihQie , no hotihian), 
Houblonner, mettre du houbloQ daus 
la bi^re. — Tote btr n'i mU'e bonn, s'el 
«? hott,bQie horn ifd : toute biere n'est 
jamais bonne, si elle n'est bien hou- 
blonnee. 

Hoftblecii , 8. Action et maniere de 
houblonner. — C*i VhoMech hi no fat 
hetr del glott btr: c'est la bonne ma- 
niere de houblonner qui fait Texcel- 
lente biere. 

Houbiet, 8. Hubert, nom d'homrae 
employe ironiquement. — Vo ravizd 
Vso Eoubiet! Vou8 avez Fair d'un fou ! 

noAbion, 8. Houblon , plante pour 
faire la biere; vigne du nord. — Flog 
dihoHbion: fleur du houblon. Stech 
d ho^hion : perche , echalas k houblon. 

— Li hodbion dAloss: les houblons 
d'Alost. — Magnt di jet d'hoHbion: 
manger des tendrons de houblon. 

HoMion^, v. (Ji hoUbionaieJ. Hou- 
blonner. Voj n«^bt. 

Hoteir, 8. Houblonniere , champ 
plante de houblon. — Zi plokress son- 
i-ivdXe i rhoi^htr: les eplucheusea de 
houblon sont allees dans la houblon- 
niere. 

HoubrMieh ^ Hoiabr«iitt ^ 8. Bou- 
tade, caprice. — Ziprumt houbronch 
hi It prindret, % courri-t-ivdie : k la pre- 
miere lubie, il enfllera la venelle. 

Hoof •! 9 8. Glboulee , guilee, averse, 
forte pluie instantan^e. — No-z-eHripu 
d'on hougai so Vkoir : nous eilmes plus 
d*une glboulee sur le corps. 

HottfATe, 8. Houssaie, lieu oh il 
crolt quantite de houx. 

lloiieeBB, 8. Houssine, verge ou 
baguette pour faire aller un cheval, 
pour battre des habits, des meubles.etc. 

— Bait on tapiss avou n'houcenn : battre 
un tapis avec une houssine. 

noiieh e noap, s. Drague, pelle re- 
courbee pour tirer du sable, pour curer 
les puits. ~ Chirgt n*vdl'e di hoi'e avou 
n'himch : charger un tombereau de 
houille avec une pelle. Yoy. Truvai. 

Honeh , s. Grand coffre pour mettre 
de Tavolne. 

■onei, 8. Huissier, officier de justice 
qui Ml la police des audiences, qui 



HOU 

fait les significations, etc. — Zi houct a 
fat fair U jazett, : Thuissier a impose 
silence aux babillards. — Timon d*on 
houct : recors. — Houct turk : chiaoux, 
esprfe d'huissier chez les Turcs. — On 
natnm wair li vizitt di houct : oa 
u*aime guere la visite des huisaiers (i). 

Hoacin^, ^.(Jikoucennhji ^.oucinaiej. 
Instrumenter, faire des proce:i-verbaux, 
des actes publics et tout ce qui con- 
cerue les attributions d'huissier. — Ci 
m'baston la n'i ni avoM ni avouwd, si 
mestl c'i d'houcM : ce drdle n'est ni 
avocat ni avoue, son metier est celui 
d agent d'affaires. 

Houdnech, 8. Attributions d'huis- 
sier, actes d'un agent d'affaires. — 
Ci n'i nou skrieii, i n^kinoh hi Vhouci- 
neck : ce n'est pas un avocat, il n'a que 
ia routine d'un huissier, c'est un agent 
d'affaires. 

HoaclneH , 8. Semblant d'huissier et 
d'homme de loi. — On troiif Ulfiie on 
braf houcinett : on trouve parfois un 
agent d'affaires qui est loyal. 

HondiB , s. Menage , maisonnee , s^- 
quelle > engeance, terme de mepris. — 
Zi p&, li mSri to Vhoudin: le p^re, la 
mere et toute la couvee. 

Honf, s. Peritoine, membrane qui 
rev^t interieurement le bas-ventre. 

HoftgAry 8. Hougarde, bi^re blanche. 

— Be^r on bari d*hoitgdr : boire un 
cruchon de hougardo. 

HonsMeit , 8. Yeillotte , tas de foin. 

— Hougnett di dtjdb: dizeau. - Vocial 
li plai/,/d bin ratt mett li foUr ikon- 
gnett: voici la pluie, il faut se depd- 
cher de mettre le foin en veillottes , de 
tasser le foin. 

Hoagnt^, Y. fJi kougntaiej. Mettre 
du foin en tas. — Hougnt^ di v>aXain : 
tasser du regain. 

Hoabl^, V. Hucher, crier, heler. 
Voy. smpjf^. 

Honhoa , 8. Vogue passag^re , mode 
ephemera ; goilt , caprice momentan6 « 
accidentel. — K^l laite mdtt! El ni 
durret nin, ci n'i k*on houhou : quelle 
mode bizarre ! Elle n*e8t que momen- 
tanee, ce n'est qu'un caprice. 

Hoiit, V. fji houYe, ji hoXe h ji kouaiej. 
Travailler dans une mine de charbon 
de terre. — Fdret bin hi s'mett a hoUt, 
i n'a nol 6te rigourss: il faudra bien 
qu'il se resigne k travailler dans lea 
mines, il n'a pas d'autre resaource. 



(I) ProDoneei i<i-s-MM«i>f«. 



Digitized by 



Google 



— 33 — 



HOU 



Hoai , tr y adj. Houiller , houilleux. 

Voy. HoTeik. 

HoSf , V. Jeter de la nefge, peloter. 
l^skoli hi s'houiet: les ecoliera qui se 
pelotent avec de la neige. 

II»oTccli e HouTer^ie , S. Actfon de 
pelottr , de jeter des boules de ncpre. 

— C^ haUfpiti valet avou lett houiecli ! 
Que ces grimauds soDt desagreables 
arec leur manie de peloter ! 

H^nTeik , ress, 8. Uouilleur , ouvrier 
qui travaiile aux mines de houille; 
mineur. — Ze houYeft risketto U joP. lefi^ 
tiie: lea houilleurs exposent chaque 
jour leur vie. 

H^nio , s. Pelote, boule de neige 
pressee. — J'atrapa on k6 d'houio al 
iiess: un coup de pelote dfl neige m'at- 
teignit i la tete. — HouXo d'hotr: 
motte, certain tas ou masse informe de 
beurre. 

H«atr, s. Houill^re, mine de houille. 

— Z^ houtr, c'ess-t'inn richess po noss 
par: Ics houilleres sent une richesse 
pour notre pays. 

Houkeehy ». Appellation, roani^re 
d'appel^r. — K^drol di houkech! Quelle 
BinguUera appellation ! 

Honked , res», 8. Reveil-matin, per- 
aonne chargee d'eveiller les ouvriers h 
certaine heure du matin. — T6 Vkou- 
ke^, Idvan-no : j'entenda le reveille- 
matin, levons-nous. 

Hooki, V. fJi honk), Appeler, nom- 
mer, dire le nom. — Houkt Rdss ki vinz 
wri: appelez Erasoie qu'il vienne tra- 
vailler. — Eouki a VacisHnss : appeler, 
crier k Taide , au secours. — Si houkt 
VonVCtt: s'entre-appeler. — Eouki to 
U sin /oH di Paradi : invoquer tous les 
8aint8 du Paradia. 

H«aki^'kO0l6 h Hoakff-fod, V. Pro- 
voquer,inviter k sortir pour se battre ; 
8tre le promoteur d'une querelle , jeter 
le gant , envoyer un cartel. — Sij-Va 
spougnt^, c*e lu ki m"a houkt -/on : si je 
Tai houspille, c^est lui qui m'a provo- 
que. 

■oukttgn, 8. Hucorgne, commune 
du canton de Heron , k 7 kil. de Huy. 
Pop. 520 hab. Sup. 839 1/2 hectares. 

HoAl , s. Terreur , epouvante. — Id 
hru i*gair on tapS n*hoHl divin I'pai' : les 
bruits de guerre ont jete une panique 
dans tout le pays. 

HoAia, s. Hurlement, cri de chien 
ondeloup; clameur; mugissement du 
vent. — Oi chin k'a-t-inn iware hoUa : 
an chien qui a un hurlement effroyable. 

■o<kJU^ 8. Diable, jea d*enfant, petite 



HOU 

planchette qui produit une sorte de 
mugissement lorsqu'on la fait tourner 
rapidement. Voy. Dial. 

HoAU, s. Huchet, cornet pour appe- 
ler de loin. — J'd rhomir dh hiergt: 
j'entends le huchet du vacher. 

noAia e Hoikiea , s. Pleureur desa- 
greable, pleurnicheur. Voy. ChoHlA. 

Hoalan, s. Houlan, hulan ou uhlan, 
cavalier dans Tarmee autrichienne ; 
espece de lancier d'origine tartare. — 
S'egagt d'vin le houlan : s'engager dans 
le corps des uhlans. 

noai^ , aio , 8. et adj. Boiteux, ban- 
cal, cagneux, tortu, piedbot. — Hou- 
late janb : jambes tortues , jambes 
creches. — Houlaie vd'i'e : chemin tor- 
tueux. — Zi houU Kolass : K\c6\h& le 
boiteux. — Ess houU, rotS houU : Itre 
boiteux, boiler, clocher. — HouU pHo\'e\ 
vilaia boiteux. — Ess houU dl dreH 
hosts : boiter, clocher du c6te droit. — 
/ roit ho onpd houU: il feint encore un 
pen en marchant. 

Houi6,v. (Jihol,no houlan). Tor- 
tuer, rendre tortu; plier, tourner de 
travers. — Houle n^awhXe : tortuer une 
aiguille. — Ab ki s'hol : arbre qui se 
tortue. — ffoulS sh soU: ecaler ses sou- 
liers , abaisser les quartiers des sou- 
Hers sur les talons, les tourner. 

Ho6i6 , V. (Ji h(kl, no hoUlanJ. Hur- 
ler , pousser des hurlements. — Li leik 
hoiilet: les loups hurlent. — Li vin 
hoUl: le vent mugit, bruit. — Li MoUss 
hi ho^Uf: la Meuse bruissait. — Li ci 
ki n'sd ho^U avou U lei^, ni sdre^ vihd 
avou zel: quand on ne sait hurler avec 
les loups, on ne saurait vivre avec eux. 

Holkl6 1 V. Gagner tout Fargent du 
jeu. — Ji vin dijowSal banh dfso hotU: 
je viens de jouer k la banque, et je suis 
mis au blanc. Voy. Pan^. 

Hoaieeh,s. Clochement, action de 
boiter, de clocher. 

H^nieeh, 8. Action d'eculer. — Li 
houlech perih U chdceitr : on g&te aa 
chaussure en Teculant. 

Hoftleeh , 8. Hurlement. V. Holkla. 

HolklmlB, 8. Voy. HoUleeh. 

HoftimiB, 8. Echaffaudage. Voyez 
Hoftrmln. 

Houlo, 8, Culot. Voyez Koiilo. ^ 

Hoaioii, 8. Hulotte ou huette, espeoe 
de hibou, de gros oiseau nocturne; 
chouette, chat- hu ant. — Li hri del 
houlott i iriss: le cii de la hulotte est 
triste. 

Houipai, a. Espece de hulotte. 

HoaiM>9 Ai**) ^^i' Malingre, cadae, 



Digitized by 



Google 



HOU 

d*uDe complexion faible et sujette k se 
deranger; qui a de la peine h retablir 
sa sante. — DSp6\'e si fnaladiie, il } 
(Tmanou houlpai: depuis aa maladie, il 
est rest^ malin^re. — Ji n*s^ sou hi 
m*feie a, ell i tote houlpaitt : je ne sais 
ce qu*a ma Ulle, elle est toute lan- 
gou reuse. 

HonlpiB^, y. fJi houlpenn e ji houl- 
pinaiej, Niaiser, travailler sans ardeur. 
sansgoiit, avec nonchalance. — C^ess- 
t-on miva ovrt, % nfai k*houlpin^: c'est 
un mauvaia ouvrier, il ne fait que 
niaiser. 

HonlplBOch e BonlplUBr^lej S. Non- 
chalauce , fllnerie , paresse. — / s*/et 
h/r avou leHk houlpinech : leur noncha- 
lance les fait detester. 

noalplneH, ress, 8. et adj. Noncha- 
lant , oisif , paresseux. — Ji wMret U 
ginti'Z-ovrt, iji revdret U houlpineit : je 
garderai les outriers actifs , et je ren- 
Terrai les lambins. 

Hoaii^ , V. (Ji houltaie). Clopiner. 
Voy. Halt^. 

Honing, y. (Ji horn, no houman), 
l^cumer, dter Tecume; despumer. - 
Zi boul'on hi horn: le bouillon ecume. — 
ffoum^ rbouYon : ecumer le pot, la mar- 
mite. — ffoum^d^fondou plonk: despu- 
mer du plomb fondu. 

Honni^ , y. Humer, gober, ayaler un 
liquideenretirant son haleine. ^Houme 
n'locHe di bouTon : ayaler nne grande 
cuilleree de bouillon. — Zi papt horn 
linch : le papfer boit Tencre. — Zi sci- 
vion horn li plaif : le sable absorbe la 
pluie. — HoumecisS'la : gobsrz celle-U. 

WLonwBk^y y. Effacer, rabattre, rayer; 
eponger, epuiser Teau ayec une eponge. 
— ffoum^deH rdi'e, no-t-avan fai vol: 
effaces deux lignes, nous ayons fait la 
vole. 

Honmeeli | s. Action ou manidre 
d*^cumer. — Zi houmeg d^ chdr : Taction 
d'^cumer les yiandes. 

Honmeeh , 8. Action d*effacer , d'e- 
ponger. — F^rhoumechprdpmin: epon- 
ger proprement. 

HonBBieeh, s. Uespumation, action 
de despumer les metaux fondus. 

Homnress, 8. Ecumoire, ustensile 
troue pour ecumer. — Houmress di 
Jtair-sitatnn^: 6cumoire defer-blanc. 

Hoiiiiire00-dl-p^ket 9 8. lyrognesse , 
femme sujette k s'enivrer ayec du ge- 
niftyrc. — Zi vSii hdumress-di-plhet 
more-tdrdinairmin so on cindriss : les 
yieilles ivrognesses meurent d'ordi- 
naire sur un fumier. 



34 — 

HOU 

Honp, 8. Huppe, touffe de plumes 
sur la tete de quelques oiseaux. — Zi 
houp dHnnpoXe, dHnn dlouwett: la huppe 
d'une poule, la huppe ou la cr6te d'une 
alouetie. 

Hoop, 8. Chance, esperance. — On- 
za vindou houp di piett , houp di gangn: 
on a fait une vente aleatolre, une yente 
a forfait , au hasard. 

Houp-dl-gnet, s. Goguettes ; reyeil ; 
r^tablissemeot de la sante, de la for- 
tune. — Zijiess no-z a mltou so Vhoup- 
di-guet: la kermesae nous a mis en go- 
guettes , dans les vignes du Seigneur. 

— Avou si p'ti Mteg, il a rivnou so 
Vhoup-diguet: avec son petit heritage, 
il B^at remis k flot , il s'eet reha- 
bilite. 

Hoiip6, nie, adj. HuDpe , qui a une 
huppe sur ia tSte. ;— Coh houp^: coq 
huppe. — Pole houpaie : poule hupp6e. 

Houpleft, eli00, adj. Froidureux, 
frileux, qui se tient tout ramasse par 
le froid ; piteux, marmiteux. — Zip6f 
chin n-nha to houpieti> ; le pauyre 
diable s'en ya tout piteux , est tout ca* 
cochyme.— ^W ^ tote houpietiss di miz^i 
elle est toute souffreteuse. 

Hoiipl«le,s. Pelletee, autant qu'il 
en pent tenir sur une pelle. — Houplaie 
di diel , di cindriss : pelletee de terre 
glaise, de fumier. 

Honpi^, y. (Ji houpel e ji houplaie). 
Hller. Voy. Joap4. 

Honpioar«ii 9 ontt , s. Eceryel6 , 
etourdi, evapor6. — Vorifsxpozdcihou- 
plourou la? Voudriez-yous epouser cet 
eceryele ? ' 

Hoaprai , 8. Chou^tte grand-due ; 
chat-huant , hibou. — On prStin k 'U 
houpral v^'et pu cUr del nutt hi dijoil : 
on pretend que les chats-huants yoient 
plus clair la nuit que le jour. 

Hoaprai, s. Femme echevelee, qui a 
les cheyeux epars et en dlsordre. — 
Ell a Vair dHnn acot^ie, ciss houpral la! 
Elle a un air furi bond, cette echeyelee ! 
Voy. Houloit. 

Houptaia, int. pour faire' sauter un 
enfant. 

HoAr, s. Dos d*un instrument tran- 
chant. — Zi spihetir d'on ho^r di hoi^^ 
tail Tepaisseur du dos d'un couteau. 

H«6r, s. Treteaux du scieur de long. 

— No n'sdrt sUt si VhoHr «? fai: nous 
ne saurions scier avant que les tre- 
teaux ne soient places. 

Honralo, 8. Eboulement. Voy. ivrak. 

Hotiird^, y. (Ji hoti>rdaie). Hourder, 

ma$onner grossi^rement, faire un hour> 



Digitized by 



Google 



— 35 — 



HOU 



dage. — Ho^rdd n'tUze-d-paredss : hoar- 
der uoe cloison. 

Ho^rdeeii, s. Hourdage, magoonage 
grossier de niocllons ou de pi&tras ; 
premiere couche de p^ros pl&tre aur un 
lati's. — Aless f^ rhoHrdech di m^ latiss: 
allez faire le hourdage de mes latis. 

Howrea, s. FroJd Doir. — I/ai ho 
koureU ; il y a encore de Tafgre dans 
lair. 

Holkrlal h H«ArU, s. Tertre, ligne 
de demarcation de diverges proprietes 
mrales. — Fan on hoUrlai po li d'set^f 
di no tair: fesons un tertre pour la 
ligae separative de nos terres. 

Hoarmln, s. Echaffaudage , pieces 
de bois formant plancher oil les ou- 
▼riers montent pour travailler. — /V 
koitrmin : echaffauder, dresser un echaf- 
faudage. — Kwan U hoUrmin son mi 
fai. il ariv d? mdle&r : quand les echaf- 
faudages ne soot pas faits assez solide- 
ment, il arrive des malheurs. 
BoaMi, s. Botte de tanneur. 
■i«as«, s. Housse, commune du can* 
ton de Dalhem , k 9 kilom. de Liege. 
Pop. 870 hab. Sup. 238 hecteres. 

hoAmi s. Housse , capara^on , sorte 
de couverture qu'on met sur les che- 
vaux. ^ MltS n*g&Xe hoUss $0 cijvdla: 
caparaconnez elegamment cecheval. 

■i«a(^9 V. fJi houtt . no houtanj. 
Hutter , faire une hutte pour se loger. 

— ffouU Vgdr-di-nutt : hutter le garde 
de nuit. 

HoAt^, V. fJi kaUtt, no hoManJ. i^zoM- 
ter , prater Toreiile , preter attention k 
ce qu'on dit. — ffoikt^ n'gott: ecoutez 
nn peu, venez $^. — HoiitS d-z-ouh: 
ecouter aux portes , Hre aux ecoutes. 

— Kom i s*ho&U pirU! Comme il s e- 
eoute parler ! Comme il s'ecoute. — On 
Ju4ttt soulapo n'orHe, si Vlai-t on aU po 
V6U: on ecoute cela par une oreille, et 
onoublie par Tautre. — LlMl'e hoMet: 
les murailles ont des oreilles. — Kt 
Mtt d z-ouh, 6 rdrtnin dir dd bin dlu: 
celui qui ecoute aux portes en tend ra- 
rement dire du bien de lui. 

Hoftt^ V. Ecouter, obeir ; ^tre obeis - 
sant, docile. — Voss-tefan hoUti bin: 
votre enfant est docile, il Ecoute doci- 
lement, avec docilite. -^ Nin hoUl^ s'p^r 
I s'm&, c*esS'i'On pickt : ne pas ecouier 
ses parents, leur desobeir , se r^gimber 
contre eux, c'est un peche. — C'ess-t-on 
pii boU hi n*vou fiin hoUU', c'est un 
petit gamin qui est desobeissant, indo- 
cile, qui persists dans la desobeissance, 
dans riodocilite* — Po bin Kmandd, i 



HOU 

fd-Uavu hoM: pour bien commander, 
il faut avoir cbei. — Lh sovhin hoittet 
trop U plakeH : les souverains ecoutent 
trop les flatteurs. 

Holkieeh , s. Audition , action d* en- 
tend re , auscultation , action de priter 
Toreille attentivement pour percevoir 
les sons. — Zi hotteg dl temon : I'audi- 
tion des temoins. — Zi hoUeg d^ batt-- 
min d'kotr : Tauscultation des pulsa- 
tions du coeur. 

HoAlelk, reM, 8. ficouteur , qui 
ecoute. — lioss wizenn ess-t-inn hoUtress 
d-Z'Ouh: notre voisine est une ecou- 
teuse aux portes. 

HoAieur , 8. Vingti^me gerbe. — 
Ona dh ci, I Vawouss, k'ovri-t-al hoUteur : 
il y a des ouvriers qui travaillent, dans 
la moisson , k la vingtieme gerbe. 

HoAtiB-rEvek, 8. Houtain-l'Ev^que, 
commune du canton de Landen, k 24 k. 
de Huy et i 32 kil. de Liege. Pop. 700 
habitants. Sup. 690 hectares. 

HoAtiB-siB-9iiii^T«B, 8. Houtain-St- 
Simeon, commune du canton de Fexhe- 
Slins, li 18 kil. de Liege. Pop. 980 hab. 
Sup. 520 hectares. 

H^Airal, s. Lieu d'attente. — Ko 
d*mant n'bonn eftr d hotitrai d-Vestdcion : 
nous restdmes une bonne heure k la 
salle d'attente de la station. 

Hoatt, s. Hutte. cabane, abri. — FS 
n*houtt po s^logt : hutter, faire une hutte 
pour se loger. — Ess a houtt : Itre k 
convert, k Tabri, en sdrete. 

HoAU, s. Ecoute. — Ess al hoU^tt: 
Itre aux ecoutes , lire k remarquer ce 
qui se dit ou ce qui se fait dans une 
affaire. 

HoAit-0l-plo^ , s. iSScoute-s'il-pleut , 
moulin qui ne va que par des ecluses. 
— Zi fiess di hoUtt-si pM : la fe(e 
d'ecoute-s*il-pleut , chose qui n'arrivo 
jamais , ou qui n^arrive que tr^s-rare- 
ment ; espoir ma I fonde , chose hasar- 
deuse. 

Houv^le. Voy. FAfOB. 

HoAvioB , s. Ecouvillon , vieux linge 
attache k une perche pour ncttoyer le 
fourou un canon. —' Manch ou how di 
hoUvion : hamee, hampe de Tecouvillon. 

H«lkvioB^, v. fJi hoUvionn k ji hoit- 
vionaiej. Ecouvillonner, nettoyer avec 
Tecouvillon. — I/d hotivionSlfordivan 
d*t mett U pan : il faut ecouvillonner le 
four avant d*y mettre les pains. 

HoftvloBeeb, s. Action d'6couvillon- 
ner. — Kwan on n^glich li hottvionech 
difor, gna di chevni hi plahl-t-d pan : 
quand on neglige d'ecouvillonner le 



Digitized by 



Google 



36 



HOU 

foar, il J a de la braise adherente au 
pain. 

HoiiTirett, 8. Membrane. Voyez 
Hamlett. 

Hoawaie , 8. Huee , oris pour faire 
lever le loup ou pour le pousser vers le 
chasseur. — To U checetf, si racinhlt po 
fi n*houwaie: tons les chasseurs se 
r^unirent pour |faire une huee. — 
Kwan c^napai las*mostra, ci n*fou k*inn 
houwaie : quand ce vaurien se montra, 
ce ne fut qu*une huee. 

Honwale , 8. Faute , cause , respon- 
sabilite. — Vo mHapi todi Vhouwaie so 
Vkoir : yous me faites tou jours suppor- 
ter le fardeau , le poids , Taccusation ; 
Tous me jetez toujours la pierre, le chat 
aux jambes ; je suis votre bouc emis- 
saire. 

Houwaie, 8. Huee, bourrasque. — 
No-z-eiLrt n*houwaie di gruzai so Vkoir : 
nous essuj^mes une bourrasque de gre- 
Ions. 

Honw^, V. fJi how h ji houwaie, no 
houwanj. Huer, poursuivre k grands 
cris ; sifiQer, conspuer, couvrir de huees. 

— On houwa Vrainnvd k*ave^ tronpS 
Vcrapdtt: on hua le drdle qui avait 
trompe la jeune fille. 

Honw^ , v. Gronder , bougonner , 
murmurer. — Vo houwS todi so ci pOf 
hair la : Tons grondez toujours ce 
pauvre diable, vous le tarabustez, vous 
deblaterez sans cesse centre lui. Yoj. 
B«rbot6. 

Houw^ 9 T. Fuir , eviter quelqu^un . 

— Houw^ todi U mdli hpagnhie : fuyez 
toujours les compagnies dangereuses. 
Voy. Hiw^. 

HonweA, s. Branchages que Ton met 
au bord des terres cultivees pour em- 
p^cherde les fouler ; brandon. — Plants 
d^ houweUt, : planter des branchages ; 
brandonner. 

HoAaAr, s. Hussard , houssard ou 
housard, soldat k cheval, arme a la 
leg^re, v6tu d'un gilet et d'une sou- 
breveste. — On r^gimin d'hotzur a stu 
to h'hachi: un regiment de hussards a 
ete taiile en pieces. — Kamizol di hoii,- 
t^r: dolman. 

HoftsAr, s. Femme hardie, intrepide, 
homraasse.— (7m/^ttW la, c'ess-t-onflr 
hoiizdr, el mi fai sogn : celte femme est 
une liere virago, elle me fait peur. 

HoAsAr, s. Sorte de raeule de grain. 

Hofts^, V. (Ji hodss e ji hofizaie, no 
hotttan), Gonfler, ren Jre enfle ; bouffer, 
tumefier; rarefier; 6tre replet. — Kdst 
tote U Ugum /et hottzS li stoumah : la 



HOV 



plupart des legumes font gonfler Tea- 
tomac. — Zi Iccai hoitss kwan i cH : le 
lait se gonflp, se hausse par la cuisson. 

— Zi g^z si hofizaie iwaraiemin : le gaz 
se rarefle considerablement. 

HoAseeh, s. Gonflement , enflure, 
bouifiasure, tumeur, repletion. — Zi 
hofizech del pai: le gonflement de la 
peau. — Zi lioiizeg dd gdz : la rarefac- 
tion des gaz. 

HovAii, 8. Ramonneur, qui ramonne 
les cheminees. — Nettr horn on Jiovdtt: 
noir comme un ramonneur de che- 
minee. 

Hovd, ^.fJi hettf,no hovan; ji heUvret). 
Balayer, enlever les ordures , les sale- 
tes avec un balai. — ffov^ U rongeur i 
U chiniss evOl'e : balayer les rognures et 
les crasses. — HovSVmohonn: balayer, 
nettoyer la maison ; enlever la pons- 
siere qui s'y trouve. — HovS Vmohonn : 
falre maison nette , congedier tons les 
domestiques. — Voss rOb ^ si lonk h*el 
heitv lipodctr del vC'i'e: votre robe est si 
longue qu*eile balaie la poussi^re da 
chemin. — HoviU chminaie: ramonner 
les cheminees. — HovSpo phht d govion : 
bouiller Teau pour p§cher aux goujons. 

— Z^ novai ramon hovetvoltt: faire le 
balai neuf, le bon serviteur les pre- 
miers jours ; il n*est rien de tel que 
balai neuf. 

HoT^y ale, adj. i^vente, g&te^ cor- 
rompu par Tair. — Si Tin i hov^: son 
vin est evente. — Del btr Kh hovaie^ 
c*esS't'inn drouk: la bi^re 6vent^ eat 
une mauvaise drogue ; c'est de la 
goure. 

iioTeeh, s. Balayage , action de ba- 
layer ; nettoyage, enlevement des im- 
mondices; les immondices m^mes. — 
Zi hoveg d^ row si fai joHrnaliermin : 
le balayage des rues se fait journelle- 
ment. — Zi poliss ti-z-oblig a deft hoveg 
di chminaie to I'z-an : la police prescrit 
annueliement deux ramonnages de 
cheminee. 

HoTceta , s. fivent , alteration causee 
sur les liqueurs. — Sitopi Vtonai d*btr 
com i fd, ha ji hrin Vhotech : bouchez 
tres-bien le tonneau de biere, car je 
crains Tevent. 

HoTclk, s. Balayeur, qui balaie. — 
Z^ hoveH d'row son-t-a Vovreg to-t-d ma- 
tin : ies balayeurs des rues sent au 
travail de bon matin. — ffoveit di chmi- 
naie : ramonneur de cheminee. Voy. 
UovAd. 

HoTcikr, s. Balayures, crasses, sa- 
letes, immondices, boues. — Di chiron 



Digitized by 



Google 



— 37 — 



HRO 



tna to U jotL chergt di hove^r : dea 
eharretiers viennent chaque jour char- 
ger Ics balayures, les immondices, etc. 

■•▼i^tt,8. Brossier, celui qui fait 
ouTend des brosses.— ^yt^ va-t-aprintt 
li iovUtt: son fils va apprendre le me- 
tier de brossier, de vergetier. 

■•▼leU, 8. firosae, planche garoie 
de faieceaux de crins pour nettojer. — 
Hotlett d'aiss : brosse de foyer. — Mar- 
ckan d'hovlett : marchand brossier, 
marrhand de brosserie. 

■•Yi«n 9 int. Attrape ! Honte I — 
HocUtt po Vblaguei^, il a stu baton! 
Hoote au fanfaron , il a ete ross^ ! 
Haro! 

■•▼leti^-bak , s. Vergette, petite 
▼erge, brosfie pour les habits. — Prindd 
n'k&cUit'd'bak po rnitt voss-t-aM : pre- 
oez uDe yergette pour battre et net- 
toyer votre habit. 

■•Ylet«-A-Ml^ 9 8. Decrottoire, sorte 
de brosse pour decrotter ; polissoire. — 
Vo-t-drd m^zdh d'inn hovlett^-soU po 
nitt vo bott : vous aurez besoin d'une 
decrottoire pour nettoyer tos bottes. 

■^▼•let, 8. Pignon , grand mur qui 
•e termiue eo pointe a la facade late- 
rale d'une maison. — Al samatnn, U- 
t-otrl dron fini U meHtr dh hdvolet : la 
Bfmaioe prochaiue, les ouvriers auront 
icheve les murs des piguons. 

■•BAi e BEoseU, s. Gultre petite, 
ehaassure de jambes contrn la pluie 
et la crotte ; houseanx. — On mett dd 
iotai po-sHiU d'vin U broUlt on dtoH d^- 
^^tv : OD met de petites guStres pour 
marcher dans la boue ou aupr^s des 
riyi^rcs. — II a rindou si hozett: il a 
laisse sea houseaux , ses gr^ues ; il 
est mort. 

ii»BUi , 8. Pomme pourrie cuite ; 
rebut. 

HMie, ale, adj. Pattu, qui a des 
plnmes sur les pattes.— -i)^ kozl^kolon: 
des pigeons pattus. — Di hozlaii pole: 
des poules pattues. 

H«mie (si) , V. fJi m*hotlaie , no no 
^lanj, Se hotter, amasser beaucoup 
de terre autour de ses pieds en mar- 
chant dans un terrain gras et humide. 
^ I fat H mdct avd U vdi'e k*on s'ho^ 
*^ie to dabdr : les chemios sont si 
houeox, qu'on se botte d^ Tabord. 

Hr#«, ow, adj. Cru, froid. — On tin 
t*^ hro%: un temps cru. — Pless k*i 
^^ow: chamhre crue. — / fai hrou: le 
froid est noir , ftpre. 

■■««, owy adj. Ecru. — Di hrouji : 
111 eoo, qui n'a point 6te laTd. — Brow 



HUF 

86^: soie 6crue , qui n*a point eti misa 
k Teau bouillante. — - Hrow teitl :toile 
ecrue, qui n*a point ete blanchie. 

Hn , 8. Huy , Yille , commune , chef- 
lieu d'arrondissement et de canton de ce 
nom ; k 21 kil. de Liege et k 80 kil. de 
Bruxelles. Pop. 9,000 hab. Sup. 800 h. 

— Zichestai d*Hu: le ch&teau, la cita- 
delle de Huy. — LI papinnrHe di H%: 
les papeteries de Huy. 

■A 9 interjection pour chaaaer lea 
cochons. t^' 

Hueff, s. Huissier. Voy. Hamct. 

HAf^ie, 8. Brou, enveloppe yerte dea 
noix ; cupule. enveloppe des noisettes. 

— On tin ne^r avou dh Mfhie di gHe: 
on se sert de brou de noix pour teindre 
en noir. Voy. Brouf. 

HftQon , *^8. Doigt de via , petite 
goutte de liqueur ; cyathe. — Mi vHe 
matante be^ todi on MJion divan d'aU 
doirmi : ma vieille tante boit toojoura 
une petite goutte avant de se coucher. 

— Pr%$tS s*MJion : accorder sea fa- 
veurs. 

HuflA, Ait, 8. Siffleur, qui siffle. 

— Li hufld d'al komHlie si fet sovin 
mett a Vouh : les siffleurs du parterre 
se font sou vent mettrc k la porte. 

HuflA, 8. Pluvier , oiseau de rivage 
qui n*a que trois doigts et qui est bon 
k manger. — Lh hufld on telfHe on 
goss di marass : les pluviers ont parfois 
un goiit de marecage. 

Hunaii, adj. Sifflahle, qui m^rite 
d'Stre siffle. — On mdva ahtedr I hufldb : 
nn mauvais acteur est sifflable. — 
Komldiie hufldb : comedie sifflable. 

uaflan, antt, adj. Sifflant, qui siffle, 
qui produit un Hifflement. — Oozi 
huflan : gosier sifflant. — Voi huflantt : 
voix sifflante. 

Hufl^, V. (Ji hufel, no huflan). Siffler, 
fredonner, modul«r des airs par le sif- 
flement. — Ji m*porminSf to huflan tote 
sOrd'air:']^ me promenais en sifflant 
toutes sortes d'airs. — Hufl^ avou si 
det min : siffler en paume. — Hufld po 
fi piht on jvd: siffler pour faire pisser 
un cheval. — Hufl^ n*aJUe^r : siffler 
un acteur, le poursuivre k coups de 
sifflets. — On'Z-o^(fU sierpin hufl^: 
on entendait les serpents siffler. — 
Kom li vin hufel po Vsh* di Vouh I 
Comme le vent siffle par la serrure de 
la porte. — Aprintt a hufld: 8tre en 
prison, siffler la linotte. 

Hafleeh, s. Sifflement, action ou ma- 
ni^re de siffler , hruit qu'on fait en 
sifflant. — Zt hufleg di sierpin : le aiffle- 

TOXE n. ^ T 

Digitized by VjOOQ IC 



mm 

ment da serpent. — Zi hufteg (U vin : 
U eifflement du vent. 

Hia«e« r 8* Sifflet , iDStrument pour 
siffler ; hu^ , oris improbateurs ; flA- 
teau. — F^ on hi^t avou M frdgn: 
fttire un sifflet avee uo brin de frSoe. 
^ Afri»U iw o^Xai d hufiet: siffler un 
oisesu. — K(fpf' VkuJUt : conper la pa- 
rot^ ^ £(^ rhfi^t, H biUai ou I'pip : 
eouper la gorge , couper la trachee 
artere. 

HiifleHl 8. Siffleur. Voy. HullA. 

Hmfcuiiy f. Petit verrf , verre de peu 
de CQDtenance. Voy. hMob. 

Hateal, s. Espece de tourteau plat 
etmiiice, 

0iiS«Uio , •••98. et adj. Huguenot, 
acatholique, qui n'est pas catholiquej 
gentil, pai'en, idol&tre. — In*va mii'ea 
mets^ c'esS't-on huguino : il ne va jamais 
k la messe , c*est un acatUolique. — 
Egltss h%g%inott : temple protestaut, 
luiherien^ etc. 

HiiS«>iii«<>^>«9 8. Huguenptisme , 
doctnne , profession de la reli^'ion re^ 
fonnee; idolfttrie. ^S'i Ut aU al hu- 
gumotrHe : s'abscndonner au hugue- 
ootisB^e. 

HusaIiioU, s. Huguenotte, rorte de 
marraite sans pieds, petit fourneau. - 
JTir tf^-f-oi (U huguinott : cuire des oeufs 
i 1« huguenotte , c'est-^-dire datis du 
Jus de mottton. 

Hftm^rAi, s. Tunique de pr§tre offi- 
ciant. Voy. ndliM^rAi. 

ItaBa^y T. fJikunn^ no hunanj. 
Crier, se dit des pigeons quand ils ont 
peur. 

■■ray s. Trpgne, mine refrognee. 

■ihpA, s. Hure, t§te de sangUdr, t^te 
ott visage grotesque. — Siervi, magni 
on hurd: seryir , manger une liure de 
s«j»glier. 

Hiirale) s. Bavin, ravine, lieu creuse 
par un torrent ^ubit.-^ Parfontt huraie: 
ravin profond ; berge. 

VtiMUiy s. Indisposition, maladie, 
inoommodite. — LifreH^t^ plaif, IS «l- 
taVe aminet tote s6r di mdva hnrdin : les 
pluies froides, les neiges produisent 
toutes sortes d'indispositions. 

■vri, Y. fJi he^, no huran; ji hur- 
ret). Bcurer, nettoyer, polir, frotter, 
telaireir aveo du sadlon, de la lie, de la 
cendre, etc. ^Ta d*n^ tott mi Kiel a 
rhnrd: }*at docne toute ma vaiselle k 
ecurer. — Hur/dS keiivrhe : d^caper des 
objets en cuivre. 

■■reeky s. Action ou mauiere d'e- 
eurer. — likmreg down todi onHbaikd 



36 — 

HUZ 

d'oiiUl la vaisselle ecuree donnetou- 
jours un si bel aspect ! 

Hureft, resii, s. Ecureur, quiecure, 
qui polii. — Fev*ni Vhnre^ on Vhurrtss 
po no hiel: faire venir lecureur ou I'eca- 
reuse pour notre vaisselle. 

Hnrlaburlu, s. Hufluberlu, homme 
b^u^que, inconsidere, etourdi. — Si fi 
esst'On hnrluhnrlu hi bouh to ju: son 
tils est un hurluberlu qui reo verse tout. 

HariuBiiB,s. Huriement, eri pro- 
loDge que fait le loup et quelquefois le 
chien. — ZS leH ft oXdel nutt d^-z-hcarS 
hurlumin : les loups flrent entendre la 
nuit dVffroyables hurlement.«. 

Hartal, 8. Bome a une porte. — On 
mett di hurtaipo nin d*grognUUpostai : 
on met des born^s k cdte des ported 
pour ne pas ecorner les montants. 

Huslamnsa, s. Pinoeau de cordon- 
nier. — F6 ne^r U lus avou on ]fiu8tU' 
muss : noircir les bords des semelles 
avec un pinceau. 

Haiol » 8. Huitois , habitant de 1» 
ville de Huy. . 

Hatuin, s. Copeaui. Yoy. KreM. 

HAaai 9^ s. Jouvenceau , damoisean , 
godelureau , freluquet , marjolet. ~ ZS 
jCnn Mzai fet d'tote s6r di. boubairrHe 
avou U krapdtt: les jeunes freluquets 
commettent toutes sortes d'etourderies 
avec les jeunes iilles. 

Hftse , V. Venter , souffler , faire du 
vent. — Ona Vvin hi Mze d'abtm : le 
vent siffle tres-fort. — Mi-z-oriie hi H- 
ut: lesoreilles me tintent.bourdonnent. 

hUb^. v. fJi Mss, no MzanJ. S*eclip- 
ser, deguerpir. — EMevdi'epo U waitt: 
s'evader par les prairies, s'echapper 
par la taogente. 

HAaeeh , s. Bourdonnement , tinte- 
meut. — J*a on Mze(^h el tiess hi n'mi 
lai nin doirmi: j'ai dans la tite un tin- 
tement qui m'emp§che de dormir. 

HiBeehy s. Fuite, rapt. V. Biaeek. 

HAaeMy adj. Venteux, qui est sujet 
aux vents. — Z'dtom a sin Mzess ciss- 
tannaie : Tautomne a ete venteux oette 
an nee. — Vola n'samatnn k'astu Mzess: 
ii a fait beaucoup de vent cette semaine. 

HUseas, adj. Leger, yolage, incons- 
tant. 

HAae^ye^s ou reMi, s. Celui qui 
bourdonne , qui fredonne. qui fait en- 
tendre un leger sifflet. — Ji n^voreik nin 
todi avu on hitzeHk topri d'mi : je ne you- 
drais pas avoir toujours aupres de moi 
quelqu*un qui bourdonne. 

Hilais^, V. (Ji Mzenn, no MHmwJ. 
Diminutif de Hfta6. 



Digitized by 



Google 



lAT 

i, 5. T, neuvifeme lettre d« Talpbabet, 
troiaieme voyelle. — On gran I: unl 
majuscule, ub I capital. — On pti i: 
un i minuscule. — I al Imk crd^ vd 
onk : t en chiffre remain vaut un ou 
I'linite. — Afett de^ piket so Vt: mettre, 
employer un i'trema. —^MeU U piket so 
^-«-l; mettre les points sur les ♦, Stre 
exact dans les peiites choses, sans 
oablier un iota; lire v^tilleux. — To vt 
i't/ ?, t s'tin dre^ com inn t : tout age 
qii*il est, il se tient droit comme un 
jonc, comme un cierge, comme une 
statue. 

I, pron. H, mot qui d^signe la troi- 
sifeme personne. — Ifai, i fl: il fait, 
ila font. — R ainmet : iis aim en t. — 
I^iil pleut. — WesS't'i? Ou est-il? 

— Wist son-t if Oil sont-ils? — / gna 
ii ci ki d*het : il j en a qui disent (i). 

- Ivna d montt , i sofra, i mora : tola 
rittoirdi Vom: il naquit, il souffrit, 11 
moarut : Toil^ l*histoire de Thomme. 

i y pron. Leur, & eux ou h elles. — 
Os V%-i v6Ve d^ pan ^ del Mr : on leur 
envoie du pain et de la yiande. — Zi 
fevm s'anoiet kwan Vson toQ se^l, ^ Vz-t 
fi del kipagneie : les femmes s'ennuient 
smles, il leur faut de la compagnie. — 
N^Vp-tdh^rin: ne leur dites rien. 

i , adv. Y, li. — Ji n*tm niM: je n'y 
tais pas. — Vo-z-t esU: vous y Stes, 
c'est cela, vous #tes pris. 

u , V. II a. — /a magsU, ia H , put 
M kmm hdie: il a mange, il a bu, puis 
a'en est alle prestemcnt. 

VUmm, B. Hydne, animal sauvage 
t\ camassier qui a quelque repsem* 
Wance avec le loup. — L'iMtnn si r*pah 
iicMrdi loir moir: Thydne se repait 
<la la chair des oadavrep. 

iak, s. Yacbt, bfttiment k voiles et 
i rames, servant pour la promenade. 
"On veii haikd d'iak I Holantt ^ enn 
Af^lHair: les yachts sont communs 
eoHollande eten Angleterre. 

iatvM, 8. Hiatus, Borte de bailie* 
i&eDt, prononciation gSn6e par le choc 
de deux vcyelles. — l^-z-^dtnts hUat 

(l)Hycm A^ MMcqui.... Ml Me tealc. 



IDO 

U-t'OrHe dSlihatt: les hi^ius blesseiit 
les oreilles delicates. 

ibiii, 8. Ibis , esp^ce de oourlis qui 
se nourritde serpents, dit-on. 

idU, 8. Ida, nom propre de femme. 

id^ie, 8. Idee, perception de I'&me; 
notion que Tesprit se forme de quelque 
chose ; concept, pensee , reflexion , ftln- 
teieie. — On n*sifai nol tdHe di couki 
VBondiu a soufair : on n*a pas d'iJ^e de 
ce que Notre Seigneur a soufiert.— /Za 
n'idHe ki n'l Vkwitt nin : il a une id^e 
flxe , dominante. ~ Ci n*l k*inn idHe: 
c'est purement ideal , imaginaire , cela 
n'existe que dans Timagmation. — C^- 
Z'Wie la n-s'akoirdet nin : ces idees 
sont incoberentes, il y a incob^fenee 
dans ce8 idees, ce sont des idees creusee. 
^ II a di soU'Z4diie : il « de sottes 
idees, des idees folles, extravagaDtes ; 
dps visions, il est visionnaire. -^ Vo 
pins^ vH on viteg divin VhaiU, kil idHil 
Yous croyez voir un visage dans la 
lune, quelle idee ! — Siainee d^'Z-tdHi: 
ideologic , science des idees; connais- 
sances ideologiques , science de Tideo- 
logue (ou ideologists}. 

idMe (Ibb)) adv. Un pen, una petite 
qvitkntitB. — Eko n'piUte tdiie: encore 
un tantet, uu tantinet, taat soit pea. 

idem , adv. Idem , mot empruoti du 
latin pour ^viter la r^p^tition de oe qui 
v*ent d'etre dit ou 6crit. 

idieu, a. nom propre de femme, 
modificatif d'ldA. 

idol, s. Idole, figure, statue repri- 
sentant une f&usse divinity. — Idol d^6r^ 
d'drgin on d'pt^ : idole d'or, d'argent ou 
de pierre. — AddriU-z-tdol: idolfttrer, 
adorer les idoles, leur offrir de Tetieens. 

— Ell I hel, min c'ess-Uinn traie idol: 
elle est belle, mais c'est une vraie idole, 
elle est stupids. -- Li m6tt, c'l Vtdol di 
feum : la mode est Tidole des fenimes. 

— Z'drgin, c? Vtdol di-ZHivar: Fftrgent 
est ridole des avares. 

tdoiati^ie) 8. Idolfttrie^ adoration 

des idoles, eulte des ifauxdieux. — Cfna 

I €0 di pedp akdind a VtdolatrHe: il j a 

encore des peuples qui s'abandonnent 

kridol&trie. 



Digitized by 



Google 



40 — 



lEB 

id«iAtt, 8. etadj. Idol&tre, qui adore 
les idoles. — GnaveH haic6 cTndcion {do- 
latt: il y avait beaucoup de nations 
idol&tres. 

id«iAii, adj. Idolcltre , qui aime 
excessirement. — NosswHin ess-t-ido- 
latt di s'feuM: notre voisin est idol&tre 
de sa femme, il en est foUement amou- 
reux. — Si Kuzeunn ess-t-idolatt di Uie 
mainmiBK cousine est idol^tre d'elle- 
m§me, elle s'aime h. Texces. 

idreA y 8. Endroit , beau cdte d'une 
6toffe; 11 est oppose k Tenvers. — Vo- 
z avS n'cMss mitow a Viviair, rimii^l a 
ridreH: vous avez un bas mis ^ Tenvers, 
remettez-le k I'eudroit. — Sitof a deH- 
z-idreil^ : etoflfe k deux endroits. 

idromel, s. Hjdromel, breuvapre fait 
d*eau et de miel. •— rtdromel ess- 
t-adoHcihan h d'lijan : Thydromel est 
adoacissant et laxatif. 

idr*plk, adj. Hydropique, raalade 
dTiydropisie. — Ell i moitt idropik : elle 
est raorte hydropique. 

idr*pim^le, 8. Hjdropisie. Voyez 
AlwleBB. 

le ! int. Ah I ah ! He ! Eh ! Ciel ! Mots 
marquant la joie , Tad miration , 1 eton- 
nement. — le don! Ah! Bien! — le, 
hi v*z-e$td gdl'e / Oh ! com me vous ^tes 
brave \ -^le.kt vola I Ah, que vois-je I 
Ah, Youf) yo\\k\ (i) 

ieb,s. Herbe , plante d'une faible 
consistance, qui perd sa tige en hiver. 

— J(hM ieh : herbette , jeune herbe , 
ffazon. — InnfoXe, onfilet d'ieh: un brin 
d^herbe. — S^S Vieb : enherber une 
(erre. — Z*ieh kiminss a si^it : Therbe 
commence a poindre. — NHt de-z^ieb : 
dplucher dee herbes. — On korti plin 
d'ieb: un pre herbu. — TMn d'Z-ieb: 
terrain herbeux. — Di boni^z-ieb: de 
bonnes herbes , fines herbes , fourni- 
tures de salades. — MdU-z^ieb : mau- 
vaises herbes, epluchures, sarclures. 

— Vilme^ss ieb: herbe veneneuse. — 
Mdl ieb krek voltt : mechante herbe 
croit toujours (se dit des enfants qui 
croissent beaucoup). — Magnt Vieb: 
brouter, paitre Therbe. — K6pS Vieb 
dizo Vpt: couper Therbe sous le pied k 
quelqu*un , le supplanter dans quelque 
affaire. — Inn mdl ieb so pt proUt? li 
navo kott : les mauvaises herbes prou- 
vent la paresse du cultivateur.' 



(I) Abttanct-voat de rexcUntiion i>/ qatnd toos 



IEB 



ieb4UffMr«B 9 8. Argentine. Voyez 
ArglBteBB. 

leb-A-pUm, 8. Staphisaigre ou herbe 
aux poux, plante qui vient dans les 
pays chauds , et qui sert k composer 
une pommade contre la vermine ; pedi- 
culaire. 

leb-d'alMyS. Lierre terrestre, plante 
labiee» raedicinale, et dont les feuilles 
ressemblent assez a celles du lierre. 

leb-d'ApotlkAr , s. Plante officinale 
qui entre dans les prepnrations utiles 
ou agreablfts ; terme de pharmacie. 

leb-d'^gr^nw^l, s.Scrofulaire, plante 
de la famille des person nees , qu*on a 
beaucoup vantees contre las ecrouelles 
ou los scrofules ; herbes du siege. 

ieli.dl^li«Btt, s. Velar, ou herbe 
aux chantres, plante crucifere, pectorale. 

leb-dl-elieti s. Cataire ou chataire^ 
herbe aux chats; marum, germandree 
maritime. — Z^ieb-di-chet a n*foitt 
odetr : la cataire a une forte odeur. 

leb-dl^lieptt , 8. Mille-feuille. Voy. 
MIl-fooTe. 

leliHll-rea , 8. EUebore , plante pur- 
gative, que les anciens croyaient propre 
a guerir de la folie. — Ne(ir on blank 
ieb-di-fiH : ellebore noirou blanc. 

leb-dt-sueft , s. Herbe aux gueux, 
espece de clematite. — rieb-di-gne^ 
siev a f4 certin rm^tt po li pdf : 1 'herbe 
aux gueux entre dans certaines compo- 
sitions roedicales pour les pauvres. 

leb-dl-mairlM, 8. Matricaire, plante 
radiee dont les fleurs 8ont par bouquets 
et assez belles ; elle est chaude, cepha- 
lique et hysterique. 

ieb.dl-B«M^Am 9 8. Achillee, genre 
de plantes k fleurs radioes et disposees 
en corymbe. 

leb-dl-plel , 8. Gr^roil , plante offici- 
nale, nommee aussi herbe aux perles, 
pnrop qn^ ses semences 8ont blanches 
etapprochent de la figure d'uneperle. 

leb-dii^r, 8. Gratiole, plante offici- 
nale, purgative, appelee aussi ^r&tf ^ 
pauvre komme, parce qu'clle est un re- 
raedeeconomique pour les pauTresgens. 

leiiHii-poirfl, 8. Benofte, plante qu'on 
croit aiu9i nommee k cause de ses 
vert UP. 

lebHll-pore^loB , 8. Jonchee, tout^s 
series d 'herbes, de feuil les et de fleurs 
dont on jonche les roes pour le passage 
d*une procession. — Sim4 di-z-ieb-di-- 
porcicion: jeter de la jonchee , joncher 
les rues. 

leiMii-siA-jAky B. Jaoobee, plante ii 



Digitized by 



Google 



— 41 — 



IGN 



ILU 



fUrnr radiee, esp^e de sene^n , qu*OD 
oomme aussi herbe de SainUJacques. 

ieibiidl-9lB-j'ii«B , 8. Armoise, geore 
de plantes corjmbi feres qui renferme 
un grand nombre d'especes; elle est 
stimulante, tonique. — L*ahsinU, li 
dragonn, c'i di'Z'ieb-di'Sin-J'han : I'ab- 
sinlhe , restragoo , sont des armoiaes. 

leb-M-sA^Ur, 8. Mille-feuillc. Yoy. 
MU-r«aTe. 

leb-dlHMBlL , s. Patience. Yoyez 

lebHli-tAte , 8. Fines herbes, telles 
que cresson, menlhe, ciboaletles, etc., 
qu'on mange sur la beurree. 

lebHU-l^neft , s. Roudou ou redoul, 
plante utile dans la teinture des etoffes 
et le tannage descuirs; on fappelle 
eficore herbe aux tanneurs. 

leb^i-iinded, s. Genestrolle, espece 
de genet, plante dont on se sert pour 
teindre tn jaune. 

ieii-4i-«ris«> 8- Plante ruderale, qui 
croit dans les masures, dans les de- 
combres. 

icrbAle e lerbeeh j s. Herbages , 
toules sortes d'herbes. — Vindress d 
r*vindfes8 d'ierbaie : herbiere, yendeuse 
et revend^use d'herbages. 

lerbt 9 8. Herbjer , collection de 
plantes dessechees et mises entre des 
feuillfs de papier. — Avun*ierhi di toti 
rM plantt : avoir un herbier de toutes 
pianies rares , exotiques. 

lerbt, Y. Herboriser. Voy. Erb#rlm^. 

If, 8. If , arbre toujours vert , qui a 
la feuille fort etroite et un pen longue, 
qui porte un petit fruit rouge et rond. 
— Palizdit d*if: palissade difs. — Ri- 
i/^d^'^if: Uiller des ifs. — Z*onb di 
rifacoupih: Tombre de I'if assoupit. 

isa«r«ii , aau , s. et adj. Ignorant, 
qui est sans lettre, sans etude, qui n'a 
point de savoir , illettre, isrnare. — II 
iti ignaran hi rCti fi s*no : il est si 
ignorant qu*il ne pent signer son nom. 
-^AsMr^li ci h^ess-t-ignoran , c*e k'i 
Ivou ess : aujourd'hui , il n*eat d'igno- 
rant que celui qui vput TStre. 

isa«raaaUB , adv. Jgnoramincnt , 
»yec ignorance, sans savoir. — Pokoi 
d^viss't'i d'soula ignoranmin ? Pourquoi 
ptrle-t-il de cela sans connaissance de 
ctuse? 

igaoruiM 9 8. Ignorance , defaut de 
connaissance , manque de savoir , inca- 
pacite. — Ignoranssgroctr, inpardondf: 
Ignorance grossiere , im pardon uable. 
-^PoFjoi ^<Me, rignaranss ess-t-inn 
^^^»Ms$malad^: rignoranoe eat au- 



joard*hui una sorte de maladie hon- 
teuse. 

iSBorABiiB) 8. Ignorantins, freres de 
la congregation de Saint-Yon , qui 
tiennent des ecoles ^lementaires. — 3£i 
pti va^t'd skol amon l^-z-ignoraniin : 
mon petit fils frequente les ecoles des 
freres de la doctrine Chretien ne. 

igB«r^, V. (JHgnor, noz-ignoran; 
j'ignorret), Ignorer, ne savoir pas, ne 
pas connaftre, n'Stre pas instruit. — 
C*h cou kyignor: c'est ce que j 'ignore. 

— 1 s'ignor lumatnm: il s*lgnore lui- 
mSme, il n'a pas une juste idee de lui- 
meme. 

tgrdm^ir^te, 8. Hygrometrie, science 
qui apprend a mesurer le degre d*hu- 
midite ou de secheresse de Pair. — Si- 
tudt rigrdm^iriie : etudier Thygrome- 
trie. 

■gr^m^trik, adj. Hygrometrique, 
sensible aux variations de Thumidite 
ou de la secheresse de Tair. — Di-z* 
instrumin igrdmHrik : des instruments 
hygroiiietriquep. — Parlikulidrit^ tgr6- 
metrik : particularite , phenomene hy- 
grometrique. 

igrdmeu, 6. Hygrometre, instru- 
ment pourmesurer Je degre d'humidita 
ou de secheresse de Tair. — On fai di» 
Z'igrdmet avou dd Kapucin d'cdrton : on 
fait des hygrometres avec des capuoins 
de carton. 

i-koBpri y adv. Inclusivement , en y 
comprenant, oppose d*exclusivement, 

— Dispdte liprumi dd meiljusk'd trtnte- 
onk l-Aofiprt.'depuls le premier du mois 
jusqu'au trente et un inclusivement. 

II, pron. II, pronom masculin qui 
designe la troisieme personne. — II 
ainm : il airae. — /^ acotih : il enddve. 
il enrage (i). — II a pioU : il a plu. — 
Noss maiss va vni , il ^ prett : notre 
maitre va venir , il est pr§t. — H ^ ban 
d'satu ki,,,: il est bon de savoir que... 

il, 8. He, espace de terre entour^e 
d'eau de tout c6te. — Divin l^-z-tl: 
dans les colonies. -^ Ahitan d^-z U: 
insulaire, habitant d*une ile. — On 
cahai d'il: groupe dlles, archipel. 

ilal, s. Hot. Voy. vuil. 

iinminAeioB, 8. Uiumination, action 
d'ilJu miner, etat de ce qui est illuming; 
rejouissance publique. — Janss vhi U* 
z-ilumindcion : aliens voir les illumi- 
nations. ' 

UimaA^, V. (J'iluminaie , no z-ilu- 

(I) Bcaucoup de w«lloDf se s^rvenl du prono« i7 au 
ftminin. 



Digitized by 



Google 



— 48 — 



IMA 



IMI 



minan; filuminnret). Illuminer, edai- 
rer, repandre de la lumiere sur quel- 
que chose. — On-z^ iUmind r/acdtt 
del Mohonn-del'VHe: on a illumine la 
facade de rHdtel-de-Ville. — Mdgr^ 
Von^z-a tand*fHe U%mind , t veH-t-on 
pukUr?Bien qu*on ait illumine tant 
de foia, y voit-on plus clair? 
iimmimeeii, s. Mani^re d^illuminer. 

— Vo-z-esU /el po VUuminech: vous 
connaissez la bonne methode d 'illumi- 
nation. 

iiaoUneft, 8. Illuminateur, celui qui 
illumine, qui se charge de faire des 
illuminations.— Zi-zilumiitei^ on haikd 
d'ovrech djless diSeptinb: lea illumina- 
teurs ont beaucoup k faire lors dea 
fites de Septembre. 

im J s. Hymne, cantique , poeme en 
llionneur de la divinite. — On chantt 
d^ UU»»-im a V^glUs\ on dhante de 
belles hymnes k Teglise. — L^ ptMt 
ekantet dd hai-z-im a Vonetr d^ fd diu : 
les pontes chantent de beaux hymnes 
en rhonneur des faux dieux. 

imaeii, p. Image, figure, portrait, 
efUgie, representation, grarure, sym- 
bol e. — Jmdeh di Notru-Dam : image 
de la Sainte-Vierge. — liBondiuafai 
Vom a sHtmdch : Dieu a fait Tbomme k 
son image. — Marchan d'tmich : ima- 
ger, qui vend des images, des estampes. 

— PondM d'tmdch : enlumineur. — 
Melt H hole^r so nHmdeh : mettre Ten^ 
lumJnure a one image. — Pikaie imdg, 
kieiktaie imdck, imdck a dintel : decou- 
pure , image decoupee. — Brize^ d't- 
nidch : iconoclaste , briseur d'images. 

— Ainnmi d^-z-imdch: iconomaque, 
qui combat le culte des images. — 
Addre^d'imdch: iconolfttre, adorateur 
d*images. — BspUkdcion d^-z-trndch : 
iconologie , interpretation des images , 
des monuments antiques. — DesKrip- 
cvm dh'Z'tmdch: iconographie , science 
de riconographe , connaissances ieono- 
graphiques. — Li chin ^ Vtmdg del 
fiddliU: le chien est le symbole, la 
figure symbolique de la fidelite. 

tmk^j 8. imager, celui qui vend 
des images, des estampes. 

tniafiBAeUA, B. lmagination,faeulte 
d*imaginer; idee, illusion. — Zi/o«* 
d'tmdgindcion : la force d*imagination. 

— Avu rtntdginddon hardMe , ureiiss ' 
ayoir Ti magi nation bardie, heureuse. 

inagiBar, adj. Imaginable , qui 
pent Stre imaging , conga ; concevable. 
^On-z^ fax to /a rm^U imdgind/ po 



Vsdv^: on a employ6 tons lea rem^e« 
imaginables pour le sauver. — (7m- 
t-afmr la esi-tel imdgindff Ceite af- 
faire est-elle imaginable ? 

imasiiiAir, adj. Imaginaire, qui n*e8t 
que dans l*i magi nation, qui n'est point 
reel ; flctif, ideal. — On mal&tt tmigi- 
nair: malade imaginaire, peraoime qui 
se croit malade , quoiqu^elle neJe soit 
pas. — Hisde^r tmdginair : frayeur chi- 
m^rique. 

imagiB^, V. (J^imdgenn ,no-Z'ifntgi' 
nan ; ftmdginnretj, Imaginer, se repre- 
senter quelque chdse dans Tesprit; 
concevoir. decouvrir, inventer. — Ni 
savu hoi tindginS po s's^cht Jo^ d'inbara : 
ne savoir quoi imaginer pour sortir 
d'embarras. — C*e puss k*on n'sdre^ 
s"tmdginS\ cela eat au-dessus de tout 
ce qu'on ])eut s'lmagioer ; cela est ini- 
raaginable. — (Tess-t-inn saloi d'imd- 
gini: cela est fictif, c*est une fiction, 
cela n'est vrai que fictivement. 

inakmi^, au, adj. Immacull , qui 
est sans tache de peche. — Vtmdhuiaie 
koncepeion d'Notru-Dam : riromaculee 
conception de la Vierge. — Wess-t-i 
Vom tmdkuW Oh est Thomme imma- 
cule? 

ineftb, s. Immeuble, qui ne pent Stre 
trans porte d'un lieu k un autre; terres, 
maisons , fonds immobiliers. — On U 
a vindom toshzAmeitb: on lui a vendu 
tous se^ tmmeubles. 

f mitaelon h imUecii , s. Imitation, 
action dMmiter, r^sultat de cette action; 
representation , copie. — FS n'sakoi a 
Vtmitdcion d'inn dtt : faire quelque chose 
^rimitation, k Tinstar d'un autre, sur 
le modMe d'un autre. — Vola n'imitd- 
cion di mH^kriteur : roi}k un fa^-simile 
de mon ecriture. — ZHmiidcion d*J^zn- 
Kri: Timitation de J^sus-Chriat , livre 
oe piete tr^s-estime. 

imuar, adj. Iroitable, qui peut ^tre 
imite, digne d'Stre imit6. — Soula ^ pu- 
zannmirdb k'tmitdf: cela eat plus admi- 
rable qu*iinitable. 

inltAteUr & imlteH, s. Imitateur, 
qui imite, qui s'attache k imiter ; imi- 
tatif ; copiste ; contrefacteur. — Zintdr' 
iiko esS't'(mitateiir : le singe est imita- 
teur, o>8t un animal imitatif. 

■mii^, V. (Timitt, no-Z'imitan;ftmi' 
MJ. Imiter, prendre pour exemple , 
suivre un modele; con trcfaire» copier; 
singer. — ImiU W mantr, U toi, li sina- 
tmr d'inn saU : imiter Ie» oMDikaa, la 



Digitized by 



Google 



— 43 — 



INA 



INA 



Yoiz, la m^atare de qoelqa^uD. — £om 
U fmiit hin Vckan di rdskignoi^ ! Comms 
il jiflite bien le chant du rossignol f 

■■■rt— it^, 8. Iminensite , grandeur 
prodigieuae, iofinie , sans bornes. — 
rimmmHt^di ctr, del mir : rimmensite 
dee eieox, de la mer, do TOcean. 

iMBiiB0«9 adj. immense, qui est 
saos bornes, sans mesure; iilimite , 
▼aste, prodigieux; — Li honU d'Diew 
ess-t-imminss : la bonte de Pieu est im- 
mense. — Vossproei vi kostret di frai 
immiMU : votre proces yous coiitera des 
frais immanses. 

■■mlBMBlB J adv. Immenseroent , 
d'une grandeur immense ; demesure- 
meot, prodigieusement. ^ j^s^tifimfM- 
Mtft rich : 6tre immensement riebe. — 
SiintripriMltkoiiri-timmiiumin: son 
entrepriae lui coiiiera enormement. 

laiaMi, adj. Immobile, qui ne se 
meut pas ; ferme, stable, traoquille. — 
On pms^fhi no$s ghp este^t-imOhil : on 
eroyait que notre gk>be etait immobile. 
— Bl dimeiir imdbil kom inn fosteHtr: 
die reste immobile comme une statue. 

imablta^, B. Immobilite, etat d'une 
chose qui ne ae meut point ; Constance, 
stabilite, tranquillity. — Ni om ni/eum 
Mdef^dnamchiinVimdhlit^: ni homme 
aifemme ne4oil tester dans Timmo- 
bilite. 

i«i«lAei«B , s. Immolation , action 
d^immoler ; sacrifice sanglant. — L*tm(h 
lAcion d'on bo^f, d'inn ognai : Fimmola- 
tion dNin bceuf, d'un agneao. 

iM^ie , V. (Timol, nO'Z'imolan), Im- 
moler , tuer , massacrer , egorger. ^ 
Jhn-Kri s'a-t-tmoU po noz-dtt : Jesus- 
Christ s^est immole pour nous. — 
AbrahamvoUv' tfnoUs*fi Izak : Abraham 
TDoiait immoler son fills Isaac. 

te^pr^p. En. — Di tin^in tin: de 
temps en temps, parfois. — In m6n dm 
di Diu : sur mon ilme , sur ma part du 
Faradis , espdce de serment populaire. 

imalMirfiaf , adj. Inabordable. Voy. 
laapi^ehat. 

iMaeii^T^, Ale, adj. Inacheve , qui n*a 
point et^ acheve. — Ovreck inach^vS : 
oavrage inaefaoYe. — Mohonn inachi- 
tm : maison inacheYee. 

isadvsar, adj. Intactile, qu*on ne 

peat toucher , qui eohappe au sens du 

^ct. — Zi loutntr ess-t-inaduzd/ : la 

lomi^re est intactile. 

iBAkceytar, adj. Inacceptable, qu'on 

as peat, qu'on ne doit pas accepter; 

inadmissible. — Jifarckt inakuptdf : 



mareh^ , couYention inaoceptable. — 
VO'Z'Of son-Mnakceptti/ : yos <^«8 
sont inacceptables. 

iiuikoirdar, adj. InaccordaUe^ qu*on 
ne peut accorder, qu'on ne pent octroyer; 
qu'on ne peut accommodor. -— C*^ iM 
If avion la sont-inahoirddf : ces deux 
Jurons sont inaccommodablea. — Si 
d'manti esstinakoifddf: sa demande 
est inaccordable. 

iBAkeifltar, adj. Inacooatable, qu^on 
ne peut accoster, inabordable. — Zi 
HgntHkr d^ vieck pass pa as inakaisldf: 
le st*igneur du Yilia^re passe pour §tre 
inaccostabl«>. — li Baroness ni dou nin 
s'rintt inakoistd/i la Baronne ne Yeut 
pas se rendre inaccostable. 

inakomdiiaff, adj. Inaccommodable, 
qui ue se peut eccommodar. — Dei^ 
pdrti inakomdddf : deux partis inconci- 
hables. — Karel inakomOddf : querelle 
inaccommodable. 

inakMurtfiBi^ , Ale 9 adj. Inaccou- 
tume, qui n a pas coutume de se faire, 
d'arriver; iDsolite, inusite. — On H a 
fai d^'Z ane^r inakonstumd : on lui a 
rendu des honneurs inaccoutum^s. — 
Dh cermonnriie inakoustumaie: des cere- 
monies iuaccoutumees. 

lAAmaYiii) adj. InamoYible, qui ne 
peut etre priYe de Fa place arbitraire- 
ment. — Z^ juch son-t-inamdvib : les 
juges sont inamovibies, jouia^fsnt de 
TinamoYibilit^. 

iBAparev, mw, adj. Inaper^u, qui 
uVst point aper^u. — Saula a paci ina- 
parsu : cela a passe inapergu. — Ciss 
fdtt la a d*manou inaparsuw : cette faute 
est resie*^ in«p(T§iio. 

laeparHuhi^r, a j. InapercoYaUe ^ 
qui ne iK-ute.ir aptuMJ ; inappreciable. 
— rakrehmin d'an j'oii a Viu ess-l4na' 
parsUhdf: raecroiss- iitttnt d*un jour a 
Tautre ebt inapt' m vable. — Ciss tech 
la esstinaparsiihaj', mainm avau di 
birik: cette tache est inapecaaYable, 
mSme aYec des luurttes. 

inapiikacieB, s. Inapplication, mas- 
que d'applicacion ; inattention , dissi- 
pation. — Ci skoli la a Vdhf6 dHnapli- 
kdcion : cet ecolier a le defaut d'inap- 
plication. 

laapUkar, adj. Inapplicable, qui no 
peut dtre applique. —> Raizonnmin ina- 
plikdf: raisonnement inapplicable. — 
Voz-abservdcion san-t-inaplikd/ a gou 
kis'agik : vos raisonnements sont inap- 
plicables h ce dont il s'agit. 

imapUkd, Ale, adj. loapplique , qui 
n'a point d'appUaation. — On skoU ina- 



Digitized by 



Google 



— *4 



INB 



INC 



pUh/: un elive inapplique. — Ine naw 
tiess inapUkaie: une tite pareseeuse, 
inappliquee. 

iBApr^iAff, adj. Inappreciable , qui 
ne peut Stre appr^cil, d^termice. — 
Inn bann feum di manech ets-t-inapr^- 
eid/\ QDe bonne femroe de menage est 
inappreciable. — Ci tdvlai la ess-Uina- 
pr^eidf: ce tableau est d*une valeur 
inappreciable. 

iBApr*eMr, adj. Inaccessible, qui 
n'a point d'acc^s. qui est de difficile 
aoc^. — Ona n'Ul flouh al kom^dSie, hi 
I'bnrdess-t-inaprocMf: la foule est telle 
au spectacle, que le bureau est inabor- 
dable. — TSMinUs ^ si stregn, k'il ess- 
i'inaprocMf: tel Ministre est si vert, 
qu*il est inaccostable. 

iBMitlmAff, adj. Inestimable, qu*on 
ne peut assez estimer , assez priser. — 
Inn tiptlrgnantt fe%m h d*on pri inasti- 
fndf: une femme econome est d'un prix 
inestimable. — Onfiddl kam^rdtt, c'ess- 
t-inn avanteeh inastimdf: un fidele ami 
est un bien inestimable. 

iBAlakAff) adj. Inattaquable, qu'on 
ne peut attaquer. — On poss inatablf: 
un poste inattaquable, inexpugnable. — 
R^putdeion inatahdf: reputation inatta- 
quable , irrecusable. — On savan ina- 
takdf: un savant irrefragable. — On 
bin inatahdf: propriete incommutable. 

inailneton ^ s. Inattention , defaut 
d'atteution. — F^ n*fdttpar inatincion : 
commettre une faute par inattention, 
par distraction, par inad? ertance. 

in«tlBd«a, •w, adj. Inattendu, qu'on 
n'attendait pas, qu'on n*avait pas lieu 
d*attendre; inopine. — Akcidin inatin- 
dou : accident inattendu. — Plaiv ina- 
tindow : pluie imprevue. 

iBAtiBdowntiB , adv. Inopinement , 
soudainement, k I'improviste. — Soula 
^ sorvinou inatindowmin: cela est sur- 
yenu inopinement. 

in««intiff,adj. Inattentif, qui manque 
d*attention; distrait, pr6occupe. — On 
skoll inatintif: un ecolier inattentif. — 
Si /He esS't-inatiniif : ea fille est inat- 
tentive. 

Inbara, s. Embarras, obstacle, en- 
combrement, difficulty, complication ; 
incertitude, irresolution ; involution. — 
Essdivin di gran-zinhara : Stre dans 
des involutions , dans Tinquietude , 
dans I'anxiete ; no savoir quel parti 
prendre ; tenir le loup par les oreilles. 
— Mett inn saki d*v%n Vinhara : mettre 
quelqu*un dans I'embarras, lui tailler 
des croupiires. — Si tkhi fQ%> d'ifi^ra 



kom on pou : se tirer d*embarras comme 
on pent, s*echapper par les broussailles. 

— C'esS't'inn inhara d*mon: c'est un 
debarras. — / n*a nol inbara: il est 
exempt dVmbarras, il est desembar- 
ras«e. — H ipu-z-dhHe d'M,U n'inbara 
hi di s*ihhijoii,: il est plus facile d'^vi- 
ter un embarras que de s*en tirer. — 
Fd d'shz-inbara : faire de I'embarras, 
se donner de grands airs, faire Tem- 
presse. 

iBbara^AB, anii , adj. Embarras- 
sant,qui cause de Tembarras. de la 
gene ; incommode. — Li bagach son-t- 
inbaracan po voi'igt : les bagages sont 
embarrassants dans un voyage. — Inn 
Mss inbaracantt: une cause, une affaire 
embarraesante. 

iBbarAce 9 V. fJ'inbarass ou jHnba- 
race, no-z inbaracan ; finbarasretj. Em- 
barrasser, causer de Tembarras ; g§ner, 
incommoder , obstruer , encombrer , 
metire obstacle. — Voss U inbarass li 
chanb: votre lit embarrasse la chambre. 

— Z^ grozi bott inbaraci po roU: les 
grandes bottes embarrassent k mar- 
cher. — Ni v*Z'inbarac(f nin d*coula: 
ne vous embarrassez pas de cela , ne 
vous en inquietez pas. — II a Vair in- 
baracd : il a Tair embarrasse, preoccupy. 

— Li jvd sa-t-inbarac^ Vpt d*vin s*irai: 
le cbeval 8'est empetre dans ses traits. 

— Po coula , ji n-m*i n*i$ibaras$ nin : 
quant a'cela, je ne m'en soucie pas (i). 

iBlii^r,adj. Invulnerable, qui ne 
peut Stre blesse. — Avon n'sipess Mrass, 
on-zess-i-inblecdf: avec uneepaisse cui- 
rasse. on est invulnerable. 

inboar, s. Embourg, commune du 
canton de Fleron . i 6 1/2 kil. de Liege. 
Pop. 730 hab. Sup. 465 1/2 hect. 

inceM y 8. Inceste , conjonction illi- 
citeentre parents, au degre prohibe; 
person ne qui en est coupable.— Komett 
inn incess avou s'soHr: commettre un 
inceste avec sa sceur. 

inccftteft, eftM, adj. Incestueux , 
coupable d'incebte. — K6 d'ottXe inces- 
teti ; regard incestueux. — Min inces- 
teitss: main incestueuse. 

inceflteftflBilB , adv. Incestueuse- 
ment , avec inceste. — Vik^ incesteHs- 
min: vivre incestueusement , dans Tin- 
ceste. 

incii, s. Encre, liqueur noire dont on 
se sert pour ecrire. ■— Del tro blank, del 
tro spess inch : de IVncre trop blanche, 



(1) Bien des gens discnt : j§ m'en toueu, ee qui Teat 
dirt : y« m'en inquiiu. 



Digitized by 



Google 



— « — 



INC 



IND 



trop ipaiflse. — BoQie a Vineh : boa- 
teflle a encre. — Tech d'inch: tache 
d>Dcre , pftte. — Rock inch : encre 
rouge, rosette. — Afett di Vinch so 
u'tsJun : encrer quelque chose. 

teeii J s. Hame^on , petit crochet de 
for aa bout d'aoe ligne pour preDdre le 
poissoD. — Mi inch k'i ca^aie : mon 
htme^on est casse. 

iMeii-di^iaui 9 8. Encre de la Chine 
oa de Chine, composition seche et 
noire qui Tient de la Chine et qui sert 
poiirde8sinep.--/j^ distrin^i Vinch^i- 
CkiMmpo s^ n'ni siervi: il faut delayer 
Feocre de Chine pour ponvoir s*en 
senrir. 

iMei, adv. Ainsi, en cette maniire, 
de cette fa^on. — Cess-t-inci h nin 
attmin: c'est ainsi et pas autrement. — 
Puki vat-insi, ji n'di pu tin: puis- 
qa*aiDsi ya, je ne dis plus mot. — 11^ 
ion inci : il est ivre^ il en a autant qu'il 
en pent porter , il est bien oonditionne, 
il 8*e8t aecommode comme il faut. — 
Inci d^ ress : ainsi du reste , ainsi des 
autres choses. — Soula ess-Uoci hon inU 
l*ma: cela est aussi bon ainsi que de 
toate autre mani^re. 

lAci, conj. Ainsi « done, par conse- 
quent. — Ind vo m'r^fi^td? Ainsi vous 
me refuses 7 

Uiei, adj. Tel, pareil, semblable. — 
retsh'aindU vHou n'om inci? Qui a 
jttnais Tu un tel homme? — Ni dhS 
tta di^ sakai inci : ne dites pas des 
choses semblables, des choses aussi 
^tranges ; ce sont choses inouies (i). 

is««Mi^iLiB, latty adj. Inconsequent, 
eontraire a ses propres principes ; in- 
coherent dans ses idees. — Prop6 incon- 
fikin : propos inconsequent.— A'ojK^i^ 
incont^hintt : condoite inconsequente. 

ise«>i0Mi.iMM9 8* Inconsequence , d6- 
iiut'de coBS^uence dans les actions; 
incoherence. — FS n'houbairrHe par in- 
C(msikin$s : commettre une balourdise 
par inconsequence. 

lae^rek, adj. Incorrect, qui n*est pas 
correct; d^fectneux, inexact, fautif. — 
Sikrie^ incorek : ecriyain incorrect. — 
Bdicion inccreh: Edition incorrecte. 

■•••rekeioBy s. Incorrection, defaut 
de correction ; d^fectuosite, n^ligence. 

--rincorekcion d'on jaUmdl , d'an liv, 

(TtM Utt: rinoorrection d*un journal, 

d'an livre, d^une lettre. 
l aeereiuaUi, adr. Inoorrectement , 

fl) D« fcomne Atim, nne femme atiMi, uoe ebose 
"M MU 4t grotsUn l4odl«iuact. 



d*une maniere incorrecte ; ayec negli- 
gence. — Z^r, sikrir^pdrU incoreknin : 
lire, ecrire, parler incorrectement. 

indAi, 8. Levier. Voy. Aidai. 

indABBite , 8. Indemnite, dedomma- 
gement« compensation , reparation. -^ 
Li Tribundl It a akoird^ di-z-inddnniU : 
le Tribunal lui a accorde des indem- 
nitls. 

indABBim^, v. fnTinddnnitaieJ. In- 
demniser, dedommager, payer k quel- 
qu'un le dommage qu'on lui cause; 
compenser, reparer. — Vo sM f6rcidi 
Tinddnniz/: yous serez contraint de 
rindemniser. 

ind^iir«aiiaff , adj. Indebrouillable, 
qui ne pent §tre debrouille ; ind^hif- 
frable. — On kontt ind^bronlidf: un 
compte indebrouillable. -^ K<il kim^laie 
hdsplaie! Ell css-t-ind^broulidf : quel 
brouillamini I c'est inextricable. 

lad^iB, AtBB, adj. Indecent, qui est 
centre la decence; malhonnlte. mal* 
seant, licencieux. — Inddcin idvlai ! 
indecent tableau. — Postei^ ind^atnn : 
posture indecente. 

lad^iBBiiB J ady. Indecemment , 
d*une maniere indecente , centre la de- 
cence ; malhonnStement. — Dioizdy si 
k*di^r ind/cinmin: parler, se oonduire 
indecemment. 

ind^liuift y 8. Indecence , vice de ce 
qui est eontraire k la decence ; action 
malhonn^te, discours licencieux. — 
AUfulon dbiU vo-z-inddcinss : allez de- 
biter ailleurs yos propos indecents. 

iBd^animiB , ady. Indefiniment , 
d*une maniere indeflnie; indetermine- 
ment. — On^-adjoHtma noss kdss indd- 
flnimin : on ajourna notre cause indefl- 
niment. 

indek, s. Index, table d*un liyre; 
catalogue des livres defendus k Rome; 
doigt le plus proche du pouce. 

ind^kiiBar, adj. Indeclinable, qui 
ne pent etre decline; inyariable. — 
Pdrtidp indiklindf: participe indecli- 
nable. — Pdrtikul indiklin^: particule 
indeclinable. 

iBd^kUBAbue^ , s. Indeclinabilite , 
qualite des mots indeclinables. 

ind^va, d««9 s. et adj. Ind^yot, qui 
n'a point de deyotion, qui ne respecte 
pas les pratiques religieuses; irr^li- 
gieux. — Sil ess't-ind^d, c'^ par blak: 
I s'il est indevot» c'est par forfanterie. — 
On pinss md dHnn feum indhdtt : on a 
mauyaise opinion d*une femme ind^- 
yote. 

iBdeT^etoByS. Ind^yotion, manque 

TOMBU. 6 ^ , 

Digitized by LjOOQ IC 



— 46 — 



IND 



INb 



de ddrotion ; irr^ligion. — rind^vdcioH, 
e'i kUt on tkandil i rind^votion est un 
quasiHScandale. 

iBd^vdMnUn, (kdv. Indevotement , 
d*ane maoi^e indevote ; irreligieuse- 
ment ; sans piet€. --« Ho^t^ mess indS- 
MtimUi: ^oouterlamease indevotement. 

iBdiAtui, 8. Indienne, coton des 
Indes ou fabrique en Europe. — L'in- 
diainn €S9449M Ugir sitofi Tindienne 
^t une 16g^re etoffe. 

iBdiff^riB, adj. Indifferent, indi9- 
tinet^ qui ne presente ancun motif de 
prefsrence ; ni bon ni mauTais ; per* 
Sonne apathfque,qui n*a d'attachement 
k rien , particuli^rement en matiere de 
religion.— 7i9 Updrti It s(m-4-indif^rin : 
tons les partis lui ftont indifferents. — 
Feum indifirintt : femme indifferente, 
insensible k Tamoiir. 

iBdir^iBBaA, ady. Indifferemment, 
ayec indifference , aveo froidevr. — Ji 
ina$n di to indi/drinmin: je mange de 
tout fndiff§remmeot. — On li dtre^ U 
settp^t mdrtdl, % ho^te to indifervnmin : 
on lui dirait pis que pendre , il revolt 
tout Indifieremment, sans emotion. 

iBdiff^riBM , 8. Indif[t§rence , etat 
d'une personne indifferente; apathie, 
insensibilite. — Sot^ d-VindiJMHSt 
di s^ kant^rdtt : souffrir de l*indifference 
de ses camarades. — Z'ofibioion s*kach 
40vin so inn air d'indifirinss : Tambition 
Be cache souvent sous un air dlndiffe- 
renee. 

iBdtseM, adj. Indigeste, difficile^ 
digerer. — Li cMr di poureai ess^-in- 
dig ess: la yiande de pore est indigeste. 

indtsestifMi 9 s. Indigestion, mau- 
yaise digestion ; coction imparfaite des 
aliments dans Testomac. -^ Indigestion 
d'rochjolt: indigestion de oboux rouge. 
— Mori d*indigestion d*pdstijrHe : mou- 
rir d*une indigestion de p&tisserie. 

iBdi^A, adj. Indigne, qui n'est pas 
digne , qui ne merite pas ; condam- 
nable, honteux, indeoent; affreux. -— 
II eiS'Pindign d^ vik^: il est indigne de 
vivre. — Soula ess-t-indign d'inn om 
d'onefi>r: oela est indigne d'un homme 
d*honnear. — Voh n'indign bth : voilii 
uie bise ertrSmemeot ipre. 

iBdisBit^y s. Indigoite, action in- 
digne, odieuse; mechancete, noirceur. 
-* Be^ si feum ess-i-inn indignit^: 
battre sa femme est une indigoite. — 
AHz6 d^inn j6nn /He, puiVlH la, c*i 
kotnett inn inddgnit^ : abuser d*une 
jeune fflle, puis la delaisser , c'est com- 
BiAttra une iodignite. 



indigiiiiiitt, adt. tndigBementydHilie 
maniere indigne ; ayec indignite ; o»- 
trageusement. — Komugni indignmin : 
eommunier indignement.^ Traitt n's^- 
hi indignmin I traitor quelqu'un ifidl- 
gnement. 

iii-dfh<k««, 8. et adj. In*dix*buit, for- 
mat oil la feuille est plaoee en dix-huit 
feuillets. — Inn ovreg di di f>olum in- 
dihUtt: un ouvrage de <yx Thames in • 
dix-huit. 

iiidikstiff, 8. Indicatif, premier mode 
d'un verbe ; node indicatif. — Ji Pm, 
ji he%f, c'i Vindihaiif dd vaitb towing, 
hovd : je tombe, je baUle sont k Tindi- 
catif des verbes tomber„ balajer. 

^Adikm^iar, adj. Qu'on \At pettt de- 
mdler; ind^hiffrable , qu'on ne pent 
dechiffrer. Voj. ind^br«aliaff. 

indiaMsar, adj. Indisponible ^ dont 
Ob ne pent disposer par testament. — 
lipdr hi m'ein ess-tindispdsdf: la part 
qui m*incombe est indisponible. 

iBdifttindaf 9 adj. Inextinguible , qui 
ne pent s'eteindre. — On fe^ indisHk- 
da/: feu inextinguible. — Blam indis- 
tindd/: flam me inextinguible. 

indifltrlkiiaf, adj. Indestructible, qoi 
ne peut §tre detrnit. — To mwimdl 
ess-t-indistfi^M/ : t^te mati^ est iti- 
destructible , est douee d^indestruetibi- 
lite. 

iBdtytMi, adj. Indivis , qui A*eM 
point diviee ; qui est possede en oom- 
mun ; impartageable. *-« £*&iteg dimofa 
indiviss : la succession resta indivise. 
.— Zi mokonn , e'^da le^deil par indt- 
fjiss: la maison, lis la possMent teas 
deux par indivis. 

iMdiTim^min, ady. IndiTis^ment, par 
indivis. — Cibtnla,€*i da noss indM- 
z^min : cette propriety nous appanieBt 
indiyisement. 

indiTtaiii, adj. Indiyisibl^, qui ne 
peut Itre divise^ qui est dou6 d'indi- 
yisibilite ; indissoluble > ind^oonpo^ 
sable, inseparable. — L*indiwib Tr^- 
nitd: Tindivisible Trinity. — Li frumt 
r^blik /rancess si d*h^v indivitib: la 
premiere republique fraofidse se pl- 
quait d'indivisibilit^. 

indiTiBibniB, ady. IndiyisibiMianty 
d*uoe maniere indiyisible; insepara- 
blement.— #S^i f^o v'marie, kie'se^ Mttfi- 
f>izibmin: si yotis yous mariea^qnaee 
soit indivisiblement, 

indtviBiMi, 8. Indiviaioii, itail d\ine 
chose possedee par indivis, ou des per- 
sonnes qui poss^ent indivis^ment. — 
On n*sdrei /drei §mrsonn a i'mmi iP^m 



Digitized by 



Google 



Df^ 



-«- 



tMhw Um: ml ne peat too eoatraint 
h FMter dans rindiyisioD. 

iB4«npiAff, adj. Indomptable, qa*on 
Bd peat dompter, qu^on ne peat eou- 
aettre k TobeissaDee ; fongueux, obt- 
tioa, intraitable. — On peUp indonptdf: 
10 people iadomptable.-— ^itfCf indimp' 
Hf: aDimal indomptable. 

iB-dM0 , 8. et adj. In-doQse, format 
oil la feaille est pli6e en dooze feuil- 
iMs. — Off Uff, on vohtn in-dou: an 
lirre, an Tolume in-dooze. 

■■<p|ia» 9 Bmti , adj. Indulgent , qai 
a de Tindalgence , qai pardonne ais6- 
ment lea fiaatee ; humain, dement. — 
V^-t^uU tro-'t'^Mduljan po vossjl : voas 
Slee trop indulgent pour votre file. — 
Li rliffum MS-tAndmljanU: la religion 
est raieeriooriiease, benigne. 

ladvijMUMtey adT. lndulgemment» 
iTee indulgence; humainement , ayeo 
demenee. -^ Agihan inditifanmin I'onh 
fQ I'M: agiasons indolgemment Tun 
eof ere Taatre. 

iBd«ll«»Mi 9 s. Indulgence , diepoei- 
Uon i pardonner leg fautee ; b^nignite, 
elunenee , humanity. — Fd traitt Vjd- 
tm aiwm indu^janss: il faut traiter la 
jeonesse avee indulgence. — A VEffltss, 
(m wdgn di-e-induljanss: k TBglise, on 
gtgne des indulgencea, c*e8t-^-dire la 
rimieeioB dee peinea sfnrituelles. 

■adastr^le^ 8. Industrie , arts m^- 
Biqoee , maoufactures , usines , etc. — 
Vtv VindnstrHet c'^ Vrichess di nois pai': 
^▼e rindustrie! e^est la rieheaae de 
Dotre pays. 

iBiwwailaiy adv. Inddment, d'une 
maaiere indue ; eontre la r^le ou Tu* 
sage; illegalement. — On-^a-t agi in- 
Amiia JumU dilu: on a agi indiiment 
centre lui. 

ia^«ai 9 adj. In^gal , qui n'est point 
egal; qui n'est pas de mSme etendue, 
de mime duree, de mime valeur , etc. ; 
diaproportionne ; non uni, raboteux. — 
Iki't^ d'inn hdteitr MgU : deux 
t^^res in%aux en hauteur. — Plancht 
ifiSgil : plioicher inegal « qui n'eat paa 
uni. 

la^giiia^, a. Inegalit^, defaut d'ega- 
lit*; (Ueproportion, diteraite. — InSg^- 

UUi'/Mewnn : inegalit^ de fortune, de 

condition. — JnSgdlUd d^ lo d'vin on 
jtiHeei : inigalite des lota dana un 

Pi«»ge. 
■a^giitia, ady. Inegalement, d'une 

nani^ inSirale; differemiiient, diyer- 

tement.— L^ pdr on stn faitt in^gdlmin : 

lea parte ant M fattee iswgalement. 



INB 

J adj. Inezousable, qui ne 
peut Itre excuse; impardonnable, irri- 
missible. — Av% Vlinw iro Unh, tf'#M- 
t-on d^fd inesknidf: Tindiaoretion est 
un d^fout inexcusable. -^ Fdtt ineshm' 
%df: faute inexcusable. 

laeap^r^, ale, adj. Inesp6r6, im- 
prevu , 4 quoi on ne s^attendait pas ; 
inattendu, inopine. — Evmninin inst^ 
phr^ : ^6nemenl ineap6r6. — Awei^ 
inesp^aie : sucote ineap6re , ohanoe 
inesp^r^e. 

imeap^r^niia , ady. Inesper^ment, 
eontre toute esp^ranee, lorsqu'on s^jr 
attendait le moina; soodainement, tout 
k coup. — / $*a rm^tou so pt inespM' 
min : il s'est remis 4 flot inespdri- 
ment. 

ineapUkUff, adj. Inexplicable, qui 
ne peut dtre explique; incomprehen- 
sible, impen^trable.^Z^ sain misUr son* 
t-inespUMf: les saints myst^res sont- 
ineffables , inexplicablea. ^ Voss hon- 
duitt etS't-inespUMf : yotre conduite 
est inexplicable. 

iB^TieAff, adj. Instable, qu'on ne 
peut^yiter; indispensable, nicesaaire. 
— On personech in^vitdf : un person* 
nage inevitable ; parasite. — Zi moit^ 
ess-t'in^mtdf: la mort est in^yitable. 

la^TitafftaiiB, ady. In^yitablement, 
indispensablement ; sans qu*on puiase 
Teyiter. — Avon <h> foUie, eo v'riwinnrd 
inMtdfmin: par yos folies, yous yoas 
ruinerez inevitablement. 

inexak , adj. Inexaot, qui manque 
d'exactitude ; incorrect, irr^gulier. — « 
Bssinemk a si dvoir: Stre inexaot k 
ses deyoirs. — KopHe ine(Dak\ copie 
inexacte, imparfaite. 

laexaikniiB , adv. Inexaotement , 
d'une mani^re inexacte; incorrecte* 
ment, irreguli^rement. — Ovrech fai 
ineaakmin: ouyrage fait inexaotement. 

inexAktiimte , s. Inexactitude , d^ 
faut d*exactitude;incorrection,irregu- 
larite. --VosS'P-inemktUnte a stumor' 
haie: yotre inexactitude a ^te remar- 
quee. 

inex^kmeton, s. Inexecntion, manque 
d'execution. — L'inewikncion d*on jn^ 
min, d'on testamin: Tinex^tion d*u]i 
jugement, d*un testament. 

inexekiiiaff, adj. Inex^taUe, qui 
ne peut dtre execute ; qui n^eatpas r&- 
liaable , qui eat impossible. -*- Ovreck 
inexihutdj: ouyrage inexecutable. -— ' 
Lot inewihMif: loi inexecutable. 

■■exigib, adj. Inexigible, qai ne 
pent Itre exxgk. — DsU immgibi datia 



Digitized by 



Google 



— 48 — 



INF 



inezigible. — Vt hanon inewigib : arre- 
nges inexfgibles. 

inex^rAff, adj. Inexorable, qui ne 
peut Stre flechi, apaise; implacable , 
inflexible. ■— li Bondiu sh^l-t-inexdrdf 
apu d*inn ar^gt kapon : Dieu sera inexo- 
rable k plus d*un fleffe coquin. 

inexaw^ntUi , adv. Inexorablement , 
d'une maniere inexorable ; inflexible- 
ment. — R^fuz^ Vpardm inexMfmin: 
refuser le pardon inexorablement. 

infoir, 8. Enfer, lieu destine an 
supplice des damnes ; sejour des re- 
prouv^s, t^n^bres eternellcs', g6henne. 
— Z^ Mmin d-Vinfair : les tourments, 
les soafi'rances de Tenfer. — To U dial 
d'infair: les furies d'enfer, tisons d'en* 
fer, puissances infernales, les demons. 
— Afin Jon d-Vitifair : au fin fond des 
enfers. — Ciss feum la, c'ess-t-on dial 
d^if^fair : cette femme est une furie 
d*enfer, un diable incarne. — Z^-z-ainn- 
mi ft on/eii d'infair : les ennemis firent 
un feu d'enfer. — AU on trin dHnfair : 
aller un train d'enfer, aller fort vite. — 
Po U feum hi n*«w» h'hel, Vinfair c*^ 
I'vUu : Tenfer des femmes qui ne sont 
que belles, c'est la viei Hesse. — In/air 
(fe pai'ain : tenare. —Kapitdl di Vinfair : 
pandemqnJum. 

intoiBAii, adj. Infaisable, qui ne peut 
dtre fait, qui ne peut s'executer. — 
Son h'vo d*h^ la ess-t-ififaiz&h : ce que 
vous dites est une chose infaisable. 

infam, adj. InfUme, qui estdiffamd, 
not6, fletri par les lois ou par Topinion 
publique;indigne, honteux, avilissant, 
deshonorant. — Li carkan, U gaUr 
rindi't^nn om in/dm : le carcan , les 
galores (ou les travaux forces) rendent 
un homme inf&me , lui impriment le 
sceau de Tinfamie; sont des peines in- 
famantes. — Inn in/dm traUon : une 
infftme trahison. — Tini bordai, c^ess- 
i-inn in/dm mesti : tenir maison de 
prostitution est un metier inf&me. 

iBfAmi^y s. Infamie, fletrissure im- 
primis k rhonneur ; deshonneur, igno- 
minie; infammation. — LinJUmU h pS 
hi Vmoir : Tinfaroie est pire que ia 
mort.— Dtr d^-z^n/dmUa n'saki: dire 
des infiamies , des injures avilissantes 
k quelqu'un. 

inteB , mmii 9 s. Infant , titre des en- 
fants puines des rois d^Espagne et de 
Portugal. — VInfan d'Espagn sipoza 
rinfantt di PMugdl: Tlnfant d'Es- 
pagne epousa Tlnfante de Portugal. 

infoiitrMey s. Infanterie, gens de 
guerre qui marchent et combattent k 



INF 

pied. — KipagnHe, d^taehmin, figimm 
d*infanMie\ compagnie, d^tachement, 
raiment d'infanterie. 

intotisab, adj. Infatigable, qui ne 
peut Stre lasse par la fatigue , par la 
peine, par le travail. %— Lickamdest^ 
t-4nn btess infaUgdb: le chameau est 
un animal infatigable. — Inn ovrt ««- 
fatigdb aVovrech: un ouvrier infatiga- 
blement attache k son ouvrage. 

lAfAtigAfniB) adv. Infatigablement, 
sans se fatiguer, sans se lasser. — 
BoU, ovr/ififatigdfmin: marcher, tra- 
vailler infatigablement. 

inffentai) adj. Infernal, qui appar- 
tient k Tenfer. — Inn infemdl konplo : 
un complot infernal. — Afaehenn infer- 
ndl : machine infemale. — Ptr infer^ 
ndl : pierre factice qui a la propriety de 
brfller les chairs sur lesquelles on Tap- 
plique. 

inferBauniM, adv. D'une maniere 
infemale ; cruellement, avec rage. — 
Chawd infemdlmn: faire entendre des 
ciameurs d'enfer. 

iBfld^i, adj. InfidMe, qui ne garde 
point sa foi, qui ne remplit pas sea 
devoirs, ses^engagements ; qui n'est pas 
constant dans ses affections. — Ess 
iniidil a s*parol, a si sermin: Itre infi- 
dlle k sa parole, k ses serments. — Inn 
infidSlfenm ess-t-on fiH6 po s^iom Ipo to 
s*manech: une femme InfldMe est an 
fl^au pour son marl et pour toute la 
famille. 

infld^ut^, 8. Infld61ite , manque de 
fidelite ou de probite , mauvaise foi, 
perfidie, trahison. — I/ai di-ZHnflddlitif 
a t'feum, li hounass! II fait des infide- 
lites k £a femme, ie drdle. 

lafld^iniB, adv. InfldMement, d*une 
maniere infid^Ie ; delojalement , perfl- 
dement. — Agtr infd^lmin avou sk ka^ 
mirdtt: agir infidel ement a I'egard de 
ses amis. 

iBiiiii , Me, s. et adj. Infini, qui n'a 
ni commencement ni fin, qui est sans 
homes et sans limites. — Cfna rin 
^infini \i VBondin: Dieu seul est infini. 

- Si mizMkdr ess-t-infinHe : sa roi86- 
ricorde est infinie. — L*ofn ni sdred 
s*tmdgind Vinfini: pour Phomme, Tin- 
fini est inimaginable. — Sonla ire^-t-a 
rinfini : cela irait k Tinfini. 

inflBiiiaii^adj. Interminable, qui ne 
saurait dtre termine ; qui dure tr^- 
longtemps, qu*on ne peut achever. — 
Ondikcionairwalon ess-tinjlnihdb : un 
dictionnaire walion est interminable. 

- m difigulU, di karcl infinihdb: des 



Digitized by 



Google 



— *9 — 



INF 



ING 



diffieolteSy des disputes intenninables. 

imflaifltiB, adv. Infiniment, sans 
bornes et sans mesure ; extrdmement. 
— Dieu esS't-4nfi»ifnin bon ^ inflnimin 
JMSs: Dieu est inf oiment bon et infini- 
ment juste. — Ji v*rimercih inflnimin : 
jevous remercie iniiniment. 

isflBit^y 8. Infinite, un tres-grand 
Dombre. — Inn infinite d'gin scm vnou 
vH Vf6r : one infinite de gens sont 
Tenus sur ]e champ de foire. — Inn 
inflniU Shiettrhe : une infinite de ba- 
lourdises. 

iBflaitify s. Infinitif, mode qui 
exprime Tetat ou Taction, sans nombre 
ni personne. — Be^r, avu, ess, keUs, 
e*^ d^'t-^nfinUif : boire, avoir, Stre, 
coudre, soot des infinitifs. 

iBflTBit, s. Infirmier. Yoyez cutr- 
■•latt. 

UJlrflir^le, s. Infirmerie, lieu oil 
Ton rassemble les malades d'une com- 
manaute. — Z'inirmr^ie d'on kovin, 
d'anpintiona : rinfirmeried'un convent, 
d*an pensionnat. 

■■■•■lAei— , 8. Inflammation, tere- 
te, ardeor aux parties du corps exces- 
aivement echauffees ; phlegmasie, phlo- 
gose ; p6ripneumonie, inflammation au 
poumon (i). Voj. ETibneeli. 

iMft^ V. (Tinfel, no-z-infian). Eofler, 
augmenter de volume ; gonfler , bour- 
souffler, tumefier. ~ Ini^ on balon: 
enfler un ballon. — Avn Vchif inflaie : 
avoir la joue enflee. — Atw Vvintt inJU: 
avoir le ventre ballonne, distendu. — 
S(mla in/el : cela est turgescent. — 
L'aiwlenn li afaiinJUto Vlmr : Thydro- 
pisie lui a bouffi tout le corps. — Avn 
Vpogn infl^: avoir une main pote. — 
Mipoffn n'ipusi inJU: mon poing com- 
mence k desenfler. 

IbH^, v. Enfler, gonfler, 6norguei1lir, 
rendre vain , inspirer de la vanite. — 
FiVinJU\ se pavaner, Stre fier, hau- 
tain, superbe. 

iBiieeii, s. Ballonnement, ^tat de 
Tabdomen lorsqu^il est ballonoe; intu- 
mescence. — Vinjle^ di vintt pou v*ni 
d^ peit, d^/ev h deijoU h^on-z-a magnt : 
le gonflement du ventre pent provenir 
des pois, des haricots et des choux 
qu'on a manges. 

iBflear h iniilB, s. Enfinre, tumeur, 
groeseur, sareome, ganglion, tumefac- 
tion , turgescence ; bouffissure , bour- 
soufflure, gonflement; nodus, condj- 
lome , excroissance qui provient parti- 

(l>A<^kmMltt« n*ffl p«f frufais. 



eulierement de la maladie v6nerienne. 
— Infie^r di Witt : tympanite. — VosS' 
t'inflei^r ^ d'valaie : votre tumeur dimi* 
nue. — Inn inJteUr k*^ toi^maie a abcei : 
une tumeur qui a abcedd , qui est tour- 
nee en abc^. — Ila faUm It k6p^ Vin- 
fleUr: Tablation de It tumeur a M 
jugee nScessaire. — Infie^r di tdnnx 
varice, varicocele. — Infie^r di joih : 
^pulide ou 6pulie. 

in-raua^ s. In-folio, format oil la 
feuille est pli^ en deux. — Z^in-fdlid, 
c*^ Vdob di Vin-kwdrUf: l*in-folio est 
double de Tin-quarto. — Dei^ gro-z-in- 
f6li6 : deux gros in-folio. 

inff«BdAb,adJ. Infusible, qui n'est 
pas susceptible de fusion. 

InffdrmaeloB h InttramAeimi , S. 
Information , recherche pour s^assurer 
de quelque chose; eoquSte, perquisi- 
tion, demande de renseignements. — 
Printt d^'Z-inflkmicion : prendre des 
informations. 

infarM^ e iBttffArai^ 9 v. Informer, 
avertir, faire savoir, donner avis, ins- 
truire ; s'enqu^rir. — Inf6rmi VBorgi^ 
maiss di con hi s'pass avd li v6U: infor- 
mer le Bourgmestre de ce qui se passe 
en ville, dans le public. — On s^a-t^n- 
/6rm^d*D0 : on s*est informs de vous. 

■■rar0«,s. Effort violent, coup de 
force. — To fan n'inf(frss, i s'a ronpon : 
en fesant un effort trop violent, 11 8*est 
cause une hemie. 

iBtarM, 8. Eotorse, violente et su- 
bite extension d*un muscle. — / s*a 
fai nHnfOrssVpi: il s'est donne une 
en torse au pied. 

iBffarteoBB, 8. Infortune, mauvaise 
fortune ; adversite , tribulation , dis- 
grace. — Ji D'vin fi pdr di m*Un/(fr' 
teunn:ie viens vous faire le recit de 
mon infortune. 

iBftaitre (flO , V. (Ji m'infultraie). 
S*infiltrer, passer comme par un filtre; 
penetrer k travers les pores. — Vaiio 
s'in/uUraie divin Vpu deitr di hoi : Teau 
s'inflltre dans le bois le plus dur. 

infnUreeii) 8. Infiltration, action 
de s'inflltrer. — L'infnltreg di Vaiw 
divin rboi: Tinfiltration de Teau dans 
le bois. 

iBgajABtt, 8. Engageantes, manches 
de toile ou de dentelle pendantes au 
bout du bras, ancienne parure de 
femmes. 

ingai, s. I^gal. — Sifeste^ voss-t-tn- 
gdl, jivfowtre^ n'volaie: si j'etais votro 
egal, je vous rosserais. Yoy. i^sAi. 

iasau«^,s. Egalite. Yoy. AgmU. 



Digitized by 



Google 



— » — 



INH 



Dm 



■■s^initai, adr. Bgalement. Voy. 

ing^nieAr, s. Ingdoieur, celtii qui 
inYente, trace et conduit des travaux 
tela que p)OQts , routes , mines , etc. — 
Ingdnie^r an chefdiprumt klass: inge- 
nieur en chef de premiere olasse. 

iBgi, ^. Engi's , commune du canton 
de HoUogne-aux-Pierres, h 13 kil. de 
Li6ge, Bur les bords de la Meuse. Popu- 
lation 750 hab. Sup. 331 hectare*. 

laglB, s. Engin , machine, instru- 
ment, outil complique. — Ji n*sdrei^ 
fiaUcidrol d/ingin la: je ne aaurais 
me servir de ce drdle d'engin. 

ingi^bAir, 8. Englebert, nom propre 
d'homme. 

nmgihtt^ 8. Garou , espice de laur^ole 
appelee aussi bois gentil. — L^ p&d, 
d*ingUti fl prufft : les baies de garou 
sent tres-purgatives. —Pibtt d*ingUti : 
sainbois, ecorce de garou, servant k 
faire des vesicatoires. 

ingiiita , 8. Hareng saur on sauret, 
hareng fume. — Novai'^inglitin : sau- 
rctB frais. — Magni nHnglitin H so 
rristai: manger un sauret ouit sur le 
gril. — II d maik kom inn inglitin: il 
eat majgre comme un hareng saur. 

■■srAtltnte, s. Ingratitude, vice des 
ingrats, manque de reconnaissance 
pour un bienfait recu ; meconnaissance. 
— 0» A/ ringrdtiiute : on deteste Tin- 
gratitude. — Pill d'ingrdtitute: payer 
d'ingratitude. — Li maiss It a rprocy 
s'iingrdtitvte : son maitre lui a repro- 
ehe son ingratitude. 

Mngrikitj adj. Ingrat, meconnaissant, 
qui n'a point de reconnaissan^ ; insen- 
sible aux bienfaits , manquant de gra- 
titude. — Dh-z-ingrdtt-Z'^fan : des an- 
ftints ingrats. — Inm^ voss pai*, si 
ingrdtt hi senile : aimez votre pays, si 
ingrat qu'il soit. — Lhz-ingrdtt fH 
divni avar inn om g^n^reit : les ingrats 
enseignent k devenir avares. 

ingrAUmln , adv. Aveo ingratitude. 
-- Ro^i Vbin kon v'z-afai, c'ess-t-agir 
ingrdUmin : oublier les services rendus, 
cTest payer d Ingratitude. 

iBgrtelaiB , 8. Ingredient, ce qui 
entre dans la composition d*un remade, 
d'un breuvage, d*un vernis, etc. — 
KinohSf to U'Z'ingrSniain hi fdpof^on 
podinc? Connai^sez-vous tous les in- 
gr^ients necessaires k la confection 
d*un ponding? 

inhAbitAf, ad). Inhabitable, que 
Ton ne peut habiter, qui n'est pas 
logeaWe ;• qui est impratieable. — 



Batimin inMbitdf: bfttiment inhabit 
table. — Bouwal inhdhiidf: raelle iaka- 
bitable. 

iBtmitAr, adj. Inimitable, qui ne 
peut Itre imit6. — L'inimitdf LaJ^ 
tainn : Tinimitable Lafontaine. — BU 
a di mantr intmitdf: elle a des manierea 
inimitables. 

injiMft, adj. In juste, inlque, contraire 
k la justice, 4 requite; vexatoire. -* 
Inn injuss maiss: un maftre injusle, 
partial. — Oair injuss: guerre injusite. 
— Li peiip k*a del mizSr ^ todi inj%s$ : 
le peuple dans la d^tresse eet toujovrs 
injuste. — Li Bondiu s^e^ sovin injuss, 
sihoilUftotenopritr: le Ciel serait soa- 
vent injuste s'll exaugait toatas noa 
pri^res. 

■■jofltUfl, s. Injustice, attioii in- 
juste ; manque de justice ; iniquita , 
vexation , tyrannic. — KomsU, rie(kr, 
r^arS n'injusiiss: commettre, esauyer, 
reparer une injustice. — Pnni n'injns^ 
tiss: punir une injustice. 

injafttamin, adv. Injustement, d*ane 
maniere injuste; iniqueflsant, o6ntre 
requite, illegitimement, illicitement. -* 
Konddnnd injustumin : oondamner in- 
justement. — Vo v'plindd injustumin : 
vous vous plaignez sans raison. 

iBk , s. Zinc , metal d*un blano 
bleu&tre. Voy. eibIl. 

iBka^r, adj. Irreformable , qui ne 
peut Stre reform^ ; irrefragable. — On 
jugmin, ine d/etzion inkacdf: un juge- 
ment , une decision irreformable. 

mkaicoiAf, adj. Incalculable, qui ne 
peut secalculer ; innombrable,immen86, 
infini , prodigieux. — Li nonb di steU 
ess-t-inkalculdf: le nombre des etoilee 
est incalculable. — Li gair amdnn di 
md inkalculdf: la guerre entralne des 
maux incalculables. 

iBkapAb, adj. Incapable, inhabile, 
malhabile, impuissant, inepte , man- 
quant d'aptitude ou de pouvoir, — Per- 
sonn n*ess-t-inkapdb di mdkd: person ne 
n'est incapable de faillir, nul homma 
n^est impeccable , n^est done d'infailli- 
bilite.—- n esS't'inkapdb d'avu nolpless : 
son incapacite, son inaptitude Texclut 
de tout emploi. 

iBkai^eit^, 8. Incapae^^, inhaViiat^, 
defaut d'habilet^^ de capacite; impuis- 
sance. — II a stu rhoi po inkapdciUi 
son insuffisance , son ineptie Ta fait 
renvoyer de son emploi. 

inkarBAeion^s. Incarnation, action 
de la divinite qui aUacarao ; liaulUt de 



Digitized by 



Google 



— M — 



INK 



INK 



nocarBation da fils de Diea. 

lakara^, V. (J*inkama%e), Incarner, 
acte de la DiTinite qui prend un corps 
de chair , qui se fait homme. — C'e 
rdiiiudnm personn del Sinte-TrHiU ki 
9'a vohuinkamd'. c'eat la deuiieme per- 
soone de la Satnte-TriniCe qui a voula 
s'incaTner. — Ciss baugress la, c^ess-t-on 
iUlinkarn^: cettemegere est un demon 
iDcarae. 

lAkecii, s. Action et maniere de oou- 
vrir de zinc. Voj. Elnkeeli. 

lakiteA, 8. 6t adj. Enqu^teur , juge 
OQ officier commis pour faire dea en- 
qu§tes ; enquerant , qui s^enquiert avee 
cariosite. — Onz-a hvme komicair 
inUtek li jup^di-pdie h d^-z-espair / on 
anoiQxn^ eommissaires enqueteurs le 
ivtg^ de paix et des experts. 

laketl) s. Enquete, recherche, terme 
de procedure civile; perquisitions. — 
li Tribunal a-Udrdond n\nkett \ le Tri- 
buoal a ordonne une enquSte. — Drht 
M proc^-^^erHl d'inkett : dresser un 
procea-verbal d'enqu^e. 

lAkelk, 8. Couvreur en zinc. Voj. 
Uakea. 

iBki^tatt, mmUy a(^\ Inquieiaot, qui 
cause de Tinquienude ; compromettant. 

— WMnech inkiitan : voisinage inquie- 
tant. — Afaladiie inhUtantt: maladie 
ioqaietante* 

Mmkiht^^ Y. fJ'inkiett, no- Z'inki^tanJ, 
Inquieter, rendre inquiet; agiter^donner 
da souci ; troubler. — Son k*vo m'aprindd 
id m*inkieU: oe que voue m'apprenez 
tt'inquiete. — Pokoi v^z-inkieUv di 
e'hru la? Pourquoi rous inquietez-voua 
de cette rumeur? — Zi jdi'e d*on kalin 
Miett on brav om : la joie du mechant 
inquiete Fhonn^te homme. 

tekieUf adj. Inquiet, soucieux , 
•gite. trouble, sourcilleux. — II ess- 
t^-inkiett d^ n-nHn r^r di novel;: il est 
inquiet de ce qu'il ne re^oit pas de noa- 
▼ellea. -- Inn o%metr inkiHt : une hu- 
ineur inquire. — li ci k*ess-t^nk4ett 
di Vmonir h indlwre^ : tout homme in- 
imH de Tayenlr eet malheureiix. 

isUMviey 8. Inquietude, trouble^ 
scud, agitation d'esprit; impatienoe 
CMsfe par quelque {Assfon ; anxiete. 

— /t #0 dvin n'inkHtute m6rUl : je suis 
dans one inquietude mortelle. — (7>w- 
t-inn edoMii eonpSr ki donn di-z-inkid- 
Urie a ih parin : e'est un jeune homme 
inoonsidere qui donne des inquietudes 
i ses parents. 

iBiLtBiele% «« laqiuBitioii , tribunal 



atk*oce qui punit les impies, leg infl^ 
d^lea ; Saint-Offlce. — I'inktzieion d'Ee- 
pagn, di Pdrtugdl, d'ltalie: rinquiaition 
d'E8pagne,de Portugral, dltalie. — JT^ 
arigiie distanss inti VEvangtl i VlnktH- 
cion! Quel immense interyalle entre le 
code de I'Evangile et eelai de Tinqufsi- 
tion! 

mktstieikr , 8. Inquisiteur , hige de 
Tinquisition. — Zi Cfran-Inktzimtri le 
Graod-lnquisiteur. — Vizitt dHnkizi' 
teUr: visite d'inquisiteur , visite inqui- 
sitoriale. 

iBkaok«m, •w, adj. Inoonnu, qui 
n*est point conou ; ignore , cache. — 
Vo m*parU di pai' inknokou: tous me 
parlez de pays ioconnus. — ds9^nn 
gin ki fn^esS't-inknohow : c'est une per* 
Sonne qui m'est inconnue« 

inkognttd, adv. Incognito, dandes* 
tinement, k la derob^, secr^temeni, 
furtivement, sans etre connu, sous un 
autre nom. — Li Roi d^Handf a paei 
inkognttd po Itch : le Roi de Hanovre a 
pas&e incogDito par Liege. 

lAkorndd^mlB e lnkom4(«mlB, ady. 
Incommodement, d\ine manidre incom- 
mode, avec incommodite, avec embar-^ 
ras. — Ji so logt inkom^ttmin : je suis 
loge incommodemeiit. *^ Vo^-^U't' 
aciow inkomdddmin : vous §tee assise 
incommod^ment. 

iiik<^iii4u, adj. Incommode, qui n^est 
pas commode, dont on ne ae aert p^a 
I'acilement; geoant, embarrassant. — 
OnckapaiinkomCtt: unchapeau incom- 
mode. — Inn kass d'orlock Ve$94^%nk9' 
mCtt: une caisse d'horloge qui eat in- 
commode. 

iBkoBc^vAb, adj. loconcovable , qui 
n'est pas coucevabie , qui est incom- 
prehensible, inima^rioable, incroyable. 
— MisUr inkoncHab : myat^re incon^ 
cevable, incompreHensible. — Eardiess 
inkonchdb ; hardiesse , tkn^nt^ incoft- 
cevable. 

inkoB^iritt, P. Incondtttte^defaut de 
conduite, inauvai.sf* conduite, derange* 
ment, desordre. — LHnkondwitt mdnn4 
krtm, pui al potins^: Tinconduite m^ne 
au crime, puis h rechafaud. 

inkonparaf , adj. Incomparable, k 
qui ou a quoi rien ne pent 6tre compart, 
Sana pareil, admirable, merveilkux.-^ 
On kurHnkonparaf par si ginireHzitd : 
un cur6 incomparable par sa bienfai- 
sance. — Vdnuss d d'inn baitd inkonpa- 
rdf: Venus est d'une beaute incompa- 
rable. 

ink#Ap<ur<^ffniii9adv. lJatompanab!«- 



Digitized by 



Google 



— M — 



INK 



INK 



menty sans oomparaisoQ ; admirable- 
nient. — Fll ess-t-inkonpard/min pu 
jolHe ki s'sodr : elle est incomparable- 
ment plus jolie que sa soeur. — Vo 
v'poirU inkonpardfmin mi: vous toos 
portez incomparablemeot mieux. 

lAk^np^tiny imitj adj. Incompetent, 
qui D*est pas competent; illegal , ille* 
ffitime. — Zi Tribundl s*a ricnohou in- 
honp^tin : le Tribunal s^est declare in- 
competent. — Inn KaUr inkonpHinit : 
one cour incomp^tente. 

iBk«iip^«inBiiB , adr. Incompetem- 
ment, sans competence, par un juge 
incompetent; centre la lol, illegale- 
ment. — Voss cdss a stu jugate inkonpi- 
iinmin : votre cause a ete iocompetem- 
mentjug6e. 

iBkonplek, adj. Incomplexe, qui 
n^est pas complexe, qui est simple. — 
Tre^ jo^, dtfran, c'i d^ nomb inkonplek : 
trois jours, dix francs sont des nombres 
incomplexes. 

iBk«BpieU, adj. Incomplet, qui 
n'est pas complet; defectueux, impar- 
fait , non acheve. — Mi Bufon ess-t-in- 
konpUH, i mdk on volum : mon Buffon 
est mcomplet, il mauque un volume. — 
IdHe inkonplett: idee incomplete. 

ink^Bprlmdar, adj. Incomprehen- 
sible, qui ne pent etre compris, qui est 
^Tetat d*incomprehensibilite ; incouce- 
Table, inintelligible. — Sou ki VBondiu 
permeti i sovin inkonprinddf: les yoies 
de Dieu sont souyent incomprehen- 
sibles. — Ki haboU-t-el la ? ell ezs-Uin- 
konprindif: ^ue baragouine-t-elle ? elle 
est incomprehensible , elle parle un 
langage absurds. 

iBk«MitMi9«BU, adj. Inconstant, 
Yolage, qui est sujet k changer, Ta- 
riable , instable. ^ Ki v't-este inkons- 
■ tan d*vin vo kantrHe! Que vous Stes 
inconstant dans vos amours! — Ell 
esS't-inkanttante divin si goss : elle est 
inconstante dans ses goiits. 

iBkoBfltMiminy adv. iDconstamment, 
aTec mconstance et leg^rete. — - Ess 
inkonstanmin di tote koleitr: Stre in- 
constamment de toute opinion. 

inU^mwmimnmmj 3. Inconstance, facilite 
k changer d'avis, de resolution, de con- 
duite; variabilite, instabilite. — Si 
inkonstanss It a fai piett pu d*on kami- 
rdtt : son inconstance lui a fait perdre 
plus d*un ami. — ZHnkonstanss di tin, 
di vin, di sdkon: Tinconstance du 
temps, du Tent, des saisons. 

ink«B0miietoiUMie^9 8. Inconstitu- 
tionalite, rice de cequi est inconsti- 



tutionnel. — Ciss-t-aritS la esS't4mn 
inkonstit^ciondliU : cet arrSte est uoe 
inconstitutionalite. 

iiftkoiifttf tHeion^i , adj. Inconstitu- 
tionnel , qui n'est pas constitution nel, 
qui est en opposition avec la constitu- 
tion de TEtat; ille^L ^ Rijit^ n'md- 
cionpask*ell ess-t-inkonsttt^Udon^l : reja- 
ter une proposition parce qu'elle est 
incoQStitutionnelle. — Inn aritdinkons- 
titikcion/l: un arrlte inconstitutionnel. 

inkoBftittaeUn^lmlB , ady. Inoons- 
titutionnellement, d'une maniere in- 
constitutionnelle. — On Va iprtum^ 
inkonsttt^ionilmin : on Ta emprisomie 
iilegalement. 

iBkontestar, adj. Incontestable, qui 
ne peut Stre contests ; qui est certain , 
avere. — Voss dre^ ess-t-inkontestdf: 
votre droit est incontestable. — Vola 
n'pro^v inkontestdf: TOilk une preuTO 
irrecusable. 

inkontesUffmln , ady. Incontesta- 
blement , d'une manien) incontestable, 
certain, manifeste. — No^t^stan inkon- 
testdfmin mt ki dadmn : nous sommes 
incontestablement mieux qu*aupara- 
yant. 

iiftk«BTeiUaiB 9 8. Inconyenient , ce 
qui suryient ou resulte de fftcheux 
dans une affaire ; difficulte , embarras , 
emp§chement, obstacle, incident, con- 
tretemps. — Ji n've^ nol inkonvdniain a 
coulaije nevois nul inconyenient k cela. 

inkoDTBar, adj. Impropre, qui ne 
conyient pas, qui n'est pas juste, exact. 
— / s*a siervou d*on mo inkonvndf: il 
s'est seryi d'un terme impropre. — Di- 
z^nkonvndvi mantr : manieres incota- 
grues, inconyenantes. 

iiftkon¥BAffmiB,ady. Improprement, 
d'une maniere impropre , qui ne con- 
yient pha,—Pdryinkonvndfmtn : parler 
improprement, sans conyenance, d'une 
maniere mal sonnante ; dire des incon- 
yenances. 

iBkoBBoiAff, 8. Inconsolable, qui ne 
peut se consoler , qu*on ne pent conso- 
ler ; desoie, afaige k Texces. — On ph' 
ou n'm/r ess^t-inkongoldf del moir di 
s'i^an : un pere ou une mere est incon- 
solable de la mort de son enfant (i). 

Hftk^BMiAfBOA, ady. Inconsolable- 
ment, de maniere it ne pouyoir dtre 
console, sans espoir de consolation. — 
EllpMr todi inkonzoldfmin : elle pleure 
toujours inconsolablement. 



(I) IneontolabU ne s^applicivo 4ti^««x pcrtonmef | on 
nt dit pts : mm doulnw ineomotatU, 



Digitized by 



Google 



— 18 
INM 

lalMHilAf, adj. Incorrigible, indocile, 
indiftciplinable , intraiuble, indomp- 
tible. — DdfS inhered/: d6faut inoar- 

rigiWe ifi kus€%nn esit-inhor^df: 

ma eousina est incorrigible, a le defaut 
d'iDCorrigibilite. 

Ink4rp«r^^ V. (Tinkdrpor). Incor- 
porer, faire entrer dans uo corps poli- 
tique, ecclesiastique ou militaire. — 
Oi^'inkdrpora noss KipagnHe divin inn 
Cttr^gimin: on in corpora notre oompa- 
irnieHans un autre regimeut. 

lAlc.4rp«peeli , S. Incorporation, ac- 
tion d^incorporer , resultat' de cette 
action. — nnk6rporeg dHnn comeunn 
dwin inn 0tt arondismin: Tin corporation 
d*Qne commune dans un autre arron- 
dissfment. 

■Mkr^dni , adj. locredule , qui ne 
croit que difflcilenaent, qu'on a peine ft 
persuader ; mecreant. irreligieuz. — Ci 
ft? nin todi on d^fO d*ess inkr/dul : ce 
n'est pas loujours un defaut d'ltre in- 
credule. — P6 d'feum son-t-inhr^dul: 
peu de femmes sont incredulps. 

iBkrMalt^, 8. Incredulite, opposi- 
tion, repugnance k croire ce qui est 
pourtant croyable; irreli^ion. — Z*in- 
Mdultd di JSin-Toutna: rincredulite de 
Saint-Tbonaa?. 

lakr^i^, adj. Incroyable , qui ne 
peut gtre cru, ou difficile k croire ; in- 
▼raisemblable , improbable. — D^ /ai 
inkrHd/: des fails incroyables, inouis. 
— D^'Z-inhrhidv^ novel : des nouvelles 
incrojables. 

iBkr^iAfflUB , adr. Incroyablement, 
d*une mani^re incroyable ; excessive- 
ment. Voy. EwarAleailB. 

Ia.kw4rid h inn-kwArtd , 8. In- 
quarto, format ou la feuille est pliee 
cnquatre feuillets. — Z^ dikcionair son 
tovin in-kwdrt6 : I'in-quarto s'emploie 
souyent pour les dictionnaires. — Plu- 
zieHr-z-in-kwdrtd : plusieurs in-quarto. 

inl^r^, Ale, adj. Illettre, qui n'a 
point de connaissances en litterature ; 
ignorant. — On pou ess rich h inUM : 
on pent Stre riche et illettre. — Si 
n*feum ess^t-inUtraie , ci nl rin\ Stre 
illettree est un leger defaut pour une 
femme. 

iBliBlp, adj. Inlisible ou illisible, 
iju'on ne peut lire, ou qu'on ne lit que 
tres difficilement. — Dl vt d6kumin 
nlizip: de vieux documents inlisjbles. 

-- Sinateur inlizip : signature illisible. 
inm, s. Uoe tonne etdemle du pays 

de Liege, environ la queue ou un muid 

et demi de France. — Inn inm di Mr di 



INM 

saizon: une tonne et demie de bidre 
d^avent ou de mars. 

iBmAf, adj. Aimable> qui merite 
d*gtre aime; geotil , courtois ; oheris- 
sable, digne d'etre cheri. — Inn inmdf 
karacUr: un caract^ro aimable. — Di- 
Z'inmdD^ mantr: des mani^res aimables. 

mmAffiBaff, adj. Inimaginable, qu'on 
ne peut imaginer , passant toute 
croyance; prodigieux. — Sou k^on-z^a^ 
t'Hnrd avom U C6%ak, c'ess-tinfndgindf: 
09 que Ton a soufTert du sejour des 
Cosaques, c'est inimaginable. — Zi 
distanss d*inn siteill a Vdtt essi-inrndgi- 
ntfi la distance d'une etoile k Tautre 
est immense. 

■■■i>g«af> adj. Immangeable,qui ne 
peut pas se manger. — Ci holi la i si 
c6gness k*il ess-t-inmagnd/: ce bo^uf est 
si coriace qu*il «8t immangeable. — 
K^lmdltripl $11 ess-t-inmagndf : quel 
mauvais boudin! il est immangeable. 

mmAkar, adj. Immanquable, qui 
ne peut maoquer d'etre , d'arriver, de 
reussir. — Onkdinmdkdf: un coup im* 
manquable, certain, infaillible, indubi- 
table. — Inn a/air inmdkdf: une af- 
faire immanquable. 

inmllkarailn , ady. Immanquable- 
ment , sans manquer ; infailliblement, 
indubitablement, certainement. o/iS'ovZa 
arivr^'t'inmdkd/min: cela arriyera im- 
manquablement, assurement, sans au- 
cun doute. 

iBDuiriar, adj. Ceiui qui n'a pas 
l'4ge nubile, qui n*est pas en^tat de 
nubilite. — Divan saze an, U feum son* 
t'inmaridf: aVant seize ans, les fcmmes 
ne sont pas nubiles. 

i««iAyUi<^, s. Amabilite, caractire 
d'une personne aimable. — On Vve^ 
voUt po s'iinmdvisU: on le recherche, 
on le cherit k cause de son amabilite, 
de sa gentillesse , de sa courtoisie , on 
le recherche k cause de sa cordialite. 

iniit^9 y. Aimer, chcrir, affectionner, 
sympathisf r. ayoir de Tamour, de Tat- 
tachement, du goiit pour quelqu'un ou 
quelque chose. — J fd-t-inrnd VBondiu 
dddizeUr di to : il faut aimer Dieu par 
dessus toutes choses. — Inmd s*p^, si 
mdr, s^'Z'^fan : aimer son p^re, sa mere, 
ses enfants. — S'inmi Von Vdtt : s'entre- 
aimer, s*aimer,mutuellement. — Is'in- 
met horn deHtso: lis s'aiment eperd^- 
ment, ils sont tout eperdus d*amour. 
— Inm^ Vovrech : aimer rouvrage, 8tre 
laborieux, actif. — Inm^ U jvd, U- 
zH>iihai, U chin : aimer les chevaux, les 
oiseaux, les chiens. — Inm^Vlhqai, U 

TOMB II. 7 



Digitized by 



Google 



— 54 — 



INM 



INN 



btr, lijutaie : aimer le lait , la bi6re» le 
coco. — It inm d'ess prhnou: il aime 
qu'oa le previenne. — J*inmre^ mt d^ 
mori ki d'fi %'9ifaiU : j'aimeriiis mieux 
mourir que de faire une si mauvaiee 
action. 

iBMMesMlD) adr. Imtnodestement, 
d*une mani^re imiuodeste , arec im- 
modestie, avec pr^somptioD. — Si 
WMUCi inmddesmin : s'habiller iinmo- 
destement. — Si dviz^ inmddesmin : 
paiier impudemment. 

innMeM, adj. Immodeste , qui 
manque k la modestie, aux bienseances; 
pr^aomptueux , impudent. — D^ kd- 
d'otti'e inmddest : des regards immo- 
destea. — Moucettr inmddess : toilette 
immodeate. 

iBBiAdeftUe, B. Immodestie, manque 
de modeatie, de bien8eance;eif renter ie, 
impudence. — Z'inmCdestie si/ai sovin 
rmarU a VhglUs ; rimmodestie se re- 
marque souvent k Teglise. 

■■moral) adj. Immoral , qui est sans 
principe de morale, sans moeurs, qui 
manque de morality. — On liv inmordl: 
un livre, un ouvrage immoral. — 
Z*4iz%r ess-Unmardl : Tusure est im- 
morale. 

iBm«raii^, s. Immoralite, oppo- 
sition aux principes de la morale, 
absence de ces principes , m^pris de8 
bonnes moeurs. — C'es9-Uinn brocheUr 
i? plintt d'inmordlU: c'est une bro- 
chure pleine d*immoralit6. 

iBiMar«au«e 9 8. Immortalite, qua- 
lit6, etat de ce qui est immortel ; duree 
sans fln, souyenir perpetuel, renomm^e 
^ternelle. — VinmMdliU d-Vdm: Tira- 
niortaljt6 de rftme. — / d*zir Vinmertd- 
liU\ il aspire k Timmortabte. 

iBBiartailB^, y. Immortaliser , ren- 
dre immortel dans la memoire des 
hommeSy perpetuer, 6terniser le sou- 
venir. — Bosmet, Racine, etc, son-t in- 
mdrMitd par leit-z^avrech : Bossuet , 
Racine, etc., se sont immoitalises par 
leurs ouyrages. — L^ viktoir di Napo- 
IHon pmmt Von-tinnUh^tdliz^ : les yic- 
toires de Napoleon premier ont immor- 
talise son nom. 

imitartcl) adj. Immortel, exempt de 
lamort; 6ternel, perp6tuel , qui durera 
tou jours. — Li Bondiu ess UinmdrUl: 
Dieu est immortel. — Noss-t-dm ess- 
i-inmMSl: notre ftme est immortelle. 

iBuart^l, s. Immortelle, sorte de 
plante dont les fleurs ne se fanent point. 
— L^fU^r d'inmdrUl son-t-drdinairmin 
jenn: lea fleora d'immortelles sont ordi- 



nairement jaunes. — Koronn d'infndrUl: 
couronne d'immortelles. 

iBB,(pour on devant une voyelle). 
adj. Un, une. — Innoml inn fenm: un 
homme, une femme. — Vh inn eitr ou 
r^ U'^'inn eHr: vers les une heure. 

!■■, s. Atne. Yoy. Atnn. 

iBodiga, s. Indigo , plante qui croit 
dans les pays chauds, qu'on tire de 
Tanil et dont on fait un tres-beau bleu. 
— Tintt a Vinndigd : teindre en indigo. 

■■ndlgdit, s. Indigotier, arbre qui 
donne Tindigo. — Inndigdtt dhz-Intt: 
indigoiier des Indes. 

iiiBdigdtr^ie,s. Indigoterie, fabrique 
d'indigo, lieu ou Ton prepare, ou Ton 
fait Tindigo. — Si Hdblismin , c'ess- 
t'inn inndigdtrHe : son etablissement 
est une indigoterie. 

iBB-goU, adv. Un peu. Voy. caeU. 

innkurab, s. et adj. Incurable, in- 
valide , infirme , impotent. — On md 
k*esS't'innkiirdb : un mal incurable, un 
mal dont Tincurabilite a ete reconnue. 
—Mett inn v^ie gin d-z-innhurdh : placer 
une vieille person oe aux incurables , k 
rhospice des Invalides. 

iBD-okUTd, s. et adj. In-octayo, 
format ou la feuille est pliee en huit 
feuillets. ■— Inn ovrech inn-oktdvO : un 
ouvrage in-octavo. — Pluziei^r-Z'inn- 
oktdvd : plusieurs in-octavo. 

inn-dii-rHe, adv. Desormais , dore- 
navant, k I'avenir. — Inn-dtt-feie , no 
seran pu sUti : une autre fois nous se- 
rous plus circonspects. 

■■■-piand, 8. et adj. In-plano, for- 
mat oh la feuille imprimee ne contient 
qu'une page de chaque c6te. — Z^- 
zdrmanak di kabinet, U-z-aficK , etc, , 
son-t-drdinairmin inn-pldnd : les alma- 
nachs de cabinet , les affiches , etc. , 
sont ordinairement in-plano. 

lnB-Mi|aM e IhuhmiwIm, adv. Quel- 
que part, en certain lieu, certain en- 
droit. — Ji n'sdreH d'mani cial, i m^fd- 
t^aU n*sawiss : je ne puis rester ici , je 
dois aller quelque part. 

inn-Mikf , s. Quelqu'un, un particu- 
lier, une personne, un individu, un 
entre plusieurs. — Ji ratin n*sa1ti: 
j'attends quelqu'un. — Qna n*sakt ki 
m*a di... : il y a quelqu'un qui m'a dit... 
— D^ gin km inn-sakt : des gens tela 
que nous. 

iiiB-0«koi , s. Quelque chose. Voy. 
SAkol. 

iBBtiirim, s. Interim, Tentretemps, 
action de gouverner, d'administrer tem- 
porairement, provisoirement. — Zi komi 



Digitized by 



Google 



— 55 — 



INP 



INP 



Jai rinntMm d^ Reived maldtt ou absin : 
le commis fait rinterim du Receyeur 
malade ou absent. 

iBBtrottt , 8. Introit , pri^re de la 
mease, quand le prStre monte k Tautel. 
— Apre rinntroitt , c'^ VkirQ-lai-iconn: 
apres Tintroit, c'est le kyrie eleyson. 

iBoelB, laM, 8. etadj. Innocent, non 
eoupable. — Fd-t-akwitS rinocin b kon- 
ddnne Vioupdb: il faut acquitter Vin- 
nocent et condamner le eoupable. — Li 
Tribundl Va riknohou inodntt : le Tri- 
bunal Ta reconnue innocente. 

iwfeiMMm , s. Innocence, etat de celui 
qui n'est point eoupable. — Disfintt It 
kdss di Vinocinss : defendre la cause de 
Tinnocence. 

iB«eimt^, y. (J'inocintaieJ. Innocen- 
ter, absoudre, declarer innocent, de- 
charger d'une accusation. — Lijuri Id- 
t-a inocinU: le jury les a innocentes. 

indsar^y T. fJHndguraieJ. Inaugurer, 
installer, benir, consacrer parune cere- 
monie solennelle. — IndgurS on Uidtt : 
wn ospitd , inn posteHtr : inaugurer un 
the&tre, un hOpital , une statue. 

indgwreeli e inAgarAcUB, 8. Inau- 
guration , action et mani^re d'inaugu- 
rer. — nn6gwr$g d'inn ^gllss : la cere- 
monie inau^urale, la benediction, le 
sacre d*une eglise. 

iBdkwi^, T. (JHndkulaieJ. laoculer, 
communiquer artificiellement une ma- 
ladie, transmettre un virus par inocu- 
lation , injecter. — IndkuU U pok : ino- 
culer la petite v6role. 

is4k«leeii, s. Inoculation, action 
d*inoculer, communication artiiicieJle; 
injection. — LHnCkuleg d'on germon: 
Tinoeulation d*un germe de inalndie, 
d'un virus. 

lB4k«le*, e^M, s. Inoculateur, 
celui qui inocule, — Adrett indkuleic ou 
in6k%i^u : habile inoculateur ou ino- 
culatrice. 

■■•■decli h iB«B4ael«B, s. Inonda- 
tion, debordement d'eau qui submerge 
nn pays ; grande crue dVau, deluge. 
—U-z^nonddcion vine sovin d^ nivai'e 
fondcw: les inondations proviennent 
Bouventde la fonte des neiges. 

■••■«^, v. (Tinontt h finondaie, no- 
t-xiumdan). Inonder^ submerger un 
terrain , un pays par un debordement 
d'eau ; se deborder. — Kwan VMoiUs i 
/at fif, ellinantt to U kai d*Lick : quand 
la Meuse deborde, elle inonde tons les 
qnais de la ville. 
iBMeUOAyi^iBtty adj.Impatient,qui 



manque de patience dans la sonffiraooe, 
ou dans Tattente de quelque bieo. — 
On maldtt inpaciain : nn malade impa- 
tient.— Ona d^j(MfHe tro-t^npaciaintt 
d*avu di'Z'Om : il y a des jeanes fllles 
trop impatientes d*avoir des maris. 

iBpaeiaiBmiB ^ adv. Impatiemment, 
avec impatience, chagrin ou empresse- 
ment. — Lici ki sou/ inpaciaimnin sou/ 
de^ Jdie : qui soufft'e impatiemment 
souffre deux fois. — / ratindA> inpa* 
ciainmin i'mar6U\ il attendait impa- 
tiemment sa berg^re. 

iBpaeiaiBM, 6. Impatience, manque 
de patience , sentiment d'inquietude 
provenant de la souffrance ou de Tat- 
tente; desir immodere. — Mostri d-VvH'- 
paciainss: t^moigner de Timpatience. 
— On v'ratin avou inpaciainss: on voas 
attend avec impatience. 

iBpaeieBBtMi, abM, adj. Impatien- 
tant, qui impatiente, qui importune. — 
Lh'Z-ifan mdl akUv^ sont-inpacienntan : 
les enfants mal elev^ sont impatien- 
tants. — K/linpacienntante glawenn! 
Quelle impatientante bavarde ! 

inpaeieBBi^, v. f J'inpacienntaie ) . 
Impatienter, faire perdre patience, fi- 
Cher, irriter, pousser k bout,mettre 
hors des gonds. — I m'inpaeienntaie 
avou si mdU raison: il m*impatiente 
avec ses mauvaises raisons. — Ni 
v*z-inpaeiennU nin y noss dam, voss-t-om 
va rivni : ne vous impatientez pas , 
notre bourgeoise, votre man va revenir. 

MmprntSLtf adj. Impayable, qui ne se 
peut trop 'payer , inappreciable, inesti- 
mable. — Ovrt ou ovreck inpalA/: ou- 
vrier ou ouvrage impayable. — Inn 
bonn feum di maneek ess-tAnpa^f'. une 
bonne femme de menage est impayable. 

iBpareiAi, adj. Impartial, exempt 
de partiality, de prevention, qui ne 
sacrifie points des affections, & des 
considerations partiouli^res. — Onjuek, 
onjuckmin inparddl : nn juge, un Juge- 
ment impartial. — Zi justiss de^U4$i 
inparcidl: la justice doit Itre impar- 
tiale. — Gna-t^ di gastt inparcidl? T a- 
t-il des journalistes impartiaux. 

iBiMireUimiB, adv. Impartialement, 
sans partialite. — Jugt, raizon^ inpar- 
ddlmin : jugev ^ raisonner impartiale- 
ment. 

iB|MireiAi«^, s. Impartiality, earac- 
tere de celui qui est impartial. — Z'tn- 
parcidltS d'on jug, d'on roMfmnm/im : Tim- 
partialited'un juge, d*an raisonnement. 

iBiMird^BAff) adj. Impardonnable , 
qui ne merlte point de pardon ; qui ii« 



Digitized by 



Google 



— 56 — 



INP 



mp 



doit pas Itre pardonne ; inexcusable , 
intolerable, ir remissible. -^ Afron in- 
pardondf: affront impardonnable. — 
Fdtt inpardoMf : faute impardonna* 
ble (I). 

iBpardonAffmiB , adv. Irreroissible- 
ment, inflexibiement , sans remission, 
sans raisericorde. ~ Ti slret loht inpar- 
dondfmin : tu seras roEs6 inexorable* 
ment. 

mparfal, aiu, adj. Imparfait, en 
etat d'im perfection ; incoraplet , qui 
n'est pas acheve ; defectueux ; temps 
d'un verbe. — Batimin inpar/ai : bAti- 
ment imparfait, non acheve. — Poste^r 
inparfaitt: statue imparfaite , defec- 
tueuse. 

isparffaUtmiB, adv. Imparfaitement, 
d'une mani^re imparfaite, incomplete- 
ment , defoctueuseraent. — I -n'^ rweri 
k^inpar/aittmin : il n*est gueri qu'im- 
parfaitement. 

inpArt^Af , adj. Impartageablef qui 
ne peut Stre partage ; indivisibl**. Voy. 
iBdiviM. 

iBp^ehAf, 8. Impeccable, incapable 
de pecher, dn faillir ; infaillible, doue 
d'infaillibilite. — Ona nol am ni nol 
feum inp^chdf: nul homme , uull^ 
femroe nest impeccable. 

inp^B^trAf, ndj. Impenetrable, qui 
nc peut Stre penetre , qu*on ne peut 
conoaitre, expliquer; inscrutable, abs- 
trus, profoud ; impermeable , que la 
pluie ne peut traverser. — Noss viie 
esS't on mister inpHHrdJ : notr« vie est 
un myst^re impenetrable. — Vo n*sdrt 
dtr gau kipinss, il ess t-inp^n^trdf: vous 
ne sauriez dire ce qu'il pense , il est 
impenetrable. — Zd tuw dh Bondiu son- 
t'inpinetrdf: lea desseins de Dieu sont 
impenetrables. 

iBp^nltiB, 8. et adj. Impenitent, qui 
eat endurci dana le peche et n'a aucun 
ngret d'avoir offens^ Dieu ; insensible 
aux remords. — Plindan Vci hi mo^r 
inphnitini piaignons celui qui meurt 
impenitent. 

■nj^BlMmm, s. Impenitence, etat 
d'un homme impenitent ; endurcisse- 
ment dans It^ peche , obstination au 
mal, duret^ d'ftme. — VikS h moridvin 
Vinpinitinss : vivre et mourir dans Tim- 
penitence. 

tiip^ratlff, s. Imperatif, made des 
verbes qui exprime commandement. — 
Magn,'bBii^U, pock c*^ d^-zinp^raHf: 



(^) Itufatdcnnabh he 8^at>p1iqn0 cat feax personnet, 
fl fati diit : fen h«inni« inetctaobU. 



mange, boia » lis* eaute scat dos ittt>6- 
ratil's. 

inp^ratrlM, 8. Imperatrice, femme 
d'un empereur. — Inp^rairiss di Rvcie, 
Inp^ratriss d*Oirich : Imperatrice de 
Bussie. Imperatrice d'Autriche. — Ma- 
dam Edtich si vou d*nd on ton i^Inph^- 
triss: Madame de Haute-Tige veut se 
donner un ton d*Impera trice. 

iBp^riAi , adj. Imperial , qui appar- 
tient k un Empereur ou k i^n Empire. 
Li koronn inp/ridl:\h cov.rox\tie imp6- 
riale. — Zi mantai inpMdl: le man- 
teau iniperial. 

iBp^lAi^adj. Imperiale, le dessus 
d'un carrosse , d'une diligence , d*uD lit 
ancien. — Zidiligitss esteii tote plintt, 
fa d'vou mont^to I'inp^ridl: la diligence 
etait toute pleine, j'ai dii monter sur 
rimperiale. 

iBp^riAl, 8. Imperiale, certain jeu 
de carte qui tient du piquet et de la 
triomphe. — Zi hass, li roXe, li dam i 
Vf>alet fH-inn inpdridl : Tas , le roi , la 
dame et le valet font une imperiale. 

inp^rliiAff, adj. Imperissable, qui ne 
saurait perir; indestructible; indefec- 
tible,doue d'indefectibilite. — LiRligion 
esS't'inphrihdf : la religion est im peris- 
sable. — Monumin inp^rihdf: monu- 
ment imperiflsable. 

iBperinMAff, adj. Impermteble » ce 
qui est apprSte de mani^re que Teau ne 
saurait le traverser. — Di dra, di kikr 
inpermHdf: du drap, du cuir imper- 
meable. —SitofinpermHdf: etoflfe im- 
permeable, douee d'impermeabilite. 

inperm^taff, adj. Intolerable, qu'on 
ne petit permettre, qu'on ne peut sup- 
porter patiemment; insupportable. — 
Batt inn feum, e^ess't-inpermit^: battre 
une femme est intolerat)le. — C*i di 
d'viss inpermitdf : ce sont dea propos 
into erablrg. 

iBpersoB^l, adj. Impersonnel, fie dit 
des verbes employes k la troisieme per- 
sonnr du singnlier exclusivement. — 
IpM, i ntf, ifd c"i di vairh inperson/l : 
il pleut, il neige, il faut soot des verbes 
i.TD personnels. 

inpersoB^lmlB , adv. ImpersonneU 
|pmf>nt , se dit des verbns personnels 
employes accidentelleraent comme im- 
personnels, exemples : igna, ilar\fhi,.\ 
il y a, il arrive que... 

inpevry adj. Irapar, qui n'est pas 
pnr, qui est alter^ ou corrompu par 
quelque melange. — Sonh inpeur: sang 
impur. •— Dht^npewri-t-aiw : des eaux 



Digitized by 



Google 



— fn — 



INP 



INP 



imporea. — Di miid inpenr: des me- 
toux impure. 

iBpevr, adj. Impur, impudfque. — 
Be prop6 inpeur : paroles obficenes. — 
Min^ n*vHe inpeur ; roener une vie im- 
pure, une vie dissolue. 

■■^«rmliiy adv. D'une maniere im- 
pure, licencieusement. Voj. i^osmlB. 

iBpesrt^) s. Impurete, cequ'il y a 
d*iiDpur, d'^tranger, de groesier dans 
nne chose; ce qui Tattire, ]a p&le. — 
riMpeurU dr-Vair^ d^ mdtd, d^-z-aiw: 
riropurete de Tair , des metaux , des 
eaox. 

Mmpeuri^yS. Impudicite. V. i««0(r%le. 

lap^sAffy adj. ImpoDderabie, qu'on 
ne eaurait peser. — Li lonmir esS'Mtt' 
p^idf: la lumiere est in) p>onderabie. 

iBpie^ 8. et adj. Impie, qui n'a point 
de religion , qui a du raepris pour les 
chores fiaintes; profanateur, sacrilege. 
— Unpack inpie : langa^e impie. — 
Bokinpie: bouche impie. 

lapierdar, adj. Imperdable, qu'on 
Q6 saurait perdre ; inamissible, doue 
d'inaaiissibilite. — V<m proc^ esst-in- 
pierdd/: votre proces est im[ierdable. 
—Si kdss estei^ inpierddf: sa cause etait 
imperdable. 

iBpl^t^, s. Impiete, roepris pour les 
choses de Ja religion ; profanation , 
Waspheme, sacrilege. ^- Dlr , f^ de- 
t^piiU: dire, commettredes impietes. 

■■ptM,v. Dep^e. — Li Dial m'in- 
pla: le diable m*emporte , me mette 
en piece?. 

■■pn«lAb, adj. Impitojable, qui est 
sans piti^, qoi ne fait point de gr^ce ; 
implacable, inflexible. — Onjuck inpU 
toidb: un juge impitoyable. — Likritik 
d*atteftr esS't-inpltoidb : la censure d*au- 
joord'hui est inexorable. 

iBpt««lAibBilB , adv. Impitoyable- 
aent, d'ur.p maniere impitoyable. satis 
aucune pi tie ; durement. — On Va dis- 
po%iinpitoidhmin: on i'a barbarement 
depouille. 

lapU, V. CJ'inplih, no-z-inplihan). 
Emplir, rendre plein ; devenir plefn. — 
/•pit on seek, on kof, inn drmd : emplir 
on sac , un coffre , une nrmoire. — 
Inplih/ shanstai la to hop/: emplissez 
ce panier tout comblp. — SHnpli Vvintt : 
•*eroplir la bedaine, manger jut?qu'^ 
atiete. 

■■pllheeli, s. Action dVmplir. — 
I'infliheg d^ hotHe ^ d^ seek m*a tnou U 
i<Arnaie Htr : j'ai ete tenu la journee 
entiere k emplir Ics louteilles et les 



iBp4, 8. Impdt , droit qui se pale sur 
certaines choses ; charge publique , 
locale, imposition, taxe , contribution. 

— Inpdfoncir : inapot foncier. — Meit 
inn i7ip6 so Vvin, so U karoch : mettre 
un imp6t sur levin, sur les voitnres 
deluxe. — Inp6 d'^gltss : obfenlion, 
impdt ecclesiastique. 

inpocib, adj. Impossible, qui ne pent 
Stre, qui ne peut se faire ; impraticable, 
inexecutable. — Ona rin dHnpocib d 
Bondiv,: rien n'est impossible a Dieu. 

— Soula esS't'dbsolumin inpocib: il y a 
impossibilite abeolue. — On n*sdr€ii fd 
Vinpocih : k Timpossible nul n'est tenu. 

— Sit par inpocib , ji rested j6nn : si , 
par impossible, je redevenais jeune. 

iBpoeibiit^, s. Impossibilite , defaut 
de possibilite, erapechement invincible, 
obstacle insurmontable. — Qna inpoci- 
blit/d^fdp'dt Vcik'na rin : il y a impos- 
sibilite de faire payer celui qui ne poa- 
sede rien. 

inp^l^lemlB, adv. Impdiment, avec 
impoiitfsse ; incivilement, rustique- 
ment. — / m'a respondou inpelHemin : 
il m'a repondu impoliment. 

inpoii, ^le, adj. Impoli, qui est sans 
politesse ; incivil, discourtois, rustiqu^, 
groseier. — Ki c'kadet la ess-tinpoli! 
Que oe jfune homme est impoli ! — 
De^z-inpoUi^ mantr : des manierea im- 
polies. 

inpoiiteMy 8. Impolitesse , manque 
de politesse ; ignorance ou mepris des 
regies de la bienseanoe ; iucivilile, dis- 
courtoisie, rusticite. — Korhgtl di s^iin- 
politess: corrigez-le de son impolitesse. 

inp«litik , adj. Impolitique^ qui est 
contraire k la bonne, k la saine poli- 
tique ; imprudent. — Vola on trai inpo- 
litik : voiU un aete impolitique. — 
Kondwiit inpolitik : conduite impoli - 
tiqnr. 

iitp«iittkHiiii,adv. Impolitiquereetit, 
d*une mani^e impolitiqtie. — Si k*dir 
inpolitikmin : agir, se conduire impoii- 
tiquement. 

iBp^mAr^adj. Imposable, q^ai dait, 
qui peut ^tre impose ; sujetaux imposi- 
tions, aux droits. — On pdXe so to 8^ 
k'esS't-inpdzdf : on paie sur tout^^ui 
est imposabW. — Z^-z-^glfss, U-z-aitt 
nison nin.inpdzdf' les eglises, JeSstji- 
metieres ne sont pas imposables. 

iBpratBBar, adj. Impreoable, qui ne 
peut ^tre pris ; tres-difficile k prendre. 

— Pd d*^He son-t-inprnflnn^f: pea de 
villes sont imprenabies. 

iBpr^UBy 8. ImpretBMii, -Mtion 



Digitized by 



Google 



— 58 — 



INP 



INR 



d^imprimer un livre, un memoire. -— 
Bel 0% laitt inpr^cion : belle ou lalde 
impression. — Zi vH^-z-inpr^cion son 
rkoirow : les anciennes impressions 
sont recherchees. 

iBpr^vM^a, •w, adj. Imprevu, qu'on 
n'a pas prevu , qui arrive quand on y 
pense le raoins; inopine, inespere. — 
Akcidin inpr/vHou: accident imprevu, 
subit. — Afoir inprheiow : mort impre- 
▼ue, soudaine. 

iBpr^v«iaiB00, 8. Imprevoyance, de- 
faut de prevoyance ; irreflexion.— Z't«- 
prhoiainss del jCness : Tim prevoyance 
de la jeunesse. 

iBprim^, V. (Tinprim ej'inprimaiej, 
Imprimer, marquer, empreindre des 
lettres sur du papier, avec des carac- 
t^re fondus ou graves et charges 
d'encre. — Fd inprimS n'ovrech : faire 
imprimer un ouvrage. — On-zinpri" 
mate corekmin amon dss-t-inprifneUr la : 
on im prime correctement chez cet im* 
primeur. — Ovrech ki n*a mdi'e situ 
inprimd', ouvrage reste inedit. 

Iiiprlm6, 8. Imprime, petite bro- 
chure, feuille volante. — On fai kori 
di-z-inprime so U-z-dUkcion : on fait 
oirculer des imprimes sur les elections. 

iBprlnic»eli, 8. Impression , action et 
maniere d'imprimer. Voy. inpr^l^n. 

Inprlmelk h Inprimeftr, 8. Im pri- 
meur, celui qui exerce Tart de Timpri- 
merie, par des ouvriers qu'il paie et 
qu'il dirige; typographe. — Iless-t-in- 
primetkr d librairt : ii est imprimeur- 
libraire. — Ovrt inprimeUr : compa- 
gnon imprimeur, ouvrier typographe. 

iBprlmr^le, s. Imprimerie, art d*im- 
primer des livres, artde Timpression ; 
etablissement ou Ton im prime des 
livres. — Zhz^ustiie d*inn inprimr^ie : 
les ustensiies d'une imprimerie. — In- 
primriie di Pdp, a Rom : chalcographie 
apostolique. — On n'd nin d*akoir so Vci 
k'a-UinvanU VinprimrHe : on ne salt 
pas bien qui est Tinventeur de Tim- 
primerie. 

iBpikml, ^le, adj. Impuni , (jui de- 
meure sans punition^ qui est derobe k 
la vengeance. — Chia UlfhU on krim ki 
dmeUr inp^ni : ii y a parfois un crime 
qui reste iropuni. — On n'lair^ nin ciss 
fdU la inpHinhie : on ne laissera pas 
cette faute impunie. 

inpikMieUn , 8. Impunite, manque 
de punition , exemption d*une peine 
meritee.— Z'tff^«tcto« ahardih Ih kalim 
Timpunite enhardit lea mechants. 

iBpteimiB, adv. Impunement, avec 



impunity, sans subir aucune punition. 

— Ni Ulan nin drdbdni moudri inp^ni- 
min : ne laissonK pas voler ni assassiner 
impunement. 

inrapiakAff, adj. Irr^conciliable « 
qu'on ne peut reconcilier. — Det^-z-ainn- 
mi inraplahdf: deux ennemis brouilles 
irreconciliablement. 

iBi^dimib , adj. Irrachetable , qu'on 
ne pent racheter. — Ona d^ rintt inrh- 
dimib:i\j& des rentes irrachetables , 
qu'on ne pent rembqurser. 

iBi^fArmAff, adj. Irreformable , qui 
ne peut Stre reforme. — Juchmin inr^^ 
fdrm^f', jugement irreformable. — Sin' 
tinss inrifOrmdf: sentence irreformable. 

inr^parAff, adj. irreparable, qui ne 
peut Stre repare, qu'on ne peut com- 
pens^T, irremediable. — Lipiett di tin 
ess't'inrdpardf: la perte du temps est 
irreparable. —7 m*a fai on toir inr^^ 
rdf: il m'a cause un tort , un dommage 
irreparable. 

inr^parAfmiB, adv. Irreparablement, 
d'une maniere irreparable. — Si mo- 
honn i tote distHss inrSpardfmin : sa 
maison est toute detruiie irreparable- 
ment. 

iBrespoBsAr, adj. Irresponsable, qui 
n'est pas rcsponsable. 

inr^vokAr , adj. Irrevocable , qui ne 
peut etre revoque ; permanent. — Ser^ 
mininrHokdf: serment irrevocable. — 
Li volts d'Diew ess-t-inrhokd/: la vo- 
lonte de Dieu est irrevocable. 

iBi^v^kAffmiB, adv. Irrevocablement, 
d'urie maniere irrevocable ; sans retour. 

— Ji tairet m'parol inrh)okdfmin : je 
tiendrai ma parole irrevocablement. 

inr^mUiiib, adj. Irresistible , a qnoi 
on ne peut resister. — Atachmin inri- 
zistib : attachement irresistible. — Foiss 
inrezisiib: force irresistible. 

iBr^mistibmin, adv. Irresistiblement, 
d'une maniere irresistible. 

inribaB^, ale, adj. Orne de rubans. 

— Chapai richmin inriband: chapeaa 
richeraent garni de rubans. — Zdk 
kdrnett son tro'Z-inribanaie : leurs cor- 
nettes sont trop chargees, trop compli- 
quees de rubans. 

iBrlknahAr, adj. Meconnaissable, 
qu'on ne peut reconnaltrequ*ave3 peine. 

— JHspdi'e si malad^ie, U ess-t-inrikno- 
hdf: sa maladie Fa rendu meconnais- 
sable. — Divin p6, Ii vHe di LtcK shrh- 
t inriknoM/: dans peu , la ville de 
Liege sera meconnaissable. 

iBrm^iAff, adj. Irremediable, h quoi 
on ne peut remedier. — Z^ mdl^ linw 



Digitized by 



Google 



— 59 — 



INS 



INS 



io% Uu di md inrm^didf: les medi- 

sants et les medisantes causent d^n 

maoi irremediables. — Komett innfdtt 
mm^did/: commettre une faute irre- 
mediable. 

iMTol^, V. (J*inrol e finrolaiej, En- 
rOIer. Yoy. Egi^t h laikrate. 

iMToleeli ^ iBrolmln, s. Enrdlement. 
Voj. K^agnUii 6 iftlkrattmlB. 

iBraleft, 8. Celui qui enrdle. Voy. 
EfsseA k laikrateft. 

iBr^hAff, adj. Insatiable, qui ne 

V^t etre rassasie; affarae a Texces. — 

Onstoumak inrpahdf: un estomac in- 

Mtiftble. — Avu njain inrfaMf: avoir 

une faim insatiable. 

iwriprociiAff y adj. Irreprocfaable, qui 
ne merite point de reproche. — On 
<^«wwi inrprocMf: un temoin irrepro- 
chtbie. — Tote si vHe a stu inrprocMf: 
toute sa Tie a ete irreprebensible. 

iBrpr«eliAffiiilii, adv. Irreprocbable- 
ment, d*une raaniere irreprochable ; 
honnetement. — Ell a todi viJi/inrpro- 
chimin : elle a toujours vecu vertueu- 
sement. 

iBrw^rlhAf , adj. Inguerissable , qui 
ne peut §tre gu^ri ; irremediable, qui 
eat san.s remede ; desespere. — Z^ md 
^inn sdlaie son-t-inrwMMf : les in- 
finnites d'an ivrogne sont incurables. 
"MaladMe inrwirihdf: maladie ingue- 
rissable. 

iBMimiiU^f, adj. Insaisissable, qui ne 
peut Stre saisi. — Voss-t-imeilb ess- 
t-yuauiM/i votre immeuble est insai- 
sissable. — Pinsion insaiziMf: pension 
iBsaiaissable. — Tan k*a mi, ji trbi^f 
^'t-id^ie la insaiziMf: quant k moi , 
je troQve cette idee insaisissable. 

iBMiuib, adj. Insensible, qui ne 
sent point, qui ne ressent point 1 im- 
pression que Tobjet doit fairo sur les 
sens; ioipassible. apatbique, indiffe- 
rent, stoTque. — Ess insansib d mi di- 
2-^: etre insensible aux affections 
d'sotrui. 

■•MUMlibUt^yS.Insensibilite. manque 
de sensibilite; apathie,> indifference, 
stoicisme. — /V vH d-VinsansihliU po 
^l^'ZHifron: inontrer de Tinsensibilite 
pour tous les affronts. 

iBMiBMiibmim y adv. Insensiblement, 
funemani^re peu sensible ; peu a peu, 
imperceptiblemcnt. — To-t-afai kreh 
^^sansibmin : tout croit insensiblement. 
-^VawHe dHnn drloch rott insansibmin : 
I'tiguille d*UQe horloge croit insensi- 
blement. 

I, s. et adj. In-seize, format 



oil la feuille est pliee en seize feuillets. 

— On-z-inprimaie acdrdrmin di Itv in- 
sass: on im prime assez rarement des 
livres in-seize. 

iBsek, s. Insecte, petit animal sans 
vertebres ; fourmis, vers, mouches, 
papillons, etc. —Isioir di-t^nsek: ento- 
mologie , partie de Tbistoire naturelle 
des animaux , qui traite des inseotes. 

— No-z-amn d viz^ so U-z-insek: nous 
avons eu une diss^'rtation entomolo- 
gique. — Ci mbcieil s*ocupet d*insek : ces 
messieurs sont entomologistes. 

iiii»^iMirAff, adj. Inseparable , qui ne 
peut etre separe , qui est constamment 
uni. — Deii fri, deUt sotr, deHk-z-ami 
ins^pardf : deux freres, deux soeurs, 
deux amis inseparables, intimement 
lies. — ZichoMr ess-t-insipardf di Jeik : 
la cbaleur est inseparable du feu. 

iDM^parAffmin, adv. Inseparablement, 
de maniere k ne pouvoir etre separe; 
inalterablement, inviolablement, indis- 
solubleraent. — Kvcan on s'marhie, ci 
dtreHt-t-ess insdpardfmin: quand on se 
marie, ce devrait etre inseparablement. 

insl, adv. Ainsi. Voy. inef. 

inslBonwan , anil , adj. Insinuant, 
qui sait iusinuer ou .s'iasinuer; enga- 
geant ; adroit par insinuation. — Cipti 
konpSr la a todi stu insinouwan : ce petit 
gailiard a toujouri^ ete insimiant. ^ 
Lingack visinouwan : langage insinuant. 

— Mantr insinouwanit : mani^res insi- 
nuantes. 

inflinoaw^, V. (nTinsinow, nO'Z'insi- 
nouwanj. Insinuer, introduire douce- 
ment et adroitement ; insliguer. — In- 
sinouwd on deH dvin n*pUXe: insinuer un 
doigt dans nne plnio — Nifd-t-inin 
insinouwd de bai sintimin a vo-z-i/an ? 
Ne faut-il pas insinuer de beaux senti- 
ments a vos enfants. 

iii0kri|iei«B , ''. Inscription, action 
d'inscrire, cbose Inscrite. — Inskripcion 
ipotdkair : inscription hypothecaire. — 
AsteUr, c'i to U kwinz an k'on movel U- 
Z'inskripcion : aiijourd'hui, le renouvel- 
lement des inscriptions a lieu tous les 
quinze ans. — LM Us inskripcion: 
radier les in8criptions,faire la radiation 
des inscriptions. 

inskrtr, V. -(Tinskrt, no^z-inskrian ; 
finskHret), Ins cr ire , ecrire le nom de 
quelqu'un sur un registre , sur une 
liste, etc. ; enregistror. — SifSinskrtr 
del miliss: se faire inscrire pour la mi- 
lice. — SHnskrtr d nonb de-z-dbdnnd: 
s'inscrire au uombre des abonnes. 

iB04etAb, adj. InsociabIe,ayecqui on 



Digitized by 



Google 



— 60 — 



INS 



INS 



ne pent avoir de societe, avee ciui Ton 
ne peut yivre ; ^cheux , Incommode , 
bourru, sauyage. — Om ou feum insd- 
cidb: homme ou femroe insociable. — 
CardkUr, oume^r insdcidb: caract^re, 
humeur insociable. 

Mmm^Uihm^j 8. Insociabilite, carac- 
t^re de celui qui est insociable ; iocom- 
patibilite. 

iMiolvAib, adj. Insolvable, qui ne 
peut payer. Voy. MAl-pATe. 

inMftmBMe, p. insomnie, privation 
de aommeil,— LHnsomniie m^a-trescMfS 
Vsonk : iMnsomnie m'a echauffe le sang. 

iMiopfli«BtAff, adj. Insurmontable , 
qui oe peut §tre surmonte. — Espaich- 
min msormontdf: empechement, obs- 
tacle insurmontttble. — Dd difigulU in- 
sonnontd/: des difflcult^s insurmon- 
tables. 

iMiownil, tM, adj. Insoumis, non 
soumis ; insubordonne.— P«i2^j7 insoumi: 
peuple insoumis. — Veie insoumiss: 
ville insoumise. 

iBsonmleioB , s. Insoumission , de- 
faut de soumission ; insubordination. 
— On Va p^mi po sHinsoumicion : on Fa 
puni pour son insoumission. 

iB«^kel«B, 8. Inspection, action 
par laquelle on regarde , on considere , 
on examine qaelque chos<) ; yisite, con- 
trdle. — II ^ chergt d-linspehcion d^ 
fizik : i\ est charge de Tinspection des 
fusils. 

iBs^kt^, y. fJ'inspektaieJ. Inspec- 
ter, examiner ayec autorite , ou avec 
une mission speciale d*une autorite 
comp^cDte. — Inspekt^ on rSgimin : 
inspfcter un regiment. — InspekU d^ 
magatin d*abilihmin: inspecter des ma- 
gasins d'habillement. 

iBspekleftr , s. Inspecteur , celui 
dont la fonction est. d*inspecter , de 
suryeiller quelque chose; examinateur, 
visiteur. — Impektettr-gin^rdl di Vdr- 
mate: inspecteur-general de I'armee. — 
InspekteUr detak, d^ skol, dikadass, 
d^ prihon: Inspecteur des taxes, des 
ecoles, du cadastre, des prisons. 

is»^rAel«B, s. Inspiration, action 
d'inspirer quelqu'un» de la conseiller, 
de lui suggerer quelque chose ; chose 
jnspiree, lumi^re du ciel, mouvemcnt 
dVn haut ; suggestion, -r- J^a^t-awou 
nHnspirdcion di Bondiu : j'ai eu une 
inspiration divino. 

iB«pir^9 V. (J'insptr, no-z inspiran; 
Tinspirret), Inspirer, faire naltre dans 
le coBur, dans Tesprit , quelque mouye- 
ment, qaelque dessein, quelque penaee ; 



suggerer, conseiller. — d?? m*h(mn anch 
ki m* a- 1' inspire : c'est mon bon ange 
qui a ete roon inspirateur. 

instaiAeion j 8. Installation , action 
par laquelie on est installs, prise de 
poeseesion ; intronisation. — InstaU^ 
cion d'on Prhidan d' Tribunal, Son Kur^: 
installation d'un President de Tribu- 
nal , d'un Cure. — Instaldcion d*inn 
Evdk: intronisation d*un Eyeque,oere- 
monie qui se fait lor^qu^il prend pos- 
session de son siege episcopal. — Ins- 
taldcion di Pap: exaltation du Pape, 
son elevation au pontiflcat. 

Install, y. (Tinstal h finttalaiej. 
Installer , mettre solennellement en 
possession d'une place , d*un emploi , 
d'une dignite. — Install on Borgui- 
maiss: installer un Bourgmestre. — 
InstaU n'Evek : introniser un Ey^qae , 
faire Tintronisation d*un BySque. Voy. 
A0tal^. 

iBstMiiiiin, ady. Instamment, avec 
instance, d'une raaniere pressante; vi- 
yement. — On v'priie instanmin di vni 
soVkd: on vous prie instamment de 
yenir sur le champ. 

instABMy s. Instance, demande, 
poursuite en justice. — Li Tribunal di 
prumtr insianss : le Tribunal de pre- 
miere instance. 

instasM, s. Instance, soUicitation 
pressante. — F^ baikd d'instanss po 
ritni n'saki : faire beaucoup d'instances 
pour retenir quelqu'un. Voy. Halrt. 

iBstiB, s. Instinct , sentiment, mou- 
yement naturel qui dirige les animaux ; 
desir machinal. — Li biess si govemet 
par instin: les animaux se gouvernent 
par instinct, agissent instinctiyement, 
par una voloote instinctive. 

instttoaw^, y. Instituer, etablir 
quelque chose de nouveau . donner on 
commencement a quelque chose. — Li 
Bondiu institouwa Vsakramin d'marieg, 
di moumin ki criia Ev d'inncois$dAdan\ 
Pieu institua le sacrementde mariage, 
du moment qu*il crea Eye d'une des 
cdtes d'Adam. 

iB«(Ua, s. Institut, societe say ante; 
^tabliasement de bienfaieance. "— In$' 
titu d Franss', Institut de France. — 
Institu di Mouwai i di-ft-AvHtl : Insti- 
tut des Sourds-mucts et des Ayeugles. 

iBMtrnkcloB , s. Instruction , educa- 
tion, enseirrnement; formalites necea- 
saires pour oonnaitre une cause crimi- 
nellc ou correctioonelle. — Li Oovemi' 
min tin baikC a Vinstrukcion del jdness : 
le Gouyernement attache la plua luuate 



Digitized by 



Google 



— 61 — 



INS 

importance k rinstruetioQ de la jeu- 
nease. - Jug d'insimkeum : juge d^ins- 
truetioD. 

■Mtrwfc— Hr , 8. Instructear, celui 
qui est ebarge d'instruire de Jeunes 
soldats , d'instruire une cause. •— Oflct 
imtrukteAr : officier instructeur.—- J%ch 
tM^mAMr; juge instructeur. 

uurtrwkMf, adj. lostractif, ce qui 
instruit, ce qui est propre & instruira. 
— On Itvinsirukiif: un livre instructif. 
-^IiMriHstrukiif: histoire iDStructiye. 

lastrvMla j s. iDStrument, outil qui 
sen 2^ rouyrier, k Tartiste; machiDe» 
nstensile. — Instnmin d'lahoure^ : ios- 
trument de laboureur, instrument ara- 
toirc. ^Zir/k, U kanpa, e'i (W-«-tiM- 
trtmin d'maUwiatik : la r^le, le com- 
pas, sont des instruments de mathe- 
matiqnes. — Iiutrumim d'fitik : ins- 
trument de physique. 

iBstrvMewat^ T. (J^ifutrwunniaie), 
Instromenter , passer ou faire des con- 
trail , dresser des procte-yerbaux, re- 
diger des actes publics. •— Zinotair ni 
tAri imtrumennU fo^ d^M kanton: les 
notaires ne peu fent instrumenter hors 
de leur canton. 

iMrtrftr , y. Instruire. Yoj. Aprlmtl. 

iBMi, s. Instt, ignorance de quelque 
ftdt, de quelque chose. -- II a fax to 
Simla a vt'iinsu: il a fait tout cela k 
mon insn, sans me rien dire, en ca- 
chette. 

iBsvl, s. Insulte, injure, outrage, 
oilbnse , mauyais traitement de fait ou 
ds parole. — AdrM d^-t-imnl a n'sakt : 
dire des insultes k quelqu*un, se repan« 
dre en inyectiyes centre quelqu'nn. — 
H a demands rdpardcion d^rintul : il a 
demande reparation de Tinsulte. 

lAMUSMSyMitt, adj. Insultant, qui 
insulte; injuneux, offensant. — On 
Mir insnUan: un air, un regard insul- 
tant. — D^'S-insuUantd mantr : des 
maniires insultantes. 

um«m^9 y. (J'insnUaieJ. Insulter, 
injurier, outrager, offenser quelqu*un , 
inyectiy«)r centre quelqu^un. — Ess in- 
SfM pnbUkmn: Itre insults publique- 
ment. — InsnlU ImdlH^r: insulter au 
malheur. 

iBMip4r«ai^, adj. Insupportable , qui 
ne pent dtre support^, souffert; into- 
lerable; extrdmement fftcheux. — Insu- 
pOrtdb lilagneA : insupportable bayard.^ 
DoU^ iMsnpifrWf: douleur insuppor- 
Uble. 

■— pirsa>it«, ady . Insupportable- 
iiient»d*imemaniire insupportable.— 



INT 



Si diskoi^ a stu insupMdbmtn Ion: son 
discours a et^insupportablementlong. 

iBs«MBaff. adj. Insoutenable, qu'on 
ne peut soutenir, defendre, justifier; 
inadmissible. — Procd, kdss insvMndJ; 
proems, cause insoutenable. 

iBiaibi^niB, 8. EnUblement. Yoy. 

iBtair, 8. et adj. Interne , qui est au 
dedans, qui appartient k Tinterieur. — 
SkoU intair : eikie interne. Voyez 
PlBfll«Mair. 

iBtMietoBy 8. Intention, mouyement 
de rime par lequel on tend k quelque 
fin ; dessein , projet , yue. — Bonn ou 
mdl intancion : bonne ou mauvaise in- 
tention. — F^ n*sakoi avou iniancion : 
faire quelque chose ayec intention, k 
dessein , tout expr^s. — J'a I'intancion 
difSon vo^ck : j'ai destine de faire un 
yoyage. -- Fd dtr d^ mess a Vimtandon 
d'on parin tnoir : faire dire des messes 
k Tintention d*un parent defunt , dans 
le dessein qu*elles lui seryent deyant 
Dieu. 

iBtMiei^Bei ale 9 adj. Intentionne, 
qui a certaine intention; dispose, de- 
sireux.— 2)^-#-<m bin ou nidi intancion^: 
des hommes bien ou mal intentionnes. 
— C'esS'Pinn gin k*i todi bin intancio- 
naie : c*est une personne toujours bien 
intentionnee. 

iBtMielen^l 9 adj. Intention nel, qui 
appartient k Tintention. — II a slu 
pardon^ so Vkestion intancion^l : il a et6 
excuse sur la question intentionnelle. 

iBtMidAB, Mitt, adj. Intendant, pre- 
pose k la direction , k la suryeillance 
des biens , des affaires d*un grand sei- 
gneur, d'un riche particulier ; adminis- 
trateur , regisseur. •— Z'Intandan di Ul 
BaronnrUe ; llntendant de telle Baro- 
nie. — rintandan mUitair delprovinss : 
rintendant militaire de la proyince. — 
Madam VIntandantt m'a bin rgu : Ma- 
dame rintendante m*a bien re(^u. 

iBtMidAAMyS. Intendance, direction, 
administration, r^gie d'affaires impor- 
tantes; maison de Tlntendant. — Z'in- 
tandanss d^bind^ Marki : I'intendabce 
des propri^tes du Marquis. 

lataHiUtf 9 adj. Intarissable , qui ne 
peut tarir ; inepuisable. — Surdon in- 
tarikdf: source intarissable. — KSlpia- 
tennl Ell ess-t-iniarikdf: quelle babil- 
larde ! Bile est intarissable. 

iBt^r^fiM, Mitt, adj. Intiressant, 
qui ioteresse, qui inspire de Tinterdt; 
attachant, attrayant. — Vidir intM- 
fan: yisage interessant, figure, phy- 

TOMB U. 8 

Digitized by VjOOQ IC 



— »2 



INT 



INT 



novel : nouTelle intereasante. — Bss 
f%'»^fUM€^ k'int^^^an: Itreplm inte- 
rest^ qu'interessant ; Stre avare. 

W m^ hwk U 9 ftAm f adj. InterBase , trop 
attach^ k sea inter^ta; parcimoDienx, 
obiche, Iadrt» avaricieax.— Chaie-pator 
kon n*a wdd d^ rin dnd, U i irrhs^int^ic^ : 
MoDdor n*a garde de hen doDoer, il est 
trop iDt^resse. — Bl %*l ni% inUrleau : 
die est desiDtereas^ , elle mootre du 
desinteressement. 

ctmiywUruret). Interesser, offrir un 
itttirdt. — On VintMea d'vift ine inir^ 
prU$: on Tinteressa dans nne enlre- 
priaa. -^ Oiti j4nn flie la m'intiress: 
celte Jeune fiUe m'lDtepease. -^ An hoi 
€09Ua 9'§'intire$i'tH? En quoi cela vous 
int^rease-t-il t 

lai^Ma, 8. iBter^ , ee qui cionvient 
It Tutilite de quelqn^un ; profit q<i*on 
retire de l*argent prSte ou dii. -^ 
In*lauk nin a s^ prdp^-int^et : il fait 
abnegation de son interdt propre. — 
Mett d^'f-aidan a Vint^rM a imM a 
d*wiHe par cin : placer de Targent k 
qutttM et d€«ii pour eent. — Jantt li 
kapMl a VinUnt: joindre le capital k 
l^hit^r^. ^ rinthrit dh-t^nUret : Tin- 
terlt dtB int^rlte, TiLterlt compear, 
Taccnmulation des intlrSts. 

iB«Mte«r,8. Interieur, qui eat au 
dadana» qui a rapport au dedans ; il eat 
oppose a ezt^rieur^ «^ li Minigs di 
Vintdriettr: le Ministre de Tinterieur. 

iBt^vtoftrHUBy adv. lotaiMureaiant, 
an dedans; intrins^uement, dans le 
for int^eur. ^Idi $onki, i intMedr- 
min ipinsi li kantrait: 11 dit cela, et 
daos le for interieur il pense le oon- 
traire. Voy. MTtntrateBBitefe 

iaae^|«kel«% s. Interjection, mot 
qui aert a exprimer lea passions, 
aomme la joie, la donleur, la colere. -*- 
Eie ! i$l waUl c*i d^-^nU^ekeion : Ah ! 
oh t oaf ! sont des iaterjeotiona. 

iBi^ragA«i*B , s. Interrogation. •— 
Pain d'inUrog^dcn : point d'interroga- 
tion , point interrogattf , point interro- 
gant(?). 

iaia«r«Bp, V. (Tint^onf, n^-adnti- 
f^enpanj. Interronapre, arrgter, empd- 
^er^ suspendre )a continuation d*une 
chose. --On Va in4ironpan d mitan di 
s'harink : on Fa interrompu au milieu 
de sa harangue. ^ Swhwfd hi ji v*Pin- 
Uronp : pardon, si je vois interromps (i). 

(I) Pmdmn^mi i* «<nw itumrcmf* ; grottier tolft- 



imterpreM , s. InterprSte , qui rend 
les mots d'une laogue par lea mots d*une 
autre langue ; traducteur , dragoman , 
drogman, trucheman ou troelmiant. 
— / n*sdri ^HinU sin-^ntmprtH : ils 
ne sauraient s'entendre sans interprdte. 

iB«er¥tBi, y. fJ'intervin, no'^-^nief- 
vinan ; j'intervairet). Intervenir , pren- 
dre part k une chose , entrer dana une 
affaire par quelque interdt que ce soit; 
interposer son autorite, sa mMiation. 
•— Zi Pdp intervina divin Vharel di deit 
Prims : le Pape intervint daae la que- 
relle dea deux Princes. 

iBtarviM^wy s. Intmrrention , action 
d*intervenir dans un acte, dana une 
aflWrre coatroTersfe ; intercession , en- 
tremise , mediation. — Soula s'ari^rH 
par Vint&rvinow di MaM^r : cela s*ar- 
rangera par rinteryention du Mayenr. 

intim, adj. Intime, se dit d*ane 
amitia^ d'un attaehemaot aincaro, d'une 
conliince reciproque. — Vos$fr4imi, 
nO'Z-titan di-^-^ntim kamirdtt: votre 
fr^ et moi, nous sommes deux intimes 
amis. 

lattaiM^, V. fJ'inUmitt h finttmi^ 
date, nO'Z-inttmidan; fintimidretj, Inti- 
nider, donner de la crainte,da< rap- 
prehension k quelqu'un; decosaiN'ler , 
troubler,desorienter, interdire.-*/ s'lai 
dhHemin intimidd: il se laiase faeila^ 
ment intimider. -- ZiprMnss di s*mai$s 
rinttmidreH : la presence de soa mattre 
rintimiderait. 

meiaiBiia) ady. Intimenent, etroil^ 
ment, fortam^t. -^ JJ de^ $o^ $an 
loiiie intimmin : les deux soeurs soot 
liees intimement, d'une affection trto- 
particnli^re. 

iBtiait^) 8. Intimity , liaison intime, 
6troite; confiance r^oiproqua. -^ El 
niket M (M d'ffin n*grante intimU: dies 
▼iTcnt toutea deux dans una grande 
intimity. 

iBtt«ai^9 y. (TinttM e fintttnlaiaj. 
Intituler , donner on titre k un Uww , & 
un onyrage quelconque d*esprit. — 
Vo$$ ekansoni ess-t-intUiM: Blaweti It- 
joifs: yotro chansonnier est intitule : 
filuettes liegeoisea. 

Mmtwkduthat J adj. Intraduisible, 
qu'on ne pent traduire. «- Baik&ii^spo 
walon son-t-intrddulkd/ifrancet : beau- 
coup da proverbes wallons sont intra- 
duisibles en fran^is. 

iBtMUe, a. Entrde , lieu« endroit par 
ouTonentre; passage, porte, ouyer- 
tare, orifice; introm iao iao , intvaduc- 
tion. -^ £i Boi afai s'iaintraie i ^Pald : 



Digitized by 



Google 



-^ 08 



I«T 



INT 



le Roj • fait son entr^ dans floo Ptlani^ 
- Intraie d'inn bott, d*<m ckapai, d*9% 
9$k': entrie &nne botte, d*tto ckappau, 
d'un Soulier. ^ Zi Bondiu a fai i'tain- 
(rak a Jhmtalem li jo^ del JhrHe Pdk: 
Notre-Scigneor a fait son entree a 
Jkosalem le jonr des Rameaui. -^ Tro 
Ulch dHntraie: trop large d'entr^e. — 
A Vmirwu di i'if>Uir: k Tentree, d^ 
J'entree, vers Tentree de Thiver. — Pdi 
li dref^ d*intraie ^ d^sMtss : payer lee 
droits d*entree et de sortie, d*inin^rta- 
tion et d'exportation. — Bel intraie, 
kilt sMtu : debater heureusemtot et 
flsir d'ane maniere desagreable. 

■■te«i«9 s. Entree, certains mets qui 
se serrent an commencement dn repas, 
a?ec le bcBof. -- Zi top eeieU Ixmn, 
mm U^t-4ntraie wi iMili rin : le potage 
etait boD , maia les entrees n# Talaient 
rteo. 

iBtraiL, 8. Entre*aets, intervalle 
entre les aotes. — A kHM'^-intrac , li 
pertair mdmn Mi d-Voi^h : pendant les 
losgs sntr^actss, le parterre est toU'^ 
joars turbulent. 

lairMi, 8. Entrant, celui qui entre 
dins un lieu. — Z^-t^inUran i U sdrtan : 
les entrants «t Jes sortantp, Ub p«r- 
flonnes qui entrent et qui sortent. 

iBtre, ▼. (Timte^ry no-t-intran ; fin- 
twrre^), Sptrer, passer dn dsbore au 
dedans; p<6netrer,«'introduire. — InM 
I Vchemh, i hoUkai, i batai : entrer dans 
la ehambre . dans le jardin , dans le 
bateau. — Intr^ i nuineek: entrer » so 
laettre sn m^age ; s'emmenager , se 
poQrroir de meubles de msnage. — 
Vote lo^Ud u'imteir nin dhi^in i 
i'wdU: TOtre couteau n*entre pas facile- 
ment dans sa gains. — Nif^ k'inM i 
iOrH: ne faire que d'entrer et sortir, oe 
iaire que toucher barres. — F^intrd: 
fiire entrer, introduire, inserer. — Ni 
riei nin intrd: ne le laissea pas entrer, 
refosea-lui la ports. 

■atri ei ia , s. Entrechat, siiut leger k 
la danse , lequel consists dans le croi- \ 
sement rapide des deux pieds k plu- 1 
sisors reprises ; gambade , cabriole , | 
bond. — Fd de-s^ieUHcka a 8Sh,a Hit : ( 
furs des entrechats k six , ^ huit. — : 
Gud pturHe k*(m cheipofddi hai'tintri- 
^ : il n*y a rien de tel qu*nn chat pour 
Ciirs da jolies gambades. 

Ui«HteiH, 8. Eotrefaite, conjonc- 
tore, eut ds ehoses. — So Vimir\fwiH, 
fMIrt dttchoi: sur oes entrefaitea, dans 
fstte entrefaite , pendant ce temps- U , 
Q se paasa autrs nhsse. 



foul'ej. Interfolier , brocher ou relier en 
inserant des feuiilets blanos. ^ IHkd* 
z^ rloXe^ dHntrifout ci Itv la : dites au 
relieur d'interfoli^ ee livre. 

IntriaMi, Mitt , e lBlrlc«eA J e^mmf 
8. Intrigant, qui se mdle de beaucoup 
d'intrigues; remnant, oabaleur. ^ Z^^ 
z-intrigan i U-t-intrigantt H wainnei to 
kosU, dimifiiv-t-4 : ies intrigants et les 
intrigantes s'lnsinuent partout, defies* 
Yous-en. 

iMtHfft^, T. (J'iaUrigaie). Intriguer^ 
fiaire une intrlgoe; cabaler, machiasr 
sourdeinent. — Pohn intrigudv todi dtim 
U't'dleicum ? Pourquoi iBtrigutz-tous 
toujours pendant les Elections ? 

iBtrik 9 8. Intrigue, pratique secrite 
pour faire r^ussir ou manquer uoe 
affaire; cabale. machination. — C*i ci 
m^basUm la hi m6nn tote rintrik : c*est 
oe drdie Qui conduit toote rintrigoe. — ^ 
IHjowi nimtrik : dejouer, fiaire echouer 
une intrigue. 

iBtri-k*iM f s. Entre-cOte , morcaau 
de Tiande coup(§ entre deux edtes de 
bcBuf. — J*a/iU on saunmre^ roeH «#s« 
m'boket d-VitUrikoiss: j'ai fkit an T6i 
succulent de mon morceau de Tentre- 
cOte. 

iBiri-kalawi ) s. Bntre-oolonne at 
Entre-colonnement , espace entre deux 
colonnes. ^ Zi wUu^ di IHutri-kokmn 
n*i nin todi rmatnm: la mesure de 
rentre-oolonne yarie. 

iBtri-kip^, y. fj^intri-kdpj. Bntre« 
couper, interrompre pu divers sndroits. 
— Cipai' la eeS'i-imtri^kSp/ di rew^ di 
tiair , etc, : ee pays est entrecoupi de 
ruisseaux, ds collines, etc. 

iBtriiani^ y. fj*intrildrdaiej. Bntre* 
larder. Voy. laM-iaMi^ 

iBtHi^Meii, s. fipissursi jonotiOD, 
entrelacement de plusieurs torons. 

iBSruaeeA, s. Epissoir , instrument 
en forme de poin^^n, pour ^piaser. 

iBtrii^t, y. fJ^imtriless^ mhZ'itttri' 
U^an; fintriUiretJ. Episser, rfonir 
deux bouts de eorde en entrelassant 
lenrs torons. 

lairiieM, 8. Entrelacs , omementa 
enlaces Tun dans Tautre. — Z^t-^-imtri- 
less a jo^ I des entrelacs k jour. 

iBiriUa^yS. Entreligne, JnteHignai 
espace entre deux lignes ; distance in- 
terlineairp. — II i d'Jindou d noMr di 
skrir divin U-s-iniriltgn : il estldifendu 
aux notaires d*eerire dans les antra* 
lignes. 

intHUfiif y y. (TiiUrHegn. np-s-^fv 



Digitized by 



Google 



— 64 — 



INT 



INT 



lignM; yintrilignret). Interligner, 86- 
parer par des inK^rlignefl. — Vwrt n*a 
nin intriliffnt ^gdlmin to koste: Touvrier 
n*a pas interlign^ partout ^galement. 

iB(riiftr,Y. (Tintril^, no-z-intrU^- 
han; finirilt^ij. Entre-luire, luire h 
demi. — On vHif li haiU intrMr dit- 
triviet d^-tdb : on yojait la lune entre- 
luire ktravers le feaiDage des arbres. 

inlrimM^ , ▼. (Tintrimel, no-z-intri- 
m^lan), Entrem^ler, ineerer , mller une 
chose avec d'autres, confondre ensem- 
ble, iD^laD^er, hxnhlghmer, -- Intriffi^l/ 
d^ tuHpd divin d^ jcdofreunn : entrem^- 
]er dps tulipes dans des (Billets. — Vi- 
i-aUf ho intrin^U dvin c^ karel la? 
Allez-vous encore vous immiscer dans 
ces querelles ? 

iBtrin^ieeh, 8. Amalgame, melange 
de personnes ou de choses qui ne soot 
pas ordinaireroent unies. — Gna n'in- 
trim^leg divin vo Itv, k'an n-s*t riknoh: 
il y a dans Yos lirres on tel amal^ame, 
qa*on a de la peine k s'y reconnattre. 

iBtriBiety 8. Bntremets, ce qu*on 
sert apr^s le rdti « avant le dessert. — 
Apri Vrosbif on-t^poirta Vinirimet : 
mprha le rosbeef on apporta Tentre- 
mets. 

iBtriai^ieft, eHM, s. Entfemettear, 
oelui qui s^entremet ; courtier d^amour ; 
arbitre , mediateur ; homine on femme 
qui se m§le d*un commerce illicite , de 
libertinage ; proxen^te. — H a stu Vin- 
trim^M divin ci marcht la: i\ a et6 
Tentremetteur dans ce marcht. 

iB(rimeu(«09 ^* (^i fnHntrimeH, 
no n't'intrim^tan), SVntremettre, s'em- 
ployer pour les int^rdts d*autrui; se 
mller, s'immiscer, s^ingerer, se raller, 
s*interpo8er. — I s*intrimett divin trop 
d'afair: il s'entremet detrop de chores. 

Intrim^U, 8. Interm^de, ballet, 
danne , choenr , etc. entre les actps 
d'une piece de the&tre. — Lh-t^ntri- 
m^tt d^ MaUte imdginair : les int^r- 
m^des dn Malade imaginaire, 

iBlrlmtM , 8. Entremise , interposi- 
tion . mediation. — Li Bondiu a sovin 
fai knoh si toltS d-z-om par rintrimtss 
d^'t-anch: Dieu a souvent d6c1ar6 ^a 
▼olont6 aux hommes par rentremif»p 
des anges. ^ I no fdt^ VintrimUs di 
I'Evekpo rHci: Tentremise de TBYlque 
nous sera n^cessaire pour rgussir. 

■■trin^MM , 8. Internonce , ministre 
charge des affaires de Rome , au d^faut 
d*an nonce, ou charge de8 affaires de 
TAutriche aupr^ du Grand-Seigneur, 
en Palbsence de rambassadeur.— /7a9^ 



st% intrimmsi a Bmcel : il aTait M 
internonce k Bruxelles. 

iBtrUi««k, 8. Entre-noBud, espaoe 
compris entre deux noeuds ou deux 
articulations d*une tige ; terme de bo- 
tanique. 

iB-«rUitt-4eft9 8. In-trente-deux, for* 
mat 0^ la feuiile est pli6e en trente- 
deux feuillf ts.— Oii-«H««n»l rtn-^TMi/^ 
dei^ po ei't'Ovrech la: on pr^fere Tin- 
trente-deux pour ces sortes d^onvrages. 

iBiri-nftr (sO 9 ^* SVntre-nuire , ae 
nuire Tun k Tautre r6dproquement. 

iBtHp4e iBlr^^9 8. Entrepdt, lien 
de d6p6t pour les marohandises , 4 In- 
sage des particuliers ou pour le compte 
du gouyernement. •— Jntripd d*Mtbal: 
entrepdt de tabae. — AU rkoiri <m 
tonai d'pikei a Vintr^: aller retirer 
un tonneau de geni^yre k Pentrepdt. 

iBtrtp4B^9 y. (Tintrip6u e fintripd^ 
taie, nO'Z'intrip6§an). Entreposer, d^ 
poser des marchandises dans un entre- 
pot. — JHntrip6tr^ mi east di soul al 
donwinn : J'entreposerai mes oaisses de 
Sucre k la donane. 

iBtHpteeli, 8. Entreposeur, cdai 
qui est commis k la garde d'un entre- 
pdt. -* Si konfit a Vintrip6tei^ di go^ 
vemimin: se confier k IVntreposenr du 
gouyernement. 

iBtriprtttameUr k ImtHiprtadell, 8. 
Entrepreneur, qui entreprend k for- 
fait quelque ouyrage considerable ; ad- 
judicataire. — Intripratnneitr di dUi- 
ginss, di baHmin , di pon: entrepreneur 
de diligences , de b&timents, da ponts. 
— Ell esS'Uintriprinde^ di matla i 
d*linso^ po U'Z'OspitA : elle est entrepre- 
neusf de matplas et de draps de lit 
pour les h6pitanx. 

iB(ripriBdMi) anil , adj. Entrepre- 
nant, hardi, qui se porte ais^ment i 
quoTqne ontrepri^e. — Ciss t-ovrt la 
^ ginti i iniriprindan : c»a ouyner est 
actif et ♦•ntrepnnant. — Si f sum i d*inn 
onmeUr iniriprindanU : sa femme est 
d*one humeur entreprenante. Yojez 
AsrIJaBtt. 

iB«ripriBn,y. (TintripriM , no-t-i/n- 

triprindan ; jHntriprindriJ. Entrepren- 
dre , prendre la resolution de faire 
qn*>)qne chose; comroencer, 8*engager 
a faire, se charger de faire une chose 
sous eertaines conditions. -^-Intriprintt 
on vofeck : entreprendre un yoyage. — 
VdrckiUk a intripH Vhatimin po ottan : 
Tarehitecte aentrepris le b&timent pour 
telle somme. 
iBiriprtMiy 8. Bntreprise, ee qa*on a 



Digitized by 



Google 



— 65 — 



INT 



INT 



entreprig de fkire; dessein, projet for- 
me; essai, tentative. — HardHe intri- 
frtu: entreprise bardie, t^iDerair<>. •— 
FiVimtTipriss d'on no^ pen : faire Ten- 
treprise d*aD pont Deuf. 
latrl-rSie, 8. Interligne. Voy. latri- 



tairiHMii 8. Entre-sol, log^meDt res- 
treint entre Je rez-de-ehaussto et )e 
premier ^tage; mezzaDine. — Kifai 
Hit divin ciss-t^intri-iol la! Que cat 
enftre-aolegt obscur! 

laMt^f (•'),▼. CJi m'intritHe, no 
n't'MrUHanJ, S'cDtretailler , se dit du 
eh«valqoi se hearte les jambea Tune 
eoQtre ]*antre en marcbant; a'entre- 
eooper. 

latritMoy 8. Bntretaille, Uille I^gere 
qa'on g]i88e entre des tallies plus 
fortes, terme de gravnre. 

■Btrit^teftr, 8. Entretaillore, bles- 
lore d*an cbeyal qni s*entretailie. 

iBtriteAl, 8. Entre-toile, r^seau on 
deatelle entre deux bandes de toile, 
pear serrir d'omement. 

iBtHto^M) 8. Entretoise, pidoe de 
^ on de fer entre d'autres , pour les 
(ooteair. pour les lier ensemble. 

latHitBSBM, 8. Entretien, cequ*on 
doone k quelqu*un pour vivre et pour 
Aliabiller; subsistance, approvision- 
nemftot, entretdnement. ^Ilt host tan 
fo s'iatMtrittnanis : il lui coiite tant 
pour son entretien. 

iBtritiMMUM, 8. Entretien, action 
<reDtretenir , conserration « maintien, 
8WD. — Z'intriUnanss di c*batimin la 
^ baiid : Tentretien de ce b&tiroent 
coftte beaucoap. — Frai d^MriUnams : 
frftis d^entretien, impenses. 

iBirlMaUi, 8. Entretien , ce qui est 
D^eessaire k la nourriture, Iliabille- 
ment et autres besoins de la vie. — 
I'intfitiain d'inn drmaie, dHnn gdmi- 
XMi, d'on manech: Tentretien d'une ar- 
loee, d*nne garnison , d'un menage. — 
Fan po rMritiain d'on priesi : presti- 
mooie, fonds affectes k I'entretien d'un 
^tel^iastique , sans qu*il en resulte un 
titre de b^n^flce. 

iBiHiiate, s. Entretien, dialogue, 
conversation, colloque. — Divin nHntri- 
lim k-fa-t-awou avou ht , ji It a di 
•'/otfoa d^pinsaie : dans un entretien 
quefti eu avec lui, je lui ai dit ma 
n(OD de penser. 

latritiBy ady. Dans Tentretemps, 
Pmdant ce temps , dans Tintenralle , 
•or ces entrefaites. — Dimandko n'gott 
M, intHHn ^ass kntin vairet : restez 



encore un moment ici , dans Tentre* 
temps Yotre cousin yiendra (i). 

intrittBcA, s. Celui qui entretient 
une femme bors manage; ooncubi- 
naire. — Z^'s4ntrittnet^, c'i di hapon hi 
$*riwin^, hi rwini M, manech po d^ salo- 
pr^ie di feum : les ooncubinaire9 sont 
des yauriens qui se ruinent , qui rui- 
nent leur menage pour des deyergon- 
dees, pour des femmes sans yergogne. 

latrlttei 9 y. (J^intritin, no-t^ntritt- 
nan; j'intritairetj. Entretenir, conser- 
yer , maintenir , tenir en bon ^tat. — 
Jntrittni s*mohonn: entretenir sa mai- 
son. — Jntrittni ii-s-^fan i s*kol: en- 
tretenir ses enfants k Tecoie, aux 
Etudes. — Li pti prhin intrittnet rami" 
tid : les petits presents entretiennent 
l*amitie. '—Jntrittni n/inm; entretenir 
une femme bors mariage , pajer la di- 
pense d*une femme ayec laquelle on est 
en commerce , en 6tat de concubinage. 
— Li vintt intrittni Vhomerss: lea 
yentes abreuyent le commerce. — Jn- 
trittni de-Z'ipion : soudojer des espions. 

iBtriUBi, y. Entretenir, parler'i 
quelqu*un. — / m'a intrUtnou /ami' 
liairmin inn eiir dlon: il m*a entretenu 
fainili^rement une heure durant. — 
Js'intrittni M tre^ d'hagadel: ils 8*en- 
tretinrent, ils dialoguerent, ils conyer- 
s^rent ensemble de fariboles. 

inirittB^w, s. Entretenue, femme 
que son gal ant fait subsister; courti- 
sane, concubine. — Jnn fenm intrittnow 
i d'tonoraie po tott si vHe : une femme 
entretenue est dfobonorie pour tou- 
jours. — JvAmidi vHs'fHs md mariHe 
hi bin intrittnow : mieux yaut yoir sa 
fiUe mal mariee que bien entretenue. 

iBiriy^T, y. (Tintrive^ , nO'P-tntri- 
vHan; fintriveHret). Entreyoir, yoir 
imparfaitement ou en passant ; aperce- 
voir; deviner les desseins ou les inten- 
tions de quelqu'un. — J'a intrivHou 
sou h'vO't-avt't'hHe dif/y. j'ai entreyu 
yos projets. — No n't-avan sMmin t«- 
trivifou : nous nous sommes settlement 
entreyus. 

iBtriynkB, mmityB. et adj. Interye- 
nant , qui ii^tervient. — J*a stu intriv- 
nan divin e*proci la : j'ai Ite interye- 
nant dans ce proofs. 

iBtriymi, y. (J'intrivin , no^i^intriv^ 
nan; j'intrivairetj. InterveniT, prendre 
part k une cbose, entrer dans une 
affaire pour un intSrlt quelconque; 
s*entremettre, 8*interposer. — Jnirivni 

(1) i;ti(r«f«iii)M Mi •ubsUntif, il B*Mt ]•»«{• adTArlM, 
quoiqae |Vipr«$sion dam l'0ntrtttmp$ mII •«lvcri>ial«. 



Digitized by 



Google 



— « — 



INT 



INU 



d*vii$ on marchid'hoi'e, divin on proc}, 
ine karel: iDtenrenir dansun marche de 
houille, dans un proces. une querela. 

iBtrlvn^w, 8. Intenrention . action 
par laquelle on interrieot dans un 
acte , dans une affaire controveraea ; 
entremlse, mediation. -^ Si intrivnow 
a fyi tair U m^koniin : aon interven- 
tion a fait taire lea mecontenta. 

iBtrlv^l^i ale, 8. Btourdi, effronte, 
impartHient. — li rhii akora com inn 
intrivoU po m'dir di nUiU raison : le 
Taurien accourut comme un ecervel^ 
pour m*apostropher injurieuaement. 

iBtrlveui 8. Eotrevous, iDtervalle 
d*une soliye k I'autre dans un plan- 
cher; espaoa enduit de plltre entre lea 
poteaux d'une cloison. 

iBtrivBwi a. Entrevue, visile ou 
rencontre concertee; rendez-vous, pour- 
parler, coHoque, conference. — JTmtM 
s*apacd vosi't'intrivuw? Comment a^eat 
pa88ee votre entrevue ? 

iBti^vAby adj. Introuvable, qu'on ne 
pent trouver ; extr^mement rare. — 
li snjet h'vo dttrd esi-t-introvdh : le 
aujet que vous desirez est introuvable. 
— li Chanb introv&b : la Chambra in- 
trouvable, la Chambre legislative de 
France, immediatemeni apr^ lea Cent-* 
Jours. 

iB(t , prep. Entre , au milieu , dans, 
parmi. — Aci^f intt no deH : asaeyez- 
vous entre nous deux. — Hu esi't-inU 
Lick i Nanuur : Huy est entre Liege 
et Namur. — Si trovd intt diit fe^ : 
se trouver entre deux feux. — Fdrd dS 
moinU-dei^Z'dtt: intercaler, interposer 
des mots entre deux autres. — Intt onz 
idozeUr: entre onze heures et midi. — 
louli n*saki intt de^z-oiii'e: regarder 
Quelqu^un entre deux jeux. — Intt no 
ae^ se^U^t'i di, savS, hi soula n'vass nin 
pu Ion : entre none aoit dit, de vous k 
moi , qua oela ne soit point redit k 
d'vkUtres.—Mett inn om intt kwatt rneUr ; 
mettre un homme entre quatre rou- 
rallies, Temprisonner. — Intt dei^ solo: 
entre deux soleiis , entre le lever et le 
coucher du soleil. — NUt intt deH-z-aiw : 
naffer entre deux eaux, menager la 
chSvre et le chou. 

iBlt^eH, 8. Entredeux, partie da 
milieu ; 8eparation,eepace, espaoenaent, 
partie intermediaire, intarvalle ; inters* 
tice.— Z^l nHntt'dei^: laisser un espace, 
un intervalle entre deux objets. — Fai- 
a M onfrefil Intt U (M : fait-il chaud 
ou froid? Botre deux, entre le siat et 
le zeat. *- De^ harijress $'wft iap/ po 



Vtim, on^-a mitou VinU-dH: deux 
harengeres s*6taient priaes aux cha- 
veux , on a'est interpose , on lea a ae* 
parees, on lea a d^taoheae, dapriaea, 
decharpies. 

iA(«Hiavi^r, V. (J'intt-doiiv, no -shii^- 
dovian ; fintt'doHvurrei). Entre- ouvrir, 
ouvrir k demi ; entre*bAiUer. — Vo Ut 
todi n*figneu intt-doviett : voaa laiaaez 
toujours une fenStre entre-ouverte , 
entre- bslillee. 

iBtt^i-^i^aB J adv. D'ici 12^. |Voyez 
■■(rltlB. 

iBUk«(6, V. (JTinitiaUhfimUketM). 
S*informer, faire dea recherches. — 
M^Uv di wht-^favr , H n'pi-t^nttkitd 
nin di ciss di-s^tt : mdiez-voos de vos 
affaires, sana voua enquerlr de caUes 
d*autrui. 

lB(|i44rd^ h lB(rllAHl6,T. fJ^intt- 
IdrdaieJ. Entrelarder, piquer da lard 
une viande. -- Intt-ldrdd on bok€t d*vai: 
entrelarder une pi&ce de veau. 

EntuHit^ V. fJ'intt'Hi'e , no-t-init- 
r&tan;fintt^dferitj. Blaguer, eclaireir, 
arracher ce qui est superflu dana une 
plantation. —Intt-rdtdijott, di rkenn, 
dipandh: 61aguer dea choux, das oa- 
rottea, dea panais. 

iBti-vArelil, V. fJ'inttDdrchih , no- 
z-intt-vdrchikanj. Cartayer, mettre une 
ornidre entre lea deux cbevaux et entre 
les deux roues d'une voiture. — Ci 
Chiron la intt-vdrchih adrettmin: oe 
charretier cartaye adroitemaat^ 

iBMBiatMBBiiB , adv. Inhumaine- 
ment, cruellement, barbarament, inexo- 
rablement. — On no-^a traitt tnu- 
nuttnnmin: on noua a traitia inhumai- 
nement. 

finaaiAaii^, 8. Inhumanity, ern^nte, 
barbarie , durete , rigueur excessive ; 
inhospitalite , refus de recevoir let 
etrangers. — Ess pi^ni awm tnumdnitS: 
etre puni avec inhumanity. 

laaaiiB^ ataa, adj. Inhumain, sans 
humanite, sans pitie, cruel , barbare ; 
inhospitalier. — Afaiss tnumin : maltre 
inhumain. — Mdrdss innmatnn: ma- 
rfttre inhumaine. 

InHtil, adj. Inutile, qui ne sert k 
lien , qui n'apporte aucun profit ; vain, 
sterile, inefflcace, infructueax, auperfla. 
— On meU, on sohai tniitil: un meuble, 
un souhait inutile, oiseux. — PSnn 
tnHtil : peine inutile. -^ Sou h'sss-t-tn^ 
tU i todi tro chtr: ce qui est inutile est 
toujours trop cher. 

iaHMua, s. lAtttiUta , owmae, 4^ 



Digitized by 



Google 



— 97 — 



INV 



INV 



fiMt d'otUite; sopefdulte, ineffioaeite, 
infeeondite. — J"a rihn/ohm rtMtilitif 
fmi pr/iSeum : yMi reconnu rinutiiite 
de me8 preeautioos. — rtnMUitS d*si 
plM: riiuiDite de f^s pUiQl«9. 

iaAtllmte , adv. Inatilement , fans 
«li|ite; vAioement , mal k propos, in- 
froetaeaaeiiient , sans succ^. — Brofr 
MiUmm: crier, ^ronder, bou^ronner 
inotilement. — ^t ndM, si MrmH^ 
htitiimm : ae fatiguer, ae tourmenier 
ioatilement. 

imwMUf 8. etadj. Invalide, iafirme 
qui ne saurait travail ler ni gagner sa 
vif;e8tropie, impotent, valetudinaire. 
-Na$s vi iorjan ess-t-uUr^ d-z-Invalitt : 
DOtrevieux sergent est eotre k Thdlel 
deslnvalides.-— /^raZt^ d Jkavin : oblat, 
moine lai. 

iBvMittmUi, adv. Invalidenaent, 
d^uoe manidre invalide, nulle , sans 
force, sans eflfet. — Ktoan on mine^r 
Mss onpapt, c*esS't-%nvalittm%n : quand 
on mioear signe an papier , c^est inva- 
lidemeot. 

lavuiel^B, 8. InyentioD, actfon d*j'n- 
^titer, chose inventus ; creation ; d6- 
ntverle de certaines reliques. — Z'in- 
MKMHi a Vi^primrHe, dd b(mgol, del 
immitt : rinTantioo de rimprinaerie, 
de It boQSSolp , du baromitre. — LHn- 
^mi(md€l SinU-Xre^i Finyention de 
It SaiDte- Croix. — / n*a nin Vespri 
i^iMtoMCum : U n*a pas re9prit inventif. 
lafiuile, fi. Avanie, affront, insulte, 
<ntnf;e. — Dtr di tote $6r d*intanie a 
*'itif : dire dea invectives* invectiver 
ttmtre quelqa^un ; i*accabler dUnjures, 
d*oatrages; k trailer iojurieusement. 
laTaatair y 8. Inventaire , rdle , me- 
QMire, etat, catalogue des biens, 
Oenbles, titres, papiers d'une person ne. 
" FS VtMvantair d*on rnagatin , d'inn 
^f^teeh: inventorier un magasin, un 
fcWtage; eo dresser Tinventairf (i). — 
^Mftn*in9antair: faire le riScolement 
^vn inventaire. — Erittr $o bin^flss 
imoMtair : h^ritier benefieiaire « sous 
^cflce d*invej)taire. 

■avaateirt , v. (TinvantairUe , no- 
^^y^ Hn h ma n)^ Inventorier , dresser 
^*i|T€9iaire de eartainea cboses. — /nr- 
*>»<atf{ U meiih dHnn mohonn, lipa^ 
••• f/rocet ; inventorier les meubles 
^^t mtison, Ips pieces d'un proces. 

lavaat^, v. fJ*invantt, no-z-invan- 
^' Inventer , trouver quelque chose 
^ttoareau, d*ingenieux, par la force 



de son esprit, de son imagination ; de- 
couvrir, creer. — CV TorieHt k^a-i-in- 
vanti Vharomett : c'est Toricelli qui a 
invente le baromitre. — / n'a nin 
invant^ Vpoit^ : \\ n*a pas invente la 
poudre, c*est un homme sans esprit. 

iBvMiteft5 eftM, 8. InvsDleaF, celui 
qui a invente; auteur, ereateur; qui a 
Tesprit inventtf , imaginatif. — C'h 
Jenner A? Yinx>ante'k del vakeenn: c'eat 
Jenner qui est Tinventeur de la vaoeine. 

iBvineip, adj. Invincible, qu*on ne 
saurait vaincre ; indomptable. inexpu- 
gnable, insurmontable. — Koreekin- 
vincip: courage invincible. — Armdie 
invincip : armee invincible. 

iBvlnelpmin , adv. Invindblement, 
d*une maniere invincible , irr^istible- 
ment. — Soiila proitv invincipmin JU,..: 
cela prouve invinoibl(*nient que... 

invl^lAb, adj. Inviolable, qn*on ne 
doit jamais violer, auquel on ne doit 
jamaitu nttenter; respectable, sacre, 
inebranlable. -— On sermin de^t-ees 
invioldb: un serment doit itra invio- 
lable. — Li parol d'on brav om ess-^t^^in' 
violdb: la parole d*uii honnSte homme 
est inviolable. 

invUiAibt^, 8. Inviolability, qualite 
decequi est inviolable. —Z'wiwoWft^ 
d^ dCmicU : Tinviolabilite du domicile. 

iBvUiAbmiB , adv. Inviolablement , 
d'une matiie H inviolable; immuAble- 
ment. — On de^ tni $*parol invioldbmin : 
on doit tenir sa parole inviolablement. 

iBvliAeioB, 9. Invitation, action 
d'inviter. — - RicUr on bUet, inn hartt, 
inn lett dHnvitdcion : recevoir un billet, 
nne carte, une lettre d'invitation. 

iBvit^, V. (Tinvitt, no-t-invitanj. 
Inviter, convier, prier de se trouver, 
de se rendre quelque part, d*assister i... 
I Voy. iPrli. 

iBvimib, adj. Invisible, qa*on ne peut 
voir , qui echappe k la wm$ p^v sa na- 
ture, par sa i)etite88e, par sa position, 
ou seulement k cause de la distance ; 
imperceptible, cach^. — Zi Bondin ess- 
t-imniib : Dieu est invisible. -^ Z'^m 
ess-t-invtzHf : Time est invisible. — > 
CisS't-orimiel la ess-t-invizib, on n^ rtroiU) 
Pidi'e i s*mohonn : cet original est invi- 
sible, on ne le trouve jamais chez lui. 

iBvUiMit^y s. Invisibilite, 6tat de 
ce qui est invisible. — L'inviiiblit^ d^- 
zaneh , d^' z-arkanch : Tinvidibilite des 
anges, des archanjr-s. 

iBvlBibailB , ad 7. Invisiblement , 
d*une maniere invisible. — LiBondiu 
est't-inmi^in d'tin VHntt MHe: Dieu 



Digitized by 



Google 



— 68 — 



IPO 



m 



est invisiblement dans la sainte-hostie. 

iBv^UBtalr, adj. loYolontaire, sans 
le coDsentement de la volonte. — Mouv- 
win involontair: mouvement inyolon- 
iaire. — FM involontair: faute invo- 
lontaire. 

lBv«UBlalraite, adv. Involontaire- 
ment, oontre son gr6 . sans le vouloir. 

— Mdy, picht involontairmin : man- 
qaer« peoher inyolontairement. 

iBv«r«B9 adv. Environ, k pen pres, 
presque, quasi , approchant. — K'mh 
I vo$s seek? Intmron trinte kUo d'kronptr : 
qa'avez-vous dans votresac? Environ 
30 kilogrammes de pommes de terre. 

iBvwroB^, e. Environs , lieux d alen- 
toor, lieux Virconvoisins, voisinage. — 
Z^'Z-invuron d'Lich $on U pu hai d-l'Bu- 
r(fp: les environs de Liege sent les plus 
beaux de I'Europe. 

iAbIIl 9 adj. lonique et ionien , qui 
appartient k Tancienne lonie , qui est 
imite dee loniens. — L'6r i6nik: Tordre 
ionique. — Koroniss i^nik: comiebe 
ioniqne. 

IP 9 8. Herse, instrument de labou- 
reur pour ratisser , berser la terre. — 
BisW n'tair nvou n*tp : berser une terre, 
faire le bersage d'une terre. 

ip«ka««tea, s. Hipecacuana , petite 
raeine d*une saveur ftcre et nausea- 
bonde, qui remplace Tem^tique. — 
Poitel d'tp^kdcudnd : pastilles d*bip6* 
cacuana. ^ 

iperii«i, 8. Hyperbole, figure de 
rh^torique, qui exprime Texageration. 

— Sou h'ji v'di ^ vraie, ci n'i nol tper- 
hoi: ce que je vous die est vrai, ce n'est 
pas une hyperbole. 

iperli«ltk, adj. Hyperbolique , qui 
exagere. — Zingach iperholik : langage 
hyperbolique.— Frdss tperholik : phrase 
hyperbolique. 

iperli«UkniB9 adv. Hyperbolique- 
ment, avec exageration. — PdrUtper- 
hol^mn : parler hyperboliquement. 

ipMr^Bi) s. Hippodrome, lieu, cir- 
que dispose pour les courses des che- 
vaux et des chars. — Z*tp6drom di 
Konsiantindp : T hippodrome de Cons- 
tantinople. 

ip«k«Bdr^le, 8. Hypocondrie , ma- 
ladie des hypocondres (ou bypocon- 
driaques); misanthropic. — D^ grants 
iroHbldcion poU fivni Vtpokond/r}it: de 
grands chagrins predisposent k Thypo- 
condrie. , 

ip^kABtiy 8. Hypocondre, homme 



bizarre , melancolique, qui se croit ma- 
lade ; hypocondriaque ; misanthrope, 
atrabilaire. — Pa, ii dvin tpokontt: eh! 
mais tu deviens hypocondriaque. 

tp^kriu, 8. etadj. Hypocrite, cafard, 
faux devot, bigot, cagot, pharisien, 
tartiiffe, torticolis , cou tors. — Tinp 
outdr, rtpocriH si d'maskaie: tdt ou 
tard, rhypocrite se d6voile. — F/Vt- 
pokritt: faire Thypocrite, tartuffler. — 
Zipr^sinss d*on brav on jatnn inn Ipo- 
kritt : la presence d*un homme probe 
gSne un hypocrite. — Z'ipokritt ravisi 
U mok d pipin, i^ a ridm al bok i 
I'awion kackt: i'hypocrite est comme 
les abeilles , il a le mid k la bouche et 
Taiguillon cache. 

lp«kriB^ie , 8. Hypocrisie, bigoterie, 
bigotisme, cagoterie, cagotisme, cafar- 
derie, tar tufferie, grimace. - ZHpokri- 
z^ie, c*i Vcoifie^ del calinnrHe: Thypo- 
crisie est la couverture du vice. 

tpoiitt) 8. Hypolite, nom d'homme. 

ipAp«««ni , 8. Hippopotame. ,Voyez 
Cklva-d'Hi^r. 

f p«(^k, 8. Hypotb^ue, garantie 6ta- 
blie sur un immeuble ; gage, assurance, 
obligation. — Burd d^-t-ipoUk: bureau 
de la conservation des hypoth^ques. 
— Pnmir Ipote'k : ant6riorite d'hypo- 
th^ue. — De^zinm tpoUk : hypoth^ue 
subsidiaire. 

ipoi^kAir, adj. Hypoth6caire, qui a 
droit d'hypotheque. — Kr^ianci tpoU- 
kair : creancier hypothecaire. — Dett, 
inskripcion tpoUkair : dette, inscription 
hypothecaire. 

ip^t^kairmiB , adv. Hypothecaire- 
ment, avec hypotheque, par rapport i 
rhypotheque.'— Vohligt tpot^kairmin : 
Tobliger hypothecairement. 

ip^tek^y V. (J'ipoUkaie). Hypothe- 
quer, soumettre k Thypoth^ue, don- 
ner pour hypotheque. — IpoUkS n'vM^ 
hmn I n'waitt : hypothequer une mai- 
son et une prairie. 

ipot^BUM , 8. Hypoth6nuse , le c6t^ 
qui est oppos^ k Tangle droit dans un 
triangle rectangle. — Z'tpotinuss ^ todi 
Vpu gran di tre^ cosU d*on triank rec- 
tank: Thy pothouse est toujours le plus 
grand des trois cdt^s d'un triangle 
rectangle. 

ir, adv. Hier, jour qui precMeim- 
mediatement celui ou Ton est. — /f » 
matin: hier au matin , hier matin. — , 
Ir al nuH : hier au soir. — In*i pdrt^ 



Digitized by 



Google 



69 



IRE 

I'ff : il n'est parti <jue hier. — D*tr ^- 
nriit i d'o^fe e kwtnss: d'hier en huit 
et d'aujoiird*hui en qninze (se dit d'une 
qwque indeterminee , mais qui n'est 
passee que depuis peu). — Ird matin : 
hier matin. — Ci «'^ nin d'tr U ji Vki- 
wh : ce n'est pas d'hier que je le con- 
nais. — Qou h'este^ bin tr, pou-t-ess md 
oiU: ce qui et^it bien hier, pent etre 
mal aujourd'hui. — Ila vnou d montt 
fr: il est sans experience. 

iricion^i, adj. Irrationnel ; terme de 
geometric. 

iraiBonAb, adj. Irraisonnable , qui 
n*est pas doue de raison. — C'ess-t-^nn 
Hess iraizandb : c*est un animal irraison- 
nable. 

irMMMiAib , adj. Irrassasiable , qui 
mange comme un ogre. — Cess-t-on 
wUt xr(usatW> : c'est un ventre irras- 
GBsiable. 

htmmohy adj. Irascible, qui s^emporte 
fedlement. — 11 ^foir iroisib : il se met 
&eilement en colore. 

bttMibiit^yS. IrascibiUte, disposition 
i s'irriter. 

irMUsAb, adj. Irrealisable, qui ne 

Et se realiser. — Cess-t-inn tdaie Md- 
b : c'est une idee irrealisable. 

irc4niL(ib, adj. Non reductible. 

irMnJkiiuii^, s. Irreductibilite, qua- 
lite de ce qui est irreductible. 

MMcU, adj. Irrefiechi , qui dit ou 
feit sans reflexion. — C*^ dHim <m ir^fil- 
ddi c'est le fait d'un homme irreflechi. 

irMtexiAB, s. Irreflexion, defaut de 
reflexion. — II ass-t^vu ok moumin 
^ir^JUxion: 11 a eu un moment d'irre- 
texion. 

ir^ffnisAk, adj. Irrefragable, qu*on 
fie pent reeuser. 

ir^statAb) adj. Irrefutable, qui n'est pas 
wsceptible de refutation. — C^esi-t-inn 
^fumin ir^/utdb: c'est un argument 
irrefutable. 

ir^ciriAHt^, s» Irregularite, manque 
<fe regularite. — U ^ knohou po s^-^r^- 
f^ilMUi : il est connu pour ses irregu- 
larity. 

Ii^g«li6, adj. Irregulier, qui est con- 
traire aux rigl€«, qui manque de regu- 
tote, de symetrie. — Verb irdgulUi 
▼erbe irr^ulier. 

iri««iiaiirmtai,adY. Irregulierement, 
d*une maniere irreguliere. 

ir^koMcUiAb , adj. Irreconciliable , 
^'on ne peut reconcilier. — On n'sdreH 
^fpiaU, i son irikondMb : ils sont en- 
^fBOA aux epees et aux couteaux ; on 
fiesaurait les remettre d'accord. 



IRI 



ir^koBciiiAbiniB 9 adv. Irreconcilia- 
blement, d'une maniere irreconciliable. 

— I son^t'Mkoncilidbmin d'M : ils sont 
irreconciliablement desunis. 

ir^knsAb, adj. Irrecusable, qu'on ne 
peut reeuser. — On Umoigneg irikuzdb : 
un temoignage irrecusable. 

ir^usAbmin, adv. Irrecusablcment, 
d'une maniere irrecusable. 

ir^iijeft, eftss,adj. Irreligieux, qui n'a 
pas de religion. — Om irHijeii : homme 
irreligieux , qui manque de religion. — 
Earing irilijeltss : harangue irreli- 
gieuse,contraire k la religion. 

ir^iisi#n, s. Irreligion, manque de 
religion. 

ir^mtcib, adj. Irremissible, qui n'est 
pas pardonnable. — Ci picht-la ess^t^ 
irdmicib divan VBondiui ce peche est 
irremissible devant Dieu. 

iremlcibmin, adv. Irremissiblement, 
sans remission. — / serm ir^micibmin 
pHiniiTl^ serontpunis sans misericorde. 

tr^pi^haiieib , adj. Irreprehensible , 
qu'on ne peut bltlmer. — Conduitt irS- 
prdhancih', conduite irreprochable. 

ireapektaeA, eikmm^ adj . Irrespectueux, 
qui manque de respect. — II a dd mantr 
irespektueUss : il a des mani^res qui 
blessent le respect. 

ir^¥^riBMi9 s. Irreverence, manque 
de respect. 

■w&«oia,adj. Irresolu, qui manque de 
resolution, qui a peine k se determiner. 

— Ji 80, so fn^frih, irSzolu : ma foi , je 
ne saurais me decider. 

ir^Boiaeion, s. Irresojution , incerti- 
tude. — J*a souS ho cin meie gott a It 
pdrU, sin poleUr h Vfe sorti di s^-t^rS- 
zoludon : je me suis mis en nage k force 
de lui parler, et je n'ai pu mettre fln a 
ses hesitations. 

irfsl^ioB, s. Irrigation , arrosement 
des pres, des terres, k Taide de rigoles 
ou de saignees. 

iritAeton, s. Irritation, action de ce 
^ui irrite les organes, les nerfs, etc. ; 
etat qui resulte de cette action ; agita- 
tion, effervescence. — Z'iritdcion d^ 
Hess : Tirritation des esprits. 

iritAff^ adj.^ Irritable , qui s 'irrite ai- 
sement ; colerique. — C'ess-t-on vair 
chin, il i foir iritdf\ c'est un homme 
d'un abord desagreable , il est trfes- 
prompt k s'irriter. 

iHt«n,MiU, adj. Irritant, qui irrite. 

— Le drog iritantt : les irritants. 
iriA^, Ale, adj. Irrite , courrouce , fSL- 

che. — II esteH^ bin iritd kontt di to : il 
etait tout en colere contre vous. — H 



TOIIB II. 



Digitized 



§y Google 



70 — 



1ST 



IVI 



Bondiu rapdhia li mir iritaie : Jesufi- 
Ghrist apaisa les flots irrites. 

irM, V. (JHritt, no-z4ritan). Irriter, 
mettre en colere ; determiner dela cha- 
leur et de la tension dans un organe. 
—IriUsh d*ttr : augmenter, exciter ses 
desirs. 

irapetoB, s. IiTuption , debordement 
de la mer , d*un fleuve ; entree subite 
des ennemis dans un pays. — Divan 
VdModcion delMoUss, U-tHtiwfi-i'irup' 
don d'vin li row di Ltg : avant la deri- 
vation de laMeuse,les eaux debordaient 
dans les rues de Liege. 

iflm, 8. Isthme, langue de terre entre 
deux mers ou entre deux golfes , qui 
joint une terre k une autre , une pres- 
qu'ile au continent. — LHsm di SuwS, di 
Aorintt , di Panama : Tisthme de Suez , 
de Corinthe, de Panama. 

i-fl«pMfl , adv. Pas trop , couci-couci , 
cahin-caha, entre le zist et le zest. — Vo 
v'poirU Un,., ? I-s'pass: vous vous por- 
tez bien ? Couci-couci. 

i-fl'poa, adv. Peut-6tre, cela se pent, 
c'est possible. — Vairi-ti voss fri ? 
I-s*pou : viendra-t-il votre fr^re? Cela 
pent ^tre. 

iM , s. Isthme. Yoj. ism. 

iflCoir, s. Histoire, recit d*actions, 
d*evenements , de choses dignes de me- 
moire ; narration, narre. -— VHe istoir : 
ancienne histoire , vieille chronique. — 
Z'istoir dh tt tin : histoire ancienne. — 
Z*iitoir di no gin : histoire contempo- 
raine, histoire du temps present. — 
Trn'rakonta sHistoir : il me conta son his- 
toire. — Inn mdceie istoir : une sale his- 
toire, une histoire scandaleuse. — 
On-v'i-a/ai n*istoir la d*8u : on vous a 
fait une histoire 1^-dessus, on vous a dit 
un mensonge. — Studt Vistoir : etudier 
rhistoire. — Pro/ice^ d*istoir : profes- 
seur d*histoire. — Rakontin*pitite istoir : 
conter une historiette. — Istoir di lAch : 
histoire du pays de Liege. — / studeie 
Vistoir natural di Vom : il etudie Tan- 
thropologie. -— Z'istoir di JU-Diu : la 
mythologie. — LHstoir, e*i Vliv di Roi, 
€i rdam-di'Skol di no turto : Thistoire 
est le livre des Rois , c'est notre institu- 
trice k tons. — Lipulon chapitt di Vis- 
toir di Vom, c'i Vci d*si UestrHe : le plus 
long chapitre de Thistoire de Thomme, 
c'est celui de ses inconsequences. 

UfdriaiB, 8. Historien, qui ecrit ou 
qui a ecrit Thistoire. — nst6riain di 
Roi : Thistoriographe du Roi. 

iBidri^, V. (J*ist6riaie). Historier, 
enjoliver de divers petits omements ; 



omer, embellir. — Zett istCriaie : lettre 
grise ou historiee. 

ifltdrieu, s. Historiette, diminutif 
d'histoire , recit de quelque anecdote de 
peu d'importance. 

iflCorik, adj. Historique, qui a rap- 
port, qui appartient h Thistoire. — D^ 
cionairistorik : dictionnaire historique. 

— Etute istorik : etude historique. 
ifltortkmin , adv. Historiquement , 

d'un style historique, en historien, sans 
aucun ornement etranger (il est oppose 
h oratoirement). — Kont/ n'sakoi isUh 
rikmin : narrer quelque chose histori- 
quement. 

iteiik^adj. ets. Italique, caractere 
couche d'imprimerie cursive.' — Iwn A 
ttalik: un A italique. — Lett ttalik: 
lettre italique. 

item, adv. et s. Encore, c*est autant 
de fait, c'est autant de plus. — Cess-t- 
inn item : c'est un avantage, un profit. 

■▼tair , 8. Hiver, la plus froide des 
quatre saisons. — On frek, on mdct 
iviair : hiver pluvieux , humide. — Tin- 
prow, tddrou iviair: hiver h^tif, tardif. 

— A Viviair: en hiver. —Ciss-t-iviair: 
cet hiver. — Viviair pace: Thiver der- 
nier. — LHviair hi vin : Thiver prochain. 

— Simess d'iviair : semestre d'hiver. — 
Z'drmaie va printt si kdrtt d*iviair : Tar- 
mee va prendre ses quartiers d'hiver.— 
Porv^iion dHviair : provisions hiver^ 
nales. — Pac^ Viviair el viie : hivemer 
en ville. — S*akoustum/ a Viviair: s'hi- 
vemer. — LabowSli tair divan Viviair: 
hivemer les terres. -— Pe^r d*iviair : 
poires hivernales ou hiemales. 

ivUiir, s. Envers, cdte oppose k Yen- 
droit d'une etoffe, lequel ne doit pas 
etre expose k la vue. — Mett si ckmtk 
a Viviair : mettre sa chemise k Tenvers. 

— Vola n*sito/ki n'a ni idrei^ ni iviair: 
Yoilk une etoflfe qui n'a ni endroit ni 
envers. — Di vUkr a deH^-iviair : du 
velours k deux envers. — On triz akci- 
din It a mitou Vtiess a Viviair : un triste 
accident lui a mis la t^te k Tenvers. 

iTierm^, V. (JHviemaie). Hiverner, 
passer Thiver , la mauvaise saison ; 
donner avant Thiver un dernier labour 
aux terres ou aux vignes. — Plwie^ 
re'gimin iviemt d'vin nosspai: plusieurs 
regiments hivemaient ou hivern^rent 
dans notre pays. 

■▼leracch, s. Hivemage, temps des 
rellUihes desb&timents pendant Thiver ; 
labour donn6 aux terres ou aux vignes 
avant rhiver. 



Digitized by 



Google 



— 71 — 



JAD 



tr^ir, s. Ivoirc, dent d'elephant mise 
en ceuvre. — Kr%^ d*tvoir : crucifix 
d*iyoire. — Koti,tai a manch d*ivoir; 
couteau k manche d'ivoire. 

tmabei, s. Isabelle, nom de femme. 
■■abei, ad. Isabelle, couleur moyenne 
entrele blanc et le jaune. — On jvd 



JAI 



ttabel: un cheval isabelle. —Delsdi'e 
tzahel : de la soie isabelle. 

■»«k, S.Isaac, flls d*Abraham et pere 
de Jacob. 

tsip, s. Hysope, plante aromatique de 
la famille des labiees. — Z*izip h hon% 
po li bliceUr : Thysope est vulneraire. 



J9 s. Dixi^me lettre de Falpbabet, 
septieme consonne. — On gran J: un 
grand J, un J majuscule. — On p*ti 
j: un petit j, un j minuscule. — On 
nmett noupihet so Vgran J; on ne met 
pas de point sur le J majuscule. 

jAb, s. Gerbe, faisceau de ble coupe ; 
gerbee, botte. — Mh di strin, di /(kr: 
botte de paille, de foin. — Hougnett di 
ii jdb : dizeau, tas de dix gerbes. — 
Tp^sU nd dvin n*jdb di strin, to le 
fatou son vo parin : vous etes en relation 
avec un grand nombre de personnes. 

jAikiate, s. Gerbee, botte de paille oii 
il reste encore quelques grains. -^Noiiri 
dijvdavou deljdblaie: nourrir des che- 
yaox de gerbee. 

sSMi€ h ^AM6 , y. (Ji jdbel h ji 
jdblaie). Gerber ou engerber, lier en 
gerbe ; botteler. — No /d oitfe jdhU to 
nossgrin: il nous faut aujourd*hui en- 
gerber tout notre ble. 

jU^MMk h ^Abiech, s. Bottelage , 
action de gerber ou resultat de cette 
action. — - Zi jdbleoh koss ottan : le botte- 
lage cofite tant. 

jAcii, s. Jauge, juste mesure d*un 
vaisseau fait pour contenir; regie, verge 
pour determiner cette mesure. — Mi 
tonai a stu mcir^ avon VJdg di pover- 
ft^t«:montonneauaete mesure avec 
la jauge du gouvernement. 

sSkch^a. Couche, rangdebriques dans 
un mur; ruclee, assise. — Mit^ n*bonn 
jdg di brikposuttni d meUr la : mettez 
une bonne couche de briques pour sou- 
tenir ce mur. 

JaciHW, s. Hyacinthe, nom propre 
dliomme. 

smtimUjS. Jadnthe ou Hyacinthe, 
plante bulbeuse k fleur printaniere. — 
/W dobi^acinit : hyacinthes doubles. 

Jadi e jadbM, adv. Jadis, au temps 
pa8se,il y a longtemps, autrefois.— /o^i 



on pinsh dtimin h'asteUr : anciennement 
on pensait autrement qu'aujourd'hui. 

— Zi vHi gin di tin Jadi : les vieiUes 
gens du temps jadis. 

jAdMii e jAdmiii, s. Jaugeage, action 
de jauger; droit pour jauger. — Fd pat 
on d/re^po Vjdgegi il faut payer le droit 
de jaugeage. 

jAgeH, s. Jaugeur, celui qui jauge. 

— No no tairan al mizeiir dijdgei^ : nous 
nous en rapporterons k la mesure du 
jaugeur. 

jAfft, V. (Jijdch, no jdjan; ji jdjref). 
Jauger, mesurer avec la jauge. — Jdgi 
on batai : jauger \m bateau. 

jAdd, s. Fourreau, robe d'enfant, 
jaquette. — Trod Vjdgd a n*i/an : 
trousser la jaquette k un enfant ; le ta- 
per , le fouetter. 

jAsd, s. Gillei niais, nigaud, dadais. 

— Va-z-i, jdg6, ti n*/ai ICdi boubairrOe: 
vart'en, giUe, tu ne fais que des balour- 
dises. 

jaiff, s. Mine, visage, physionomie 
(en mauvaise part). — FShl6r li jaifi 
rabattre ou rabaisser le caquet, faire 
rengainer un compliment. — Kroht, 
spit Vjai/d n*sakt : souffleter quelqu'un, 
lui donner des coups, lui paumer la 
gueule. 

jalBB, s. GSne, ce qui met mal a 
raise; incommodite, contrainte. — AVI? 
jatnn hi di roti avou di strei^ soldi 
Quelle gSne que de faire route avec des 
souliers trop etroits. 

jatniian, attU,adj. G^nant, qui gene ; 
incommode, facheux, importun. — Si 
mantr di pdrli i bin jatnnantt : sa conver- 
sation est bien genante. — Ti poss i 
foir jainnan : ton poste, ton emploi est 
fort gSnant. 

jatan^, V. (Ji jatnn, no jatnnan). 
GSner, incommoder, contraindre. — 
Vola n'damzel h*i bin jatnnaie divin 

Digitized by VjOOQ IC 



— 72 — 



JAK 



JAL 



s*cdrset : voila une demoiselle qui est 
bien genee dans son corset. — On-z-^ bin 
jainnid*vincis8 karochla: on est bien 
incommodement dans cette voiture. — 
Gna rin hi jainn puss hi di n*w^sei>r dtr 
si pinsaie : 11 n'y a pas de g^ne plus 
cruelle que celle de n'oser dire ce que 
Ton pense. 

jair, s. Pica, appetit deprave qui fait 
desirer et manger de la chaux,dupl^tre, 
du charbon. — Lhfeum Icinti on sovin 
Vjair : les femmes enceintes sont sujettes 
au pica. 

jair, s. Geer, commune du canton 
de Waremme, a 6 1/2 kil. de cette der- 
niere ville. Pop. 250 hab. Sup. 286hect. 

jair, 8. Jaer, riviere qui arrose une 
partie des provinces de Liege et de 
Limbourg. 

JairA, s. Cupide. Voy. Jalrieft. 

jairi, V. {Ji jairHe, nojairian; ji 
jairieret). Appeter, avoir des envies; 
convoiter, desirer avidement; avoir le 
pica, la malacie. — Mifeum hi jairHe so 
fe chdpatnn : ma femme appete des 
grives. — Cess-t-inn om hi jairHe so to 
souk'U-z-dtt on: c'est unhomme cupide, 
qui est d'une cupidite insatiable. 

jalrierh, s. Desir immodere, en vie 
desordonnee, appetit deregle; appetence, 
malacie, pica. — Cess-M jairiech k'on 
ricnoh sovin U feum icintt : c'est aux 
appetences desordonnees que Ton re- 
connait souvent les femmes enceintes. 

JalrieU, edM ou reM, s. et adj. De- 
sireux, convoiteux, cupide. —(TesS't-on 
jairieU di to sou kH7tn 6tt « : il est avide 
du bien d'autrui. 

jairiii-kau««oa , int. Exclamation, 
jarnigue, jarnicoton. 

jai¥6 , V. Ceder , se rendre. Voy. 
CSal¥«. 

Jak, 8. Ja5[ue, ancien habiUement 
court et serre. — Mi granmh ICa oH^ 
mHou s*hai jak : ma grand'm^re a au- 
jourd*hui mis sa belle jaque. 

jAIl, s. Jacques, nom d'homme. — 
L^-z-Hringir vinet voltt vH noss hel igltss 
di SinrJdk : les etrangers viennent avec 
])laisir visiter notre belle eglise de Saint- 
Jac(]^ue8. — Zi v6Xe di Sin-Jdh : voie 
lactee, voie de lait, chemin de Saint- 
Jacques. 

Jakett , s. Jaquette , habillement 
court de paysan ou d'enfant ; casaque 
courte. — Di^df voss nou aH, si mHS 
toss jakett : 5tez votre habit neuf et 
endossez votre jaquette. 

JAkllii h jAkleiiB, s. Nigaud, sot, 
insense, etourdi (rarement masculin). 



— Va-z-^y jdMenn, com ti h^bote to : var 
t-en, etourdie, comme tu bousilles tout 
ce que tu touches. 

jAknAr , 8. Jaquemart , figure 
d'homme en metal ou en bois , qui 
frappe les heures. — 13 cloktd'Ztg non 
nin di jdkmdr : les clochers de Liege ne 
sont point pourvus de jaquemart. 

jAkob, s. Jacob, nom d*homme. — 
Zi vt Jdkob, c*este^ Vfi da Izdk : le vieux 
Jacob etait fils jd'Isaac. 

jAkoMn, s. Jacobin, membre d*une 
societe populaire fameuse, etablie dans 
Tancien convent des Jacobins, h. Paris. 

— OnaveH dh ci k'bret ttvd, i di-trdtt 
hovlett po 13 jdkobin : les uns criaient 
vivent et les autres k bas les Jacobins. 

jakoiiA, s. Jaconas, espece de mous- 
seline. — P3co d*jakond : coupon de 
jaconas. 

Jala, s. Contre-poids au (Able d'une 
bure. 

jaiaie , s. Gelee , grand froid qui 
glace les liquides. — Inn hel kietante 
jalaie : une belle gelee claire, un beau 
jour d'hiver. — Blank jalaie, poiow ja- 
laie : gelee blanche , formee de la rosee 
ou du brouillard congele. — Zife^ hap 
a jalaie : le feu est expansif , il est aco- 
quinant. — Blank jalaie, plaif paraie; 
poi'ow jalaie 3 d*p6 d'duraie : la gel6e 
blanche dure peu, elle est suivie d'hu- 
midite. 

Jalaie, s. Gelee, sue ou jus coa^e ; 
gelatine. — Jalaie di gruzal : gelee de 
groseille. — Jalaie di mi : gelee de 
veau. -— Jalaie d'ohai : gelatine d'os, 
substance gelatineuse. 

Jalap, s. Jalap. Voy. BelHll-Batl. 

jai^, V. {Ijal,ijairet). G«ler, glacer, 
endurcir par le froid, penetrer par un 
froid excessif . — Zi nutt divan Vciss k*3 
paraie, ijaladpirfin : Tavant-demiere 
nuit, il gela k pierre fendre. — Pu jal , 
pu strin : plus il gele, plus il etreint ; 
plus il arrive de maux, plus 11 est diffi- 
cile de les supporter. — Riplakt avou d3 
reckon on crame^ spit, hprii VBondiu ki 
jal : recoller avec de la sallve une ter- 
rine cassee, et prier Dieu qu'il g^le (se 
dlt de ce qui ne pent Stre recoil^. 

jaikai, 8. Jalhay, commune au can- 
ton de Limbourg, k 10 kil. de Vervlers. 
Pop. 2300 hab. Sup. 5307 hect. — 
Zejalkaitoi s*on distinguS divin livefi 
gair : les jalhaltois se sont distingues 
dans les anciennes guerres. — FleUr di 
jalkai : chrysanthSme , marguerite 
dor6e. 

jaio, ott, adj. Jaloux , qui a de la 

Digitized by VjOOQ IC 



— 13 — 



JAM 



JAN 



jalousie; envieax, ombragenx; rival; 
emnlateur. — II ^ jaio sor rniiH est 
jaloux de moi. — NoVett i fameHsmin 
jalott a s*i(>m : No^e est funeasement 
jaloose de son man. 

jai«firewui, 8. CEillet, fleur cargo- 
piulleeyodoriferante, qui fleurit aumois 
de juillet.— 0«;W d^jeUqfrewm : oeilleton. 
—ParkoxipdrcJUtdijalofrewm : planche 
d'oeillets. — Bog jalqfr&wm : oeiUet 
d*Bspagne. — Pitite jalo/reunn : mi- 
gnanlise. — Jal(ifrewm aprusin : oeiUet 
poke. — Zipu hdli jahfrewnn vinet del 
Fkmit : les plus beaux oeiUets yieiment 
de Flandre. 

SmMmtrma^y s. Plante d*(Billet. — On 
ha§ dijalofrwit : baquet d'oeiUets. 

Jal«OTBtai h jatoUniB , adv. En ja- 
loux , par jalousie ; par envie. — Si 
tmrlMpmaie si/eum, c'i jalotimin : a'il 
turlupine sa femme, c*est le demon de 
la jalousie qui le tourmente. 

jaiM^, T. (Ji jalotaie , no jdlosan). 
Jalooser , avoir de la jalousie centre 
<|aelqu*un ; Stre jaloux , envieux ; riva- 
hser- — &e$9'i'0n p^ maneeh, H/eum 
jdozaie : c*est un pauvre manage, la 
iemme jalouse. — Zi-Z'iwri jaloset $(min 
Vonk so V6it : les ouvriers se lalousent 
sonvent entre eux.— Kt ainm hinjalou 
bin : plus on est amoureux , phis on est 
jaloux. 

aatosedi on Jalosr^ie, s. Jalousie, 
peine, chagrin qu^on a de voir posseder 
par un autre un bien ; envie , desir, 
eupidite. — Zi jalovrHe di s*ft%m li fai 
laiM d'ditpli : la. jalousie de sa femme 
hii cause beaucoup de d^plaiEdr. — /o- 
ksreie di mesti : jalousie de metier, 
rivalit^, concurrence. — LijalotrHe, c*i 
com li ffinits, el donn inn laiti koleitr a 
to : la jalousie, comme la jaunisse, fait 
tout voir sous de vilaines couleurs. 

JalosrMe, s. Jalousie , treillis de bois 
ou de fer, h, travers lequel on voit sans 
Hre vu. — Fd nett d^ jalozrHe a ei fi- 
§ne$$ la', il faut mettre des jalousies a 
ces fenlfres. — Ponde d^ jalotrHe: pein- 
dre des jalousies. 

jmmi, s. Solennite, jour solennel (1), 
fete carillonnee , grande f^ ; deux ou 
plusieurs jours de fete qui se suivent ; 
habit de fite, habit de ceremonie. — A 
Pik i d Cikwemy e'i de^ gran jama: 
Piques et Pentecfite sont deux grands 
jours solennels. — ifi r6b di violaie s6U^ 
defn'jamai ma robe de soie violette, 
e'est mon habit de f^, c'est ma plus 

(1] ProBoncti ••(•ml. 



belle robe. — Fie$n on jama : solenniser 
une grande fete; fture la solennisation, 
fSter solennellement. 

jMial^ janaie, adv. Jamais, en 
aucim temps, en aucune occasion , en 
aucun cas ; one , oncques. — Jamai d 
gran jamai: jamais, au grand jamais. 
Yoj. Mtte. 

jameiiB, s. Balsamine, plante qu'on 
cultive dans les jardins, k cause de la 
beaute de sa fleur, et dont les capsules, 
quand on en firoisse rextr6mit6,lancent 
les graines qu'elles renferment. — Dob 
jamenn: balsamine double. 

Jan, int. Allonsl Or, sus! — Jan, 
h(He! ^, partons, allons-nous-en! — 
Jan don haXe, abHe ! Aliens done , vite , 
dep^hons-nous. — Jan, jan, fe to beU 
min: Ik, 1^, faites tout doucement. -— 
Janr*-^ : allons-nous-en. — Janrtri ; 
allons-y. — • Nh jangn nin kof ^e par- 
tons-nous pas encore? AUons, haut le 
pied. 

smmh, s. Jambe, partie du corps, de- 
puis le genou jusqu'au pied; gigue. — 
Avn n'bel janb: avoir une belle jambe, 
Stre bien jambe. — D^ houlaie, di hrd- 
waie, di kHoirchHi janb: des jambes tor- 
tues, tortes, bistoumees.^ — Di jcmb ki 
M^mei : des'jambes arquees, des jambes 
croches. — Kitafd si ja/nb : gambiller, 
gigotter (ou gigoter). — Ariel del janb: 
jambier, art^re cruwd. — RoU al reside 
janb: tridner la jambe. — Ewn n'aU 
d'inn janb so V6tt: se dandiner, s'en 
aller clopin dopant. — Ji n'tinpu so mi 
janb: je suis tout courbatu: — Iliko 
bon so Vjanb: il est encore ingambe. — 
On tt sdddr ki rott aeou n*janb di boi: 
im vieux troupier qui marche avec une 
jambe debois. — Si cori li janb fo^ di 
*oil:courir k toutes jambes, k toute 
bride. —Bona janb s^ ii maiss : prendre 
ses jambes k son cou. — Meti li janb to 
s'batan: donner le croc en jambe. — F^ 
bon koHtr so mdlijanb: faire bonne mine 
kmauvais jeu. — Janb di ckminaie: 
jambage de cheminee. — Janb di Vm, 
di Vn, di Vu: jambages de I'm, de Tn, 
de Tu. — Zi ei k'tin Vjanb fai ottan ki 
Vci ki koiss : celuiqui tient la jambe fait 
autant que celui qui scie. — Soula n'li 
rindret nin Vjanb mi faitt: cela ne lui 
rendra pas la jambe mieux faite; il n*en 
retirera aucim avantage. 

janb-d'air, s. Jambage , chalne de 
pierre de taille ou de maconnerie qui 
soutient Tediflce ; assises de pierre oui 
soutiennentlemanteaud'une cheminee; 
arc-boutant. 

Digitized by VjOOQ IC 



— 7* 



JAN 



JAR 



janb-di-pir, 8. Scelite, pierre figuree 
qui represente la jambe humaine. 

jMibi, V. (Ji janbih, no janbihan), 
GambiUer , remuer frequemment les 
jambes de c6te et d'autre; gigotter, 
enjamber, pietiner. — J n*diine(tr mdie 
A^, t janbih to fair : il n'est jamais 
tranquiUe, il ne fait que gambiller. 

Janbl, ir, s. et adj. Jambier, qui 
appartient k la jambe. — GnairjaiM: 
nerf, muscle jambier. 

jMibU, ale, adj. Jambe, qui a la 
jambe bien faite.— C'ess-i-on hon rote^, 
il est janbUkom if^ : c'est un bon mar- 
cheur, il est jambe solidement.— Kwan 
el si tross, on veib k*ell h droldimin jan- 
blaie: quand elle se trousse, on voit 
qu'elle est etrangement jambee. 

JMiMech , 8. Jambage, lignes droites 
de rm, de Vn et de Fu.— Vo janblech son 
md Uit : vos jambages sont mal lies. 

jMiboB, 8. Jambon, cuisse ou epaule 
de pore sale. — Jaribon d'Matainss, di 
Bastogn: jambon de Mayence ou de 
Westphalie, jambon de Bastogne. — 
Janbon waswdd^ : jambon fume. — 
Janbon d'gHe : cuisse de noix, quartier 
de noix. 

Janbonet , s. Jambonneau , petit 
jambon. — Xilr ^ magni on janbonet: 
cuire et manger un jambonneau. 

jMidarin, 8. Gendarme, soldat de 
police; marechaussee. — Li moudreH 
rotefintt kwattjandarm : Tassassin mar- 
chait entre quatre gendarmes. 

Jandamir^ie^ 8. Gendarmerie, corps 
militaire charge dumaintien de la tran- 
quillite publique.— Zi jandarmrHe ktatr 
to costs apret on d'zairte^: la gendar- 
merie cherche partout un deserteur. 

jMieti, 8. Jeannette, nom de femme. 

Janeu, s. Bassinoire, sorte de bassin 
pour chauffer les hts.—Achten^bel janett 
d*drgin : acheter une belle bassiuoire 
d'argent. 

JanffeM, 8. Palliatif du mot suivant. 

Janffoiiu, 8. Poltron , ISche, gredin. 
— Fd't^ss jafi/outt d'abdnfufsS kamirdtt 
divin Vdangt: il faut etre lache d'aban- 
donner ses amis dans le danger. 

Janlfair, 8. Jannissaire, fantassin 
turc servant a la garde du Grand-Sei- 
gneur.— Z^yawf^atr s'on bin baton a ciss 
batai'e la : les jannissaires se sont vail- 
lamment montres a cette bataiUe. 

jMineM, s. Jean, nom d'homme (au 
village). 

JanneM-ffA-ebin, s. Homme faux, 
perfide, narquois; trigaud,lime8ourde; 
fourbe, capon. — Ila/ai on traid^jan- 



nesS'/drchin : il a tr^^aude, caponne; il 
a fait une trigauderie, un trait de syco- 
phante. 

JannatoiMi, 8. Janseniste, partisan 
du jansenisme,c'e8t-2i-direde la doctrine 
de Jans^nius sur la predestination et la 
grace. —Zi disputt de Moliniss i de Jann- 
sSniss: les.querelles de Molinistes et de 
Jansenistes. 

smnUj 8. Jante, partie ducercle d'une 
roue. — Zi chiron son-t-obligt di mett di 
jantt d*inn certainn IdrgeUr : les charre- 
tiers sont tenus k pourvoir leurs roues 
de jantes qui aient une largeur suffi- 
sante. Voy. cban. 

jaiivtr, 8. Janvier, premier mois de 
I'annee. — C'i Vprvmi d'janotr TCon so- 
haitt inn bonn dnnaie , i k*on diTpu 
d'boiltt: c'est le premier Janvier qu'on 
se souhaite la bonne annee, et qu'on dit 
le plus de mensonges. 

japon, 8. Japon, porcelaine apportee 
du Japon. —Spoulbak di Ja^on: jatte de 
Japon. 

jAr, 8. Jars, mile d'une oie. — On 
jett o^Xe inn row d*dw e on didon po Vjdr: 
on jette aujourd'hui une roue d'oies, et 
un dindon au lieu de jars. 

JAr, 8. Jargon,argot.— PoWtf*^ Vjdr: 
pour qui a le mot d'ordre. 

Jaraw (ki), int. Palliatif de Texpres- 
sion hi farech I (que j'enrage !) 

jArtfelk, etilMi OU ress, S. et adj. 
Ladre, lepreux, atteint de ladrerie. — 
On n*veil p^ di jdrdeH : on ne voit plus 
de ladres. — Powrsai jdrdei^: pourceau 
ladre.— Jr^i^ jddress : truie ladre. 

jArdin, 8. Jardin, lieu clos et decou- 
vert ou Ton cultive des fleurs, des le- 
gumes, des arbres. — Jdrdin ligumiS : 
jardin potager. — Jdrdin a/ru, jdrdin 
friktt : jardin fruitier. — Piti jdrdin: 
jardinet, petit jardin. — Jdrdin a treie ; 
jardin k daire-voie, avec grille ou treil- 
Idi^^,— Jdrdin anmwralid: jardin clos de 
murs. 

jArdia^, V. {Ji jdrdinaie). Jardiner, 
travailler au jardin, le soigner. — Jdr- 
dinSpo pacS s*tin: jardiner pour passer 
le temps ; s*occuper d*horticulture. 

JArdlnech e JArdlnnr^le , 8. Jardj- 
nage , art de cultiver un jardin ; horti- 
culture ; jardins reunis. — J*ainm baihd 
Vjdrdinech: je m'occupe beaucoup de 
Thorticulture. 

jArdtaiet, 8. Jardinet, petit jardin. — 
Ji n'a k*onp'ti jdrdinet com on vantrtn: 
je n'ai qu'un petit jardin pas plus large 
qu'un tablier. 

jArdineft, remm , s. Horticulteur , qui 

Digitized by VjOOQ IC 



— 78 — 



JAR 



JAV 



s^oecupe de la culture des jardins. — 
CcU't-on savan jdrdineii : c'est un horti- 
culteur tr^instniit. 

jArdinl, tr, 8. Jardinier , celui dont 
le metier est de travailler au jardin. — 
Jitrdint-JUHriss : jardinier-fleuriste; hor- 
ticalteur. — Jdrdint turk : bostangi, 
jardinier turc. — Sin-Fiak i Vpatron di 
jdrdM : Saint Fiacre est le patron des 
jardiniers. 

jArdiidr, s. Jardiniere, meuble avec 
bassin pour mettre des plantes. — Jdr- 
dinir d* acajou: jardiniere d'acajou. 

jArdintr, s. Jardiniere, potage com- 
pose principalement de navets et de 
carottes. — Fi magnt n*jdrdintr : servir 
one jardiniere. 

j4rdiiitr , s. Jardiniere , broderie de 
fil etroite et legire. — On-z-^ mitou di 
fdrdinir dpougnet d*vo chtnth : on agarni 
de jardinieres les poignets de vos che- 
mises. 

jArdr^ie, 8. Ladrerie , maladie qui 
couvre lapeau de pustules et d'ecailles ; 
hospice de lepreux, de ladres. — Di tin 
pace, gnavei^ n'jdrdreie i Koignon : an- 
ciennementyil y avait une ladrerie dans 
Thospice de CorniUon. 

^Ar8«B, s. Jargon, langage corrom- 
pu ; patois, dialecte. — Ipdrli-t-on jdr- 
g<m hi Vdial ni sdreii conprintt : ils parlent 
an langage inintelligible (ou argot). 

«iArs«ii^9 V. {Jijdrgonn e ji jdrgonaie). 
Jargonner, parler un langage barbare, 
oorrompu , inintelligible ; ergoter. — / 
jdrgont leH dei^ econi : ils jargonnaient 
eax deux ensem{>le. 

jarsonecli h JArsonnr^le, 8. Action 
oa maniere de jargonner. — Zijdrgoneg 
diJUou: le jargon, Target, le langage 
particulier des filoux; baragouin. 

S9at%%mc^^ e^M ou reM, s. Celui qui 
iargonne,qui parleim langage nonintel- 
ligR>le. — Ji n'conprin gott sou ki dhet; 
e*! de jdrgone^:}Q ne comprends rien 
de ce quails disent, ce sont des gens qui 
jargonnent, des baragouineurs. 

jamak, s. Jamac, nom propre. — 
Dindon c6 d' Jamac a n*$aki : porter un 
coup de Jamac i quelqu'un , lui faire 
un mauvais tour auquel il ne s'atten- 
dait pas ; le miner. 

jArftr, s. Jarretiere,ruban,courroie, 
tissu pour lier le bas sur la jambe. — 
Meit, abottne si jdrttr : attacher, nouer, 
boucler ses jarreti^res. — Disfisi jdrtir: 
denouer, dter ses jarreti^res. — Avu 
r jdrtir: Stre dupe,etre dans Tembarras. 
— Elpicti si jMtr, si galan Itfaijdtt : 



elle perd sa jarreti^re, son amantest 
infidele. 



, 8. Jasmin, arbuste sarmen- 
teux qui produit des fleurs odorife- 
rantes. — Dob jasmin : iasmin double. 
— Avou di jasmin, on fai d-Vaiw i del 
poumdtt di sinte^tr: le jasmin s'emploie 
en parfiimerie. 

sSkmpmr h JAcper, s. Gaspard, nom 
d'homme. — Jdspar este^-t-ink di treH 
roimdch: Gaspard etait un des trois 
rois mages. 

Ja«p6 e smmpUj v. (Ji jospaie h ji 
jasplaie). Jasper, bigarrer de diverses 
couleurs en imitant le jaspe. — Jasp^ li 
tring d*on i^; jasper la tranched'un hvre. 
<la«pecii e Jaspleek, s. Jaspure, action 
de jasper, resultat de cette action. — 
Li jaspeg d'inn pOrdlatnn : la jaspure 
d*une porcelaine. 

jAcpiBe, Y. {Ji jdspinaie). Causer, 
fiaire la conversation, s'entretenir fami- 
liferement. — No^-avan jdspind di trau 
a kattoass : nous avons cause de la pluie 
et du beau temps. 

jAcplaeek e JAaplmir^le, S. Causerie, 
entretien {causette ne se dit pas). — Li 
jdspineg U-z-t fai piett di Un : le caquet 
leur fait perdre du temps. 

jAcplnelk, reM, s. Causeur , parleur, 
babillard. — Li jdspineil nSgliget Mir 
z-ovrech: les causeurs negligent leur 
travail. 

smum^s, Jaspe, pierre dure et opaque, 
de la nature de Tagate. — On vdze di 
joss : un vase de jaspe. — Di joss pa^ 
nachdi jaspe panache. — Mi pti mdXe di 
jass : mon petit bijou ^terme affectueux) . 

Jalt, s. Jatte, jattee. Voy . SpoulliAk. 

JaU, s. Jade , pierre d'une couleur 
verd^tre ou olivfttre fort dure. 

javA, s. Javeau, fie formee de sable 
et de limon par un debordement d'eau. 
Voy. AlUvlon, tial. 

Javai, 8. Javelle, poignee de ble scie 
couchee sur le sillon. — Mett di grin 
i jatai : mettre du ble en javelle, jave- 
ler. — Mehnd intt li javai : glaner entre 
les javelles. 

javan^ adj. Be Java. ~ Di kafet jor 
van : cafe Java. 

javan, s. Java, cdte du bon vin de 
pays k Huy. 

javU, V. {Ji javel h ji javlaie; no 
javlan). Javeler , mettre en javelles ; 
enjavder. — Fdret javU no-z-o/tdnn : 
faudra javeler nos avoines. Y. isjavi^. 

Javieeh, 6. Action ou maniere de ja- 
veler. Voy. ^avleeh. 

Javlenn, s. JavelinO} esp^ce de dard 



Digitized by 



Google 



— w — 



JAZ 



lEN 



kmg et menu ; ancienne arme de guerre. 

— land n*javlenn : lancer une javeline. 
jftYlelk, ellM , s. Javelenr, celui qui 

javelle. — Ona de javM to-Uav^ U chan : 
ily a des javeleurs partout dans les 
champs. Voy. J^avleft. 

jAs6, y. (Ji jdss, no jdta/n). Jaser, 
causer, babiUer. — Ji It a jdi^ (Hif^ d 
matin : j^ai cause avec lui ce matin (1). 

— (Tesi't-inn hlapett hi n*fad k*jdt/: 
c'est une commere qui ne fait que laser, 
qui ne deparle pas. — Jdz^ to VUm di 
]o^ : jaboter (ou jabotter) toute la jour- 
nee. — MziS horn inn agnen : jaser 
comme une pie borgne. — Ti jdss kom 
Poitie, Jum CitHau : tu jases comme 
un fiacre , comme un coffre. — Jdz^ 
d'trau a hatwass: parler de choses et 
4'autres, parler de la phiie et du beau 
temps. — Ki jdss drt mi, jdu a m*cou: 
qui bavarde derri^re moi, bavarde k 
mon derri^re. 

«AMch, s. Manie de jaser, de gloser, 
de medire. — Kunm on^-a Vhondainst 
pdhUl, on smok di jduch : quand la cons- 
cience ne reproche rien, on se moque 
de la medisance. 

jAacA, VMS, s. Jaseur, causeur, ba- 
billard, caqueteur, bavard. — Dim^jitv 
di IHe, c*ess^tr4nn fir jdgre$$ : d^fiez- 
yous d'elle, c'estunegrandejaseuse. 

atei^le eSikmmaAny s. Jaserie , babil, 
eaquet,causerie ; medisance, detraction, 
dinamation. — Kwan fa fai mi deoir, 
ji n*a JMr d^ jdsrHe : quand fai ftdt 
mon devoir, je nargue les medisants. 

jAn^m, s. Breant et bruant, oiseau 
de Tespk^ des moineaux, dont le plu- 
mage est jaime. — Est inn jdtrenm ki 
v*taf)^ i voss gami? Est-ce un bruant 
que Tous avez en cage? 

j^, Je, pronom de la premiJre per- 
sonne du singulier. — J^ Vdi,j^ Vfai, 
ji riouk: je le dis , je le fais , je le re- 
garde. — - Ji Vhre^e^ bin: je suis dis- 
pose k le croire. Voy. *•• 

jMd, s. Jetd'eau, eau qui s'elance 
d*unefontaine jaillissante etqui s^eleve. 

— AUts veX Vhai jedd i park di Bmcel : 
allez voir la belle girande au pare de 
Bruxelles. Voy. Piiiottr. 

«^set,s.Modificatifde J4cetJoseph, 
nom d*homme. Voy. Jdmeff. 
Mk^j s. Gangulphe, nom d*homme. 

— riglize di Sin-JSgp i kangHe a mo- 
honn: Teglise de Saint-Gangulphe est 
4t venue une maison particuli^re. 

#^eMii, s. Jeanne, nom de femme. 



(I) i9lui*iem$i4, Mrall IneorrMt. 



J6k4¥A, s. Jehovidi , nom de Dteu en 
h^breu ; assemblage de caractires qui 
representent ce nom. 

j^ieit, 8. Fille timide, innocente. 

s^mmmm h J^nAU, adj. Jaun&tre, qui 
tire sur le jaune ; olivStre ; isabelle. — 
Di jindtt vMbr: du velours jaundtre. -^ 
Deljendttmoucklenn: de la mousseline 
jaunfttre. — Vo$s ekertink ess-t-on p6 
jenass: votre scherting est un peu jau- 
n&tre. 

s^mt^ v. Jaunir , rendre jaune , deve- 
nir jaune; teindre en jaune; s'etioler. 
— Kom ei tM la jiniket ! Comme ces 
toiles iaunissent ! — On 16U li-t^nndH 
i li cdUri po Ufijini : on lie les chico- 
reesetles celeris pour les faire jaunir. 

j^niiieeii, s. Etiolement, alteration 
des plantes qui s'etiolent. 

j^BiiMftr e J^neftr, s. Couleur jaune. 
"-K^ jiniket i t'viair! Are^t-i VjhiiU! 
Qu'il a le teint jaune ! Aurait-il la jau- 
nisse? 

j^miM, s. Jaunisse , maladie causae 
par une bile repandue qui jaunit la 
peau ; ict^re ou ict^ricie. — Li rm/tt di 
ptiti gin po Vjiniss, c'ess-tHnn tinek tote 
vikante k*i s'plaket al pitrenn: le remMe 
que le vulgaire emploie pour la jaunisse, 
c'est une tanche qu*il s*applique toute 
yivante ^ la poitrine. 

j«Ait«B, s. Jeanneton, nom propre 
de femme; modification de Jcmi et de 
Mh^tmm (Jeanne). 

Stmmy adj. Jaune, qui est de couleur 
d'or, de citron, de safran. — On jefm 
rUian : ruban jaune. — Jenn kamitol: 
veste jaune. — K*U i jem i f>i*eckl 
Comme il a le teint jaune , cuivrel — 
PUjernn: jaune p^e, isabelle. •— l^ 
jini/tv : la fl^vre jaune , le typhus. — 
Dokteirdjini vest : tiercelet de docteur, 
medecin sans merite, empirique. 

Jena, 8. Jeanne, nom de femme. — 
On lorn mi so^ Jenn^Mariie : on appelle 
ma soeur Jeanne-Marie. 

Jena, 8. Jaune, mati^re de couleur 
jaune.— Vi«t« d*oii : jaune d'oeuf , moyeu. 
'-Jennd*inefleiir :anthere,partiee8sen- 
tielle de Tetamine et qui renferme la 
poussiftre fecondante.— /(?»« di ponded: 
stil de grain , nom d'une couleur jaune 
employee par les peintres. — Si mdn* 
nom esi-t'On vt gruzuss k'a di jenn : son 
onde est un vieux cresus qui est cousu 
d'or, qui thesaurise. 

senm^mnh , s. Carabe ou sucdn , 
ambre jaune. — 01 di jennranb: huiie 
de succin. 

, 8. Orpiment ou orpin, 



Digitized by 



Google 



77 



JET 

combinaison d'arsenic et de soufirepour 
peindre en jaune. 

jeMi-diUiMum , 8. Jargon, espftce de 
diamant jaune. 

Jeiui-kcAff, 8, Laiton , cuivre rendu 
jaune par le melange du zinc. — D^ 
^^liijefm-keitf: boucles de laiton. 

JeBB-marsArtU e Jenn-iiiayrieU , 8. 
ChrysanthSme, plante de la famille des 
composees et dont les fleurs sont tres- 
belles. 

JeBB-moiie««, 8. Scarabee de fumier. 

Jea»«ikrt^le. 8. Galeopsis, chanvre 
bitard. 

'^■•k, 8. Ocre, terre ferrugineuse 
dont on fait une oouleur jaune. — Tair 
a jhok : terre ocreuse.— --ffrc;! d^ jhiok : 
broyer de Tocre. 

Jeiib«M, •ntt, adj. Bancroche, bancal, 
ncbitique. Voy. Menlirui^. 

Skrta^ 8. Jarret, partie posterieure 
du genou. — PliSt U jeret : plier les 
jarrets. — J' a md mi jhret : j'ai mal 
auxjaiTet8. 

^g««t, 8. Rate , viscire mou, spon- 
gieux et qui sert a la secretion de la 
toe (gosier, quelquefois). —-Ha rjer^ 
littrinfiaie: 11 a la rate gonflee. 

s^kj 6. Jable, rainure qu'on fait 
tux douves des tonneaux pour arrlter 
les pieces du fond. 

Jeraiai, s. et adj. Jumeaux, plu- 
sieurs enfants n^s d'un meme accou- 
chement ; besson. — Jermal di valet, di 
^l: freres jumeaux, soeurs jumelles. 
^ Jermal di pom: pomme jumelle. — 
SI i^a-i-acoikki d'inn jermal di ireHh 
t^/an : elle a accouche de trois enfants 
jumeaux. 

Shr4m^ 8. Jerdme, nom d'homme. 

Jesi^ h #e0t^ , v. (Ji jeslaie ou ji 
jcitaie), Mesurer par enjambee , mesu- 
reran pas. — JesU Vlongue^r e Vldr- 
9^ d'on batimin, d*inn haXHe, d*on kott- 
*«t : mesurer au pas la longueur et la 
largeur d'un b&timent, d'une cour et 
d*un closeau. 

*et, 8. Jet, pousson, bourgeon , scion 
que poussent les arbres, les vignes; 
urageon, surgeon. — JSnn jet: jeune 
tendron. -— Vola on plop k*a d*nd di fa- 
*•** jet mt-t-annaie : voil^ un peuplier 
<iui a donne des jets considerables cette 
aunee. 

'e*, 8. Jais, substance bitumineuse 

dHm vert luisant. — Boton d*jet : bou- 
ton de jais. — BrosdrHe di jet : broderie 

<iejai8. 
*^ 8. Jeton, pi^ de metal, d'os ou 

^oire, dont on se sert pour marquer 



JET 

et payer au jeu ; flche. — Kont^avou di 
jet d'ohai : compter avec des jetons d'os. 

j^iA, s. Fronde, tissu de corde pour 
lancer des pierres; espringale, espece 
de fronde ancienne. — Land di pir avou 
onjita: fronder des pierres. 

j^iaie , 8. Jetee , amas de pierres je- 
tees le long d'un mauvais chemin pour 
le rendre plus praticable. — Zi tdi'e i 
mii'eiH disp6Xe k*on-z-t a /at n*jitaie: le 
chemin est meilleur depuis qu'on y a 
fait une jetee. 

j^iAie e J^iech, s. Projection, action 
ou maniere de jeter , de lancer un pro- 
jectOe. — CesS't'On haXd^ krapd avou 
8*jitaie : c*est un garden detestable par 
sa manie de jeter. 

J^te , V. {Ji jett, no jetan ; ji jitret). 
Jeter, lancer avec la main ou avec quel- 
qu'autre chose ; ruer , fronder , lancer 
des pierres avec une fronde. — JitSn'ptr 
al tiess: jeter une pierre k la tete. — 
Jite alpu Ion : gager a qui ruera le plus 
loin. — Jets al-^alaie : precipiter. — 
Jits a Vdw : tirer I'oie. — Jite li-z-oiih 
foil po li Jlgness : jeter son bien par les 
fen^tres. Voy. Tap^. 

sht^^ V. Pousser, lever, croitre, bour- 
geonner, drageonner. — Inndb hi jett: 
un arbre qui bourgeonne , qui produit 
des bourgeons, des scions ; qui marque. 

j^tc, V. Jeter , mouler, faire couler 
du metal fondu dans un moule , afin 
d'en tirer une figure. — JitS n'crdnn di 
Ke^, di kwi di stin : jeter ou couler un 
robinet de cuivre, des cuillers d'etain. 

J^i^rtral, V. Tringler, tracer une 
ligne droite sur une piece de bois , au 
moyen de la pierre blanche ou rouge. 
--Jite-Vtrai so on bock d*db: tringler un 
tronc d*arbre. 

JiteAjS. Frondeur, celui qui lance 
des pierres, des balles avec une fronde. 
— Di tin pacd , gnaveu di jiteii, d'vin 
li'^drmaie : les anciens avaient des 
frondeurs dans leurs armees. 

j^ieA-a-rAw , s. Tireur d*oie. — A 
vieg.gna baikCd^jite'U'ar-Vdw . au village, 
il se trouve beaucoup de tireurs d'oie. 

j^teA-d^keAr, s. Fondeur en cuivre, 
celui qui fond les canons, les cloches, 
etc. — FS fi n'clichett par on jeteit- 
d'keHf: faire confectionner une poignee 
de serrure par un fondeur en cuivre. 

j^toB, 8. Pousse. — Foii^ di lai hou- 
hon, ivin de bai jiton : de vilains parents, 
il vient de beaux enfants. Voy. aet. 

sttrhiej s. Lieu oil Ton iette Toie. — 
Trovan-^no al jitriie po pite di janbon a 
Vdw : donnons-nous rendez-vous a Ten- 

TOME II. Digitizedii^CjOOQlC 



78 — 



JEU 



jtZ 



droit ou Ton tire Toie , pour tirer des 
jambons. 

j^trefl«-di-kwArje«k , s. Devineresse, 
sorciere, escroc femelle. — Ona co di 
paXzan , e mainm di gin del vHe , hi von 
dni le^z-aidoM t jHrets-di-kwdrjeit : il 
y a encore des pay sans, et meme des 
personnes de la viUe, qui vont donner 
leur argent aux devineresses. 

Jett, s. Petit carreau , pave plat de 
terre cuite. — F^inn aiss di jett: faire 
un fttre de petits paves de terre cuite. 

Jeu, 8. Boule au jeu de crosse. — 
J*art'atrap^ on K6 d'jett diu^ VoiiXe : j*ai 
attrap^ un coup de boule au-dessus de 
roeil. 

Jed, s. Jeu, amusement , recreation, 
divertissement. — Blnocin je^: jeu in- 
nocent , sans malice ; jeu d'enfant. — 
Mett I jei^ : coucher au jeu , caver, 
m^ser. — ITess ki n'a nin metou h jeH? 
Qui n'a pas mis au jeu? Le tapis briile. 
— Joto^ gro jeH : coucher gros, hasarder 
beaucoup. — Jowi pti jeHt : jouailler, 
jouer petit jeu, carotter, grimeliner, ne 
fidre que du grimelinage. — Let vhX 
s'jei^ ; decouvrir son jeu. — DihS voss 
jeHk: accusez votre jeu. — Ni barboUnin, 
cV m*je1l dhjowHnci : ne raurmurez pas, 
c'est mon jeu, ou mon jeu exige de 
jouer ainsi. — Ta tap/ to m^jeH ecdXe : 
j*ai mine mon jeu en ecartant. — Ess 
akdin/ d jeH: etre adonne au jeu , etre 
apre, ardent, attach(^ au jeu. — Ci n'i 
ninVjeH: ce n'est pas le jeu, cela n'est 
pas du jeu, ce n'est pas la bonne ma- 
ni^re de jouer. — Tdv di jeii : table de 
jeu, tapis-vert. — F/VdreH d^ jeH: se 
conformer aux regies du jeu ; agir loya- 
lement, equitablement , donner k cha- 
cun ce qui lui vient. — Mohonn di jeH : 
maison de jeu, brelan, tripot. — Kimaht 
VjeH: faire jubil6 , brouiller le jeu de 
mani^re qu*il n'y ait ni perdant ni ga- 
gnant. — It jeii> ki flair: le jeu se de- 
manche. — FS flairt VjeH : troubler la 
joie , le plaisir des autres. — Toratt li 
M va totimS a pa docket : tout k Theure 
le jeu finira mal. — Kacht s*jeil: &pr 
en cachette. — JeH d'min, jei d*vilin : 
jeu de main, jeu de vilain. — Fd kori so 
i*je^ : il faut couper son chemin, il faut 
le tenir bas, lui tenir la main haute, le 
tenir en bride, le morig^ner, neutraliser 
ses efforts; il a besoin de cave^on. — 
Zi jeH n'vd nin U chandel : le jeu ne vaut 
pas la chandelle. — Zijeit, c? rp& di 
iarel: lejeu est le p4re des querelles. 
— ZH n'sakoi avd U jei^ : laisser quel- 
que chose en Toie ou en Tue. — F^ li 



jeti, po di novai mari/: faire des rejouis- 
sances, des feux de joie, des parties de 
dause pour de jeunes maries, celebrer 
leurs epousailles. — AU d jeH di Jixwitt : 
aller a la distribution des prix des Je- 
suites. 

Jeann , s. Jeilne , abstinence de 
viande en ne faisant qu^un repas dans 
la journee. — Jev/nn di k'mdnnmn : jeiine 
de precepte. — Jeimn di d/f)dcion: ieiine 
de devotion , jeune louable. — Cess-t- 
oHXejeunn: ilest jeiine aujourd'hui. — 
Ronp si jeunn : rompre le jefine. — Zi 
jeunn di Bondiu a stu d'Karantt jo^ : le 
jedne de Notre-Seigneur a ete de qua- 
rante jours. — Zi jeunn di kwarem: le 
jeiine , Fabstinence de Careme. — II a 
binfai dijeufm hi n'esti nin di k'mdnn- 
min : il a fait bien des jednes qui n'e- 
taient pas de commandements , il a ete 
souvent sans trouver de quoi manger. 

— Ci n'e nin jeunn o^Xe , c'^ se4tlmin 
maik: il n'est pas jeiine aujourd'hui, 
c*est seulement abstinence de viande. 

— On tro Ion jeunn fai di toir al santdi 
un trop long jeiine, un jeiine trop aus- 
tere, jeilner trop austerement, nuit k la 
sante. 

Jeunniii, s. Jurement, serment qu*on 
fait en vain, sans necessite et sans obli- 
gation ; juron ; blaspheme, imprecation. 

— Ti fai di-trafreii, jeurmin: tu feis 
d^affreux , d*horribles jurements. 

j^wAti, int. SalutI Voy. iN^wAti. 

s^MUy s. Jesus, nom de Notre-Sei- 
gneur. — Jezu i Vfi da Notru-Dam: 
Jesus est le fils de la Sainte-Vierge. — 
Di papi Jizu : du papier nom de Jesus, 
du papier Jesus, papier grand format 
dont la marque portait le nom de Jesus. 

j^makri,s. Jesus-Christ , le Christ, 
leMessie, le Redempteur, le Sauveur. 

— No-z-amn stu rachtS par li sonk di 
Jizukri : nous avons ete rachetes par le 
sang de Jesus-Christ. 

j^muM-MariA J int. Jesus-Marie ! ex- 
pression de Tetonnement, de la suprise, 
de la souffrance, etc. — AT^ arigt 
tin, Jizuss-Maridl Quel epouvantable 
temps, Jesus-Marie I 

j^mwiiik, adj. Jesuitique, qui est 
propre, qui appartient aux Jesuites. — 
Mantr jizwitik : manieres jesuitiques. 

— Raizonnmin jizwitik : arguments je- 
suitiques. 

j^mwitiM^s. J^suitisme, syst^medes 
Jesuites ou de leurs adherents. — Li 
jizwitiss si rmow to kostS: le jesuitisme 
est en fermentation partout. 

Jtewiti, 8. Jesuite, membre de la 80- 



Digitized by 



Google 



— 79 



JIV 



dete ou compagnie de Jesus. — F0-2- 
a^ fat shol d JHwitt : vous avez fait 
vos etudes chez les Jesuites. — Im*a 
tromp^, Vfdjhwitt! H m'a trompe,le 
perfide! — Jiziwtt d^Anverss: bollan- 
distes. 

<iket, s. Jehay-Bodegnee, commune 
et chef-lieu du canton de ce nom , k 5 
Idl. de St-George , Fldne et Ampsin. 
Pop. 1,250 hab. Sup. 975 1/2 hect. 

« , je , pronom de la premiere per- 
Sonne au singulier. — Ji rott.ji heitf, 
ji m'ecrouh: je marche,je balai^, je 
m'engoue. — Ji m'ra : je respire , je 
suis hors de danger (1). 

Jibiei, s. Gibelotte , galimafree. — 
Onjibletd*dw : fricassee d'oie. 

Jiiuui, s. Jean, nom d*homme. — Zi 
fudrtir di sin Than : le martyr , la de- 
collation de saint Jean. — Le plaiv del 
SinrThan : les pluies du solstice d'ete. 

— Sin-J*han d*iviair : Saint-Jean-Evan- 
geliste ; le solstice d*hiver. — Divan 
VSxn-J'han, Vaiwfai s'prdl'e : il est dan- 
gereux de se baigner avant la Sain^Jean 
(prejuge populaire) (2). — Ci n'i nin 
J^han, c'i kostan : c'est fort cher. 

'IhMi-mardYe OU Jlhan-potAChe, S. 

Jocrisse, benet qui se m^le des plus bas 
wins du 'menage ; t^te-poule , tatiUon. 

— Mi 80^ ni s'vou nin marie' avou on 
fPhan-potache kom lu : ma soeur ne veut 
pas epouser un tatillon comme lui. 

Jihean , s. Jeanne , nom propre de 
fenune (dans les localites rustiques). — 
Bel'jihenn: broc, cruche. 

JFihei, 8. Jehay. Voy. #liet. 

JiMei^, s. Jemeppe. Voy. Jmep. 

JiBi^iemtB, adv. Activement, coura- 
geoaement. — Fe s*iovreg jintHemin : 
fcire son ourrage avec zele. 

JiBii^ ^le, adj. Laborieux, qui aime 
le traTail, qui est actif. — Jinti ovrt : 
oavrier actif, laborieux. — JiniHe mes- 
*«fc» : servante active. 

Jip«iM, enii, 8. Egyptien OU boh^ 
mien , sorte de vagabonds que Ton 
croyait originaires de Boheme. —Hiett 
dijipsin : troupe de bohemiens. — Zou- 
i*-*-a IHe, c'esS't-inn jipsenn : prenez 
garde a elle, c'est une bohemienne. 

fivA, 8. Tablette , rebord ou corniche 
qui entoure les cheminees. — West/ 
O'di i'kwdrjeUr so Vjivd: dtez le jeu de 
cartes sur la cheminee. 

(I) Ji M ch mge en j« lorMfae le mot fran^ais jt est 
••'»i (Tan pronom ei d'un Terbctnoimenf-int p:ir one 
»a»a«n^; d-< korie que j«Urtgar.U, it ltvoi$^jelt 

(t) ITterifts ni n« pronone«z d la Saini§-itan» 



JOI 

JlveBB, s. Poisson. Voy. CklvenB. 

timep, s. Jemeppe, commune du can- 
ton d'HoUogne-aux-Pierres , k 6 kil. de 
Liege. Pop. 2,150 hab. Sup. 442 hect. 

JdM , s. Poule ou coq d'un an ; coq 
haut en jambes. — Magni onjdbd : man- 
ger un jeune coq. — PoXe jdbdtt : poule 
de la haute esp^e. 

JdM, s. Flandrin, homme elance, 
mal biti. — Ci gran jdbd la n*a nin ho 
vintt an : ce grand efflanque n'a pas en- 
core vingt ans. 

JdbAtt, 8. Joubarbe , plante grasse, 
rosacee et toujours vert;e. — Li jv d'jd- 
bdtt aswdgih e rafrhchih : le sue de jou- 
barbe calme et rafraichit. 

J'd-bin, adv. Apparemment, il paraft 
que... , je presume que... — J*6'bin hi 
vou vintt si mohonn: j'entends dire , je 
pense qu'il veut vendre sa maison. 

Jdbrifls, s. Jocrisse, ben^t qui se 
laisse gouverner, ou qui s'occupe des 
soins les plus bas du menage ; tlte- 
poule, tatillon. — AU-^, Jdhriss , t?o- 
z-^vd songi ! allez , Jocrisse, vous avez 
r^vel 

Jdset , 8. Joseph , nom propre 
d'homme et de femme; Josephine et 
JOs^phe. 

J0I1I6, V. (Ji johel h ji johlaie). Etre- 
sillonner, soutenir, etayer avec un etre- 
sillon. — Johle' voss meUr, il Ifoii hli/np : 
etresillonnez votre mur, il surplombe. 

Johieeh, s. Action et mani^re d*e- 
tresiUonner. — ApoirU dh sHp h de 
horon po Vjohleg de fdnnmin : apportez 
des etresillons et des madriers pour 
etresillonner les fondations. 

Jdle, s. Joie , gidte , satisfaction , re- 
jouissance, jubilation, allegresse. — Z? 
j6Xe di Paradi : les joies du Paradis ; les 
felicites , la beatitude eternelle. — Li 
sett j6%e di NotrvrDam : les sept alle- 
gresses de la Sainte-Vierge. — Koiitt 
j6Xe , fdss j6%e : courte joie , fausse 
joie. — Dinddel j6%e: egVLjer, rejouir, 
procurer du plaisir. — Pocni d'jdXe : sau- 
ter de joie, s'ebaudir, Stre dans Tebau- 
dissement, ^re en extase, dans une joie 
extatique. — Tap4di Idm dijCXe : verser 
des larmes de joie. — Plor/ d'jdte: 
pleurer de joie. — Li j6Xe £on so rin 
triss Vom d'espri: la galte des sots at- 
triste les hommes d'^sprit. — Ess logt 
aVdb-houtt'j6Xe : Stredesappointe, trom- 
pe dans son attente. 

Jdieiet, s. Espice de fauvette, 01- 
seau jaseur qui contrefait le chant de 
plusieurs autres. — J'a-i-cXou onjdxe' 
let chant/ i bouhon : j'ai entendu un 

Digitized by VjOOQIC 



— 80 — 



JOL' 



JON 



oiseau contrefaisant chanter dans le 
buisson. 

JoVeik, eikmaj adj. Joyeux, gal, jovial, 
content, satisfait, ravi,dru, vif,enjou^, 
rayonnant de joie, vive-la-joie. — JoXeii, 
kpagnwr. joyeux compagnon. — Min^ 
fCjoXe^ss tHe : mener une vie joyeiise. 
-— EsUv del joi'eitss hantt ? Etes-vous de 
la bande joyeuse ? —' Kie joXe^ rCh mdi'e 
danjreit: riiomme gai n'est jamais dan- 
gereux. 

JoieHflmiM, adv. Joyeusement,jovia- 
lement, gaiment, gaiUardement. — No 
pact joXetismin Vdtmegne Vlondi: nous 
passames joyeusement le dimanche et 
le lundi. 

joieft«t^9 s. Joyeusete , jubilation, 
gaite , hilarite. — Dtr di joKeiUU po 
am'dizd U't-6tt\ conter goguettes, dire 
des joyeusetes pour amuser la compa- 
gnie. — Li jol'eHsU n'i mdi'e peur kwan 
Vconsiainse ni Vi nin: la gaite n'est jamais 
pure quand la conscience ne Test pas. 

joih, s. Gencive, chair qui est autour 
des dents. — Avu U joik infiaie : avoir 
les gencives enflees ; etre atteint d'epu- 
lide (ou d*epulie). 

Joir ^ Jdr, s, Geoi^e, nom propre 
d'homme. — V^gliss di Sin-Joir ess-t- 
ast&tir on magazin d'kld : Teglise de Saint- 
George est aujourd'hui un magasin de 
clous.— Joir ^ Market mahet voltt VhroU" 
wet : I'epoque de Saint-Marc et de Saint- 
George est ordinairement pluvieuse. 
Voy. Jdr. 

Jojo, s. Benjamin, le plus aime des 
enfants; le bien-aime, le favori, le gre- 
luchon. — Mifi Wdtt, c'i m'jojo: mon 
fils Walthere est mon enfant de predi- 
lection. 

Jok, 8. Juchoir, perche ; endroit ou 
juchent les poules ; perchoir. — L^poXe 
a U dtdon son-t-a jok : les poules et les 
dindons sont au juchoir. 

Jok^, V. {jijok hjijohaie), Jucher, se 
mettre sur une branche, sur une perche 
pour dormir. — L^ dtdon joket sovin so 
d^ keh d'db : les dindons juchent souvent 
sur les branches des arbres. — JokSso 
$^'0fi>: croupir sur ses oeufs, rester 
dans rinaction. 

Jok^, V. Tarder. — K'aftojol^, don? 
Pourquoi avez-vous tant tarde? 

Joket, s. Jockey, trte-jeune domes- 
tique; jeune postilion, valet de pied, 
trottin. — Zi Baroness a todi s' joket avou 
l^ie : la Baronne est toujours accompa- 
gnee de son sigisbee. 

Joi, 8. Gedle, demeure du gedlier. — 
AUaljol : aller h. la gedle. 



Joleck, 8. Gedlage , droit paye au 
geOlier. — Piit Vjolech : payer le gedlage. 

Jol^lemin e Jolimin , adv. Joliment, 
agreablement , gentiment , mignone- 
ment. — Soula h jolHemin ovrS : cela est 
joliment travaille. — Vossfi skrt jolHe* 
min : votre fils ecrit joliment. 

Joi^vt^, s. Jolivetes, babioles, bijoux. 

Joii, ^le, adj . Joli, agreable, gen til, 
mignon. — Joli paXzech : joli paysage. 

— Ciss pitite krapdtt la ess-t-acd jolHe: 
cette petite jeune fille est assez joUe 
(ou jpliette). — Joldie vach: vache mar- 
quetee, mouchetee, tavelee, tachetee. — 
Inn joUiefeum moHr deH/iie : une joUe 
femme meurt deux fois. — Po bin jugt 
dHnnfeum, ifd raiinit k*el ni sei^i'e pu 
joldie: il faut attendre qu'une femme 
cesse d*etre jolie pour bien juger son 
merite. 

Joilytr, s. GeSlier, concierge d*une 
prison ; garde, gardien. — Zi vdrlet d^ 
jolt : guichetier, portier de prison ; valet 
du gedlier. — DreH di jolt : gedlage, 
droit du ge61ier. 

Joii-boi 9 s. Garou , arbrisseau tou- 
jours vert, a baies rouges et corrosives ; 
bois-gentil , laureole femelle ; sainbois. 

— ZipHott dhjoli-hoi siev a fe dl moh- 
d'Espagn : Tecorce de garou sert k faire 
des vesicatoires. 

Joli«t,eu, adj. Joliet, diminutif de 
joli. — Zi ptite grigoiss ess-t-acS joliHt : 
la petite donzelle est assez joliette. 

Jdloflr^ie , s. Geologic , connaissance 
du globe terrestre, sa formation, mate- 
riaux qui le composent. — Siir on ko^r 
dijdlogeie: suivre un cours de geologic. 

Jdloffik. adj. Geologique, qui a rap- 
port k la geologic. 

Jdiok, s. Geologue, savant en geolo- 
gic. 

Jdmi, V. (Jijdmih, no jSmihan). Cou- 
ver, germer. — Jdmi so rkoilr: rester 
sur Testomac, ne pas digerer, causer un 
embarras gastrique ; faire bondir , sou- 
lever le coeur. 

Jdmihech, s. Embarras gastrique. 

Jon, int. Aliens. Voy. Jan. 

Jon, s. Jonc, plante aquatique, a tige 
droite et flexible. — Kann di jon: canne 
de jonc (ou un jonc). — Paiacon d'jon: 
natte de jonc. 

Jdnai, s. Gar^n qui a TAge de pu- 
berte ; ephebe, godelureau. — VtjSnai: 
vieux celibataire. — Zi diirainne-t-dn' 
naie d'on tt jOnai son-t-anoieUss : les der- 
nieres annees d'un vieux garden sont 
tristes. — Zi jdnai del fcss: le garcon 
de la f^te. 



Digitized by 



Google 



— 81 — 



JON 



JON 



j^Baiy 8. Essaim, volee de jennes 
monches k miel qui se separent des 
Tieilles pour aller ajUeurs. 

s6mmmm , 8. Jonas , nom d*un pro- 
ph^te. — J(huus a stu ainiU pui rvdmi 
parine balatnn: Jonas fut avale puis 
Tomi par une baleine. - 

jondMi, aaii, adj. Joignant, atte- 
nant, contigu; adherent. — Jlad'tna- 
mm li mohonn jondan del metmn : il a de- 
meure la maison joignant la mienne, ou 
la maison joignante h. la mienne ; nos 
deux maisons etaient contigues. — Lh 
jondan : les tenants et aboutissants. — 
Mett U pandan, U jondan \ mettre les 
points sur les i, executer ponctuelle- 
ment une chose, 

Jondeeh, 8. Jonction, union, liaison ; 
adhesion, adherence ; contiguite. — Li 
jondeg di dH pico d'teHtl : I'assemblage 
de deux coupons de toile. 

j«Mded, drcM, s. Apprentis k cer- 
tains metiers ouil s*agitdejoindre deux 
choses ensemble. — On $*siev di pti-z- 
aprindiss po Vjondech : on emploie de 
jeunes apprentis pour joindre deux 
pieces ensemble. 

Wendell, •w, adj. Joint, jointif , qui 
est joint. 

j«ttdreM, s. Gros rabot pour unir, 
pour recaler ; varlope. 

s^m^my s. Jeunesse, partie de la vie 
de rhomme entre Tenfance et r%e viril ; 
le printemps de la vie, la fleur de Flge ; 
les jeunes gens. — Li prumt jdness : la 
premiere jeunesse, Tadolescence, le bas 
ige. — Li JUHir del j(htess: la fleur, 
TeL'te de la jeunesse. — Li-^rde^r del 
j(hu$s : la vigueur, le feu, les feux, Tar- 
deur , les ardeurs de la jeunesse. — Z^ 
foUie di jdnesi : les egarements , les fo- 
lies de jeunesse. — Li jdness, &h Vrdhon 
VetS't-el fiv : la jeunesse est la raison 
en ctat de fievre. — Si jSnesi savei^, h si 
tiess poUfx si jeunesse savait, et si vieil- 
lesse pouvait. — Fd JCjdness si pass : il 
faut que jeunesse se passe, jeunesse est 
forte et difficile k passer. — Fd haikd 
pardon^ al jdness : il faut pardonner bien 
dea choses k la jeunesse. — Li jdness 
rivind'km: la jeunesse revient de loin, 
les personnes jeunes rechappent sou- 
rent des maladies les plus dangereuses ; 
la jeunesse pent revenir de grandes 
erreurs , de grands egarements. — Li 
Pt impact, c^este^ V jdness di montt: 
Fantiquite etait reellement la jeunesse 
da monde. 

Mace, eil, adj. Jeunet, diminutif de 
jeone, qui est extrSmement jeune. — 



Ell i ho tote jdnett : elle est encore toute 
jeunette. 

JoMsiar^ie, s. Jonglerie, charlata- 
nerie, tour de passe-passe ; batelage. 

jonk^te, s. JonquUle, narcisse jaune, 
printaniere , odoriferante. — Jonkiie 
sinp, dob: jonquille simple, double. 

jon-koftr, adj. Jeun. — Enn n'aUto- 
t-d-matin e jon-koHi/r : s'en aller de bon 
matin a jeun. 

jdnn, adj. Jeune, pen avance en 
age ; adolescent. — J6nn konpdr : jeune 
gaiUard. — J6nn krapdtt : jeune fiUe, 
jouvencelle. — To j6nn, tote j(hm : tout 
jeunet, toute jeunette. — Vt jSnn om : 
vieux celibataire (1). — J6nn huzai : 
jeune barbe, jeune etourdi. — Li pu 
jdnn di to: le cadet, le plus jeune de 
tous. — Li pu jdnn de d&&, : le puine. — 
Ki jdnn hi j'die situ : des ma plus tendre 
jeunesse. — Ci vt so la vou \of4 Vj6nn : 
ce vieux fou veut encore faire le dame- 
ret. — JdwA din, jdnn parin : un enfant 
qui fait des dents annonce de nouveaux 
enfants. 

Jdnn, s. Petit d'un animal. — Li 
jdnn d*on chet,d*on koirbd,d*ine turturel: 
les petits d'unchat,d*un corbeau, d'une 
tourterelle. — Li leh a fat kwatt jdnn : 
la chienne a fait quatre petits. 

sAnn-h^tgnenn^ s. Nonnette , jeune 
nonne ou nonnain. 

Jdnn-ffeie, s. Jeune fille , demoiselle, 
femme non mariee. — Jdnn-fHe a marii : 
jeune fille k marier, jeune fille nubile, 
qui est sur le trottoir. — Yola n'hel 
pititt jdmi'fiie: yoUk un joli petit tro- 
gnon. — Viie jdnn-fHe : vieille celiba- 
taire (2). 

Jdniilale, s. Ventree, tous les petits 
qu'une femelle fait k la fois ; portee. — 
Li trdi'e fet telfiie doz jdnn dHnn jdnn- 
laie : les tniies font quelquefois douze 
petits d'une ventree. 

Jdniii^, V. (Ji jdnnlaie). Mettre bas. 
— Li leh k'a jdmU : la chienne a 
chienne. — Li catt k'i prett a jdnnU\ 
la chatte est prete a chatter. — Zt kaval 
va jdwnlS', la jument va pouliner. 

J6niimin, adv. Jeunement; nouvelle- 
ment. — Si Kd^ jdnnmin : se conduire 
en jeune homme, inconsiderement. 

Jdnii-om, s. Jeune homme, gargon, 
celibataire. — Piti jdnn-om: petit jeune 
homme , jeune gars. — Jdnnrom fai : 
adulte, qui est parvenu k Tadolescence, 
k rige de raison. 

(I) K«<iury««ii« AoNim* ttx ridieule. 

fl- Lc ftminin crfK6olri« n'e»l pni •HroU. 

Digitized by VjOOQ IC 



— 8S 



JOS 



MnBNuOAt^ s. Laitue, herbe pota- 
gere du genre des plantes laiteuses. — 
Li jdnnsaldtt i rafrechihantt : la laitue 
est rafraichissante. 

Jonteikr, s. Joint, jointure, inter- 
valle, jonction, liaison; articulation, 
jointure des os ; brisure ; emboitementc 

— Trov/ U jonteUr ; trouver les joints. 

— C'^ dd si hai'Z'Ovreg di skrinnrHe Von 
n*i>eil nin li jonteUr : ce sont de si beaux 
ouvrages de menuiserie, qu*on n'en voit 
pas les joints. — Maladiie di jonteUr : 
maladie anthritique, articulaire. 

Jonti, s. Chantier, pi^ce de bois pour 
J asseoir les tonneaux dans la cave ; 
place oil Ton depose de grandes pieces 
de bois, des pierres, etc. — PoirU di 
tonai d'btr so Vjontt : enchanteler des 
tonneaux de biere. 

jonu^, V. (Ji jontel e ji jontlaie), 
Enchanteler, mettre sur chantier, dans 
le chantier. — JoniU dh tonai d*btr: 
enchanteler des tonnes de biere. — Fd 
jontU le terdss h Ih horon : il faut en- 
chanteler les solives et les madriers. 

jonu, V. (Jijon, no jondan; ji jon- 
dret). Joindre , ajouter Tun a Fautre; 
accoupler, assembler, reunir, annexer, 
attacher; conjoindre, unir par manage; 
lier, nouer. — Jontt se min : joindre les 
mains. — Fd jontt deH plavch: faire 
joindre deux ais, ou les faire adherer. 

— Cifigness la ni jondet nin horn i Jt\ 
ces fenetres ne joignent pas bien. — Li 
Belgik i VHolantt jonde-t-al Priiss : la 
Belgique et la Hollande confinent avec 
la Prusse, avoisinent la Prusse. — Mi 
hohet d'tair jon al pavaie: ma piece de 
terre aboutit a la chaussee. — Li pir 
jon-t-al veceie: la pierre est adherente a 
la vessie; ily a adherence de la pierre k 
la vessie. 

Jop, s. Job, nom propre d*homme. 

— Ess oei p6f ki Jop: etre pauvre 
comme Job. —Hi moir com Jop : il 
est mort comme Job, sur un fumier, 
sur un grabat, — Zi «i4 d'Sin-Jop: la 
verole. 

Jdr, s. George, nom d^homme ; il ne 
s'emploie aue pour designer Tancienne 
eglise dediee h ce saint, la rue qui y est 
contigue, et dans un proverbe. V. J^ir. 

JdrcUi J s. Georgiques, ouvrage qui 
traite de la culture des terres. — Li 
Jdrgik da Virgtl: les Georgiques de 
Virgile. 

somUj V. (Jijostaie), Languir, at- 
tendre impatiemment ; fretiller; bar- 
guigner, tourner autour du pot. 

joflteA, g. Lantemier, barguigneur. 



JOU 

JoM, 8. Chou, plante alimentaire, 
legume oleracequ'on met ordinairement 
dans le pot. — Rog jott, blank jott , 
vett jott: choux rouge, choux blanc, 
choux vert. — Krolaie jott : choux 
frise, pancaliers. — Tiess di jott : tdte 
ou pomme de choux. — Toiir di jott: 
trone de chou. — ToUrson d'jott : tro- 
gnon de chou. — Di tciirnaii jott: 
choux pommes. — Jott a ho/rai , lonh 
jott, jott a loloXe : choux non pommes. 
— Sim/, plants di jott: semer, planter 
des choux. — Ciss-t-ovreg la , c'i del 
jott rischdfaie : cet ouvrage n'est que 
du rechauffe, ce qu'il contient a deja 
ete dit. — On-p-a eht d'vin si jott : on a 
blesse son amour-propre, sa vanite ; on 
lui a deplu. — Ki dispdtt si jott ni Vra 
mdXe tote : qui laisse faire une brSche k 
son honneur ne la repare jamais entie- 
rement. — L'om sin feum , c'e del jott 
sin sS: Thomme non marie ne jouit pas 
d'une parfaite consideration. — Av ma- 
gni del jott ace? Jetez-vous votre langue 
auxchiens?— i4/ jott! Au trou! terms 
de certain jeu de crosse. — Fo\^e di jott : 
feuille de chou, mauvais parapluie. 

Joti-di-chin, s. Mercuriale sauvage, 
chou de chien. 

Joii-di-ni^r, s. Soldanelle, chou de 
mer. 

joH, s. Jour, espace de 24 heures.— 
L*dnmie i d'tre^ cin soicanit cinhjo^: 
Tannee est de 365 jours. — Li joik di 
dvan : la veille. — Dei^ jo^ dvan : avant- 
veille ou surveiUe. — ffiett di jo^^ 
grand nombre de jours. — JoH d'fiess : 
jour de fete, jour ferie. — Owdv jo^: 
jour ouvrable, jour ouvrier. — Joft maiJt: 
jour maigre , jour d'abstinence. — Jo^ 
krd, joi^ magnan-chdr : jour gras. — To 
lijoi^: tons les jours. — Tottjo^: jour- 
nellement, quotidiennement. — To le 
de^ joH, ami dei^ jo^ : tons les deux 
jours, de deux jours Tun. — To Vlon di 
joH : toute^ la joumee, tout le long du 
jour. — A Ion dijoU : pendant la jour- 
nee. — Otreg ditoli joit: ouvrage jour- 
nalier, quotidien. — 7 vairet so trel^ jo^* 
il viendra en trois jours. — I vairet 
d*vin treHk jo^: il viendra dans trois 
jours. — J*i Vratin d*joit a jo^:}^ Tat" 
tends de jour en jour , de jour a autre, 
d'un jour k Fautre. — Divin mi ttjo^- 
sur mes vieux jours. — II a moron inn 
anapri syenmjo^pojo^: il est mort 
un an apr^ sa femme, jour pour jour. 
-^ Lipuloni Vpu koHr jo^ : les deux 
solstices , les points solsticiaux. — On 
triss, on mAlwre^jo^ : un triste jour, un 

Digitized by VjOOQ IC 



JOU 

jour nefaste. — Prit Vhonjoi^ : souhai- 
ter le bonjour, saluer. — Bonjoit, bonH 
oitv: bon jour, bonne oeuvre. — FSs^hon- 
pA: feire son bonjour, confesser et 
communier. — Bonjoii, Kola! Bonjour, 
Nicolas!— On hai jo^, i metret VkU 
dzoVouh: un beau jour, il mettra la 
cle sous la porte. — Z^ jo^ diskrdhet: 
les jours apetissent. — I>i fleiir d*on 
jo^: fleure diurnes. — No-^avan Vtin, 
gna pu d'joik ki d'samainn : nous avons 
da temps devant nous, il y a plus de 
jours que de semaines. 

Jmk , s. Jour , darte , lumiSre du so- 
leil. — I fax jo^ : il est jour. — / kminss 
afi jo^ : le jour vient d*eclore, le jour 
commence k poindre. — Divan Ijo^: 
avantle jour. — Apihet dejoit: a jour 
ouvrant, a Taube du jour, au erepus- 
cule du matin , k la pointe du jour , au 
chant du coq. — A-z-air di joUt, : au 
point du jour. — ^plinjoibi en plein 
jour, en plein midi. — - Bogtf fo^ di 
m'joit : 6tez-vous de devant mon jour, 
vous m'offusquez la vue.— Broit>U I'jo^ : 
briller le jour , allumer des flambeaux 
quand il est encore jour ou qu*il est 
deja jour. — / n'/ai nin ho joH e s*mo' 
km : il ne fait pas encore jour chez lui, 
il n'est pas encore leve. — Vini d jait: 
venir au jour, paraitre, surgir. — Fd 
j&k: faux jour. — F^ di gran jo^ a 
%*mohonn : faire de grands jours k une 
maison , remplacer de petites fenetres 
par de grandes. — Fe di joH so on jdr- 
iini ouvrir une vue sur un jardin. — 
Inti li nute i Vjoit : k la tombee de la 
nuit. — Joi^ d'sou/ranss : servitude d'une 
ou plusieurs fenetres ouvertes en vertu 
d'un titre incontestable. 

j«ft , s. Jour , maiUe , petite ouver- 
ture. — Di cMu-a-jo^'. des bas k jour. 

— To planch ni son nin jondow kom ifd, 
gna di jo^ intt-deH: vos planches ne 
sont pas bien jointes , il y a du jour 
entre deux. — On banstai, inn kleUze a 
jo^i un panier , une claie a claire-voie. 

— Fo^ a joi^ : feuiUe fenestree. 
JmisI^, v. Batifoler, folltrer. 
j«««neM, 8. Cantini^re, femme de 

Boldat. — Zi jouguett di nosS't-drmaie 
son de farott, s'on-t-el di bai pti nozS 
Umaii 1^ cantini^res de notre armee 
8ont elegantes etont de petits tonneaux 
tout gentils. 

j««iitr, s. Jach^re , terre labourable 
^'on laisse reposer. — Cherw^ n'jouhtr : 
jacherer, donner le premier labour k 
une jaeyre. 

^9 J«vffU k J«alU, v. (Jijouhcl 



JOU 

k ji jouhlaie), Jacherer , labourer une 
jachere. — Noss-t-ovrt ess-t-ivd't'e jouhle 
n'tair: notre ouvrier est alle jacherer 
une terre. 

Joahieeh , s. Labour d*une jachere ; 
action ou maniere de jacherer. — On- 
z-a mitou treHtjoilmaie po Vjouhlech di ci 
ehan lai on a employe trois journees 
pour jacherer ce champ-Ik. 

joahieft, s. Laboureur d'une jachere. 
— Li jouhle^ son-t'ivdi'e d chan : les la- 
boureurs sont alles jacherer les champs. 
joujou, s. Joujou, jouet, bimbelot, 
colifichet. — Din^ on joujou a ciss-t- 
if an la, po VrapdfU: donnez un joujou 
k cet enfant pour Tapaiser. — Marchan 
d' joujou : bimbelotier. 

joup^, V. (Ji joup e jijoupaie). Heler. 
crier en fausset ; houper , hucher , ap- 
peler pour interroger. — Vola doze eir, 
joup/ li-z-ovri: voila midi, houpez les 
ouvriers. 

Joapeeh , s. Action ou maniere de 
heler , de houper , ou pour appeler. — 
Kwan on s'a pierdou, li jou^ech fai k'on 
s^ritroHf: quand on s'est egare, on se 
retrouve en houpant. 

jonp^ie, s. Jupille , commune du 
canton de Liege (Est) , a 4 1/2 kil. de la 
ville. Pop. 2,200 hab. Sup. 676 hect. — 
Joupiie esS't-onk di p% vi vit'ge depal': 
Jupille est un des plus anciens villages 
du pays. — FloXon dVoupeie : flan de 
Jupille. 

Jonpeft, reM, s. Celui qui houpe, qui 
hele , qui crie pour appeler. — Vola on 
dial joup&& : c'est un rude homme pour 
heler. 

joaprel , s. Juprelle , commune du 
canton de Fexhe-Slins, a 8 kilometres 
de Liege. Pop. 625 habitants. Super- 
ficie 456 1/2 hectares. — Jouprel, e*i 
mttan v6ie intt Ztch a Tonh : k Ju- 
prelle, on est k mi-chemin de Liege k 
Tongres. 

joapAin, enn, s. Egyptien ou bohe- 
mien, sorte de vagabonds. Voy. Jlpfiln. 
Joikr-^mAle k JoArmAYe, adv. Pres- 
que toujours, fort souvent. — 11 a todi 
joHrmdXe onfiair ki Vt clap : il a la manie 
de toujours se plaindre de quelque 
chose. 

Joftrnaie , s. Journee , temps depuis 
le lever jusqu'au coucher du soleil ; tra- 
vail d'un ouvrier pendant un jour ; prix 
de son salaire. — I fai oM'e innfameitss 
heljotirnaie : nous avons aujourd'hui 
une journee extremement belle. —^ Ovrd 
aljoi^maie: travailler a la journee, en 
journee. — Ovri aljoi^naie : journalier. 



Digitized by 



Google 



— 8* — 



JOW 



JOW 



gagne-denier, mercenaire. — 1 n'wA H 
d*sh joi^maie : il vit au jour le jour. — 
Qm d^ gin hi Mrdi-t-al joHmate : il y a 
des gens qui mentent k la journee. — 
KwanfveH c'poiinss laj*a/ai m'joHmaie: 
quand je vols ce drdle, 11 me semble que 
pai dine. 

jolkraAi, s. Journal , gazette, feuiUe, 
relation jour par jour ; nouveUes pu- 
bliques. — JoHmdl di voUp, di mdttcenn : 
journal de voyage, de medecine. -- Zt 
joHmdl istorik d^a Kersten : le journal 
historique de Kersten, — - JoHmdl dh 
m6tt: journal des modes. — JoHrndl a 
rsamatnn : journal hebdomadaire.--*S'«- 
krtr divin on joHmdl : etre redacteur 
d'un journal. 

joHraall^rnilB h JsHrM^lmlii, adv. 
Joumellement , tous les jours , chaque 
jour. — J*oiLveiir a soula joHm^lmin : je 
travaille k cela joumellement. —CM jp'^-^ 
Vr^tt joi^melmin : on vous le repete 
journeUement (1). 

joawi, v. {Jijouwih, no jouivihan). 
Jouir, Stre heureux, avoir la jouissance, 
posseder. — Jouivi d'bon^ rivnow : jouir 
d*un bon revenu. — Jouwi d'inn feum : 
jo\iir d*une femme, en avoir les derni^res 
favours. —Es^M, c'^ jouwi \ esperer, 
c'est jouir. — I jouwih dHnn mdl riputd- 
don : il est mal ftme (2). 

jsuwliiaii, M1U9 adj. Jouissant , qui 
jouit. — On j6nn om jouwihan d*8^ drei : 
un jeune homme jouissant de ses droits. 

joawthansB , s. Jouissance, usage 
et possession de auelque chose. — II a 
plintt jouwihanss ai se bin: il a pleine 
jouissance de ses biens. 

jow,s. Entrain, mouvement joy eux. 

JOW, 8. Musique d*eglise et de pro- 
cession ; fanfare. — Alporc^cion, gna dh 
jow a chak Sin k'on poitt : aux proces- 
sions , chaque saint qu'on porte est 
accompagne d*une musique, de mene- 
triers. 

Jew, s. Jeu , mouvement d'une ma- 
chine. — Zi jow d'inn lokdmotiv ess-t- 
annmirdb: lejeu d'une locomotive est 
admirable. 

j«w, s. Manifere de jouer ; tactique, 
manoeuvre au jeu. — K^l jow ess soula? 
Quelle etrange maniire de jouer? 

jowA, AU, s. Jouereau, petit joueur, 
mauvais joueur. — KS jowd ki vz^esU! 
Qui bizarre joueur vous ^tesl Comme 
vous avez mal joue I 

jowai, s. Joyau, bijou, ornement 
prccieux. — Z^ bake Ujowai di s*fevm 

(1) JoummlHrtmtnt nVst pas rmif lU. 

(i) /{;#ttild'uD«aiattT«iM ripuuiioo Mt riditalf. 



fouH't-astim^ a di mHe edrlus : les 
bagues et joyaux de sa femme furent 
estimes h, dix miUe florins. — Z^ jowai 
d^ Roi i del Ratnn : les ioyaux de la 
Couronne. — Miktel , c i V jowai del 
mokonn: Mechtilde est le joyau de la 
maison. 

jowaie, 8. Jouee, 6paisseur du mur 
dans Touverture d'une porte , d'une fe- 
n^tre , etc. — Zi jowaie d'inn bdp^eine, 
d'inn Idrmir: la jouee d'une lucame, 
d'un soupirail. 

Jow^, V. (Ji jow, no jowan), Jouer, 
se recreer, se divertir, s'amuser. — 
Jow^ d kwdrjeH, al briss: jouer aux 
cartes, au bfttonnet. — Jow^ di s*mt: 
jouer de son mieux. — Jow^ pti jei^, 
jowSpopd d'ckoi,po n'babiol: jouailler, 
carotter , grimeliner , jouer mesquine- 
ment , pour une bagatelle. — Jow^ U 
pdret to : jouer ii I'acquit. — Jow^/oii: 
commencer le jeu, mettre une carte au 
bal. — Jowdd^ mak fod : jouer , entrer 
par trefie. — Ona di-z-om kijcwri l^pt 
} Vaiw : il y a des honmies qui joueraient 
les pieds dans I'eau. — Jowe avou si 
min : jouer des mains. — Jowd kom U- 
z-hfan : batifoler, faire le batifoleur. — 
Jow(f I'violon, liphtenn, li tiess-di^jtfd: 
jouer du violon , des cimballes , de la 
vielle. — Jow/ on toUr, inn dandatnn a 
n'saki : jouer un tour, ime farce k quel- 
qu'un, lui tendre un piege, un panneau. 

liowecii , s. Chdmage , espace de 
temps qu'on est sans travailler; morte- 
saison. — On diskontt li joweek d-trowi 
ki n'on nin v'nou ovrei on deduit le chd- 
mage aux ouvriers qui ne sont pas ve- 
nus travailler. 

jowesHll-tollr, s. Jonglerie, charla- 
tanerie. — C'i so Vf6r k'on va vi% U 
joweg di toU^ : c'est sur le champ de 
foire qu'on va voir jouer les tours de 



jowell-d*coftr, s. Bateleur , jongleur. 
— Po I'fiesski vin, no-z-dran n'kiett di 
danseiL d'koite , di jowei^'toHr : pour la 
prochaine fSte, nous aurons une legion 
de bateleurs, de vendeurs d'orvietan. 

Joweft, eAM ou resfl, s. Joueur, qui 
joue. — Pitijowe^ : jouereau, carottier; 
carotteur , qui joue maladroitement ou 
mesquinement. — Joweii d'vioUm : vio- 
loniste, joueur de violon. —- Cess-t-on 
bonjowe^ d'wiss : c'est un bon joueur de 
whist. -— Ni dni nin voss /die a dss-t' 
om Id, c'esS't'On joweH : ne donnez pas 
votre fille k cet homme, c'est un bre- 
landier. 

j0wUU , adj . Jovial , gai , joy eux , fo- 



Digitized by 



Google 



— 85 — 



JUB 



JUG 



latre. — JowiM viuch : face joviale. — 
Owme^ jowidl: humeur joviale. 

j«mioa, s. Joyau. Voy. ^owai. 

som^j V. {Ji jowtaie , iio jowtan). 
Jouer avec Taisance du mouvement ; 
se mouvoir rapidement et a petits 
bonds. — Ci rsSr la ni jowtaie nin kom 
i/et : ce ressort ne joue pas bien. Voy. 
■alkol«. 

jowt^, V. Jouailler, carotter, grime- 
liner, jouer petit jeu. — Jowti a iCdi- 
maie ^anss It pdr : carotter a un cen- 
time la partic. 

J^sef , s. Joseph , nom propre 
d'homme. — Sinr^dzef ^ Vom di Notru- 
Dam : Saint-Joseph est Tepoux de la 
Sainte-Viei^e. — Innfoi'e di papi Jdzef: 
une fexiille de papier Joseph , papier 
mince et transparent. 

j«Brai, s. Enfant de choeur. Voy. 

jb, adv. En bas, k bas. — Toum^ ju 
i'H jvd : tomber a bas de son cheval. 
—Bouhi ju,/M ju : jeter k bas, abattre, 
renverser. — Sechi-ju : detacher , de- 
coUer, arracher; aveindre. — Mettju: 
abohr , supprimer , abreger. — Zi solo 
k'? jit : le soleil est couche. — Z*6rloch 
k'iju: rhorloge est arretee. — Li tin ki 
ilaiju : le temps est bas. — Si IHju: 
s'affaisser, prendre son faix , commen- 
cer a arquer. — Vola on meUr k*e ju d*pt : 
un mnr degrade, deteriore, hors plomb, 
qui deperit. — AUju d'fon : perdre pied, 
perdre terra. — Aidil ju , i d'renn : 
aidez-le, il plie sous son fardeau. — 
Aidtlsu: aidez-le a soulever son far- 
deau. — A^^ poleUr vini ju: ne pouvoir 
8*en tirer, en venir a bout. — Ji so ju : 
fai fini, j'ai gagne la partie, terme de 
jeu (1). 

Jb, s. Jus, sue, expression, liqueur 
exprimee ; couhs. — Ju d*chdri pressis, 
jus que Ton fait sortir de la viande en 
la pressant. — Chdr juteitss: viande 
succulente. — Ju d*pi^tri , di grHess : 
couhs de perdrix, d'ecrevisses. — Ju 
dlifnon: expression de citron. — Vola 
n'pik k*a bin deju: voila une peche qui 
est bien juteuse. — Sitoite li ju ; expri- 
mer le jus. 

Mm J pron. Je. — BoHde-ju? Est-ce que 
jemens ? — Sog-ju Vprumil Suis-je le 
premier? — Alow-ju m^-z^idan a mdl- 
td? Depense-je mon argent mal k pro- 
po8? — IpMret, wag-ju : il pleuvra, 
je parie. — Awet, ji m*plin, mi pling-ju : 
oui, je me plains et veux me plaindre. 

(Il Nc Ahtn pi» : jt iuit &««, nl je tni$ fni, ni je 9»i» 



jubaim, s. Giberne, boite en cuir 
pour y mettre les cartouches. — /V 
rlursijubairn: frotter, cirer, pohrsa 
giberne. 

^uiB«tf s. Gibet, potence pourpendre ; 
fourches patibulaires. — Pintt on mm- 
dreH a on juhet : pendre un assassin a 
un gibet. — Li jubetn'plett «tw s^ dre'A: 
le gibet ne perd pas ses droits, les mal- 
faiteurs tOt ou tard sont punis. — Lai 
juhet d'potinssl Vilaingibier de potence, 
gibier a prevOt, vagabond, vaurien, 
gueusart. 

^ubil^, s. Jubile, indulgence pleni^re 
et solennelle accordee par le Pape ; re- 
mission generale, pardon solennel. — 
L'dnnaie de juhiU\ Tannee jubilaire. — 
Fe juhiU d'mariech : faire jubile de 50 
ans de mariage. — LS Pdp akoirdi-t-on 
juhiU d*cinkanttan: les Papes accordent 
un jubile de cinquante ans. 

^uch, s. Juge. Voy. ^u^. 

Jada, s. Judas iscariote, celui des 
douze apdtres qui a trahi Jesus-Christ. 
— Fdjuda, rocai juda : homme faux, 
traitre , hypocrite. — Juda s'ala pintt : 
Judas alia se pendre. 

^uda, s. Judas, ouverture avec trappe 
k un plancher pour voir et entendre 
au-dessous. — Bawt i hoUt^ po Vjuda : 
lorgner et ecouter par le judas. 

^uHi^chAr, s. Pressis, jus qu'on fait 
sortir de la viande en la pressant ; sue 
de quelques herbes. — Z^ maldtt on 
mizdh di bon ju-d*cMr po rivni so pi ; 
les malades ont besoin d'un bon pressis 
pour recouvrer les forces et la sante. 

^adi , s. Jeudi , cinquieme jour de la 
semaine. — Jildi pacS ; jeudi passe, 
jeudi dernier. — Di jMi enn H^tt : de 
jeudi en huit. — JMi ki vin : jeudi pro- 
chain. — Krd jMi : jeudi gras, le jeudi 
qui precede le careme. — Gna kwatt crd 
jidi ciss-t'dnnaie : cette annee il y a 
quatre semaines de cam aval. — Li blan 
jMi ; le jeudi saint , le jeudi de la se- 
maine sainte , le jeudi absolu , le jeudi 
de Tabsoute. — Al samatnn d treti, jMi : 
la semaine des trois jeudis , trois jours 
apres jamais. 

Jikdtk, 8. Judith, nom propre de 
femme. — C^ Jiidik k'a c6pS I tiess a 
Olofem: c'est Judith qui a coupe la tSte 
a Holopherne. 

MvL% h Juch, s. Juge, qui a le droit et 
Tautorite de juger ; magistrat , areopa- 
gite. — Jug di prumir instanss : juge 
en premiere instance. — Jug d'apeli 
juge en appel , conseiller k la Cour 
d'appel. — Jug supleian: juge sup- 

TOMLE II. 11 



Digitized by 



Google 



86 — 



JUG 



JUN 



pleant. — J%g d^-z-ovrt e d^ maiss: 
prud'homme. — C'ess-t-on honjuchi c'est 
un bon juge , il a une excellente judi- 
ciaire. — Bonet d'juch : toque. -- R6b 
dijuch : toge. — Acinhlaie dijuch: areo- 
page. — Zi konstainss ess-t-on fameii 
juch : la conscience est un juge inexo- 
rable. — Li Bmidiu , c'i Vjug d^ jug : 
Dieu est le souverain juge , le juge su- 
preme, le juge des juges. — On n'deil 
nin ess jtLg divin s*pr6p Mss: on ne peut 
etrejuge et partie. — Jl a mi ainmd 
d'ess jug hi hankt : il a prefere la judi- 
cature aux finances. — Li ci hi piett si 
prod di k'Ujug on stustolU: celui qui perd 
son proems dit que les juges se sont 
laisse corrompre. — L'espri d'pMi Jai 
d* mi juch on houria : Tesprit de parti fait 
d*un juge un bourreau. — Li Itv de 
juch : le livre des Juges , septieme livre 
de Tancien Testament , qui contient 
rhistoire des Juifs sous la domination 
des Juges. 

JusHii-pMe, s. Juge de paix, juge 
en conciliation pour des contestations 
de peu 4'iniportance. — ffoukt djug- 
di-pdte: citer, assigner au juge de paix. 
— Li gre/i de jug-di-pdie : le greffier 
du juge de paix. — Burd di jug-di- 
pdXe : bureau de la justice de paix, bu- 
reau de conciliation. 

Just, V. {Jijug, no jujan; ji jujret). 
Juger, decider une affaire en qualite de 
juge. — Jugi n'kdss : iuger une cause, 
un proems. — Jugt I I hdss : juger pre- 
cipitamment. — Li Bondiu no jujret to : 
Dieu nous jugeratous. — Si vo pinst 
coula d*mi, vo m*jujrt bin md : si vous 
pensez cela de moi, vous me jugerez 
bien mal. — In*/d nin jugt de gin d*apri 
leib viair : il ne faut pas juger des gens 
sur Tapparence, sur la mine. — EstSv 
espairpo jugt d'soulal Etes-vous expert 
pour juger de cela ? —Po bin jugt dHnn 
feum, i fd ratinte k*el ni seHie pu bel : 
pour bien juger une femme, il faut 
attendre qu*elle cesse d'etre jolie. 

ju^iiiiii, s. Jugement, arret, sen- 
tence , decision. — Jugmin par dif6 : 
jugement par defaut. — KacS on jug- 
min : casser, reformer , declarer nid un 
jugement. — On n'sdreH hacd ci jugmin 
la: ce jugement est irreformable. — 
Agtr avou jugmin: agir avec jugement, 
judicieusement. — II a on bon jugmin : 
il a un bon jugement, une bonne judi- 
d^dre,— F^ on fd jugmin: faire un faux 
jugement. — Ji w? rapoitt a voss jug- 
min: je m'en rapporte a votre juge- 
ment. — Addre U jugmin di Bondiu: 



adorer les jugements de Dieu. — Li 
diirin jo^ di jugmin : le jugement der- 
nier, le jugement universel,le jugement 
final. 

Jnjub, s. Jujube, fruit du jujubier, 
consistant en un noyau biloculaire, pec- 
toral , aperitif , adoucissant. — Pastel 
dijujub: pate, pastille de jujube. — 
Magnt de jujub : manger de la jujube 
(etnon^fw jujube). 

Jujubi, s. Jujubier, espece de houx 
ou de fusain dont le bois tortueux est 
arme de fortes epines. — Li jujubi kreh 
naturelmin divin li ch6 departimin f ran- 
ee : le jujubier croit naturellement dans 
les chauds departements de la France. 

Jul, s. Jules, nom d'homme. — Li 
pap Jul deH : le pape Jules II. 

Jul, s. Jule, nom d'une monnaie ro- 
maine, qui a cours en Italie. — On jul 
vd trinte cantim a p6 pre : un jule vaut 
environ 30 centimes. 

jui^mon , s. Julemont , commune du 
canton d'Aubel, a 15 1/2 kil. de Ver- 
viers. Pop. 270 hab. Sup. 251 1/2 hect. 

julenn, s. Julienne, nom de femme, 
feminin de Julin. — Sintt-Julenn i vnow 
d monte a Rtenn : Sainte-Julienne est ilee 
k Retinne. 

Juienn, 8. Julienne, potage fait avec 
plusieurs sortes d'herbes et de legumes. 

— On no fa magnt n juienn: on nous fit 
manger une julienne. 

Juiett, s.^JuiUet, septieme mois de 
Tannee. — E mHe-julett : k la mi-juil- 
let. — Notrw-Dam di julett: la Visita- 
tion. — Cess-t-i mei^ d' julett hi U Fran- 
ci onfai de^ granti rholucion: c'est au 
mois de juillet que les deux gi'andes 
revolutions de France ont eu lieu. 

Juieue Juiiett, s. Juliette, nom de 
femme, feminin de Jules. 

Julin, s. Julien, nom propre d'homme. 

— Li pon d'Sin-Jidin : le pont de Saint- 
Julien. — Kd avintetbr ^ Sin-Julin! 
Quelle bizarre aventure ! — Sin-Julin i 
Vpatron di voiige^ : Saint Julien est le 
patron des voyageurs. 

Jun , s. Juin , sixi^me mois de Tan- 
nee. — Ci Vvin-t-onh di jun hi Vosti 
Kminss : Tete commence au 21 juin. 

Jun (a), adv. A jeun. —Po kmugnt, 
fd-t-ess a jun ; pour communier , il faut 
etre a jeun, il faut n'avoir pas mange. 
Yoy. Jon-l^oAr. 

junA, Alt, s. JeCineur. Yoy. Juned* 

Jun^, v. {Jijevnn, no junan ; ji 

junnret). Jedner, observer les jeiines 

ordonnes par TEglise ; faire abstinence, 

ne pas manger. •— Li Bondiu a jun/ 



Digitized by 



Google 



87 — 



JUR 



JUS 



karMtt joit : Notre-Seigiieur a jeiine 
quarante jours. — Juwf to Vkwarem : 
jeiiner tout le careme. — Juni ^ prii : 
jeuner et prier. — Zi vHe Egltss fSv 
jntt^ juska VprvMt steHl di ctr : dans 
Tancienne Eglise , on jednait jusqu'au 
soleil couche. -— Jundpar 6r dd dokMr : 
jeiiner par prescription de medecin. — 
/««/ d pan i a Vaiw : jeuner au pain et 
a I'eau. — CTess-t-inn amr chin hi fat 
jund se ddmesiik : c'est un avare coquin 
qui fait jeuner ses domestiques. 

jwweb e Jannr^te, s. Jetlne fre- 
quent , manie de jeiiner. — To c^ ju- 
nech la fet d^ toir al santd: ces jeilnes 
trop frequents nuisent h la sante. 

SwmtA , reaa , 8. Jeiineur , qui jeiine 
souvent. — fa surmin stu on fir calin, 
hili dimau on fameli juneii, : il fut sans 
doute un fier mauvais sujet , car il est 
derenu un jeiineur extraordinaire. — 
12 iev6Q feum son-t^dinairmin di 
Srantl junnress : les femmes tres-pieuses 
sont ordinairement de grandes jeii- 
neuses. 

Jrvpitafar, 8. Jupiter, planete qui est 
entre Pallas et Satume, et qui fait sa 
r6volution autour du soleil en 4,333 
jours. — L^ leunn di Jupitair: les satel- 
lites de Jupiter. 

j«poa, s. Jupon, courte jupe. Voy. 

Jura, s. Juron , certaine facon de 
jurer dont une personne se serf habi- 
tuellement ; imprecation burlesque. — 
n a dhjura ki sonfarss : il a de bizarres 
jurons. 

JarA, AU, s". Jureur. Voy. JareA. 

Jflff^, y. {Jijeur, no jwran; ji jurref). 
Jurer , affirmer , promettre avec ser- 
ment ; blasphemer , faire des impreca- 
tions. — Jur^kont on poirid-sech: jurer 
oomme im porte-faix, comme un cro- 
cheteur, comme un charretier embour- 
be. — Jwrd Vno de Bondiu, jurS Vnon 
((ht-oute: jurer Dieu, jurer le saint nom 
^ Dieu, blasphemer. — / n'fai ICjurS 
^ sakrimennid: il ne fait que sacrer et 
detester. — Ji jurreii, Vkrusfi h Vmin: 
j*en jurerais par mon Dieu, sur les 
saints Evangiles. — Jur^ so le gran ^ so 
U rick, €1 iapi s'tiess d mei^r : jurer, 
pester contre les grands et les riches, 
c'est aboyer h la lune. 

sur€^ 8. Jure, membre du jurj', c*est- 
Wire de Tassemblee des jures pour 
juger les criminels. — Tirjf U doze jure 
d tdr : tirer les douze jures au sort. — 
Rifntd ou rhM on jurSi recuser un jure. 
Jm^, Ate, adj. Jure, assermente. — 



Astime^ jv/rS : jure crieur , jure priseur. 

— Jv/raie seg^dam : accoucheuse juree. 
jar^, ale, adj. Jure, acharne , irre- 

conciliable. — C'^ sHainnmi jurS: c'est 
son ennemi jure. — Si promess i juraie: 
sa promesse est juree, inviolable. 
Jurech, s. Habitude, manie de jurer. 

— Ti f/ai her atou Vjurech : tu te fais 
hair par ta manie de jurer. 

JnreH, reaa, 8. Jureur , qui jure , qui 
blaspheme, qui se repand en impreca- 
tions; blasphemateur. — (7'^ to huvefi 
d'p^het i to jureit d*non dh Bondiu: ce 
sont tons buveurs de genievre et tons 
jureurs du nom de Dieu. — L^ pn gran 
jwre^ c'^ zel hi fet Vmonpawou: les plus 
grands jureurs sont ceui qui font le 
moins peur. 

jAri , s. Jury, assemblee des jures. 

— Li jUri ess't-^v6^ d-z-opignon : Ic 
jury est entre en deliberation. 

jarlfldikcUn, s. Juridiction, pouYoir 
du juge , de celui qui a droit de juger, 
pouvoir juridictionnel. — Ciss hom^unn 
la, di h4l jurisdikcion ess-t-el? Cette 
commune , sous quelle juridiction est- 
elle? 

^nriapnidinafl , 8. Jurisprudence , 
science du droit et des lois. — Ess savan 
d'vin rjimsprudinss : ^tre savant en 
jurisprudence. — Ahsegni rjurispru- 
dinss : enseigner la jurisprudence. 

«arisa , s. Juriste , jurisconsulte ; 
docteur en droit; savant en droit; le- 
giste. — Raihem, liprokyreH g^Tidrdl, 
ess-t-onh d^ mel'eHjurissd^ pai': Raikem, 
le procureur general , est un des meil- 
leurs jurisconsultes du pays. 

#ariiiin, s. Jurement. Voy.Jenmilo. 

JnmA, s. Journal, mesure de cinq 
verges anciennes de terre, ou de 21 ares 
797 miUiares ; quartier. — On hohet 
d'wHir di treii jumd : une oseraie de 
trois journaux. 

juflka e jnakA, conj. et prep. Jus- 
que ou jusques , terme de lieu ou de 
temps au del^ desquels on ne passe 
point. — Jvsha hwan? Jusha toiss? Jus- 
qu'a quand ? Jusques ou ? — Dimand la 
jusha novel 6r : restez 1^ jusqu'k nouvel 
ordre. — Disp6ie Pdh jushd Cihwem: 
depuis Piques jusqu'a la PentecSte. — 
Jushd dzeitr del tiess : jusque par dessus 
la tete. — Jusha tanss hi vo nHi'aUss : 
jusqu'k ce que vous vous en alliez, jus- 
qu'a tant que vous vous en alliez. — 
/ salow to Vmontt , jusha s'palfumi : il 
salue tout le monde, jusqu'k (ou voire 
meme) son palefrenier. 

JvskiAm, s. Jusquiame, plante de la 



Digitized by 



Google 



— 88 — 



JUS 



JVE 



famiUe des solaneesT— Neiir juskiUm : 
jusquiame noire hanebane ; plante ve- 
neneuse, narcotique et d'une odeur de- 
sagreable. 

jusii, adj. Juste, equitable, impartial, 
integre ; raisonnable , legitime, exact, 
vrai. — MhrS juss : mesurer exacte- 
ment, avee precision, avec impartialite. 

— On juch k*^ juss : un juste juge. — 
Inn juss halanss;, une balance juste, t- 
Juss kom V6r: juste comme For. — To 
jnss: tout juste. — Gna rin d*pu juss : 
rien n'est plus juste , rien de plus 
positif. — Kom dijuss : comme de rai- 
son. — ChanU juss : chanter juste. — 
Mi montt vajuss: ma montre va juste. 

— Abi A? tro juss : habit etrique , trop 
etroit , sans ampleur. — Voss kontt «'^ 
ninjuss: votre compte n'est pas exact ; 
votre calcul est inexact, il est inexacte- 
ment fait. 

^aM, s. Cruche, iarre, broc, vase 
portatif avec un bee , a Tusage des lai- 
tieres et autres. — Juss d*aiw, di Ucai, 
di Mr: cruche ou cruchee d'eau, de lait, 
de bi^re. 

^natAkdr, s. Justaucorps, ancienne 
casaque d'homme qui serrait le corps ; 
pourpoint. — D^ tin di m'granpSr , c*eS' 
teUt VmOtt di justdk^ : du temps de mon 
aieul , c'etait la mode des justaucorps. 

JuflieM, s. Justesse, quallte de ce 
qui est juste, exact, convenable ; qui est 
ce qu'il doit etre ; precision. — ^fi ba- 
lanss i d*inn grantt justess : ma balance 
est d'une grande just esse. — Ckante, 
muzikd avou justess : chanter, faire de la 
musique avec justesse. 

juiiu«l, s. Justicier (trois sjllabes) , 
celui qui aime k rendre, a faire justice ; 
qui a autorite de justice en quelque lieu. 

— Li hdjustict: le haut justicier. 
jiuitieiAf, adj. Justiciable , qui doit 

repondre devant certains juges. — No- 
z-estan justicid/d'on tS jug-di-fd^-, nous 
sommes justiciables d*un tel juge de 
paix. 

Jnatictt, V. {Ji justiciie eji justiciaie). 
Justicier (quatre sjllabes), punir quel- 
qu'un d'une peine corporelle, en execu- 
tion de sentence ou d'arret. — On-z-a 
justicit treHf^air: on a justicie trois 
faussaires. 

JnaiiflAb, adj. Justifiable, qui peut 
etre justifie; excusable. — Vo mdva 
propd ni son nin justifidh: vos mauvais 
propos ne sont pas justiftables. — Di 
s'faiii mantr son-t-el justiMb? Detelles 
manieres sont-elles justinables? 

Jnatifli, v. (Jijustijdie ejijustifiaie). 



Justifier, disculper, defendre, prouver 
rinnocence. — On ni Vsdreit justijit 
d*ciss/dtt la : on ne saurait le justifier 
de cette faute. Voy. iLaiiiit. 

^ufltiiit, V. (Ji justifHe), Justifier 
(terme d'imprimerie) , donner a une 
ligne la longueur qu'elle doit avoir. — 
Ji v'z^tdKe inn ovrt kijustifHe ewakmin: 
je vous envoie un ouvrier qui justifie 
exactement. 

^nstliikAcloii , s. Justification , dis- 
culpation , defense ; apologie , discours 
apologetique. — JHntriprindret si juS' 
ttjlkdciofi : j'entreprendrai sa justifica- 
tion. 

^ufltiiiidlcion , s. Justification , lon- 
gueur des lignes (terme d'imprimerie). 

— a Vconposte^r kijiksaie li justijlkd- 
cion: c'est le composteur qui fixe la 
justification. 

Jnntisii, s. Justice , vertu morale qui 
fait que Ton rend h chacun ce qui lui 
appartient, equite, droiture, bon droit. 

— Agtr avou justiss : agir avec justice, 
equitablement. — F^ justiss: faire jus- 
tice, justicier, punir, executer. — Mett 
divin li min del justiss : agir judiciaire- 
ment, attraire en justice. — Zi fdrmd- 
litd d' justiss : les formes judiciaires. — 
Rintt justiss a to Vmontt: rendre jus- 
tice a tout le monde, etre impartial, 
juger avec impartiahte. — Li justiss i 
rporsH : la justice est h sa poursuite. — 
On n*si deit nin fi justiss a lu-mainm : 
on ne doit pas se faire justice k soi- 
mSme. — li justiss di Bondiu : theo- 
dicee, justice de Dieu. 

^uAtumin , adv. Justement , precise- 
ment (1) ; avec justice , avec raison ; 
impartialement, equitablement. — II a 
stu pUni justumin : il a ete puni juste- 
ment. — Vo via justumin vnou to-t-apon : 
vous voilti justement venu tout k point, 
tout k propos. 

JuleA, eA«ii, 8. Juteux , qui a beau- 
coup de jus. — On navai k'i juteH : un 
navet juteux. — Del jute^s ckdr di 
bottf: viandedeboeuf juteuse. 

jnsal , s. Cruchon , petite cruche 
mince et frcle. 

inmate, s. Jus de reglLsse ; coco, bois- 
son faite avec de I'eau et du bois ou du 
jus de reglisse. — Bordon d'juzaie : bft- 
ton de jus de reglisse. — Boteiediju- 
taie: bouteille de coco. — Vintt al ju- 
iaie : vendre en detail, en minime quan- 
tite. 

^▼eniiy s. Poisson. Voy. Chlvemi. 

(1) roma'tcmeiU n'est pat fraofais. 



Digitized by 



Google 



RAB 

#Tliial, s. Poisson. Voj. ChlYlnal. 

jT«let , s. Chevalet , instrument de 
bois sur lequel les peintres et autres 
artistes ou artisans posent et appuient 
leurs tableaux ou autres ouvrages. 

JwaiiA, s. Les gencives. Voy. Joih. 

jwaiiim, s. Joachim, nom d'homme. 

J wait , s. Joaillier , qui fait et vend 
des joyaux, des pierreries. — AchU 
iihak a diaman a-mon on jwalt : acheter 
une bague h diamants chez un joaillier. 

— Cimin di jwalt : lithocolle. 
^wair^ie , s. Joaillerie , commerce et 

profession de joaillier. — / fai dvin It 
jwalrHe : il fait le commerce de joaillerie. 
Jwif, s. Juif , habitant de la Judee; 
Israelite ; herodien. — Li rligion d^ Jwif: 
le judai'sme , la religion des Juifs. — Zi 
lot di Jwif: les lois judai'ques. — Tri- 
bundl di Jwif: sanhedrin. — Acinhlaie 
de Jwif: consistoire Israelite. — Bth di 
Jwif: talmud. — - DokteUr jwif: rabbin. 

— / studUe li Itv di dokteUr jwif: W 
s'occupe du rabbinage, il etudie le rab- 
bim'sme, les livres rabbiniques ; c'est 



KAB 

un rabbiniste (ou rabbaniste). — FShm 
li Jwif: judaiser , suivre les coutumes 
des Juifs. 

Jwif, s. et adj. Juif, usurier, avare, 
fripon. — Ti wangn d^-z-aidan kom on 
jwif: tu t'enrichis comme un juif. — 
C'esS't-on jwif di potirtss hi pruss di- 
z-aidan a kwiTiss par cin : c'est un pen- 
dard de juif qui prete de Targent k 15 
pour cent. 

Jwiffr^ie, s. Juiverie. Voy. jwivH^ie. 

jwiffreiis, s. Jujve, nee en Judee; 
femme d'un Juif. 

Jwift^, V. (Ji jwifiaie). Judaiser, 
suivre en quelque point la loi judaique. 
— SipacS d'cMr di poursai, &i jwCfU: 
s'abstenir de manger du pore, c'est ju- 
daiser. 

Jwivr^le . s. Juiverie, quartier d'une 
ville habite par les Juifs ; marche 
usuraire. — Li jwitreie ^ dvin Ul row . 
la juiverie est dans telle - rue. — Ta 
fai la del jwivreie : tu as fait la de 
la juiverie, tu as conclu un marche d'u- 
surier. 



li 



N. B. — II est toujours facultatif de substituer C h A" , et vice-versA , pourvu qwe ce 
cbangement n'allfere nullement la protionciation , ni n'amdne un mot purement francais. 



K, s. Onzieme lettre de Talphabet, 
huiti^me consonne. — On gran K: un 
K majascule, un K capital. — Onpti k : 
un k minuscule. 

Ka, s. Cas, desinences differentes 
des mots. — Efranci , gna nin di ka : 
il n'y a pas de cas dans la langue fran- 
caise. 

Ka, s. Cas, accident, conjoncture, 
aventure, occasion, circonstance. — Ow 
ka estra(krdinair, inprhHou : un cas ex- 
traordinaire,imprevu. — Ka d'consiaince: 
cas de conscience. — No n'estan nin 
i'tin Vmainm ka : nous ne sommes pas 
dans le mSme cas. — To vilin ka i 
rnddf: tout vilain cas est reniable. — 
E toka: en tout cas. — Fo n*est^ nin 
dvtn Vka dife sou k'vo dkS : vous n'Stes 
pas dans le cas, vous n'etes pas en etat, 
yous n^etes pas en position , il vous est 
impossible de faire ce que vous dites. 
— Mett le ka i le ma : stipuler les 
clauses et conditions. 

K«, s. Estime, valeur. ^ Fdka d'inn 
fokt: faire cas, faire etat de quelqu*im ; 
Testimer, Faffectionner. — On n'i fat 



' nou ka : on n'en fait nul cas. — Ji n'i 
fai pu novrkaije ne Testime plus, je le 
mesestime. 

Ka, conj. Car, parce que , puisque , 
vu que, attendu que. — Nifdnin eoula^ 
kaVBondiu Vdifin: ne faites pascela, 
car Dieu le defend. — Vin/ss doviair 
Vouk, ka ji n'sdreil : venez ouvrir la 
porte, car je ne le puis. 

Kaba^oii, s. Cavecon, demi-cercle 
de fer sur le nez des chevaux pour les 
dompter. — {'ess-t-onforsOlS k*a mezdk 
di cabacon : c'est un evapore qui a 
besoin de cavecon, qui a besoin qu'on le 
retienne. 

Mabai,s. Gueusart, bandit, coquin. 
— Bantt di kdbai: bande de coquins, 
de malfaiteurs. — C'ess-t-on vt kabai: 
c'estun vieux maraud. 

iLabal , s. Cabale , brigue , complot , 
intrigue , parti , fiction , faciende ; me- 
nee. — F^nkabal , monU n'kahal : faire 
cabale , monter une cabale. — Ck^f 
d'inn kabal : chef , suppdt d'une cabale, 

Kabal , s. Cabale , interpretation he- 
brai'que de I'Ecriture ; science occulte. 



Digitized by 



Google 



— 90 



KAB 



KAB 



iLAiNiie, V. (Ji kabal h ji kahalaie), 
Cabaler, briguer, intriguer, faire des 
pratiques secretes, faire une esp^ce de 
parti. — On ve^ KahaU al ComHHe, 
divinj^-z-^lekcum ^ to cosU: on volt 
cabaler au spectacle , dans les elections 
et partout. 

Kjibmleeh, s. Action et maniere de 
cabaler. — Avon no lot, li kabaleg n*^ 
wairpocib: avecnos lois, il n'est guere 
possible de cabaler. 

Kabaleft, eAM, s. Cabaleur, qui ca- 
bale ; intrigant, factieux. — Ze iahaleU 
on stu kchict juska Vouh : les cabaleurs 
ont ete pourchasses jusqu'k la porte. 

KAbaiiM , s. Cabaliste , juif savant 
dans la cabale (ou la cabalistique). 

KAbaret, s. Cabaret, estaminet, caf6; 
taverne; kabak, cabaret a Moscow. — 
Ale d kdbaret : banter le cabaret. — Si 
om n*^ mdi'efoa di kdbaret: son mari ne 
bouge du cabaret, c'est un pilier de 
cabaret. — Tint kdbaret: tenir cabaret. 
— Boign kdbaret: cabaret borgne,mau- 
vais petit cabaret , mal appro visionnfi, 
qui n'est frequente que par le bas 
peuple. — ^cegn di kdbaret : bouchon, 
cnseigne de cabaret. — Kdbaret d'fou- 
mieU : tabagie , cabaret de fumeurs. — 
J kdbaret, on-z-t vin VfolHe par fiakon : 
au cabaret, la folie s'y vend par flacons. 

KMNiret, s. Cabaret , petite table ou 

Slateau sur lequel on met des tasses, 
es verres, etc. — Kdbaret d*tdl viemeie : 
cabaret de tdle verniss6e. 

KAbmrt^y V. {Ji kdbartaie). Frequen- 
ter les cabarets, aller de Tun dans 
Tautre. — Ji plin inn om ki kMarthe tol 
Ion d^joik : je plains un homme qui fre- 
quente les estaminets du matin au soir. 

iLAbartty tr, 8. Cabaretier , hdte , 
qui tient cabaret ; cafetier , gargotier, 
tavernier. — PHntt inn paCinte di Mbartt: 
prendre une patente de cabaretier. 

Kjibaaa, s. Cabas, petit panier ; vieille 
voiture a Tancienne mode. — Kabass di 
Jlky difr/v, d'dmOnn : cabas de Agues, 
defraises, de framboises. — Ennn*aU 
a kabast : cheminer bras dessus , bras 
dessous. 

iLAbiAw, 8. Cabillaud ou cabliau, 
espece de morue fraiche. — Trinch di 
kabiaw: dame de cabillaud. 

Kabtiii,adv. Considerablement. Voy. 
Oabtm. 

lUiiiinet , s. Cabinet , lieu de retraite 
pour travailler ou converser en parti- 
culier ; pour renfermer des objets d'6- 
tudes ou de curiosite ; boudoir. — Ka^ 
binet d*fitik, dHstoir natwril, di nUdaXe: 



cabinet de physique, d'histoire natu- 
relle, de numismatique. — Kabinet dh 
soverin: cabinet, lieu oil se traitentles 
affaires g^nerales de TEtat. — SicrS 
d'kahimet : secret de cabinet. 

Kablanaa, s. Brandilloire. Voy. kj- 
bAlAiua. 

iLAboiAiey s. Soupe bouiUante et 
epaisse; garbure. — Kabolaie di peik, 
di fev, etc, : potage de pois, haricots, 
etc. — Kabolaie di kronpir h d*recenn : 
chaudronnee de pommes de terre et de 
carottes. 

liaboieM, s. Chaudiere dans laquelle 
on fait bouillir la nourriture des ani- 
maux. — Li vack e Vvai on magni n^ka- 
boUtt toteplintt: la vache et le veau ont 
mange toute une chaudronnee. 

ILaboneU, 8. Filet. V. ILoit-d'bonel. 

HAboM, s. Caboche, t^te ; intelli- 
gence, minerve , energie. — Avu n'fa- 
meUss kaboss: avoir une excellente ca- 
boche, une fort bonne t%te ; beaucoup 
de sens et de jugement. 

KAboM, s. Chiquenaude, croqui- 
gnole. — Jow^ d mdU po di kaboss: 
jouer aux billes pour des chiquenaudes. 
— No rguvi n^fameUss kaboss: nous 
essuy^mes un rude choc, un heurt vio- 
lent. 

limbot^, V. {Ji kabotaie). Caboter, 
naviguer le long des cdtes, de cap en 
cap. — No n*ft ki cabot^: nous ne fimes 
(ou nous ne fesions) que caboter. 

liabotech, s. Cabotage, action de 
caboter. — Ci batai la nCl bon ki po Vcir 
boteck : ce batiment n'est propre qu'au 
cabotage. 

Kabotoik, s. Caboteur, marin qui fait 
le cabotage.— Z^ kaboteii si voTtrt-Sbark^ : 
les caboleurs vont s'embarquer. 

Kaboti, s. Cabotier, batiment pour 
le c^otage. — To U batai k'vo vHe, c'i 
di kaboti : tous les bttiments que vous 
voyez sont des cabo tiers. 

iLabonie, V. {Ji kaboulaie). Cuire en 
gratin. — Fe kabouU di ri: faire cuire 
du riz de maniere k former du gratin. 
liabounett, s. Hutte, petite cabane, 
petite loge. — Kabounett d'on pace^ 
d'aiWj d'on tindeH: cabane d'un passeur 
d'eau, d'un oiseleur. Voy. Hoabett. 

iLaboor, V. {Ji kaboH , no kabolan; ji 
kaboiiret). Bouillir. Voy. BoHr h ka- 
bonl^. 

KAbrioi, s. Cabriole, saut de ch^vre, 
saut d'un danseur en retombant sur un 
pied ; caracole. — F^ di kdbriol : faire 
des cabrioles, des caracoles , des sauts, 
des gambades. 



Digitized by 



Google 



91 — 



KAC 



RAC 



iUkrioi^, Y. (Ji Mbriolaie). Cabrio- 
ler, caracoler, serpenter , faire des ca- 
brioles, des caracoles ; gambader , faire 
des entrechats, des gambades. — L^ 
tcoli on iAbrioU lontin : les ecoliers ont 
cabriole longtemps. 

iUbri«iecift , s. Action et maniere de 
cabriolep. — C'ess-t-al pijol hi VMbrio- 
lech eU't-4t,til : c'est au jeu de baire* 
qu'il est avantageux de cabrioler. 

KAbrtoiet, s. Cabriolet, voiture le- 
gere montee sur deux roues ; boghei, 
petit cabriolet decouvert; wiski ; phae- 
ton. — Sojiet d'on kdbriolet: soufflet 
d'un cabriolet. — No-z^ran rkweri 
m^mam ^ kdbriolet : nous irons recher- 
cli«r maman en cabriolet. 

iUbri«iei , s. Cabriolet , forme de 
cordonnier a laquelle est clouee une vis 
pour piquer Temboitement d'un talon 
de Soulier. — Z^ koipht ni s*siervet pu 
wair d^ kdbriolet : les cordonniers ne se 
servent plus gu^re du cabriolet. 

iLAbri«ieil, s. Cabrioleur, faiseur de 
cabrioles ; caracoleur. — C'ess^t-on kd- 
briolet ki «? mdie ndkt : c'est un cabrio- 
lenr fnfatigable. 

Umhuj s. Chou cabus, ohou rouge 
ponmie. — Planie de kabu : planter des 
chous rouges. — On It a tapiVkabu Ju : 
on Ta decapite. 

KaMseit , s. Laitue pommee , herbe 
potag^re tres-rafraichissante et qu'on 
mange en salade. — Sitokiie di kaMzeti : 
pomme de laitue. 

KafArtoB, 8. Cassation , acte jurif 
dique par lequel on casse des juge- 
ments , des actes et des j)rocedures ; 
annihQation , rescision , resiliation. — 
Li (Mr di kacdcion : la Cour de cassa- 
tion. 

WLm^kt e K«fMi, adj. Fragile. Yoy. 

kjm>^ , V. {Ji kasSy no kacan ; ji kasre). 
Casser , briser , rompre. ~ JTac^ a pti 
hokei: bresiller, casser a petits mor- 
ceaux. — Si kacd on hress to touman: 
se casser un bras en tombant. — Ki 
casipdie: celui qui cause quelque dom- 
mage doit le reparer. — Cri vo hi pdret 
H po kacd: c'est tous qui paierez les 
pots casses, qui devez supporter k 
dommage. — Ellakaci $*kiel, ii sabo: 
ellea casse son sabot, a fait un faux 
pts, alaisse aller le chat au fromage, 
a porte atteinte k son honneur. 

&Me, V. Casser , destituer , deposer, 
reyoqner. — Kad^ ^*^^ » ^ borgui- 
nwtM: destituer un omcier, un bourg- 
xnestre, le deposer, le r6voquer de ses 



fonctions , le priver de son emploi. — 
Kac^n'ak: casser, annuler, rescinder 
un acte ; le resilier. — Kac^ on jugmin : 
casser, reformer un jugement. — Kac£ 
ontestamin: casser, annihiler un testa- 
ment. 
Kac^, ale, adj. Casse, brise, froisse. 

— Papt kad: papier casse. — Kacaie 
voi : voix cassee, usee, eteinte, enrouee. 

Kacseeh h lUunnia, s. Bris, action de 
casser, de briser; fracture. — So mi 
pdrcilainn , on m'a diskontd oitan po Vka- 
cech : sur mes porcelaines , on m'a 
escompte tant pour les objets casses. 

Kacenii, s. Cassine, petite maison 
isolee dans les champs; maisonnette, 
cahute. — On p6f piti vieg di [tote ka- 
cenn : un pauvre petit hameau compose 
de toutes cassines. 

Kaoeft, elkfuiy s. Casseur, qui casse 
frequemment. — KaceH d'aciett : casseur 
d'assiettes ; tapageur, querelleur. 

■LaecAr, s. Cassure , endroit oil un 
objet est casse. — Rif^, rakomddd Vkor 
eeii/r: racconunoder la cassure. 

Kaeh, s. Cache, lieu secret propre h. 
cacher quelque chose j reduit , trou. 

— On-z^ dkimair li kack : on a decou- 
yert la cache. — Pitite kack : cachette. 

HjMh , s. Fruit tape , fruit cult au 
four et seche. — Koch di pom, di pe^r. 
pomme tapee , poire tapee. — Kack di 
beguenn: oreille de beguine. — On li a 
d*n^ n'kack : on lui a donne un bon coup, 
on lui a fait un abreuvoir i mouches. 

— Rimett li kack i for : se reconcilier, 
se remettre d'accord. — CesS't-iwufri- 
zaie kack : elle est fortement gr^lee 
(en mauvaise part). — Soula i kldr 
com di brouwet d'kach : cela est dair 
comme de Teau de boudin; c'est une 
chose tr^s-emlwouillee , un style inin- 
telligible. 

Kachccii h iLaehniia , s. Reticence « 
suppression ou omission volontair« 
d'unt chose qu'on devrait dire. — Gna 
baikd di pti kaekmin divin ^ou ki no ra^ 
konit lallly & beaucoup de petites reti- 
cences dans ce qu'il nous oonte ! 

iLaeket , s. Cftchet , petit sceau avee 
lequel on ferme des lettres , des biUet$ ; 
griflfe , seel , seing , estampille. — Mett 
li kacket: mettre, apposer le cachet; 
sceller , estampiller. — Disf/ Vkacket : 
6ter le cachet, desceller, rompre le ca- 
chet. — Dind di liqon a tan par kacket : 
donner des lemons a tant par cachet ; 
courir le cachet. 

ILaeheteclft h Kaehir^le« S. Action et 
maniere de cacheter. — Vola m^drol 



Digitized by 



Google 



— 92 



KAD 



d^espdss di hachetech : voila une etrange 
maniere de cacheter. 
iLaciftett, s. Cachette, petite cache. 

— WesU si pess d"6r divin n'kachett: 
dter ses pieces d*or dans une cachette. 

— Kachett di skriftdr: celmar , etui oil 
Ton met les plumes a ecrire et (jui sert 
de bouchon k un encrier. — Fe nsakoi 
i kachett : faire quelque chose en ca- 
chette, k la derobee. 

KacheUmin, adv. En cachette, en 
secret, a la derobee ; sourdement, furti- 
vement, clandestinement, k musse-pot. 
— - F^ s'cC kachettmin : faire son coup, 
executer son projet en tapinois , en 
catimini, a la maniere des chats; d'un 
pas furtif. 

KAcht, y. {Ji hack, nokachan; ji 
kachre), Cacher, mettre en un lieu oil 
Ton ne pent TOir ou decouvrir ; voiler, 
couvrir, celer, dissynuler, taire. — 
Kacht s'jeti: cacher son jeu, ses des- 
seins, ses Tues; derober sa marche, 
tirer la becassine. — Jowe d kacht: 
jouer au cacher, a cache-cache, k cligne 
musette. — Jitd n'plr i kacht s'min , ce 
V/ai d*on vilin : fait de vilain , jeter la 
pierre et cacher la main. — Amor, toss, 
feum e drgin ni s'kachi nin lontin: 
amour, toux, femme et argent ne sau- 
raient etre caches longtemps. Voy. 
ReapouneU. 

iLachi, *ie^ adj. Cache, secret, mys- 
tericux , voile, occulte. — Noss wezin 
esS't'inn am kacht: notre voisin est un 
homme dissimule , un dissimulateur ; 
sombre , tenebreux , boutonne. — Ma* 
laddie kachHe: maladie latente. — Li 
savan k'on n'kinoh, cesS't-on trezdr kacht: 
le savant inconnu est un tresor cache. 

iLachmtr, s. Cachemire , tissutres- 
fin fait avec le poil des chevres du 
petit Thibet. — On chdl, inn rdb di 
kachmtr: un chale , une robe de cache- 
mire. 

ILach«tr^le e ILachr^le, S. CacllOtte- 
rie, maniere mysterieuse d'agir ou de 
parler. -^A hoi hon tote ci kachoireiela? 
Fa , d'h^ voss pinsate : a quoi servent 
toutes ces cachotteries ? Parlez ouverte- 
ment. 

KAchi^, V. {Jikachtaie). Cacheter, 
mettre, appliquer un cachet; sceller, 
apposer son seel. — Kachtiavou di nU : 
cacheter avec du pain k chanter. 

iLAcI, 8. Cassier, arbre qui porte la 
casse; caneficier. 

liadAff, 8. Cadavre, corps humain 
mort ; carcasse. — Ode^ di kaddf : 
odeur cadavereuse. — Doviair on ka- 



KAD 

ddf' faire Tautopsie d'un cadavre, Tou- 
verture cadaverique. 

liadair, s. Quateme (prononcez: 
qouaterne) , quatre numeros pris et 
sortis ensemble de la loterie. — On 
n'wdgn kdzt mdXe on kadair: presque ja- 
mais on ne gagne un quateme. 

WLmAmmmy s. Cadastre, operations ca- 
dastrales , arpentage, classement et 
evaluation de toutes les proprietes. — 
Li mizreA di kadass : les geometres du 
cadastre. — Li kad^s di noss provinss 
a stu fai pur di-z-om to-t-oute : le ca- 
dastre de notre province a ete execute 
par de tres-habiles geometres. 

KAdastrAi, adj. Cadastral , qui ap- 
partient au cadastre. — Esfrai kadas- 
trdl : extrait cadastral. — Operdcion ka- 
dastrdl : operation cadastrale. 

WLmdmmtr^ e Madac^, v. {Ji kodos- 
/mi^).Cadastrer, appliquer les opera- 
tions cadastrales; mesurer, arpenter, 
evaluer les proprietes. — AsteUr to VpaX 
i kadastrS: aujourd'hui tout le pays, 
tout le royaume est cadastre. 

K«d««tr<M!b, s. Action et maniere de 
cadastrer. — On-z-a haicd sinplijli Vka- 
dastrech : on a beaucoup simplifie les 
operations cadastrales. 

Kadastreik, s. Geometres , experts et 
tons les agents du cadastre. 

iLadet, s. Cadet, jeune homme de 
bonne famille, qni sert comme simple 
soldat pour apprendre le metier de la 
guerre. — Kipagneie di kadet : compa- 
gnie de cadets. — C'ess-t-on kadet ki 
s'donn di hon tin : c*est un gaillard de 
haut appetit, qui aime la depense. 

Kadett, s. Cadette, la moins longue 
des deux grandes queues de billard. — 
Prinde I'kadett pojowi s'cd la : prenez la 
cadette pour jouer ce coup. 

iLadi, s. Cadi, juge chez les Turcs. — - 
On la min^ d Kadi: on Ta conduit de- 
vantleCadi. 

Kadinett^ s. Cadeuette, longue tressc 
qui tombe plus has que le reste de.s 
ch'eveux. 

iLadinig^, V. {Ji kadinsaie). Cadencer, 
faire des cadences , regler ses pas sui- 
vant une mesure. — Ti n'sSnin kctdinse 
ti pa coin i fd : tu ne sais pas cadencer 
tes mouvements. 

KadiuM , s. Cadence , mesure qui 
regie le mouvement d'un danseur; mo- 
dulation, harmonic, rhythme. — Pochi 
i rtoumd avou kadinss : s'elever et tom- 
ber en cadence. 

iLadianp, s. Candelabre, chandelier 
k plusieurs branches, plus grand que 



Digitized by 



Google 



— 93 — 



KAF 



KAF 



les chandeliers ordinaires. — A ckestaif 
gnadi kadlanp richmin dor^: au cM- 
teau. il y a des candelabres richement 
dores. 

umd4j s. Cadeau , petit present, don 
que Ton fait k quelqu*un dans Tinten- 
tion de lui etre agreable. — F^ kadC 
iinn bak : faire cadeau d*une bague. 

Yoj. Pr^mln h Mleho. 

Kjidorai , s. Bouge , petit reduit , re- 
coin. — Zi Idze d clikott e mitow ^ ka- 
i&rai : la boite aux chiffons est mise 
dans le bouge. — Kadorai d*inn koutr: 
cabinet du garde d'une houill^re, piece 
oil les ouvriers se chauffent. 

iUdr«, V. {Ji kddraie). Cadrer, avoir 
de la convenance , du rapport. — /V 
iddr€ n'sakai avou dttchoi : faire cadrer 
une chose avec une autre. 

luidrii , s. Quadrille , groupe de 
quatre danseurs et de quatre danseuses. 

— HaU, i no fd dansd n*kadril po fi 
rjless: alloos, dansons un quadrille pour 
faire la kermesse. 

Kadlriii , 8. Quatrain , stance de 

3uatre vers. — F^ de kadrin so tote s6r 
i svji : faire des quatrains sur toutes 
sortes de sujets. 

KAdronaie, s. Chaudronnee. Voy. 
lUbolale. 

umdrnpj 3. Quadruple ( prononcez : 
qouadruple), double pistole d*Espagne. 

— Qnfd kadrup : un faux quadruple. 
KAf h ilAt, s. Cave, lieu souterrain 

pour les vins, la biere , les provisions, 
etc. ; coffre pratique au-dessous de la 
caisse d'une voiture ; caisse k compar- 
timents ou Ton met des liqueurs. — 
Larmtr del kaf: soupirail de la cave. — 
lijonti del kdf: le chantier de la cave. 

— Dikinit h Vkdf e rmonte foit : des- 
ceiidre dans la cave et en sortir. — Mett 
del btr e Vkaf : mettre de la bi^re en 
cave, encaver de la biere. — Dikintt db 
tonai b Vkdf: descendre des tonneaux 
dans la cave. — Avu n*honn kdf; avoir 
une bonne cave, avoir une cave bien 
foumie de vins. — Le frize kdf rindet 
rct« meie^: les caves fratches abonnis- 
seut les vins. — Ra-d'kdf: rat de cave, 
commis des contributions indirectes 
qui visitent les boissons dans les caves ; 
espece de bougie mince, roulee sur elle- 
m6me et dont on se sert pour descendre 
a la cave. 

lUf, adj. Maigre, creux. Voy. HAff. 

■LafAT) s. Petit cafe, mauvais cafe. 
Voy. Lapet|..dl-clftlii. 

iuiieie.k«ii4u , adv. De temps en 
temps, accidentellement. — AUf sovin 



aBrucel?.,. Kaf^ie-kaddtt : allez-vous 
souvent a Bruxelles ? De temps a autre. 

Maff^ir, s. Cafeiere, lieu plante de 
cafe. 

Maffet, s. Cafe, f^ve du cafier, feve 
arabique. — Kafet Bourbon : cafe Bour- 
bon. — Kafet dVavan : cafe Java. — 
Kafet Mdkd: cafe Moka. — Kafet al 
s^korlie: cafe mele de chicoree. — Db 
mdrtiriz^ kafet : du petit , du mauvais 
cafe. — BroHUdi kafet : bniler , rdtir, 
rissoler du cafe. — Kafet brakU cafe 
imparfaitement rdti. — Moiir U kafet : 
moudre, broyer le cafe. — Molin d kafet : 
moulin k cafe. — Beiir li kafet: boire, 
prendre le cafe. — ColeUr kafet : couleur 
cafe au lait. 

Maffet , s. Cafe, lieu oil Ton prend du 
cafe et d'autres boissons; estaminet. 
— Janss beitr on kitflon d kafet db MHe- 
Kolonn : allons boire un petit verre au 
cafe des Mille-Colonnes. — A kafet del 
PdXe, on s't bait to U j&& : au cafe de la 
Paix , on s'y cogne joumellement. Voy. 
IL4bare(. 

Kafft, s. Cafier ou cafeier, arbre qui 
produit le cafe. 

Kaffousnech, s. Faux plis, action de 
chiffonner, resultat de cette action. — 
Kiminfepo k'on n' veins pu ci kafougneg 
la? Que ferez-vous pour faire dispa- 
raitre ces plis grossiers? 

Kaffousneift , eAfls ou reaa , S. Celui 
qui chiffonne. — C'ess-t-inn fameitss 
kafougnress : elle chiffonne vilainement 
ce qu'elle touche. 

iLaffoui;iii, V. (Ji kafoffn, no kafou- 
gnan). Chiffonner, bouchonner, froisser, 
fripper, faire prendre de mauvais plis ; 
patrouUler. — J'a tote kafougnt m'gd- 
mett: j'ai toute bouchonne ma coiffe, 
ma cornette. 

Kaffouma, s. Lieu sale et enfume; 
taudis; figure noire et desagreable. — 
On m*a mHou doirmi divin on sakri lai 
kafouma : on m'a couche dans un detes- 
table taudion. 

Kaffouma, s. Assa-fsetida. Voy. iiiron- 

d'dlal. 

Kaffc^, V. {Jikaftaie). Prendre sou- 
vent du cafe. — Cb pdvrd gin la kafti 
tote li joHrnaie : ces pauvres gens pren- 
nent du cafe k toute heure. 

iLaffiech e iLafftr^ie, s. Habitude de 
prendre frequenunent du cafe. — Li 
kafteck ni donn nin baikd dfoiss : Tusage 
frequent du cafe procure pen de force. 

Kafiea , reus , s. Grand preneur , 
grand amateur de cafe. — Lb kafteH i 
U kaf tress , c'ess-t-drdinairmin d^ nawh 

Tome ii. 121 



Digitized by 



Google 



— 94 — 



KAH 



KAI 



gin : ceux et celles qui ont un godt exa- 
gere pour le cafe sont ordinairement 
des gens paresseux. 

■Laftt, tr, s. Cafetier , qui tient cafe; 
limonadier , marchand de rafraichisse- 
ments. — A Lick, to le kaflt wangmt bin 
leH vHe: k Liege, tous les cafetiers font 
leurs affaires. 

MAfti^re, s. CafetierCy vase pour 
faire le cafe. ■— Kaftiire d^drgin^ di 
ke^Vy di flair sitatnnd', cafetiere d'ar- 
gent, de cuivre , de fer-blanc. — Kaf- 
ti^re d choukold : chocolati^re. — TUtu- 
ron del kaftidre : bee de la cafetiere. 

Kafu, 8. Confusion, cohue, desordre. 

— Jim' a bin ratt sechtfodt, d'ci kafu la : 
je me suis hSte de quitter cette cohue. 

KjisnAr h iLAsneMs, adj. Hargneux, 
taquin, tetu, brutal, reveche, litigieux. 

— Le gin kagness, c? com d^ bouhon di 
spenn : les gens hargneux sont comme 
des buissons epineux. — Kagness boi : 
bois noueux. 

Kasnesmln , adv. Opiniatrement , 
obstinement. — Agir kagnesmin: agir 
ayec des sentiments hargneux. 

UMgnemtSj s. Opini^trete, obstina- 
tion. — Train avoti kagnesie : traiter 
avec aigreur et tenacite. 

Mm^wkUy V. (</t Aa^n^ate). Taquiner, 
importuner , impatienter , contrarier 
habituellement. — Im'kagniaie tan k*on 
joH dlon: il me taquine tout un jour. 

— El son todi a s'kagnte Veunn Vdti: 
elles sont toujours k se taquiner. 

Ka^nlea , e^M h reaa , s. Taquin , 
mutin , querelleur , contrariant. — Ci 
pti vaU la ^ kagnteh, : ce petit mioche est 
taquin. — Dimand ke^ vo, MaXann, ni 
seat si hagntress : restez tranquille , 
vous, Marie- Anne, yous etes trop ta- 
quine. 

Kjisntr^ie, 8. Taquinerie , action de 
celui qui taquine; importunite, muti- 
nerie. — Finihd vo kagntrhie , si m'lei ^ 
pdXe: finissez vos taquineries et laissez- 
moi en repos. 

Maht-kaha, adv. Cahin-caha , tant 
bien que mal; coussi-coussi, entre le 
zist et le zest; moitie flgue, moitie rai- 
sin. — Kimin va-t-i avou voss procet 1 
Pa^ kahi-kaka : comment va votre pro- 
ems? Mais, cahin-caha. 

Mahotf,s. Rouleau de monnaie. — Di 
tin pad, on kontif par kakott di deHk 
skHin on d'vin patdr di Lick : ancienne- 
ment, on comptait par rouleaux de 
deux escalins ou de 20 sous de Liege. — 
VoUf wagt po n*kakottf Voulez-vous 
parier pour un rouleau de 20 sous ? — 



Si vo n*veU gott, rdi vo kakott: si vous 
n'y voyez pas clair, faites de grands 
yeux (expression de mecontentement). 

Mahott, s. Cornet de papier pour y 
mettre du bonbon et autres choses. — 
Kakott di ronsouc , di pastel^ di toUihac : 
cornet de pois sucres , de pastilles , de 
tabac. — Afair ki toUnn a kakott : 
affaire qui prend mauvaise tournure, 
qui ne reussira pas. — Bdcel ki toUmn a 
kakott: fille qui s'abandonne, qui laLsse 
aller le chat au fromage. 

Kahn, s. Cohue, bagarre, bruit, con- 
fusion , tumulte , chaos. — J'a kwitd 
rbaly ci n*esteii> k'on kaku : j*ai quitte le 
bal, ce n^etait qu'une cohue. Voy. Kaffa. 

iLahiktt , s. Cahute , cassine, cabane. 
■— ^t logipdvrimin d*vin n'pitite kakUt: 
se loger pauvrement dans une petite 
cabane. 

Mahiku, adj. Engourdi, appesanti. — 
Avu Vtiess kakUtt : avoir la tete endo- 
lorie. 

iLai, s. Quai, levee en pierre lelong 
de Teau pour la contenir. — S*ald por- 
mindso Vkaid'Sin-Zind, so Vkai d^Avreii : 
aller se promener au quai Saint-Leo- 
nard, au quai d'Avroy. 

wLAtj V. (Ji kdie, no kdXan), Ecar- 
quiller, ecarter les jambes. — Si kdi 
dvan Vfeii, : se chauffer en ecarquillant 
les jambes. 

KAI, adj. Larmoyant. Voy. oikAt. 

iLairt, s. Caissier, celui qui tient |la 
caisse chez un financier, chez un ban- 
quier ; agent comptable ; depositaire. — 
Li Bank ndciondly c'h Vkaict de Ooveme- 
min : la Banque nationale est le caissier 
du Gouvernement. — Ce Vkaict d'al 
ComMHe k'i I'miieU jug del piSss k*on 
jow: c'est le caissier du spectacle qui 
est le meilleur juge de la piece qu'on 
joue. 

Kaifon, s. Caisson, grande caisse 
qui sert ordinairement pour porter des 
vivres et des munitions k I'armee. — Le 
kaicon d-Vavan-gdr : les caissons de 
Tavant-garde. 

Kale, s. Caillou, jeu dans lequel il 
faut abattre un caiUou pose sur une 
pierre plus grosse. — JowS al kale: 
jouer au caillou. — Meit ti kaXe I Re- 
place ton caillou I 

KAie, 8. Rognure d'etoffe, loque, 
lambeau servant d'amusette aux en- 
fants; retaille. — Li bdcel jowe volti 
avou di kdl'e : les petites filles aiment de 
s'amuser avec des rognures d'etoffe. 
— Ce stqf la n'valet rin, ci nik'di kdU : 
ces etoffes ne valent rien , ce n'est que 



Digitized by 



Google 



96 — 



KAI 

de ia chiffe. — On-z-^ iurtojalo d'si MXe : 
chaeun tdent a ses bibus ; \ chaque fou 
plait sa marotte , a chaque oiseau son 
nid est beau. 

KAiet, s. Talon de bois. — BuchSdi 
latet: d^rossir des talons de bois , leur 
donner une forme re^liere , elegante. 
— H feum ni m?td pu di soU a kai'et : 
les fenunes ne portent plus des souliers 
a talons de bois. 

Kaiet , 8. (,'ahier , feuilles de papier 
reunies par un bord ; journal , memoire, 
registre. — Kal'et d'papt d'poss : cahier 
de papier k lettres. — Ka^t d'tem: 
cahier de theme. 

Kaiet , s. Kale, morceau de bois ou 
de pier re pour mettre de niveau. — Li 
tdfkihoss, mHe on kaXet dzo Vpi: la 
table branle, calez-la. 

Kafet-barnef, s. B^tonnet. Voyez 



KAL 



Kale«-d'fc«l e lUiVetHl*lesa, s. Tison, 
morceau de bois , biton de coteret. — 
PrindSde^s treH kaXet-d'legn pofihlami 
Vfeit : prenez deux ou trois tisons pour 
»ttiser le feu, pour le faire flamber. 

Kaiet^ , V. \Ji kaYetaie), Faire de la 
dentelle. — Vola npitite bdcel ki kaXetaie 
deja : voil& une petite fille qui fait dejk 
de la dentelle. 

Kaieteeift, s. Action et maniere de 
ftiire de la dentelle. — Li kaXetech ess- 
t-inn p6f handel : le metier de dentel- 
liere est peu lucratif. 

KaieCeeh, s. Remplacement de pierres 
pourries. — Wdrd4 ch ptr la po VkaXe- 
tech: garderces pierres pour remplacer 
celles qui sont pourries. 

Kiaetrewi, s. Dentelliere, faiseuse de 
dentelles. — Fizai d'katetress : fuseau 
de dentelliere. -r- Codn d*kal'etres8 : car- 
rcau de dentelliere. 

KaTeCreMi, s. Faucheux ou faucheur, 
araignee k longues pattes. — Kwan on 
net Ih kaUtress, c'i senn di hai tin : 
la reapparition des faucheux annonce le 
retour du beau temps. 

Kiaewai , s. Caillou , petite pierre ; 
rocaille, galet, silex. — Si halt a c6 
^laXewai : se battre a coups de pierres. 
— Z^ kaXewai son detr to cost^i il y a 
des peines partout. 

KatowAi-rdM, s. Caillot-rosat, poire 
pierreuse et ayant un goiit de rose. — 
J'a on peri d'ka^ewai-^dss : j'ai un poirier 
de caillot-rosat. 

Ktfewreh, s. CaiUoutage , ouvrage 
feit de cailloux. — VdXefaitt di kaXewech : 
chemin de cailloutage. -- B6m di hai'e- 
^f^h: grotte de cailloutage. 



Maleweaii, adj. Coriace, dur comme 
le cuir; duriuscule. — Vo kronpir son-t- 
on p6 kaXewess: vos pommes de terre 
sont duriuscules. — KaXewess v6Xe : che- 
min caillouteux, chemin ^pre et rabo- 
teux, plein de cailloux , chemin de cail- 
loutage, chemin rocailleux. 

KaVeweik, eAM, adj. Siliceux, qui est 
de la nature du silex ou caillou. — fair 
kaXeweiiss: terre siliceuse, silice, subs- 
tance siliceuse. 

iLa¥ff, s. Lache, traitre. — Cimarcho- 
tai la a-t-agi com on kaXf: ce regrattier a 
agi comme un trattre. 

Kaim, s. Cimier, ornement qu'on 
porte au haut du casque ; crini^re , tout 
le crin du cou d'un cheval ; laide cheve- 
lure. — Z^ dragon poirtetdi kaim a leHk 
cass : les dragons portent des cimiers k 
leurs casques. 

Kair , s. Mine , air. — D^ planti Von 
bonn kair: des plantes qui sont saines. 

KaiM, s. Caisse, coffre de bois k 
dessus sans gonds. — Pitite kaiss : 
cassette, petite caisse. — Kaiss di fizik^ 
di HcaXerHe : caisse de fusils, de quin- 
caillerie. — Viidi n' kaiss di marchandHe : 
decaisser des marchandises. — Kaiss 
d'on rciveH : caisse d'un receveur , d'un 
comptable. — Kaiss di montt : caisse de 
montre. — C'ess-t-onk ki fai d^ kaiss : 
c'est un layetier. 

WLmimmj s. Gros tambour, caisse. — 
Batt li gross kaiss : battre la caisse. 

iLaiw^, V. (Jikaiwj no kaiwan). C' ban- 
ter (se dit de Toiseau qu'on nomme 
bruant ou breant) ; il signifie aussi 
chanter k un oiseau. 

Kalwecift, 8. Chant du bruant. 

iLaimeriik, s. Autrichien de 1792; 
aristocrate. — L'an nonantt-kwatt , U 
* Kaizerlik ft pless d France: en 1794, 
les Autrichiens firent place aux Fran- 
cais. — TaisS'tu, lai kaizerlik: tais-toi, 
vilain drdle. 

MalaoikVe e KalxonVeik, eft**, 8. etadj. 
Chassieux, qui a de la chassie aux yeux. 

— On lai f>iair di kaizoilXe : une vilaine 
physionomie chassieuse. 

Maja h Kiajo, 8. Toile d'emballage, 
serpiUiere. — Ebald d^ ka/et divin del 
teHl di klaio : emballer du cafe dans de 
la serpiUiere. 

Kai, 8. Cale, partie la plus basse 
dans rinterieur d'un b^timent de mer. 

— On meta U prixontr d fon d'kal : on 
deposa les prisonniers a fond de cale. 

iLaiaiaa, s. Caleche, 8orte de carrosse 
coupe. — Si porminS e kalaiss : se pro- 
mener en caleche. 



Digitized by 



Google 



— 96 — 



KAL 



KAL 



■LalamaBBy s. Calmande, etoffe de 
laine lustree dW c6te comme le satin. 

— On vt kou'd'ehdss di kalamann : une 
vieiUe culotte , un vieux haut-de- 
chausses da calmande. 

ILalaDdeeb, KaUndr^le h ILalanU, S. 
Chalandise, habitude d'acheter chez un 
marchand. — C'ess-t-on marckan ki vin 
iro Mr, i n'dret nin m'kalantt : c'est un 
mai*chand qui vend trop cher, il n'aura 
pas ma chalandise. Voy. Kantf. 

KalA4i,s. Calade, terrain en pente 
dans un manege. — /V d'hintt U kaldtt 
a on jtd po It aprinit a plot Ve hanch : 
faire descendre la calade a un eheval 
pour lui apprendre k plier les hanches. 

Kaibact J s. Calebassier , arbre dc 
TAmerique dont le fruit, semblable k la 
courge, est un de ceux qu'on nomme 
calebasses, 

KaibaM, s. Calebasse, gourde, courge 
sechee et videe, espece de citrouille dont 
les soldats , les pelerins , etc. se servent 
pour porter de Teau et du vin. — PoirU 
n'kalbass plinlt d*aiw avou lu : porter 
avec soi une calebasse pleine d'eau. — 
N'6i avou di kalbass po dzo U bress : nager 
avec des calebasses sous les aisselles. 

iLaibott, s. Niche, recoin , petite 
cache; compartiment. — Vo troHvr^ on 
hoirai d'hrocal i Vkalhott: vous trouverez 
une botte d'allumettes dans la niche. — 
Li kalhott d'on viloi : le recoin d'un eta- 
bli (de cordonnier). — Li kalhott d'on 
kHeH : la boite d'un queteur. — Zi kal- 
hott d'on kficiondl : rinterieur d'un 
confessionnal. 

Kairidilnii , s. Calcedoine , agate 
d'une couleur laiteuse et remplie comme 
de nuages ; saphirine , calcedoine qui a 
la couleur du saphir. — Kalciddnn d 
blank e teck : pierre calcedonieuse. 

■Lai*, a!e, adj. Recherche dans sa 
toilette. Voy. «Me e Faro. 

Kai^nia, s. Secret, affaire particu- 
liere non divulguee. 

Kaifnrtt, s. Galefretier, homme de 
neant, mal vPtu ; frelampier. — Ona 
n*bantt di kaJfurtt k'on minS Vareg del 
nutt: un tas de vauriens ont fait du 
vacarme pendant la nuit. 

Kaitartr^ie, s. Racaille , populace. 

— On rveH todi avou Vkalfurtriie : on 
le voit toujours avec la racaille. 

iLaitb, s. Calibre, diametre interieur 
d'un tube quelconque. — De^ kanon, 
deH pile d'mainm kalth : deux canons, 
deux colonnes de meme calibre. 

Kalibo e KaliboM, s. Chenapan. 
Yoy. KallhoM. 



iLaitbr^^v. (Ji kalthraie), Calibrer, 
donner le calibre, la grosseur conve- 
nable. — Kalthri dd bal: calibrer det 
balles. 

iLaitbrecb, s. Action et mani^re de 
calibrer. — Sognt rkalthrech di houlet 
d'kan&n: etre charge du soin de cali- 
brer les boulets de canon. 

Kaiiff, s. Calife, nom des souverains 
musulmans , successeurs de Mahomet, 
qui reunissent le pouvoir temporal et le 
pouvoir spirituel. — Zi Kal%f di Bag- 
datt: le Calife de Bagdad. 

Kaiiat, V. (Ji kalifeie^ no kalifan). 
Qualifier, marquer la qualite d'une 
chose, d'une proposition, Sl*une action. 

— Zi Sindtt kalijia ci Itv la d'Mtik: 
le Synode qualifia d*heretique cet ou- 
vrage. — El si kalifhie di baronets: 
elle se qualifte de baronne. 

Kaiiat, v. Justifier, prouver Tinno- 
cence. — On Vamhtdv d'avu drdb^, min 
is^kaliia: on Taccusait d'avoir vole, 
mais il se justifia, il se disculpa. 

KaiiaM, s. Jouet d'enfant, petit 
homme de bois qui chie des pieces d*or. 

KaiiflM, s. Escarcelle, grande bourse 
al'antique. — Rinpli, vHdt ikalips: 
remplir, vider son escarcelle. 

Kaiiffraf, s. Calligraphe , celui qui 
s'applique k la calligraphie. 

KaiisrafMe, s. Calligraphie , Tart 
de bien former les caracteres d'ecriture. 

— Maiss di kaligra^He : maitre de cal- 
ligraphic, de belle ecriture. 

Kaiihoss , s. Vaurien , libertin. — 
N'fd nin koiLtS ci lai kalikoss /a: il ne 
faut pas ecouter ce chenapan. 

Kaiin , 8. Coquin , gueusart , larron, 
malveillant, esprit malevole , depreda- 
teur. — Hi knokou po on fame^ calin: 
il est connu par son improbite, pour un 
insigne fripon, pour un coquin a triple 
etage, pour un archi-coquin , un syco- 
phante, un supp6t de Satan. — Ondvin 
kalin avou on maiss ki Vi : on devient 
coquin avec un maitre qui Test.^ — Zi 
kalin moiir todi tro tdr : le mechant 
meurt toujours trop tard. — Kalin ki 
tronp kalin rin Vdial contin: le diable 
est content quand un fripon en trompe 
un autre. 

KaiinbaAr , s. Calembourg , jeu de 
mots fonde sur une equivoque; mot ou 
phrase k double sens. — Fedi mdva, di 
pla kalinhoHr: faire de mauvais , de 
plats calembourgs. 

Kalliiboarik e KallnbonrlM, S. Fai- 
seur de calembourgs. — Noss Ckdktr 
esteH't-on fameik kalinbouriss : Chokier 



Digitized by 



Google 



97 — 



KAL 

etait on remarquable faiseur de calem- 
bourgs. 

Kaiiwir^le, s. Coquinerie, mechan- 
cete, friponnerie, filouterie, depreda- 
tion, mauvaise foi ; obscenite, discours 
impudiques, devergondage. — Fi de 
kalinnreie : commettre des actions 
odieuses, des coquineries, se permettre 
des actes honteux, impudiques, qui re- 
Toltent la pudeur. — Dtr dd halinnrHe : 
tenir des propos lieencieux, polisson- 
ner, dire des obscenites. 

KAiiM , 8. Calice, vase sacre oil se 
fait la consecration du vin. — Coviek di 
Uliss: pale, carton carre, recouvert de 
toile blanche et dont on couvre le calice. 
— Dra d*kdliss ; voile de calice. — Kd^ 
lissd^JUHr: calice des fieurs; evase- 
ment en forme de coupe dans beaucoup 
de plantes, 

KAiit^ • s. Qualite, ce qui fait qu'une 
chose est telle ou telle , bonne ou mau- 
vaise; attribut , ^enre , sorte, caractere, 
nature, modalite; propriete, rang, titre, 
qualification , dignite ; epithete , adjec- 
tif. — Chdr, siiofdifrumi MliU: viande, 
etoffe de premiere qualite. — (7V d^ laiU 
UliUfo %*feum hi di kjdzd U gin i d*he^ 
lipekei: la medisance et Tivrognerie 
sont deux vices detestables dans une 
femme. — Ji n*a nin kdliUfo v'pdt : je 
n'ai pas qualite pour vous payer, je ne 
snis pas autorise de vous payer. — On 
n'a ndxe tote U bonn ni tote U mdU M- 
Hid: on n'a jamais toutes les bonnes ni 
toutes les mauvaises qualites. 

KaiM, adj. Calme, sans agitation. 

Voy. Pahftl e Trankll. 

KalMan, anu, s. et adj. Caiman t, 
8edatif , qui calme les douleurs. — Ri- 
^iit kalman : remede calmant. — Boicon 
Ulmantt : potion calmante. 

KalMMMB J s. Calamine ou pierre ca- 
laminaire; oxyde de zinc natif, subs- 
tance minerale jaunitre dont on se sert 
pour faire le cuivre jaune ou laiton. — 
'^meir al kalmenn : je travaille a Tex- 
ploitation de la calamine. 

■^•im«trai, 8. Gamin, mioche, gri- 
maud. 

>ui«, s. Magot. Voy. «4«iA. 

■uuMii^ie , s. Calomnie, fausse im- 
putation qui blesse la reputation et 
I'honneor , detractation , denigrement. 
-^PtUii di kalomnHe contt in sakt : pu- 
olier des calomnies contre quelqu'un. 
"7 I>ifoid Vkalom*iHe : braver la (^om- 
^e- Voy. T«lHl'«iieAr. 

**!•■, 8. Calandre , ver qui ronge 
^ blee dans les greniers ; charan^on , 



KAM 



cosson. — Ml grin son to kmagnt di kdr 
Ion: mes bles sont tout ronges des cha- 
rangons. 

KAi«n6. adi. Charangonne. — Di 
grin kdlone: ble charan^onne. 

KAioneeift, s. Etat du ble charan- 
conne. — Zoukl d'espaicht It kdlaneg di 
wacin : faites que le seigle ne se charan- 
conne pas. 

Kal«rifair, s. Calorif^re, poMe mo- 
derne economique. ■— Avon U kalorifair 
on n'a nin di poiicir : avec les caloriferes 
on n*a pas Tinconvenient de la pous- 
si^re. 

Kainin^ , V. {Ji kalsinaie). Calciner , 
soumettre des matieres quelconques k 
Taction du feu, reduire aTetatdechaux. 

— Noss rneUr a stu to kalsin/par li Mam : 
notre mur a ete tout calcine par les 
flammes. — Zi ptr si kalsini-tifeiL : les 
pierres se calcinent par Taction du feu. 

iLalnlneeift y s. Calcination , action de 
calciner, resultat de cette action. — Zi 
kalsinig di plonk , di ptr, di mitd : la 
calcination du plomb , des metaux, des 
pierres. 

liaiMin, s. Calecon, vetement de toile 
qu'on met sous la culotte ou le pantalon. 

— Kalson dteul , di flanel : calegon de 
toile , de ilanelle. 

Kaivair, 8. Calvaire , elevation plan- 
tee d'une croix pour figurer le veritable 
calvaire. — J'dreiL volti on kalvair d co- 
ron di m'jdrdin: j'aimerais d'avoir un 
calvaire au bout de mon jardin. 

Kaivenn , s. Calville , esp^e de 
pomme. —Rock kalvenn, blank kalvenn: 
calville rouge , calville blanche. 

Kai¥iiilfl«, s. Calviniste, qui suit les 
opinions de Calvin ; camisard , calvi- 
niste des Cevennes ; calvinisme, religion 
de Calvin. ^ SipotS n'kalviniss : epouser 
une calviniste. 

Kamaeh, s. Menus objets, menuaille, 
vieillerie , aflutiaux , broutilles. — Di 
hat p'ti kamack: de johs petits objets, 
des jolivetes, babioles, brimborions. — 
Weste to vo kamack : emportez toutes vos 
bucoliques. — Tini kamack : tenir mai- 
son de prostitution. Voy. KannUa. 

KamaVe , s. Camail , petit manteau 
que portent les eveques et autres eccle- 
siastiques privilegies. — Neiir kamaXc , 
vioU kamaXe: camail noir, camail violet. 

— Vovri ripoitt pluzieUr kamaXe : Tou- 
vrier reporte plusieurs camails. 

KamaVed , s. Camaieu , pierre fine de 
deux couleurs ; tableau peint avec une 
seule couleur. 

Kamaaiei , s. Camomille, plante odo- 



Digitized by 



Google 



— 98 



KAM 



RAN 



riferante (^ui porte iine fletir de mSme 
nom ; pyrethre. — 01 di kamamel: huile 
de camomille , ou huile de cameline. 

MamAr, s. et adj. Camard, qui a le 
nez plat; attrape, leurre. — C'ess-t-on 
kamdr JCa on lai viair: c'est un vilain 
camard. — Kwan il a vHou s'maiss , il a 
stu to kamdr : quand il a vu son maitre , 
il fut tout confus. Voy. Kama. 

Kam^ilA, s. Camelia, arbrisseau, sa 
fleur. 

Kam^HUlech e iLam^rAdr^ie , s. Ca- 
maraderie, familiarite de caraarades. — 
Ciss kamerctdrhe la n'siret 7iin dlonk dti- 
raie : cette camaraderie ne sera pas de 
longue cluree. — BaikO d'plest s'obtinet 
par kam^Mech : beaucoup d'eraplois 
s'obtiennent par camaraderie. 

KAm^rAu, s. Camarade, ami, com- 
pagnon d'ecole , de profession. — Oran 
kam^dit: grnnd ami, ami intime. — 
No'Z-avan stu Kamh-dtt di skol: nous 
avons ete des condisciples , des cama- 
rades d'ecole. — /V KamhM : faire , 
Her amitie. — Ess hamh^dtt eronl : Stre 
amis, lies d'amitie, intimement lies. — - 
Kimin v'vn-t-i don, kamhrdtt Aficht? 
Comment vous en va, Tami Michel ? — 
Ze tt hamhdtt, c*i U m^ieUt, d'to: les 
vieux amis sont les meilleurs de tous ; 
vieux amis , vieux ecus. — On bon ka- 
mhrdtt vd mi Vein parin : un bon cama- 
rade vaut mieux que cent parents. 

KamiBoi , s. Yeste a manche , habit 
court; pourpoint. — Afet^ voss kamizol 
po-z-ovrifi mettez votre veste a manche 
pour travailler. — Kamizol di feum : 
brassieres. — Kamizol di hoUzdr : dol- 
man. — Kamizol difoiss : camisole de 
force pour les alienes furieux. 

Kamlenn , 8. Cameline , plante cru- 
cifere dont on extrait une huile bonne 
a briiler , qu'on appelle improprement 
huile de camomille. 

BiJimio, 8. Camelot, espece d'etoffe 
faite de poil de chevre et m^lee de laine, 
de sole, etc. — Kamlo d'Holantt, di Brur 
eel , di TwrkHe : camelot d*Hollande, de 
Bruxelles, de Turquie. — / rsdnn li 
kamlo , il a pri s'pleU : il est comme le 
camelot , il a pris son pli , il est incorri- 
gible. 

liamlot^, V. {Ji kamlotaie), Veiner, 
imiter par des couleurs les veines du 
marbre ou du bois. 

liamn, Hm, s. et adj. Camus, ca- 
mard , qui a le nez court et plat. — Vo 
l*riknohr/ bin , &ess-t^on kamu: vous le 
reconnaitrez bien, c'est un camus. — 
Ell a n*kami^s narenn, c'ess-t-iwn piiiie 



ham^tett : elle a un nez camard , c'est 
une petite camuse. 

Kamikmeu, s. Diminutif du prece- 
dent. 

iLan , s. Camp , lieu on une armee se 
loge en ordre; campement. — Fortifii 
on kan : fortifier un camp. —LHS Vkan : 
lever le camp. — Zi troup ariva d kan 
d\an Vnutt : la troupe atteignit le camp 
avant la nuit. — FouteVkan : prendre le 
camp, s*en aller,fuir,tirer ses chausses, 
tirer ses grej^ues , deguerpir. 

BiJin , s. Kan , prince , commandant 
chcz les Tartares, les Persans, etc.; lieu 
oil les caravanes se reposent. 

Kanada, s. Pomme de terre. Voy. 

Kronpir. 

Kanaie , s. Canaille , vile populace ; 
coquin et coquine ; vaurien , mechante 
femme. — Fd-t-ess kanaXepofS n*sifaitt : 
il faut St re un coquin , une devergondee, 
pour commettre une telle action. — Aid 
avou U kanaXe : banter la canaille , s'en- 
canailler. — AbHe.fou d'cial , kanaXel 
Hors d'ici , vite , canaille ! 

KanAi , s. Canal, conduit par oil Teau 
passe ; aqueduc , tuyau de fontaine, na- 
ville, egout. — Zi kandl del Moiiss: le 
canal lateral k la Meuse. — Zi kandl di 
Zuksanbour: le canal de Luxembourg. 
— Nett , vMt on kandl : nettoyer, vider, 
curer un canal, un egofit. — NHiei^ 
d'handl : cureur de canaux , gadouard , 
vidangeur. — Le sahramin c? de kandl 
ki coret d*d ctr so Vtair : les sacrements 
sont des canaux par lesquels Dieu r6- 
pand ses graces. 

Kanap^ , s. Canape , long siege a dos- 
sier oil plusieurs personnes peuvent 
s'asseoir ensemble; causeuse, petit ca- 
nape pour s'y asseoir deux personnes 
seulement. — Si stinte divin on kanapd : 
s'etendre dans un canape. — Kanape 
board d'vloiJtr : canape reconvert de ve- 
lours. 

KanAr , s. Canard sauvage , sorte 
d'oiseau aquatique. — J6nn kandr : hal- 
bran , jeune canard sauvage. — Fizik d 
kandr : canardiere. 

KanAr, s. Barbet. Voy. €hla-Kjui4r. 

KanArdir e ILanArdr^le, S. Canar- 
diere , lieu prepare pour prendre les ca^ 
nards sauvages dans des nasses; fusil 
propre k cette chasse ; guerite ou autre 
abri d'ou Ton pent tirer en siirete. 

iLanAri, s. Serin, petit oiseau jau- 
nfttre dont le chant est fort agreable, et 
auquel on apprend a siffter , ji chanter 
des airs ; canari , serin (''^s Canaries. — 
Jenn kandri, blan kandri : s^jrin jaune , 



Digitized by 



Google 



09 



KAN 

serin blanc. — T^chau kandri : serin pa- 
nache. — Zifrumel kandri n'chcmtt nin : 
la serine ne chante pas. — N^^ d'ka- 
ndri: nichoir. — Ze kandri magnet volH 
desimson: les eanaris aiment le sene- 
§on. 

KMftArt, 8. Echeveaux de fil de laine 
que les ouvriers volent aux fabricants 
dedrap. 

HjuiArrMe , s. Millet et autres graines 
pour nourrir les serins. 

KasMM, 8. Tabac en poudre d'une 
qualite inferieure. — Ji n*vou nin d*si 
tnouf, c? del ianass : je ne veux pas de 
son tabac > il ne vaut rien. Voy. Cha- 

KMibrai , 6. Toile de lin daire, mous- 
seline g^azee. — J* a fai m'wdtt avou d^ 
kanbrai : j'ai fait ma galne de toile de 
lin claire. 

Kanbr^ , Y. {Ji kanbraie). Cambrer , 
courber en arc, ployer. — Vola on soUmi 
qui k*fnins8 a s*kanbre : voili une poutre 
qui commence a se cambrer. — Kanbrd 
de sole : cambrer des souliers. 

KaMbrech, s. Action de cambrer. — 
Li kanbreg rin on soU pu bai : cambrer 
on Soulier le rend plus beau , en rend la 
forme plus gracieuse. 

iLBBiMrelir, s. Cambrure , courbure 
en arc. — Trofoitt kanhr&Stri cambrure 
trop profonde. 

KAabrUton, s. Dresse, morceau de 
cuir entre les semelles , pour soutenir la 
cambrure. — /V d^ kanbrilion avou d^ vi 
k^: faire des dresses avec du vieux 
cuir. 

Kanbnriin , s. Poire. — Pei^r di kwn- 
hrlin : poire de Cumberland. 

BiJinch , 8. Change , inter^t de Tar- 
gent; echange, troc. — Wangnt ou piett 
al kanch : gagner ou perdre au change. 
— Fi n* kanch: faire un echange, echan- 
ger, troquer. — Fd kanck po kanch : faire 
Techange pur et simple. — Pdi n'lett 
di kanch : payer une lettre de change. 

iLandMa , s. Candidat , toute per- 
sonne qui postule un emploi ; postulant, 
aspirant , pretendant. — On Vprhintt 
com kandida al Chanb: on le presente 
comme candidat k la Chambre legisla- 
tive. —In^voupuess kandida : il renonce 
a sa candidature. 

Kjuik^, V. {Ji itann, no kanan), Mesurer 
a la canne. — Kan^ ou pico d*dra , in 
pess di teU : mesurer k la canne un cou- 
pon de drap , une piece de toile. 

lum^, V. {Ji kann, no kanan). Refu- 
ser avec humeur. — On It kannri : ce 
n'est pas viande pour ses oiseaux. 



KAN 

Kjuiei , s. Cannelle, ecorce odorife- 
rante d'un arbre qui croft aux Indes 
orientales ; cinnamome des anciens. — 
Bordon d*kanel : bftton de cannelle. — 
Del molow kanel : poudre de canneDe. — 
Gross kanel : cannelle giroflee. — Del 
kanel po U bdcel , di stron docket po Ih va- 
let: de la cannelle pour les demoiselles , 
fiente de chaton pour les gar^ns (die- 
ton populaire). 

KanMt, 8. Cannellier, espece de lau- 
rier dont on tire la cannelle. 

KMieu, 8. Buire, potkanse, aigui^re. 

— Kanett di hdrU : cruche , cruchon de 
barbier. 

M4iieM , 8 . Carmelite , religieuse de 
Tordre du Carmel. 

■Lanr, 8. Camphre, gomme dont To- 
deur est tres-forte , et qu'on extrait 
d'une espece de laurier des Indes. — Zi 
kanf s'esprin vitt: le camphre est tres- 
inflammable. 

KMifr^, v. {Ji kan/raie). Mettre du 
camphre. — Di/ranss kanfrd: de Teau- 
de-vie camphree. — Botiie kan/raie : 
fiole camphree. 

Manffreeh , 8. Action et mani^re d*em- 
ployer le camphre. 

Kjmrrt, 8. Camphrier, espece de lau- 
rier dont on retire une partie du cam- 
phre qui se debite dans le commerce. 

Kanseik , s. Changeur, celui qui fait 
le commerce de changer les monnaies 
centre des billets de banque , ou ceux- 
ci centre de Targent. — Poirti di-z- 
Hringirh mandXe d kangeH: porter des 
monnaies etrangeres au changeur. 

iLanffi , V. {Ji kanch e ji kang^ no kan- 
jan, ji kanjre). Changer, quitter une 
chose , s*en defaire pour en prendre une 
autre a la place; alterer, metamorpho- 
ser, transfigurer, transformer, conver- 
tir, degenerer; diflTormer, diversifier, 
faire diversion. — Kangtdi cAwlA: chan- 
ger de chemise, changer de linge (1). 

— Kangt d'sintimin: changer de senti- 
ment, d'opinion. — A ndze di Kdnd, li 
Bondiu kanja Vaiw a vin : aux noees de 
Cana, J.-C. changea Teau en vin. — 
Kangi de vi stin contt di noH : changer 
de la vieille vaisselle d'etain centre de 
la neuve. — Kangi n*coronn po avu di 
p'ti'Z^idan ; changer un ancien ecu de 
6 livres pour avoir d ' la petite monnaie. 

— Kangi d'coleUr: changer de couleur; 
rougir, p^ir, devenir rouge de honte ; 
chatoyer , changer de couleur suivant 
les divers aspects. — Kangi i haitS '. 

{{) TVe diies pns A quelqa^an : alf«a mm changer. 



Digitized by 



Google 



100 — 



KAN 

changer en beau; croitre et embellir.— 
Ciss-t'Om la n*e nin a kangt : cet homme 
n*est pas k changer , n'est pas k con- 
vertir, il est d'un caractere invariable , 
inalterable , stationnaire ; il est invaria- 
blement , inalterablement attache k son 
opinion; il se distingue par Tinvaria- 
bilite de ses opinions. — Kangi d'plu- 
sieUr mantr : changer de plusieurs ma- 
nieresy varier. — (7'^ de marchandiie 
Vonpou kangt : ce sont des marchandises 
6changeables. — Kangi d'pless : chan- 
ger de place , deplacer , se deplacer. — 
Ivorei^ kangt d*pos$ avou inn 6tt : il vou- 
drait permuter avec un autre. — Li volU 
drVom kanch: la Yolonte de Thomme est 
ambulatoire. — Kangt on boign chivd 
eontt inn aveHl : changer un cheval bor- 
gne contre un ayeugle. changer une 
chose qui n'est pas bonne contre une 
plus mauvaise. 

iLMisi, s. Conge, permission. — Mi 
fri VcSpardl k*a s*kangt : mon fr^re le 
caporal a obtenu ^on conge. — DinS 
Vkangt a n*nteskenn : congedier une ser- 
vaDte. — Din^ kangt d skolt: donner 
conge , donner campos aux ecoliers. 

KABseck e KaBsmln, s. Change- 
ment, variation, variete , mutation , al- 
teration , inconstance , versatilite , fluc- 
tuation, phase /conversion, transforma- 
tion, metamorphose, vicissitude. — 
Kangmin d'tin : changement de temps , 
de temperature. — Kangmin d'pless: 
changement de place, deplacement ; per- 
mutation d^emploi. — Kangmin d*m^td : 
degeneration, conversion, transmuta- 
tion des metaux. — Kangmin d'voi: 
inflexion de voix. — Kangmin svMit : 
changement subit, peripetie. — Tainm 
li kangmin : j*aime le changement , la 
variete. — Kangmin d'couhenn rin 
Vsdss pu fenn; kangmin d'magnkon fai 
goU Vminton : changement de corbiUon 
fait trouver le pain bon ; il y a du plai- 
sir dans le changement. 

iLABlbelksiai , s. Etui ou porte-ai- 
guille; case, compartiment. — Kwan 
li/eum son mdl, el /et MM leUt,,,, kani- 
beistai: quand les femmes sont f^chees, 
elles font baiser... Fanagrammede Luc. 

ILanleh, S. Barbet. Voy. Chln-luinAr. 

iLABiff, s. Canif, instrument pour tail- 
ler les plumes k ecrire. — Hdrd^ kanif: 
canif ebreche. — Voss kanif ni tHe pu: 
votre canif ne coupe p^lus. 

ilaii|I^, adj. Amovible, qui pent etre 
place ou deplace k volonte ; revocable, 
precaire, instable. — / n'fd nin k*U 
j%ck seUess kanjdf\ il ne faut pas que 



KAN 



les juges soient amovibles. — BaiU 
d'pless son kanjdf: beaucoup d'emplois 
out le caractere d'amovibilite , d ins- 
tabilite. 

KanjAB , anu , adj. Changeant , qui 
change aisement; variable, versatile, 
inconstant, muable. — Zi tin I bin Kan- 
jan : le temps est bien changeant. — 
Coleitr kanjdntt : couleiir chatoyante, 
dont la nuance varie suivant la direc- 
tion dePobjet. — Livoltdd-Vom ^ kan- 
jantt: la volonte de I'homme est ambu- 
latoire. 

iLanjieii, s. Comptoir, sorte de table 
dont les marchands se servent pour 
compter et serrer leur argent. — Z^ 
Vouklet del kanjlett : lever Tabattant du 
comptoir. — Better on dmeie di p^ket al 
kanjlett : boire un verre de geni^vre au 
comptoir. 

KMiB, s. Cane, femelle du canard; 
barboteur. — J6nn kann : caneton , ca- 
nette. — OXh le kann ? Entendez-vous 
les canards barboter? 

Kann, s. Canne , biton , rotin ou ra- 
ton. — Kann di jon : jonc, canne de 
jonc— Pom di kann : pomme de canne. 

— Volaie di c6 d'kann : volee de coups 
de canne. — Kann di souk : canne de 
Sucre ou a sucre, espece de roseau dont 
on extrait le sucre. 

Kann , s. Cruche, buire, cruchon. — 
Kann a V6l: cniche k Thuile. 

KAnn, s. Carme, religieux de Tordre 
du Carmel ou des Carmes ; carmes de- 
chausses ou dechaux , de la reforme de 
Sainte-Therese , qui ne portent point 
de bas et qui n*ont que des sandales. 

— Covin di kdnn: convent des carmes. 
iLann-a-biksa , s. Sarbacane , long 

tuyau par lequel on peut jeter quelque 
chose en soufflant. — Sojl^ de beck avou 
n'kann-Onbitss : jeter , lancer des pois 
avec une sarbacane. 

■Lannddx^, v. {Ji kannddzaie). Ca- 
joler , caresser , bouchonner , delicater , 
mignoter, mijoter, mitonner, mignar- 
der, feter mignardement. — KannddzS 
s'feum : choyer, dorloter sa femrae. ~ 
Li bdbd s'a Ut kannddzd par cissfeum la : 
il s'est laisse mignarder par cette 
femme ; il s'est laisse prendre aux mi- 
gnardises de cette femme. 

Kjuinddsech h Kannddsr^le , S. Mi- 
gnardise , manieres mignardes , cajo- 
lerie. — Madam atnm le kannddzriie: 
Madame aime les cajoleries, les c&li- 
neries. 

ILannddaelk, eikmi OU ress, 8. Cajo- 
leur, enjdleur, doucereux.— /H*«^/Wt?-^-^, 



Digitized by 



Google 



104 



KAN 



KAN 



t»y»^, d %'e h'<m camndOze^: mefiez- 
Fouspen , ma chere, ce n'est qu*un enjd- 
leur. 

iLMMil«mi,s. GannelaSydragees faites 
de cannelle. — Zi kannlass fat de bin 
ipri li rpa : le oai^clas est bon apres 
le repas. ,^r*#%. 

Mmmmikj Y.^^^^nmaie). Canneler, 
creuser des e^pBfees de petits canaux le 
long du f ut d'une oolonne ou d'autres 
ornements d'architecture, — Kannli 
n'pUass : canneler un pilastre. 

KMUiieeh , s. Action et maniere de 
canneler. — Voss-t-apri ^ /el po I'kar^ 
nlech : votare ouvrier est habile a can- 
neler. 

&Muiielk, s. Canneleur, celui qui 
cannele , qui fait les cannelures. — Z^ 
hauUei^ ovri-t-dto^ di piU di noss-t- 
e§li8s: les ouvriers sent occupes a can- 
neler les piliers de notre eglise. 

KABiilcAr , 8. Cannelure , creux , 
petit canal le long du filt des colonnes, 
des pilastres, etc. — Iim inttdeH d'kann- 
leir: un listel. — Ze-z-^nttdei^ di vo 
iafmkHr son iro Idch : yos listeaux sont 
trop larges. — Lh kannleHrfi bin so on 
piUi la cannelure ome bien une co- 
lonne. 

HJMmil , s. Cannalier, laurier aroma- 
tique des Indes qui donne la cannelle. 

— Li iannlt n'kreh nin e noss pat' : le 
cannellier ne vientpas dans notre pays. 

ummm-^mik^, 8, €anne de tambour- 
mi^r. 

KMiBi^ , Y. (Ji kanntaie), Barboter, 
se dit des canes qui font du bruit 
avec kur bee en fouillant dans Teau. 

— ffdi^U U hmn , com el i4mnUt dvin 
U t(tnktsi(: ecoutez les canards, comme 
ils barbotent dans la mare. 



Kaani^ie, s. Cannetille, filet de me- 
tal tordu. — Del kannUie d'6r ou d'ar- 
gin po hrozd^ : filets tordus en or ou en 
argent pour broder. 

iLMuiite, s. Menus objets. Voy. 

iMi«untr«sie, s. Rebut , guenille. Voy. 
mahlM, ChlBlM. 

■UnmyiM* , s. Canevas , espece de 
grosse toile elaire pour faire la tapisse- 
rie, pour apprendre a marquer le linge. 
— Del fross, del fenn kannvass : gros 
canevas, fin canevas. — Boitkenn dovr 
Vaie di kannvass : bottines doublees de 
xiMevas. 

Ummmf «. Canot, petit bateau fait 
d*Qii tnmc d'arbre ; peniche , canot 



arme ; yole. — Z^ kano di sdvack : les 
eanots des sauvages. 

KAiidYe , s. Indolente , apathique , 
none halante. —A^i /(?«»» ess-i-inn granti 
kdndl'e : sa femme est bien indolente ; 
c'est une grande paresseuse , une len- 
dore, qui montre une grande indolence. 

kjmi«ii ^ s. Canon , regies , decrets , 
decision des conciles toucliant la foi et 
la discipline.^ — Qou k'vo dlU ^ c'i conti 
U kanon dl-EglUs : ce que vous dites 
est contraire aux canons de TEglise. — 
Li dreft kanon : le droit canon. — Kanon 
di Sin : canon , catalogue des saints 
reconnus et canonises par I'Eglise. 

■Lan^ii, 8. Canon, prieres apres la 
preface de la messe. — Ariv^ d kanon 
del mess , c'i tro tdr : arriver au canon 
dela messe, c'est trop tard. 

Kanon , s. Canon , grosse et longue 
piece d'artiUerie ; epingare, caronade, 
gros canon court, en usage dans la ma- 
rine seulement. — Koulass , Idrmtr , 
gueH'ie di kanon : culasse , lumiere, 
bouche du canon. — Kar touch di kanon : 
gargousse. — Claw^on kanon: enclouer 
un canon. — DihMg di kanon : bordee, 
volee, decharge dl%|ftpn , d'artiUerie ; 
detonation. — Obtini n'sakoi al miz^- 
rikSr dh ka^m : obtenir une chose avec 
beaucoup de peine, k force d'instances. 

— F^ pitd rkanon : faire detoner le 
canon. — Piti hanon : fauconneau , 
pierrier. 

Kanon , s. Arrerages d'une rente. 

— Pat on vi kanon e on novai: payer 
une annee d'arrerages avec I'annee cou- 
rante. 

iLanon, s. Haut-de-chausses, culotte 
ou pantalon. — RajusU sd kanon : re- 
mettre, rajustersa culotte. 

KanonAii, 8. Canonnade , decharge 
de canon. — On-TroXif li kanondlt di bin 
Ion : on entendait la canonnade de bien 
loin. 

Knnon^, V. (Ji kanonaie). Canonner, 
battre k coups de canon. — Le deii-^- 
drmaie si ka^wnt lontin divan di s^batt : 
les deux armees se canonnerent long- 
temps avant d'en venir aux mains. 

Kaaoneeh, s. Canonnage, art du ca- 
nonnier. — Mi Ji ess-Ud fadtt di kano- 
neck: mon filsest exerce au canonnage. 

KJinont, s. Canonnier, qui sert le 
canon ; artiUeur. — Kanoni pointed : 
canonnier pointeur.— Kanoni boutt-feii : 
canonnier boute-feu. — S'egajt d'vin le 
kanoni : s'engager dans les canonniers . 

Kanoatr, s. Canonniere , petite em- 
brasure, petite ouverture pratiquee dans 
Tome u. 13 



Digitized by 



Google 



— 102 — 



RAN 



KAN 



une muraille, pour tirer sans Itre vu ; 
tente k Tusage des canonniers. — Inn 
hanonir siev drdinairmin po kwatt sdddr : 
une canonniere sert ordinairement k 
quatre soldats. 

liABOBlr, s. Canonniere, chaloupe 
de guerre qui a un faible tirant d*eau. 

kabobIm, s. Canoniste, savant en 
droit canon. — To IS kanoniss son-t-i 
d'acoir hi.,.? Tons les canonistes sont- 
iIsd*accordque...? 

K«BOBiB^, Y. («/i kanonizaie). Cano- 
niser, mettre dans le catalogue des 
saints. — C*i VPdp hi kanonizaie : c*est 
le Pape qui canonise. 

Kjuioniaeeh, s. Canonisation, cere- 
monie , declaration solennelle de la 
saintete par le Pape. — Li proci^erhdl 
di kanoniuch: le proces-verbal de la 
canonisation. 

KMioBBi^to, s. Fabrique de canons. 

— Li kanonnrHe di Sin-Ltnd a Lick: 
la fabrique de canons de Saint-Leonard 
h, Liege. 

KABote, V. (Ji hanotaie). Souffleter, 
donner des taloches. — Si ti vin co ma- 
rddS nU troK ji fhanoM : si tu viens 
encore picorer mes raisins , je te ros- 
serai. 

KBBo«t, tr, s. Fabricant et marchand 
de casquettes. ~ Ona baikS d'hanott i 
d'kanotir e noss vSie di Lick : beaucoup 
d'artisans de notre ville de Li§ge con- 
fectionnent des casquettes. 

liBBott, s. Canotier, matelot de Te- 
quipage d'un canot. — On Vhgaja com 
kanott: on Tengagea comme canotier. 

kbbou, s. Calotte ou casquette, 
petit bonnet. — Kanott afloch: calotte 
avec une houpe, — Kanott Orz-orhie: 
calotte a oreilles, grande calotte qui 
couvre les oreilles. — Qna nin 8*pareie 
dizo Vkanott dS Cir : on ne trouve pas 
son pareil sous la calotte des cieux. — 
Jilt/outri n* kanott : je lui flanquerai 
une claque (I). 

iLBBp, s. Champ, parcelle de pro- 
priete rurale. — J* a plants di kock i 
m'kanp : j'ai plante des pois de champ 
dans ma terre. 

KBBpaffB, s. Campagne, champs, 
plaine , grande etendue de terrain plat 
et decouvert. — E plintt kanpagn : en 
pleine campagne. — Ross kanpagn : 
rase campagne. — Mokonn di kanpagn: 
campagne , maison de campagne; mai- 
son, manoir champStre ; bastide, viUa. 

— Ligruzai on-t-aHmS tote U kanpagn: 

(I) Ne diUt ^: ealoUn, ni fiektr dti —loUet, 



la grile a ravage toutes les campagnes. 
— II afai kanpagn : il a fait une cam- 
pagne , il a ete k la guerre. — Batt di 
kanpagn : battre la campagne , faire des 
reponses evasives; divaguer, donner 
des alibi forains ; s'ecarter de Fobjet de 
la discussion. 

iLBBpBBB, s. Feston, campane, ou- 
vrage de soie, d'argent file, etc. ; petits 
ornements en forme de cloche. — Li 
kanpann d'on U, d'inn karock: la cam- 
pane d'un lit, d'un carrosse. 

KBBp^, V. {Ji kanp). Camper, dresser 
un camp. — KanpS to dreH divan U't- 
atnnmi : camper tout vis-k-vis , en vue 
des ennemis. — Noss Genirdl kinok bin 
Vmanir di kanp^ : notre General connaft 
bien la castrametation. — ^S't kanpS: 
se camper, se placer. — Volla bin kanp^l 
Le voila bien campe , bien avance , le 
voila dans de beaux draps. 

KABipeBB, s. Campine, petit pays 
fesant partie du Limbourg beige et du 
Brabant neerlandais. — Bik di Kanpenn: 
vent de nord-ouest. — Li d'trik^g del 
Kanpenn : les defrichements de la Cam- 
pine. 

KBBpiBBir , s. Habitant de la Cam- 
pine. 

KBBRiBBir, s. Toupie , jouet de bois 
qui a la forme d'une poire et que les 
enfants font tourner. — Di pti valet ki 
fi't-aU le^ kanpinair : des petits gar- 
50ns qui jouent k la toupie. — Mi kan- 
pinair doim : ma toupie dort, elle parait 
immobile. 

iLaBpBftiB e iLABpeeh, s. Campement, 
action de camper. — Ciss-t-qfict la i 
fameHpo Vkanpmin: cet officier est tres- 
expert dans Fart de la castrametation. 

KBBMiir, s. Cancer, tumeur maligne 
qui degenere en ulcere; carcinome , ul- 
cere carcinomateur. — On kansair A 
stoumak , al matriss : un cancer a Fes- 
tomac, k la matrice. Voj. MB(piBB-BU. 

iLBBMiirelk, eft00, adj. Cancereux, 
qui tient de la nature du cancer, qui 
appartient au cancer. — Onmd kansai- 
reH : une aflfection, une diathese cance- 
reuse. — InfieHi/r kansaireUss: tumeur 
cancereuse. 

KjMitatri0«y s. Cantatrice, chanteuse 
de profession qui a acquis quelque ce- 
lebrite. -— A konsair, vo^^Cre n'grantt 
kantatriss italiainn: au concert, vous 
entendrez une grande cantatrice ita- 
lienne. 

liBBUUt, s. Cantate, petit po^me 
pour etre mis en musique, compost de 
recitatifs et d*airs. — Li kantdte di 



Digitized by 



Google 



-- 403 



KAN 



KAP 



J,'B, Rousseau : les cantates de J.-B. 
Rousseau. — Pitite kantdte : cantatille, 
petite cantate. 

lUuiteBB, s. Cantine, lieu oil Ton 
Tend de la biere ,et d'autres boissons 
aux soldats. — B tin d'gair , gna d^ 
iantemt ki sibvet Vdrmaie : en temps de 
Ruerre , il y a des cantines ambulantes 
a la suite des troupes. 

KAMteBB, s. Cantine, petit coflPre di- 
Tise par compartiments pour.porter des 
bouteilles ou fioles en voyage. — Kan- 
Unn d'arkajou : cantine d'acajou. 

Kaaiialy ir, s. Cantinier, qui tient 
una cantine. — Li kantini i W hantinir 
di Virmaie : les cantiniers et les canti- 
nieres de Tannee. 

iLMiUn, s. Canton, arrondissement 
de justice de paix, certaine partie d'une 
province ou d'une ville. — Gna on jug^ 
di-pdU par hanton : il y a un juge de 
paix par canton. 

iLMii#BAi, adj. Cantonal, qui appar- 
tient au canton. — Juch kautondl : juge 
cantonal. — Fiess kantondl : fSte can- 
tonale. 

iuuiWb^ , v. {Ji kantonn h ji hanto- 
Mie). Cantonner, distribuer des troupes 
dans plusieurd viUages pour la com- 
modite de leur subsistance. — Zi troup 
kimince-t-a kanionS: les troupes com- 
mencent a cantonner. 

KaBi#Becii , s. Action de cantonner. 

— Li horonail pinss dija d kantonech : le 
colonel pense dej^ k faire cantonner les 
troupes. 

kabWbI , s. Cantonnier, ouvrier qui 
trayaille a I'entretien des routes. — To 
li kantont son-Ua leik poss : tons les can- 
tonniers sont k leur poste. 

iiMii#Btr, s. Cantonni^re, tenture 
qui couvre les colonnes du pied du lit. 

— Astei^ on n'meit pu di kantontr d U\ 
les lits k la modeme n'ont point de 
cantonniere. 

KabUbbbiIb , s. Cantonnement, en- 
droit pour cantonner. — CMzi di hon 
kantonnmin : choisir de bons cantonne- 
ments. 

tkmmttj s. Chaland , acheteur , pra- 
tique d'un marchand. — Avu haicd 
i'kanti : avoir force chalands. — C*ess- 
^rewnn di mi miiei^zi kantt : c'est un de 
mes meiUeurs chalands. — / knoh si 
*««W, i raviss MarOe d mnaik : il con- 
nait ses chalands , il est comme Marie 
la vinaigri^re, il ne se laisse pas trom- 
per par le premier venu. 

KABtt, conj. Quant. — Kantt a «o, 
^aiUi a miy kantt d ^, koMttasoula: 



quant k vous, quant k moi, quant k lui, 
quant a cela. Voy. tab-r'a. 

kabbI, s. Canule, petit tuyau au 
bout d'uneseringue; personnage inepte. 
— Li kanul ni vapu, ell e s^min stopaie : 
la canule ne va plus, elle est sans doute 
bouchee. — Ci pikeH la ess-t-inn fir 
haniil: ce surveillant est d'une igno- 
rance notable. 

mmpj s. Cap, pointe de terre elevee 
qui s*avance dans la mer ; promontoire. 

— Li hap di Bonn-Espiranss : le cap de 
Bonne-Esperance. — Pac^ on hap : de- 
caper , passer un cap , sortir d'entre les 
caps. — Pac^ pu Ion ki Vkap , dohle 
Vkap: doubler le cap, passer au del^du 
cap. 

iLAp, s. Cape , ancienne coiflfe de 
femme ; capeline. — Ell aveik mi ton n*bel 
kap di vloi^: elle avait mis une jolie 
cape de velours. 

wUkpj s. Carpe. Voy. KAry. 

iLAp, s. C^pre, fruit confit du c^prier. 

— Sdze d kdp : sauce aux cypres. 
KApAb, adj. Capable, qui a les qua- 

lites requises pour faire quelque chose ; 
habile, intelligent. — Noss borguimaiss 
esS't-inn am JMpdb : notre bourgmestre 
estun homme capable, est une capacite. 

— J6nn om ki n'i kapdb di rin : jeune 
homme incapable, inhabile, qui n*est 
capable de rien, qui n'est apte k rien. — 
Om kapdb di to : homme capable de tout, 
qui pent s'acquitter tr^s-bien de toutes 
sortes d'emploi ; ou bien : c'est un sce- 
lerat hardi, temeraire, qui pent se por- 
ter aux actions les plus noires. — Rik- 
nok kapdb : preconiser. 

KApiBdoB, s. Capendu, pomme rouge 
fort douce. — fPa n'milaie di kapindou : 
j'ai un pommier de capendu. 

■LApiiAiBB, s. Capitaine (1), chef 
d'une compagnie degens de guerre, soit 
k pied , soit a cheval. — Kapitatnn di 
cavalriie^ d'infantriie : capitaine de ca- 
valerie, d'infanterie. — Kapitatnn d*on 
batai : capitaine d'un bateau. — Kapi^ 
tainn di voleiir: capitaine des voleurs. 

iLApiiAlBBr^ie, s. Capitainerie,charge 
de capitaine d*une maison royale , d'un 
chateau, etc. ; logement du capitaine du 
chateau. — Di ckiceft on logt al kapi- 
tatnnrOe: des chasseurs ont loge k la 
capitainerie. 

KApitAiyS. etadj. Capitale, ville prin- 
cipale d'un Etat ; chef-lieu. — Lick i 
VvOe kapitdl dif>ipaYd*Lick: Liepe est 
la capitale de Tancien pays de Liege.— 



fl) Cmf 'taint, naa^alsQ prononeiaiion. 



Digitized by 



Google 



— 104 — 



KAP 



KAP 



Le s^tt p^cht k4ipitdl : les sept peches 
capitaux. 

iLapitAi, s. Capital, principal d*une 
dette ou d'une rente. — RHimeon kapi- 
M : rembourser un capital. — Rintt to 
le kapitdl : restituer tons les capitaux. 

KapllAllaa , s. Capitaliste , qm pos- 
sede beaucoup d'argent place ou k pla- 
cer dans le commerce, dans Tindustrie, 
etc. — Ci kapitdliss la i foil, rich : ce 
capitaliste possede une fortune consi- 
derable. 

KApltaiAdoB , s. Capitulation , traite 
des assieges avec les assiegeants pour 
la reddition d*une place; accommode- 
ment, transaction. —Li kapituldcion e 
sinaie : la capitulation est si^jnee. 

KapUnl^, V. (Ji kapiMaie). Capitu- 
ler, parlementer, traiter de la reddition 
d'une place , entrer en negociation , en 
accommodement , transiger. — VHe 
hi kapiMaie ess-t-a d'mHe rindow : ville 
qui capitule est h demi rendue ; quand 
on ecoute des propositions on est pres 
de les accepter. -— Kapitule avou s^con- 
ciainss: capituler avec sa conscience, 
prendre une resolution peu delicate. 

Mapttaieek , s. Syst^me , mani^re de 
capituler. Voy. kapUoIAHoh. 

Kilpit, s. CSprier, arbrisseau. 

iLap«B, s. Malveillant, coquin , gueux, 
fripon , maraud , belitre. — Kapon d'ri- 
vach : gredin , bandit, chenapan, polis- 
son. — IT/ laipiell 11 a fair d'onfameiir 
kapon : il a la mine d'un franc maraud, 
d'un fieffe coquin, d'un briileur de mai- 
sons, d'an sycophante. — Iltfd todi d^ 
kapon avou lu:i\ s*accompagne toujours 
de vauriens, de mechants gamements, 
il aime k sVncanailler. — FS Vkaponi 
faire le coquin, le liche. — Jowi on to4tr 
di kapon : jouer un tour de maltre 
Gonin. — Ifiett dipti kapon: troupe de 
marmots , de grimauds ; raerdaille. — 
Acinhlaie di kapon, di jubet: pandemo- 
nium. 

KaponaM, s. Friponneau , diminutif 
du mot precedent ; gueusard. — Fd todi 
ess kaponasspofSn'sifaitti il faut tou- 
jours etre passablement fripon pour 
commettre de tels mefaits. 

Kaposi, V. {Ji kaponaie), Di vaguer, 
vagabonner. — KaponS io-t-avd VvHe : 
flftner, divaguer par toute la ville. 

KaponeA , s. Capon , Idche, pleutre. 
-— In'wesssi rpdrU, il ^ fro kaponeii: il 
n'ose repliquer, il est trop capon. 

Kapaatr, s. Caponniere, logement 
dans un fosse sec pour tirer a convert. 

Kapanu^e h Kapaneeli, s. Coqui- 



nerie , friponnerie , mechancete , gredi<» 
nerie,malTeillance, malversation. — 0» 
joi^ on knokret tott sh kaponnrHe: un jour 
on connaltra tous see mefaits. 

iLapatr^te, s. Populace, gens de rien ; 
groupe de petits marmots. — Aim del 
kapotrHe po sd wHin : avoir de la ra- 
caille pour voisinage. 

Kapau , s. R^ingote , pour les 
hommes ; capote , pour les femmes et 
pour les soldats. —Ell a n'M kapott di 
perkal : elle a une jolie capote de percale. 

Kapau, s. Capot, au jeu de piquet, 
se dit quand on fait toutes les levees. — 
F^ kapott : faire capot, faire toutes les 
mains. — Ji so kapott: je suis capot, je 
ne fais aucune levee. — /V soicantt , «o- 
nantt I kapott : faire pic , repic'et capot. 

iLapoM e iLapat^aiak, adj. Capot, 
confus et interdit. — Voss novel mi rin 
to kapott : votre nouvelle me rend tout 
capot. — lipdffeum a stu tote kapott : 
la pauvre femme est restee capot, intcr- 
dite. — No'Z-estan kapott : nous sommes 
perdus. 

Kaprfcielk, edM, adj. Capricisux , 
fantasque , bizarre , humoriste , ratier. 
— Ckivd kapricieUr : cheval o^icieux. 
(hmei^r kapricieUss : humeur capri^ 
cieuse, lunatique. 

iLapriciettaiMia , adv. Caprideuse* 
ment, par caprice; bizarrement, faB- 
tasquement. — Si kdUr kapricie^tswUn : 
agir, se conduire capricieusement. 

Maprfaa, s. Caprice , fantaisie , boa- 
tade, grippe. — Zi kapriss di katdr, del 
mdtt: les caprices du hasard, de la 
mode. — Avu de kapriss : avoir des ca- 
prices, desidees bizarres. — Avu o% hl^ 
priss po n'bdcel : eprouver un sentiment 
d'amour, de tendresse pour une jeuae 

mie. 

iLapaewi, s. Capsule, sorte d*amoree 
pour les fusils k piston. — Boiit di ka^ 
seul: boite de capsules. 

■Laptevr, s. Capture, prise | saisie, 
butin, proie. — Li poliss a fai kapteur 
di deuss tre^ kaponass : la police a fait 
capture de plusieurs delinquants. 

Kapiar^, V. (Ji kapteur^ no kapturati^y 
Capturer , faire capture , saisir ; appre- 
hender au corps. — Li douwdnt kapturi 
bated d^marckandHe : les douaniers cap- 
turent beaucoup de marchandises. 

Kapaeia , s. Capucin , religieux de 
Tun des ordres de Saint-Francois. — 
Kovin ePkapucin : convent de capucins. 
— Mostdde di kapucin : moutardelle, rai- 
fort sauvage, cochlearia. 

Kapacta , «. Capucin i faux divot. 



Digitized by 



Google 



M6 



HAR 

hypocrite. — Ft rkapnein : ftiiie dea 
eapucinades, des momenes ; faire Thy- 
pcwritc. 

MUfwrto , s. Hygiom^tre sous la 
forme d'un capticin. — Zi kapucin h*e 
so no8S gtvd markaie del plaifi Thygro- 
metre place sur notre tablette de ehe- 
minee annonce de la pluie. 

lUiimctoAU h KApfoeliieeli , S. Capu- 
dnade, simagreereligieuse, diseours de 
morale sot et plat ; n^odie. — / pinss 
€nn ni fi creiir a^au si kapueindtt : 11 
croit imposep par ses capudnades. 

luipticte^, T. (Ji kapncinaie). Dire ou 
£ure des capueinades. — Ki kopueinaie 
ton ki wtty an n-s'i fieret mdXe: ses 
plates simagr^es n'inspireront jamais 
la eonfiance. 

iuiimci»eli 9 8. Celui qui fait des ca- 
pueinades; capuciu, qui affiche une 
graitde devotion , souTent simul^e. 

Kap««taiirMe, s. Capnclniere , de- 
meare des eapacin8(en mauvaist part). 
— Cits $6eiHi kt, c*ess^t-ifm waie kapn^ 
cmnrHe : eette 9ociete est une Traie ca- 
pnciniere, one reunion de bigots. 

■jipoctiiBreM J s. Capucine , reli* 
gieuse de Saint-Frangols. — Onor-i' 
(n»on OH comn d'kapucifmress a Lich\ 
il y a eu h. Liege im couvent de capti- 
cines. 

Kf la i r, s. Capillaire, certaine fou- 
^itt dont on fait usage en medecine ; 
filicule , scolopendre , adiante. — Sirdp 
di kapnlair : sirop de capillaire. — T^ 
iiapulair : bavaroise , infusion de th6 
oja Ton met du sirop de capillaire au 
Heu de sucre. 

Kmpwm^ (tft), V. {Ji m'kapttsnaie). 
8'encapuchomi«*, se couvrir d'un capu- 
chon. — Kimin fass hapHsnS , don, 
^/?Comment t'es-tu encapuchonn^e, 
done, jennefille? 

UMkpmmmy ». Capuce, couverture de 
t^ qui fait une partie de Thabillement 
<le Certain religieux ; capuchon , coque- 
hche, coquehichon. — Meit si bet ha- 
f^s: mettre son elej>ant capuce. — 
^Jle^d'esporon on di kapuss: Ics fleurs 
te pattes d*ak)uetteB ont des capu- 
chons, sont capuchonnees. 

*4p, 8. Confisqueur, aneien terme 
de douane. 

fckwi, 8. Karat ou carat, degre de 
pnrct6 de Tor ; poids de 4 grains pour 
P««er les petits diamante, les perles, 
fte. — Di rdr a vinU'ireH kara : de Tor 
« 23 carats. — Dunn VkomersSf igna nin 
^^ « iriMit^kwati kara : dans le eom- 
»«c€, a n'y a pas d*or k H caarals. — 



KAR 



On so a trintt-H kara : un foH i 36 
carats. 

Hjurabenn, s. Carabine, petite arque- 
buae dont le eanon est raye en dedans ; 
escopette. — Tir^di ed d*karabenn : oawr 
binier, tirer des coups de carabine, — 
li karabenn vapulon d pn juss k*onJbik 
Ordinair : la carabine porte plus loin 
et plus juste que le fusil ordinaire. 

iLarabiB^ , V. {Ji korabinaie). Cara- 
biner, creuser des raies en dedans du 
canon d'une arme k feu portative. — 
KarVfbinS onflsii : carabiner un fusil. 

Marabin^, V. Carabiner, combattre k 
la maniere des carabins; tirailler. -~ 
Al^ fo^ d^ ran po karabin^: sortir des 
rangs pour carabiner. 

KAimMmelk, s. Celui qui carabine le 
eanon de fusil. -— Ess li mMe^i karabi- 
ne^ depai': exeeller dans Tart de cara- 
biner un fusil. 

iLaraMiit, 8. Carabinier^ soldat arme 
d'une carabine; carabin. — KipagnHe 
di karabint : compagnie de earabiniers. 

Karaff, s. Carafe , petite bouteiUe ou 
petit vase de verre dans lequel on met 
des liqueurs. — Pitite kara/: carafon. 

— Kara^d vinadk : vinaigrier. — Kara/ 
a Vdl d'oltv : huilier , burette k Thuile. 

— Be^r inn kara^di btr di saizon : boire 
une carafe de bierc d'avent. 

Kammei , s. Caramel , 'sucre fondu 
etdurci. — On siekai d'boni karamel: 
un sachet de bons caramels. — Zi ka^ 
ramel ess-t-acS bon po Vtoss: le caramel 
est assez bon pour la toux, pour le 
rhume de poitrine. 

Karanboie, v. (Ji koraoibolaie), ^a- 
ramboler , toucher deux billes avec la 
sienne et du m^e coup. — Karahbole 
tre^ feie e rott: carambaler trois fois 
de suite. 

Karanbaiedi, s. Carambolage, action 
de caramboler. — Vola on bai, on mdld- 
kHe karanboleck afi\ voilii un beau, un 
difficile carambolage k faire. 

Karanboieft, s. Celui qui aime de 
preference k jouer le carambolage. — 
On karafibole^ d'prumt foiss : il est 
d'une premiere force sur le carambo- 



iaa, s. Quarante envii^n, 
quarantaine. — Karantainn di edrluss, 
di mokonn, di joH : quarantaine de flo- 
rins, de maisons, de jours. — F^ karan- 
tainn : faire quarantaine , observer une 
certaine loi, un certain regime pendant 
40 jours. — Jun^ rsintt-karanlainn : 
jeftner la sainte quarantaine , jedUier 
pendant tout le car§me. 



Digitized by 



Google 



106 — 



RAR 

■LaranUB, 8. Giroflee , fleur tres- 
belle , crucifere. — Doh karantin : giro- 
flee double. 

■LarABtiBin, adj. Quaranti^me, nom- 
bre ordinal. -— Zi karcmtinm pdriiie : la 
quaranti^me partie. — Ji so dvin nCka- 
rantinm Annate : je suis dans ma qua- 
rantieme ann^e. — Avu treit, karantinm 
divin n*hoUir : posseder trois quaran- 
tiemes dans une houillere. 

KaranU, s. et adj. Quarante, quatre 
fois dix. — Ell a karantt an : elle est 
%ee de quarante ans , elle a la quaran- 
taine, elle est quadragenaire. — J*a 
shht Vnimho karantt: j*ai tire le nu- 
mero quarante. — Li nonb karantt : le 
nombre quadragenaire. — Mi cuzin vai- 
ret d*vin karantt joH : mon cousin vien- 
dra dans quarante jours. — Z^ priir 
di karantt eitr : les prieres de quarante 
heures , certaines prieres extraordi- 
naires que Ton fait devant le Saint- 
Sacrement. — Jow^ a trinte ^ karantt: 
jouer k trenteet quarante, jeu de ha- 
sard. 

wutrmmu , adv. Qk et 1^. Voj. Batl- 
karass. 

iLaravAnt, s. Caravanier, qui con- 
duit les betes de somme dans les cara- 
vanes. 

KaravAna, s. Caravane, troupe ou 
compagnie de marchands voyageurs ou 
de pelerins. — Li karavdnn dd Kair : la 
caravane du Caire. 

KarbonArd, s. Carbonaro , membre 
d'une societe secrete. — On karbondrd , 
de karbondrd d*ItalHe: un carbonaro, 
des carbonari d^Italie. 

Kareel, s. Gousset de montre. — 
Astefir el pless d*inn karcel , c'ess^t-inn 
chatnn di sHrtS: aujourd'hui c'est une 
chafne de sdrete au lieu de gousset. 

KardinAl, s. Cardinal, un des soi- 
xante-dix prelats qui composent le sacre 
College. •— Ckapai d'kardindl: chapeau 
de cardinal. — Barett di kardindl : bar- 
rette de cardinal, bonnet carre rouge 
que portent les cardinaux. — H d fai 
kardindl : il est promu au cardinalat ; il 
a recu la barrette. — Acinhlaic di kar^ 
dindl: consistoire,assemblee des cardi- 
naux ; congregation consistoriale. — 
Peiir di kardindl : poire de cardinal 
(terme du pays). 

KArdon, 8. Cardon, espece d'arti- 
chaut dont les feuilles sont bonnes k 
manger. 

Kar^eech ^ KaresMilB, s. Maniere 
ou manie de caresser ; cajolerie. — Avon 
s'kar^ceckj il amadoUret cits jdnn/He la : 



RAR 



avec ses cajoleries, il amadouera cettc 
jeune fille. 

iLar^ceft, s. Cajoleur, flatteur. — C? 
Vkarhee^ de-z-onss meie vierg : c'est Ta- 
moureux des onze mille vierges , il en- 
jole toutes les filles qu^il rencontre. 

Karerh , adv. Beaucoup, considera- 
blement. — Be<^ i magnt kareck : boire 
et manger excessivement. — Cari ka- 
reck : courir tres-vite. — Li Mk ki kagn 
kareck: la bise cingle la figure. 

UMxhet^ V. {Ji karess, no kar^ran). 
Caresser , faire des caresses , bien ac- 
cueillir, faire amitie , temoigner de Taf- 
fection ; flatter, cajoler. — Kar^ct n'hfan : 
caresser un enfant. — Karect n'jdnn 
feie : cajoler une /jeune fille. — Karict 
Vvin : siroter le vin , le boire a petits 
coups. Voy. Kanndda^. 

iLarei , s. Querelle , dispute , alterca- 
tion , altercat , grabuge , noise. — Li 
karel di cdbaret : les querelles , les dis- 
putes, les rixes de cabaret. — Tqfair il 
on dS karel ^conl : il y a continuellement 
querelle entre eux. — Kwdri karel : fftire, 
susciter querelle, provoquer. — Si meU 
d*iwn karel: entrer dans une querelle. 
— RinovU n*vHe karel : renouveler, ral- 
lumer une vieiUe querelle. -— Karel d*al- 
man : querelle d'allemand, querelle faite 
pour peu de chose. — Z^ karel ni durrt 
nin, d Vtoir n'esteH k'd'ofi costd: les que- 
relles seraient moins longues, si le tort 
n'etait que d'un c6te. 

KarMia , s. Caresse , t^moignage d*af- 
fection par paroles ou actions. — Fi , 
ricH^r di karess: faire, recevoir des ca- 
resses. — Dhfdti karess : des caresses 
trompeuses , de perfides caresses. — 
Dimlfitv di si karess: mefiez-vous de 
ses caresses. 

iLarihoa , s. Excavation ou se deverse 
les eaux d'une bure que Ton creuse. 

KariiioB , s. Carillon , battement de 
cloches k coups precipites ; bruit, ta- 
page, querelle. — Li karilion d'Sin-Pd : 
le carillon de Saint-Paul. — Son^ a dop 
karilion: sonner k double carillon. — 
Z/ carilion k'a-t^wou del nutt ! Quel va- 
canne on a fait cette nuit! Quel caril- 
lon I 

Karlllon-d'HolaaU , S. Cloche. Voy. 
Clok. 

iLarllioB^, V. (Ji karilionaie), Caril- 
lonner, sonner le carillon. — Kwan c'h 
rjUss del porock , on kanlionaie tol Ion 
ai jo^ : quand il est fete a la paroisse , 
on carillonne toute la journee. 

Kariiioiieeii, s. Action et maniere de 
carillonner. —Ess ki Vkarilioneg ni v*fai 



Digitized by 



Google 



107 



KAR 



EAR 



nm md voss tiess? Le carillon ne yous 
cause-t-il pas le mal de tete ? 

MarUioBeik , s. Carillonneur , celui 
qui carilloDne. — Zi hirilione^ ess-t-o^Xe 
fiutargi : le carillonneur est aujour- 
d*hai en retard. 

KAriBMydtoy s. Bariolage, reunion 
bizarre de couleurs; divertissement, air 
jojeux. — On gilet /on Man avou d^ ha- 
rmajdte UHv ^ rock to-t-avd : un gilet 
fond blanc tout bariole de bleu et de 
rouge. — Onva Unf6 di karimajdxe po 
VjUU : il y aura beaucoup de divertis- 
sements pour la kermesse. 

Kario, s. Carriole, petite charrette 
couverte. — No n'ndli dvin on kario : 
nous nous en all4mes dans une carriole. 
iL«rt*-aioiiB, s. Rouet pour filer le 
lin. — Lt mouieit d'on kario-moUn : le 
mouilloir d'un rouet. 

MAriote, V. {Ji KaHotaie), Filer du 
lin au rouet. — / wangn si vH'e a ha- 
riots : son rouet est son gagne-pain. 
luirioteeh , s. Filage au rouet. 
KArlr , s. Carri^re , cours de la vie ; 
temps qu'on exerce un emploi. — Li 
iMr d^avokd : la carriere d'avocat , la 
carri^re du barreau. — On II a prokwS 
n'helkMr: on lui a ouvert une belle 
carriere. 

KArir, 8. Carriere , lieu d'ou Ton tire 
lapierre, etc. — Kdrtr di sdvion: sa- 
bliere. 

luirl^, V. (Ji karlaie), Quereller, 
gronder, chicaner, faire une querelle; 
provoquer. — Pokoi no-z-a-i-i tmou karlS 
a mdlid ? Pourquoi est-il venu nous 
ouereller mal k propos? — Si karU Von 
fdU: s'entre-quereller. 

KArieck, s. Manle de quereller, ta- 
quinerie. — HaU/pindar, ti n'ainm hi 
tiarlech! Maraud detestable, tun'aimes 
qu% susciter des querelles. 

KArleBM, 8. Louis d*or, ancienne 
pi^e de monnaie fran^aise valant 23 
francs 55 centimes : dans d'autres pays, 
elle vaut plus ou moins. 

KAriet, 8. Carrelet, aiguille angu- 
laire du cdte de la pointe. — On s'siev 
di kSrlet po keltss del pai : on se sert de 
cvrelet pour coudre de la peau. 

KarleA, e^M, 8. Querelleur , chica- 
neur, tracassier, grondeur, qui cherche 
souvent querelle aux gens. — Si va-t- 
an hurMk e voss cabaret, tapSl a Vouh : 
8'il entre lin perturbateur dans votre 
estaminet, chassez-le k la porte. 

lUriiM, 8. Carliste , partisan de Don 
Carlos en Espagne. — On n'parolpu di 
^li$$ : on ne parle plus de carlistes 



iLArioM, s. Florin ancien du pays de 
Liege; il equivaut k 1 franc 17 cen- 
times 647 milliemes dans le commerce, 
et ^ 56 cents des Pays-Bas. — Piett ou 
wangnt co cinti i cin bai kdrluss : perdre 
ou gagner plusieurs centaines de florins 
bien comptes. 

Karmasnoi , s. Carmagnole , an- 
cienne chanson ou danse demagogique. 
— DancS Vkarmagnol : danser la carma- 
gnole. — Fe danci V\armagnol : faire 
danser la carmagnole , c*est-k-dire 
chasser, battre. 

KarmasBol, s. Carmagnol, terme de 
denigrement attribue aux soldats fran- 
gais par leurs ennemis en 1792 et annees 
subsequentes. — Di ci ki.brH viv le 
karmagnol, i di-z-6tt, merit po le karma- 
gnol : les uns criaient vivent les carma- 
gnols, et d*autres, merde pour les car- 
magnols. 

KarmBSBoi, s. Piece decuivre de 5 
ou de 10 centimes frappee au coin de la 
republique de 1794. — Di karmcwnol di 
treHr^-aidan, di sih aidan: des pieces de 
3 liards (5 centimes) , de 6 liards (10 
centimes). 

■LarBi«9Boi,s. Carmagnole, veste a 
manche sans basque. — On n'/ev nin di 
vizitt avou n'karmagnol : on ne faisait 
pas de visite en carmagnole. 

KAnBBBBie, s. Charge d*une char- 
rette k ridelles. — FS tmi n*Mrmanaie 
di jdb di strin : commander une char- 
rette k ridelles pleine de gerbes de 
paille. 

kAtbibbb, s. Longue charrette k ri- 
delles; chartil. — Chergt di fa d'pacai 
so n'Mrmann : charger des bottes d*e- 
chalas sur une charrette a ridelles. 

MArmiB, s. Carmin, mati^re d*un 
rouge eclatant, qu*on obtient principa- 
lement de la cochenille. — Tdblett, bo- 
tiie di Mrmin : tablette , bouteiUe de 
carmin. 

KArmBieBB, s. Carmeline, espece de 
laine qu'on tire de la vigogne. — FiU 
del Mrmulenn : flier de la laine carme- 
line. 

KArmaiiB, cbb, s. Carme, religieux 
de Tordre du Carmel. — Di I'igltss di 
Kdrmulin on n-n'a/ai li ciss di RSdamp^ 
tdriss : de Teglise des Carmes on a fait 
ceUe des peres Redemptoristes. 

Mamach , s. Carnage , massacre, 
tuerie. — Zi chiceH on fai-t-on gran 
kamag di liv , di pQtri i d'singU: les 
chasseurs ont fait un grand carnage de 
lifevres, de perdrix et de sangliers. 
I iLanuieleil, eftss, adj. Carnassier, 



Digitized by 



Google 



W8 — 



KAR 



RAR 



qui mang>e beaucoop de viande. — L^ 
pei^pdd N6r son kanutHe^: les peupl«8 
septentrionanx sent oamassiers. — Le 
leity U eoirbd, U ttk, c'l dS kamade^zi 
Mess: les loups, les eorbeaux, les tigres 
sant des animaux camassiers , ils ne 
vivent que de carnage. 

KariMictr, B. Carnassi^re, petit sac 
oil I'on met le eibier qu'on a tue a la 
chasse ; gibeciere. — Av% s'kamactr 
pHntt digibi: avoir sacamassiere pleine 
de gibier. 

KaruATAi, s. Camaval, temps qui 
commence le lendemain de la Purifi- 
cation et qui flnit le mercredi des Cen- 
dres. — F^ Vkamaf>al: se divertir pen- 
dant le carnaval. — Li indrdid*ka>maf>al; 
l^ freUr dOrin joHl d'kamaval : le carSme- 
prenant. —Li d/ihin dtmegn di kamaval : 
le dimanche de la quinquagesime. — Ld 
dguiz^ d'd karnaval : les masques du 
camayal , ies carSme-prenants. — A 
karnaval , on magn di pandor^ d m mett 
d^ fi-vizech : au carnaval , on mange 
lee pains perdus et on se masque. — /V 
kar naval avou vossfeum, d Pi\ avou vos 
kure: il faut faire careme-prenant avec 
sa femme, et P§ques avec son cur6. 

KAro , s. Carreau , une des couleurs 
du jeu de cartes marquee par de petits 
carreaux rouges. — Li hass di karo : Tas 
de carreau. — / toitnn d^ karo : il tourne 
carreau (1). 

Kar^dMiie, s. Carrossee , quantite de 
personnes que contient un carrosse. — 
JT// karochaie di sdrott ! Quelle carros- 
see de gens en sarrau I 

Karoeii , 8. Carrosse, voiture k quatre 
roues ferme et suspendue ; dormeuse , 
phaeton. — Karoch a kwatt chivd: car- 
rosse k quatre chevaux ; quadrige. — 
Karog dilouwech: carrosse de louage. — 
LHnp^riM, U poirttr d^imt haroeh: Tim- 
periale, les portieres d'un carrosse. — 
Li pacet ou Vpacett d'inn karoch : le mar- 
che-pied d*un carrosse. — Chiv^ d'ka- 
rock: carrossier, cheval de carrosse. — 
Rdl^d karoeh: rouler en carrosse. — Ess 
kibl^ct dvin n'karoch : etre cahote par 
une voiture , eprouver des cahots , Stre 
froi8s6 par le cabotage. — Karog di Sin^ 
Fransoi : pieds, jambes; mule, haque- 
nee des cordeliers. — To on ri»', karoch 
ou bezess : tout ou rien , fortune ou mi- 



Karodil, s. Carrossier, sellier-car* 
roesier , faiseur de carrosses. — H ou- 

(I) II 7 ■ qaelqar imizonlr ans, on <AtM'H pik an Itru 
de Jnro: Uhags dipik^ It rote di pik, etc. : Van de 
carrtta, ie roi He carreau. «te. 



vel^ d karocht : il travaiUe aa metier de 
carrossier. 

KaroeiirMe, s. Profession de carros- 
sier; diverges sortes de voitures. 

iL«r«H, s. Carotte. — Karott di M- 
bak: carotte de tabac, assemblage de 
feuilles de tabac roulees les unes sur 
les autres en forme de carotte. 

K4rp, s. Carpe, poisson d'eau d(Mice, 
convert de grandes et larges ecailles. 
Licai d'kirp : laitance de earpe. — KSwp 
A Ucai : carpe laitee. — K^p a-2-oi : 
earpe oeuvee. — Back d kHirp : caquto. 

KArpai, s. Gktmement, enfant tur- 
bulent. — EU a treib kwatt pUi kirpai 
ki n^dimanet tndlSe keH : elle a trois ou 
quatre petits grimauds des }du8 petu- 
lants. 

iL4rpai h WLikrpett , s. Carpeau, petite 
carpe. — Pitite kdrpett : carpillon. 

iUU*peU, s. Serpilliere, tapis d'em- 
ballage. ^ PS de bal di cafet avou del 
kdrpett: faire des emballages de cafe 
avec de la serpiUi^e. 

KAKabei , 8. Directoire , ordo , livre 
qui regie la maniere de direToffice pour 
tons lee jours d« i'annee; bref. — Vo 
conzultrS voss kMabel, Monsielk Vcki' 
iUhm : vous consulterez votre Directoire, 
Monsieur le chanoine. 

KArit , s. Quartier, partie d Vne ville. 
— Li kwat kdrtt di ndr, di suit , di Vess 
et d-Vouwess del vile di Ltch : les quatre 
quartiers du Nord , du Sud , de TBst et 
de rOuest de la viUe de Liege. — Li 
kArtt diju^'la-Mo^s : le quartier d'Ou- 
tre-Meuse. — MiinS di bru i kdrtt : fture 
du bruit dans le quartier, dans le voi- 
sinage , mettre tout le quartier en ru- 
meur. 

KArit , s. Appartement, logement. — 
On bai khrti 4'settpless a lovwS: un bel 
appartement de sept pi^ees i louer (1). 

iUU>a, s. Quartier, gi4c«, pardon.— 
NifS nou kJ^ti : ae poiivt ftiire de quar- 
tier, point de grftce. 

KArtt-d'iTUir, s. Quartier d'hiver, 
intervalle de tenoiBs eompris entre deux 
campagnes. — Li poiUotU 90* paeS M 
kdrtt dHviair a Lick : les pontonniers 
vont passer leur quartier d'kiver a 
Liege. 

KArCt-s^B^Ai , s. Quartier^neral , 
reunion des officiers qui composent 
Tetat-major-general. — Li kdrtUgjMrdl 
siret d'min a Nameur: le quartier-g6- 
neral sera demain i Namur. 

(1) Qoanil ircrrootf-noDJ diatarpitre des fafadra d9 
no8 maiaons ect ^riieaax |iarb.iri*s: qtMrtier ^ loner, 
maiaon h rendrt, eta. 



Digitized by 



Google 



-- 4W — 



Ms 



KAS 



K^^it-aiatM^, s. Qaartier-AHkfi^e, ca^ 
pitaine, lieutenflht ou sous-tieutenant 
eom^ble. — It MitPt^aisi it fftta (wou 
Vcaitt di r^gimin: le quirtier-maftre 
prit la foite emportant la caisse du re- 
giiil6nt. 

tdurfm , 8. Carton , grosse carte , 
teoSi^ 6p«i88e faite de papier colU. — 
I>iffo,disp^ kdrton : gros , 6patis car- 
ton. — Tenn kdrton : carton mince. — 
I4xe di kdrton: carton , botte de carton. 

KAHoa^, T. {Ji kdrtonaie), Carton- 
ner, relier on livre en carton. — Kdr- 
ioni di Hv, d^-drmandk : cartonner des 
lirres , des almanachs. 

KAHoiiecii, 8. C^irtonnage, action 
de cartonner : otfvrages en carton. — /♦ 
Joi win di MrUnUck : j'aime k m'occu- 
per de cartonnage. 

WLUimm^tt h mkrfnty 8. Cartonnier, 
qui fait ct vend les cartons ; coUenr. — 
&es$'4'0n kdrtone^ ki fat di hai-t-ovreck : 
c'est on cartonnier qui fait de beaux 
oQvrages. 

UmrUmdi^, 8. Cartouche, charge en- 
ti^re et en rouleau d'une arme a fen 
poTtatiTe. — Kikirt Vkartouek avou si 
din : d^chirer la cartouche avec les 
dents. "^Ka/ftomk di kanoH: gargousse. 

KArMneii, s. Cartouche, ornement 
de SGtdpture ou de peinture , represen- 
6uit un carton roule et tortflle par les 
Inrds, sonvent avec inscription ; listen. 
— Li kartouck d'on plan : le cartouche 
d'tin plan. 

KArMveii, s. Cartouche, conge donn^ 
I nn militaire. — Ci sSddr la a s'kar- 
tomck : ce soldat a sa cartouche. 

KiirtoMk, 8. Cartouchc, nom propre 
d'tin malfaiteur celibre. — Ki cabai ! 
i^eiS't-on vraie Kartouck : quel pendard f 
Cest un scelerat avere. 

MjkrUy 8. Carte, billet ordinairement 
imprime qui procure Tadmission en 
ooelque lieu. — Kdrtt d'intraie : carte 
a^entr^e. — Kdrtt di comidHe : billet ou 
carte de spectacle. 

iLAvtt 9 s. CSirte, feuille de papier sur 
laquelle est representee la surface d*un 
piJ8. — kdrtOotetil ou kdrtt itMaie: 
carte entbil^, collee sur toile, carte 
gfogfraphique sur tolle. 

KArv^, s. Carvl, cumin des pres, 
^Smtedmbellifere dont la semence est 
tn t^rmif^TO, et dont on mange les 
Ibtiflles et les jeunes pousses. — Li 
Ohtt eU'i-on don /9feck : le cai^vi est 
«iitoiifoun^agiB. 

■eMbbc^, ifcie, iid]. Casemate, pourVu 
deeasemflce^. -^ On/lh'kaMatiivai fort 



casemate.— Zi stadeli kasmataie: la ci- 
tadelle est casemat^e. 

iUMiiia«r«Ye , s. Viande de derni^re 
qualite , viande de rebut. — On no-t^ 
voloufimagnt del karmatroKe : on a voulu 
nous faire manger de petite mauvaise 
viande. 

WLmmmmti^ s. Casemate , cave ou lieu 
voAte sous terre, pour defendre la cour- 
tine et les fosses , dans une citadelle.— 
Si ri/Afft divin n'kasmatt : se refugier 
dans une casemate. 

lUMHite-d'tfeMi , 8. Casse-tete , rom- 
pement de t^te , ftttigue causee par le 
bruit ou Tapplication ; importunites , 
soucis, tracasseries. —fadikasmin- 
d'tiess tote lijoHmaie : ce sont des casse- 
tSte toute la journee. 

WLmmm6ne^h, s. Commerage, mani- 
gance , intrigue. ~ Ji ni Ppinss nin ca^ 
pdb dUfi d^ kasmouceck : je le crois in- 
capable d^intrigue , de manigance. 

KaflmoueeA, eftM ou resa, 8. Ifltri- 
gant, compere. — A^t v'conjti nin a ci 
kannouce^ la : ne vous confiez pas k ces 
intrigants. 

Kasmoo^t , v. {Ji kasmouceie, no kas- 
monran; ji kasmousr^). Manigancer, in- 
triguer. — Ji n's/ cou k*il on tan a koU 
i kasmouci iqonl : je ne sais ce qu^iis ont 
tant k manigancer eilsemble. 

iUUiit, Ir, s. Casanier, qui aime ^ 
demeurer chez lui ; retire ; indolent. — 
Viki com on kdsni : mener une vie ca- 
saniere. 

kAabI y 8. Routier, qui sait bien les 
routes et les chemins; homme exerce 
aux affaires ; homme fin et cauteleux. 
— CTesS't-on vi kdsni ki n*l nin hiess : 
c'est un vieux routier qui est fin et 
ruse. 

ILMpoVe ^ K«Sip«ii¥ech, S. Gaspil- 
lage , dissipation , prodigalite , folle d6- 
pense; dilapidation, exaction, depre- 
dation ; grlvelee. — To-t-a fai ess-t-al 
kaspoKe i ciss vnokonn la : tout est au 
gaspillage dans cette maison. 
. lUapoOl, V. {Ji kaspd^, no kaspouUn) . 
Gaspiller, dissiper , dilapider , griveler. 
-— jtaspoUt U-^-aidan di gin: gaspiller, 
dilapider les deniers publics. 

tLmmjf%mt^\ eftss OU reiM , s. Gaspil- 
leur, dissipateur, dilapidateur, exac- 
teur, depredateur, griveleur. — Ni pin- 
sA> nin ki j'tret confi mi-z^idan a ci 
kaspouieit, ^? Ne croyez-vous pas que 
I'irai confler mon argent a ces grive- 
leurs. 

KMir^to, S. Bris. Yoy. Kaceeh. 
Kjuirol, s. Casserole, ustensile de 

Tome u. 1^ 



Digitized by 



Google 



— 110 — 



KAS 



RAT 



cuisine. — RihwrS U hasrol po Vjiess : 
ecurer les casseroles pour la fete. — 
Pad Ih kasrol : subir un traitement ve- 
nerien. 

kam, s. Caisse, esp^cede coffrede 
bois oil Ton met diverses sortes de mar- 
chandises. — Kass d souk : caisse k sucre. 

— Kass d*6rloch : caisse d'horloge. — 
L'ass i,'6rf6f) : montre d'orf6vre. — FiiiU 
kass : cassette , co^'ffret. 

Kass, s. Casse , caisse a petits com- 
partiments pour mettre les lettres d'un 
caract^red'imprimerie; casseau, moitie 
de casse pour des caracteres reserves. 

— J'ouveUr al kass : je travaille k la 
casse , k la composition , k Tetat de 
compositeur. 

WLmmmy s. Casque , arme defensive qui 
garantit la tete; heaume; salade. — 
Kass di dragon f di ponpt: casque de 
dragon , de pompier. — Cairn di kass : 
cimier d'un casque. 

WLmmmj s. Casse, grandes plantes legu- 
mineuses employees en medeciue. — Zi 
kass i dilijantt : la casse est laxative. 

tLmmmj s. Un rien , un zeste. — Kwan 
s*pir a morou , i nli a nin IH on vt kass : 
quand son pere est mort , il ne lui a pas 
laisse un zeste , il ne lui a laisse rien du 
tout. 

wUkmm^ s. Cause, motif, sujet, occa- 
sion , principe. — Zi Bondiu h Vprumi 
d*tote U kdss, c'll'kdss d^ kdss : Dieu 
est la cause premiere de tout , la cause 
des causes. — Ci vo k'h kdss di m* md- 
leiir : c*est vous qui etes la cause , qui 
Stes cause de monmalheur. — Ess kdss : 
Stre cause, causer; influer, avoir de 
rinfluence. — Vola sou ki v'z-esU kdss : 
voila ce dont vous ^tes cause. — C? 
k^S di to : vous en etes la cause ; c*est 
k cause de vous (et non c'est cause de 
vous). — A kdss ki,,, k cause que... 
parce que... 

KAsa, s. Cause, proems , interet. — 
Plain , wangnt , piett inn honn on n*mdl 
kdss: plaider, gagner, perdre une bonne 
ou une mauvaise cause. — Af>okd sin 
kdss: avocat sans cause, avocat sans 
merite. — Printt fai-te kdss po n'sakt : 
prendre le fait et cause pour quelqu'un, 
prendre interet aux affaires de quel- 
qu'un. — Ti bait in mdl kdss, taU: ton 
opinion n'est pas soutenable , mon gar- 
9on ; tes raisons sont inadmissibles. 

KA1M9 s. Hoyau, sorte de houe a 
deux fourchons ; louchet. — RewaU ci 
hopai la a c6 d'kdss : d^blayez ces tas a 
coups de hoyau. 

kAm , s. Case , places d'un jeu de 



tric-trac designees par une espece de 
fleche ; carres de Techiquier ; divisions 
pratiquees dans un rayon, un tiroir, etc.; 
divisions d'un registre par des lignes 
verticales et trans versales. — RimhS to 
ci sakoi la d'vin leH kdss : replacez tous 
ces objets dans leurs cases respectives. 
— FS n'kdss ^ s'je^^-: caser, faire une 
case dans son jeu , poser deux dames 
sur une meme fleche. 

KMis-iuneu, s. Euf raise, petite plante 
annuelle qu'on employait autrefois con- 
tre les maladies des yeux. 

WLmmm'tQy s. Brise-tout , etourdi , ma- 
ladroit qui brise tout ce qui lui tombe 
sous la main. — ViH ci pti kass-to la 
hCXe : econduisez ce petit brise-tout. 

KastasneU, s. Castagnettes , deux 
morceaux de bois creuses qu'on frappe 
Tun centre I'autre en cadence. -— Dansd 
avou di kasiagnett : danser avec des 
castagnettes. 

lUUt^, V. {Ji kdsiHe), Piocher, re- 
muer la terre avec un hoyau ; saper. — 
Kdst^ on kopai d'cindriss : remuer un 
fumier de cendres avec le hoyau. 

MMitenn, s. Castine, pierre calcaire 
d'un gris blanch^tre, qui facilite la fu- 
sion de certains minerais de fer. 

Kasidr, s. Castor, quadrupede mam- 
mifere qui habite ordinairement dans 
les lieux aquatiques. — Ze kastdr d^ 
Kanada si jet de houbfttpo t d^mani : les 
castors du Canada se construisent des 
cabanes pour leur habitation. — On 
chapai kastdr: un chapeau de castor. — 
Crdk di kastdr : castoreum , substance 
grasse tiree des aines du castor. 

Kastorenn, s. Castorine, etoffe de 
laine legere et soyeuse. — On polio 
d'kastorenn : une redin^ote de casto- 
rine. 

Kaiafal , s. Catafalque , decoration 
funebre pour y placer un cercueil. — 
On It a fax onfameik bai katafal h Vigliss : 
on lui a eleve un magnifique catafalque 
dans Teglise. 

iLaiapiam, s. Cataplasme. Voy. kji- 
t^plasa. 

KaiAr, s. Catharre, gros rhume^ 
affection catharrale ou catharreuse. — 
Avu on so/ocan katdr di stoumac : avoir 
un catharre suffoquant k la poitrine. 

iLat^drAi, s. Cathedrale, %lise ca- 
thedrale, principale eglise d'un eveche ; 
e^lise oil est le siege de la residence de 
FevSque. — Zi row, li cloht , li chapitt, 
U ckhidnn del katidrdl di Sin-PC : la rue, 
le clocher , le chapitre , les chanoines 
de la cathedrale de Saint-Paul. 



Digitized by 



Google 



Ill — 



KAT 



KAT 



Kat^lAs*, s. Cataplasme (1), em- 
plitre adoucissant , fomentation, re- 
sol vant, fortifiant, amolissant , suppu- 
ratif ; emmiellure. — Mett inn kat^pldss 
di /arenn di tin : appliquer un cata- 
plasme de farine de lin. — KaUpUss 
al mostdte : sinapisme , emplltre sina- 
pise. — U a-t-awou n'katipldss so s'jai/i: 
il a re^u un soufflet. 

■uut, V. {Ji hatih, no hatihan). Catir, 
donner le lustre h une etoflfe. — Kati 
d^ dra : catir du drap. 

WLmtt , V. {Ji kateie , no katian ; ji 
katieret), Chatouiller, causer par le tou- 
cher un tressaillement qui excite k rire ; 
titiller , provoquer le desir. — Katt el 
piarUt di pi : chatouiller a la plante des 
pieds. — Si kuti po i'fi rirx se cha- 
touiller pour se faire rire, s'exciter a la 
fraite pour un faible sujet oum^mesans 
sujet. — Li vin katHe U paid e Vgozt: 
le vin chatouille le palais et le gosier. 

KAtt, s. Paillard, luxurieux. — Kait 
ddpoXe-. faineant et dissolu. Voy. i^om. 
Kati, s. Atteint de maladie cutanee. 
KacuiB , s. Chatouillement , deman- 
^eaison, envie de se gratter ; prurit , ti- 
tillation ; aiguillon de la chair. — Or- 
dinairmin V katian fai rtr : le chatouil- 
lement excite ordinairement h rire. 

Kattcelk e K atlhell , s. Catisseur, ou- 
Trier qui donne le cati aux etoffes. 

KAtiech , s. Action de chatouiller 
quelqu'un. — Zi kaiiech pou fi acoti 
n'gin: le chatouiUement pent rendre 
une personne forieuse. 

iLatieli, ciiiMi,adj. Chatouilleux, sen- 
sible au moindre chatouillement ; sus- 
ceptible. — Vo^-esU tro katieUss , on 
n'wess vi-^-aduze: vous etes trop cha- 
touilleuse , on n'ose vous toucher. — Zi 
phntt d^ pi i bin katieHLSS : la plante des 
pieds est bien chatouilleuse. 

KatieA, reM, s. Celui qui chatouille. 
— Ji n'v&A nin volti U katie^ ni U ha- 
tiert$$ ; je n'aime pas ceux ou celles qui 
chatouiUent. 

Katihedi, s. Cati , appr^t propre 
k rendre les etoffes plus fermes et plus 
lustrees. — Din^ Ikatiheck a on dra : 
donner le cati k un drap. 

■iatiiied, s. Catisse'ir, ouvrier qui 
eatit les etoffes. — C'ess-t'On hon kati- 
Ml : c'est un bon catisseur. 

KA(i^, s. {Ji katlaie), fttre en rut 
(parlant des chats). — Noss chet hi 
katlaie , i nfai Kravoii iote nutt : notre 



chat est en chaleur , il ne fait qu'appe- 
ter sa femelle toute la nuit. 

KAto, int. Au chat I Au chat! cri 
pour faire fuir un chat. 

MatAftAB, s. Catogan , nceud qui re- 
trousse les cheveux et les attache fort 
pr^s de la tete. — Ci »? pu Vmdtt d^ 
katdgan : le catogan n'est plus de mode. 

Kair^le , s. Taudis , logement , reu- 
nion de plusieurs personnes de has 
etage. 

Katrenn e Katrtna, S. Catherine, 
nom de femme. — Si nic divan Vsintt 
Katrenn , Viviair s'a kac^ li serenn : 
proverbe rustique qui signifie que la 
neige tombee avant la Sainte-Catherine 
annonce un hiver tempore. — KoifS 
Sinie-Katrenn: rester celibataire (par- 
lant d*une femme). 

Mairicem , s. Catechisme (1) , in- 
struction sur la foi. — (7? Vvikair kifai 
li kafricem: c*est le vicaire qui cate- 
chise , qui fait le catechisme , qui est le 
catechiste. — (7V di-z^/an hi von-t-d ka- 
tricem : ce sont des catechumenes. — 
Aprind^ voss hatricem : apprenez votre 
catechisme. 

Kairin h KwatriB,s. Quatrain, petite 
pi^ce de poesie de quatre vers. 

Katron, s. Cadran , superficie sur 
laquelle les heures sont marquees. — 
Katron d solo : cadran solaire, sciateri- 
que. — Z'awHe d*on katron d solo : le 
style , le gnomon. — SavA> UnfS di ka- 
tron 7 Savez-vous faire des cadrans ? 
Connaissez-vous la gnomonique ? 

KairoBcch, s. Gnomonique , art de 
faire des cadrans, solaires, lunaires, etc. 

Kau, s. Chatte, femelle du chat. — 
Vos katt ki plintt : votre chatte est 
pleine. — Noss katt a jdnnU i notre 
chatte a chatte. — Ell ess-t-amoureuse 
com inn katt : elle est amoureuse comme 
une chatte , elle est d'une' complexion 
amoureuse. 

KAu , s. Cadre , officiers et sous-offi- 
ciers attaches aux compagnies et diri- 
geant et unissant les soldats qui les 
composent. — Noss r^gimin a stu mal- 
train al bataie , se kdtt son kdti viti notre 
regiment a et6 maltraite h. la bataille , 
ses cadres sont presque vides. 

KAti, s. Cadre, bordure de bois , de 
marbre , etc.; pour encadrer. — On kdtt 
viemi , dori, bin skultwrS: un cadre 
vends , dore , bien sculpte. — Mett on 
kdtt a n'estanp : encadrer une gravure , 



(I) ^;ioncct ee mot enmroe il r»iterit, ri ne diirt (|^ Garrfei-Tout de prononeer 9»tiehimtj emticki»»* 

p»: Mtef/MM , ni e«fap(««« , ni eataptamise. \ qq eatiekiwue. 



Digitized by 



Google 



- H9 - 



KAV 



fA2 



uoe estampe;^y mettre un encadre- 
ment. 

tLtkiiehom , s. Caoutchouc , gomme 
elastique , substance vegetale tres-elas- 
tique et assez semblable k du cuir. — 
J)^ burtel, dijdrtiry iU hanhoch di katt- 
chou : des bretelles, des jarretieres, des 
pantoufles de caoutchouc. Voj. Gdm- 

KAtaiA, 8. Employ^ aux douanes , 
douanier , terme de mepris ; schenapan, 
vaurien. — Sakri lai katula d'Naivagn! 
Yilain commis du bureau de Naiyagnel 

KatwMitf , s. Quatorze, dix et quatre, 
deux fois sept. — Katwass sacoi : qua- 
torze choses. — Katwass mHe frani 
quatorze mille francs. — Nihz-estan It 
kalwass di me^: nous avons le qua- 
torze du mois. — Kwatt parHe-^-Hisss e 
U kwatt dth conti katwass apiket: quatre 
figures semblables et les quatre dix 
comptent quatorze au piquet. —JTa^of^ 
di dam : charivari ,' quatorze de dames. 

— Ai>u kintt e katwass e Vpoin : avoir 
quinte, quatorze et le point; avoir dans 
une affaire uuq grande avance, une 
grande probabilite de succes. -— Katwass 
iprontS : tricon , trois cartes semblables 
a celle qui tourne. — II esii leH katwass : 
ils^taient k quatorze.— j^nodw katwass : 
Innocent XJV , nom d*un pape ; expres- 
sion de deniffrement. — PdrU d^traze a 
katwass : parler de choses indifferentes, 
de la pluie et du beau temps , de choses 
et d*autres. — Fif kwinu eitr so katwass 
joH : faire en quatorze jours quinze 
lieues ; marcher , voyager fort lente- 
ment. 

iLAi«v«piiifiB, s. Quatorze environ. 

— Si pti vali a n'katwazainn d'dnnaie : 
son petit garden est &ge de 13 a H ans. 

iL»ti»«siBm , adj. et s. Quatorzieme, 
nombre ordinal. — Vo-s^st/Vkatwazinm 
sol liss : vous Stes le quatorzieme sur la 
liste. ^ On le soula al Vkatwazinm 
pdck: on lit cela a la page 14. — J*a on 
katwasinm dimn n*koUtr: j*ai un qua- 
torzieme dans une houillere. 

KatwaslBinnitB 9 adv. Quatorziemer 
ment, en quatorzieme lieu. 

u$kTkj s. Caveaui souterrain, cnrpte, 
hypog^e ; palier. — Mett on wakai i 
kdvd : descendre un cercueil dans le ca- 
veau. 

IlAtA, s. Palier, trappe, plancher 
mobile ou suspendu. Voy. ip^-d'jr*. 

K«TAVe, s. Califourchon. Voy. A-k«- 

KATfttr, s. Cavalier, homme ^ che- 
val. — Ess bon kavStr: Itre boi^ ffava- 



lier^ savoir bien eonduire un ehey^p — 
(Tess-t'On hai kat&tr : c*est un beau ca- 
valier, il a bonne gr&ce k cheval. 

KATiiirmiii , adv. Cavalierement , 
d*ime maniere brusque, hautaine, sans 
egard. — On Va tratti kavUirmin : on Ta 
traits cavaljerei^eot. 

iLATai,s. Cavale oujumenti feiyielle 
du cheval. — J6nn kaw^ : pouliche. — 
Fd sdlii n*kat>al : fajre couyrir » saillir 
une cavale. — Zi kaval aj6nnU: la lur 
ment a pouline , a mis bas. — C6 a'pi 
d* kaval ni bless mdU li roncin : jamais 
coup de jument n'a Mt mal k bon che- 
val; un homme doit prendre galamment 
toutes les malices du beau sexe. 

■L»T»lr^le e MMwmrrklmy s. Cavalerie, 
gens de guerre k cheval. — Ckeg di kst~ 
palrHe : charge de cavalerie. — S*igaji 
dein VkamlrHe: s^engager, prendre du 
service dans la cavalerie. 

kAt-AptIh, s. Cellier, pii^ au rez- 
de-chaussee d'une maison , pour y ser- 
rer le vin et d'autres provisions. 

KAHt, 8. Encaveur, celui qui encave. 
— Ona di tonai ki eoret » aUu keuki 
rkdvlt: des tonneaux fuient, faites ve- 
nir Tencaveur. 

WLmmt>k9m 9 s. Caution , repondant , 
garant , pleige ; dtage. — Mi pdrin a 
consinti a ess mi kawcion : mon parrain 
a consenti k 6tre ma caution 9 mon fide- 
jusseur. — Si poirti kawcion Vonc po 
V6tt : se porter caution solidaire. 

K«wcioB^ , V. {Ji kawcionn h ji kaw^ 
donaie). CautionneTi servir de caution, 
repondre pour un autre, -r On camirdti 
Va kawciond po ^ mHefrani un ami Fa 
cautionn6 pour 8,000 francs. 

KAwclenech h KAwolfiiBHMv, s. Gau- 
tionnement, garantie, action de cau- 
tionner; fidejussion. — Li rdve^ H 
govemimin son-t-obligt difomi on kaw^ 
cionnmin : les receveurs du gouveme- 
ment sont obliges de foumir un cau- 
tionnement. 

KaweiABeft, etikss, s. Bepondant , 
qui repond , qui se porte garant pour 
un autre ; fidejusseur. — On reitmt 
de^'t-atm di bon kawcione^ : un receveur 
doit foumir de bons r6pondants , de 
bonnes garanties. 

ifcASAir, s. Caserne, logement de scd- 
dats. — Li sdddr ki tmet a'arivd von logt 
d katair : les militaires qui viennent 
d*arriver vont loger k la caserne , vont 
dtre casernes. 

iLABAim^, V. {Ji kasaimaie). Caser- 
ner, loger dans dBS casernes. — Li mi' 
tan del gdr^ison kasaipwet cissrtiiwtir : 



Digitized by 



Google 



— 113 



K^C 



lES 



la meitiS de la garnison casemera cet 
hiier, 
mj u m i wm t t h h UmmmirmhmtiUik , 8. Ca- 

sernement, action de casemer » resu3t«t 
de cette action. — On-^^prettaie te po 
riazadmimiu: ob hit tous lea prepara-^ 
tt& pour le casemement. 

MA^j wiv. Quasi, presque, k peu 
pros, environ, pen s'en faut. •— J'a 
kizt toum/i je suis preaque tombe , j'ai 
failli tomber. — ^*a MH stu nrifcol; 
c*a ete une quaai-revolte, une quasi- 
emeute. — Tess-t-on poursai , aeh kdzi 
a : j'allais dire que tu es un eochon. 

lUicI, 8. easier, devanture de bureau 
composi de plusieurs cases. — To VMzt 
iplin d'papt : tout le easier est plein de 
papiers. 

■UaSmiB, adv. Quasi. Voy. KAmt. 

pUriMir, 8. EtoSe de laine eroisee, 
ine et l^re ; casimir. — K(mttchdss di 
kinmtr: culotte de casimir. 

r, 8. Casimir, nom d*homme. 
8. Quasimodo. V. cUm^ 

KAmnr^i, adj. Cassant, fragile. *Tr- 
li cnutal i bai , min il ^ Mtuw^l : le 
€ri8tal est beau, mais il est oassaat. — 
(Ti damaeh hi Vportulainn i si hdzuw^l : 
e'est dommage que la porcelaine est 
sifragUe. 

Kj6 ^ K.' , pron. Qui est , que , qu'en, 
qn\ — Li mic^gi jQ v'nou : le messager 
<{Qi eat venu. — Li fewn d Ucai k^ 
t^nm I la laiti^re qui est venue. — V<h 
«-«•/ Mau VerapdU , U di/rif^ Vous 
avez vu la fllle, qu*en direz-vous ? — 
F«-M' tofocilCm n^g^dVe vHou! Qu'il y 
alongtemps qu'on ne se soit vu ! 

K* on K^i, adj. Quel. — Li Uf Li 
W?Lequel? Laquelle? — K/ noret av 
••^»? Quel mouchoir avez-vous mis? 

— Kil bm! JT^-f-om / Quel homme I 
Quels hommes I — JT// feum ! K^e 
/nm/ Quelle femme! Quelles femmesi 

— Kil eiire$$'i^7 Quelle heure est-il? 

— K/l folHe di f4 dl s*faiU I Quelle 
foKe d'agir ainsi ! — Di kipat JU s'$e4ii'e : 
de quelque pays aue ce soit, quel que 
•oitlepays. --TAUI: tel quel, plutdt 
mauvais que bon. — Al kil di deit, dinif 
^pri/Mnssf A laquelle des deux don- 
B«i-vou8la pr6fcrence9 

WAtiy int. HoUi, quelqu'un ! 

KiteMiiL , pron. Quelqu*un. — Divin 
*^l , ji nr%'a riknohan kicmk : parmi 
<Qx , j*en ai reconnu quelques-uns. -^ 
t>i ioU ek novel la, fna kekemmn hi son 
fbsi da toutes cea nouvellea, il y en a 
9MKHa8«^ne8 qvi aont faussas. 



u^ adj. Quelque 9 un ou pluaiflnrs 
entre un plus grand nombre. — Kik 
om, kik fewn : quelque homme , quel- 
que femme; certain homme, certaine 
femme. — Kik-z-om, kike feum i quel- 
ques hommes, quelques femmes. — 
Kik aidan : quelque argent, un peu d'ar- 
gent. r— Ella kik baunt fftair da sonk : 
elle a quelques bonniers de terre i die. 

iL^k^ff^to h iL^kflsfeie, adv. Qudque- 
fois , parfois , de fois k autre , par-ci, 
par4ii. — • Enn n'iva kdhfiie a pi, kik/He 
ajvd: il s'en va quelquefois k pied, 
quelquefois a cheval. — Si kik/He (I) ji 
n'esteH^ nin el mokonn: si peut-§tre, si 
par hasard, si d'aventure je n'etais pas 
au logis. — N*ali nin dto^ d'soula, savi, 
kikfeie (1) : ne touchez pas k cela , je 
vous le recommande, je vous le defends. 

K^kemiB, pron. Quelqu*une, fern. 
d*iL^eMk. 

K^k-p4M*, adv. Quelque part, en cer- 
tain Ueu, en certain endroit. — Dimamif 
kik-pdr vereial 1 Demeurez-vous quel- 
que part par ici, ici autour ? 

K^k-B-oMky iL6k-»«miD, pron. Quel- 
ques-uns. Voy. ■^••nk* 

M^i, adj. Quel. Voy. &«• 

K^imiB, adv. Quellement. — Ji 
m'poitt tilmin kHmin: je me porte telle- 
ment queUement ; ni bien ni mal, maia 
plutdt mal que bien.* 

iLeraMM, s. Euerm^. Voy. r«4l«* 

WLtppin^j V. {Ji kerpinaie). Flftner, 
passer le temps. Voy. BaUiM^. 

Ken^in^, V. Bseamoter, filouter, rar 
piner. — Ji m'a Ui kerpini d'ci pinddr 
laijexne suis laisse filouter de ce drdle. 

lieriplMMh h KevplBBr^te, 8. D^SOBU- 
vrement. Voy. BaiBtneeii. 

KcrplBeeli k Kerf^lnnr^to, 8. Filou- 
terie, flouerie, rapine. — Tott ce^t^laie 
e oi vnow la, ci n'i Won kerpineck : toutes 
ces allies et venues, oe n'est qu^une 
flouerie. 

iLerplneft, 8. Fl&neur. Voy . Balattteft. 

KerplBofty «Am OU reMy S. Floueur, 

trompeur , escamoteur. — Voss cdss e 
dvin U min d*on fir kerpineii : votrc 
cause est en mains d'un grand floueur. 

WLemm , s. Clause , disposition , condi- 
tion. — Le kess et les mess : les clauses 
et conditions. -^ On s'a dmti so U kess 
i U mess : on a verbalise. 

Meji«*nieiM , s. Chasse-morte, afliaire 
commenceequ*on nepoursuitpas, quW 
abandonne. — Ni pdrlan pu d'soula , 

(I) pant eft drut rinses, kikfiir ne pent pas S( 



traduire par quelqutfitM 



Digitized by 



Google 



— 114 



RET 



KEU 



c'esi-t-innkest-moitt : ne parlous plus de 
cela , c'est uue chasse-morte. 

KeaUoB, s. Question, interrogation, 
interpellation , demande que Ton fait 
pour s'eclaircir de quelque chose. — 
Kestion d'catricem , d'istoir , di fizik : 
question de catechisme , d'histoire , de 
physique. — MdldhHe kestion : question 
difficile , abstruse , ardue , epineuse. — 
AV/ ftot^w ^*^t<w/ Quelle bizarre, quelle 
ridicule question ! — Li maiss m'afai 
CO trass kestion : le maitre m'a accable, 
presse , pousse de questions. — K'avSv 
a respontt a ciss kestion la ? Qu'avez- 
vous k repondre a cette question ?, — / 
«? nin kestion d'soula : il n*est pas ques- 
tion , il ne s'agit pas de cela. — D'inn 
kestion enn n^ fh dei^z-ou treUt : scinder 
uns question. 

KefltioB^, V. (Ji keslionaie), Ques- 
tionner, faire des questions ; demander, 
interroger;s*iuformer, interpeller, s'en- 
querir. -— Li J^ceHtr m'a lontin kestiond: 
le confesseur m*a longtemps question- 
ne. — Sikestiond Von Vdtt: se question- 
ner runl'autre. 

Ke«tioiiech,s. Action de questionner ; 
interrogatoire. — Li kesiioneg jatnn : 
baicd d'gin : les frequentes questions 
gSnent, importunent beaucoup de per- 
sonnes. 

KesMoned, e^M, 8. Questionneur, 
qui fait, sans cesse des questions ; exa- 
minateur, interrogateur. — C'ess-t-on 
kaXdf kestioneik: c'est un rude, un im- 
portun questionneur. — Madam inn tSl 
} tro kestioneUs : Madame une telle est 
trop questionneuse. 

IL4»<^, V. {Ji kettj no ketan), QuSter, 
faire la quSte pour les pauvres, deman- 
der et recueillir des aumdnes. — KM 
a to U'Z-^mk : queter de porte en porte. 
— KHSpo lepd/jpo rfi Vlgltss : qu6ter 
po>ur les pauvres, pour restaurer I'e- 
glise. — Yoeial li fri Kikett : voici le 
fr^re quSteur. 

K^tech e K^tr^to, s. Action de qu6- 
ter. — Li kitrHe a stu /ameiiss ciss-t- 
dnnaie: les (juStes ont ete extraordi- 
nairement frequentes cette annee. 

K^cell, efts« ou ress, s. Qu^teur, qui 
quSte pour quelqu'un ; collecteur. — Z^ 
kite^ del porock : les coUecteurs de la 
paroisse. — Z^ keteitss del krip : les 
quSteuses de la Cr^he. 

K^tioBB, s. Catherine, nom de 
femme. 

BLettj 8. Qu^te , collecte pour les 
pauvres ou pour des oeuvres pieuses; 
boite, bourse pour quSter ; cueOlette. — 



Fff nkett po Vnoilvinm di Sin-Rok : 
faire une collecte pour la neuvaine de 
Saint-Roch. — Vo-^^vd n*p^laie kett: 
vous avez une chetive cueillette. 

Keik, eiku, adj. Coi, calme, tran- 
quille, paisible, immobile. — Dimani 
keH, si tni keH : rester coi, rester tran- 
quille. — Pa , ti n'dime^r mdte on mour 
min keH: oh! tu ne restes jamais en 
repos , tu es toujours en action. — 
KeMt aiw : eau stagnante , croupis- 
sante ; eau morte ; personne qui fait 
ses coups en cachette. 

KeA-d'eha, s. Queue-du-chat , figure 
de contredanse. — An-n^avan kwattj put 
keit-d'cha: allez en avant quatre et 
faites queue-du-chat. 

Kedr, s. Coivre, metal rougefttre 
quand il est pur; airain. — Rock keH^fi 
rosette, cuivre rouge. — Jetm keiif: 
laiton, potin. — Blan ke^ : cuivre 
blanc , aUiage de cuivre , d'arsenic et 
de zinc. — Ar^niketir di keiif : rouille 
erugineuse. — CkandlS d*ke^f: chan- 
delier de cuivre. — Mandi'e di ke^: 
monnaie de cuivre. — Sakoi hotmdkei/\ 
un tel. 

Keftr, s. Trait , fait, action bonne ou 
mauvaise. — Laitt keitr: mefait, action 
blftmable. — Vo fi d^ bile ke^r : vous 
en faites de cossues, de beaux exploits; 
vous vous signalez par vos faits et 
gestes. 

KeAr, s. Cure, traitement, gu^rison. 

— Voss dokteUr a fai la n*fame1as hel 
keitr : votre medecin a fait Ik une cure 
merveilleuse. 

Keftr , 8. Cure , logement d*un cure ; 
presbytere, maison curiale ou presbyte- 
rale. — Li dreH del ke^r : les droits cu- 
riaux. — Diciervi n'ke^ : desservir une 
cure. 

K«ftr, s. ChoBur, partie de r%lise oil 
Ton chante Toffice divin ; sanctuaire, 
cancel. — Ckantd i keitr ou d ke^r: 
chanter au choeur. — Ban d'keiir : 
stalle. 

iLelhr, s> ChoBur, plusieurs person- 
nages chantant ensemble. — CkanU on 
resple^ an keUr : chanter un refrain en 
choBur. 

iLeUr, 8. Coeur 9 courage, bravoure, 
energie ; memoire. — Avu de keiir : avoir 
du coeur, Stre courageux. — Aprinti par 
kei^r : apprendre par coeur, de momoire. 

— Dtnd par keitr: diner par coeur , ne 
pas diner. 

Mcftr, s. Coeur , ce qui a la forme 
d'un coBur. — Ke<^ di co&k , kefir di 
mdrsupin: un coeur de puin d'epice, un 



Digitized by 



Google 



— 115 — 



KEU 



KIB 



OQBur de massepain. — De f&U hi fet 
PkeUr : feuilles cordifonnes. 

WLm^r , s. Cure , souci. — / n*a heUr 
a rm : il n'a aucun souci , il ne se 
soacie de rien , il est insouciant , tout 
lui est indifferent , il montre beaucoup 
d'indifference , d'insoueiance, — J'a bat 
It dn^di koTisHe, enn n*a keiir : j'ai beau 
lui donner des conseils , il n*en a cure. 

— K*qTangn keUr? Que nous importe? 
Qu'est-ce que cela nous fait? — J*a bin 
d*keAr di to Mi mecech : j'ai bien affaire 
de toutes leurs fariboles. — Ji na nin 
pu d'keiLr di magni di stokfeis hi del 
molow: je mange indifferemment du 
stocfiche et de la morue. — Vo n'ati 
d^ke^r, ni mi d^ketrj c*a/ai deik ke^r sin 
kuri : vous n'en avez cure, ni moi cure, 
ce sont deux cures sans cure. 

Keikr, V. {Ji keHy no lHan;ji ke^ret), 
Etre content, Stre satisfaitqu'une chose 
arrive, se rejouir du bien-etre d'autrui. 

— Ji v'Z'i Vkeii bin : je vous felicite, 
vous I'avez bien merite ; c'est bien em- 
ploye, c'est du pain benit. 

kc^Im, v. (Ji he^s , no kozan ; ji 
ks^xret), Coudre , joindre de Tetoffe en- 
semble avec du fll. — Ji hoza de^ pess 
iconl : je cousis deux pi^es ensemble. 

— Ti keitzrei soula a gram, pon : tu cou- 
dras cela h grands points. — El s'a 
pondau to kozan i elle s*est piquee en 
cousant. — Bok cozowl Bouche cousuel 
Bouche close t Ne dites rien , gardez le 
secret. 

KcdttHiin, adv. Tranquillement , en 
silence, avec calme.— /Vw'orrecA keUt- 
min : faire un ouvrage sans bruit, mys- 
terieusement. 

Ke^Ti^, V. {Ji keUvraie). Imiter la 
dorure avec des feuilles de cuivre. — 
Ke^twS on sin d*boi : couvrir de feuilles 
de cuivre la statue d'un saint en bois. 

KeilTreeb , s. Imitation de la dorure 
au moyen du cuivre. 

KeAvrech, s. Couleur de cuivre rouge. 
Voss cokmdr n*i nin d'on bai keUvreck : 
vofa^ bouiUoire n'est pas d*un beau cui- 
vre rouge. 

Keftvi^ie, s. Vaisselle en cuivre. — 
Rikur/li keUvrHe: ecurer la vaisselle de 
emyre.—Kdlvriie di Dinan : dinanderie. 

Ke^rreu, s. Anche de cuivre pour 
les instruments a vent. 

KeAv-idMk, s. Tombac, metal factice 
compose de cuivre et de zinc. — Zi 
M^v^ink i blan , kwan c*i Vzink qui dd- 
Mmm , i jenn kwan c*i Vkei^: le tombac 
est blanc quand c'est le zinc qui do- 
mine , ct jaune quand c'est le cuivre. 



KedsreM, s. Couseuse, femme qui 
coud les livres pour les brochures. 

Ml, pron. Qui, lequel, lesquels, la- 
quelle, lesquelles; dont, duquel, des- 
quelles, delaquelle; dequoi; que, qu'il, 
dans lequel , pendant lequel. — Z'om ki 
roitj k*o4tvei^r: Thomme qui marche , 



Qui travaille. — li/eum ki bow, k'a sogn 
di s'maneck : la femme qui lessive, qui 
a soin de son menage. — Li liv kifU, 



le livre que je lis. —le-z^ustHe ki v-nCavi 
prustS: les outils que vous m'avez pr^ 
tes. — Legin kijiv^-z-apdrU: les gens 
dont ou desquels je vous ai parle. — (Ti 
sor vo ki ji myiie : c'est sur vous que je 
compte. — L'iviair ki/a sifre^: I'hiver 
qu'il fit si froid. — Ji n'a Kfi d*lu : je 
n'ai que faire de lui , je n'ai aucun be- 
soin de lui. — Ki ji strdnn si ^oula n'i 
nin vraie I Que j'etrangle si ce n'est pas 
vrai. -- Kifivlat Que faites-vous 1^? 

— Kiv'z-i sonl-t-if Que vous en semble? 

— Ki n*dimorSf cial? Que ne restez- 
vous ici ? Pourquoi ne restez-vous pas 
ici? — Ottand'to%wSkid*ble^ , i personn 
di moir : autant de tues que de blesses, 
et personne de mort. — Sirick ki sei^iess : 
si riches qu'ils soient , tout riches qu'ils 

sont , quelque riches qu'ils soient. 

Ki/oir ki seHiess , ji n'a nin sogn di zel : 
quelque forts qu'ils soient , je ne les 
crains point. 

Ml, pron. Qui, lequel, laquelle? — 
Ki estin Qui Stes-vous? — Apri kt 
dmandefl Qui demandez-vous 7 — A kt 
pins^ i n^avu? A qui croyez-vous par- 
ler ? — Vo tro^vrea ktpdrU: vous trou- 
verez a qui parler. — Ji n's^nin kt k'a 
fai soula: je ne sais qui a fait cela.— 
Pdrl^'Z-a to kt k'vo voU\ parlez k \me 
personne quelconque (1). —Kt kis'seHie : 
qui que ce soit, quiconque. — Qna todi 
ki /at, kt di : il y a toujours quelque rap- 
porteur, de ce que Ton dit. 

KiiMMtB^ ^ KiiNuiB^, V. {Ji Vbacinaie 
e ji k*basnaie) Bassiner beaucoup , bas- 
siner longtemps. — Yo-^-dri bon i toSs 
bidrOef ka ji Va tote kibaciwf : vous 
aurez bien chaud dans votre couchette, 
car je I'ai bassinee largement. 

KibAdi, V. (Ji k'bddik), Surexciter 
(parlant des chiens). Voy. ibA4i. 

lUbaciil, V. {Ji k'bagn), Etuver plu- 
sieurs fois. — Vorbindre voss pld^ apri 
Vavu kbagnt kom i fd : vous rebanderez 
votre plaie, apr^s I'avoir etuvee soi- 
gneusement. 

■Ubahl, V. {Ji k*bak). Abaisser a plu- 

(I) Piirlci A tout qui ne m ilit p is en fraii^ais. 



Digitized by, 



Google 



fie 



KIB 

fiieara reprises. — il to» hbM Vhitai, 
It Hr ^ iote maheie : k baisser trop sou^ 
vent le tonneau , la bi^^ eat toute 
trouble. 

iLMbAi, Me^ adj. Oevasse, qui se 
travaiUe , qui s'ouvre. — Di pan k'i to 
kbM: du pain qui est flasque, qui 
s'ouvre. -^ Li vienn d^ te^ k'^ tUatm^ 
itnim kMfHe : la faiti^ se dejette con- 
sid^rablement. Toy. bIM. 

mifcal«»»»li h MllUHuumla^ s. Brali^ 
dflkment , mouvemeitt ou^on se donne 
en se brandillant. — Zi Molanseg mifai 
md m'ca^ : le balancement me donne 
des naus^. 

■JkaiiMitfl, ▼. {Ji k*halan$He). Balan- 
cer, 86 brandiller ; basculer. -— Al^s pi 
fiibalansieVfrairlie: allez vous faire 
balancer dans la prairie. 

■JbiHMuui, s. Balan^oire, brandil- 
loire, escarpoktte, branloire. —FS n'Jb- 
balawsacou on horon: Mve anebalan- 
^oire avec un madrier. 

Kiteu^, Y. (Ji Vhaliaie). Ondoyer 
sans cesse. — li-i^iw kibalU oonit U 
Hvach: les eaux qui ondalerit oonstam- 
ment le rlvage. 

KibMinM, y. {JHChawnloM). Bran- 
donner excessivement. — On ve^ d^ 
kanpoffn Me hihanmlaie : on voit des 
oampagnes toutes eouvertes de bran- 
don. 

iUkM««M , T. {Ji VharhoXei no k^har- 
boui'an). Barbouiller totalement. — Avon 
ynUka pontUch , i m'a kbarhoiH to mi-t- 
onh: avec sa mauvaise mani^ de 
peindre^ il a barbouille entiirement 
toutes mes portes. 

Klbard«ttiKt, T. (Ji k'bardouh). Battre, 
rosser ii phisieurs reprises. — On U*^-a 
to kbard^M e U ekict Mte : on 8*est rue 
sur eux k coups de trique, et on les a 
chasses. 

KikaricM^ , Y. (Ji VhoiHeddaie). Bar- 
ricader aYeo bcaucoup de soin. — Z^- 
a-ot»A €$H to kbarieddS : les portes ^taient 
fortement barricadees. 

KiiUtt>iaf«, Y. (Ji k'barlafaie). Bala- 
frer graYcment. — Di matast/, el H 
kba/rlafa tott lijaif: dans sa colore, elle 
lui dechira la fi«^ure. 

uihmmm^^ Y. (Ji k'hasnoie). Grauler to> 
taiement. — Z^ mar6de^ on khdsnS to no 
gH: les picoreurs ont gaule complete- 
ment tons nos noyers. 

■ukAtedi, s. Delayement, action de 
delayer , de battre un melange. — Li 
kinteg del /arenn di boukett : le d^laye- 
ment de la farine de sarrasin. 

I, s. Celui qui delaie. — Li 



Hie 



Mbateii d'ekds$ ni wangn ki d^ftiU jo%ir^ 
naie: Touvrier qui delaie la ohaux ne 
gagne qu'tm tr^s-mediocre si^aire. 

Kiksted , s. Champion , oelui qui s6 
bat; combattant; brayaiche, fler^-bras. 
— / s*kapt fo rtiess , c'eHe^ de^ fel 
kibatei^! Ilsse prirentaux cheYeux, ci~ 
taient deux rudes jouteurs ! 

KikAM, Y. (Ji kbattf no kbatan). D6^ 
layer, detremper , mSler, battre , fouler 
aYcc les pieds. — Kibatt d^-^^o^ : battre, 
fouetter, brouiller des oeufs. — - J^ibatt 
del farenn awm d-Paiw : delayer de la 
farine dans de Teau. — Kibitt ^(hm: 
battre, amalgamer ensemble. 

iLii^Att (•«) , Y. Se battre^ sequereller, 
chamailler, jouter, se preiuire aux che- 
yeux. — Ci't-arigt la s'on kbatou com to 
ckin : ces furieax se sent battus comme 
tous ohiens. 

KHMfiiit, Y. (Ji kbeckf no kbiekan). 
Becqueter , battre ayec le bee , donner 
des coups de bee. — J*a wlow printt on 
pofon at koweetjel m'a tote kib^U : j'ai 
Youlu prendre un poussin ii la couYCuse, 
elle m*a donne maints coups de bee. — 
Z^-e-o«JUi on khkhi to li/ru: les oi- 
seaux ont pioot* tous les fruits. — Si 
kbhhi Von Vdtt : se donner deo ooupis de 
langue Tun k Tautre. 

KiiMekt^, Y. (Ji kheektaie). Bec- 
queter , oaresser aYoc le bee , diminutif 
de mMcut. 

iLifcerwM«,Y. (Jikberw^taie). Brouet- 
ter longtemps, frequemment. — Kiber- 
wit^ on pti taU fo Vam^zd: promener 
I^usieurs fbis un petit garden dans une 
brouette , pour Tamuser. 

iLibiem^, Y. (Ji kbiemaie). BemcT 
impitoy ablement. — On-f^a kap4 1 *ffMe1M 
po le br^s i pole janb , ^ on la kbiem/ 
com i/i: on a saisi le hdbleur par les 
bras et par les jambes , et on Ta bern^ 
k outrance. 

■uMi^ (>0, Y. (Ji m'kibU hjim'kdbt- 
laie), Se d^jeter fort , se tourmenter. — 
Vola on panai d?ouk ki s'kdbil to : Yoilk 
un panneau de porte qui se dej^te eh*- 
ti^rement. 

KfMni, adY. Combien, quelle quantity, 
quel nombre. — Kibin gna^t-i d*f>eek i 
f>09 cottkaif Combien y a-t-il de Ycrges 
dans Yotre oloseau? — Vo k^bi^eMf^ A 
combien etes-YOus? — Onave^ ji «V 
k^bin tfewtn : il y aYftit je ne sais com- 
bien de femmes. —K^n t?yj|-/-t 1 Com- 
bien Yous fiau(-il ? — il Vbun vindfy to 
lignrol^f A combien Yendez-Yous vos 
linottes ? — So k'bin d^timf Bn combien 
de temps? — J'a eawm po k'bin : H 



Digitized by 



Google 



— 417 — 



KIB 



KIB 



m'en a cuit , je Tai appris a mes 
depens. 

KiMse, V. (Ji k'Msseji VUzaie). Po- 
lir soigneusement avec de la pr§le. — 
KHiiti com i /d onfizai d'boi : polir con- 
venablement un fiiseau de bois au 
moyen de la prele, 

iubi^«t, Y. (Ji Vlless , nok'blican), 
Blesser plusieurs fois. — Ci p6v vi sOddr 
la a Vcoir to kbled : ce pauvre vieux guer- 
rier est crible de blessures. 

iUM^cl,y. Meurtrir, cotir^ecacher. 
— Z^ gruzai on tott kihlhct U pth: la 
grSle a tout-k-fait meurtri les peches. 

KiMteecu, s. Brandillement. Yoy. 
UkaUiMsecli. 

Kibitz, Y. (Ji KhlUSy no kblican). 
firandiller. Yoy. lUbaiaiisi. 

KihU»0 , s. Brandilloire. Yoy. iLiba- 



KiMi^ , Y. {Ji k'bdl kji k'bdlaie). Bou- 
siller completement. — / kbdla to 8*uh 
vrech: il bousiUa tout-^-fait son ou- 
vrage. 

KiMm«, Y. (Ji Jihdm e ji Itbdmaie). 
Creuser plusieurs trous. — Z^ ra on to 
KMvU Ufdrmmini les rats ont creuse de 
profonds trpus dans les fondements. 

Ktbosl^, Y. {Ji k'boslaie), Bossuer en 
plusieurs endroits. — Vibusti kibosla 
tote mi kwdtt di stin : Tetourdi fit plu- 
sieurs bosses k mon pot d'etain. Yoy. 
lUboM. 

lUkotiii^, Y. {Ji Vbottnaie), Bou- 
tonner k foison. —No-z-db son to kbottn^ : 
nos arbres sont abondamment pouryus 
de boutons. — Apri s'mittcenn^ si pai 
s'a tote kiboHndi apr^s son medicament, 
sa peau s'est criblee de boutons. 

KiboM, Y. {Ji KboXe , no kboui'an), 
Bossuer, faire des bosses a la vaisselle ; 
cahoter, balloter ; fatiguer, — El hi- 
hoWieret f>oss beUjihenn di stin : elle bos- 
suera votre dame-jeanne d'etain. — J'a 
stuto kboUi d'tin ci cass-kd la: j'ai ete 
tout cahote dans ce casse-cou. — Pa^ 
vo m^kiboUi tote! Ah! yous me bouscu- 
lez furieusement I 

KiboajTerii 9 s. Caliot , cahotage , se- 
cousse. — ^Ji rCpou soufri li kbou'Ceg 
d'inn chhett : je ne puis souffrir le 
ethotage d'une charrette, 

MXkmv^et^^ Y. {Ji k'bonUtaie), Bos- 
suer leg^rement ; diminutif de KiboHt. 

■Ub«a1elk, eftMi OU ress, s. Celui qui 
pouBse, qui bouscule. — C'ess-t-on haXdf 
mbonMi, kwan onr^^ss-t-adU lu : il yous 
•eeoue d'une mani^re desagreable , 
qiaod on se trouYe aupres de lui. 

Y. {Ji h'boultaie). Bluter 



longtemps. — Pokoi vouss tan kiboult^ 
ffarennl Pourquoi veux-tu bluter si 
longtemps ta farine? 

Klbenlvairii^ , Y. {Ji ICboulvairsaie), 
BoulcYcrser completement. Yoy. bou- 
llvalrs^. 

Kibolk«l^,Y. {JilCbo^laie). Bouflfer 
fort. — Com vO'Z-av^ kiboiisy ci gdss la ! 
Comme vous avez fait bouffer ces 
gazes I 

iiLii»ou(e, Y. {Ji k'boutt,no k'bouian). 
Bousculer, pousser en tous sens. — 
Onave^ nH^flouh di gin VonrZ-est&Sk to 
kbout^: la foule etait si considerable, 
qu'on etait tout bouscule. 

KibrAdi^ , Y. {Ji kbrddel e ji kbrd- 
dlaie), HUler. — Ni v^z-alS nin kbrMld 
dvin ciss choleUr la : n'allez pas yous 
brCQer la peau par cette excessiYe cha- 
leur. 

Kibrani^, Y. (Ji k'branl), Branler, 
remuer Yivement. — Ci Vgran vin ki 
khranl U-z-ouhi lejigness: c'est le grand 
Yent qui agite si fort les portes et les 
fenetres. 

Kibriehdd^, Y. (Ji VbHckddaie). Sa- 
brenauder. Yoy. Kibrddt. 

KJbriMi^, Y. (Ji k'brislaie). DiYaguer, 
patauger longtemps. — T'a co stu MtrisU 
tO't-avd le vOXe I Tu as encore ete pa- 
trouiller, Yagabonder partout! 

Kibris^, Y. {Ji kbrisSy no kbrtzan). 
Briser a morceaux ; ecacher. — On gii 
a stu to kbrtze par li tonir: un noyer a 
ete brise k morceaux par la foudre , a 
ete foudroye. 

Hibrddt, Y. (Ji kbrddeie , no kbrddian) , 
Bouchonner , chiflfonner , froisser, re- 
manier , patiner , patrouiUer. — Ell a 
tote kibrCdi ciss dintel la : elle a tout-u- 
fait bouchonne cette dentelle. 

Kibrddl , V. Bousiller, chiflfbnner. — 
Kibrddt n'bdcel: patrouiller una fiUe , la 
palper indecemment. 

Kibrddiech , s. Action de chiflfbnner 
k plusieurs reprises , resultat de cette 
action. — Vola on lai kbrddiech : Yoila 
une chose vilainement chiflPonnee. 

Kibroi , V. (Ji kbrdXe, no kbroXan), 
Broyer parfaitement. — Kibrdt di papi: 
broyer, froisser completement du pa- 
pier. 

KibroYech , s. Action de broyer for- 
tement. — Zi kbroXeg dHne viceie: le fait 
de broyer, de froisser tout-k-fait une 
Yessie. 

Kibrolkm^, Y. (Ji k'broHzaie), Mftchu- 
rer,barbouiller fortement de noircissure. 
— Vo v'z-av/ kibro^zd li ckif: yous yous 
etes fort mtchure les joues. 
Tome ii. 15 



Digitized by 



Google 



118 — 



KIC 



KIC 



lUeftt , s. Quincailler , marchand , 
vendeup de quracaille. — Ji so marchan 
ktcUi : je suis marchand quincailler, je 
tiens magasin de quincaiUerie. 

■Ltc«i0, s. Billevesee (paUiatif de CM* 
cHalc). 

KteaVe e Kteater^le , s. Qiiincaille et 
quincaiUerie, toutes sortes d*ustensiles, 
d*instruments de fer ou de cuivre , tels 
que couteaux , ciseaux , chandeliers , 
mouchettes, etc.; mitraille. — Etdi del 
McaXerHe enn AmMk : envoyer de la 
quincaiUerie en Amerique. 

Kic^hf , V. (Ji kcech h ji hsech). Ti- 
raiUer, tirer 9^ et Ik; secouer, etirer ; 
etendre , aUonger. — - Dd fors6U on tote 
kicecht ciss bdcel la : des ecerveles ont 
tiraUle violemment cette fiUe. — Si 
hc^chi : de coUeter, lutter. — Si IH hc^- 
cht: se laisser tiraiUer, soUiciter; se 
laisser tirer ToreiUe. 

iLtee^tit, V. (Ji kcegn h ji ksegn). 
Faire maints signes de croix. — A Ve- 
Ihfdcion, li priffss kicegn li cdliss : k Te- 
le vation , le pr§tre signe plusieurs fois 
le calice. — ChdkfHe k'ell a sogn , el si 
ksegn todi : chaque fois qu'elle a peur , 
eUfe se signe rapidement et longtemps. 

Kie^m^, V. (Ji kcem h ji ksem). Ke- 
pandre , 6parpiUep , diss^miner. — On- 
2Hi kchn^ Vlaton to-t-avd Vmohonn : on a 
eparpiU6 le son par toute la maison. 

tLie^m^eh , s. Dissemination , action 
de disseminer, r^sultat de cette action ; 
eparpiUement. — Zi kdmeg di s'minss , 
e& cintt : I'eparpiUement des semences, 
des cendres , etc. 

WLiehmhoi^y Y. (Ji Vchdbotaie), Creuser 
a petits trous ; carier fortement. — L^ 
viir kichahoth U r^cenn di mb-z-tih : les 
vers creusent les racines de mes arbres. 
— Mi din n'poU pu hai'e , i son to kcha- 
bot^: mes dents ne peuvent plus fbnc- 
tionner, elles sont entiferement cariees. 

Kt«h»tiiiii^ , V. (Ji kchainnlaie). Mai- 
traiter, traiter avec mepris. 

■UeiMipUr^,v. (JilCchapitraie), Cha- 
pitrer souTcnt. — SipSr d Vkichapitraie 
to U jo^y ? i n*i gangn rin : son p^e le 
reprimande vertement , journeUement , 
et c'est en vain. 

Kiehav^, V. (Ji kchaf h ji kchavaie), 
T)6gravoyer profbndement. — Legranie- 
z^aiw kichavron tote li viie hatt : la crue 
des 6aux dechaussera tout le vieux che- 
min de halage. 

iLfdi^i , V. (Ji kehess , no kchiean). 
Pourchasser, chasser continuellement ; 
dldperser ; effkroucher ; etranger. — Zt- 
chM U pofe dd wHinx pourchasser les 



ponies des voisins. — Avou vo lait^ 
manir, vo kchict U hantt : vos manieres 
desagreables effarouchent les chalands. 

— Li moir kichess ci pdv-r-om la : la 
mort pourchasse ce malheureux. 

Kicheriil , s. (Ji kcherpih), fiplucher 
soigneusement. — KicJurpi Vcrin d^on 
matla : eplucher avec soin le crin d'un 
matelas. 

KJcht, r. (Ji kick, no kichau). Haler, 
piUer. — Si ti nHi iai nin , juhet , ji va 
kieht m*chin sor ti : si tu ne te tais pas, 
gredih , je \'ais haler mon chien apres 
toi. 

Kich-kicii, int. PiUe, piUe, cri pour 
exciter les chiens contre les personnes. 

— II a-t-achM s'dok contt di mi, to 
hreian kick-kick : 11 a fait piller son do- 
gue contre moi , en criant piUe , piUe. 

Klebdkt, v. (Ji kckdk). Pousser sans 
cesse , bourrer. Voy. Kiboui^. 

KJehonft^, V. (Jikckovftaie), Donner 
des baisers bruyants. — Si vitt k'el s*on 
riknohm , el s^on kchov/t^com i/a:B,\is- 
sitdt qu'eUes se sont reconnues, elles 
se sont embrassees k diverses reprises 
et avec eclat. 

Kiehda^, V. (Ji kckdzaie). Mot fre- 
quentatif de chdx^. 

iiLlchui^,v. (Jikckutaie), Crier chut, 
siffler violemment. — Ci p6v akteUr la 
fowri kckute com on mizMb : ce pauvre 
acteur fut hue miserablement. 

&icikt^,v. (Jikciktaie), Dechiqueter, 
taillader ; faire des coupures , des taU- 
lades, des balafres dans la chair ou dans 
les chairs ; maltraiter. — On li a kcikti 
to Vvizeck: on lui a taillade toute la 
figure. — Kicikt^ n'ddss : scarifier une 
ampoule. 

iLleikteeh , s. TaUlades , coupures , 
balafres , d^chiqueture. — Zi kcikteg 
dHnn imdg, dHnn brozdeUr :1a dechique- 
ture d*une image , d'une broderie. — Zi 
kcikteg dHnn ddss : la scarification d'une 
ampoule. 

Kieiktelk 9 s. Scarificateur , lancettes 
reunies dans une boite pour remplacer 
Taction des sangsues. — On n'si siefpn 
wair db k'cikteH : on n'emploie plus 
gu^re le scarificateur. 

Hieinst , V. (Ji kcinss h ji kcin^He), 
Houspiller, trainer dans la poussiere, 
dans la bone, prendre aux cheveux. — 
On Va to k'cinst e Vcorott : on Ta traine 
dans le ruisseau. — Si k'cinst: se hous- 
piUer , se tirailler , se trainer par terre. 

Klelnti, V. (Ji kcin ^ ji ksin, no ksin- 
tan). Pressentir , sender quelqu'un, lui 
tirer les vers. — On m'a D'nou p^rU 



Digitized by 



Google 



— U9 — 



RID 



KIF 



d'irau a kaiwa$8 po tn'hieiiUi : on ost 
T^u me parler de diYerses choses poor 
me sonder , pour savoir oe que je peB-* 
saifi. 

lUcoalL, pron. Quiconque, touteper* 
Sonne. — Kiamk Ujdu U bravd gin peck 
miJrt^min : quiconque medit des hon- 
netes gens peche mortellement. 

Kifa, jk»« , adj. Atteint, serre» acca- 
We. — J' a stu kci^ del maladHe : j'ai ete 
atteint de la maladie. 

Kif nceeh , 8. Action de su^oter fre- 
quemmeut. 

lUf «ee# , eilMi ou rcM 9 8. Celui qui 
sueote souvent. 

iUf«0t, V. {Ji k'cu^St no k*^an). Su- 
goter, sucer plusieors fois et a plusieurs 
reprises. — Kicud on bordon d'souk d'(h", 
sucoter un bttbn de suere d*orge. 

KMAeccli e Kidiiiceeh, 8. Mastica- 
tion , action de m^cher. — Li hddceg 
riM rdtgicion pu-z-4hHe : la mastication 
prepare la digestion, 

KMAct e HidiBci, y. (Ji kddcHe h ji 
kdine^), Micher, broyer. — Divan d'a- 
tale'cou k'to magnt, kiddctl bin S voss 
hok : ayant d'ayaler oe qae yous man* 
gez, micliez-le parfaitement. 

MULmmm^, y. (Ji IdoMSy no kdantan), 
Haroeler, bousculer. — Avou si vanMie, 
i Mfai kdansS: par son outrecuidance , 
il s'est fait mystifier , maltraiter. Voy . 

iLi«Are , V. (Ji kddr), Pousser en sens 
divers. — Pokoi kiddri/mi bouhtai d'tin 
CO trai$ pless? Pourquoi fourrez*yous 
mon aiguillier dans tant de places dif- 
ferentes? 

KMiliuuiM, s. Direction, conduite, 
action de celui qui dirige, qui r^gle. — 
Si chergt del hMhanss dec micijrHe : 
86 charger de la direction des messa- 
gcries* 

KkiftiuuiMi, s. Ampleur, etendue de 
ce qui est ample. — Vo gordewn on del 
kidihams: yos rideaux ont de Tam- 
pleur. 

KMAr, y. (Ji kdH, no kd^ban; ji 
id^ei), Conduire, mener, guider ; con- 
yoyer, diriger, regir. — Ji v'va kditr 
jutka onp6pulon:je yais yous conduire 
on pas plus loin, je yais yous donner un 
pas de conduite. — C'e de sdddr ki kd^ 
ket di kanon : ce sont des soldats qui 
coBToient, qui escortent un train de 
GtQons, ce sont des conyoyeurs d'un 
train d'artillerie. — Si kdUr com i fd : 
ae conduire bien , ayoir une conduite 
>%iili^e. — / s'kidH am on kalin : il 
ie eeadoit comme un franc maraud. — 



Ki VBonim nid^s lij§nb d M, % n'pii^ 
dret nin si ckdss : que Dieu le oonduise 
lea jambes en Tair , il ne percba pas ses 
chauases, 

KidAr, y. Cesser » finir (quand on 
taquine ou tourmente quelqu'un). — 
Ti vouss kidi^l Kidm, boutt! Veux-tu 
finir , yeux-tu rester tranquiUe ! — 
Kid'kit don ! Laisse done ! 

iLHiLUUy y. (Ji k/di'elaiey, D^mpo- 
ser par la cuisson, reduire k petits mor- 
ceaux. — Mi kronptr son tale kifdUlaie : 
mes pommes de terre sont toutes de- 
composees, reduites en bouillie. 

lUfAieiecii , 8. Decomposition, sepa- 
ration en morceaux. — Li kfduleg di 
legwn : la decomposition des legumes. 

iur«»«6, y. (Jik/ess, nokfi^a/n). Con- 
fessor , entendre une confession , oui'r 
un penitent. — Noss vi kur/ki/ess bin : 
notre yieux cure confesse bien. — Si 
kfficS: se confessor, ayouer, declarer 
ses fautes, ses pech6s au pretre. — - Ci 
rdial a k/ice: c'est le diable k confes- 
ser, c'est une chose bien difficile k faire. 

— Leprilfss atnmi mt di kficil on vi loss 
k'inn ckafett : les prStres aiment mieux 
de confessor un yieux ribaud qu'une bi- 
gote. 

Kif^ceen, s. Action et mani^e de 
confesser. — ToU priifss ni konvnet nin 
po li hficeck : tons les pretres ne oon- 
yiennent pas pour confesser. 

Hjr^oea k WLUkitm^r^ 8. Confesseur, 
pritre qui a pouyoir de confesser ; p^re, 
direoteur spiritud. — On rutt kAfioe^ : 
un sey^re confesseur. 

Kiffeeioii , 8. Confession , ayeu, decla- 
ration de ses p6che8 k un pr§tre ; pro^ 
fession defoi. — Bon/n ki/idon: bonne 
confession, confession sincere, franche. 

— MM kijioum : mauyaise confession, 
confession sacrilege. — ^t/e< dik^oioni 
billet de confession. — Ji v^t-i Vdi com 
a kficion : je yous le die sous le sceau 
de la confession. — Fdtt di pdrU^ on 
moit/r sin k/icion: k defaut de se plain- 
dre, on est priye de secours. 

■ur^«iMUU, 8. Confessionnal, siegei 
cabinet du confesseur , tribunal de pe- 
nitence. — Di<^dhiie kifidondl : des 
confeseionnaux aises, commodes. 

Kir^ri, y. (Jikftr^ no k/eran), Fouail- 
ler , donner souyent des coups de fouet. 

— Ci ckh'on d^potinss la a I'dial i^Hou di 
kfiri s*p6v ekitd: ce maraud de char*- 
retier a la rage d^accabler de coups son 
pauyre cheyal. 

iLiffeM k KffcM , s. Confesse , confes' 
sion au pretre. — AU a kfessi aller h 



Digitized by 



Google 



120 — 



KIF 



KIH 



confesse. — RaU a kfess: retourner h 
confesse. 

Hjflesti, V. (Ji kfiestaie), Choyer, etre 
obsequieux, plein d'eprards aflfectes. — 
Li mam kifiestaie ci j6nn om la po Vavn 
po s*/Hf : la maman est aux petits soins 
pourcejouvenceau, en vue d'en faire 
le mari de sa fille. 

Kiflndeeh , s. Action de pourfendre, 
de se dejeter ; gercure. — Li kfindeg 
(Tinn vHe vienn : les fentes, les ger^ures 
d*une vieille poutre. 

KiflnH, Y. {Ji Mny no l^ndan; ji 
kjindr^), Fendre , diviser, separer en 
long ou autrement ; pourfendre. — Ki- 
fintt di hoi: fendie du bois. — D^ hoi ki 
s'kifin : du bois qui se dejette , qui se 
tourmente, qui se gerce, qui se fendille, 
qui 8*entr'ouvre. — Li fair A? tote ki- 
findow: la terre est toute crevassee, eUe 
est entr'ouverte. — On meitr AV to kfln^ 
don : un mur qui est tout lezarde. — 
Avu U Up tot^ kfindow del hth : avoir les 
levres toutes gercees , toutes coupees 
par la bise. — Vola inn dh ki Vjalaie a 
to kfindou : voil^ un arbre gelif, plein de 
gelivures. 

Klfoirtan , anU, adj. Confortant ou 
confortatif, fortifiant. — Li rosti d*hoii/ 
^ kfoirtan : le boeuf r6ti est confortant. 

— Kifoirtante sop : soupe fortiflante. 
Kifelrt^, V. {Ji kfoirtaie). Conforter, 

fortifier , corroborer. — Li ckdr rostdie 
kifoirtaie li stoumak: la viande rdtie 
conforte Testomac. 

Klfelrteeh , s. Confortation, corrobo- 
ration, action de fortifier. — Likfoirteg 
dd gnSr : la confortation des nerfs. — 
On koir afldwi a m^zdh di kfoiriech : un 
corps affaibli a besoin de confortation. 

Klfof^ e iLire(lii^9 V. {Ji kfott h ji 
kfotinaie,) Jeter c^ etl^, brouiUer. Voy . 

Hjroamt, V. {Ji kfom h ji kfoumbie), 
Enfumer , noircir par la fumee. — Li 
hoUttne^ va Vfoumt vo gordenn : le bi- 
tume va noircir enti^rement vos ri- 
deaux. — Voss chanh i tote kifoumhie : 
votre chambre est tout enfumee. 

Kifrachl, V. ^cacher, ecraser. — Li 
jdrdint a k/racki co trass limson : le jar- 
dinier a ecache force limaces. Voy. mu 
traeht. 

Kihr^t, V. (/** k/rdcik), Ratatiner, 
raccourcir , resserrer , recroqueviller. 

— Li feU a to kfr^ct ci pdchmin la : le 
feu a tout ratatine ce parchemin. — 
Af>u Vvizech to kfrM : avoir le visage 
tout ratatine. 

iLlfr«iit, v. {Ji kfroh h jikfroh^ie). 



Froisser, briser. — L^ marddeH on k/ro- 
kt tote mi kdu : les picoreurs ont brise 
toute ma hale. 

■UffMf^, V. {Ji k/rott , no kfrotan). 
Frotter fort , avec soin. — Aprl avu to 
kfrot4 mi nod cataky i »? nin pu hai po 
Vcdss : apr^s avoir frotte longtemps ma 
casaque neuve , elle n*en est pas plus 
belle pour cela. 

iLiffr^t^, V. ]&gratigner. Voy. IM- 

Kihachech h Klbaehnilii , s. Action 
et mani^re de hacher menu. — Li kka^ 
ckeg di ckdr : Taction de hacher, de de- 
chiqueter les viandes. 

Klhaelil, V. {Ji k'kack). Hacher, cou- 
per menu, mettre en morceaux, taillader, 
d6chiqueter , mutiler. — Kihackt del 
ckdr, di plkon : hacher, decouper de la 
viande, du poisson. — Kikackt n'drmaie : 
sabrer, echarper, tailler une armee, 
faire main basse sur elle. — - Kikackt a 
mHe hoket : hacher menu comme chair k 

iLihaeht, V. Baragouiner, parler mal 
une langue. — Gna tan de gin d Ltck ki 
n'fet hi kkackt VJrancet / II y a tant de 
personnes k Liege qui ne font que ba- 
ragouiner du francais. 

HJhaehr^to, s. Massacre, boucherie, 
carnage. ~ Ciss hataKe la fouri-t^nn 
iwaraiekikackreie icette batafile fiitune 
horrible tuerie. 

Klhasnech h KJha^tir^le, s. Diffa- 
mation , detraction , dechirement , cla- 
bauderie. — Cess-t-inn famei^s kiha- 
gnrhie intt ch deH gin la: ce sont des 
dechirements continuels entre ces deux 
personnes. 

Kihasnt, V. {Ji kkagn). Mordre, de- 
chirer a coups de dents ; mScher. — Li 
ckin Va to kkagni : le chien lui a fait plu- 
sieurs morsures. — AvaU sin kkagni : 
avaler sans micher , ne faire que tordre 
,et avaler. — Si kkagni VonVdtti se dif- 
famer, se d^chirer k belles dents, s'ou- 
trager par des medisances outrees ; 
s*entre-dechirer. 

Kiha«iit^9 V. {Ji kkagntaie). Mor- 
diller , mordre legerement , diminutif 
de KJhaffBf. — Li jdnn ckin kikagnte 
voltt le clikott i le hoket d'papt : les 
jeunes chiens aiment h mordiller les 
chiflfons d*6toffe et de papier. 

iLiii»v«« , ow, adj. Extenue, defait. 
— Li ci ki pass li nutt sin doirmi , i to 
khafou Vleddimin : celui qui passe la nuit 
sans dormir est tout extenue le lende- 
main. — Ji so tote KikaXow d'atm rM idr : 
je suis toute hftve d'avoir veiUe tard. 



Digitized by 



Google 



— 124 — 



KIH 



RIH 



■Uhtei«B^, y. (Ji khdmonaie). De- 
mantdbuler. Voy. MhAmon^. 

HiHArd^, y. {Ji kMrdaie), :^br^her 
en plusieurs endroits. — A hacht dtin 
di naukieii hoi , vo khdrdr^ to m'c&ktai : 
en hachant dans du bois noueux , yous 
ebr^herez tout mon couteau. — Li p6f> 
vHtfeum a Vhok tote kihdrdaie: la pau- 
vre vieille a son ratelier tout-k-fait 
ebreche. 

■uhave, y. (Ji khaf). ferafler. Voy. 

Kik^ct , y . {Ji khess , no khican). Ha- 
ler, piller. Voy. Kieht. 

iLihe0iit,y. {Ji Khegn). Grimacer m&- 
chamment , faire une mine hargneuse. 
— Li chin de mangon m'a t^min kkignt, 
hi fa kape n*/amei^8S vess: le chien du 
boueher m'a fait telles grimaces en 
grouillant , que j'en ai ete effraye. 

KliMr6 , y. {Ji kher, no khhran). Bous- 
culer, pousser rudement quelqu'un avec 
intention de le renverser . — J*a stu to 
kkh-^ par ce for$6lS la : j'ai ete yiolem- 
ment bouscule par ces eyapores. 

Kibelkr, y. {Ji kh&H,, no khoi'an; ji 
kketrii)f Secouer, agiter, remuer. —Si 
Vi^r: se secouer, s'agiter, se donner 
du mouyement. — Z^ chin d U-^^oithai 
n khoiet kwah i sonfreh : les chiena et 
les oiseaux «se secouent quand ils sont 
mouiUes. — L^ jvd si khoXet po chid li 
mohi les cheyaux se secouent pour 
chasser les mouches. — Vafronli$*afai 
kk^Hr cam i/d : Tinsolent s'est fait hous- 
piller (ou saccader) d'importance. 

■Ubern^, y. {Ji khevnaie), Tisonner 
sans cesse. Voy. Forfpiin^. 

Hihieen e Kihireeh, s. Decbirement, 
action de dechirer , d*user ; dilacera- 
tion , usure. — Li khieg dd Mr Ifame^^ 
wis hi gna baic6 d'^fan : Tusure des y6- 
tements est considerable dans les fa- 
milies nombreuses. 

iuhiereiit,y. (Ji khiechy no khierchan). 
Trainer c^ et la. — Ci hrak la si fai 
khierchi to cost6 divin s'kass-cd : cet ex- 
travagant se fait trainer partout dans 
«on casse-coii. — Ni khiercki nin doss 
/hit to^-avA U v6Xe po li kweri on galan : 
ne trainez pas yotre fille partout pour 
hii chereher un amoureux. 

MUOei^, y. {Jikhietaie). Sonnailler, 
Bonner souyent. — Li ptite mazett hi- 
kietaie to Vlon d^ joit : le petit moutard 
t'ainuse h sonnailler toute la journee. 

■UhtoAr, 8. Decbinire, laceration. — 
3mh I si bin mawt, Von n'veit nin li 
ikMr: cela est si bien rentrait, qu*on 
»B voit pas la d6chirure. 



Kihil h HJhirt, y. {Ji KhHe, no kkian 
h no kkiran). Dechirer, lacerer, mettre 
en pieces , en capilotade ; user. — Si 
khii : user, lacerer ses yitements. — Ti 
khHe Un dd chdss d d^ sol/, vaJl: tu 
uses bien des bas et des souliers , mon 
gar^on (1). — Ci p6v dial la ^ t6 khit : ce 
pauyre diable est tout deguenill6 , tout 
depenaille. — Si khit Von V6tt, Voy. uu 

basnt. 

Kihin^ (n'), y. {Ji nikihennj no no 
khinan; ji m*kikinnri), Se dejeter, se 
tourmenter, se fendre (en parlant du 
bois) ; s'agiter , gesticuler , faire des 
contorsions , se tremousser. — Si Khind 
com onfrikacei^ d*f/v: gesticuler comme 
un freluquet. 

Kihoceeh h HihoVech, s. Action de 
secouer; agitation, mouvement. — Li 
khoceg dHnn db k'on rdXe : Tebranlement 
d'un arbre qu'on arrache. — Li khoieg 
d^'i^akai kwan i son frek : le mouve- 
ment des oiseaux quand ils sont 
mouiUes. 

Hiboet, y. {Ji k'hosSy no Vkocan), Se- 
couer vivement. — Li feum kikoss si 
om po-Z'OlS d bal ou aljiess : la femme 
tiraille son mari pour §tre conduite au 
bal ou la kermesse. 

KJhoit^ e KJbot^ , y . {Ji kholtaic h ji 
khotaie). Cahoter, causer des cahots, 
des saccades, balloter; secouer, agiter. 
— On-Z'^ bin kkoltS d'vin ciss diliginss 
la: on est bien cahote dans cettediK- 
gence, — N'Jd nin kkolt/ voss montt 
com soula, vo Vgdtrd: il ne faut pas se- 
couer ainsi votre montre, yous la d6- 
rangerez. 

Klholteeli h KJhoteeli, S. Cahote- 
ment, ballottement. — Li kkolteg divin 
n* diliginss mi fai md m*cottr: le cahote- 
ment d*une diligence me donne des 
nausees. 

HJhelktH (■') , y. {Ji m*kiho^trih , no 
no KhoUrihan), Sevautrer, seyentrouil- 
ler. — Si kk&Htri sol voazon : se rouler , 
se yautrer sur le gazon. — L^ chin s*ki- 
ko^triket sol citrHe : les chiens se yau- 
trent sur la charogne. 

KJbafftin^ , v. {Ji k'kustinais), Effa- 
roucher, eloigner, expulser, chasser, 
rebuter, leyrauder. -^ Si vo kkustinS todi 
noss cket , no VpiHran : si yous eflParou- 
chez toujours notre chat , nous le per- 
drons. 

lUhiiflUiiceh , s. Action d'eloigner , 



(I) Dechirer ses souliers, ses bas est un barbarisme i 
on diekif par accident ou par effort ; on use en mar- 
ehani ou parfrottenent. 



Digitized by 



Google 



128 — 



KIK 



KIM 



d'etranger, d'expulser. ^U khmtineg 
dip-umt'Z^an a fat yr li mdrd^s : le 
rebut des enfants du premier lit a fait 
detester la belle-mere. 

ILI-J'iir«w, int. Exclamation I Euphe' 
misme de ki-farech! — EiCy ki-j'araw, 
sou ICvo m'dm la! Peste , que me dites- 
vous , Ih, ! 

iluAb^, v. (Ji kjctss h ji kjdze). Me- 
dire , diffamer, calomnier , denigrer , 
tympaniser, detracter quelqu^un (1). — 
Vo^ kjdzS le gin to wiss M v'z-aM: vous 
medisez de votre prochain partout oil 
vous allez. — Z^ ci hi no kjdzan valet 
sovin mi k^no-z-dtt : ceux que nous ca- 
lomnions , ou dont nous medisons , va' 
lent souvent mieux que nous. 

KUAaecb, ILIjABniln h Kljamr^ie , S. 
Medisance, calomnie, diffamation, de- 
nigrement, detraction. -— C'^ U kjdzrMe 
U fe v'ni U karel e U batriie : c'est la 
medisance qui fait naitre les quereiles 
et les rixes. 

KijAmed, eilM ou reM, 8. Medisant, 
calomniateur, diflfamateur, denigreur, 
detracteur. — Z^ kjdzei^ , on d'vreii> li 
tapd a Vouk po Vfigness: les medisants 
meritent d'etre jetes par les croisees. 

^ KiJ^ie, V. {Ji hjetl , no kjitan). Jeter 
§a et \k . eparpiller, brouiller, deranger, 
bouleverser, mettre en desordre ; four- 
gonner. — On-z-a v'?iou kjete to me Itv : 
on est venu brouiller tons raes livres. 
— Ci j6nn om n*e nin a kjHe : ce jeune 
homme n'est pas a dedaigner , il est 
done d'un exterieur prevenant. 

Kii^t^, V. Jeter, lancer des pierres 
et autres projectiles ; lapider. — Kwan 
ci baligan la pac/v e noss vindf, on Vki- 
jSte'v a c6 d'cal'ewai: quand ce vaga- 
bond passait dans notre voisinage , 
on le poursuivait en lui jetant des cail- 
loux. 

K|jel«€li h KijMr^ie, s. Desordre , 
bouleversement. — ^ s'mohonn , c'ess-t- 
inn KijetrHe dispdie lahd Idvd : chez lui, 
c'est un desordre du grenier h la cave. 

Klji^teft, elkMi ou renii, S. Celui qui 
n'a point d'ordre; brouillon. — C'ess-t" 
inn kijitress di to sou h'ell adtiss : tout 
ce qu'elle touche, elle le jette qk et la au 
hasard. 

Kljeai^, V. (Ji kjoslaie). Fretiller vi- 
vement , etre dans une grande per- 
plexite. —Pokoi (ant kjostdl pa , dicid4f\ 
pourquoi tant barguigner? allons, de- 
cidez-vous. 

Mlk^, V. (Ji ktkiie, m Ulan e no 

(1) Dicuu9er n'eti pas franeais. 



ktean\ Dire mot. ^ I n'/d ndn kikd 
d'soula : il ne faut dire mot de cehi. Voy . 

KlkMe,s. Mauvais cheval, harideUe. 
Voy. Harou. 

Kik«6, v. (Ji kiktaie), Balbutiter, he- 
siter en parlant. — Onltji konplvminy 
i responda to kiktan : on lui fit compli- 
ment , il repondit en balbutiant. 

Kiianet , V. (Ji klancbie). filancer vi- 
vement. — J* a h'keti i deH ki m'kilanc^ie 
/ameHsminiyai dans le doigt une echarde 
qui me cause une douleur lancinante. 

KiiArd^, V. (Ji kldrdaie). Larder fop- 
tement. — Vola on boket d'vai , kildrddl 
com ij^ : voila un morceau de veau, pi- 
quez-le de beaucoup de lardons. 

Kii^v^, V. (Ji kltfy no kUtan). Lever 
frequemment. — Vo-z^tmr^ ci iapkou 
la d tan Vkilh^: vous demantibulerez 
cette trappe k la soulever si frequem- 
ment. 

Kilo ou iLileyrmni , s. Kilogramme « 
poids metrique qui vaut 1000 grammes 
et qui equivaut aglivres 2 onoe8 2groB, 
ancien poids. — On tonai ki peHtte ft cin 
kilo : tonneau qui pese 800 kilogrammes. 

Kli«iiu , s. Kilolitre , mesure de ca- 
pacite qui contient 1000 litres. — On n^si 
siev di kilolitt ki dvin le gran magazin , 
i nd-t'^ p6 pri di tonn : on n'emploie le 
kilolitre que dans les grands magasins ; 
il vaut k peu pres dix tonnes. 

Kiioviett , s. Kilometre, longueur de 
1000 metres ; port6e de fusil. — On W- 
lomett , c'esS't'On pti kivdrdeUr : un kQo- 
metre r6pond k un petit quart de lieue. 

Kimact^, V. (Ji kmactaie). Battre du 
mortier avec les mains. — Kimact^ del 
tiroHl po /S di kocket : petrir , battre 
sufflsamment de la terre-houille i>oar 
faire des briquettes de cliarbon. 

KlHum^Meeh , Klmasneter e KlHMi* 
snr^ie , s. Corrosion , action de ce qui 
est corrosif ; qui corrode , qui ronge. — 
Zi kmagneilr di stoumak pro^ li poizon: 
la corrosion de Testomac prouve la pre- 
sence du poison. 

KimmiiMt (■*), V. (Ji m'kimagn), Se 
vermouler , etre piqu6 des vers. — Ci 
hoi la si kmagn to : ce bois est tout ver- 
moulu ; il y a de la vermoulure dans ce 
bois , il est mange des artisons , il est 
artisone , mouline. — Vola di kd^ ki son 
tote kmagnOe par li biess : voilk des haies 
qui sont abrouties par les betes. — Ji 
m'kimagn Vdm to ratindan : je »e mor- 
fonds dans Tattente. 

iLinMi«««^, V. (Ji Vm 'gntais). Dimi- 
nutif de Klmacad. 



Digitized by 



Google 



— 423 -7 



KIM 



KIM 



KlmalM^li e lUimiheAr) s. Brouille- 
ment , confusion , complication , em- 
brouillement. — Chm on Kmaheg dmn 
iis'tdHe : il y a complication, prolixite 
dans ses idees. — Oh kmaheg di gin di 
tote U ttr : une promiscuite de per- 
sonnes de toute espece. 

KiMahed, 8. Brouillon. Voy. BUj^ 

Kinalftt, Y. {Ji kmah), M^ler, brouil- 
kr, oonfondre, mettre p§le-mSle. — 
Atu rtiess kimaheie : avoir la cervelle 
derangee, troublee, embronillee ; ^tre 
timbre. — Avu U din kmaM: avoir les 
dents melees ; articuler mal pour avoir 
trop bu. — Kimaht siermon: sermon 
prolixe , complique. 

iLtai»i(6t«, V. (Ji kmaltdiaie). Dor- 
loter sans oesse. — Vo gdtri ciss-t-^fan 
la d rkimaltSU insi : vous nuirez k la 
sant6 de cet enfant, si vous le delicatez 
it ce point. 

Kinap, s. Commandement , exploit 
ftdt par un huissier en vertu d'un jage- 
ment ou d'un titre executoire , avec 
aommation de payer , etc. — Li saizenn 
%is*deii/^ hapret on kmandi vintt-hwatt- 
t'fir : la saisie execution doit ^tre pre- 
cedeed'un commandement de24 heures. 

KJouuid^, V. {Ji kmantt , no kman- 
dan). Commander, donner ordre; or- 
donner, enjoindre. — Kimandd n'^rmaie, 
inn hipagniie: commander une armee , 
une compagnie. — Fd satm kmandi si- 
t-ottt : il faut savoir commander a ses 
Ottvriers (1). — Kimandd di-z-ovrech: 
faire une commande d'ouvrages. — A7- 
mand/ al hagueit : commander avec un 
empire absolu. — Fd same hoiiUpo sat>u 
k$nand/: H faut savoir obeir pour savoir 
bien commander. 

Kim«ndclk, remi, s. Celui qui com- 
mande. — Li kmandeit ess-t-drainairmin 
Vpaieii : celui qui commande est ordi- 
nairement celui qui paie. 

Klmanile^kr b ElomandeAr , S. Com- 

mandeur, troisieme grade dans TOrdre 
de Leopold. — Apr^ Vgratt di CkfalU I 
Vd d'Ojici , on doin Kmandettr : apres 
le grade de Chevalier et celui d'OflRcier, 
on devient Commandeur. 

Mimaaditalr, s. Commanditaire , 
simple bailleur de fonds dans une so- 
eiite en commandite. — Li baron i sin- 
ptWHin kimanditair , i/omik' U-ZHiidan : 
k baron n'est que commanditaire , il 
est simplement le bailleur de fonds. 

s. Commandite, societe 



* 



»et romftrt est in^orrfei. 



de plusieurs personnes responsables 
avec une ou plusieurs autres qui four- 
nissent les fonds. — Pou-Uon s]fii a ciss 
himanditila ? Cette commandite offre-t- 
elle une garantie suifisante ? 

Kimandr^ie, s. Commanderie , be- 
nefice affecte k un ordre militaire. — Li 
KmandrHe di LiopCl : la commanderie de 
Leopold. 

KimAnnmin , s. Commandement » 
autorite , ordre , injonction , ordon- 
nance , loi , precepte. — L^ di kmdnn- 
min : les dix commandements de Dieu , 
le decalogue. — Avu li kmdmimin d-Vdr- 
maie : avoir le commandement de Tar- - 
mee. 

Kimantt, s. Commande, ouvrage 
donne k faire pour un temps prefix. — 
VAlmagn no-z-a fai de fotU kmantt di 
jizik : r Allemagne nous a fait de fortes 
comraandes de fusils. 

Klm^i«ie-hftMpi«ie , s. Embrouille- 
ment, embarras, confusion. — Si kan- 
delyC'esS't'inn kimilaie kdsptaie kiVdial 
nt veit gott : ses affaires sont un brouil- 
lamini diabolique , un chaos , un laby- 
rinthe inextricable. 

Kim^i^, V. (Jikmel). Meier, brouiller, 

entremeler, compliquer. — T'a kmeU to 

te jvet : tu as brouiJle , entremSle tons 

tes cheveux. 

Kim^ieeh , s. Embrouillement. Voy. 

ILlmahech. 

KlmMelk 9 edfls OU renn , s. Brouillon, 
qui aime d'embrouiller les choses ; chi- 
canier. 

Kim^r , s. Commere , celle qui a tenu 
un enfant sur les fonts baptismaux par 
j rapport au parrain , au pere et k la mere 
de I'enfant. — Bonjou , km^r; kdmin ta- 
t-i.a mi pti fioul Bonjour, commere; 
comment se porte mon petit fiUeid ? 

Kim^r, s. Commere, jeune fiUe; 
ferome curieuse et bavarde. — Ci iuron 
la veH volti li km^r : ce gaillard aime le 
cotillon. — C'esS't-on j(hn kiizai k^ess-t- 
inn vraie kim^r-marCXe : ce jeune incon- 
sidere est une vraie commere. 

Klm^reeh h Klm^rr^le , 6. Comme- 
rage , propos , discours , conduite de 
commere ; caquetage , jaserie ; caquet, 
medisance. — To ^ so meceg la , cV di 
kmSrrHe : tons ces propos sont des cora- 
merages. 

Ktm^reA, renis, s. Commere, bavard 
ou bavarde. — /* n'vou nin di kmereH, ni 
di km^rress i m^mokonn : je ne veux pas 
avoir chez moi ni bavards ni bavardes. 
iLlm^rt^ V. (Ji km^reie , no kw^ran). 
Caqueter, medire, tenir une conduite de 



Digitized by 



Google 



124 — 



RIM 

commere. — CMl d Baitri ni fet hi 
kmM leH cM : Charles et Beatrix ne 
font que caqueter ensemble. 

■uneffbrnst, ^to, adj. ^Sreinte, blesse. 
Ess to \fneshrugt d-z-ovr^ i belir: Stre 
tout casse par les travaux des houil- 



KIM 



■umtoUr, adj. Friable, susceptible 
de friabilite , qui pent Stre aisement r&- 
duit en poudre. — Zi sS d hmietdf: le 
sel est friable. — Zi krOXe di Franss i 
kmietdv oci : la craie dite de France est 
egalement friable. 

Kimict^, Y. {Ji kmietaie^ no kmietan). 
fonier, emietter, froisser entre les 
doigts , reduire en miettes. — KimieU 
depanpo le poie: emietter du pain pour 
les poides. — KimieUd^ souk so n'tdte di 
makaie: bresiller, emier du sucre sur 
une tartine de caillebote. 

Himicteeh , s. Action d^emier , d^e- 
mietter; decomposition. — Zi kmieteg 
dkon pan fai vei' hi n'a nin stu bin prusti : 
lorsqu*un pain tombe en miettes , c'est 
que la pite n*a pas ete bien petrie. 

Kimin-niah , s. Pele-mele, brouilla- 
mini. — K^kmihmah gna-Ui la f Quel 
brouillamini y a-t-il Ik ? 

KJmin, adv. Comment, de quelle ma- 
ni^re, de quelle sorte, par quel moyen. 
Kimin v^va-Ui ? Comment vous en va ? 
Comment vous portez-vous? —Kimin 
av fai coula? Comment avez-vous fait 
cela? -^ Kimin? Ki d'htff? Comment? 
Que dites-vous ? — Ji n'sd kmin hi vo 
poUdir goula : je ne sais comment vous 
pouvez dire cela. 

iLlmltif an , antt, s. Commencant, 
qui en est encore aux premiers * Ele- 
ments d'un art, d'une science ; appren- 
ti, debutant. — Zi skol di kmincan: 
Tecole , la classe des commencants. — 
Z'dMr ki vo pdrU i tro mdldheie po 
on kmincan : Pauteur dont vous parlez 
est trop difficile pour un commen- 
^ant. 

Kiminel, V. (Ji kminss e ji kmince), 
Commencer, agirle premier; debuter, 
proceder , preluder, se mettre en train ; 
ebaucher ; prendre Finitiative. — Ki» 
mind n^ovrech : commencer , ebaucher 
un ouvrage. — Mi p'ti kminss a l^ i 
skrir: mon petit commence k lire et k 
ecrire. — / kminss a mWali mt: je com- 
mence k me porter mieux. — Dikan 
n*pritr po bin kminct Vsamatnn , li joHr- 
naie : disons une priere pour bien com- 
mencer la semaine , la journee. — S*i 
va iodi kom il a kminct y il tret Ion : s*il 
\a toujours comjne il a commence, il 



ira loin. — Kiminct md : debuter mal, 
mal engrener. — Kt ess k*a kminct? 
Qui a commence? Qui a provoque ? Qui 
est Tagresseur? — AUfka kminct voss- 
t-aricke ? Ailez-vous encore commencer 
votre train? 

Kimiii^ J V. (</t kmdnn , no kminan ; 
ji kmonretV Promener, conduire dans 
divers endroits , k differentes prome- 
nades. — Kimind n'Hringtr to-i-avd 
VvHe : conduire, accompagner un etran- 
ger par toute la ville. 

■Liming , V. Ajourner , retarder, dif- 
ferer, trainer, renvoyer aux calendes 
grecques. — J^a stu kmind Umtin d'van 
d'ess pat : j*ai ete traine longtemps 
avant d'etre pay 6. 

Kimineeii , s. Action de conduire 
quelqu'un en divers lieux ; retardement, 
delai, renvoi. — Pat n*joii/maie di kmi- 
neck: payer une journee a la personne 
qui a conduit. 

iLiiniiiejk, s. Couducteur, qui con- 
duit. — Vo'Z'drd on bon kmincH d'vin lu : 
vous aurez en lui un bon cicerone. 

iLintiiiffiiiiii, s. Commencement , ori- 
gine, principe ; debut, prelude ; ebauche; 
avant-coureur , element. — Zi Bondiu 
i li kminsmin i Vfin d'to : Dieu est Tal- 
pha et Tomega, le commencement et 
la fin de toutes choses. — Zi kminsmin 
d'inn siaince: les commencements, les 
elements , les notions elementaires 
d'une science. — Zi kminsmin d'on dis- 
ko^r : Texorde. — Fd-t-on kminsmin a 
to : il y a commencement a tout. — Di 
li kminsmin : des le commencement , 
des Torigine , ab ovo. — Dispdi'e li 
kminsmin juska Vfin : depuis le com- 
mencement jusqu'a la fin , depuis A 
jusqu'ft Z. 

Kimolech, s. Trituration, mastica- 
tion. Voy. KldAcecfei. 

Kimonii ^ s. Communaux, ptturages 
communs a plusieurs villages ; com- 
munes, terres communes a plusieurs 
localites ; biens communaux. — Me 
berbi son-t-itdl'e pasture so li kmonn: 
mes brebis sont allees paitre sur les 
communaux. 

HJmoikr, V. (Ji k'moU, no k'molan ; ji 
k^mo^ret), Broyer, piler, triturer, ml- 
cher. — Zi pdv-r-om a stu to kmoUm 
divin n^row di mecanik : le pauvre 
homme a ete tout broye dans la roue 
d*une machine. — Ji so to kmolou : je 
suis tout extenue, tout courbatu. 

Kimnsk^, V. {Ji kmuskaie), Musquer 
d*une mani^re exag^ree. — Ess-t-d 
permi a inn om di s'kimusk4 insil Con- 



Digitized by 



Google 



— 125 — 



KIxN 



KIN 



yient-il a un homme, lui sied-il de se 
masquer aussi ridiculement? 

ium, s. Fanfaron, bravache. — Vola 
deik farmed kin ^conl : voila deux, fiers 
ferailleurs ensemble. 

KlBAi, s. Testicule. Voy. Ronpett. 

Kiacftt, s. Quincailler. Voy. Kteiit. 

lUnealer^le , s. Qulncaillerie. Voy. 

MiBciaa, s. Clinquant. Yoy. finiBs- 
KliM^Mcii, s. Quinconce. Voy. Pt- 

Kiaket , s. Quioquet, sorte de lampe 
i double courant d'air , ainsi appelee du 
nom de son inventeur. — Esprintt on 
Unket : allumer un quinquet. — 01 di 
Junket: huile epuree. 

■LbULinA, s. Quinquina, ecorce fe- 
brifuge du Perou. — On It a fax prmtt 
de Unkind : on lui a fait prendre du 
quinquina. 

KiMB, s. Quine, coup de des qui 
am^ne deux einq; cinq numeros pris 
ensemble a la loterie et sortis ensemble 
de la roue de fortune; cinq numeros 
gagnants au loto. — Zt kinn i bin rdr 
asie^, on ne Vjow puss: le loto (et non 
la quine) est bien rare maintenant , on 
ne le joue plus. 

KJjMb , V. (</i knok , no knokan.) Con- 
naltre , avoir la connaissance ; savoir. 
— Kinok li bin e Vmd : connaitre le bien 
et le mal. — Ni knok di Diew ni Dial : 
ne conn^tre ni Dicu ni Diable. — Pac^ 
pass T&ie, ji nvi knok : passez votre che- 
min , je ne vous connais pas , nescio 
V08. — /V knok : faire connaitre . de- 
celer , decouvrir , demasquer. — / nsi 
f%i nin knok : il ne se donne pas a con- 
naitre, il garde Tanonyme. — - Je Vkinok 
bin i'vnw , di r^putdcion : je le connais 
bien de vue , de reputation. — II d km- 
k&u C(m Barabass a I'pacion : il est connu 
eomme le loup blanc. — Ji n^ llunok 
« d^Adan, nid'Eo : je ne le connais ni 
d*A.dain ni d'Eve , je ne le connais pas 
du tout. — ffesS't-on fai k'h knokou : 
c'est un fait notoire , qui est notoire- 
ment avere. — DepCie k'il i rick, i 
n'kinok pu s^ earner Ut : depuis qu'il est 
riefae, il dedaigne ses amis. — D^-p- 
mian , de^z-aidan I i n'kinok ki sonla : de 
TargeDt , de Targent ! il ne connait que 
eda, — Kinok tu ti mainm : connais-toi 
toipmeme. -—Kinok innfeum : connaitre 
ttie femme , la connaitre charnelle- 
meoX. — Vo-^^sU bin awoureH de nin 
hiok li md d'din : vous etes bien heureux 
^ne pas connaitre le mal de dents. ~ 



J'a knokou Vmitdr : j'ai connu la mis^re. 

— Kimk bin le siainss : etre verse dans 
les sciences. — Sou ki n'^ nin knokou : 
ce qui n'est pas connu , ce qui est in- 
connu. — Ki ess? On ni Vkinok: qui 
est-ce? C'est un inconnu. — Kwan on 
knok li pilurin, on mett si bordon a Vouk : 
quand on connait un mechant, on prend 
ses precautions. 

lUMebAMM, s. Connaissance y idee, 
notion qu'on a de quelque chose , de 
quelquepersonne;notoriete; personnes 
avec qui on a des liaisons ou des rela- 
tions. — No n*amn nol kinokanss di 
coula: nous n*avons aucune connais- 
sance , aucune prenotion de cela. — F^ 
di knokanss : faire des connaissances , 
contracter des liaisons. — Cess-t-eunn 
di me knokanss : c'est une personne de 
ma connaissance (1). — Li vHi knokanss 
valet mi k'li novai kamhdtt : les vieilles 
connaissances valent mieux que les 
nouveaux amis. — MHe kinonanss ni 
valet nin inn ami : mille connaissances 
ne valent pas un ami. 

KiBoiMlk, efiiM ou reM, s. Connais- 
seur, celui qui se connait k quelque 
chose. — Vo pacipo on knokei^ aHdvtai : 
vous passez pour appreciateur de ta- 
bleaux. — El vou ess inn grante kino- 
keUss divin le sto/i le dintel : elle veut 
^tre une grande connaisseuse en fait 
d'etoffes et de dentelles. 

Kinehen, ow, adj. Notoire, connu 
generalement. —/S'i vikdriiee knokow : sa 
mani^re de vivre est notoire, elle est de 
notoriete publique. — Soula i knokou po 
vraie: cela est notoirementvrai, est avere. 

KineYe, s. Quenouille, petit baton 
qu'on entoure vers le haut de chanvre, 
de lin, etc. pour filer.— Ckergi n'kinoi'e : 
charger, monter, coiflferunequenouille. 

— Avu di ft so s'kitwie : avoir du fil a 
retordre, avoir de la fortune. 

Kiiioire, s. Scorsonere de pre, salsifis 
sauvage, barbe-de-bouc. — Aid d knoXe: 
chercher des scorson^res de pre pour 
les manger. 

KindiAfS. Quinola, valet de coBur 
au jeu de reversis. 

Kint^einM , s. Quintessence. Voy. 
FleAr. 

Kinti, s. Quinte, sequence de cinq 
cartes. — Kintt kOtty kintt bass : quinte 
majeure, quinte basse. — Kintt a rol'ey 
al damt ^ valet: quinte au roi, k la 
dame, au valet. — Kintt iprontaie: 
quinte qui n'est complete qu'avec la 

(I) CV«( une dt m«« connaiuane^t teraii ineorrrel et 
ampbibologique. 



Tome ii. 16 



Digitized by 



Google 



i2fi — 



RIP 



KIP 



retourne. — Avon kintt h Katwats ? 
rpoififOn/ainonantt: avec quinte, qua- 
torze et le point, on fait repic. — On It 
a j<me n'kintt : on lui a fait une farce, 
on lui a servi un plat de son metier. 

KioM, s. Kiosque, certains pavilions 
dont on decore les jardins, les pares, 
et qui sont dans le go<it oriental. — 
Janss no mett a Vonh dizo Vkioss : 
allons nous mettre k Tombre sous le 
kiosque. 

KJpAffn^ley s. Compagnie, societe, 
assemblee , cercle, association ; com- 
pagne. — Voss fri e hinami dvin n'ki- 
pagneie : votre frere est aimable , il est 
gentil dans une compagnie. — Ess ricii 
dvin n*kipagnHe : etre re§u , etre initie 
dans une compagnie. — KipagnHe di 
coturi, di coipht : compagnonnage de tail- 
leurs, de cordonniers. — Ni MbiU nin 
le mdU kpagnHe : ne frequentez point, 
ne hantez point les mauvaises compa- 
gnies, la societe des gens vicieux. — 
Tini kpagneie a n'sakt : tenir compagnie 
h quelqu'un , Taccompagner. — Die wdU, 
Chanchet , li kpagneie : bonjour , Fran- 
cois, et ces messieurs. 

iLlpactt^ie, s. Compagnie, certain 
nombre de soldats sous un capitaine. 
— Kwatt ou cink kipagneiefi-Uon bata- 
lion, quatre ou cinq compagnies font 
un bataillon. — On-z^ rtirSn'kipagn^U 
fo^ de r^gimin : on a desincorpore une 
compagnie du regiment. 

iLlpacttoii, s. Compagnon , associe 
avec lequel on joue ; partenaire , cama- 
rade. — Jow^ d kpagnon: jouer deux 
contre deux. — W^ mi kpagnonn ? Oii 
est ma compagne? — Enn n'ale kip/r a 
kpagnon: s*en aller de pair ensemble. 

iLipa^noncch , 8. Compagnonnage, 
corporation de compagnons, associa- 
tion d*ouvriers. — Difintt li kpagnoneck : 
interdire le compagnonnage. 

Klpasnt^, V. {Ji kpagntaie), Griser, 
enivrer , souler avec du geni^vre ; faire 
chanceler. — Si kpagnU : s'enivrer , 
siffler la linotte, grenouiUer. — Feum ki 
skipagntaie ess-t-inn sakoi dahomindh: 
une femme qui s'enivre est une chose 
abominable. 

Klp««Mtech e KJpasntr^le , S. llltat 
d'ivresse par le geni^vre ; ivrognerie. — 
Li kpagnMie n*apartin k*d ekiniss : Tu- 
sage immod6re du genievre n'appartient 
qu'k la crapule. 

WLipmmmtni^jY. (Ji kposmintaie), Orner 
de force passements. — Com on-z-a 
kpasmint^ci palto la ! Comme on a cha- 
marre de passements cette redingote ! 



Kip'eap J 6. Capilotade , ragodt fait 
de plusieurs morceaux de viande d6}k 
cuite. — Li couknir no-^^fai magnt on 
ragostan kip-cap: la cuisiniere nous a 
regales d'une delicieuse capilotade. 

Kip^ei , V. (Ji kpess , no kphcan), Mor- 
celer, diviser par morceaux; d6mem- 
brer. — Kiphct on ho%, inn brouwtr : mor- 
celer un bois , une bruyfere. 

Kip^cecb, s. Morcellement , separa- 
tion , division par parties. — Li kpiceg 
d^'Z'Mteck : le morcellement des heri- 
tages. 

Kip^r, s. Compare, sedit duparrain 
par rapport k la marraine et k celui dont 
on a tenu Tenfant sur les fonts. — Ci 
mi kpSr, il I Vpdrin di m*ilfan , (W ii so 
Vpdrin di 8*Ufan , ou no-z-avan IHen*^ 
fan iconl : c'est mon compere , il est le 
parrain de mon enfant, ou je suis le 
parrain de son enfant , ou nous avons 
tenu ensemble un enfant sur les fonts 
baptismaux. 

iLip^r h iLonp^r, s. Compare , celui 
qui aide k tromper dans les jeux ; qui 
aide un charlatan ou un escamoteur k 
faire ses tours. — - Ci/rawtigneH la h bin 
siervou par si kpSr : ce pipeur est bien 
seconde par ses compares. — To t^fai 
par kip^ I par kim^ : tout se fait par 
compere et par commere; par faveur et 
par recommandation. 

Klp^reeli e Him^reeh, 8. Comperage, 
relation, affinite entre deux personnes 
qui ont tenu ensemble un enfant sur les 
fonts de baptime. — Lu i Uie si vHet 
sovin a kdss di M, kpSreck : lui et elle se 
voient souvent sous pretexte de lear 
comp6rage. 

iLipesU, V. (Ji kpeslaie). DissSquer, 
couper par pieces ; anatomiser. — U 
stuaian an mttcenn dive-t-aprintt a ki~ 
pesUi les 6tudiants en medecine doi- 
vent apprendre k dissequer. 

Kipesieeh , s. Dissection , action de 
dissequer un corps organise. — Li kpes^ 
leg de kaddv ess-t-on d'gostan ovrech : 
la dissection des cadavres est une de- 
gofltante besogne. 

Kip^e^, ale, adj. Perc^ de plusieurs 
trous. — i/^ soU son to kpiU: mes sou- 
liers sont cribl6s de trous. — Li-z-ipegn 
estt toU kpitaie : les empeignes ^taient 
toutes crevassfies. 

Kipiet, y. Pincer plusieurs fois, ne 
faire que pincer. — IHtin U bal al Ian-' 
ponett , U jdni/eie son toU kpiciie : dans 
les bals populaires, les jeunes filles sont 
fr^quemment pinches. 

Kl-ptou-w«BCtt 9 s. Reversi , jeu de 



Digitized by 



Google 



— 127 — 



KIP 



RIR 



cartes dans lequel celui qui fait le moins 
de points gagne beaucoup. 

Klptoae, v. {Ji kpisnaie). Arroser 
coDTenablement de pissat. — On /at di 
Un d d'tair d le kpisne com i fd: on fait 
du bien aux plants, aux semis , en y 
jetant beaucoup de pissat. 

Ki^i^, V. {Ji kpiti, no kpitan), Don- 
ner, lancer des coups de pied. —Ifowri 
tigroctr i si afronti, hon Vtapa a Vouh 
to rkipitan : il fut si grossier , si ef- 
fronte, qu'on le mit a la porte avec 
force coups de pied. 

iLipiel , V. (Ji KpWXe , no kploi'an), 
Chiflbnner. Yoy. vibrddt. 

iLipiet (•*) , V. S*envoiler, se cour- 
ber (se dit du fer et de Tacier , lorsqu'on 
letrempe), etre flexueux. — Zi Urn si 
iplofet Ul/He par li trinp : les limes 
s'envoilent quelquefois a la trempe. 

KJpioTeen , s. Flexuosite , etat de ce 
qui est flexueux. — Li bordon d'ciss 
plantt la d nnarkdb par si kploi'ech : la 
tige de cette plante est remarquable par 
sa flexuosite. 

Mipieiecii 9 s. Le fait de chiffonner. 
Voj. KlkrMlecb. 

lUHiet^, V. {Ji kpdUtaie), Manier, 
chiffonner, bouchonner, patrouiller; pa- 
tiner, tftter indiscrfetement , avec inde- 
cence. ~ On coukni hi \p6ietaie U chir: 
tin cuisinier qui patrouille les viandes. 
U siervantt di kdbaret son savin kpCXe- 
to: les servantes de cabaret sont sou- 
vent chifTonnees , patinees. 

iUp4ieieeb, s. Maniement grossier, 
attouchement deshonnSte. — Li kpdl'e- 
teg dt Vawagnt e d'gostan : des aliments 
patrouilles sont degofltants. 

KiF^leieA, e^M h reM, s. Celui qui 
cliiffbnne grossierement, indecemment. 
^ ToU hrav hdcel ni soufnin U kp6%eteii ; 
toate honnlte fille ne souffre pas les 
*ttouchements indiscrets, les agaceries 
inconvenantes des patineurs. 

Kipotrt^, V. {Ji hpoitt , no kpoirtan; 
jiipoUre), Porter sou vent, dans plu- 
sieurs endroits; transporter. — KipoirU 
«yaji to cosUi trimballer un enfent 
IWout. — KipoirU si marckandiie 
^MMi mokonn a V6tt : porter , promener 
ses marchandises de maison en maison. 

— KipoirU n*novel : repandre une nou- 
▼elle ; la comer, Tannoncer partout. 

UApmirt^ (■'), V. Se comporter , se 
wnduire; agir, en user d'une certaine 
mani^re. — Ti t'kipoitt foir md , vale : 
ta te comportes tr^s-mal, mon gargon. 

— Si hpoirU com on hrav om : se com- 
porter comme un homme de bien. 



iLipoirieeii , s. Transport , action d# 
porter en divers lieux. — Li kpoirteg di 
si teHl si/ai-t-dkSiemin : I'ecoulement de 
ses toiles se fait aisement. — KipoirUg 
d*on sikrS: divulgation d'un secret. 

Kipolrteft, treM, s. Porteur, com- 
missionnaire en marchandises et autres 
objets. — KipoirteH d*mdli novel: pro- 
pagateur de mauvaises nouvelles. 

KipeiM , s. Choux rouge en daube. 
— On magn del kipoiss avou Uf^ : on 
assaisonne les haricots avec du choux 
rouge en daube. 

iiLip4ti, V. Chiflfbnner.Yoy. Kipdlet^. 

■Uponcttt^ , Y. Houspiller. Yoy. m- 

iLip««Vet«, V. {JikpouXctaie), Pouiller 
souvent. — Ciss laitt krapdte la i todi a 
kpouXeU s'mfy' e Hie mainm : cette vilaine 
fille ne fait autre chose que de pouiller 
sa mere et elle-mSme. 

KiprnsU , V. {Ji kprustik , no kprus- 
tikan). Petrir long^mps. — Kiprusti del 
pdss , del diel : petrir soigneusement de 
la pite , de la terre glaise. 

KirAl , V. {Ji kWdXe),^ Decheveler , 
mettre la chevelure en desordre , arra- 
cher la coiflPiire. — Qna deii karijress ki 
s*on tote kirdt : deux harangeres se sont 
* prises aux cheveux , se sont decheve- 
iees , se sont tignonees. 

KJreli-wAeer , s. Eirsch-wasser , es- 
pece d'eau-de-vie obtenue par distilla- 
tion du sue des cerises rouges.— ^o/^t« 
di kirck'Wdcer : bouteille de kirsch-was- 
ser ou de kirsch. 

iLlr^cht, V. {Ji k'recky Crachoter, 
cracher souvent et peu k la fois ; cons- 
puer , cracher au nez de quelqu'un. — 
/* m'kireck to fair : je crachotte conti- 
nuellement , j'ai un crachottement per- 
petuel. 

iLirdi^, Y. {Ji knfl), Faire rouler en 
divers sens. — KirdU on ckd Jlair po 
Vrifreiidt : fair^ rouler 9^ et 1^ un fer 
chaud pour le refroidir. 

iLirdieeh, s. Roulement reitere. — Li 
krdleg d'on tonai , di cai'ewai dHnn rivir : 
le roulement continu d'un tonneau , des 
caHloux d*une riviere. 

ILIrenp («') h m^Uirmmpi , V. {Ji m'ki" 
ronp). Se rompre , s'ereinter. — Ji m*a 
kronpou hress i janb d kaw^ i rdt di 
cronpir: je me suis brise bras et jambes 
k houer et k arracher des ponmies de 
terre. 

Kir^npoa, ew, adj. ^reinte, fatigu^, 
avoir une courbature. — Ess to kronpou 
d'avu d*manou baki: Stre tout 6reinte 
d'etre reste courbe. 



Digitized by 



Google 



— 128 — 



KIT 



KIT 



* iLlspHcliI, Y. {Ji kisprich). !6cla- 
bousser , seringuer. — Ciss $akri salop 
la , ji vore^ k/on Vkisprichah com i fa : 
cette fieffee salope , je voudrais qu'on la 
seringuftt d*importance. 

iLitap^, V. (Ji htap), Jeter en desor- 
dre, brouiller, m§ler, bouleverser, four- 
gonner, galvauder, disperser. — On-z^ 
ktaf<i to mi canntia : on a brouille, four- 
rage tons mes objets , on les a mis 
ablativo tout en un fas. — Com i fai 
ktape ciall Comme tout est en desordre 
ici ! tout est sens dessus dessous , 
desordonne , tout est mis desordonne- 
ment (1). — Si kiap^ : se demener, se 
debattre , gesticuler, se tremousser , se 
dandiner, fretiller, faire des contor- 
sions , des gesticulations. — Ti fkitap 
trop : tu gesticules trop , tu es un trop 
grand gesticulateur. — Ld pihon s'ki- 
taph CO kwan i son vi^dt : les poissons 
fretiUent encore quand ils sont vides. 

Ktiap^-beket , s. Rejouissance , cer- 
taine portion de basse viande , qu'on 
oblige Tacheteur de prendre avec la 
bonne et au m^me prix. — On m'a rhouU 
li ktape-boket ki ji nCzolif nin : on m'a 
repousse la rojonissance que je ne vou- 
lais pas. 

Kll«pe«li 6 Miiapr^ie, s. Desordre, 
bouleversement; dilapidation. — Qua 
rCfir kitaprHe i ciss hotik la: il y a un 
fier desordre dans cette boutique. 

KJi^iit , V. (Ji ktech). Jeter plusieurs 
tachcs. — KiticUi n'map , on gtli , di 
ckmtk : tacher en plusieurs endroits une 
nappe, un gilet, des chemises. 

Kit^t, V. (Ji ktHe, no ktHan), De- 
couper, depecer; detailler; hacher k 
menus morceaux , k petites pieces ; en- 
trecouper, taillader, morceler. -— Kitet 
del legn: d^couper du bois^ faire des 
cotrets. — Fd nin ktH ci bai koron la : 
il ne faut pas morceler ce beau madrier. 

Kiltie , s. Detail , debit par parties. 
— Vinti al kiteie : vendre , debiter en 
detail, par le menu, au poids, au nietre, 
k la petite mesure. — Marckan al kithe : 
detailleur, marchand en detail; detail- 
lant. Voj. Jasaie. 

Kit^ieeh, s. Depecement , action de 
depecer, de decouper, morcellement. — 
Li ktiieg d*on kandr ess-t-acS mdldkeie : 
le d6pecement d*un canard est chose 
Hssez difficile. — On ktHeg di parol : un 
hachis de paroles. 

Kii^telk, s. Decoupeur, qui decoupe, 
qui taille. — £i ktii^fH d*cndr on sovin 

(I) Dam ee teof , ddjttir n*ett pit fran^aif. 



M dtnSpo rin : les d^upeurs de viande 
ont souvent leur diner gratis. 

Kiti^ieaHi'ieffii, s. Bdcheron, ouvrier 
qui abat du bois dans une foret ; bo- 
quillon. 

Kii^toAr^s. Decoupure, hachure. — D^ 
gross , di fene ktHedr : grosses , fines 
decoupures. — Vola n'kiteieUr ki rprd^ 
zintt li sintt'famil : \oi\k une decoupure 
qui represente la sainte-famille. 

■LiieiT) out, adj. Tortu , qui n*est 
pas droit , qui est de travers ; tors, tor- 
tueux. — Ci pazai la i to ktoir : ce sen- 
tier est tout tortueux. — Siom a U janb 
kiioitt: son mari a les jambes torses , 
bistournees ; il a les jambes en vilebre- 
quin ; il est bancroche. — Vo n'aU nin 
dreH^ To-z-aU to ktoir: vous n'allez pas 
droit , vous allez tout de travers. 

Kitoirchech , s. Action et maniere de 
tortiller ; tortillement , tortis , ouvrage 
mal fait. — On ktoirckeg di fi, e d'saXett : 
un tortis de fil et de laine k tricoter. 

Kltolrcbed , reim , s. Celul qui tor- 
tille , mauvais ouvrier. 

Kitoirvht, V. (Ji ktoick , no ktoirckan ; 
ji ktoickre). Tordre en divers sens; tor- 
tuer, rendre tortu. -^ Kitoircki di i , 
dd coitt , inn whir : tordre du fil , des 
cordages , un brin d'osier. — Li pdv-r- 
om i to ktoirckt : ce pauvre homme est 
fait comme un Z , il est gaffe , c'est un 
godenot , une bamboche. — Vlfan ave4i 
tan' d*md ki s'kitoircktf to : Tenfont avait 
tant de mal qu'il en resultait des con- 
torsions de tons ses membres. — Ciss 
pai la s*a ktoircki d*van V/eH : cette peau 
s'est recoquillee devant le feu , le reco- 
quillement de cette peau vient de la 
chaleur du feu. 

Ktieir-ed, s. Torticolis, rhumatisme 
qui fait qu'on ne pent tourner le ecu 
sans douleur. — On rfreMikmin m'afai 
kap/on ktoir-cd : un refroidissement m'a 
cause un torticolis. 

KUeiu, V. (Ji ktoite, no ktoirdan] ji 
ktoidri), Tortiller. Voy. Klielreht. 

Kitolkrn^ , V. (Ji ktoitnn, no ktoiiman; 
ji ktotnri). Tourner en sens divers , re- 
muer, agiter, manier et remanier. — 
Ci hoi la i to ktoHm^par li ckoMtr : cette 
pi^ce de bois est toute contournee par 
la chaleur. — Si ktoHm^: s'agiter, se 
donner du mouvement , Itre actif , se 
replier. — Kwan U scrieiiplaiiietf i s*ki-^ 
toUmet /amettsmin: quand les avocats 
plaident , ils se demenent fort et font 
des contorsions continuelles. — Ki- 
toiim^ on pikon divin di sS^ divin del fa- 
renn\ saupoudrer un poisson de sel, de 



Digitized by 



Google 



— 129 — 



RIV 



KLA 



farine. — Vola n'planch hi s'kitoi^nn : 
voila une planche qui gauchit, qui est 
flexueusc , en etat de flexuosite. — Ki 
s^hito^n, lech; kt s*actf sech: celui qui 
travaUle fructifie, celui qui paresse s*ap- 
pauvrit. 

Kiioilmeeii, s. Action de toumeret 
retoumer en divers sens ; activite ; re- 
pli. — Zi JUoHbrnech avo/ncih Vovrech: 
Tactivit^ , le mouvement avance Tou- 
vrage. — Li kMrneg dHnn plantt : la 
flexuosite d'une plante. 

KlieArst, v. {Ji ktoHrsHe), Lutter 
souvent, s'exercer frequemment k la 
lutte. — Is'on htoHrsi lontin md di $*tap^ 
al fair : ils se sont tenus longtemps 
corps a corps avant de se terrasser. 

Kit«arsi , V. Se contouraer. Voy. mi- 

tolreht. 

KKodrsl, V. Ronger, manger tout 
autour. — Kitoitrsi on fru , inn ohai : 
ronger tout autour d'un fruit, d'un os. 

KMrAsn^, V. (Ji ktrdffiiaie).'F\^neT. — 
Kitrdgn^ avd Vmohonn : trdler parmi la 
maison. Yoj. KJrAt. 

iLltra^^, ale, adj. Crible de trous. 

— AM Ke to ktraw^ : habit plein de pe- 
tits trous. — D^ chdss toth ktrawaie : des 
bas tout perces de petits trous. 

KUraween, s.Nombreuxpetitstrous. 

— On velt-t-dhHemin to li ktrawech : on 
▼oit aisement tons les petits trous. 

iLiirawt^, ale, adj. Diminutif de 
■Utraw6. 

Kitripi^ , V. (Ji ktripel , no htrijslan). 
Fourrager, fouler; ravager. —Zigin hi 
pace on ktripU me d*vair : les passants 
ont ravage mes semis. — Ce mazeU 
d'^fan la kiiriplet m^ park difie^r : ces 
petits grimauds fourragent mes plantes 
de fleur^. 

WLitfi^j V. (Ji ktrote, no ktrotan), 
Voj. Kien^el. 

lUtrM^, V. {Ji ktfUl). fimietter. Voy. 

HJBilCl^. 

KiTaa^, V. {Ji kvann , no kvanan)* 
Agiter, mouvoir, 6branler , secouer 
mdement. — Kivane' onpaket, inn db : 
secouer vivement un paquet , un arbre. 

■UvArehi, v. (Ji kvdrcMh). Trainer 
apiis soi , avancer avec peine. —Kivdr- 
eki n'skhHe di hoXe : tratnerpeniblement 
on sac de houiUe. 

KtYiiinl, ^le, adj. Enti^rement ver- 
moulu. — VindS ci vt drmd la itV to 
hvihnt: vendez cette armoire gothique, 
qui est toute moulin^e. — D^ vH^ cketr 
M^ hcihnHe : de vieilles chaises toutes 
piipi^ des vers. 

KHrtf, s* Qui-vive, cri d'une senti- 



nelle , d'une patrouille , etc. qui entend 
du bruit , qui apercoit une personne ou 
une troupe ; qui va'li ? — Ni mdk^mdi'e 
di respontt a on tintinel ki brai : ki-vt/: 
ne manquez jamais de repondre k ime 
sentinelle qui crie qui-vive. — Ess so 
rki'Vif: Hre sur le qui-vive, 8tre tou- 
jours inquiet et craintif, danser sur la 
corde. 
KJ-viB, adj. Prochain, qui est proche. 

— Li meH ki-vin, dtmegn ki-vin: le mois 
prochain, dimanche prochain. — Li sa- 
matnn ki-vin^ Idnnaie ki-idn : la semaine 
prochaine , Tannee prochaine. 

KiTot, V. {Ji kvdfe, no ktoi'an; ji 
kvM), Envoyer d'un endroit a un autre, 
faire faire plusieurs commissions a la 
fois. — KitH di Pildtt a ^r6te\ ren- 
voyer de Caiphe h, Pilate, renvoyer aux 
calendes grecques. — d Vprumi joH 
d'avri k'on kvCXe : c'est le premier avril 
qu*on donne le poisson d'avril , qu'on 
wit accroire a quelau*un une fausse 
nouvelle, ou qu'on lui fait faire une 
fausse demarche pour se moquer de 
lui. 

KlveVeelif 8. Poisson d'avril. — Li 
k'voi'ech amUss co haic6 d*gin: il y a 
encore beaucoup de personnes qui s'a- 
musent du poisson d'avril. 

KtveVelk, eds« OU re««, s. Debitant 
de poisson d*avril. — Li kvoi'eH e li 
kvdxeress /et tdfiie vini di laiti karel: 
ceux et celles qui d6bitent des poissons 
d'avril font quelquefois nattre de se- 
rieuses collisions. 

iLiw , s. Queue , cheveux de derriire 
d'un homme, li6s avec un cordon et 
converts d*un ruban roul^ tout autour. 

— On n'a pu poirtd di kiw , disp6Xe ki 
Napoliion prumt li-^a fai kdpd a si 
sifddr : on n'a plus porte de queue de- 
puis que Napoleon premier les a fait 
couper h ses soldats. 

Ktwitt, s. Yanneau, oiseau de Tordre 
des echassiers , k huppe noire. — Lir 
5-oil d'ktwitt son glo a magnt : les oeufs 
de vanneau sont dUicats k manger. 
Voy. MinweU. 

KiA , s. Clou , morceau de metal a 
tSte et pointu pour fixer, attacher, etc. 

— Kid d'latt : clou k latte. — Kid 
d'kafete^ : clou a VLvdoise. —' Kid dijvd : 
clou a cheval. — Kid d*sol/: clou a 
souliers. — Kid sin tiess: clou sans 
tite, clou etSte. — Kid a crok: clou a 
crochet. — Ckict, clavod on kid : ficher, 
cogner, planter un clou. — Claw^ avou 
di kid : attacher avec des clovLS.—Pinit 
on chapai a on kid: pendre, appendre 



Digitized by 



Google 



— 130 — 



KLA 



KLA 



un ehapeau k un clou. — Odmi d'Ud : 
clouter, garnir, omer dc clous. — Mar- 
chan dkld : marchand cloutier. —I fat 
dvin U kid : il fait le commerce de 
clous, de clouterie. — Mijvd s'a plant/ 
on kid d'row i pt : mon cheval est boi- 
teux d*un clou de rue, il a pris un clou 
de TVLe,~-Rahatttrihau(m ktd: rabattre, 
river un clou. — Rihazi VUd : darner 
le pion, Temporter, supplanter; re- 
pondre vertement , peremptoirement k 
quelqu^un, de mani^re qu*il n*a plus 
rien a repliauer. — Kid d*wahai : inflr- 
mite dans la vieillesse , pas vers la 
tombe. — Kid d'jubety hid d*potinss: 
gibier de potence. — Jn'mdk nin an kU 
a ciss mokonn la : il ne manque pas un 
dou k cette maison, il n*y manque rien. 
— On AW chess V6tt: un clou chasse 
Tautre, une nouvelle passion en chasse 
une autre. — Chah marihd s'hld : cha- 
cun connait son metier, marchand d*oi- 
gnon se connaft en ciboule. — II i erd 
com on cin d'kld : il est gras comme un 
cent de dous, il est fort maigre. — 
Vola rhld : yoilk le point essentiel , le 
ncBud gordien, la difBlcult^ d*une affaire, 
la pierre d'achoppement , Tenclouure, 
le hie ; c*est Ik que git le li^vre ; voilk 
le tu autem. — On fU sdre^ f6 ni ^ir 
ni hid : on ne pent Femployer ni a fer 
ni k dou , on ne pent rien en faire. — 
Fdtt d*on hid , on piett li fiair de jvd ; 
fdtt diiair , on piett li jvd ; fdtt dkjvd^ 
on piett sovin Vhavdtr : faute d*un clou, 
on perd le fer d'un cheval ; faute d*un 
fer, on perd le cheval ; faute du cheval, 
on perd souvent le cavalier. 

KIA, s. Clou, furoncle, sorte d*apos- 
thume; javart. — Mi hid h*h traysi: 
mon clou est perce , a perce. — L^ kid 
si mitet sovin md : les dous se placent 
souvent mal. 

KiaM, s. Clabaud, chien de chasse 
qui a les oreilles pendantes et qui aboie 
mal k propos ; grand et insipide par- 
leur. — N'amiMnin cochin la, c'ess-t-on 
klabd : n*amenez pas ce chien , c*est un 
clabaud. — Li chapai di micigt fai 
rhldbd, il a d^ prndan hoir : le ehapeau 
du messager fait le dabaud, il a les 
bords pendants. 

Kiabo, s. Grelot, clochette qu*on 
pend au cou des animaux ; clarine, 
sonnaille , griUet ou grillette. — Li 
hlabo fai rUrov^ n'vach pierdow : la 
clarine fait retrouver une vache ega- 
ree. 

ium« h Kiadflt, v. (Ji klass h ji 
hlaci/die). Classer, ranger , distribuer 



par classes. — Klae/ di sholi : dasser 
des ecoliers. 

Klace*, eHM, s. Cdui qui classe. — 
Li hlacei^ vairet rmett en 6r to U tt dHhw- 
min : un delegue viendra faire le triage 
et remettre en ordre tous les vieux do- 
cuments. 

■Uacii, s. £daboussure, boue qui a 
rejailli sur audqu*un ou sur quelque 
chose. — Mamzelj t>o<rav4 nyamAss 
hlach so vo blan soli \ Mademoiselle, 
vous avez une lai^ tache de boue sur 
vos souliers blancs. 

■LlAliBin e KlaiMlH , s. Clavecin , es- 
pece de longue epinette en carre^ echan- 
cre dans sa largeur k un ou plusieurs 
claviers ; manicordion. — Jowid^ kU^f- 
cin: jouer du davecin, toucher le cla- 
vedn. — On n'jow pu di kXafcin^ cV 
r/drti-pidnd h'a pri s'pless : le davecin 
n^est plus en usage, il est remplace par 
le forte-piano , qui en est un perfec- 
tionnement. 

Klalr, 8. Clerc, celui qui ecrit et 
travaille sous un homme de pratique. 

— Klair d'avokd, di notair, diprohure^ : 
clerc d^avocat, de notaire, de procureur. 

Kiair, s. Claire, nom de femme. — 
Li peiipprHe Sinte-Klair po Vrnd d'oii^ : 
le peuple invoque Sainte-Claire contre 
les maladies des yeux. 

Kii^*, s. Jonc de marais, plante 
aquatique ; roseau, glai'eul. — ChHr di 
hfajo: chaise de jonc, de paille. 

Kii^*i«, v. (Ji hlajotaie), EmpaiUer 
de jonc, remplir les fentes, les entaiUes 
avec du jonc. — Klajoti d^ chitr: em- 
paiiler des chaises avec du jonc, des 
roseaux. — Klajoti on hatai: radouber 
un bateau avec du jonc. 

KiABiyS. Cramponnet, petit crampon; 
davette, clef d'un boulon. — Fi tni 
n*planeh avou n^hlam : affermir une 
planche avec un cramponnet. 

KiABieAr, s. Clameur, grand cri, 
vocif6ration. — Fide hlameir: pousser 
des cris, desclameurs; vociferer, faire 
des exclamations. — Onr^-oX^f to coste 
li hlamei^r di feum i dis-i/an ; on 
entendait partout les clameurs des 
femmes et des enfants. 

■Uap, s. Bourdillon , bois de ch^ne 
refendu et propre k faire des futailles. 

— Fi vni on mit d'kUp : faire venir un 
millier de bourdiUons. 

iiiaiMi*«9 s. Claque, taloche. ~ On It 
a Jbuti n'hlapaie ki It a fai vei cin 
blawett : on lui a fianqu6 une daque qui 
lui a fait voir cent chandelles. — Rictr 
inn kXapaie di md^tt aiw c viueh : re- 



Digitized by 



Google 



— ^u — 



KLA 



KLA 



eevoir one flaquee d'eau sale au vi- 
sage. 

KiAfMi, Mitt, adj. Piquant, mor- 
dant. — On klapan tonplumin : un 
compliment mordant. — Klapantt r^- 
flic : replique vive et caustique. 

Uape , Y. {Ji Map). Claquer , fermer 
ayec bruit , avec violence ; branler , 
bcher, clocher. — Klap^ U-t-ouh : fiiire 
cslaquer les portes, les fermer avec co- 
fere. — Ona n*igness hi klap hSk pdr: 
il J a quelque fen§tre qui claque. — On 
H a Uapd louk al narenn : on lui a flan- 
que la porte au nez. — Ta todi on flair 
hi ilap : tu as toujours quelque chose 
qui loche, quelque fer qui locke , quel- 
que pierre d'achoppement , quelque 
anicroche. — El It hlapa on hina d'aiw 
so Viiess : elle lui flanqua un gobelet 
d*eau sur la tete. 

Klapedi ^ iLlapBiUi, 8. Bruit d*une 
porte qu'on fenne. — Li klapeg delpoitt 
fat UrdnaU Me li mohonn : la porte fer- 
mee avec violence fait trembler toute 
lamaison. 

lUapett, 8. Soupape, languette mo- 
bile d*une pompe, pour donner passage 
a Teau; clapet, soupape en chami^re. 
— Klapetidi tofietx soupape de soufflet. 

Kiapett, 8. Bnrajure, frein k une 
eharrette par un fagot de bois ; ce qui 
sertkenrayer une roue. — Li klapeti 
caea d miian del dihindaie: Tenrayure 
cassa au milieu de la descente. 

Ktopeu, s. Caillette, langue ba- 
varde. — Taihtfj klapett^ to-t^vi Vlinw 
tro lank : taisex-vous , caquet bon bee, 
vons avez la langue trop longue. 

iLUi^, 8. Clapier, trou creus6 expres 
on les lapins se retirent ; machine de 
bois oh Ton nourrit les lapins domes- 
tiques. ~ Lapin ffklapt : lapin de ola- 
pier, mauvais lapin. 

mim^u^y V. {Ji klapott hji Mapotaie). 
Barboter, faire du bruit dans Teau avec 
les mains ou les pieds. — Ki klapoUf 
Urn la ^ Vsavne^l Que faites-vous a 
tant barboter dans Teau de lessive? 

Klap«lceh, MJai^tr^le h Klaptr^le, 
8. Clabaudage, bavardage. — Li ei Va 
Veont%ain$s a s'iU difoit tote U klaptrHe: 
cehii qui a la conscience ^ Taise nargue 
toutes les clabauderies. 

KlapateA , «Ami OU reM, 8. Clabau- 
d«ir, bavard. — AU todi Vdre^tt v6te, 
M' 9'mokSdi to li kXapote^ : suivez la voie 
4e la sagesse, et bravez la m^disance. 

Ki^^ V. {Ji klaptaie). Clabauder, 
iboyer fi^uemment ; cnailler sans 
s^. —Ciekin d'ekess la ni fai k'di 



kiaptd: ce chien de chasse ne fait que 
clabauder. — El klaptaie tqfirso si wi- 
zenn: elle bougonne constamment cen- 
tre ses voisines. 

Klarinett , 8. Clarinette , sorte de 
hautbois. — Anck di klarinett: anche 
de clarinette. -— Noss Henckenn este^ 
dabtm OH bon jowe^ ^klarinett : notre 
Henchenne etait une excellente clari- 
nette. — Jow/ r klarinett di H pt: ma- 
nier le fusil. 

KiariM, s. Clarisse, religieuse de 
Tordre de Sainte-Claire. — L^AthUie di 
Lick i bati so Vcovin di Klarits : TAthe- 
nee de Li^ge est bftti sur le terrain de 
Tanden convent des Clarisses. 

iLiArt^, 8. Clarte, lumi^re, splendeur, 
lueur , coruscation. — Li kldrt^ di io^y 
d^ fe^y di solo, del leum: la darte du 
jour, du feu, du soleil , de la lune. — 
Kldrt^d-VairiseTemte de Fair. — /HW, 
tap^ del kldrt^: repandre de la darte, 
edairer, illuminer. 

iumiiUh y 8. Classement , action de 
classer , de mettre dans un certain 
ordre. — On vairet f4 Vklasmin di to li 
vt ddkumin ki son so Vgrint : on viendra 
faire le classement de tons les vieux 
documents qui sont au grenier. 

kjami, s. Classe, ordre, rang de per- 
sonnes ou de choses ; salle d*^le. — 
Li k6ti kiass : les hautes elasses , les 
dasses sup^rieures. — Le hazi klass: 
les basses dasses , les classes infe- 
rieures. — Mifi ess-t-i Vprumt Mass, i 
I'Mass di r/torik : mon £ils est dans la 
premiere classe, dans la dasse de rhe- 
torique. — Al sifrttss di Mass^ li skoli 
minet n*fame^u areck ; au sortir des 
classes, les 61^ves font beaucoup de 
vacarmc. — C'ess-t-on minted, on kapon 
d*prumtMass: c*est un menteur , un 
gredin de premiere dasse. 

■liatA, 6. Claveau, pierre en coin 
qui ferme les vodtes. — Voss Mavd n'i 
nin Hn mitou: votre daveau n*est pas 
bien mis. 

iLiavai, 8. Pierre de fer. 
iLlaval, 8. Houille lamellee. 
Klaval, 8. Motte. Voy. KwAr. 
iLiavett, 8. Clavette , clou plat qu'on 
passe dans Touverture d'une cheville , 
d'un boulon , etc., pour TarrSter. 

Klavt, s. Clavier, cercle de metal 
servant i tenir plusieurs des ensemble. 
— Klavt d*actr, d'drgin: davier d*acier, 
d'argent. — De vt tin , /♦ klavt esteH-t' 
on gdgdie difewn : anciennement le cla- 
vier fedsait partie de la parure des 
femmes. 



Digitized by 



Google 



— Hi — 



KLA 



KLjg 



Kiavtr^ s. Clayier, commune da can- 
ton de Nandrin, 4 13 1/2 kil. de Huy. 
Pop. 620 hab. Sup. 2,850 hect. 

lUaw, 8. Clause , condition , stipula- 
tion; restriction, clause restrictive. — 
Ona tan d3 klaw dwin cipdrtech la , h'on 
n^i ve^ gotU il y a tant de clauses dans 
cet acte de partage , qu*il est inintelli- 
gible. 

KJaw^y v. {Ji klaw). Clouer, atta- 
clier, ficher avec des clous. — Klawd 
dspatnumin tPouh, difigness : doner des 
Dentures de portes , de fendtres. — Ess 
llawif so s'cMir: §tre comme clou6 sur 
sa chaise, ne pas bouger. — Qneiiri one 
k^ Vhapa po U sUmmdk , si VHawa^Ui d 
M^ir: il y eut qaelqu*un qui le saisit k 
la gorge et le tint clone centre la mu- 
raiUe. 

MJaw^, V. Mordre, en parlant d*un 
chien; manger fort, en parlant d^une 
-peTSOTme.—Si^ipHte mautt di chin hi 
m'a UawS el janh : ce vilain petit roquet 
m'a mordu k la jambe. — Kwan eiss-t- 
ovrt la esS't-al td/, i klaw com i/d : 
quandcetouvrier est ii la table, il frippe 
energiquement. 

lUaweeli, s. Action de clouer. — Ci 
Maweg la i mMdhiie : cela est difficile k 
clouer. 

iUawmIi, s. Drap rame et tondu. 

iLlawe*, s. Celui qui clone. — Jrfy 
ad d'klawei^po clawS toti ci latt la? Au- 
rez-TOus assez d*ouvriers pour clouer 
toutes ces lattes? 

Klaweft, 8. Rameur. Yoy. lUTled. 

KJawtr, s. Clouti^re, moule pour 
£aire la tete des clous. — Mi hlawir i 
tro Ideh po le hid hi vo d*mand^: ma 
douti^re est trop large pour les clous 
que vous demandez. 

Klawtr, 8. J^tenduB de juridiction; 
lieu affranchi de toute redevance , si- 
tuation satisfesante d'une veine de 
houille. — Ciss vdnn la ess-t-i hlawtr : 
cette veine est dans sa puissance. 

KlawflOH , s. Qiroflc on clou de gi- 
rofle , sorte d'epicerie qui est k pen pres 
de la figure d'un petit dou k tete. — - 
Pih^ on gigo avou di hlawson : piquer un 
gigot de clous de girofle. 

KiawsoHl, 8. Giroflier, arbre qui 
porte les dous de girofle. — Zi hlawsont 
creh divin li-z-tl Moluh : le giroflier croft 
dans les iles Moluques. 

iiiaw««,y. {Ji hlawtaie). Marteler , 
battre ; frapper k coups de marteau. — 
Klawi^. so uiglom, so n'hwdtt di stin : 
marteler sur une endume , sur un pot 
d^etain. 



Kiawte, V- Faire des clous. — Fd 
bin hi hlawtaie po vihS : faut bien qu'il 
fasse des clous pour gagner son pain. 

Kiawtt , s. Cloutier, celui qui fait ou 
qui vend des clous. — Botik eTon hlawtt : 
boutique , forge d'un cloutier. — J^ 
m'viich , c'i to p6f hlawti : dans mon 
village , ce sont tons pauvres cloutiers. 

lUawir^ie, s. Clouterie, commerce 
de clous; lieu ou on les fait. — Nvss 
maiss ess-t-al tiess di pluzieiir granU 
hlawtrOe : notre maltre a la direction 
de plusieurs ^randes clouteries. 

Ki^^ 8. Cle ou clef, instrument pour 
ouvrir et fermer une serrure. — £U a 
hi^s: cle force. — Zi din d*inn hU : les 
dents d'une cU. — Bordon tTinn hl^: 
tige d'une cle. — Bdb d'inn hU: panne- 
ton. — Fdss kU: fausse cle. — Pougniie 
di klS: trousseau de des. — Z^ hUd'Sin- 
Ptr: les clefs de St-Pierre. — Mett li 
hU d'to rouh : faire un trou k la lune ; 
quitter une maison ciandestinement , 
sans en payer le loyer. 

iiiecM-4i'*Me9 s. Clin d'oeil, prompt 
i^ouvement de la paupiere qu*on baisse 
et qu'on rdeve au m^me instant. — /y 
on hlean-4'oit^ a n'saJU : faire un clin 
d'oeil a qudqu'un. — So on hlegn-d'oi^Xe 
on n-n^iva : en un clin d'oeil, en un tour 
de main on s'en va , on est mort. — Zi 
vt loss fh di hlegn-d'oil^ a n'pitite gri- 
gwess : le vieux ribaud fesait des clins 
d'oeil k une petite grisette. — A chak 
hlegn-d'oUXe , i moAr in om , si rpin-t-i 
n'Ctt: chaque instant est celui de la 
mort d'un homme et de la naissance 
d'un autre. 

KievMniB, s. Clignement, action de 
cligner les yeux. — EU esS't-ahcidintaie 
d'ofi hlegnmin d'ol^Xe : elle est siyette a 
un dignement d'yeux. 

Kiejet , s. Primevere de pre. — 
Klejei d'Holantt : primevere de jardin. 

Ki^min, 8. Clement, nom d'homme. 
Zich ateit, n' chapel di Sin-Klemin : Liege 
possedait une chapelle de St-Clement. 

Ki^Min, adj. Clement, misericor- 
dieux , debonnaire. — Zi Bondiu i hU- 
min po li ci hi sripinii d'lei^ calinnreie : 
Dieu est clement en vers ceux qui se re- 
pentent de leurs mefaits. — On per e 
todi kl/min po si-z-ifan: un p^re est 
toujours dement k Tegard de ses en- 
fants. 

iLi^MiMM, s. Clemence, mis6ricorde, 
longanimite, indulgence. — Zi hUminss 
di Bondiu: la clemence divine. — Zi 
hUnninss ess-t-eunn di bili hdlit^d*<m Roi : 
la clemence est une des vertus d'un Roi. 



Digitized by 



Google 



Rii 



— 153 — 



KLt 



—On dM todi eipM VKUminss d'onph : 
on doit toujours esperer la demence 
d*un pere. 

UM^uAmmm e KJ^aUnteiiH , S. Cle- 
mence , Clementine , nom de femme. 

Mlh^ e iLlepe^ , V. {Ji hl^paie e ji 
Uepiaie). Boiter, clocher. Yoy. Haii«. 

U^pech h Klepteeli, s. Claudication. 
Yoy. Haliech. 

KJ^peA e Kleptelli , s. Boiteux. Yoy. 

MXbr^ adj. Clair, eclatant, lumineux ; 
qui jette , qui repand de la lumi^re. — 
W kUr bouXon : bouillon clair. — Del 
lUr aiw : de Teau claire , limpide , cou- 
lante , fluide. — Kl^r vox : voix claire , 
sonore. — On sttl kl/r: style clair, lu- 
dde. — Kl^ iitof: etoffe claire , qui 
n'est pas serree. — Sakoi d*kUr : chose 
claire , explicite , 6vidente , manifeste. 
— K^ hat 1d6r di leurm ki/ai ! Qu*il fait 
im beau dair de lune ! — I fat kUr : il 
fiiit clair , il fait jour. — Zi tin h'esS'i-d 
IdSr : le temps est clair, le ciel est clair 
et serein. — Vet kl&f oi* kler : voir, en- 
tendre clair. — Ji t?W Vdi Kd-t-ekUr : 
je vous le dis haut et dair , je vous le 
dis f ranchement , sans detour. — Vola 
Vafair d Id^ : voilk la chose eclaircie , 
tiree au clair. — Coleiir JU^r-mir: cou- 
leur vert clair. — CMvet hUr-hmni che- 
veux clair-brun. — Rintt USr : rendre 
dair, clarifier, eclaircir. 

Kl^riat, V. {Ji kUrifiie), Clarifier, 
rendre claire une liqueur qui est trou- 
ble ; purifier une substance fluide quel- 
conque. — KUrifit di souk : clarifier du 
Sucre. Yoy. maki^n. 

KJ^riiM, s. Clairi^re, endroit d*une 
foret degamie d'arbres; endroit plus 
dair que le reste dans les toiles. — Afeit 
de less divin on kUriss : placer des lacets 
dans une clairiere. — Qna trop di kUriss 
ditin s'te^l, ji n'i von nin: il y a trop 
de dairi^res dans sa toile, je ifeo V6ux 
pas. 

KUriM, adj. Clairet, un peu clair. 
— Di U^Hss vin : vin clairet, vin d*une 
eodeur faible. — KUrize aiw : de Teau 
•8862 claire- 

Kl^risi^, s. Clarte, transparence, 
limpidite, fluidite.— Zi klMste d-Vaiw : 
i» clarte, la limpidite de Teau. — Li 
iifristS d'on raitonnmin : la lucidite, 
Vevidenee d'un raisonnement. 

Ub>l^^, s. Petit-lait, lait clair, 

^from, serosite du lait. — Beiir on 

"P^iM di kUr-Uqai : boire un verre de 

pekit-lait. 

■Uinahi , adv. Clairement , d'une 



maniere claire , nettement , distincte- 
ment , explicitement ; evidemment. — 
Es'plikSfkUrmin, sin toUrn^ dtoi^i expli- 
quez-vous clairement, demonstrative- 
ment, sans circonlocution , sans am- 
bages, peremptoirement, d'une maniere 
convaincante. 

Ki^rmon, s. Clermont, commune du 
canton de Nandrin, h 13 1/2 kil. de Huy. 
Pop. 500 hab. Sup. 1,632 hect. 

■Ll^rmon, s. Clermont, commune du 
canton d'Aubel, a 9 kil. de Yerviers. 
Pop. 2,300 hab. Sup. 1,715 hect. 

iu^r-0^m^,adj. Clair-seme. qui n'est 
pas bien serre, qui n'estpas pres k pr^s, 
qui est rare. — Ciss-t-av&nn la e kUr- 
semaie : cette avoine est clair-semee. — 
Li bildfenm S07i kUr-simaie : les belles 
femmes sontclair-semees. 

iLl^rv^lan, aaif, adj. Clairvoyant, 
intelligent, eel aire et prevoyant dans 
les afia.ires, avise, qui a le tact sdr. — 
Vo n'sdri gour^ ciss-t-om la , il i tro kl^- 
viian: vous ne sauriez tromper cet 
homme, il est trop clairvoyant. — Si 
fevM ess^t-oci kl^rveiantt ki lu : sa 
femme est aussi clairvoyante que lui. 

Ki^rTHaii0« J s. Clairvoyance , saga- 
cite et penetration dans les affaires; 
discernement, perspicacite, prevoyance. 

— Po reiUci , i/d del kUrvHanss : pour 
reussir, ilfaut de la clairvoyance. 

iLlellM, s. Claie, ouvrage a claire- 
voie, fait d'osier ou de branchagc et en 
forme de carre long , pour passer de la 
terre ou du sable; ecrille, cl6ture de 
clayonnage pour arreter le poisson a la 
decharge d'un etang ; mannequin , pa- 
nier long et etroit ; eventaire , mani- 
veau , plateau d*osier que portent de- 
vant dies les marchandes de fruits et 
d'herbages , etc. — KleUss di lineH : 
petite claie pour eplucher la laine. — 
Rontt kMss , kMss di pdstigt : day on. 

— KMss d froumack: clisse, clayon, 
eclisse. 

KleHsecli , s. Clay(>nnage , assem- 
blage depieux et de branches en forme 
de claie. — Fdret melt on kleHzeck a ci 
iSr la, po k*el ni waguess nin : il faudra 
faire un clayonnage a ces terres , pour 
qu'elles ne s'eboulent pas. — Onkli d'on 
kleftzeck : ecriUe , dSture d'un clayon- 
nage a un etang. 

Kleikseii, s. Petite claie , paiUasson 
de table. — Ckak pla deHt-i-ess metou so 
n^Kleiuett : chaque plat doit etre place 
sur un petit paiUasson. 

lUlch, s. Pene d'une serrure; mor- 
ceau de fer qui sort d*une serrure et 
TOMB n. 17 



Digitized by 



Google 



— 13* — 



KU 



KLO 



entre dans la glU^he. — Zi Uieh m va 
nin, ell ess-t^reniie: le pene ne va pas, 
il est rouille. — Fd nin fHett si de^ intt 
li hitch i r/h^ou: il ne faut pas mettre 
le doigt entre le bois et Tecorce ; il n'est 
pas prudent de 8*ingerer dans les de- 
mSles entre mari et femme, entre fr^re 
et soBur. 

KiiciieiyS. Toml)ereau,charretee. — 
On hlichet d'dicl: un tombereau de terre 
glaise. 

KJiciiet, 8. Trebuchety petite ma« 
chine pour attraper les oiseaux. — J'a 
hap^ n%iazinch i m'hlichet : j'ai pris une 
mesange dans mon trebuchet. 

iLltelieU^s.Loquetyesp^ce deplne qui 
B'ouvre en haussant; cadole. — lev/ 
I'klichett: hausser le loquet. — Z'ouh 
n'i sMh'a Vhlichett : la porte n'est fer- 
m& qu'au loquet. — PitiU hlichett: lo- 
queteau , petit loquet (1). 

Kliehl , V. (Ji klich). Fermer au lo- 
quet. — Com i MctVf ji hlicha Vouh : 
comme il y ayait un courant , je fermai 
la porte au loquet. 

iui«iit«, V. {Ji Uichtaie). Clii^ueter, 
mouvoir , faire jouer la poignee et le 
pSne d*une serrure, le loquet d*uneporte. 
— KliehU lotUin sin poleitr doviair rouh : 
agiter longtemps la serrure sans pou- 
voir ouvrir la porte. 

iLiteliteeli, s. Cliquetis , bruit de 
certains corps sonores, lorsqu'on les 
remue ou qu*on les cheque. — Ji so 
ndhi d'oi' ci hlichUch la : je suis las d*en- 
tendre ce cliquetis. 

luisaeck, s. Clignement de pau- 
pi^res. — Ess akcidinUou avu Vlaitt ma- 
nfr d'on hiigneg d^oi^U : 8tre atteint ou 
avoir la mauvaise habitude d*un cli- 
gnement de paupi^res. 

KiiSBeu , s. Clin d'oeil. T(hm fai 
WUigneii a Bdr: Antoine fait un din 
d*<Bil k Barbe. — Li dih^tnn hligneit : 
le dernier clin d*OBil, la mort. 

■Liisnt, V. {Ji kUgnj no JUignan). Cli- 
gner, fermer a demi les yeux; fermer 
TcBil. — Kligni vo-z-oiiXe po U poMr i 
clignez les yeux pour les garantir de la 
poussiire. — J'ireii la to hlignan mi- 
t^o^ie : j*irais Ik les yeux clos. 

KliVBten, mmu , ac^. Glignotant. — 
XtwW-«-oilfo hligntan: avoir les yeux 
dignotants. 

KJi8»i«, V. (/• hligntaie). Clignoter, 
remuer et baisser les paupi^res fire- 
quemment ; ciller, fermer les paupi^res 
et les rouvrir dans le moment ; papillo- 

(f) CfM« M N dii pu. 



^r. -^ El ni fai hi eHgnU H-^^te* 
elle ne fait que dignoter les paupi^res. 

lUisnteeii, s. Clignotement , dlle- 
ment involontaire des paupik^; pa- 
pillotage. — On hlignteg d^oiiU i Vjahus 
baicd: il est gln^ par un dignotement 
d'yeux, il ne fait que ciller les yeux. 

WLUMmmy 8. Climaty region , pays eon- 
sidere par rapport k la temperature de 
Tair. — Kangt d'dMna : chMiger de 
dimat, de pays, se depayser. 

lUiBck, 8. Coin, sorte de gousset 
qui divise le bas au-dessus du pied. — 
D^ tin pad i on poirUff di hleiw^ chdss 
avou de jM hlinch : andennement on 
portait des bas bleus avec des ooina 
jaunes. 

KiUMht, V. (/♦ hlinch), Pencher, 
baisser, incliner, chancder, deverser, 
surplomber. — Li me^ hXincKHe di 
voss cosii, whin : le mur surplombe, 
forjette de votre cdt^, voisin. -^KUneM 
dh cost^ hi ton towni: pencher du cdte 
oil il est le plus indine. 

HJlBChilieeh, ILIlBekllunIa h KHm^Ii- 
■Utt, 8. Penchement, chanceUement, 
surplomb ; obliquite, inclination. — 
Li Uinchmin di c*me^ la mi fai sogn: 
le penchement de ce mur m^inqui^te. 

KJinp, 8. Indinaison. V. Poft-Utep.. 

uJkinpik^ V. {Ji hlinp). (^auchir, d^ 
toumer le corps pour 6yiter un coup; 
perdre sa forme, se contourner. — Si 
n*hlinp nin on p6, il este^ bleet: s'il 
n*eilt pas un peu gauchi, il ^tait bles86. 

lUiBpelbr J 8. Gauchissement, action 
de gauchir et resultat de cette action. 
— Li hlinpeit/r di ciss planch la ^ foiti : 
le gauchissement de cette planche est 
fort. 

iU*lMh, 8. Cldture, action de dore^ 
de renfermer. — Li hloXeg d*on cotthai : 
la hale de ddture d*un doseau ; repara- 
tion k cette haie. 

Kl^lelly 8. Ouvrier qui travaille ^ 
dore un terrain. Voy. s^kioieH. 

m^nuuieii, 8. Jambette ou eouteau 
fermant, petit eouteau de poche dont 
la lame se replie dans le manche. — 
Poirt^on hU-manch ^ Vpoch di s*c<mtt^ 
chdss : porter une jambette dans la 
poche jie sa culotte. 

iu«r, V. {Ji hid, no hlotam;ii hlSref). 
Clore, fermer, finir, terminer. — Kldr 
sijaifi clore la bouche, se taire. — 
Boh cl6ss ou boh dofow: bouche dose. 
•^ II a his s'cou : il est trepasse. — On 
va hlSr U Chanb : on va clore la session 
des Chambres. — KW fguem , ti! 
Tais^toiy maraud ! 



Digitized by 



Google 



— 135 — 



HO 



KO 



k, a. Pftoues closes, di- 

manche du Quasimodo , le dimanehe 
qui suit immediatement celui de Pft- 
OTies. — Apr^ VKlCsS'Pdk, no-z-iran 
twmni d viech : apr^s la Quasimodo, 
nous irons k la camparae. 

KMairt, s. Portder a*un oouTent. — 
Pih'U d Iddttri: parlez au portier da 
monast^re. 

KMcAr^ s. Cldture^ action d*arr^ter» 
de determiner une chose \ conclusion. 
—LikUfUHrd'onconitp d'inn acinblaiei 
la ddtore d*un compte, d'une assem- 
Uee. 

wOmmpmSj Y. (Ji kloupsaie). Glousser 
on dosser, cri de la pouie qui veut cou- 
Ter ou qui appelle sea poussins. — 
NosspoU hi elwfsaie^fi/^Ultd^t-^po 
cot6: notre poule glousse , mettez-fui 
des oBufs pour couver. 

Ktowyice fc , 8. Gloussement ou clos- 
sement , action de glousser ou de dos- 
ser. — Ofi-2-^ a s^kloupsech hi rCpoU vou 
eo9/: on reconnalt au gloussement 
qa\me poule yeut couver. 

KMmh ou wiMmpf s. Club, sociSti pour 
8*entretenir des affaires publiques. — 
Li iJnp 0% Hnfai d^ md'Aes clubs ont 
foitbiendu mal. 

kioMm, s. Clubiste, membred*un 
dub. — Li JUubiss fCon pu wai'd'chai a 
Hr i noss paf: les dubistes n*ont plus 
go&re d*influence dems notre paTS. 

KiMvM, s. fiLUOut, supplice du fouet 
en Russie. — Mori d*c6 at knouti : mou- 
rir sous les coups du knout. 

Mm 2 adv. Bncore, de nouveau, de 
rechef. — Vik^ko? Vivez-vous encore? 
— Ji v'di ho fCfiie hi,..: je vous dis 
encore one fois que. . . 

Ko, adv. Par, et. — Ona ho cinii, ho 
MHe : O y en a cent et cent, il y en a 
parcentames, par miUiers. — Ona ho 
trass: il y en a considerablement, par 
douzaines. 

K6 , 8. Coup , choc , heurt , atteinte , 
blessure; percussion. — K6 d*bordon, 
A hep , difiermin , dimdrtai , diJUih, di 
ikoacMi: coup de l^ton, de hache, de 
ler^, de marteau, de fusil, de canon. 
-^Add'tonir: coup de tonnerre, coup 
de (aadte.-^Michan k6 : blessure grave, 
eonp dangereux, horion. — Kd del moir : 
coop de ui mort , coup mortel. — Pard 
« id: parer, d^toumer, esquiver un 
coup. — Dini on hd d*pt : donner , des- 
•errer un coup de pit^d. — Sin tirS on 
^hd: sans coup ferir. — Kd d'bech, 
U^Hhj Id d'Unw, kd d'patt: coup de 
tee, eoup de dent , coup de langue. 



coup de patte, raiUerie piquante, lardon i 
medisance. — Kd d'ch(^ai : coup de 
chapeau , saluade. — kd d*havro^l i 
coup de carrelet de p^heur. — Si hati 
a kd d'pogn: se battre k coups de poing, 
faire le coup de poing. — On Va fai to 
neUr di k6: H est tout couvert , tout 
perc6 de coups, il est mis en oapilotade. 

— Onkd nWaii/hdif nin Vdti : un coup 
n*attendait pas Tautre, c'etait une gr§le 
de coups. — Kd d*min : coup de main, 
attaque subite et impr^vue. — Kd dVar-- 
nak: coup de Jamac, mauvais coup, 
coup fatal. — Kd de Bondiu: coup du 
Ciel, coup d*en haut, coup de la Provi- 
dence. — Kd d'maiss : coup de maitre. 
—Zi kd d'Etadi detss di decinh : le coup 
d*Etat du deux decembre. — Fe sikdi 
cachett : agir sourdement, dandestioe- 
ment. — JHn/ Vkd d'ffrdss : donner le 
coup de gr^e, achever de perdre , de 
miner quelqu*un. — (TesS't^on kd dipHe 
i Vaiw : c'est un coup d'epee dans Teau, 
c*est un effort inutile, une tentative qui 
n'a point de suite. — Avu on kd d'mdr^ 
tai, on kd d'kep : avoir un coup de mar- 
teau, un coup de hache, Itre un peu fou. 

— Din^ Vkd d*pi d'Vdgn : donner le 
coup de pied de l*&ne ; insulte d*un 
14clie k celui dont il n*a plus h redouter 
le pouvoir. — F^ kd po kd: faire un 
coup fourre, se dit de deux hommes qui 
se battent, quand chacun donne un 
coup et eu revolt un autre en m§me 
temps ; mauvais service que deux per- 
sonnes se rendent mutuellement. -— 
Kd-d'odi'e : coup d'oeil. — Kd d*solo : 
coup de soleil. — Mdkd s*c6: manquer 
son coup , donner du nez en terre. — 
Avu on kd d'bon : avoir un coup franc. 

— So Vhd d'maie^utt : au coup de mi- 
n\xit,—Beiir a pti kd: siroter, buvoter, 
boire k petits coups. —• J*a viiou sot^ 
diprumt kd: j'ai juge de cela k la pre- 
miere vue , au premier coup, d'emblee. 

— Ila s*kd : il est atterre, il est flamb^, 
perdu , c'ast fait de lui. — Kd d^aiw : 
courant d*eau, canal ou ruisseau qui 
coule. -- Apret kd : apr^s coup , poste- 
rieurement. — So I'hd : tout k coup, 
aussitdt , soudain , sur le champ , sou- 
damement. — To d'on hdi tout d*un 
coup , en mSme temps , de prime-saut. 

— Kd so hd: coup sur coup. — Tokd: 
k tons coups, frequemment. k tout bout 
de champ, k tons propos. — Vocial li 
kd d gHe : voici le coup decisif . ~ Tini 
kd: soutenir, sustenter, proteger. — 
Kman si vna d kd afiri : quand il s*agit 
de Tex^tion, quand on en fUt ^ quand 



Digitized by 



Google 



136 



ROC 



ROD 



cevint au fait et au prendre. — On n*s^ 
wiss hi Vdial fir s^ kd: on ne sait ce 
qu'il pent arriver. — Abatt deHi, gHe d'on 
c6 d'warokai: faire d'une pierre deux 
coups. — 01 po s'k6 la, tKhz-esian dtin 
de hai dra ! Oh ! pour le coup , pour ce 
coup-lii , nous sommes dans de beaux 
draps ! — C'ess-t-4 ireiizinm kd Von ve^ 
U mails : c'est le troisi^me coup , c'est 
la troisieme epreuve qui decide. 

IL6, s. Cou, col, partie du corps qui 
joint la tete aux epaules. — Si cad Vkd : 
se casser, se rompre le cou, se blesser 
en tombant, se miner par imprudence, 
par mauvaise conduite. Voy. Hatrai. 

Kd, s. Chou d'hiver. — Ripik^ di kd: 
replanter des choux d*hiver. 

K^Allclon, s. Coalition, lig^ie de plu- 
sieurs puissances , reunion de differents 
partis ; confederation. — Kddlicion contt 
li Franss\ coalition contre la France. — 
A'Odlicion d'ovrt: coalition d'ouvriers, 
ouvriers qui se mettent en preve. 

iLdAiiB^ (•!), V. {Ji m'kddlizaie). Se 
coaliser, se liguer, former une coali- 
tion , se confederer. — Le-t-otri s*on 
kddlizS po ^6 mi pat : les ouvriers se 
sont coalises pour se faire mieux payer. 

Kdbai, s. Cobalt, metal blanc, dur 
et cassant, corps simple. — Di kdbal a 
Vdrsinik', cobalt arsenical. 

Ko-bin , adv. Peut-^tre , encore bien, 
probablement. — No pdtran ko-bin dmin : 
nous partirons peut-etre demain. — Ess 
lifiess f dimegn ki-vin ? Ko-bin : est-ce la 
fete , dimanche prochain? Apparem- 
ment, peut-etre bien. 

Kocef, s. Jeune cochon , cochon de 
lait; goret; petit saligaud. — Ciir on 
kocet po Viess : cuire un cochon de lait 
pour la kermesse. — Vola on pii boi'e 
k'ess-t-adhScom on kocet : voil^ un petit 
dr61e qui est eleve bien grossierement. 

Koch 5 s. Coche, chariot convert dans 
lequel on voyage. — Rittni fi*pless al 
hock : retenir place au coche. — Mdk^ 
Vkoch : manquer le coche ; perdre Toc- 
casion de faire une chose avantageuse. 

iLoch^, s. Morceau assez gros. — 
Spit on kocki d'koXe : briser un morceau 
de houille. 

Koch6 e Koeht, s. Cocher, celui qui 
mene'^n coche ou une autre voiture. 
'-On m^ladrrtt kock^: cocher maladroit. 
— To U kochl buvet volit Vgott: tons les 
cochers ont la mauvaise habitude de 
boirc la goutte. 

Koehlncl e Konehlncl, s. Cochenille, 
insecte dont le sue donne la plus belle 
ccarlate. — Tintt al kockinel: coche- 



niller, teindre h la cochenille, au coche- 
nillage. Yoy. coknci. 

Korhtr, adj. Coch^re. — Mokonn a 
poitt kochtr : maison k porte cochere , 
c'est-^-dire une porte par laqudle les 
voitures peuvent entrer. 

Kochonnr^ie , s. Cochonnerie, mal- 
proprete ; choses sales , gStees ou sans 
valeur; propos sale ou obscene. — Dtr 
ou f6 di kockonnrHe : dire ou faire des 
cochonneries. — Ki touss // d'tote ci 
kockonnrHe la? Que veux-tu faire de 
toutes ces cochonneries? 

Kochtai, s. Menu coke, menu char- 
bon eteint. — Ramaci U kocktai , si U 
tap^ sol fei)L : triez le menu charbon et 
jetez-le sur le feu (1). 

Koehi^, V. {Ji kocktaie). Tisonner, 
remuer les tisons. — Mi granp/r koch" 
taie volii : mon grand-pere aime k ti- 
sonner. 

Kociitolk , eiifls h reM, s. Tisonneur, 
qui aime a tisonner. — Li vH^ gin , c'i 
to kockteii i toti kocktress : les vieilles 
gens ont la manie de tisonner. 

KociB , s. Oreiller, coussin. — Doirmi 
so di bon kocin: dormir sur de bona 
oreillers. — S^adr so on kocin : 8*asseoir 
sur un coussin, sur un carreau. — Piti 
kocin : coussinet , petit coussin , grosse 
pelotte. — Tik di kocin : taie d'oreiller. 

Kocin , s. Semence de chicoree sau- 
vage. 

Kocinct 9 s. Bardelle , espece de selle 
faite de grosse toile piquee de bourre. 
— J'a/ai fi on noH kocinet d sHt: j*ai 
commande une bardelle neuve au sellier. 

Kd-d'becii , s. Lardon. Yoy. Kd- 
d'sncHle. 

Kd-dVhapni, 8. Salut , reverence , 
bonnetade. — On de^ bin on k6 d*chapai 
a s'vi maiss-di-skol : on doit bien un sa- 
lut k son vieux magister. 

Kd-4i*din , s. Lardon , brocard , sar- 
CKsme,— Tap^ on k6 d'dinan'saki'AHnceT 
une dentee, une gouaille contre quel- 
qu'un. Yoy. Kd-d^ftneHVe. 

KA-d'^i, s. Tire-d*aile, battement 
d'aile prompt et vigoureux que fait un 
oiseau quand il vole vite. — Dei^ k6-d*il 
ilhe-t-inn kwemdie dd-dize^ de^z^tt-z* 
oitkai: la corneille en deux tire-d'aile 
s'el^ve au-dessus des autres oiseaux. 

Kd-d' ffvcftve , s. Sarcasme, mot sar- 
castique, insinuation, nasarde, raillerie 
offensante. — Av oi'ou ci kd-d*gu€lLi'e ki 



(I) Dcpois quclqae trrops , le moi etearhilte A'intro- 
dult dans le rmofaiide Li^e, poor iradaire kochui. 



Digitized by 



Google 



— 137 



EOF 



ROH 



li a land ? Avez-vous entendu cette san- 
^ante ironie qu'il lui a lancee ? 

KddicU, s. Codicille, acte qui modifie 
un testament anterieur. — rar on kC- 
dicily il a kangt ireH-z-drtik di s'testamin : 
par Tin codicille , il a modifie trois ar- 
ticles de son testament. 

Kd-di-flpai, s. ^^paulee. Yoy. sipa- 

Kd-dl'kaii*ii , s. Detonation, explo- 
sion , fulmination. — On-z-oXa suhittmin 
on gro kd-d'hanon : on entendit subite- 
ment une forte detonation. 

K4-4*iUiw, s. Gouaille. Voy. itd- 

H.d-d*BiaYei e Kd-4'mArt«i , 8. Manie, 
bizarrerie. — Ji kreit k'il a on pH kd- 
d'mMai : je crois qu'il a la visiere trou- 
ble. 

Kd-d**lkVe, s. Coup d'oell , oeillade, 
r^ard ; point de vue, site remarquable. 
— El nCa d'ne on kd-d'oUXe com po m'a- 
taU: ellem*a donne un coup d'oeil fou- 
droyant. — L^z-^nvurond'Ltck^ c^ to bat 
kMoiiXei les environs de Liege offrent 
tons beaux points de vue. 

Kd-«'paii , s. ^pigramme , trait pi- 
quant. Voy. Kd-d'dln. 

Kd-d'pt e KdHi^pt, s. Cou-de-pied , 
partie superieure du pied qui se joint h, 
la jambe ; tarse. — Ziploi'eitr de kd-d'pt : 
Tarticulation tarsienne. 

Kd-«*pogii, s. Gourmade. — DM de 
kM'pogn : gourmer , donner des coups 
de poing, des gourmades. 

iL4-4'pogn , s. Jambonneau , petit 
jambon. — CHr , magnt on kd-d^pogn : 
cuire, manger un jambonneau. 

Kd-d'«*lo , s. Coup de soleil , echauf- 
faison. — « On pon, mori d'on kd-d'solo : 
un coup de soleil est quelquefois mortel. 

K.6-d*iieM, s. fiquipee, echauffouree, 
action irreflechie. — Vola on kS-d^tiess 
ki v*cosiret chtr: voila une esclandre 
qui vous coiVtera cher. 

K©f, s. Coffre, meuble h serrer de 
Targent, des hardes; bahut, coffre or- 
dinairement convert en cuir , et dont le 
couvercle est en voiite. — Pitt kof: cof- 
fret, p^it coffre, cassette, layette. — 
(^esS'Uonc kifai de kof: c'est un coffre- 
tier, un bahutier, un lay e tier, un faiseur 
de coffres. — Met I, rherd dzin on kof: 
cncoflRper, serrer dans un coffre. — BrM 
^^^ou OH kof : mendier a Taide d*un 
y^e deBarbarie. — II a di kof, ifai 
*? *o/: il amasse de Targent , il thesau- 
^^^ , c*est un thesauriseur , un accu- 
J>»Tifeteur. 
Hoftet, 8. ficrin , petit coffret oil Ton 



met des bagues , des pierreries. — On 
rickicim kojret: un richissime ecrin. 

Koftoft, s. Couverture de lit(l). -- 
Pik^ on koftei^ : piquer une couverture. 

— Marckan on fahrikan d'kofte^ : cou- 
verturier , marchand ou fabricant de 
couvertures de lit. — Tess-t-on kaitif 
doirmd, ti seek to VkofteH: tu es un 
mauvais coucheur , tu tires toute la 
couverture k toi. 

Koteeftr, s. Couverture, enveloppe. 
—Kofte^r di liv : couverture d*un livre ; 
reliure. — Kofte^r di skolt : portefeuille, 
giberne d'ecolier. 

iLoni, s. Cofftetier, ouvrier qui fait 
des coffres. — Bon ou mdva koftt : bon 
ou mauvais coffretier. 

■Lofiurt , s. Couverturier, artisan qui 
fait , qui vend des couvertures. — ■ C'esi^ 
t'on marckan kofturi ki vak6ri kott avou 
on paket d'kofteii a si tin : c'est un mar- 
chand couverturier qui s'en va portant 
un tas de couvertures II son dos. 

Koffii , s. Sorte , esp^ce , genre ( par 
denigrement) ; coin. — Vola n'bel kogn 
d'avocd ! Yoilk une etrange esp^ d'a- 
vocat! — K^l hel kogn di mokonn! Quelle 
etrange sorte de maison 1 

KdipieM, adj. Coriace, dur comme 
du cuir. — On gigo k^i kdgness : un gi- 
got coriace. — hel kdgness ckdr : viande 
coriace, couenneuse. — CisS't-om la 
i kdgness : cet homme est coriace, dur, 
avare , difficile. 

Koffnoftl b KongnoDil, s. Comouille, 
fruit du cornouiUer femelle. — Magnt 
di kogn&kl : manger des cornouilles. 

■LognoUlt h KouftBolkll , s. Cornouil- 
ler femelle , arbre dur qui porte un fruit 
rouge , longuet et en fagon d*olive. — 
Sdvack kognoUlt : cornouiUer mSle. — 
ffdXe di kognoUlt : haie de cornouiUer.— 
LifoXe di sdvack kogno^li son lonk i bi' 
chow: les feuiUes de cornouiUer m^e 
sont accuminees. 

K*h, s. Branche, le bois que pousse 
le tronc d'un arbre; rameau; goulis. 

— Pintt a n*koh : brancher , pendre, 
suspcndre, accrocher k un arbre. — 
C6p^ li koh dHnn db : ebrancher, 6teter, 
ecimer, ehouper un arbre ; faire I'ebran- 
chement d'un arbre. — Koh di pe^: 
rame de pois. — Pocki d^inn koh so V6tt : 
aller de branche en branche, n'aUer que 
par sauts et par bonds, changer de dis- 
cours a chaque instant ; faire une di- 
gression ; aller du grenier dans la cave ; 
passer brusquement d'une idee k une 

(I) Dam M sens, eowtrU nest pts frtn^tis. 



Digitized by 



Google 



— 438 — 



KOI 



KOI 



autre sans intermldiairey entreeouper 
son discours. — Ji fCsiso Ul hohpoeht : 
je ne sais de quel bois faire fl^he, je 
ne sais quelle pitee y coudre^ quel re- 
mMe y apporter. — El fi? mdU so vett 
lu>\\ elle ne se porte jamais parfaite- 
ment, elle est maladivey TalStudinaire. 

iL*hA ou MMMii-di-Tai, 8. Jarret de 
yeau. — FSd^ houXm avou on kohd-d^vai: 
flaire du bouillon avec un Jarret de 
veau. 

iL*hai, s. Petite branche, trochet, 
bouquet, grappe. •— Onkohaid*cHth, di 
griatnn : un trochet de cerises f de 
griotes. 

iLohett, s. RamilleSy emondes, bran- 
ches retranchees, superflues,broutilIes, 
brindiUes. — Kohett di vegn^ di sd: 
crossette de viffne, bouture de saule. 

■Loht, M*, adj. Branchu, qui a beau- 
coup de branches. -— J'a on get Klfa," 
me^smin koht : j*ai un noyer qui est 
extremement branchu. — Voss mklaie 
i trokoMie, i Tfi on p6 d'kohi: votre 
pommier est trop branchu » il faut un 
peu r^laguer. 

iL*htr, s. Fourreau de la pierre du 
faucheur. 

■LohiM) s. £mondeSy branches su- 
perflues que Ton retranche des arbres. 
— On fat de boirai d^legn avou de kohiss : 
on fait des bourr^es avec des ramilles. 

IL^IiMy ale i Kohoa, ew, adj. Bran- 
chu. Voy. K*ld. 

WLm% 6 iLw^ , pron. Quoi , quelle 
chose. — A koipins^f? A quoi pensez- 
vous. — Ji n'si a koi ki fi n-n^e so : je 
ne sais k quoi j'en suis. — Vo-t'esU-U 
on ji iiCsi koi : vous Stes un je ne sais 
qui. — 77 a d'koi: il a de quoi, il est 
dans raisance. — Koi! vo rn'mn/manu" 
ct i m'mokonn ! Quoi ! vous venez me 
menacer chez moi ! — Ji n'si koi dtr : 
je ne sais que dire (et non : je ne sais 
quoi dire). 

KoiAh, s. Temps de la cueillette. — 
KoWideinavett, delliu^r, di trinhlenn: 
epoque de la cueillette de la navette, 
de la luzeme, du trefle. 

lieiaiB 9 s. Caract^re , tempera- 
ment, physique. — Si pu j6nn e d'on 
tndva kotain : son cadet a un mechant 
caract^re. 

KeiAtMi) s. Couenne, peau de pour- 
ceau, surtout lorsqu*elle a 6t4 raclee; 
peau des marsouins. — KoXatnn di Urx 
couenne de lard. — Orantt koXainni 
hallebreda , grande femme mal torch6e, 
mal b^tie ; gigue. 

iLoiAr, s. Couard, poltron qui n*a 



point de courage. — Si fr6 ni Vs^et 
rvingt, c'ess-i^on koUlr : son fr&re ne 
saurait le defendre , c'est un pagnote. 

KolArd^, v. (Ji kofdrdaie). fitre 
couard. — Ji m'ave^ fit sor lu, min i 
koXdrda : j^avais compte sur lui, mats U 
fit le poltron. 

■LelArdeeh , ILeiardtM e KelirdrMe, 
s. Couardise, poltronnerie, timidite. 

— On knoha s'koV^dtss : on connut sa 
couardise. 

■LoMi^ k WLoitiij Y. (Ji koidlaie h ji 
koitlaie), Corder, mesurer k la corde bu 
k la membrure. — KoidU di hoi : cor- 
der du bois. 

KekU^y V. Corder, mettre en corde. 
•^ KoidU del ckenn : corder du chanvre- 

— KoidU del toi^bac : rouler et tordre 
ensemble les feuiUes de tabac. 

ILoldleeli, s. Cordage , toutes les cor- 
des d'un vaisseau , d*une machine. — 
Zi koidleg d'inn koutr : le cordage d*une 
houiU^re. 

Koidieeh , s. Cubage ou cubature , 
action de cuber ; m^thode pour cuber. 

— iV VkoidUg d'on bog d% : faire la 
cubature d*un tronc d'arbre. 

iLoidit 9 s. Cordier , artisan qui fait 
des cordes. — Maiss koidlt: maitre 
cordier, fabricant de cordes. 

Keldr^to i iLeitr^to, 8. Corderie, lieu 
oh Ton fait la corde ; lieu oh on la garde 
quand elle est faite ; art de la faire. — 
Onp(fr di nUr k'a n'bel koidriie : un port 
de mer qui a une belle corderie. 

ii*iet^9 y. (Ji hoXetaie). Proferer le 
juron li6geois. — Aili ess-t-on ckiniss ^ 
el kotetaie : Ailid est une crapule , die 
use frequemment du juron liegeois. 

K«le«eeli, 8. Manie du jurement lie- 
geois. — Li koXeteg «V bai ni po om nipo 
jeum: les jurons liegeois neconviennent 
ni aux hommes ni aux femmes. 

Kolelefty etiifls h reM, s. Jureurs en 
liegeois. — Ji n*vou ni koVetei^ ni ko^treu 
po mi kpagnHe: je ne veux pour compa- 
gnie ni jureur , ni jureuse de Liege. 

KoieU , eA«*, s. Celui qui fait la cueil- 
lette des fruits. 

■Leiii, V. (Ji kaif, no koi/an), Coiffer, 
couvrir la tete , arranger fes cheveux , 
les friser, les parer. —Madam si fa 
\oij6 pwr sifeum di ckanbx Madame se 
fit coifier par sa femme de chambre. 

— Voss ckapai v'ko\fbini votre chapeau 
vous coiflfe bien. — El ko\f si om : elle 
coiffe son mari, elle lui est infidele.. — 
Koiff n'boliie : coifTer uno bouteille, en- 
vedopper le bouchon ponr empScher que 

1 le vin na s'evente. — I'M li feum ton 



Digitized by 



Google 



— 43* — 



KOI 



KOI 



If^fM di eisS't-^tringtr la : toutes les 
femmes sont coiS^ , sont infatuees de 
eet Granger; il est la coqueluche de 
toutes les femmes. Yoy. ^vAIlI. 

K«ifecii h iL*iffk^to, s. Coiffure y ma- 
nure de coifFer. — Koifeeh al vHe m6it, 
al novel mdtt : coiffiire k l*antique , k la 
modeme. 

■.•UeH, eftM, B. Coiffeur, qui fait 
mftier de couper , de friser, d*arranger 
les cheveux. — Fi houki Vkoife^ ' il fftut 
feire appder le coiffeur. 

K«i#eiir,s. Coif^ire, couyerture et 
omement de tete. — Koifewt al vHe on 
a Vnoeel mdtt : coiffure k la vieille ou k 
la nouvelle mode. 

KoiffB^iu, s. Comouille. Yoy. ilo- 

K*ik h iL*iki, conj. Quoique, encore 
que , bien que , quand mSme. — Koihi 
se^p6f, iti hr^: quoiqu'il soit pau- f 
Tre , il est homiete homme. — Koih ma- 
UUt, il a i)oloupMi: quoique malade , 
il a voulu partir. 

mmUkmrn^ prep, et ady. Malgre cela, 
nonobstant. —Jplo^ ki s^poeetl; no nr^^U 
ran, hoiksa: nonobstant la pluie qui 
tombe k verse , nous partirons. 

■L«llte h ■LwMtn, s. Quirin, nom 
d*homme. — Zi md tsin Kwilin : sorte 
d'ecehimose. 

K«lii , s. Coin. Yoy. Peftr-di-kotn. 

K*im, 8. Coin, angle; recoin, en- 
eoignure; point, endroit oil se fkitla 
rencontre de deux lignes ou deux sur- 
faces. — Li koinn d'inn row , dHnn ino- 
honn : le coin d*une rue , d*une maison. 
-- Li koinn d'inn t^ on d'inn ptr : la 
come d'une table ou d'une pierre. — 
Vo$s givd Va n'kwenn j% : votre tablette 
de cheminee est ecomee , a une ecor- 
nure. — Pitite kwenn : petit coin , petit 
recoin. — Louki po Pkwenn di Voii^te : 
guigner, regarder du coin de Toeil , k la 
derob6e , en tapinois et sans faire sem- 
blant de rien. — Ck6kt to ei kanntia la 
Omn n'kwenn db grint : serrez toutes ces 
guenilles dans un recoin du grenier. — 
M postal d'al kwenn : le poteau cornier. 
— Tdl a kwenn : toit angulaire. — Soula 
a trap di kwenn : cela est trop anguleux, 
trop biscomu. — Ckapai a kwenn : cha- 
pcau k comes. — Ckapai a tre^ kwenn : 
chapeau tricome, triangulaire. — Inn 
pe^ di tair a kwatt coinn : une pi^ce de 
tore quadrang^aire. 

K^tan h Kwenn 9 s. Come, partie 
^itte qui sort de la t^te de beaucoup 
jHttd maux. — Pitite kwenn : comichon, 
pQ^ eome. -^ Biets a koinn: b6tes k 



comes, aumailles. — Li kwenn kiminei- 
t-a It crek: ses comes commencent k 
pousser. — Bieee k*a de kdt^ kwenn: 
animal haut encomfi. — On torai ki 
donn di e6 d*kwenn : un taureau qui 
donne , qui frappe de la come. — Cad 
n^ kwenn a on torai : ecomer un taureau. 
— Ko^tai avou on manck di kwenn : cou- 
teau emmanche de come. — Kwenn di 
limsoni antennes, comes de limagons 
ou de limaces. — Avu di r6^ so si kwenn : 
Stre suspect , 8tre marque sur le livre 
rouge. — Si feum It fai poiri^di kwenn : 
sa femme lui fait porter des comes , 
elle lui est infid^le. 

iLoiMn-di-eiiess, s. Cor de chasse. 
Yoy. KAriA-elieM. 

■Lelnn-dfr-iraU, 8. YitelottC, esp^e 
de pomme de terre longue. — Rislaie 
di hoinn-^i'-gatti quantity de pommes 
de terre cuites sur un gril. —Ni rmagn^ 
rangn mdU pu les sawoureHzi koinnrdi- 
ffatt? Ji n-nCa si fain ! Ne remangerons- 
nous jamais plus ces excellentes vite- 
lottes ? J*en ai la fringale 1 

■Leinnhai, 8. Etejgnoir, petit ustensile 
de forme coni(j[ue pour eteindre la chan- 
delle , la bougie. — On koinnkai d'ke^Vf 
d'drgin : un eteignoir de cuivre , d'ar- 
gent. 

iLoVon J s» Jeu de cartes k cinq mar- 
ques. 

■Loion-dTnidnB, 8. Pmne-QBuf, prune 
imperiale. 

iLoipid, 8. (1). Cordonnier, artisan 
qui fkit des souliers , des bottes , des 
pantoufles et^ autres chaussures ; bot- 
tier. — Koipkt por om : cordonnierpour 
homme. — Koipkt po/ewn: cordonnier 
pour femme. — Koipkt ki ckdss bin : 
cordonnier qui chausse bien. — Botic 
di koipkt y di ckdce^ir : cordonnerie, bou- 
tique , atelier de cordonnier , de chaus- 
sure. — Zi koipki son li pu md ckdd : 
les cordonhiers sont les plus mal chaus- 
ses ; souvent ceux qui sont d*une pro- 
fession negligent dVn faire usage pour 
eux-m§mes. 

■Leipbir^ie , s. Cordonnerie, le me- 
tier de cordonnier; lieu ou Ton vend 
des souliers , des bottes et autres chaus- 
sures. — Kwan i pM haicdy li koipkiriie 
va hin: les pluies continuelles sont fa- 
vorables k la cordonnerie. 

■Loir J s. Corps , toute substance 
simple ou composee. — Koir di Vom : 
corps de I'homme, corps humain. — Li 
koir d'inn Hess : le corps d'un imimal. 

(1) Ca mot ptwil 4trf one eorroptlon de e^ifft-ft. 



Digitized by 



Google 



140 — 



KOI 

— Vom a on koir ^ inn dm : rhomme a 
un corps et une ^me. — Ze minb di koir : 
les membres du corps. — Li Bondiu rCa 
nou koir : Dieu n'a pas de corps , n'est 
pas corporel; il est incorporel, il est 
doue d'incorporalite. — Ona d^-z^etic 
kipr^tindet ki U-z-anch on de koir : il y a 
des heretiques qui corporifient les an- 
ges. — Koir moir : cadavre, corps mort. 

— FSVsierviss so s'koir : dire un service, 
le corps present. — Pdf koir : pauvre 
corps , pauvre diable , qui n'a ni esprit 
ni vigueur. — (Tess-t-vn drol di koir : 
c'est un drdle de corps, un plaisant 
corps , un rare corps. — Vo n'songt k'd 
plaizir d^ koir: vous ne songez qu*aux 
jouissances corporelles , qu'ai jouir cor- 
porellement. — Vo n'esU nin ckin a voss 
koir: vous n'etes pas traitre k votre 
corps , vous ne vous refusez rien. — 
N^avu ke^ di s'koir : faire bon marche 
de son corps , exposer facilement sa vie 
aux dangers. —/V (it s'koir inn hotic d'a- 
poticdr: faire de son corps une boutique 
d'apothicaire , prendre beaucoup de me- 
dicaments. — II a Vdial ^ koir; i kwtr 
card a to Vmontt : il a le diable au corps, 
c'est un mechant , un furieux , un en- 
rage. — II a Vdial ^ koir : il a le diable 
au corps , c'est un homme prodigieux , 
6tonnant. — ToumS so Vkoir dHnn sakt : 
surprendre , prendre quelqu'un la main 
dans le sac , en flagrant delit ; accabler 
quelqu'un , en faire le boucemissairc ; 
radmonester severement, le mener tam- 
bour battant. — Vo^z^rSqoula so Vkoir : 
vous en aurez I'endosse , on vous I'en- 
dossera. — Koir di ponp : corps de 
pompe , partie dans laquelle joue le pis- 
ton. — Inn drmaie sin ck6f , c'ess-Uon 
koir sin-z^m : une armee sans chef est 
un corps sans Sme. — Rilh)4 koir sin : 
canoniser, beatifier. 

Koir, s. Corps, partie de certains 
habillements depuis le cou jusqu'k la 
ceinture. — Koir di cott : corps de jupe. 

iLoirbA, s. Corbeau, gros oiseau k 

Slumage noir , carnassier et qui vit or- 
inairementde charogne.— /^«« koirld: 
corbillat, petit du corbeau. — Oik brair 
U koirhd: entendre croasser les cor- 
beaux , le croassement des corbeaux.— - 
I^ koirbd/et lei^ nid so lepu M-z^b : les 
corbeaux nichent sur les arbres les plus 
eleves. — D^cind avou n'penn di koirbd : 
dessiner avec une plume de corbeau. — 
Inn kane , ine narenn a beg di koirbd: 
une canne , un nez k bee de corbin , ou 
en bee de corbin. 
KoirbA , s. Corbeau , fer scelle dans 



KOI 



le mur pour soutenir une piece de bois. 

— Fdrh'i'On koirbd po-z-attni ci soiimi la : 
il faudra un corbeau pour assujettir 
cette poutre. 

KolrMie J s. Corbeille , espece de pa- 
nier ; ornement d'architecture et de jar- 
dinage. — Koirb^ie difleiir, difru : cor- 
beille de fleurs , de fruits. — Koirb^ie di 
jdrdin : corbeille de jardin. — Koirbeie 
di pdsi^gt : corbillon , petite corbeille de 
pStissier. — Koirbeie di batem : layette , 
linges , langes , maillot et tout ce qui 
est destine pour un enfant nouveau-ne. 

— Koirbeie di marieck : trousseau , cor- 
beille de mariage, parures et bijoux que 
Tepoux futur envoie dans une corbeille 
a la personne qu'il doit epouser. 

ILolrbleii h Molrblon, s. Corbillon, 
petite corbeille. — Koirbion d'pdstegt : 
corbillon de p^tissier.— (7a«^wt» d' koir- 
bion fai trovi Vpan bon : changement de 
corbillon fait trouver le pain bon, il y a 
du plaisir dans le changement. 

iLoirdfti, s. Cordeau, petite corde 
dont se servent les ingenieurs , les jar- 
diniers , etc.; cordon. — De drdf Urate 
d koirdai : des allees tirees au cordeau. 

— Koirdai d*inn bo^s : cordons, tirants 
d'une bourse. — Koirdai d'pasmintt : 
cS-ble, gros cordon pour attacher les 
tableaux et relever les tentures. ■— Piti 
koirdai: cordonnet. 

Koirdal-d'cheptI , s. Simbleau , cor- 
deau de charpentier pour tracer de 
grandes circonferences. 

■Loirdai-d'ironpeU , s. Bandereau , 
cordeau pour porter une trompette en 
bandouliere. 

■Loirdai J s. Cordelette , petite corde. 

— CoiU di batai avou d^ koirdai d bou : 
gros c^ble garni de cbrdelettes par le 
bout. 

iLolrdc^eh, s. Cordage, mani^re de 
mesurer le bois de chaufi^age. — Li 
koirdeg ni vd rin , onr^-afrawtinS: le cor- 
dage est faux , on a fraude. 

MolrMal e iLwar^mal, s. Careme- 
prenant , mardi-gras. — Avu on vizeg di 
koirmai: avoir un visage de careme- 
prenant. 

Moim^ , V. Corner, sonner d'un cor- 
net ou d'une come ; parler dans'un cor- 
net pourse faire entendre d'un sourd. — 
Li Merit a koirne to-M matin : le vaclier 
a come de tr^s-bon matin. Voy. Tiktie. 

Koirne, ale, adj. Encorne, qui a des 
cornes. — Vola on bad k'e crdnnmin 
koirnd: Yoilk un belier fortement en- 
corn^. — Voss vack e joUiemin koimaie : 
votre vache est joliment encornee. 



Digitized by 



Google 



— Uf — 



KOI 



KOI 



&, V. (Jikoimaie). Lorgner , re- 
garder du coin de TcBil. Voy. iLoinieit. 
Koin^ , T. Detonner, sortir dn ton, 
faire un« fausse note en chantant. — 
To "ihantan s'paskHef ilaonj^ koim^ : 
en chantant ses couplets liegeois , il a 
on pea detonne. , 

I, a. Action de corner. Voy. 



umirmtutj s. Corneille, oisean noir 
eomme le corbeau, mais de moindre 
grosseur ; grolle , freux , corneille em- 
mantelee, qui a une partie du corps 
noire et le reste gristtre. — JSnn hoir- 
wHe : comiUas. — Volaie di koirnHe ; 
buide de corneiHes. — Kvoan VkoimHe 
hrai, c'^ senn di plaif: le cri de la cor- 
neille annonce de la pluie. 

K^inteMi j s. Comesse , commune du 
canton de Spa, 2i 5 kil. de Verviers. 
Pop. 1200 habitants. Sup. 584 hect. 

K*iraei, s. ^teignoir, sorte d*enton- 
noir pour eteindre une chandelle. — 
(h koimei cTt/fl viem^ie : un ^teignoir de 
tSle Teml8s6e. 

K^irset, 8. Comet, petit cor , petite 
trompe; huchet. — Koirnet d*vachlt: 
comet de vacher. — Koirnet d'soitrdd: 
comet acoustique , petit instmment en 
forme d*entonnoir ou de cor dont un 
soord met le petit bout dans son oreille 
pour entendre plus facilement. — Koir- 
net d^mdttein : ^tho^cope. 

K^iTBet, 8. Comet, petit vase de cuir 
pour agiter les des a certains jeux. 
— J trik-rrah , on-z-a chakeunn si koir- 
net po tap/ U di: au tric-trac, on a 
duioin son cornet pour jeter les d&. 

K^iraieCyS. Comet, esptee d'oublie 

3ai a la forme d'un comet. — Magnt 
iloimet: manger des cornets. 

&«inMU, 8. Coin de I'oeil. — Zoult 
po le loimett: guigner, jouer de la pru- 
ndle, regarder en coulisses, faire les 
ycux doux; rcduquer, lorgner, avoir des 
vues sur quelque chose', regarder en 
tapinois. 

K«irMell,elkMOUress, S. Comeur, 
q;ui come. — Av oi'ou Vhoimei^f Avez- 
Tous entendu le comeur ? 

K*iralr, 8. Comifere, canal de tuiles 
oa de plomb k la jointure des deux 
pentes d'un toit. — Rimett d^ pann a 
t^fttftmlr: remettre des tuiles k une 
comiire. 

Kttlnioa, •w, adj. Comu, qui a des 
cofrnes; qui a plusieurs angles , qui est 
liiseomu. — Oi koirnou pan: un pain 
eonux. — Koimowprairiie: prairie an- 
gdeote. 



wLMrm^ (01), T. (Ji m'koireaie). Se 
serrer la taille avec un corset. — Zi 
fewm siracoHreihet VvHe d e^koirs/: lea 
femmes se ruinent la sante, abregent 
lenr existence en se serrant la taille. 

Kotraeeh h Kdr^eeh , s. Corsage, 
taille du corps humain depxiis lea 
epaules jusqu'aux hanches. — Li hai 
hoirseg d*inn feum: le beau corsage 
d'une femme. — Li hoirseg d'inn r&b : 
le corsage d'une robe. 

iL^iniecii, s. Manie de se serrer avec 
un corset. — Li hoirseg d'aste^ n^ess nin 
on picht? L'usage modeme du corset, 
n'est-ce pas une offense k Tauteur do 
la nature? 

iL*iniet, s. Corselet, partie du corps 
des insectes, entre la t^te et le ventre. 

— Zi koirset d'inn dbalow, dHnn wass, 
dHnngrhess : le corselet d'un hanneton, 
d'une guSpe, d'une ecrevisse. 

KolrreM, S. Trifle. Voy. TrlnhleHii. 

KoiM, 8. Cdte, OS courbe et plat qui 
s'etend depuis Tepine dn dos jusqu'^ 
la poitrine. — Li Bondin afai Ev dUnn 
koiss d'Adan : Dieu forma five d'une 
cdte d'Adam. — Ti jvd i si maik h*on li 
contreH s^ koiss : ton cheval est si 
maigre qu'on lui compterait les cdtes. 

— Magnt dd koiss di powrsai : manger 
des cdtes de cochon. — Zi ckdr di koiss : 
les chairs costales. — Zi gnair di koiss : 
nerfs costaux. — Onair aintt le koiss : 
nerfs intercostaux. — Si frokt n'koiss : 
se froisser une cdte. — Voeial li boket 
d*al tinr koiss : voici Tentre-cdte ; le 
chien-dent, la partie la plus difficile 
d'un ouvrage. 

KoiM , s. Cdte qui est au milieu des 
feuilles de certaines plantes, carde, 
grosse nervure du milieu. — Koiss di 
milon , di jott, di lonbardai : carde de 
melon, de chou, de poiree. 

Kolas, s. Cdtes, saillies qui diviscnt 
la surface d'un ddme et autres objets 
analogues. — Koiss di ddm: cdtes d'un 
ddme. 

KoUifl, 8. Cdte. Voy. ^-koifls. 

KoiUyS. Corde,tortis faitde chanvre, 
de laine , de crin , etc. ; cftble , trfes- 
grosse corde pour ^ever des fardeaux ; 
grelin, corde moins grosse que le c&ble. 

— Koitt i tre^ dob : corde k trois cor- 
dons. — Koitt di necal : cordelle , ci- 
bleau ou cUblet, petit cftble pour amar- 
rer , corde de moyenne grosseur pour 
le haJage des petits bateaux. — Zi 
koitt d'on batai: amarre, cordage d'un 
bateau, d'un vaisseau ; aussi^re, cftble, 
funin, fllin. — Koitt di bo9ai : corde d« 

TOMS n. i8 



Digitized by 



Google 



— 142 



ROL 



ROL 



boyau , k boyau. — Koitt di violon , di 
bass, di harp : corde de violon, de basse, 
de harpe. — F/ del koitt ; toircht plu- 
tie^r koitt iconl : filer , corder , c&bler, 
tordre une corde , ou plusieurs cordes 
ensemble. — Li^ avou n'koitt : attacher, 
aerrer avee une corde,— Pintt a n* koitt: 
pendre k une corde. — Pintt de dra a 
ii*koitt : etendre du linge sur une corde. 
— Koitt di puss : corde k puits. — Sol^ 
tTkoitt : soufier de corde. — Hdl di koitt : 
echelle de cordes. — Koitt po pintt: 
hart. — Si mett li koitt i katrai : se 
mettre la corde au cou , ^tre soi-m^me 
la cause de sa mine , de sa perte. — / 
«|/^ nin toucki ciss koitt la : il ne faut 

5 as toucher cette corde. — Ni d'viz^nin 
'koitt ^ Vmokonn d*onpindou : 11 ne faut 
pas parler de corde dans la maison d'un 
pendu. — De gin Von mhitS V koitt: 
gens qui out merite la corde, la hart ; 
gens de sac et de corde ; filous, Yoleurs, 
scelerats. — Aw del koitt di pindou i 
s'pock : avoir de la corde de pendu dans 
sa poche, etre heureux au jeu ou dans 
des entreprises hasardeuses. — Sicht 
a rminm koitt : tirer sur la m^me corde, 
s'entendre , agir de concert. — Dansif 
so Vkoitt : danser sur la corde. — Dan- 
<ei^d'koitt: danseur de corde, fiinam- 
bule. 

Koiu. s. Corde, certaine quantity 
debois a briiler, qui est aujourd^hui 
remplacee par le st^re ou metre cube. 
— I/aUv dh koitt po n^v6ie di hoi : il f al- 
lait deux cordes pour une voie de bois. 

ii*i , s. CoUe, mati^re gluante et te- 
nace dont on se sert pour joindre deux 
choses ensemble. — Kol di/arenn, d'a- 
midon, di pikon: coUe de farine, d'a- 
midon , de poisson. — Fontt del kol : 
fondre de la colle. — Kol di tdvlai : mar 
roufle. 

WLmim , s. Nicolas , nom d'homme. 

iL*iAi iLoiA, int. NigaudI NiaisI 

K^iAHoH, s. Collation, repas leger 
entre le diner et le souper. — On n^sop 
nin i cwarem , on n'fai kHnn koldcion : on 
ne soupe pas en carSme , on ne fait que 
collation. — F/ koldcion avou nHdtt di 
makaie: faire collation avec une tartine 
de fromage k la pie. 

KolAetoH^, v. (Ji koldcionn hji kol^ 
donaie). CoUationner , faire le repas 
qu'on appelle collation. — No'p-avan ko- 
ldcion^ ptitemin : nous avons collationne 
legftrement. 

ii*iAei«B^ , v. CoUationner, conferer 
ou comparer un 6crit avec Toriginal. — 
KoUcioni n'copHe d'apri U rdgiss: col- 



lationner une copie d*apris les regis- 
tres. 

KolAeloHe«li h KelAelonnmln, S. Col- 
lation , comparaison d*une copie avee 
Toriginal pour juger de leur conformite. 

— On fiiel koldcioneck : une collation 
fidMe , exacte , soigneuse. 

KolAcloneH, eilM OUress, S. Celui 
qui collationne , qui fait la collation. — 
Vola d^ tdte h di kack aprestaie po U ko^ 
Idcione^ : voilk des tartines et des pom- 
mes tapees pour ceux qui collationnent. 

iLoiAeioneft , s. Celui qui collationne 
une copie. — Fdret pu d'on kol&cione^po 
tote ce copHe la : il faudra plus d'une 
personne pour CoUationner toutes ces 
copies. 

Kolan, aatt, adj. CoUant , qui colle. 

— Pantalon kolan : pantalon coUant , 
adherent, qui dessine les formes. — 
Di kolanU manck : des manches col- 
lantes. 

KoiMHi, s. Nom d'homme. Yoy . K*ia. 

■LttiAM, s. Dadais, nicodeme, pleu- 
tre. — Si om ess-t-on fir kolass : son 
mari est un fier dadais. 

Koi6, V. {Ji kol, no kolan). CoUer, 
joindre avec de la coUe ; se tenir cons- 
tamment aupr^s d*une meme chose; 
maroufler , coUer la toUe d*un tableau 
sur une autre toUe, sur un panneau, etc. , 
pour la renforcer. — KoU n*foU d'ar^ 
cajou so di heiol : coUer une feuiUe d'a- 
cajou sur du bouleau. — Si fni koU 
contt li me^ : se tenir centre le mur. — 
KoUn'hiie d bilidr: coUer une bille au 
biUard , ]a pousser centre la bande de 
mani^re qu eUe y soit immobile. — EH 
a I'dm kotaie i coir : eUe a Vkme che- 
viUee dans le corps. 

KoU, y. CoUer, enduire, impreg^er 
de coUe. — Koy di vin : coUer du vin , 
y mettre de la coUe de j)oisson ou tout 
autre ingredient pour Teclaircir. — Kol/ 
n*ckatnn di dra : d^tremper de coUe la 
laine pour la rendre glissante en tra- 
mant. 

KeM , y. Couler, passer un liquide k 
trayers du Unee , du sable, etc. — Kol/ 
di licai: comer du lait, le passer k 
trayers le linge d'un couloir. — Kol/ 
n'likeUr : decanter une Uqueur. 

Koi^iMii , s. Barreaux de fer aux croi* 
sees ; griUe. — Zi kolibal d'inn prikon : 
les barreaux d'une prison. — Zi voleUr 
onfSrci n'koHbal: les yoleurs ont force 
un barreau. 

■Loi^M, y. (Ji kolebaie). Tenir et 
fteyer des pigeons. — Zi napai lai sovin 
la s'iovreck po koUhi: le yauhen quitte 



Digitized by 



Google 



— 1*3 



KOL 



KOL 



souvcnt son ouvrage pour s'occuper de 
ses pigeons. 

Koi^fteeii , s. Maniere de tenir et d*e- 
lever des pigeons. -- Mifipiett trop di 
tin a 8*koUheeh : mon fils perd trop de 
temps k soigner ses pigeons. 

Koi^bed, 8. Amateur, eleveur de pi- 
geons. — Acifiblaie di koUbeii : reunion 
d'amateurs de pigeons. — J6nn kol^be^t 
tt bribei^ : la manie des pigeons devient 
one passion ruineuse. 

Koi^blr, 8. Pigeonnier, colombier. 

— Pitiie kolibtr: fuie, petit colombier. 

— Li kapd d'inn hoUMr : le filet du co- 
lombier. 

Koi^br^ie, s. Tons les pigeons d*un 
colombier. — CV lu k'a Vpu hel kole- 
hrhe depaX : c'est lui qui a le plus beau, 
le plus nombreux colombier du pays. — 
Kel koUbrHe di fvmrHe ! Quel groupe 
de personnes du sexe. 

&oi«ch J s. Coulage , perte , diminu- 
tion des liqueurs qui s'6coulent des 
tonneaux. — Zi holeg d'inn pUs di vin : 
le coulage d'une piece de vin. 

Koiedi, 8. Colature, filtration, sepa- 
ration d*une liqueur d'avec ce qu*elle 
contient de plus grossier ; decantation. 
— Avon Vkoleg , li Ucai dvin bai-z-^ clh : 
la filtration rend le lait plus clair et 
plus beau. 

Kol^eh e WLmUm^ s. College, 6tablis- 
sement ou Ton enseigne les lettres , les 
Bcienecs, les langues, etc. ; athenee. — 
Mi A va-Ud koUeh : mon fils etudie au 
college, k Tathenec. — U scolt dd ho- 
WpA : les coUegiens , les el^ves du col- 
lie, de Tathenee royal. — Vdrletd'ko- 
lech : cuistre ; bomme pedant et gros- 
sier. — Zi ti koUg di Ztch esteil m^tou d 
cocin di CreHht : Tancien college de 
Liege etait etabli au ci-devant convent 
des Croisiers. 

K«i^ctAi , s. CoUegiale , chapitre de 
chanoines sans siege episcopal ; ecole 
d'humanites qui y etait attachee. — 
OnatH kwatt koUgidl a Ztch : il y avait 
quatre collegiales k Liege. 

Koi^le, s. Nicolas. — KolHei MaXon: 
Nicolas et Marianne, c'est-ii-dire Te- 
POQx et Fepouse, Tamant et la ma!- 
twsse ; Robin et Marion. 

Roi^r, s. Colore, violente emotion 
de Time offensee ; emportement ; ire ; 
nM%nation ; furic , fureur. — Zi koler 
^an p4r : le courroux d'un perc. — Si 
«rt/ ^ kolir so n^saht : se mettre , en- 
trer en colore contre quelqu'un. — 
fftfm^ d'hol^ : fremir de colore. — Si 
^Mdinnn'aregiiehoUr: Stre enfiam- 



me de colore , llcher les cataractes. — 
Is'tnett vitt d holhx il est col^rique, 
endin k la colore ; il est irascible. — 
FS melt i hoUr : allumer la colere de 
quelqu'un; outrer quelqu*un, Temou- 
voir, Texciter , Tirriter , rexasp6rer. — 
Ni no't^tiran nin VhoUr di Bondiu: 
n*attirons pas sur nous la colore de 
Dieu, la colere du Ciel, la colire celeste. 

— KoUr cachHe : colore concentree, 
dissimulee. — H este^-t-e hol^ hwan il 
a HnS soula : il a signe cela ab irato. — 
Ona nol holer pu/ame^s hi Vciss d'inn 
feum : il n'est point de colore au-dessus 
de la colore de la femme. — Agtr divin 
VhoUr^ cV s'iharki d^vin on iinptss : agir 
dans la colore c*est s'embarquer pen- 
dant la templte. 

Koi^rem, eftM, adj. Colore, qui est 
enclin k la colere ; colerique. — Sipdrgnt 
cisS't-om la , il i tro holerel^ : menagez 
cet homme , il est d'un temperament 
trop col6rique. — IVZ feum! com ell i 
holireiiss! Quelle femme I comme elle 
est colore I 

K^ieli, s. Couloir, 6cuelle dont le 
fond est un linge pour passer le lait. — 
Kwan on^g^moudourvach o% Vgatt, on 
pass li ligai i hoMk : quand on a trait 
la vache ou la ch^vre, on passe le lait 
au couloir. — Li hoMi, d'on stoirde^: la 
couloiie d'un pressoir. — Zi hoM^ d'inm 
apotihdr: la couloire d'un pharmacien. 

i£*ie* 9 s. Colleur, celui qui coUe. — 
On holeU hi si bin s'mcsH: un colleur 
qui connatt bien son ^t. 

■LoieAr , 8. CouleuT , impression que 
fait sur I'oeil la lumi^re refl^chie par 
les surfaces. — KoM^ cUr : couleur 
claire. — Kole^ tro cUr: couleur trop 
claire, trop voyante, trop eclatante. — • 
KoMr hi he^ : couleur changeante, 
fuyante, qui se deteint, qui se de- 
charge , qui se fane , qui se temit. — 
Kole^ di vin : couleur vineuse. — Ko* 
le^ al distrinp : badigeonnage. — Fi- 
uch h'a di hole^ : un beau visage, teint 
frais et vermeil, beau coloris. — • Ell a 
n*laiit hole^, ell i jenn com inn peUr di 
hoin : elle a une mauvaise couleur, elle 
a une couleur p&le , bllme , livide , oil- 
vitre. — Zi holeitr li montt d viuch: 
la couleur lui monte au visage. — • Wat^ 
gni di hOleUr : s'enluminer le visage, 
rougir; chatoyer, changer de couleur 
selon les differents aspects. — Drapd 
d*treit holei^ : drapeau tricolore. — 
TUlipd d*ireil hoM^ : tulipe tricolore. 

— Dipth d'inn hel hoMr: des p^hes 
d'un beau coloris. — Soula n'a h'itm 



Digitized by 



Google 



— 444 — 



KOL 



KOL 



eoleUr : oelt est monochroma, n'a qu^one 
couleur. — Soula n'a not kolei^: cela 
est incolore. — Mett i koleiir : mettre 
en couleur, eolorier, enluminer. — Mett 
U kole^r so n'ouh : appliquer , coucher, 
asseoir^ poser les couleurs aur une 
porte. — FSpieU li kokHr: decolorer, 
faire disparaitre la couleur. — MarcbAn 
d'paptdkolei^: donunotier » marchand 
de dominoterie. — Maht d^ koleitr ^onl : 
nuer, assortir des couleurs. — £!oMr 
hi va bin av(m i»n 6tt: couleur assortis- 
sante k une autre; couleur amie. — 
Vair magn U koleUr : Fair mange les 
couleurs. ~ D^ cwdrjeik d'tote U hole^ : 
des cartes de toute couleur. — Inm 
lonk cole^r d hwdrje^ : un flux de cartes 
de meme couleur. — Dh^^Kai i'iMu 
matnm koleUr : des oiseaux de la m^me 
couleur; des hommes appartenant au 
mSme parti, des hommes qui ne valent 
pas mieux Tun que Tautre. — Vo df>ud 
a* soula com inn opeHl di koMr: tous 
parlez , vous juffez de cek comme un 
aveugle des comeurs. 

K^^TrcMD^ 8. Coulevrine, piJce d'ar- 
tillerie plus lon^nie que les canons or- 
dinaires. — Mohonn ICess-t-al poirtaie 
d^ loUvrenni maison k la portee des 
coulcTrines. 

K*!!) 8. Colis, caisse ou balle de 
marcliandise ; ballot. — Qi^a co traU 
holt JU s(m-t'h>6Xe po VdQrin kowm : 
on a expedie un nombre considerable 
de colis par le dernier convoi. 

K^iibeit, s. Quolibetf mauTaise plai- 
santerie , baliveme, sottise. — / «W 
dtr hi di kolibett: c*est un diseur de 
quolibets, de sornettes. 

Kttllkrl, s. Colibri. Voj. •fthal-aMli. 

KAiMdr, 8. Corridor^ esp^ de gale- 
rie etroite qui sert de passage. — Z'in- 
traie di m*chanb d so VkolidSr : I'entree 
de ma chambre est sur le corridor. 

Koii^ y s. Collier, rangee de perles ou 
d*autres choses de mime nature que 
les femmes portent au oou. — On koUS 
d'fdpiel'. un collier de perles fausses, 
de perles contrefaites. 

iLailri s. Couloir, passage de d%a- 
gement d'un appartement a un autre; 
culiere, pierre plate creusee pour race- 
voir les eaux d'lm tuyau de descente 
et les conduire dans le ruisseau; evier, 
espece de rigole pour Pecoulement des 
eaux d'une pompe. — Li holtr i stopaie : 
le couloir est boucli^. — Rinett n'kolir; 
nettoyer, degorger une culiere. 

K*iiliiBton, & Collusion, intelligence 
secrete dans les affieures pour trompw 



un tiers. — Soula e fax pat ioUUumi 
cela est fait par collusion , cela est col- 
lusoire , cela est fait collusoirement. — 
F4 n^hoUiaion', colluder, s^entendre avec 
sa partie adverse au pr^'udice d'un 
tiers. 

■(.•iBiUi^s. £nfiltement,couyerture 
sur le faite d'un toit. ^Kolmin d'plonk, 
di pann: enfaitement de plomb, de 
tuiles. 

Koton, s. Pigeon, colombe, oiseau 
de Venus. — On mdU kolon, inn/rumel 
kolon: pigeon mile, pigeon femelle. — 
Jdnnkol^i pigeonneau , jeune pigeon 
qui commence k avoir des plumes* — 
Stron d'kolon: flentede pi^:eon, colom- 
bine. — Xolon hdrhei: pigeon barbu, 
pigeon cravatte. — Volaie di kolon: 
volee de pigeon. —Kop di kolon apairi : 
paire ou couple de pigeons. — Kop di 
kolon po ntagnti couple de pigeons. — 
Tape di kolon : Itcher des pigeons. — 
Tini di kolon : nourrir , Clever des pi^ 
geons. —F^di kolon : apprivoiser oes 
pigeons. — Kolon wonsd ou mansd : 
pigeon ramier, gros pigeon sauvage 
qui niche sur les arbres ; palombe, 
ramier des Pyrenees. — jSnn kolon 
monsi : ramereau. 

KotoaAti^ s* Colonnade , suite de co- 
lonnes rangees sym^triquement. — Li 
kolondtt del KomidHe : la colonnade de 
la salle de spectacle. 

lioiMUbecii y s. Colombage , rang de 
solives posees k plomb dans une doi- 
son de charpente, etc. 

K^toH^tef s. Colonic, nombre de 
personnes des deux sexes envoy^es 
d*un pays dans un autre pour Thabiter. 
— Li kolondie /rancess , kolandess: les 
colonies frangaises , hoUandaises. — 
Kologn esteH-t-inn koUmHe romatnm i 
Cologne etait une colonic romaine. — 
FArmd n^koloneie : coloniser , former , 
etablir une colonic, proceder k une co- 
lonisation. 

ii*i«mIaMi 9 &• Colon, qui habite une 
colonic. — Gna di rick i^ioniain: il y a 
de riches colons. 

KoicniAi, adj. Colonial, qui est re- 
latif aux colonies , qui vient des colo- 
nies. — - RSglemin kolonidl : r%lement 
colonial. ^ Marckandiie kolonial: mar- 
ch andises coloniales. 
, ■(.•■•nil , s. Colonne , division d^une 
armee en lignes qui ont beaucoup de 
profondeur. —Likolonn d'atak: la co- 
lonne d*attaque. — Ess al tiess del pru'- 
mt kolonn : 8tre a la tSte de la premi^ 
colonne. 



Digitized by 



Google 



^UA^ 



WL 



KOH 



J 8. Gdaime, portion de^ 
djTJseede baut en bas. — Z^ |i4^ itVi , 
iM-<-a ^rfl^ lalonn: les pages de scm 
lirre sont a trois coloimes. 

K«iMUi9 6. Colonne, sorte de danse. 
— Divin ioU hal,on danss It lolmm : 
dans teas lea bals« on daase la colonne. 

K«i*rA, 8. Cholera^morbus (ou sim- 
pkment cbolera) , maladie ^aracterisee 
par des Tomissemeaits et des d^jectiona 
de bile dooloureuses et frequences; 
tcoussO'^^alant. — Li kolord a fai di 
ravach Sdst to cosUi le cbolera a frit 
des ravages presque partout. 

m»iimr€y T. {Ji koloraie). Enlumineri 
eolorier, appliauer des couleurs eonve- 
nables. — Kotord it-Mm^h^ di ao4r- 

fl: eolozniner des images, des cartes 
jouer. 

K«torc«ii, 8. Bnluminore, art d'en- 
Igminer; action d^enluminer, de eolo- 
rier. — SindaM'ininpatidou, ci n*i V^n 
kdtfreeh: cela n'est pas peint, ee n'est 
qa*iine enbuoinure. 

WLmUw€iitf 8. Collarette, petit ooUet 
de batiste, de gaze, etc. , doot les 
femmes se couvrent la gorge et les 
qMwlas ; goi^erette, fraise. <— Eih^imd 
toti koloreitf ca Hi mdcHe : layez ¥otre 
coU^vtte, car elle est sale. 

KAi#reA , s. Bnlumineor , celui qui 
hit metier d*^ihuniner. — KokreH 
d'imdch , d*49tan$ : enlumineur d*i- 
mages, d'estampes. 

MjtHmrtmmj s. Coloriste, peintre qui 
entend bien le colons; celui qui colorie 
des eatampes , des gravures. — C'eu-P- 
tmc di fruwU koloriss: 11 est an rang des 
premiers coloristea. 

iL«i«M, 8. Colosse, bomue de trte- 
grande taiUe , d'une taiUe oolossale. — 

loss: c*est un bomme extra<»dinaire , 
on Trai colosse. 

iL#tow, 8. Couleuvre , reptile du 
genre des serpents. —Jdnn kolow : cou- 
jenrreau. — Zi kolow ni son nin vil' 
mHss : les oouleuvres ne sont pas ye- 
nimfflises. 

K^tow^ 8. Serpent, instrument k 
rent dans la nmsique d*eglise. — Jowd 
VhilUm alporcMon: jouer du serpent k 
la processioiL 

K*i«w, s.Serpntin, teuyau en spirale 
de ralambic. ^ Dipeket k'a foci I Vko- 
km : geni^yre oonpe au serpentin. 

aL«i»«if4^ v.(Ji kolpoiif). Colporter, 
porter des marcbandisespltr les rues et 
^ les campagnes. — WoMffni s'vHe a 
hlfoirUdi tm: gagner sa Tie iool- 



portM doB toilas. -^ rolpairtddi/t ttu: 
colporter de fauases nouYeUea. 

■^•i p a irt e gi i » 8. Colportage, action 
de colporter, profeamon du colporteur^ 
— No fan d*vin Vholpoirteck: notre etat 
est le cidportage. 

n.ai » »t rtc a , s. Colporteur, petit meiv 
cier qui porte de cdte et d*autre pour 
Tendre. — Fd Vmeitt d^kolpoi/rM : frire 
le co^rtaffe i eolporter. 

umm , ady. et oonj. Comme, de ns&ue 
que, ainsi que. — Freti, kom delgUui 
iroid comma glace. '**- Louki Mmla kom 
inn r6ie raba&w: rega^ez cela comme 
une cbose non ayenue. — Kimin v'vo' 
Mf Kom gonial comment tous portex^ 
Yous? Comme cela, ni bien, ui mal,— 
Hi kom iouU^ In: il est comme ccja, 
lui» c'est son caract^re, aa manie , sou 
usage. — Ji so kom inn moitt : je suis 
eomme morte. — Ji v-Vdrdonn, kom Bor^ 
ffnimaisi: je yous Tordonne, comme 
Bourgmestre , en ma q^ualite de Bouijgi- 
niestre. -^ J's sim vH m*m&, kom di 
ju$0: j*ai ite Toir ma mere, comme il 
eat juste, -^Avou inn om komln,jin'so 
nin inn om kom mi: ayec uu bomme 
eomme lui, je ne suis pas un bomme 
comme moi. -^Onf/dtU kom on $'mm 
coHkt: comme on fait son lit on se oq«- 
cbe. — JTom vo m'iraHi! Comme yous 
me traitcE ! >- Kom ji n'wm nin mikd 
meu, ji m*l va: comme je ne yeux pas 
manquer it la messe , yj vaia. 

K«BM^ 8. Virgule, signe de ponetua- 
tion (,). — MiUHn U koma i li tikst: 
ponetuez bien , observez bien k ponc- 
tuation. — On iik^t h on koma: polet et 
yirgule. *- Dob koma : guillemets^ 

BL«Buitraar, adj. Commer^lde , fqui 
peut ^tre commerce avec facility. — On 
Ulet, inn ^et komaind/: billet, effet 
^ommer^able , nigoeiable. -* KmUmt 
koTnairsd/: quittance , obligation com- 
mei^ble. 

K«w«irMm^ anu^a. et adj, CoaaiEker- 
^ant, oeluj qui trafique, qui oomukeroe 
ea gros. — Rich komairsan: ricbe com- 
mer^at. — Bow komairmnU ; nie com- 
mergante. 

iL«fli»irM, y. {Ji komairsi i ji io- 
mairsaie), Commereer, faire commerce; 
negoder, trafiquer. — Cisi nicion la 
komainaie won to UpoXd^ mmtt : oette 
nation eommeree ayec tous Im peuples 
de la tense. 

■L^MAirM f 8. Commeree , tra&, ne- 
goce de marcbandises ou d*argent, aoit 
en gros, soit en detail. — Kcmairu di 
spArhi ; commerce d'4pioerie. — Ko- 



Digitized by 



Google 



— 1*6 — 



£0M 



KOH 



mairss d'6nech : commerce d*aunage. — 
Efet d*homairSi : effets de commerce, 
effets commerciaux. — Rdgl^in d^ko^ 
mairss : reglement de commerce , sta- 
tute commereiaux. — Cfhanb , k6tt , tri- 
Imndl di komairss : chambre , code , tri- 
bimal de commerce. — Li pdU/airt-ale 
Vkomairss, li gair e Vfai lanwi : la paix 
fait fleurir le commerce , la guerre le 
faitlanguir. — Li komairss , cV Vri- 
chess d'on pai': le commerce est la ri- 
chesse d'un pays. 

iL«mMi, s. Command, celui que Tac- 
qu^reur s'est reserve de nommer , et 
pour lequel il declare avoir acquis. — 
F^ s'd^klardcion d*koman: faire sa decla- 
ration de command. 

iL«fliMkiaB, s. Commandant, celui 
qui commande des troupes ; ethnaraue. 
•—Si an tinji di trow), aUss pdrU d 
komandan : si Ton vient causer du 
desordre , allez parler au comman- 
dant. 

iL^MiM^ie, 8. Com6die, oeuvredrar 
matique, pi^ce de the&tre, spectacle; 
6difice oil Ton joue la com6die ; feinte. 

— KomidHe e tre^trt-ak : comedie en 
trois actes. — JowiVkommie: jouer la 
comedie , representer une comedie ; 
feindre des sentiments qu'on n'a pas ; 
dissimuler. — AUv o^U al komidiie? 
ADez-vous au spectacle aujourd*hui ? 

— Ifai de pi^ss di komidMe : c'est un 
dramatiste , un artiste dramatique. — 
Afai d'komedHe , Moliere i Vpasroitdi to 
U-z^teilr : la com6die a ete portee par 
Moliere k la plus grande perfection 
connue. 

KemMlatai, atan, s. Com^en, qui 
joue la com6die; hypocrite. — Mdva 
kom/diain : cabotin , mauvais come- 
dien. 

ii.«Biett, 8. Comete, corps lumineux 
qui paratt extraordinairement dans le 
ciel, qui se meut autour du soleil et qui 
semble avoir une queue. — Cow del 
komeit : chevelure , barbe ou queue de 
la comfete. — Nawai del komeit : noyau 
de la comete. — Vin del komett : vin de 
la comete. — Inn komett , vo dtri Voi^te 
di Bondiu ki vin loukt sou k'no fan: une 
comete semble 6tre Tceil de Dieu qui 
vient inspecter Tunivers. — Li pe^p 
louk U komett po di senn di mdMr : le 
peuple regarde les com^tes comme des 
presages d*un evenement funeste. 

KomeU, 8. Certain jeu de cartes. — 
Jow^ al komett : jouer k la comete. 

K«iiuett, V. (Ji komett, no komitan; 
ji komitri), Commettre, faire, se rendre 



reprehensible, coupable. — Komett inn 
/ate, onpickt, on An'm : commettre une 
faute, un peche, un crime. 

iL«BieBBB , s. Commune, corps des 
habitants d*une viUe ou d'un village ; 
maison commune ou mairie. — Li 
komeunn diLtek, di Hesta, di ViliA'veki 
la commune de Liege, de Herstal, de 
ViUers-TEv^ue. — Li Borguimaiss 
dHnn komeunn : le Bourgmestre d'une 
commune. 

iL«iBeaBBiBiB, adv. Communement, 
ordinairement , vulgairement , triviale- 
ment. — On di komeunnmin ki... : on 
dit communement que... — Komeunn^ 
min pdrlan: communement parlant, k 
parler communement. 

iL«iBi, s. Commis, employe, prepose, 
secretaire. — Komi di-z-akctss : com- 
mis ou employe des accises. — Komi 
d'prumt class : commis de premiere 
classe.— JTowi-G^^; Commis-Greffier. 

— Komi d'bdrir , di douwdnn , di hank% : 
commis de barri^re, de douane, de ban- 
quier ; fesse-cahier. — Komi d'd contoir: 
conunis de Toctroi , du bureau des 
taxes communales. — Komi marckan : 
commis marchand, commis voyageur ; 
facteur. 

iL«iBifBir, s. Commissaire, commis 
pour remplir certaines fonctions. — 
Komiqair di Govemimin : Commissaire 
du Gouvemement. — Komiqair di dis-- 
trik y d'arondismin : Commissaire de 
district, d'arrondissement. — Komiqair 
di poliss : Commissaire de police, cons- 
table (en Anffleterre), barigel (en Italic). 

— Rikwer^lipless di komicair? Postu- 
lez-voiis le commissariat? ' 

iL«fliifairi4, s. Commissariat » em- 
ploi de Commissaire ; dur6e des fonc- 
tions d'un Commissaire. — / r'kwir on 
komicairid d'arondismin : il postule un 
commissariat d'arrondissement. 

iLoiBicioB, s. Commission, charge 
qu*on donne a quelcju'un de faire quel- 
que chose ; expedition. — H ess-t-^vdte 
fi n'komicion : il est all^ faire , executer 
une commission ; il est alle en commis- 
sion , il est alle s'acquitter de sa com- 
mission. — Printt del marckandOe a 
komidon: prendre de la marchandise 
en commission. — PSt on d'mOe par cin 
d*komicion: payer un demi pour cent 
de commission. — Boign komidon : 
commission bizarre, d^risoire. 

K«micion, s. Commission, reunion 
de personnes commixes pour remplir 
certaines fonctions spt'ciiles. — On-z^ 
loum^n'komicion po cj-dmind li piticion : 



Digitized by 



Google 



— 147 



SOM, 



KOM 



on a nomme une commission poor exa- 
miner les petitions. 

K«BilelOBalr h IL«nUel«BeA, S. Com- 
missionnaire, celui qui est charge d*une 
commission pour le compte d*autrui, 
d*expedier des marchandises , des far- 
deaux; expediteur ; mandataire. — Ko- 
mtcioftair di r6lech : commissionnaire 
de roolage. 

KMMiei*m^9 y. Commissionner, char- 
ger quelqa*un de faire quelque chose. 
— Si maiss Va 1umicioned*achtd di baUr 
h di cronptr : son maitre Fa commis- 
sionne d*acheter du beurre et des 
pommes de terre. 

iL«Htiei*aecii, s. Commission, pro- 
fession de celui qui fait habituellement 
des actes de commerce pour le compte 
d'autrui. — On wangn de-t-aidan ^tin 
Vhmicionech : on s'arrondit k faire la 
commission. 

iL^ai-i-iA, adj. et adv. Pertinent, con- 
yenable, congru, raisonnable; respec- 
table, — Si Svn6 kom^f^ : parler peiv 
tinemment , d*une mani^re pertinente. 
— CesS'i-inn om kom-t-fA : c'est un 
homme honorable, un homme qui con- 
yient, qui jouit d*une honnlte aisance. 
"Ha n'fewn 1um-4*fd : il a une femme 
sage, laborieuse , respectable. 

iLoBiiMUe h KiBitaiAie, s. Groupe , 
rassemblement , affluence. — K^ ko' 
mnaie di/eum hi v'lal Quelle affluence, 
quel concours de femmes que yoil^I 

K*M4di(^, s. Commodite, chose 
commode ou utile ; utilite , situation 
eommode , moyen commode. — Gna bin 
ie lomddiU dwn cits mohonn la: on 
trouye bien des commodites dans cette 
maison. — Ciss-t-om la a bin Vkomdditd: 
cet homme est aise , il a du foin dans 
868 bottes , il a les pieds chauds. 

iL«aiMlte , s. Priyes d*iuie maison ; 
fosse, cabinet, lieux d'aisances, la- 
trines , retraits. — B^tu di hmddiUi 
chausse , tujau des latrines. — It 
m-4-h6%e d homddiU : il est alle au 
cabinet d*aisances. -— I flair cial com 
avin n*kom6diU: il pue ici comme dans 
des latrines. 

iL^MdM, s. Commode , meuble carre 
i tiroirs pour serrer le linge , les har- 
dcs , etc. — 3fett an d'zeUr di marb a 
plumdtt : mettre un dessus de marbre 
a ime commode. 

Umm4U , s. Commode , aise , propre 
I... conyenable. — Di p'ti-^-drma divin 
^jfictSf e^eu-t'in sacoi d*kom6U : de pe- 
toea armoires sont tr^-commodes dans 
taeehimbre , dans une pikse, une salle. 



— Om komdtt : mari commode , qui 
ferme les yeux sur la mauyaise con- 
duite de sa femme. — Af^ Jumdtt : m^re 
commode, qui laisse trop de liberty k 
sa fille. — Soula n*i nin komdtt : cela est 
incommode, cela offire de Tincommo- 
dite. 

iL«iii4ttBiiB , ady. Commodement , 
ayec commodite, d*une maniere com- 
mode , ayec aisance. — Bss logt komdtU 
min: §tre loge commodement , i. son 
aise. — Ji n*so nin mitou homdttmin : je 
suis place incommodement. 

K.«iiiMcii , s. Tripotage , intrigue , 
conniyence. — Ji n'vou nin ess di to le^ 
komsech : je ne yeux pas donner dans 
tout leur tripotage. 

iL«BiasBMi , mnUj s. Communiant , 
qui communie. — Cfna ottan d'komn- 
gnan i nossporoch: U y a tant de com- 
muniants dans notre paroisse. 

iL«iiiacBeeii , s. Action et maniere de 
donner et de receyoir la communion. — 
A pdh , li komugnech prin baikd d'iin d 
kur^ : la communion pascale prend 
beaucoup de temps au cure. 

iL«Bia9Bt, V. {Ji komugnHe, no ho- 
mugnan). Communier, receyoir le sacre- 
ment de TEucharistie , s*approcher de 
la sainte table. — Komugni d4v6timin aX 
prumt mess : communier deyotement k 
la premiere messe. 

■LoMBfaoB, s. Communion , recep- 
tion du corns de J.-C. — AU al komu^ 
gnon : aller a la communion , aller rece- 
yoir la sainte hostie. — DindVkomugnon : 
communier quelqu*un, lui donner la 
communion. — // s'prumt komugnon : 
faire sa premiere communion. 

iLeiiium) evBB, adj. Commun, appar- 
tenant k plusieurs , a tons. — On puss 
k'i komun: puits commun. — Vdile ko- 
meunn a dei^ mokonn : chemin commun 
k deux maisons. -— Drel^ komun : droit 
commun , loi regue dans un ^tat, usage 
qui y est g^neralement etabli. — Vik^ 
so rkomun : yiyre sur le commun, c'est- 
k-dire aux depens d'une societe dont on 
ne fait point partie. 

iLoBiaB, •«■■, adj. Commun, de 
pen de yaleur ; pen estimable , d*une 
qualite moindre. — Di dra komun , del 
komeunn sitof: du drap commun , de 
Tetofife commune, d*une qualite infe- 
rieure. — Om komun : homme yuigaire, 
triyial , de peu de merite , du commun 
des martyrs. 

K«iBaBAi, adj. Communal, qui con- 
cerne la commune ou les communes. *- 
ConsOe komundl : Conseil communal , 



Digitized bv VjOOQIC 



- I4d- 



smr 



RON 



mairie, municipals. •— A^ h&mundl: 
bois cammunal , appartenant k ht eom-* 
mane. -^ WaiU komutM : prairie com- 
mnnale. 

KMuuUlt*, 8. Commanaut^y soei^td 
de ^naieurs personnel virant acms une 
mdme r^le commune. — KamundU di 
rligel^: oommunaut^ de religieux. — 
Jirdin det komunM : jardin de la com* 
munaut^. — Vik^ i rh(mundU: rivre 
oonventuellement. 

iL*Bb, 8. Comble , fafte d'un ^diflee. 
— On konb di ehirpintt : un eoimble de 
chupente. — - li batimin a st% dniolou di 
fm^Uanlumh: le bfttiment a M ddmoli 
de lond en comble. 

KoBba, s. Combat, action de com- 
battre i d*attaquer ou de se d^endre ; 
lutte, choc, engagement. — AU d konb^ : 
aUer, voler an combat. —Konba so tair : 
combat sur terre. — Konba so mSr: 
combat ear mer, combat naral. — Noss 
Jlott A suitnon pluzie^ konba so mdr , 
fluaie^ Konba navdl : notre flotte a 
soutenu plusieurs bataiUee navale8. — 
Konba d'cok, di torai : combats de coqs , 
de taureaux. 

M«Bbauui, 8. Combattant, eoldat h 
rarm6e; luttcur, —Inn drmaie di kd- 
twass miie honbatan : une armee de qua*' 
torze mille combattants. 

iL«mbatt, Y. {Ji konbatt, no konbaian). 
Combattre, altaquer son ennemi; en 
soutenir ou en repousser fattaque. — 
Konbait eor^eUmin : combattre, lutter 
courageusement, vaillamment. — Kon^ 
hut li-p^pignon di-t^i : combattre lea 
opinions d'autrai. 

iL«BMi»>a*iP**,s. Comblain-au-pont, 
commune du canton de Nandrin , k 
8 i/2 Idl. d*Anthianes et 9kil. de Spri- 
mont. Popul. 1,400 habitants. Superfi- 
cie 2148 hect. 

iL«BMiM-rAir*B , s. ComUain-Fai- 
ron, commune du canton de Nandrin, 
k 25 kil. de Li^ et de Huj. Pop. 670 
hab. Sup. 1023 1^ hect. 

K«Mfiiir, 8. Concert, harmonic de 
voix et d'instruments. — Jvw^, ckanti 
ikonfoir: jouer , chanter au concert. 
^ Mindd^dam d koneair t conduire des 
dames au concert. — Fd on koneair: 
ooncerter, faire un concert. — Li kon^ 
eair di Cwarsm : les concerts de CarSme. 
'-^Qnate^ katmast muHden d koneair da 
Ztndi il y avait quatorze concertants 
au concert de Leonard. 

K«iMep, 8. Conception, perspicacite, 
fiMmlt^ de comprendre et de concevoir 
les choses. ^ Mi ^ a haied d'koneep: 



mon ills est dovti de beauooup d*intd- 
ligence. 

WL^mee^Umj 8. Conception, action 
par laquelle un enftint est con^ dans ' 
le sejn de sa m^re. — Z'imdeulaie kon- 
eepeion i^N&tr%'Dam : rimmaculfie con- 
ception de la Sainte-Vierge. 

u»mt%vU^ 8. Concerto, sjmphonie 
ex6cut6e par tout un orchestre, et dans 
laquelle un instrument joue seul de 
temps en temps avec un simple accom- 
pagnement. — Onkoneertdd^violon: ua 
concerto de riolo^. — Ha jowd divennr- 
min s'koneertd : il a joue divinement 
son concerto. 

H«Bc^Tab, ac^'. Concevable, qui se 
peut concetoir, comprendre ; intelli- 
gible. — Sonla esS't^ konehdb ? Cela 
est-il concevable? — Voss-t-ideie n'i nin 
koneMtb : Totre idee n*est pas conce- 
vable. 

K*Be^ire4r, y. (Ji koncoi, no konc^ 
van), Concevoir , comprendre. — Soula 
ess-t'dk^ie a konc^f>ei^ : cela est facile it 
concevoir. 

KMMiereii, s. Concierge, garde d*un 
edifice , d'un hdtel, d*ane prison. — li 
pksSf li logmin do koneierek : concierge- 
rie, charge, fonction, logement du con- 
cierge. 

ii«Befl, 8. Concile, assembl^e IS^ale 
de pr61ats catholiques pour d^liberer 
sur des questions de doctrine et de 
discipline. — Li koneil di Nicde a fiksd 
rfol^ d'Pdk : le concile de l^ic&e a fix6 la 
mani^re de determiner le jour de Pft- 
ques. — Koneil deumenik: concOe oecu- 
m^nique. 

K#Bf*r , V. Concevoir , devenir en- 
ceinte. — Notm-Dam a kimq^ di Sin-t-- 
Espri: la Sainte-Vierge a concu du 
Saint-Bsprit. 

K#tt^'«ctteM, 8. Fusain. Toy. chmi- 
#al-d'prleefl. 

&•■ jaB«a«t*B , 8. Condamnation y 
jugement, arr^ par lequel on est con- 
damn^ ; sentence. — Li moudreH^ a ko^t^ 
s^konddnndcion sin banti : Tassassin a 
6coute de sang-froid sa condamnation^ 
11 est rest^ impassible. 

H^aJtonar, adj. Condamnable, qui 
m6rite d'^re condamn^. — Sintimin 
konddnndfi sentiment condamnable. — 
Opignon konddnndf: opinion condam- 
nable. 

K^BdAnB^, V. Condamner, pronon- 
cer un jugement centre quelqu'un ; sen- 
tencier. — Konddnnd a moir: condam- 
ner k mort , au dernier supplice, k la 
peine capitals — Kdnddnno a r<mM^9 



Digitized by 



Google 



1*9 — 



KON 



RON 



i carkan, al mark, a est baton d^veeh: 
condamner k Tamende , au carcan, 
a la marque , au fouet. — Konddnn^ d 
fnu f ato li frai : condamner aux de- 
pens, ^tous depens. — Vola dS pro{^ 
a v'kondinnet: voilk des preuves qui 
Tous condamnent. — Vo v'konddnnS 
tofnainmi vous vous condamnez vous- 
m§me, vous vous couvrez d'un sac 
mouille. 

iLoiitfiel«ii , s. Condition , clause » 
char^ , obligation ; preliminaires d'un 
traite, d'une convention. -— D^ deM 
hndicion : de dures , d'onereuses con- 
ditions. — A kondicum hi,,, : h condi- 
tion que... , pourvu que... 

iLoMdteiam , s. Condition , etat , do- 
mestidte, profession. — Ess /on d'hon- 
ikum: Stre hors de condition. —KwM 
n'koKdicion : chercher une condition. — 
Li moir rin tote U kondicion Sgdl : la 
mort egale toutes les conditions. 

Kottdtctove, V. («/i kondicionaie). Con- 
ditionner , donner h une chose les qua- 
lites requises ; mettre des clauses , des 
restrictions ; stipuler. — Vo kondicion^ 
frw vo stof: vous conditionnez bien vos 
etoffes. — D^ Itv bin kondicion/: des 
Uttcs bienconditionnes. — D^marchan- 
dHe bin kondicionaie : des marchandises 
Men conditionnees. 

Koiuiiei^B^l, adj. Conditionnel, sou- 
mis k certaines conditions ; restrictif. 
— Noss marcki i kondidonSl : notre 
contrat est conditionnel. — Wajeiir 
hmdieiondl : gageure conditionnelle. 

&*B4tot«ii^ifliiB, adv. Conditionnel- 
lement , k certaines conditions , avec 
restriction. — J^a prom^tou coula kon- 
diciandmin: yhi promis cela condition- 
neBement. 

K«Bddr, s. Condor, oiseau du P^rou, 
le plus grand que Ton connaisse. — 
U konddr a juska 11 mett di verjeUr : le 
ccmdor a jusqu'^ huit metres d'enver- 
gure. 

iL«Bdr«, s. Condroz , partiede Tan- 
den pays de Li6ge, comprise entre la 
Meuse et TOurthe. — li b&&/r di Kon- 
^ a Vgoss di nawai d*ne^h : le beurre 
de Condroz a le goftt de noisette. 

KoBdr«st, tr, s. Habitant du Con- 
droz. 

KMidiwttt, s. Conduite, mani^re de 
▼ivre ou d'agir . — Bonn ou mdl kondwitt : 
bonne ou mauvaise conduite. — Fd-t- 
«w del kondwitt : il faut avoir de la con- 
Adte, une conduite reguli^re. — Cangt 
ikoHdwitt: changer de conduite, virer 
dBbord. 



K«BJwitt y 8. Conduite , action de 
conduire , de mener , de guider ; direc- 
tion. — Ji D'z-iretfd on pa d' kondwitt : 
j*irai vous faire un pas de conduite. 

iLo-n'r^ie, int. Encore 1 Encore une 
fois!— ITmm don, vo v'z-^ler^mariS, ko* 
n'JHel Comment done, vous aUez vous 
remarier , encore I 

KoBf^riaM , s. Conference , entretien 
de plusieurs personnes ; assemblee. — 
Konfhrinssd^avokdiQoxifeTQnae d'avocat. 

— LifameiLss konfirinss di Lontt : la fa- 
meuse conference de Londres. 

KoBfiaB, ABtt, adj. Confiant, dis- 
pose k la conflance. — • CisS't-om la «? 
nin acS konfian : cet homme n'est pas 
assez confiant.— if i^oi^r ^ tro konfiantt : 
ma soBur est trop confiante. 

KOBflaBBilii 6 KoBlldBnmia , adv. 

Confidemment, confidentiellement. — 
Ji f>'di soula konfidanmin : je vous dis 
cela confidemment. 

iL«afiBBM h kobUbIbm, s. Confiance, 
ferme esperance en quelqu'un , en quel- 
que chose ; assurance , securite , bonne 
opinion. — Akoird/ s^konfianss : mettre , 
placer, accorder sa confiance ; avoir foi. 

— Li konfianss , c'i Vdm di komerss : la 
confiance est T^me du commerce. 

KoBiM) ^ iL«Bfi, V. (Ji konficHe h ji 
konjik), Confire, faire cuire des fruits , 
des legumes , etc. , dans un sue , une 
liqueur. — Konficidi ratnngldtt dfranss : 
confire des reines-claude k Teau-de-vie. 

— Konficd de pe^ di koin , de pHott d^o- 
rinck : confire des coings , des ecorces 
d'oranges. 

K«Bfleeft , cAm , s. Confiseur, celui 
qui fait et vend des confitures , des con- 
serves , des sucreries. — Botik di kon- 
fice^ : boutiaue ou magasin de confi- 
seur. — Maaam Ronsouk e Vmiie^ kon- 
Jlcei^s ki ji k^nok : Madame Ronsuc est 
lameilleureconfiseuse queje connaisse. 

Voy. M«Blltarl. 

K.«aii<iia, iBit, s. Confident, celui k 
qui Ton confie ses plus secretes pen- 
sees ; ami intime , associe. — Ji fou 
traX pa/r mi konjldin : je fas trahi par 
mon confident. 

iL«afidiBM , s. Confidence , commu- 
nication d'un secret , depdt d'un secret. 
-— F^ di konjldinss a on cambrdtt : faire 
des confidences , dire des choses confi- 
dentielles k un ami. — JHk/ li sonla d 
konjldinas : dites-lui cela en confidence, 
confidentiellement. 

iL«Bttt, V. («/t kovfeie, no konfian\ 
Confier , commettre quelque chose k la 
fid^lite et au soin de quelqu'un ; donner 
TOME n. i9 



Digitized by 



Google 



150 — 



RON 



RON 



en garde , mettre en d£pdt. — Konfit 
di^'Oidan : confler de Targent. — Konjli 
an sikri: confier un secret. — Si konfli 
a 8^ pr6p^/oiss: se fier k ses propres 
forces.— i^onfian no d Bondiu : confions- 
nous k Dieu. 

iL«BfirBAAeioB ^Konarnieeh, s. Con- 
firmation, ce qui rend une chose ferme 
et stable ; ratification. — On ratin VKonr 
flrmdcion d'ciss granti novel la : on at- 
tend la confirmation de cette grand e 
nouvelle. — Li sakramin d'honfirmdcion : 
sacrement de confirmation , sacrement 
par lequel les Chretiens sont confirmes 
dans la grftce re^ue au baptSme. Voy. 
I<oIes-dl-MiiJal. 

iLonfirBie, Y. («/i konfirmaie). Con- 
firmer , rendre plus ferme, plus stable, 
ratifier, approuver. — Li Mtt Co^r a 
hof^rmd Ijugmin : la haute Cour a con- 
firm^ le jugement. — On v^z-a honfirmS 
eiss-t-a/ronU pandar la : on vous a con- 
firme cet insolent , on Ta soufflete (al- 
lusion a la ceremonie religieuse de la 
confirmation). 

iL«Bfiieftr, s. Confiture , fruits con- 
fits; conserve, confiture faite de sub- 
stances v^tales et de sucre ; rob. — 
Amlett al konfite^r : omelette k la confi- 
ture. — Avon d^'Z'dhriko on fat de bon^ 
konJUe^r : Tabricot fait une bonne con- 
fiture. 

IL«Bfllearr^ie h lL«Bflsr^le, s. Ma- 
gasin de confitures , de conserves , etc. 

iLoBfiiart , 8. Confiturier , qui fait et 
vend des confitures ; confiseur. — Ci 
Vprumt konfituri del vHe : c'est le pre- 
mier confiturier de la ville. 

K^nfoirtAf, adj. Confortant et con- 
fortatif, foTti&&nt.-'Amaffnikon/oirt^: 
aliment confortatif. — Voss p6ce e tro 
fidu), Afamultprind^ n'notiritew honfoir" 
Hf: votre pools est trop faible , Made- 
moiselle, prenez une nourriture forti- 
flante. 

MoBtoirUUiBiB, adv. Avec conforta- 
tion. — Noi^Uf honfoirid/min : nour- 
rissez-vous d*aliments confortatifs. 

^.•nflrUi, V. (Ji konfoiriaie). Con- 
forter, fortifier, corroborer. — 2i cMr 
di hoi^ ko^foirtaie li stoumak : la viande 
de boeuf conforte Testomac. 

K«Br«ndeek j s. Action de confondre. 

iL«ar«Btt, V. (Jikonfon, no hmfonr 
dan), Confondre, mSler, brouiller plu- 
sieurs choses ensemble ; troubler, rendre 
confus, couvrir de honte. —Fd nin kon- 
/mtt rinoein avou Vcoupdb : il ne faut pas 
confondre Tinnocent avec le coupable. 



■L^BfAriB , s. Conforme , qui a la 
m^me forme, qui est semblable. — F^- 
Hfit si Vcopiie e kor^fdrm al minutt : ve- 
rifier si la copie est conforme k la 
minute. 

K«BrdrBi^,v. (Jikonfdmtaie), Rendre 
conforme. — Si kon/drm^ al volU dd 
Bondiu : se conformer k la volonte de 
Dieu. — Konfdrman no d hi : confor- 
mons-nous aux lois. 

KoBrdrm^miB , adv. Conformement, 
d*unemani^re conforme, en conformite. 
— Fd vikd konfdrmimin a sou ki V Bondiu 
nO'Z-avdl'e: il faut vivre conformement 
k la position que la Providence nous a 
faite. 

KoBfrair^te, s. Confrerie , associa- 
tion religieuse pour des exercices pieux ; 
congregation. — Konfrair^ie d^ Sin-Sa- 
kramin : confrerie du St-Sacrement. — 
Maiss di konfrair^ie : fabricien ou fa- 
bricier ; maitres , chefs de confrerie , 
marguillier de confrerie , bitonnier de 
confrerie. — Ban dkonfrair^ie : OBuvre, 
revenu de la fabrique. 

iLoBfr^ , s. Confrere , coUegue , as- 
socie , collaborateur ; congreganiste. — 
No-z-avan rsu on novai kon/r^: nous 
avons admis un nouveau confrere. — 
FS nsakoi po d^ konfrd: avoir certains 
egards pour des confreres , k c&use de 
la conf rater nite. 

ii«Brr«Bt^, V. {Jikonfronti hji kon- 
frontaie), Confronter, mettre en pre- 
sence pour interroger; comparer, op- 
poser 1 un k Tautre. — On-z^a konftontd 
le Umon : on a confronte les temoins. 

iLoBfroBtech, s. Confrontation, ac- 
tion de confronter des personnes les 
unes aux autres; comparaison, rappro- 
chement. — Li konfronteg di timon, d^ 
z-HicuzS : la confrontation des temoins , 
des accuses. 

KoBffn, ftM, a^j. Confus; honteux , 
embarrass^. — Dimani to ko^fu: de- 
meurer tout confus. — Ji so tote konfUss 
di Vone^ ki vo m'fi : je suis toute con- 
fuse de rhonneur que vous me faites. 

Koafikmemia , adv. Confusement , 
d'une maniere confuse ; pele-mele, sans 
ordre, k la biUebaude. — De meHb mitou 
konfSLzdmin to Vonk so V6tt : des meubles 
entasses confus6ment. 

K^BrOBioB, s. Confusion, melange 
confus , embrouillement ; pudeur , 
honte, ignominie. — Qnahaicd dkonfk- 
zion divinsi'Z^idHe: il y a beaucoup de 
confusion dans ses idees. — Divni to 
rog di konfkzion : devenir tout rouge 
de honte. 



Digitized by 



Google 



— 181 — 



RON 



RON 



i£«nfftBi«m6 , y. {Ji konfazionaie), 
Hmnilier, mortifier, mystifier, confon- 
dre. — OnVa konfdtzion^ divan to Vmontt: 
on lui a fait honte en presence de tout 
le monde. 

iL«nfaBtoiiech , s. Humiliation , af- 
front. — Li konf'^tionech k*<m li a faij 
il'aveik merits: U avait merite Taffront 
qu*on lui a fait. 

iL«iicMi 5 V. Congedier , renvoyer 
quelqu'un , lui donner ordre de se re- 
tirer. — Kongidt U mdU linw, le mdva 
paiei^, li hrmf tress : congedier, econ- 
duire les medisants , les mauvais 
pay CUTS, les godailleuses. 

iLoBsr^ , s. Congres , assemblee des 
ministres de diflferentes puissances ; 
assemblee des representants d*un Etat. 

— Li minh di hongri : les membres du 
congres , les deputes au congres. — Li 
kongri d'Rasiatt , di Vienn, di Bnicel: 
le congres de Rastadt, de Vienne, de 
BruxeUes, 

KoBin, s. Lapin. Voy. Robett. 

KoiMnsAiBOB 9 s. Conjugaison, as- 
semblage des differentes terminaisons 
d'un verbe. — Aprintt si konjugaizon : 
apprendre , etudier ses conjugaisons. 

Koajafiv^, V. {Ji konjugaie h ji 
koHJuk), Conjuguer, assembler ou reci- 
ter les diflPerentes terminaisons que 
revolt un verbe. — Voss piti sS dija bin 
konjugud : votre petit saifc dej^ bien 
conjuguer. 

KoBjasveeh , s. Mani^re de conju- 
guer, conjugaison. — Li konjugueg di 
eertin vairh i mdldhUe : la conjugaison 
de certains verbes est difficile. 

Keajasiieft , s. Eleve qui conjugue. 

K4mB9 s. Cdne, pyramide ronde ; 
strobile. — Li pan d'souk , c'i di Mnn : 
les pains de sucre sont faits en cdne. 

— Gna iklip di s/lo , kwan Vtair pass i 
Idnn d'anb del leunn ; Q y a eclipse de 
soleil quand la terre passe dans le cdne 
d'ombre projete par la lune. — Soula, 
€*i Mzt on kOnn : cela, c'est un conoi'de, 
il a ^ peu pres la figure d'un cdne. 

, HLennfli^idr , s. Confiteor , pri^re 
avant la confession , ^ la messe , etc. 

— Dtr si Xonnfiteidr : dire , reciter son 
confiteor. 

KeaniviaiM, 8. Connivence, compli- 
dte par tolerance ou dissimulation du 
mal qu'on pent et doit empecher. — Ess 
a hynnivinss avou inn 6tt : conniver, 
Stre de connivence , agir de connivence 
avec un autre. 

HLeamrAr, s. Conrard, nom d*homme. 
Btrtie, s. Clapier, terrier, loge 



des lapins; garenne. — Fd n'konntriie 
ditin on grini : faire un clapier dans un 
grenier.— Gdr dikonntrOe : garennier. 

WLono^rmi e IL«BOsraiii , s. Chrono- 
granmie , inscription dans laquelle les 
lettres numerales forment la date de 
Tevenement dont 11 s'agit. — Sav bin 
fi di honograf, kamirdtt ? Savez-vous 
faire des chronogrammes, Tami? 

iL«BpB 6 iL4p« , s. Compas, instru- 
ment de bois ou de metal, k deux 
branches ou jambes et k chamiere, 
pour decrire des cerdes , prendre des 
distances, etc. — Konpa d*decineik: 
compas de dessinateur. — Konpa di 
scrint , di coiphi , di /6rgei^ : compas de 
menuisier, de cordonnier, de forgeron. 
— Konpa a vech : compas k verge. — 
Mizred konpa: compasser, mesurer au 
compas. —Avu Vkonpa i Vo^Xe: avoir 
le compas dans Toeil , mesurer presque 
aussi juste k Toeil qu'au moyen du 
compas. 

KoBpaee , V. {Ji honpass , i ji kdnpa^ 
gaie; no konpacan). Compasser, mesurer 
avec le compas. — Ap bin honpacd vo 
mize^f Avez-vous bien compasse vos 
distances ? 

M«Bpaee«li h IL«Bpa«mlB, s. Com- 
passement, action de compasser, re- 
sultat de cette action. — Li konpacech a 
stu/aijuss: le compassement a et6 fait 
exactement. 

KiiBpMieB, s. Compassion, piti^, 
commiseration , attendrissement. — 
Avu konpacion del miz^ di-z-dtt : avoir 
compassion de la mis^re d'autrui. 

KoBpacloaeft , oibis , adj. Compatis- 
sant, qui compatit , qui prend part aux 
maux d'autrui. — JitSon cd-d^o^Xe kon^ 
pacioneH : jeter un coup d'oeil compa- 
tissant. — Ell a-t-inn dm konpacioneUss : 
elle a une time compatissante. 

KoaparAf, adj. Comparable, qui se 
pent comparer, qui pent Stre mis en 
comparaison , en parall^le. — Li stoh" 
/ess n'i nin konpardfd janhon: le stoc- 
fiche n'estpas comparable au jambon. 

Konparaiaaa , s. Comparaison , ac- 
tion de montrer la ressemblance entre 
deux person nes ou deux choses ; paral- 
l^le ; metaphore , expression metapho- 
rique ; assimilation. — Qna nol konpa- 
raizon init vo i mi : il n'y a pas de com- 
paraison entre vous et moi. — Ell i 
sin konparaizon pu bel ki s'soHr : elle est 
incomparablement plus jolie que sa 
soBur. — Vo magni kom on poursai, sin 
konparaizon : vous mangez comma un 
cochon, sans comparaison. 



Digitized by 



Google 



— 1B2 — 



RON 



KON 



ii«BP«rAv, antt, adj. Comparanti 
qui comparait devant un juge , un no- 
taire. — Zi konparan on Vk&nparautt a 
diklar^ hi,,. : le comparant ou la com- 
parante a declare que... 

Kttnparatirmiii, adv. Comparative* 
ment, par comparaison kquelque chose; 
par assimilation. — Z'ovrt i rich kon^ 
paratifmin d bribed : Touvrier est riche 
comparativement au mendiant. 

K«Bp«r^ h Kenparett , v. (Jikonpar), 
Comparer , faire une comparaison , un 
parallMe,commer, assimiler. — Inn gin 
n*^ nin a konparett a n'biess : une per- 
sonne n*est pas k comparer , n'est pas 
comparable a un animal. — Kwan ji 
konpar mi s6r d ci d'an p6v ovrt , ji n'mi 
wess pu plintt : quand je mets mon sort 
en parall^le avec celui d'un pauvre ou- 
vrier, je n'ose plus me plaindre (1). 

lL«Bparech e lL«Bparlcl«B 9 8. Com- 
parution , action de comparaitre devant 
le juge. — Printt ak di s^konparidon ; 
prendre acte de sa comparution. 

Konparcu, V. {Ji konparett). Com- 
paraitre ou comparoir , paraltre devant 
un juge , se presenter en Justice. — Ci- 
tdcion po konparett : assignation pour 
comparoir, mandat de comparution (1). 

KonpAriimiB , s. Compartiment , as- 
semblage symetrique de figures; do- 
rures d^un livre ; case , division. — Ri- 
dan a konpdrtimin : tiroir a comparti- 
ments. 

■Lanpatt, v. (Ji konpatik ^ no konpa- 
tihan), Compatir, Hre sensible aux maux 
d'autrui; avoir compassion, avoir pitie, 
6tre touch^ , plaindre. — Ji konpatih a 
vo pdnn , winn : je compatis , je prends 
part k votre peine , voisin. 

Konpatlhan, aatt, adj. Compatis- 
sant. Voy, Kanpaclaneft. 

KanpAirioie, s. Compatriote , celui 
qui est de meme pays qu'une autre per- 
sonne. — On-z-atde voltt sd konpdtriote : 
on aime de secourir ses compatriotes. 
Voy. Pal. 

Konp^iaiiBilii, adv. Competemment, 
d'une mani^re competente ; legitime- 
ment , convenablement. — Agtr konpS- 
tanmin : agir competemment. 

Konp^i^ , V. (Jikonpett , nokonpHan). 
Competer, etre de la competence ; res- 
sortir. — Ciss cdss la ni konpett nin 
VTrihundl : cette cause ne compete pas 
au Tribunal. — MH^v di gou ki t'kon- 
pett : melez-vous de ce qui vous com- 

(I) BeRocAup He wallons confondent let deux molt 
frNitf lit f»MMir«ilr« et eomfttrtr : je lea engagt A j 
prendre garde. 



pete , m^lez-vous de vos affaires » de ce 
qui vous concerne. 

Konp^tiB, intt, adi. Competent, qui 
appartient , qui est dd, legitime, con- 
venable. — Trihundl konpHin : tribunal 
competent. — Aeinhlaie konpHinte : as- 
semblee competente. 

iLaap^uaM, s. Competence, droit de 
juger , iuridiction legitime, convenable. 

— Soula ni nin d'voss konpitinss: cela 
n'est pas de votre competence , cela ne 
vous regarde pas , vous n'avez pas le 
droit de vous mSler de cela. 

Konpiaiiuui, aaM, adj. Complaisant, 
qui a de la complaisance pour les au- 
tres ; obligeant, officieux , serviable. — 
Caraktdr konplaihan : caract^re com- 
plaisant. — Oume^r konplaikantt : hu- 
meur complaisante. — Feum konplai' 
hantt: femme Mghre, Voy. Aheaa. 

Kanpiaihanaiiii, adv. Complaisan^- 
ment, avec complaisance, avec defe- 
rence , offlcieusement. — On ni'a koM 
konplaikanmin dei^-eUr d Ion: on m*a 
ecoute complaisamment deux heures 
durant. 

KaaplaiiiaBaa, s. Complaisance, de- 
ference, condescendance. — Fd-t^vu 
del konplaihanss Vonc po Vdttx la com- 
plaisance doit Stre reciproque. — Av% 
n*bass konplaihanss: avoir une basse , 
ime llche complaisance. 

Kanpiair, v. {Ji konplai, no konplai- 
Aa«). Complaire, s'accommoder,8e con- 
former au senUment) condescendre k 
I'humeur de quelqu'un pour lui plaire. 

— On konplai eiss-t^fan la diwn to : on 
complait a cet enfant en toutes chosea. 

iLonpi^to , s. Complies , demiere 
partie de Tofflce divin apr^s vSpres. — 
Dtr le konpleie : dire , chanter les com- 
plies. ^ AU a konplMe : aller k com- 
plies. 

Konpl^miB k Kanpi^lech, s. Com- 
plement , ce qui s'aioute k une chose 
pour la rendre complete et entifere ; ad- 
dition; annexe. — Li konpUmin d'tim 
som : le complement d'une somme. 

iLonplet e Kanplelt, adj. Complet , 
entier , acheve , parfait. — On Bvfon 
konplett: un Buffon complet, les oeu- 
vres completes de Buffon. — Noss r/- 
gimin Wess-t^d konplet : notre regiment 
est au complet. — Moucetr konplett : 
habillement complet. 

Konpi^f^, V. {Ji konpUtaie e ji kon- 
plett). Completer , rendre complet ; ac- 
complir, achever, parfaire, — KonplH^ 
n^lipagnHe di guernadid: completer une 
compagnie de grenadiers, — /'a fai 



Digitized by 



Google 



163 — 



KON 



ION 



%*piett Va konplM mi rwewn : j'ai 
eprouve une perte qui a complete ma 
mine. 

iL«BpieUMiia , ady. Completement, 
d*ane maniere comply ; action de 
compieter. — Z^atnnmi a siu bai<m kon- 
pUttmin : Tennemi a ete battu comple- 
tement , a ete mis en pleine deroute. — 
1 m&k CO kek-z^m po VkonpUitmin di 
k'pagneie: il manque encore quelques 
hommes pour le completement des 
compag^es. 

■LonpitaiM, s. ComplaintCi chanson 
ou cantique populaire dont le sujet est 
ordinairement tragique ou pieux. ~ 
On-z-^/ai Whonplintt so Vsafti ki renn : 
on a fait une complainte sur le Juif 
errant. 

KonpiiBU, s. Complainte , lamenta- 
tion, jeremiade. — A hoi bon toti c^ 
konplintt? A quoi servent toutes ces 
complaintes? 

KomiHiM? s. Complice, qui a part au 
mme d*un autre, associe a un crime. 

— Li moudreHi a raeuu s*honpliss : Tas- 
aassin a accuse son complice. 

KospiiAi^, 8. Complicite, participa- 
tion au crime d'un autre ; connivence. 

— On p^nih It honplisU com li krim : 
on punit la complicite comme le crime. 

iLMipio h Monpleteeli , s. Complot, 
mauvais dessein forme par plusieurs 
personnes ; conspiration , conjuration ; 
cabale. — /V konplo: faire complot, 
faireuncomplot, comploter. — Zfcj/*/, 
iijoweon konplo : dejouer , desourdir un 
complot, une trame. 

WL^mpfUy V. (Ji konplotaie), Com- 
ploter , conspirer , conjurer , tramer 
qaelque chose. — On-za konphU si 
rwenn : on a complete sa ruine. — 
KonploU ^conl : complofer ensemble. 

— Sipdrgnt li calin , c*i konploU konit U 
hravigin : Tindulgence pour le vice est 
une conspiration centre la vertu. 

K«mpl*«ell , ellM ou reM , 8. Cons- 
pirateur , conjure. — To U konplote^ 
son-t-i Vprikon : tons las conspirateurs 
sont en prison. 

■L^BplaniMiBt^ , V. (Ji konplwmennr 
taie). Complimenter , faire un compli- 
ment, des compliments; feliciter. — 
KonplumennU n'sakt so s'marUck : com- 
plimenter quel^u'un sur son manage. 
— Z* Borguimaxss a konplumennU li Roi : 
le Bourgmestre a complimente le Roi. 

K.*BpianieBB«e4, s. Complimenteur, 
^ fait trop de compliments. — Ki 
m^fhofiplumemUe^l(i\xt\ insupportable 
MMi^limenteur I 



y s. Compliment (et non 
complument) , paroles civiles , oldi- 
geantes ; felicitations, congratulation. 

— Ji so ckergi di vfe si kcmplnmin : je 
suis charge de vous faire ses compfi- 
ments. — Fi kokplnmin a n*sakt : faire 
compliment k quelqu'un , le feliciter , 
le congratuler. -— Vola on konplwnin 
bin to^rni: Yoilk un compliment bien 
trousse. — Bikapi s'konplumin : rcA- 
gainer son compliment. — On hoign 
konplumin^ on kmpluminfroU so n^sa^ 
vaii : un sot , un ridicule compliment. 

— Di gran hn konplwnin : des compli- 
ments k perte de vue. — LHan la li 
konplumvn : treve de compliments. 

iLi>B|^rt^Biiii , 8. Comportement , 
maniere de se comporter , a'agir ; con- 
duite. — Vo-z-^vi di lai konpSrtimin : 
vos comportenaents (ou d^portements) 
sont bien rSprehensibles. 

K#iip*s€c4r , s. Composteur, outil de 
compositeur tjpographe pour arranger 
les lettres et former des Ugnes toujours 
^ egales. — Di lett toumt foU^ di konpos- 
^ teilr : des lettres tomb^rent du compos- 
teur. 

■Lonpotl, s. Compotier, plat creux 
dans lequel on sert des compotes de 
fruits. — Konpott d'pdrsUainn , di cms- 
tal : compotier de porcelaine , de cris- 
tal. 

iL^BpoU , s. Compote , fruits cuits 
lentement avec du sucre. — Konpott di 
peiir, di pom , di preimn , etc, : compote 
de poires , de pommes , de prunes , etc 

— Konpott di ptvion : compote de pi- 
geonneaux. 

KoM^d^, V. (Ji konpCss, no konp6um). 
Composer, faire ou produire quelque 
ouvrage d'esprit. — Konp6t4 di liv , del 
muzik, di ckanson , di-i-drmanak : com- 
poser des livres, de la musique, des 
chansons, des almanachs. — Li skoli 
kowpdtet po li pless, polipriiles el^ves 
composent, concourent pour les places, 
pour les prix. 

iL«ii|^aeeh , s. Concours , action de 
plusieurs personnes qui disputent de 
talent, de merite, pour obtenir un prix, 
une place ; composition. — Ondret on 
konpSuck po le pu bili Ugum : il y aura 
un concours pour les plus beaux le- 
gumes. 

K«BpdBeft, s. Concurrent, el^ve qui 
concourt; competiteur ; aspirant. — 
Chtaveik co trass konpdse^ : les concur- 
rents 6taient tres-nombreux. — Nou 
konp(hei^ nrs'a pritinU : nul amateur 
ne s*e8t pr^sentl. 



Digitized by 



Google 



— 154 — 



KON 



RON 



iioBi^Biei«B, s. Composition, action 
de composer. — Wanson jotvret oUXe on 
hohet di s'konpdzicion : Wanson jouera 
aujourd'hui un morceau de sa compo- 
sition. — Mi pti Adolf, a fat s'honpdzi- 
Hon sinf&tt : mon petit Adolphe a fait 
sa composition sans faute. — J'o^vei^r 
al konp6zicion a-mon nHnprimeUr : je tra- 
vaille a la composition chez un irapri- 
me\iT.-—Jrgin d'konpdzicion: faux ar- 
gent, composition qui imite Targent. 

KonpdBlieAr , s. Compositeur, qui 
compose en musique, en imprimerie. 

— NO'Z^van de Ion konpdziteUr di mvr 
zik i noss paX : nous avons de bons 
compositeurs dans notre pays. — On 
d*mantt po n*inprimrHe on hon konpOzi- 
ieUr : on demande pour une imprimerie 
un bon compositeur. 

iL«iipratnnniiii , s. Comprehension, 
faculte de comprendre , de concevoir ; 
conception , intelligence. — Voss fi a-t- 
inn dheie konpratnnmin : votre fils a la 
comprehension facile. 

K«iipress h Kdprefls , s. Compresse , 
morceau de linge simple, ou plie en 
plusieurs doubles sur une plaie. — Mett 
inn konpress so n*kwaheilr : mettre, appli- 
quer une compresse sur une coupure. 

— Bagnt n* konpress : mouiller une com- 
presse. 

KonpriBdAf, adj. Comprehensible , 
intelligible, concevable. — Vossraizonn- 
min d konpri'^iddf : votre raisonnement 
est comprehensible. — Si lett n*i k'on 
boiffn^n^cech , el n'd nin konprindtlf: sa 
lettre n*est qu*un baragouin , elle est 
incomprehensible , inintelligible. 

■LonprinJAfmin , adv. Intelligible- 
ment , d'une maniere intelligible. — 
LSr , sihHr, pdrld kmprinddfmin : lire , 
ecrire , parler intelligiblement. 

KonpriBtt, V. {,H konprin, no honprinr 
dan, ji konpHndrd). Comprendre, con- 
cevoir, entendre. — Konprintt dhHemin : 
comprendre facilement , avoir la com- 
prehension aisee. — Konpri^iU li walon, 
liflamin: comprendre, entendre le wal- 
lon, le flamand. — On n^sdreH konprintt 
coula : cela n*est pas comprehensible , 
cela est inconcevable , inintelligible , 
abstrus, incomprehensible, done d'in- 
comprehensibilite , exprime inintelligi- 
blement. — /V konprintt : inculquer , 
faire comprendre. 

KonpriBit, V. Comprendre, contenir, 
renfermer en soi. — Noss Belgik kon- 
prin 710^/ provinss : notre Belgique com- 
prend neuf provinces. — Zd z-Hringir 
ni son nin konpri divin Vtdvlai del pCpu- 



Idcion : les etrangers ne sont pas com- 
pris dans le tableau de la popiUation. — 
Ci bin la konprin n'mokonn , di tair , di 
prSi de brouwtr : cette proprieteconsiste 
en une maison, des terres , des pres et 
des bruy^res. — Ji pdl'e trintt-on /ran 
po m'tdv , t konpri on /ran po Vsiervantt : 
je pale trente et un francs pour ma ta- 
ble, y compris un franc pour la ser- 
vants — Soula s'fai dSpdXe Pdk juskd 
Stkwem i konpri : cela se fait depuis 
Piques jusqu'a la Pentecdte incluse (ou 
inclusivement). 

■ionprometi, V. (Ji konpromett e ji 
konpromite). Compromettre , commettre 
quelqu'un , Texposer k quelqu'embar- 
ras, k quelque degodt, le mettre en 
compromis , Fimpliquer. — Konpromett 
siriputdcion, siflhteunn: compromettre 
sa reputation , sa fortune , la mettre en 
implication. 

Kons^ioB , s. Concession, terres que 
TEtat cede k des partjculiers pour ex- 
ploiter. — Obtini di konsicion d'menn : 
obtenir des concessions de mines , Stre 
concessionnaire de mines. 

■Lons^ion^, V. (Jikonsicionaie), Con- 
cessionner, faire une concession; ad- 
juger. — Konsicion^ di trik po drSdi : 
accorder une concession de terres in- 
cultes pour defricher, pour essarter. 

K«ii«^eioBeft, s. Concessionnaire , 
qui a obtenu une concession ; adjudi- 
cataire. — Konsicione^ d*on pon , d'inn 
grantt vdXe : concessionnaire d'un pont^ 
d'une grandVoute. 

Kons^ie 5 s. Conseil , assemblee eta- 
blie par Tautorite du Prince. — KonsOe 
d*Eta: Conseil d*Etat ou Conseil prive. 

— KonsHe di Miniss : Conseil de Minis- 
tres. — Konsiie mUnicipdl ou komundl : 
Conseil municipal ou communal. — 
Konsiie di gair : Conseil de guerre. — 
Konsiie di miliss ou di rkruitmin : Con- 
seil de milice ou de recrutement. — 
Konsiie di/amil: conseil de famille. — 
Konsiie di fabrik : conseil de fabrique. 

— Tini konsiie : t^nir conseil, se reunir 
en conseil. 

KoBM^ie , s. Conseil, sentiment, avis, 
opinion ; suggestion , instigation. — 
Bon konsiie: bon, sage, prudent, salu- 
taire conseil ; utile inspiration. — Mdva 
konsiie : mauvais , dangereux , perni- 
cieux conseil; instigation. — Printt ^ 
dimandS konsiie : prendre , demander 
conseil. — Surh mi konsiie? Suivrez- 
vous mon conseil ? — Zt nutt apoitt kon- 
siie : la nuit porte conseil. — Le ci 
k'^olet todi d*nd de konceie, dinet rdrmin 



Digitized by 



Google 



— 155 — 



RON 



RON 



de ban : lea gens empresses k donner des 
eonseils, les donnent rarement bons. — 
On-z^inm Ulflie U Tums^ie , on-z^inm 
r&rmin U honsie^: quelquefois on aime 
les conseils , rarement on aime les con- 
seillers. 

WL^mmenm j s. Consigne y ordre donne 
a une sentinelle, a un concierge, etc.; 
mot du guet, mot de ralliement. — 
Din^, IM Vkonsenn: donner, lever la 
consigne. — MdkS Vkonsenn : manquer 
a la consigne. 

iL«Mierr, s. Conserves , lunettes qui 
grossissent pen , en conservant la vue. 
— Ji fiCsiev di konserf, fa tro sogn di 
me-z-^U : je me sers de conserves , je 
Grains trop pour ma vue. 

iLoaiiervatelhr, s. Conservateur, titre 
de certains emplois. — Komervate^r di- 
trtpoUk : conservateur des hypothe- 
ques. 

K.oiiaerTai«ir,s. Conservatoire, ecole 
de mnsique et de declamation. — Ess 
prq/cceUr d honservaioir : 8tre professeur 
au Conservatoire. — Diman^f so Vpless 
di Konservatoirl Demeurez-vous place 
du Conservatoire ? 

iLoBflt, V. {Ji konseie, no konsian), 
Conseiller , donner conseil ; suggerer , 
inspirer; instiguer. — Konsi bin ou md : 
bien ou mal conseiller. — £t ess ki ©*«- 
a k(mH soula ? Qui vous a conseille 
cela? — Ni konsi mate personn sin n-n'ess, 
prii : ne conseiUez jamais personne sans 
en Stre prie. 

KouiaiBce, s. Conscience, senti- 
ment interieur du bien et du mal. — 
Bone ou mdl konsiaince : bonne ou mau- 
vaise conscience. — Exdmind s'kon- 
tiaincei examiner sa conscience, se re- 
coUiger, faire sa recollection. — Avu on 
rmoir di konsiaince: avoir un remords 
de conscience. — Avn Vkonsiaince d rin: 
avoir la conscience large comme la man- 
che d'un cordelier. — Konsiaince troi^ 
hlaie s'hoar di to ; une conscience trou- 
blee , une conscience bourrelee s'effraie 
de tout. — Sifi on ca d'kvnsiaince dHnn 
sakoi : se faire im cas de conscience de 
qoelque chose , repugner a la faire, pai 
numanite , loyaute ou delicatesse. — 
Dih^m, li min so voss konsiaince, cou k*vo 
pins^ : dites-moi , la main sur la con- 
fidence , ce que vous pensez. — Vtv li 
Mert^ d*kottsiaince, porveHVon-z-dXe inn 
lonnaincei vive la liberte de conscience, 
poarvn qu'on ait une conscience. 

WLmmmim^wke^ , s. Conscience , terme 
(Hmprimerie, travail pour lequel on 
i^ffli rapporte & la conscience de Fou- 



vrier ; scrupule. — JoHmaie di kon- 
siaince : journee de conscience. 

KoBsid^rAcien , s. Consideration , 
egarJs envers quelqu'un; estime, res- 
pect, deference, condescendance. — On- 
z-a fai soula par konsiddrdcion por vo : 
on a fait cela par consideration pour 
vous. — On vCa nol konsiderdcion por lu : 
on n'a nulle consideration pour lui. 

Konsid^ran, s. Considerant , motif, 
reflexions qui precedent le dispositif 
d'une loi, d'un arrete , etc. — Zi konsi- 
diran d'on jugmin : les considerants 
d'un jugement, d'un arret. 

Konifid^r^ , v. {Ji konsidSr, no konsi- 
deran), Considerer, examiner attenti- 
vement ; observer , envisager. — Konr- 
sidh'S Userviss k'on v*z-a rindou: consi- 
derez les services qu'on vous a rendus. 

— Vo n'konsidM nin Vovreck kigna la 
dvin : vous ne considerez pas le travail 
qu'ily a \k dedans. — Om konsidire: 
homme considere, influent, qui a de 
rinfluence. — To bin konsiderS , fa 
m'pinsaie ki,., : tout bien considere, je 
suis d'avis que.'.. 

iLonsiech, s. Action et manie de 
conseiller. — Po Pkonsieck, onpou ko^td 
ciss-t-om la : on pent suivre les avis de 
cet homme. 

iLoBsieji, eHuM^ s. Conseiller, qui 
donne conseil ; moniteur ; inspirateur. 

— Ha di mdva konsieU : il a de mau- 
vais , de perfides conseillers , des insti- 
gateurs ; il est mal entoure. — Li dd- 
zespoir ess-t-on mdva konsieU : le d6ses- 
poir est un mauvais conseiller. — Zi 
konsieib n*son nin le paie^ : celui qui con- 
seille ne paie pas. — Zi mHeii konsie^, 
c'i U ci Won fai baicd d*grozi biestrHe : 
les meilleurs conseillers sont ceux qui 
ont fait beaucoup de grandes fautes. 

iLoBsiii^, s. Conseiller, juge k la 
Cour superieure ; membre de certain 
conseil. — Konsilii d'Eta : Conseiller 
d'Etat. — KonsiliS comundl, protnnddl : 
Conseiller communal, provincial. 

iL«iiaiii, 8. Consentement. Voy. kob- 

•iBttmln. 

■LoBsiacleft, e ftus , adj. Conscien- 
cieux , qui a la conscience delicate; 
droit , equitable , juste, scrupuleux. — 
Ovreck konsincieU : travail conscien- 
cieux. — /V d'inn manir kOnsincieUss : 
agir d'une maniere consciencieuse. 

iLoBsiBelelh«miB, adv. Consciencieu- 
sement, d'une maniere consciencieuse, 
avec conscience, scrupuleusement. — 
jPV on pdrieck konsincieHsmin : faire un 
partage consciencieusement. 



Digitized by 



Google 



1S6 



RON 

«B«i9 T. (Ji konsin,nokon$intan). 

Consentir , acquiescer k la volonte de 
quelqu'un, k quelque chose; adherer, 
souscrire, condescendre , obtemperer, 
tdper, donner les mains k... — Z^ parin 
n'oH nin volou konsinti A marieck : les 
parents n'ont pas daigne consentir au 
manage. — J^a konsinti al vintt del 
mohonn: j'ai consenti, j'ai sanctionne 
la vente de la maison. 

iL«iiiiiBttnUii , s. Consentement , ap- 
probation, adh6sion, acquiescement, 
assentiment ; sanction. — Zi p& a d'n^i 
s*konsinttmin d marieck : il j a eu ac- 
cession du p^re au mariage. -— Si mariS 
contt li konsintimin di s'mam : se marier 
contre le consentement de sa m^re. 

iL«iiatr, s. Amas de neige. 

iLonsoBii e iL«ns*Bii, s. Consonne, 
lettre qui n'a point de son par elle- 
m^me, et qui ne pent se prononcer 
qu'etant jointe k une voyelle. — Noes 
krei^d'pdr'Diew contin dih-no^konzonn : 
notre dphabet comprend dix-neuf con- 
sonnes. 

iLoB«olu>, 8. Soeurs d*unem§me con- 
fWrie. 

K^BsplrAeloB, s. Conspiration. Voy. 

iL«Bs««s, Mit«, adj. Constant, qui 
ne change pas ; perseverant , fidMe. — 
Enfem i kanstan ditnn VmdM/r : Stre 
ferme, invariaWe dans Tadversite. — 
Vo-t^sU komtan dvin vo hantrHe : vous 
dtes constant dans vos amours. 

iL^BflUuiBiiB , adv. Constamment, 
avec Constance, fidMement, avec pers^- 
v^nce. — Ainm^, soufri konstanmin : 
aimer , soufltir constamment , invaria- 
blement. 

KoBstoBM, s. Constance, fermet^ 
d'toe ; perseverance, fid61ite. — Edur^ 
9^ md atfou del konstanssi endurer ses 
maux avec Constance. — Li konsianss 
di kanteii : la Constance des amants. 

WL9mmt^^ V. {Ji konstaie , nokonstan). 
Constater, 6tablir la verity des faits par 
des preuves certaines ; av6rer. — Soula 
a stu konst/ par proci-verbdl : cela a 6x6 
constate par proc^s-verbal. 

WLmnmiipe, V. (Ji konstipaie). Consti- 
pcr, resserrer le ventre et empScher 
d^^vacuer. — Ess konttip^: Stre cons- 
tip^, etre atteint de constipation, sen- 
tir des epreintes , avoir le tenesme. — 
CiU'Ucmagnt la konsiipaie: cet aliment 
oonstipe. 

K.*B0iipeeii h K«aatipmia , 8. Cons- 
tipation, 6tat de celui qui est cons- 
tip6. — On l<m kon$Upeeh d danjre^ : 



KON 



une longue constipation est dange- 
reuse. 

M«Bfltttiiei«B , s. Constitution , loi 
fondamentale d'un pays ; charte. — Li 
honstitucion belch s*a suttnou jusk^Mfeitr 
conte to U'Z'ivennmin : la constitution 
beige a resiste jusqu'k present contre 
tons les evenements. 

KoBstttneioB^i, adj. Constitutionnel, 
soumis k une constitution , conforme k 
la constitution. — Qovernhnin konstitur- 
clonal : gouvernement constitution nel. 

— Loi konstttucion^ : loi constitution- 
nelle. 

ILoBSlttneloB^lmln , adv. Constitu- 
tionnellement, d'une maniere constitu- 
tionnelle. — Onrt-a vSt^ konsHtucionil" 
min : on a vote constitutionnellement. 

iL«BstriB«e, V. (Ji konstrin^ no kons- 
trindan). Contraindre , obliger de force, 
faire violence. -— On Vkonstrind/ret apkt: 
on le contraindra k payer. 

iL«nstriBtt, s. Contrainte , obliga- 
tion impos6e ; coaction. — Konstnntt 
par c6r : contrainte par corps. 

MoBtBB, adj. Comptant. -^PStdrgin 
kontan : payer argent comptant , payer 
comptant.— Pn«W inn sakoipo d-Vdrgin 
kontan : prendre quelque chose pour de 
Targent comptant; croire trop facile- 
ment ce qu'on nous dit. 

K«at^ , V. {Ji kontt h ji konte). Comp- 
ter, nombrer, calculer, supputer. — 
Kont^ di-z-^idan : compter de I'argent. 

— KontS so si de^ : compter sur ses 
doigts, par ses doigts. — KontS al lank 
cr6Xe : compter en chiflfres romains. — 
No-z^sit no doss J sin kontS U-z-ifani 
nous etions douze, sans compter les 
enfants, ind^pendamment des enfants. 

— To bin kont^, il esii pu d'cintt : de 
compte fait , ils ^taient plus de cent. — 
Kont^sepa: compter ses pas, marcher 
k pas comptes, marcher lentement. — 
Vo sMpUty a kontS di dentin : vous serez 
paye k compter, k partir, k dater de de- 
main. — Li Bondiu no kontret jusk'a 
on f>air d'aiw din/ so s*no : Dieu nous 
tiendra compte d'un verre d'eau donn^ 
en son nom. — Aviss ki n*sep kont/treit : 
on diraitqu*il ne sait pas Teau troubler. 

— Kt kontt to sei^ kontt de^ fUe : (^ui 
compte sans son hdte compte deux fois. 

— I pou bin konti kwinss : il ^houera , 
qu'il en soit persuade. 

■^•Bt^, V. Compter, se proposer, 
croire, — Ji kontt e n-^'al/ al samainn : 
je compte partir la semaine prochaine. 

MoBt^, V. Compter, faire fond, avoir 
confiance; repater,estimer. — To polf 



Digitized by 



Google 



— «7 



KON 



KON 



h^U^ sor mi d'vin tote oed$um : vous 
pouvez compter sur moi en toute occu- 
rence. — Vo JH)U kontd la dsu : vous 
pouvez compter, vous pouvez tabler la- 
dessus ; vous pouvez faire fond sur ce 
^ue je vous dis , vous pouvez en faire 
etat. — Kwan on contt so Vz^tt, on sHronp 
sovin: quand on compte sur autrui, 
on se mecompte souvent; qui s'at- 
tend a Tecuelle d'autrui a souvent mal 
dine. — KoAtdf soula po rin? Comptez- 
vous cela pour rien ? — Kt vou bin kont/, 
ki fCkontt so rim qui veut bien compter, 
qu'il ne compte sur rien. 

Ki>si^, V. Conter, narrer, raconter. 
— Kont^di hoign mecech , di galguizottt : 
conter des fagots , des bagatelles , des 
frivolites. — On nihz-^ Kontt de kaiteie , 
^ Uett : on nous en conte de cossues. 

— Kont^ no kimin soula sa pac/: contez- 
nous comment cela s*est passe. — Eal'Cj 
kmtSm vo radzon: voyons, contez-moi 
vos raisons. — Al^ss konte soula a inn 
6lt : allez ailleurs conter vos sornettes , 
portez vos coquilles a d'autres; c'est 
vendre des coquilles k ceux qui revien- 
nent de St-Michel. — KontS flUrett : 
conter fleurette , en conter h une femme, 
lui dire des douceurs, des galanteries. 

WLmmiik , s. Comte , titre d'une terre 
qui donne au seigneur la qualite de 
Comte. — Die bin la on n-n'afai n*kont^: 
cctte propriete fut erigee en un Comte. 

K—tegtictoD , s. Contestation, dis- 
pnte, debat sur quelque chose ; chicane. 

— Tote li famU ess-t-an kontestdcion po 
nCiritech : toute la famille est en contes- 
tation pour un heritage. — Mokonn, 
ierin an kontestdcion : maison , terrain 
enlitige. 

K*mte»tAr, adj. Contestable, qui 
peut Stre oonteste; contentieux, liti- 
gieux. — Vaviss di mHavokd ess-t-^i 
kont^tdf? L'avia de mon avocat est-il 
contestable? — Pr^tenneion kontestdf: 
pretention contestable . 

WLmmiemt^ , V. (Ji kontess ^ ji konies- 
iaie). Contester , refuser de reconnaitre 
un droit; disputer, debattre ; chicaner. 

— On H kontestr^ s'Mlit^i on lui con- 
testera sa qualite. — Pokoi kontestdf ci 
drH la ? Pourquoi contestez-vous ce 
droit? 

iLemtea, elUNi, s: Comptable, cais- 
aer, receveur,qui estassujetti Prendre 
oompte ; agent comptable. -— Pat n'lta 
tnmm Vhontef^ : payer un memoire chez 
le comptable. — KonteUt, d'peit, h po : 
duehfi , ladre , personnage aordide. 

ftto<k, «*iM9 8. Contour, qui fait un 



conte , des contes ; narrateur , hibleur. 
— C'esS't'On fame^ konte& d'cktckaie: 
c'estunfier conteurde fagots, de bour- 
deSjUn diseur de riens, un ennuyeux 
conteur. — / kontt bin : il a le style nar- 
ratif , il conte agreablement. 

KonUii , lann , adj. Content, satis- 
fait, aise, ravi. — Acu lair kontin : 
avoir Tair content, faire paraitre sa sa- 
tisfaction sur son visage. — Ji so kontin 
d'savu ki v'va bin: je suis content de 
savoir que vous vous portez bien. — Ti 
n'e mctCe kontin : tu n'es jamais content, 
tu es un desapprobateur eternel. — 
Bst^f kontin di m*iof? fites-vous con- 
tent de mon offre? Agreez-vous ma pro- 
position? — Ckakewm deH-t-ess kontin 
di sou ki rBo)idiu It a-t-avOt : chacun 
doit etre content de son sort; ou la 
chevre est attachee, il faut qu'elle y 
broute. — Ki ^ kontin ^ rick : il est ri- 
che, qui est content. — Personn tCI 
kontin d^ ci ki n'son kontin d'personn : 
personne n'est content de ceux qui ne 
sont contents de personne. — Kwan 
Vom i r/eum son kontin, to Vmonte li : 
quand deux epoux sont contents , tout 
leur entourage Test aussi. 

KooUneieA , s. Contentieux , affaires 
administratives litigieuses. — Burd di 
koniincie^ : bureau du contentieux. 

KontimiB, s. Continent, grande eten- 
due de terre ferme. 

iL«MAinia9 adj. Chaste, qui s^abstient 
des plaisirs d'un amour iUicite ; conti- 
nent. 

KoBttaiiBM, s. Continence, chastete, 
temperance. 

iLontine«w4eioii, s. Continuation , 
action par laquelle on continue ; pro- 
longation, extension, continuite. — In- 
triprintt li kontinouwdcion d'on mett^r , 
dHnnbatt: entrepreudre la continuation 
d'un mur , d*un quai de halage. — - Li 
kontinouwdcion d'inn istoir : la conti- 
nuation d'une histoire. 

KonUnoaw^ , V. {Ji kontinow, no kon- 
tinouwan). Continuer, poursuivre ce qui 
est commence; prolonger, durer, per- 
petuer. — Kontinouw^ a bin ovre , j6nn 
om : continuez k bien travailler , jeune 
homme. — Zi plat/, li nivaXe , li mdva 
tin kontindw : la pluie, la neige, le mau- 
vais temps continue. 

iL«Btiiio«iw^l , adj. Continuel, qui 
dure sans interruption ; continu , per- 
petuel , prolonge. — Ci di kontinouwil 
casmin d'tiess : ce sont des casse-tete 
continuels, sempiternels. — Di kontt-' 
mmweli plaif: des pluies continuelles. 
TOME n. 20 



Digitized by 



Google 



— 158 — 



RON 



RON 



Kontinoaw^imin , adv. Continuelle- 
ment, continiiment , assidilment» tou- 
jours , perpetuellement. — Mifi studMe 
kontinouwdlmin: mon fils etudie conti- 
nuellement. — C'ess-t^on pdv manech, i 
s'disputet kontinonwilmin : c'est un pau- 
, vre menage , ils se querellent conti- 
nuellement. 

Kontioonweft , s. Continuateur) au- 
teur qui continue Touvrage d'un autre. 

Montinpi^, y. {Ji kontinp , no kontin- 
plan). Contempler, considerer attenti- 
vement . soit avec les yeux , soit avec 
la pensee ; mediter. — KontinpU VCiry 
on paid, on tdvlai: contempler le ciel, 
un palais, un tableau. — N'o kontinplan 
U-Z'Oli,v dd Bondiu: nous sommes les 
contemplateurs des oeuvres de Dieu. — 
El pass sivHe a kontinpU: elle s'adonne 
k la vie contemplative. 

■^•iitiBpieeii , s. Contemplation, ac- 
tion de contempler , d'admirer. — Li 
kontinpleg d^-z-ass : la contemplation 
des astres. 

KonMot^, V. {Ji kontinte, no kontin' 
tan). Con tenter , rendre content, satis- 
faire ; assouvir. — On brav valet hi kon- 
tinte si parin : un estimable gar^on qui 
contente ses parents. — Ess dhHe ou 
mdldhHe a kontinU: §tre facile ou diffi- 
cile k contenter. — Kontinth di goula, 
si v*taiht : contentez-vous de cela et 
taisez-vous. 

K«iitiiiitniiii , s. Contentement , sa- 
tisfaction , aise , ravissement, bonheur. 
— Si-Z'ifan It dnet tote sdr di kontintt' 
min : ses enfants lui donnent toutes 
sortes de contentement. — Kontintt- 
min pass richess : contentement passe 
richesse. 

Konuir J s. Comptoir, bureau , mai- 
son de commerce et de banque ; facto- 
rerie. — Oarqon d'kontoir : commis , te- 
neur de livres. — Li-z-Olandet on de 
kontoir divin U-z-Intt : les HoUandais 
ont des comptoirs dans les Indes. 

lL«Bl«aBiae^ , ale, adj. Juge OU COn- 

damne par contumace. 

KoBieanuuis , s. Contumace , refus, 
d^fout que fait un accuse de compa- 
raltre devant le tribunal oil il est ap- 
pele. — Ess jugt par kontoumass : Stre 
juge par contumace. 

K«BUiunaas, s. Contumace , accus6 
ou prevenu qui s'est soustrait aux re- 
cherches de la justice, et auquel on fait 
son proems. — II e kontoumass: il est 
contumace. — Ell a stu diklaraie kon^ 
toumass: elle a ete declaree contumace. 

k«buIU>9 s. Contour, ce qui termine 



ou renierme une fi^re ; galbe ; circuit, 
perimetre, circonference ; delineation. 
— Dicing de bai kontoir : dessiner de 
beaux contours (ou tracer). — Li konr 
toitr dHnn drapreie : les contours d'une 
draperie. 

Kooieftrn^, V. {Ji konto^nn h ji kon- 
toUrnaie). Contourner , donner a une fi- 
gure le contour qu'elle doit avoir; ar- 
rondir. — Kontoi^mS n*posteiir , on po 
d'tair : contourner une statue , un pot 
de terre. 

Kontoftrneeh , s. Action et maniere 
de contourner , de couper en courbure, 
d'arrondir. — Po di kontoHmeck kigna, 
i fd del siaince : pour contourner cer- 
tains ouvrages, il faut de la science. 

Koatra , s. Contrat , convention , 
pacte authentique entre deux ou plu- 
sieurs personnes. — F6 on kontra d'tnor- 
Heck : contracter mariage , faire un 
contrat de mariage. -- Aprov6y cace on 
kontra : valider , casser ou annuler un 
contrat. — Li claw d*on kontra : les 
clauses, les conditions d*un contrat. — 
/V Vgross d'on kontra : grossoyer un 
contrat. — Li de^ pdrtiie on sini Vkon- 
tra : les deux parties contractantes ont 
signe le contrat. 

iLontr4dikcioB , s. Contradiction , 
action de contredire; opposition, nega- 
tion, antilogie, antinomic. — (TesS't-^nn 
espri d'kontrddikdon : c*est un esprit de 
contradiction, qui n*est jamais deTavis 
des autres ; c'est un chicaneur , un 
bourru, un esprit contredisant. 

WLonirSkt, adj. Contraire, oppose; in- 
verse, rebours , contre-pied. — ToiU^ 
i kontrdf costd : tourne au rebours, du 
cdte contraire, du c6te oppose, bistoup- 
ner. — Fiestt on cket i kontrdf: caresser 
un chat k rebrousse-poil , rebrousser le 
poil d'un chat. — Soula li sonl to i koH" 
tr^: cela lui parait tout-ii-fait etrange. 
■LontrAfmla h liOBtralrailn , adv. 
Contrairement, ei^ opposition a quelque 
chose ; inversement. — Agtr kontrair^ 
min a sou kli loi di : agir contrairement 
k ce que la loi prescrit. 

iL«ntrair, s. et adj. Contraire, op- 
pose, hostile ; defavorable, nuisible. — 
Me wizin m'on todi stu kimtrair : mes 
voisins m'ont toujours ete contraires. 

— Souttni Vkowtrair : soutenir le con- 
traire, Topposite ; contredire, dementir. 

— Personn ni di Vkontrair : personne ne 
dit le contraire , ne va k Tencontre. — 
Pokoi fai-t-i Vkontrair di sou ki di f 
Pourquoi fait-il le contraire , Tinverse, 
le contre-pied de ce qu'il dit? — Ci ie^ 



Digitized by 



Google 



— 159 — 



RON 



RON 



jitgmin la sdn kontf^ir Vonh a V6tt : ces 
deux jugements sont contradictoires , 
sont contradictoirement opposes. — Zi 
Mr di Diss m'^ hontrair : la bi^re de 
Diest m'est contraire, m'est nuisible. 

— J hontrair , bin di hontrair, to-t-d 
hontrair : au contraire, tout autrement, 
d'une maniere opposee. 

ii.«B«r»aiaie , s. Contre-allee , idlee 
laterale et parall^le h une allee princi- 
pale. — On-z-afai n'hontr-alaiei Vdref 
po pac^ le piton : on a fait une contre- 
allee k Tavenue pour le passage des 
pietons. 

ii.«Mtr-.%MirAi J s. Contre-Amiral , 
celui qui a le troisieme grade d*officier- 
general dans la marine militaire. — Li 
Kontr-Amirdl e dzo VViss-Amirdl : le 
Contre-Amiral est sous le Vice-Amiral. 

— PlnzieUr Kontr-Amirdl on stu touwd: 
plusieurs Contre-Amiraux ont ete tues. 

K.«strAri«ii 9 Mitt, adj. Contrariant, 
qui se plait h. contrarier ; contredij^ant, 
qui contredit. — Vo-z-estd bin hontrd- 
rian, conpir ! K^ oumeO^r hontrdrianit hi 
t'p-<iicd I Vous etes bien contrariant, 
gar^n! Que votre humeur est contra- 
riantel 

KontrAri^, v. («/t himtrdriaie), Con- 
trarier, dire ou faire le contraire de ce 
que les autres disent ou font ; contre- 
pointer, asticoter, contrecarrer, con- 
tredire ; faire obstacle , s'opposer aux 
desseins, aux volontes de quelqu'un. 

— Mi om mi hontrdrHe todi : mon mari 
me contrarie toujours ; il est toujours 
BUT le que si, que non. — Vo v'hontrd- 
ridvo mainm : vous vous contrariez vous- 
mSme. — / s*an todi hontrdrid Von V6tt : 
ils se sont toujours butes Tun Tautre. 

iL^BtrAriech , s. Contrariete, oppo- 
sition entre des choses contraires; 
obstacle , traverse , emplchement. — 
Ta-t-awou bin di hontrdriech md di 
m'marid: j'ai rencontre bien des obs- 
tacles avantde me mhrier, —Vola Vplaif 
hwan fvou nrn'aU, hd hontrdriech I Voilk 
la pluie au moment que je veux sortir, 
queUe contrariete ! 

K.«BtrArlcft, eftsM, re«s, s. Contra- 
dicteur, celui qui contredit ; opposant , 
adversaire. — Vo troHi^vri hated d'hontrd- 
rie^ d*mn Vcdss hi vo d*findS: vous trou- 
verez beaucoup de contradicteurs dans 
la cause que vous defendez. 

Ummirmm9^ s. Contraste , opposition; 
disparate. — Kontrass di haractSr , di 
smtimin : contraste de caractere , de 
eeartiment. — Fd hontrass : faire con- 
traste , 6ta^ en opposition. 



■^•iitraat^, V. (Ji hontrostaie). Con- 
traster , §tre en contraste. — Zi loumir 
i li'Z-onb di voss tdvlai hontrasti com i 
fd : les lumieres et les ombres de votre 
tableau contrastent fort bien. 

Kootr^ie , s. Comptabilite , bureau 
de la comptabilite. — AU-z^l hontriie , 
on v*pdret : allez au bureau de la comp- 
tabilite , on vous paiera. 

lLontr-eapali , s. Contre - espalier , 
rangee d*arbres tallies en espalier et 
plantes vis-^-vis d'un espalier. — Gna 
inn alaie intt Vespali e Vhonir-espalt : il 
y a une allee entre Tespalier etle contre- 
espalier. 

K«iitH-balBii 9 s. Bande de fer dans 
Tinterieur d'un po^le k feu. — Zi hon-' 
tri-4Hitnn dim' flair difeii e tote broiUaie : 
la bande de fer de mon foyer est toute 
briilee. 

■Lontrl-balanct, V. (Jihontri-balanss). 
Contre-balancer , action de deux forces 
opposees dont l*une balance Tautre; 
contre-peser, faire le contre-poids, equi- 
librer. — Vola deH pizan hi s'hontri-ba^ 
lancet : voilk deux poids qui se contre- 
balancent mutuellement. 

■LontrMiaas, s. Contre-basse, grosse 
basse de violon ; voix qui est la plus 
basse de toutes. — Jowd del hontri-bass : 
jouer de la contre-basse. — Ona hwatt 
hontri-bass divin Vdrhess : il y a quatre 
contre-basses dans Torchestre. 

iLoBtri-batrMe 9 s. Contre-batterie , 
batterie de canons opposee k une autre. 
— Z*atnnmi a drici n'hontrirbatreie divan 
Vnossi Tennemi a dresse une contre- 
batterie vis-^-vis de la ndtie. 

iLoiitriliiBdt, tr, 8. Contrebandier, 
qui fait la contrebande ; interlope. — 
On-z-a aparsu n'hiett di hontribindi : on 
a aper^u une troupe de contrebandiers. 

K«iitrililBtt h KontrlMBB, 8. COU- 

trebande , commerce de choses dont la 
vente est defendue; marchandise pro- 
hibee. — FS Vhontribintt : faire la con- 
trebande. 

MoBtri-bontaB , s. Contre-boutant. 

Voy. IL«ntt-foir. 

KoBtri-bont^ , V. (Ji hontriboutt , no 
hontriboutan). Contre-bouter , appuyer 
un mur d*un autre mur pos6 k angles 
droits. — Fdret hontri-boutS c'me'&r la : 
il faudra contre-bouter ce mur. 

iL«Btriiioa w4li , s. Contribuable, qui 
paie les contributions, les impdts; sujet 
a rimp6t. — Zi hontribouwdb on baic6 a 
pUt : les contribuables ont des charges 
nombreuses a payer. 

K«Btriliuei«B , s. Contribution, im- 



Digitized by 



Google 



— 166 — 



KON 



EON 



ip6t , taxe , lev^ d'argent. — Kontri- 
oucum fonctr , personel : contribution 
fonci^re , personnelle. — F^ JCon pd^e si 
kontribucion : on doit payer (ou acquit- 
ter) ses contributions. — Novel kontri- 
bucion : reimpositioti, — Mett inn novel 
kontribucion : r^imposer. — Riclame so 
si kontribucion : se plaindre en surtaux. 

KoBtri-chArm , s. Contre-charme , 
charme coutraif e qui detruit Teflfet d'un 
premier charme. 

Kontrl-ch^ci, s. Contre-ch^sis,ch^ 
sis de verre ou de papier qu'on met de- 
vant un chassis ordinaire. 

KoBiricioB , s. Contrition f regret 
d*avoir p6che , d'avoir offense Dieu ; 
attrition. — F^ n'ak di kontricion : faire 
un acte de contrition. 

Kontri-dABflfi, s. Contredanse, danse 
vive et leg^re , k plusieurs figurants. — 
On n'dansspu wair hi dd vols et des kon- 
tri'danss: on ne danse plus guere que 
des valses et des contredanses. 

iiLoBirl-dAt^,Y. (Jikontri'ddtt),ChB.n- 
ger, rectifier une date. 

KoBiri-dIr, v. (Ji kontridt , no kon^ 
tridihan), Contredire , dire le contraire, 
contester. — On detizinm mecigt a kon- 
tri-di Vprumtt un second messager a 
contredit le premier. — C'ess-t-on haXd/ 
chin a todi kontri-dtr : c'est un fdcheux 
et perp6tuel contradicteur. — Vo kon^ 
tri'dihe tofir ocit vous contredisez (et 
non : vous contredites) sans cesse aussi. 

Koniri-ra^ Oil 9 s. Contrefacon , faute 
en imprimant , en fabricant, etc. ; con- 
trefaction , imitation ou falsification 
des monnaies , des effets publics , etc. ; 
imitation plaisante avec charge ; paro- 
die. — Esslionddnn^po kontri-faron : etre 
condamne pour contrefacon , comme 
contrefacteur. 

■Lontrir^, V. Contrefaire, faire une 
contrefacon , une contrefaction ; imiter, 
parodier , singer. — Ami kontrifai on 
liv : avoir contrefait un livre , un ou- 
vrage; il est contrefacteur d'un ouvrage. 

— Com i kontrifai Vchan di rdskignoii ! 
Comme il contrefait le chant du rossi- 
gnol. — Konlrifi Vmariico : Stre con- 
trefaiseur du singe. 

KontrifeA , s. Contrefacteur , qui est 
coupable de contrefacon. 

Moncri-flirh, s. Contre-fiche, piece 
de bois mise obliquement pour etayer. 

— Suttni on meilr arou di kontri-Jlich : 
soutenir un raur par des contre-fiches. 

KoBiri-KAck, s. Contre-gage, sfirete 
donnee a un creancier. 
KoBeri-gAr, s. Contre-garde , fortifi- 



cation antour d'un bastion, d'tme demi- 
lune ou de tout autre ouvrage. — 
rainnmi a ipoirt^ Vkontri^dr: Tenne- 
mi a emporte la contre-garde. 

KoBtri-haekeftr, s. Contre-hachure, 
hachures qui croisent les premieres 
hachures d*un dessin. 

KoBtri-haeht , v. (Ji kontri-hach). 
Contre-hacher , croiser les hachures 
d'un dessin par d'autres hachures. 

KoBtri-jolk , s. Contre-jour, Tendroit 
oppose au grand jour, ou le jour ne 
donne pas k plein. —Po binjugt cHdvlai 
la, i nfd nin s*mett a kontri-joit: pour 
bien juger ce tableau , il ne faut pas se 
placer k contre-jour. 

KoBtH-iaM>, v. Contre-latter, gamir 
de contre-lattes. 

KoBtri-iatecta , s. Action de contre- 
latter, resultat de cette action. 

KoBirMau, s. Contre-latte , forte et 
longue latte qui soutient d'autres lattes 
entre les chevrons. 

KoBiri-ieu , s. Contre-lettre , acte 
secret qui deroge k un premier acte pu- 
blic ; obligation simul^e. — L'ak i fai 
po de^ meie fran , min gna n'kontri-leti 
di cink cin fran : Tacte porte deux 
mille francs , mais il y a une contre- 
lettre de 500 francs. 

KoHtri-malM e MoBlrtiBalM, 8. Con- 
tre-maitre,celui qui dirige lesouvriers, 
qui a la vue sur eux. — Di kontri" 
maitt , il i divnou prumi komi : de 
contre-maitre, il est devenu premier 
commis. 

Kontrl-maod^ ^ ILOBtrt-iMlBd^ 9 V. 

Contremander, revoquer Tordre qu'on 
a donne , donner contre-ordre. — 0»- 
z-aveit fai koukt Vsorjan , min on la ko9^ 
tri-mand^: on avait mande le sergent, 
mais on Ta contremande. — KimandS 
on din^jpui rkontri-mand^ \ commander 
un diner, puis le contremander. 

Kontri-march , s. Contremarche , 
se dit d'une armee qui fait une marche 
opposee h celle qu'elle paraissait vouloir 
faire. — Li Ginerdl a fai fi pluzie&r 
kontri-march a Vdrmaie: le General a 
fait faire plusieurs contremarches k 
Tannee. 

■Lontri-mark , s. Contre-marque, se- 
conde marque k un ballot, k la vaissello 
d'argent ; second billet de spectacle. — 
Mett li kontri-mark a di kwt d'drginz 
mettre la contre-marque k des cuillers 
d'argent. — ^Printt inn kontri-mark po 
sorti foil del komidiie : prendre une 
contre-marque pour sortirdu spectacle. 

MoBirl-mark^ , V. Contre-marquer , 



Digitized by 



Google 



— IM — 



RON 



HOH 



apposer unc seconde marque. — Kcmtrir 
marl^ on balo, d^-t-ovreg d'ik i d'drgin: 
contre-marquer un ballot, des objets 
d'or et d'argent. 

Koacri-BMirkecii , 8. Action et ma- 
niere de contre-marquer. 

KoBtri-iMeiiii 9 s. Contre-mine, mine 
pour eventer celle de Fennemi et en 
emplcher Teffet. — F^ n'honiri^menn 
dizo ckak bastion: etablir une contre- 
mine sous chaque bastion, contre-miner 
chaque bastion. — II aieeUr al hontri- 
menn : il travaille h. la eontre-mine , 
c'est un contre-mineur. 

KLotttri-nieAr , 8. Contre-mur , mur 
qu'on bitit tout le long d*un aatre pour 
le fortifier, le conserver. — F^ on kontri- 
meltr a n'thats : faire un contre-mur ^ 
une terrasse. 

Koiiiri-niiH^, V. Contre-miner, faire 
dcs eontre-mines. — On kontH-tnina to 
li dfo% del pless : on contre-mina tous 
lea dehors de la place. 

KoBtri-miiieA , s. Contre-mineur , 
celui qui travaille k une contre-mine. 

Montri-miBii, V. Benvojer un de- 
menti. — Ti di k-fa minti, bin te n-n*a 
kontri^minti : tu dis que j'ai menti; 
eh bien , je te renvoie ton dementi , tu 
en as menti aussi. 

KoHtH-m^a , adv. En remontant, 
conta*e-mont. — Si batai ta-t^ hontri^ 
man: son bateau va k contre-mont, il 
remonte la riviere. 

iL*««rl-Bi«re, V. Contre-murer, faire 
un contre-mur. — KontH-mwrS Vcontt* 
co^r d'in€ chiminaie : contre-murer le 
contre-coeur d'une cheminee. 

iL*«iri-Hi«r««b , s. Construction 
d'un contre-mur. — Zi kontrirmureeh a 
firmin rafoirci Vovreck: Televation du 
contre-mur a sensiblement raffermi 
I'ouvrage. 

KoBtripAB, s. A-compte sur la vente 
d'un immeuble. — J*a dnS cink mHe 
/ran d'kontripan so m*cinss: j'ai donne 
cinq mDle francs en i-compte sur le 
prix de ma ferme. 

Koairi*p^B^, v. Contre-peser, contre- 
balancer, servir de contre-poids. — Vo 
deft p^zan s'kantri-pizet Von Vdtt : vos 
deux poids se contre-pesent mutuelle- 
ment. 

KoBiri^, s. Contre-pied, erreur des 
chiens qui se trompent de voie en pour- 
suivant une bete ; le contraire de quel- 
qae chose. — No chin prindt Vkontri-pt 
desingU: nos chiens prirent le contre- 

Fied du sanglier. — Vo f6 justumin 
koniri-pt di s<m k'on v*zhi di: vous I 



fait69 justement le contre-pied de ce 
qu'oD vous a dit. 

KontH-piatMiti, s. Contre-platine on 
porte-vis , piece sur laqueUe porta la 
tete des vis servant i^ fixer la platine 
d'un fusil. 

KoBtri-^ , 8. Contre-poids , poids 
servant k contre-balancer d'autrespoidB. 
— Kontri-poi d'Moch : contre-poids 
d'horloge. 

Koii«rt-p«ii, s. Contre*poil , rebours 
du poil. — Hoft^ on ckapat, strit onjvdy 
fiesti on cket a kontri-poil : brosser un 
chapeau , etriller un cheval , caresser 
un chat k contre-poil, k rebrousse-poiL 

Kottirt-^in , s. Contre-point, art de 
composer de la musique k deux ou plo- 
sieurs parties. — Aprintt li kontri^oinz 
apprendre le contre-point. 

Koniri-^iiiM) 9 V. Contre-pointer , 

giquer des deux cdtes avec du fil ou de 
I soie. — Kontrpi^oitttd on eqfte^k , inn 
cott , di tafia : contre-pointer une cou- 
verture , une jupe , du taflfetas. 

Moiitrt-^iai^ ^ V. Contre-pointer, 
opposer une batterie k une autre. — 
Kontri^ntd dd kanon: contre-pointer 
du canon. 

Kottiri-p«iHiecii^ s. Opposition d*une 
batterie k une autre; action et mani^re 
de contre-pointer; piqiire des deux cdt63 
d'une 6toffe.— Zt kontri-poinieg de kanon: 
la maniere de contre-pointer un canon. 

■LoBtri-^Iti , s. Contre-porte , 86- 
conde porte d'une place de guerre. -— 
Shd U poitt i li koniri'poitt : fermer lea 
portes et les contre-portes. 

KoBtrt-^iKOB , s. Contre-poison , r4- 
mMe qui empeche Teffet du poison ; 
antidote, mithridate, remade alexiphar- 
maque , alexitere. — Li Uqai iss-t-on 
kontri'poizon : le lait est un contre-poi- 
son. 

KoBiH-HkM 9 8. Contre-ruse , ruse 
opposee k une autre. — I m'a tolou 
atrap/par inn riiss , min ji Va surpripar 
inn kontri-Hss : il a voulu me surprendre 
par ruse , mais je Tai attrape par une 
contre-ruse. 

KoBiri*«A , s. Contre-scel, petit sceau 
a c6te du grand. — Le pdchmin del nd- 
bless son markS di kontri-sd di Govemi- 
min : les parchemins de la noblesse sont 
marques du contre-scel du Gouverne- 
ment. 

KoBtri-M^i^ , V. (Ji kontri^sel), Con- 
tre-sceller. — Kontri-silS on dtplom di 
CkfaliS: contre-sceller un dipldme de 
Chevalier. 

feL«BCrl-«Ui ^iL«itirl-«lBecli> 8. Contre- 



Digitized by 



Google 



— 162 — 



KON 



KON 



seing, signature de celui qui contre-si- 
gne. -— Zi hontri-sin d*on Miniss: le 
contrenseing d*un Ministre. 

Kontri-tfiii , s. Coutre-sens, sens con- 
traire , sens oppose. — Vo prituUa lum- 
tri-sin sou hi fdi : vous prenez le contre- 
sens de mes paroles , vous interpretez 
mal ce que je dis. — Printt inn siio/a 
kontrirsin : prendre le contre-sens d*une 
6toffe, employer une etoffe a contre-sens. 

iLoneri-sitt^, Y. Contre-signer, signer 
apres le chef de I'Etat ; signer comme 
secretaire Tadresse d'une lettre. — Li 
Miniss a kontri-sin^ VareUd^ Rot : le Mi- 
nistre a contre-sign6 TarrSte royal. — 
ZiSekritair koniri-senn U left d^ Borgui- 
maiss: le Secretaire contre-signe les 
lettres du Bourgmestre. 

Koatri-sUieJi, 8. Celui qui contre- 
signe^ qui a le contre-seing. 

KoBlrl-slBsl^B h ILoalrt-sUik, S. 

Contre-sanglon, courroie qui maintient 
la selle du cheval. 

Konirt-i^nMM , s. Contre-terrasse , 
terrasse appuy6e centre une autre plus 
61evee. — vola n'thrass hi n'e nin acd 
solitt, i f^et h'kontri'ihrass : voili une 
terrasse qui n*est pas assez solide , il 
faudra constniire une contre-terrasse. 

Koairf-tin, s. Contre-temps , acci- 
dent inopine ; contrariete , obstacle. — 
No't-avan-t^awouMnd^kontri-iin: nous 
avons essuy6 bien des contre-temps. — 
F^ n*sa€oi a kontri-tin: faire quelque 
chose k contre-temps, agir a contre- 
temps , mal k propos. 

Koacri-iir^, Y. {Ji kontri-ter, no kon- 
trirtiraiC), Contre-tirer, faire la contre- 
epreuYC d'une estampe. — Kontri'tirS 
on tdvlai, inn gravei^r, ine litografiie: 
contre-tirer un tableau , une graYure , 
une lithographic. 

KoBtri-TiB , s. Centre Yent , Yolet 
exterieur des fenStres. — Mett di kontri- 
vin a tott lejlgness dHnn mokonn : mettre 
des contrcYcnts k toutes les fenStres 
d'une maison. 

K^BtrtTiBcioB , s. ContraYcntion (et 
non contrevention), infraction k une loi , 
k une ordonnance ; inobservation dun 
r^glement. — Pdtn'amintt pv kontrivin- 
eion d rSgl^min d'poliss : il ^ paye une 
amende pour contravention k un regle- 
ment de police. 

KoBiri-YBiB, s. Dompte-venin , es- 
p^e d'asclepias , qui passait autrefois 
pour un preservatif centre les venins. 

KoBiroi , s. Contrdle , registre de ve- 
rification d'un r61e ; office du contrdleur, 
son bureau. — Li kontrol d'inn contrHe : 



le contrdle d'une comptabilite. — Noss 
ridve^ HkMr li kontrol d'on U kanton : 
notre receveur postule le contrdle d'un 
tel canton. 

iLoBtrol^, Y. {Ji kontrol h ji kontro^ 
late), Contrdler, porter sur le contrdle ; 
critiquer, censurer, verifier, comparer. 

— KontroU on rcivei^ : contrdler un re- 
ceveur. — KontroU VArgintrHe : con- 
trdler I'argenterie , la vaisselle. 

KoBtroiecta , s. Action et mani^re de 
contrdler; contrdle. — Vocial com li 
kontroleck de^ s*fi: voici le vrai mode 
de contrdle. 

KoBtroleA h KOBtrotoAr, s. Contrd- 
leur, celui qui contrdle , qui verifie, qui 
compare; censeur malin, critique. — 
KontroM di hontribucum ^ di cadassi 
contrdleur des contributions, du ca- 
dastre. — KontroU^ d-VdrgintrHe : con- 
trdleur des matieres d'or et d'argent , 
contrdleur de la garantie. — Ona nin 
n*sifaitt kontrole^s binloniil n'y a pas 
une telle contrdleuse bien loin d'ici , il 
n'y a pas sa pareille pour contrdler les 
actions d'autrui. 

iLoair^r, s. Contre-ordre , revocation 
d'un ordre. — J*ave^ Vdr de pdrti , min 
fa rsu kontrdr: j'avais I'ordre de partir, 
mais j'ai re^u contre-ordre. 

il^bu, s. Compte, calcul, supputa- 
tion. —Konttjuss : compte juste, exact. 

— Kontt to ron : compte rond , sans 
fraction. — /V Vkontt apon : faire I'ap- 
point , ajouter la passe. — Boign kontt : 
compte borgne , qui n'est pas rond. — 
Fini si kontt : terminer, vider ses comp- 
tes , en faire la liquidation. — F^ mi 
kontt : faites-moi mon compte, mon d6- 
compte.— Rintt sh kontt : rendre compte 
de sa gestion, dresser son bilan. — Apre 
avu magnt com inn biess, i rindash kontt : 
apr^ avoir mange outre mesure, il ren- 
dit ses comptes , il degobilla. — Exd^ 
min^f virijit U kontt : examiner, verifier, 
apurer, liquider les comptes. — Aprot4 
on kontt : approuver, valider un compte. 

— Pdt on ress di kontt : solder un compte, 
un reliquat de compte, un memoire. — 
J*ouveiir po m'kontt : je travaiUe pour 
mon compte , je tiens mon metier. — 
Avu s'kontt ; avoir son compte , avoir ce 
qu'on desire. — LI bon kontt fi U bon-z- 
ami : les bons comptes font les bons 
amis. — DinSiconl ckakeunn po s* kontt : 
diner en pique-nique , diner ensemble 
chacun sur ses crochets. — No^-iran 
bettr so Vkontt di m'monnofik : nous irons 
boire au compte ou sur li compte de 
mon onde. —I son bin Ion d'kontt Mi 



Digitized by 



Google 



— 163 — 



KON 



RON 



I 



d^ : lis sont tous deux bien loin de 
compte. — TV bin s*kontt : faire bien son 
compte , trouver du profit et de Tavan- 
tage. — Ess di hon kontt : etre de bon 
compte , ^re Mhle , ne point tromper 
en comptant ; parler sans feinte , sans 
dissimulation. — On vik a bon kontt ^ 
e*pai la: on vit h, bon compte dans ce 
pays. — Ta dnS cinkantt patdr a kontt: 
j'ai donne cinquante sous k-compte. — 
PSt n'akontt, pluzieiLr-z-ahontt \ payer 
un Ji-compte , plusieurs k-comptes. — 
Dtr li kontt a nUakt : donner le compte, 
chanter goguette k quelqu*un , le re- 
lancer. — Ahon kontt y d boulU kontt : 
k bon compte , au bout du compte, tout 
considere , en demi^re analyse , en de- 
fim'tive, apres tout. — Ckanb ou Coitr di 
hmtt: Chambre des comptes, Cour des 
oomptes. — On n*ne di bin so s'kontt : 
on en dit bien sur son compte. — 
OnjoU, no fdret rintt kontt d Bondiu : 
nn jour , U faudra rendre compte k 
Dieu. 

k#bM9 s. Conte, fable, roman; nar- 
ration , recit ; mythe. — - AnoXe^ kontt : 
oonte ennuyeux. — Vt kontt, boign kontt, 
kontt di vHiffranm& : conte k la cigogne, 
conte de vieille , de bonne femme , de 
ma m^re Toie , de peau d'ftne ; conte 
jaune, bleu, borgne ; conte en I'air. — 
Di kontt afi doirmi drM : contes k dor- 
mirdebout. —*KSso hmtt I Quel conte 
bizarre, absurde! 

KoaM, pi*^* Contre , pr^ , proche ; 
oppose. — Si stroukt Vtiess kontt on 
neiix : donner de la tite contre un mur. 

— Si hate kontt le-z-atnnmi : se battre 
contre les ennemis. — Pdrl^ kontt si 
eonsiainee : parler contre sa conscience. 

— Si marie kontt li volt/ d'se parin : se 
marier contre la volonte de ses parents. 

— On goss kontt natewr : un goiit contre 
nature, un goiit depray6.— RimStt konte 
li scorbutt : remMe anti-scorbuti^ue. — 
Kontt di mi, kontt di ti, kontt di lu ou 
d'lHej kontt di no-z-Oit, etc, : contre moi, 
contre toi, contre lui ou contre elle, 
eontre nous, etc. — One kontt di V6tt: 
Tun contre Tautre. -— Qna di poUr i di 
hmtt : il y a du pour et du contre. — 
n koiktd rpoHr i Vkontt : U faut savoir, 
a faut ecouter le pour et le contre , Taf- 
finnative et la negative. — K'av a dtr 
kontt sonla (ou kontt di soula) ? Qu*ayez- 
Toos k objecter ? Quelle objection avez- 
foos k faire? — Ci Vpo d'tair kontt li 
fo d^fiaUr : c'est le pot de terre contre le 
pot de fer. — Tap/ n'sakoi konte tair : 
Jeter avec coUre quelque chose contre 



terre. — Vo-^est/ kontt jo^ : vous Stes 
mis k contre-jour. 

Konit, eM, s. Comte, dignite au- 
dessus du Baron , celui qui poss^de un 
comte. — Li Kontt di Flantt: le Comte 
de Flandre , second fils du Roi. — Dis- 
p6U kHl i divnou on rickd , i voreU s'poz/ 
nKontess : depuis qu*il est devenu riche, 
il voudrait epouser une Comtesse. 

Konti-cfiproftff^ s. Contre-epreuve ou 
contre-preuve , epreuve tiree sur une 
estampe fratchement imprimee, sur un 
dessin. — F/ n'kontt-esproi^: contre- 
tirer une epreuve , faire une contre- 
epreuve, contre-epreuver. 

Konit-esproftr, s. Contre-epreuve , 
vote sur la proposition contraire k celle 
qui a d*abord ete mise aux voix. — Zi 
kontt-esprodf a stu dScizif : la contre- 
epreuve fut decisive. 

K^net-esproT^, V. Contre-epreuver , 

faire une contre-epreuve. 

Moaii-ff^, V. Contrefaire. Y. iLoii«ri-ff6. 

KoB«(-a , adv. Contre le fil. — C6p/ 

n'ntofkontt'Jl : couper une etoffe contre 

lefil. 

Konu-fftir, s. Contre-fort, mur con- 
tre-boutant servant d*appui k un autre. 
—Fdri-t-onkontt'foirpo suttni ci me^ 
la : un contre-fort sera necessaire pour 
soutenir ce mur. — Kontt-foir di sol/ : 
contre-fort , pi^ de ctdr pour fortifier 
le derri^re de la botte ou du Soulier, 
au-dessus du talon. 

■L^nCMMoi, adj . niegal, qui est contre 
la loi ; illicite, qui est d6fendu par la 
morale ou par la loi. — CisS't-acinblaie 
las' a tnoukontt-li'loi: cette assemblee 
etait illegale , eUe s*est tenue ill6gale- 
ment, eUe est entachee d^illegalite. 

mobUbI , V. {Ji kontin , no konttnan ; 
jikontairi), Contenir, renfermer, com- 
prendre dans un certain espace. — T/l 
hi kontin doze drtik : telle loi contient 
douze articles. — On cottkai ki kontin 
deHk veck i dmaie : un closeau qui con- 
tient deux verges et demie, ou dont la 
contenance est de cinq demi-verges. • 
KoaUnoii, 8. Contenu, ce que con- 
tient un ecrit; contenance, capacite; 
6tendue , surface ou volume. — L/k/m 
li konttnou di sHett : lisez-moi le con- 
tenu de sa lettre. — Kdl i VkonttnoU di 
s'jdrdin avou Vactss di batimin ? Quel 
est le contenu de son jardin, compris le 
fonddubfttiment? 

Konei-iHi, s. Odom^tre , instrument 
qui sert k mesurer le chemin qu'on a 
fait , soit k pied , soit en voiture ; 
compte-pas. 



Digitized by 



Google 



— «* — 



RON 



RON 



K^nM-pAr^^to, 8. Parde fidyerse. — 
Va/ooct del kontt-pMHe'. Tavocat de la 
partie adverse ; I'avocat adverse , Tad- 
versaire. 

■Lontt-pAHMe, s. Contre-partie, par- 
tie de musique opposee k une autre. — 
Chants, jowS rko?Ut-pMHe : chanter , 
jouer la contre-partie. 

K.onte-r^v«iuei*H , s. Contre-re volu- 
tion, revolution en sens contraire d'une 
premiere revolution. — Z^ rSwlucion i 
li kontt-rholucion ni valet nin VDiali 
les revolutions et les contre-revolutions 
ne valent pas le Diable. 

Montt-r^Tolneiouair, s. Contre-revo- 
lutionnaire , qui est favorable k la 
contre-revolution. — Arm dd pinsaie di 
Kontt-rSvolucionair : avoir des idees, des 
doctrines contre-re volution naires. — LS 
"kontt-rholucionair on sin pri h jugt : les 
contre-revolutionnaires ont ete pris et 
juges. 

K«BTair«« ^v,{Ji konmins , no koyi- 
mirsan). Courtiser, etre en relation 
d'amour. — Mi Ji vou konvairsS li fhie 
d^ cinct : mon fils veut converser la fille 
du fermier. 

■LoBTalnilaai. Voy. MonvalrUlieeh. 

KenvalrM, adj. Con vers. — FrS Kon- 
wirss , 50ilr honvairss: frere convers, 
soeur converse , religieux ou religieuse 
qui n'est employe qu*aux oeuvres ser- 
viles du monastere. 

Kouvairti, V. (Ji koneairtih, no kon~ 
vairtihoM), Convertir , changer , faire 
changer de croyance et de moBurs. — 
Kowoairii le huauino : convertir les ido- 
l&tres , les heretiques ; faire des prose- 
lytes. — Si konvairti divan d^ mori : se 
convertir avant de mourir. — Novai 
hoHpairti: neophyte. 

AionwiiriiiiAr, adj. Convertible, qui 
peut Stre convert!, change. — I tin trop 
a si rligion po ess konvertihdf: il tient 
trop k sa religion pour etre convertible. 
— Vo biU d hank son JumvairtiMf an 
rintt: vos billets de banque sont con- 
vertibles en rentes. 

ILOBTalrtlheeli h ILouTalr4lknilii , S. 
Conversion , changement de croyance , 
de sentiments et de moeurs , de mal en 
bien. — Prii VBondiu po Vkonvairtthmin 
d^ m^va krustin: priez Dieu pour la con- 
version des p^cheurs , des heretiques , 
des infideles. 

iLonvalrllhelk , s. Convertisseur, oelui 
qui reussit dans la conversion.— Ztj)/r 
ir^nd esteiirt-on gran konvairtiheH: le p^re 
Bruno etait un grand convertisseur. 

■LoBTimel^tt e iLoBTlBelott, s. Con- 



vention, assemblee nationale de France 
en 1792. — Minh del Konvincion: oon- 
ventionnel, ancien membre de la Con- 
vention. 

KAMTBAb, adj. Convenable, propre, 
sortable, qui convient; decent, expe- 
dient. — On mariech konvnab: un ma- 
nage convenable. — Dh ma?itr konvndb : 
des manieres convenables. — J'a jugt 
konvndb de fe insi : j'ai juge convenable 
d'agir ainsi. — Qoula n*e nin konvndb : 
cela est inconvenant. 

K*BTBAbmiB, adv. Gonvenablcment, 
d*une maniere convenable ; diiment , 
pertinemment. — ResporUt, si kdi^r kon- 
vndbmin : repondre , se conduire conve- 
nablement. 

MouTBBBM , 8. Convenance, rapport, 



conformite , accord ; utilite particuli^re. 

— Marieg di konvnanss, mariage de con- 
venance. — Soula- esS't'i a voss konvnanss ? 
Cela est-il a votre convenance ? 

MoBVBi , V. (Ji konvin , no kon/f>nan ; 
jikomaire), Convenir , demeurer d*ao- 
cord; reconnaitre, avouer, consentir. 

— No-z^avan konvnou di no trovi cial : 
nous sommes convenus de nous trouver 
ici. — KonvnS k'vo-^Hiv^ toir : convenez 
que vous avez tort. 

KdBVBi, V. Convenir, etre propre et 
sortable ; seoir. — Ciss plest la n*ma nin 
konvnou: cet emploi ne m*a pas con- 
venu. — /'a trov/ cou ki m* konvin : j*ai 
trouve ce qui me convient, ce qui ne 
me messiera point; j'ai trouve chaus- 
sure a mon pied. — C^ deH gin la n^kon^ 
vnet nin econl : ces deux personnes ne 
se convierinent pas. — Ki konvin-t-i d^ 
fit Que convient-il de faire? —Lh ci ki 
to Vmontt U-z-t konvin , ni konvn^-t-drdi^ 
nairmin a personn : c ;ux a qui tout le 
monde convient , ne conviennent ordi- 
nairement k personne. 

KoBvoi, s. Convoi, reunion de voi- 
tures dites locomotives, roulant sur un 
chemin de fer. — Li konvoi d'Brucel 
ka stu rastdrgi : le convoi de Bruxelles 
a ete retarde. 

KttBToi, V. (Ji konv6Xe), Con voy er , 
accompagner, escorter. — KonvHt on 
batai, on ck^rio d*poi^: conveyer un na- 
vire , un chariot de poudre k tirer. 

KoBvM^ , s. Concours , affluence , 
foule. — Ci n'esteH Vinn konvdfe di gin 
dispdl'e d matin juska VneUr nutt : 11 y a 
eu affluence de personnes depuis le ma- 
tin jusqu'k la nuit close. 

iLoBvoVeft, s. Con voyeur, b&timent 
qui en con vole d*autre8,termede marine, 

KoBTBUtoB , 8. Convulsion , mouve- 



Digitized by 



Google 



— 165 — 



RON 



KON 



ment oonYulsif , mouvement involon- 
tairedes muscles ; emportement, efforts 
extraordinaires. — E&s akcidinU (Vkon- 
vuUion : Stre sujet h des convulsions , 
Stre conTulsionnaire ; avoir des spas- 
mes, des affections spasmodiques. — 
Tomm^ cTh'Mvulsian : tomber en convul- 
sion. — Rimdle eonit U honvulsion : re- 
mMe antispasmodique. — Mori dvin U 
ioHvuUian : mourir dans les convulsions. 
«te, adj. Convulse , 



membre ou muscle attaque de convul- 
sions. — CMr konvulsioM : nerf con- 
vulse. — Artdl komulsionaie : art^re 
eouTulsee. 

K«Ms«i, s. Console, pi^e d'archi- 
tectore , en saillie et omee , qui sert a 
soutenir une comiche , un balcon, etc.; 
meuble pour y poser une pendule , un 
vase. — J*a nChimol po t mett li buss di 
Qrttri : j'ai une console pour y placer 
le buste de Gretry. 

KoMs^lAeloB h iLonBolecii, s. Conso- 
lation, soulagement donne kPaffliction, 
k la douleur. — L^ kamoldcion d*noss 
rUigion : les consolations de notre reli- 
gion. — Onli a scri baikd d'lett di kon~ 
sMdon so Vmoir di t'fi : on lui a ecrit 
beaucoup de lettres de condoleance sur 
la mort de son fils. — (T^ inCfhie hi tote 
mi kofuoldcian: c*est ma fUle qui fait 
toute ma consolation. — Apr^ Vmoir , 
VMtech cMS-t-iim fameiLSi komoldcion po 
haico d*gin: apr^s la mort, Theritage 
est une belle fiche de consolation pour 
beaucoup de personnes. 

KoBBoiAf, adj. Consolable, qui peut 
recevoir consolation, qui peut se con- 
soler. — Ell a fai n'si grantt piett k'el 
n'e nin konzoldf: elle a fait une si grande 
perte qu'elle n*est pas consolable, qu*elle 
est inconsolable. 

Koitm«iaa , autt, adj. Consolant, qui 
console; consolatif, propre k consoler.— 
SoMla «? uHiir honzotan: cela n*est gu^re 
eonsolant. — Konzolantt novel : nouveUe 
eonsolante. 

KmumM, V. (Ji kontol e ji homolaie). 
Consoler, soulager, adoucir, diminuer 
la douleur, Taffliction d*une personne ; 
essayer les larmes de quelqu'un. — 
Kamude U-t^Jlifft : consoler les affliges. 
— / n'si pan hontoU del moir di s'feum : 
fl ne peut se consoler, 11 est inconso- 
kble de la mort de sa femme. — / s'a 
Um ratt horuoU'. il 8*est bientdt console, 
fl a au bientdt essuye ses larmes. — On 
ie^ ^konMUd^to, sdv d^ md kon-t^fai : 
ft fimt se consoler de tout, excepte du 

lqii*Qnafidt. 



iLoMBoiea , eftM , 8. Consolateur, ce- 
lui qui console , qui apporte de la con- 
solation. — Li Bimdiu h I'konzjleU d*no- 
t~dm: Dieu est le consolateur de nos 
Imes. — Notru^Dam ess-t-inn binamaie 
konzoleiiss di-z-ajligt: la Sainte-Vierge 
est une aimable consolatrice des affli- 
ges. — Li Sinrt-espri konzoleU : le Saint- 
Esprit paraclet. 

KoBBomeioii , 8. Consommation ^ 
usage de certaines denrees. — J'a m^- 
Mdivin bodet d'cronptr po m'konzom- 
don : il me faut vingt grandes maiines 
de pommes de terre pour ma consom- • 
mation. 

MeomomeioB, s. Consomption, phthi- 
sic qui dess^he le poumon , les en- 
trailfes; epuisement, adynamie; ca- 
chexie. — Mori d'konzomcion : mourir 
de consomption. 

KoBBom^, V. (Ji konzom), Consom- 
mer, user, detruire par Tusage; epui- 
ser, tarir. — L'drmaie aveHk hmzom^ to 
sifdrech, tott s^ porviizion : Tarmeeavait 
consomme tons ses fourrages, toutes 
ses provisions. 

MoBBomea 9 s. Consommateur, celui 
qui consomme les denrees. — Li pal' 
n*mdk nin d'ktmzomeU : le pays ne 
manque pas de consommateurs. 

Konrndr, s. Consorts , ceux qui ont 
un meme interet dans une affaire ; co- 
debiteurs , associ6 , co-partageant. — 
I^konzdrfet bon Vonkpo Vdtti les co- 
obliges sont solidaires. 

KoBBBi , s. Consultation , conference 
sur quelque affaire. — Konzu>l di dohteUr : 
consultation de medecins. — Kornul 
d'avokd: consultation, conference d'a- 
vocats (1). — Konzul di vt ddkumin : 
compulsoire, examen des registres d*un 
offlcier public. 

mobbbI, s. Consul, ancien magistrat 
romain ; premier magistrat en France 
vers 1800 ; agent consulaire. — Bona- 
pdr a stu prumt Konzul divan d'est An^ 
ph'ei^ : Bonaparte a ete premier Con- 
sul avant d*§tre Empereur. 

KoBBBiB , s. Consulat , dignite de 
Consul. — Li Konzula d'Bonapdr n'a 
nin dwri lontin : le Consulat de Bona- 
parte n'a pas ete de longue duree. 

iLoBBBitBB, bbci, adj. Consultant, 
qui donne avis et conseil. — Avokd ou 
mdttdn konzultan: avocat ou medecin 
consultant. — Li seg-dam konzultante : 
la sage-femme consultante. 

kobbbIi^, v. (Ji konzultaie). Consul- 



TOMS n. 



2i 



Digitized by 



Google 



— IW — 



EOP 



top 



ifiv, prendre avis , conseil oii instruc- 
tiDn. de quek^t^^uii ; compulser r ^ire un 
compiilsoire. — KonmUU on uriei^ : 
ccmsulter un hoixune du barreatt.— ilfA 
moir (L konztdUv mamoire k consul* 
to. 

iLoiiwUtoik, a. Consulteur , cekd qui 
consulte. — C'ess-i-on/el dokteUr ICa todi 
n'cowaie di Konzulte^ a s*poUt : c^est un; 
savant docteup dont la client^ fait 
Xournellement queue k sa porte. — Li 
kanzulte^ di Pd^: les consulteurs da 
Saint-OMce. 

K,op, s. Couple, paire , deux ehDses 
de mSme esp^e mises ensemble. — 
Tw n'kop di hoUm: tenir,. elever un 
couple de pigeons. — Vocial inn hel Twp 
d'amoureH : voici ua beau coupk d*a^ 
moureux. — Di bili kop di j6nn mari/i 
de beaux couples de jeunes epoux. — 
Magna n*kop d*oi^ , inn pair d'oH : man- 
ger une couple d'ceufs. -^Onno ra^osta 
aimm n'lop dijdnn lapin : oanous regala 
d*une accolade de Isipereaux.. 

iLop , s. Couple , lien pour attacher 
deux chiens de chasse. 

Klip., s. Coupe , action de couper ; 
fa^on de tailleur, de cordonaier, etc. — 
Mi kotwri a n'bonn Mp : mon tailleur a 
la coupe bonne.. — Zi JUfp di'Z^ : la 
taille des arbres. --Zihdp di jvet : la 
coupe des cheveux. 

K4p, s. Coupe, representation d*uii 
lament, d'un vaisseau, etc., qu'on 
suppose coupe verticalcment et hori- 
zontalement, pour en montrer les de- 
tails interieurs et les dimensions. — Zi 
Up d'inn mohonn , d*on moliu : la coupe 
d*une maison , d'un moulin. 

lidpAf, adj. Secable, qui peut^tre 
coupe. — • On jvet n!i nin kdpdv i Idr- 
ffeUr : un cheveu n*est pas secable daos 
sa lai^ur. 

lUpAb y s. Cueillette r saison oa on 
la fait; recoltCi — K6pdh di jfru: cueil- 
lette de fruits* 

WLQpmhmiy s. Attelage d*un chariot 
pour gravir one pente , terme de mine. 

■fcApaiwiy s. Copahu, baume ou the- 
ribentine qu*on tire d'un arbre du Bre- 
sil appele copayer ,. et qui est employe 
contre les maladies des voies urinaires. 
— ZiMm. di Mp<Au/ai »r»*a//: La baume 
de eopahu est purgatif. 

lU»a2^s. Copayer, arbre £ort61ey£ 
du Bresil et dont on. tire la therebeur 
tine du copahu«.— Zi kdpSt n'son nin 
cnohou i noss pal' : le» copayers ne sont 
point connus dans notre pays. 

iLopair, s. Niais ou mgaud, terme 



inj[urieux pour les Dinantais.. — Zi kih- 
pair di Dinan : les niais de Dinant. 

iLspAirl^ y. {Ji kopairiie). Nigauder^ 
faire des balourdises , des nigauderies. 

— Cam il on kopairi ^vin dis-t ajair 
\ la ! Comme ils out nigauda dans cette 

afiaire ! 

Mopftlnr^lA ^ Kop«lr«eby S. Niai- 
serie , nigauderie ,. bevue. — K^ ko- 
pairriie a-t-on/ai la? Quelle balourdise 
, a-t-on faite? 

■Lttpai , s. Copal , gpmme d*une odeur 
agreable et tiree d*arbres d^Amerique. 
—Di vierni d*kopal : du vernis de copal. 

M«p«i, s. Petite meule, pile de ger- 
bes ;. gerbe d'avoine mise debout. — 
Mett ti grin i kopal : mettre les bleaen 
petits tas , en dizeaux^ 

KttffAi, s. Eminence, mjonticule. — 
QripS so cm kopal la, VO' ve^S bin Ion 
tO't-dtoH (Tvo : gravissez ce monticule ,, 
vous decouvrirez autouji de vous un 
vaste horizon, 

lUpftrAi, 8. Caporal, sous-officier 
au-dessous du sergent. — Zi hffpardt dB 
poss : le caporal du poste. — Zi k/fpardt 
dHnnkipagniU: lescaporaux d^une com- 
pagjue. — C? rkdpardl ki mett i ki rltp 
li sintinel: c'est le caporal qui pose et 
qui relive les sentfnelles.— Miji k^fai 
ginMtl ou kdpcwdl i mon flls est nomiaS 
general ou caporal. 

iL4«Ar^ie, s. Couvre-feu , coup da 
cloche qui autrefois marquait Theure 
de se retirer , d*eteindre les fdux et de 
fermer les portes de la ville. — Dispai- 
ckSv di n^'iralCf torate on sonnri Pk(fpan 
rOe : depSchez-vous de retourner au 
logis , tout*^-rheure oa sonnera le cou- 
vre-feu. — Zivi Simonon afai di/ameit 
bai kouplet so Vkdpariie : feu M. Simonon 
a fait de fort jolis couplets sur le couvre- 
feu. 

iLiH|Mt««., adr. Encore passe , passe 
pour cela ; patience. — JowS al poU po 
n*dimaie canss , ko-pass ; min a on /ran , 
i n'mi plat nin : jouer k la poule pour 
un centime, k la bonne heure; mais £ 
un franc , je ne le veux pas. 

iUp^,.v. (Ji kdp). Couper, tranc&er, 
separer,. diviser. — Kffp/i dei^i couper, 
sepamr en deux ; pourfendre. — K6pi a 
boket: couper, decouper en morceaux. 

— KdpSdi ckmtk , di tovreck : taitlbr des 
chemises ,.de Fouvrage. —KOpdd^JMtr, 
difiu : cueillir des fleurs, des fruits. — 
K6pS n'janb'i couper , amputer uno 
jambe» en faire Tamputation, Tablktion. 

— K6pi VguHiXe: couper la gorge, egor- 
ger , tuer, couper le sifflet», coupet le 



Digitized by 



Google 



— 1« — 



KOP 



ccra; fttcr Ics moycns d'erxistcnoB. — 
K(^ hress e janb : «oupcr bras et jam- 
bcss ; dfcourager ; fkire une imnstice 
enorme« cmnte. — K6pS ul tlf Mr : 
ooaperxlans le vif; inciscr, faire nnc 
incision. — KOpeVaiw to nofan: couper, 
fendre i'cau en napeant. -— Zitfp/ Pieb 
dtso fpl^ coupcr rherbe flous le pied , 
sopplanter qtrelqu'nn avec adresse. — 
KipSfo rpu co^tt di vdi'e : coapcr par !e 
jdns conrt chemin , couper par le phis 
court. — JSj9p^ U fftv : conper, inter- 
cepter les vivres, fermer les avenues 
pour emp§cher rintrodnction dee Ti- 
vres ; dter les moyens de subsistance. 

— KM rfet : couper le ffeu , Hncendie. 

— Kajp^ vj%v : couper la fl^vre, en cm- 
pfeher le cours, le progr^. — K^i 
fpofoJ : couper la parole. — No JUfpt po 
tel androi : nous nous achemintmes 
▼era td endroit. — Kdp/foA : couper, 
toumcr quelqu'un pour le traverser, 
pour le devancer. — / s'Mp : il se coupe, 
il «e contredit , il se condamne. 

WL%p^j V. Couper, retrancher les par- 
ties de la generation ; cMtrer, operer la 
castration. — Kdpe on jvd : chfttrer un 
dicval , ie bongrer. 

Kdp^, v. Couper. Voy. p»«init. 

K«i^, v. Couper. Voy. iiASBt. 

wu§f^^ s. Castrat, chanteur ch&tr6 
d^ Tenfanee. Voy. Haaii^. 

K«p^, s. Cuve de vendange. — Li 
poitiH ikdet let bodet d'trok divin I? hdpe: 
les botteuTS vident leurs paniers de 
raisins dans les cuves de vendange. 

WL4p^ , 8. Coup6 f partie de devant des 
voitures publiques. — Rittni Vprumt 
jfleu ^ kdpd: prendre la premiere jrface 
dans le coupe. 

lUpeck , s. Action et mani^re de cou- 
per. Voy. MAp. 

iLdp^ff«*9 V. Couper, traverser, par- 
tager, diviscr; couper chemin h, quel- 
qu'un. — Onedr d'&rmaie si IHa Mp^foti 
far Vainnmi : un corps d*armee se laissa 
couper par Tenncmi. 

iLApHe, s. Copie, ecrit fait d*apres 
un autre; expedition; transcription, 
mise au net, fac-simile; ampliation, 
apograpbe. — FS n'kop^ie: faire, pren- 
dre, tirer copie. — F/ Vkopeie d'inn ah : 
groesoyer un acte. — Wdrdi n'kopHe : 
garder, retcnir, conserver une copie. — 
JN iifUVltopHe d'innah: faire signer, 
fiure redimer la copie d'un acte. — CTesS" 
Mm MgiiUU sin kopiiei c*est un ori- 
ginal sans copie , un homme ridicule , 
extrmragant. — DeHtinm kopHe, treH- 
( kopHez doplicata, triplicata. 



KOP 

KdpM«s«e«te9 ▼. ftgoTger, trouper la 
gorge , assassiner. Voy. moiidri. 

■Ldp^iHieM, V. Decapiter, trancber 
la t§te , guiUotiner, mettre k mort par 
ordre de justice. — On kdpa Vtiess a sett 
loXet It mainm jot : on d6capita sept 
garotteurs le meme jour. 

iLopemi , 8. Entretien , pourparler , 
colloque. — Det meskenn prindet voltt 
n*kopenn : deux ser^'antes aiment d*en- 
trer en pourparlers. 

&opei( , s Sommet , cime , coupeau, 
comble, ftiHe , sommite. — Al kopett di 
tiair : au sommet de la montagne. — Al 
kopett di tet: ^u faite du toit. -— Li 
kopett on U sopett di vegn : les sommites 
des vfgnes. -*- Li spirou montet juska 
Vfenn kopett dk pu M^-^i les 6cureuils 
montent jusqu^^ la cime des plus grands 
arbres. 

Kepeit , s. Gobelet , tasse , coupe. — 
Kitpett di toss : gobelet de tasse. Voy. 
HarboU. 

Kdpeft, eftna h reM, 8. Coupeur, qui 
coupe les grappes en vendange; ven- 
dai^eur. — Fd di kdpet h di poirtet 
d'bodetpofi Vvindinck: U. faut des cou- 
peurs et des botteurs pour faire la ven- 
dange. 

iL4pell , 8. Cueilloir, panier dans le- 
quel on met les fruits que Ton cueille. 

— Prind^ Vkdpet avou vo po mett li ci^ 
lih : prenez le coupoir avec vous pour y 
mettre des cerises. 

KdpeA , 8. Coupeur, qui coupe , qui 
prepare Fouvrage. Voy. fa«rei. 

Kdpclk 5 8. Coupoir, instrument pour 
couper et rogner dans diflP^rents me- 
tiers. — Li ci ki/et del mandl'e sisiervet 
d*kdpet : les ouvriers de la monnaie font 
usage de coupoir. 

i£4peftHi*as««M , 8. Pedicure , celui 
qui coupe les cors, les oignons, etc. 
—Li kdpet-d*affuess a mdk^ (£m*esiroupt: 
I'artiste pedicure a failli m'estropier. 

Kdpeli-d*b«iUi0, s. Coupeur de bourse, 
filou qui derobe avec adresse ; maraud. 

— Li kHpet'd'botss si watnnet volil wiss 
ki gna flouk: les coupeurs de bourse 
aiment de s'insinuer ou il y a cobue. 

Kdpelkr , s. Coupure , s^aration , di- 
vision ; incision. — Ona wk6petr divin 
fn*pico d*dra: il y a une coupure dans 
mon coupon de drap. 

Kdp-cMMe, 8. Coupe-gorge, endroit 
dangereux k cause des voleurs ; ^cor- 
cherie, bdtellerie oil Ton fait payer plus 
qu'il ne faut; regratterie. — In'fai nin 
Son pacS la del nutt , c^ess-t-on kdp-guetfe : 
il est dangereux de passer par-Ik la 



Digitized by 



Google 



— 168 — 



KOP 



KOR 



nuit, c*e8t un coupe-fforge. — N'aUnin 
logt ^ ciss mohonn la , e^eu-Um k6p- 
gueHfe: n'allez pas loger dans cette gar- 
gotte , c'est une ecorcherie. — Vintt al 
Mp-gueiU'e : vendre k un prix exorbi- 
tant; survendre. 

Kopt, V. (Ji kopHCf no kopian). Co- 
pier, faire une copie ; transcrire, imiter. 
— Kopi n*lett , cm dicin , onltv, del m%- 
tik : copier une lettre , un dessin , un 
livre, de la musique. — Kopi fiddlmini 
copier fidelement, exactement. — Kopt 
n'ak di notair : copier, grossoyer un 
acte de notaire. — JJ scolt s'kopiet sovin 
Von V6tt : ies eleves se copient souvent 
Tun Tautre. 

■Ldpta, s. Accacia. Yoy. Akaci*. 

Kopiech, s. Action et mani^re de 
copier. — Z'ouhicnn a m^zdh (i'H comipo 
Vkopiech : Tusine a besoin de huit corn- 
mis pour Ies copies. 

Mopiech, s. Plagiat, action du pla- 
giaire. — Honied k^nech : honteux pla- 
giat. 

MopiA, s. Plagiaire, qui s'approprie 
ce qu'il a pille dans Ies ouvrages d*au- 
trui ; comj-ilateur. — Ona di-z-afronti 
kopid : il y a ciVlTroiites plagiaires. 

MepleA, e^A, s. Copiste. V. KoplM. 

Hoping, Y. {Ji kopenn h ji kopinaie, 
no kopifuin). Causer, faire la conversa- 
tion , baguenauder chez Ies voisins. — 
Vin^ss heiir li kafet atou mi , no kopinn^ 
ran no de^ : venez prendre le cafe avec 
moi, nous causerons nous deux. 

MopiBcch, s. Causerie, entretien, 
caquetajge. — - Vola de^ k'mer k'ainmet 
daotm li kopineck : voilk deux commeres 
qui aiment extr^mement le caquetage. 

Moplneft, eftM e res* 9 s. Causeur, 
jaseur , bavard. — Li kopineii h U ko- 
pinnress ni son mdXe di gin d'ovreck: 
Ies causeurs et Ies causeuses ne sont 
jamais des gens laborieux. 

M«pu« , s. Copiste , celui qui copie ; 
employ^ de bureau , commis ; fesse- 
cahier, scribe. — F^ I'kopiss: faire le 
copiste, fesser le cahier. — Fdtt di ko^ 
piss : faute de copiste, de gratte-papier. 

Kbp-iAr, s. Tranche-lard, couteau k 
lame fort mince dont Ies caisiniers et 
Ies rotisseurs se servent pour couper 
des tranches de lard. — Prindi Vkdp- 
Idr po kUH di fini irinck di janbon: 
prenez le tranche-lard pour couper de 
fines tranches de jambon. 

K.opi^, V. (Jikoplaie). Coupler, atta- 
cher ensemble des chiens de chasse 
pour Ies mener. — Vo deH Ihrt esit 
kopU: Yos deux levriers 6taient couples. 



iL^pieeii, 0. Action de coupler, rfr 
sultat de cette action. 

ii#pit9 s. Palonnier, pi^ d'un train 
de carrosse, laquelle tient Ies traits. — 
Li kopli di s'carock i kace : le palonnier 
de son carrosse est brise. 

Mdp«i . s. Coupole , int^rieur , partie 
concave d'un ddme; le ddme m^me. — 
Li k6pol di Sin-f-Andri : la coupole de 
Saint-Andre. 

■Ldp^a, s. Tison, reste d*un morceau 
de bois dont une partie a ete brCLlee. 

ii«»poii, s. Coupon. Yoy. p^o. 

iLop^u , ow , adj. Dodu , arrondi. — 
On kopou viuck: un visage doJu. — 
J6nn mariaie ki dvin tote kopow: une 
jeune mariee qui est tout arrondie. 

KdpreM, s. Compresse, linge en 
plusieurs doubles qu'on met sur une 
blessure. — Mett inn kdpress so n'pldte : 
mettre une compresse sur une plaie. 

i44prdM, s. Couperose, sulfate me- 
tallique. — Vett kifprCss : couperose 
verte, sulfate de fer. — Blank kdprSst : 
couperose blanche , sulfate de zinc. — 
BleH/kdprdss : couperose bleue, sulfate 
de cuivre. 

K4prdM , s. Couperose , pustules au 
visage. ■— Ess maldtt del khpr6ss : Stre 
malade de la couperose, 6tre couperose, 

Kdpr4B^, ale, adj. Couperose, atteint 
de la maladie appel6e couperose. — 
Avu Vviuck kdprdtd: avoir le visage 
couperose. — Li p(k> bdcel e tote kdprd^ 
zaie : la pauvre jeune fille est toute cou- 
perosee. 

Kopomai, s. Faisceau de gerbes. 

Mop«ra«, v. {Ji kopumaie), Accou- 
pler , joindre par couples , apparier lea 
animaux ; forniquer , commettre le pe- 
ch6 de fornication. — On kmdnnmin de 
Bondiu difin d'kojmm^. un commande- 
ment de Dieu defend de forniquer. 

KopariMcii 9 s. Accouplement, forni- 
cation, peche de la chair entre des per- 
sonnes qui ne sont pas marines. — Si 
kJicS di kopwmeck : se confesser du pe- 
che de fornication. 

Kopurneft 9 eftsii OU ress, S. Fomica- 
teur, celui qui fornique. — Kopwmeit^ 
gran pickeHi, : fornicateur, grand pe- 
cheur. 

K6r, s. Corps, certain nombre de 
soldats OU d^autres personnes ; pha- 
lange. — On fame'k kdr d'drmaie : un 
nombreux corps d*armee. — K(fr di 
mestt : corps de metier, corporation. — 
Kdr di rligeii : corporation reli^euse. 

K4r, s. Corps, partie materielle de 
rhomme. — Ona prUe di kHr contt li 



Digitized by 



Google 



— I«9 — 



KOR 



KOR 



reivH: il j a prise de corps contre le 
Beoeveur. — Enn ni respontt klfr po 
kSr : en repondre sur sa ti§te, 

■Ldr, S. Cor. Voj. K«r-dl-elieM. 

KorA h KorAM , 8. Grosse fourmi. — 
Niate di kord : nichee de grosses four- 
mis. 

K«r*ii J s. Course. — Li hordh di-p- 
ok : la course des Odufs, certain jeu cam- 
pagnard. 

Koraie , s. Course tr^-rapide. — 
Tola rdial koraie ! YoUk une course 
ezcessiyement rapide. 

K«raie, s. Corail, sorts de plante , 
d*arbri8seau pierreux. — On kabinet 
ff koraie : un cabinet de coraux. 

Koraieft, s. CoraiLleur, celui qui va 
h, la pSche du corail. 

KorAi, s. Enfant de chcBur (1). — En 
kordl a Sin-PS : gtre enfant de choeur 
k Saint-Paul. Voy. »omrai« 

K^raiena , s. Coralline , esp^e de 
polypier , substance marine , pierreuse 
oomme le corail. — Zi koralenn i bonn 
po U viair : la coralline est vermifuge. 

Konui , antt, adj\ Courant, qui court, 
qui coule; ruisselant, coulant. — Li 
ffri koran : le prix courant. — Conit ko- 
ran, mandTe korantt: compte courant, 
monnaie courante. — Del korantt aiw : 
de I'eau courante, eau viee qui coule 
toujours. — Li Koran d-Vaiw : le cou- 
rant, le fil de Teau. — Koran d*air: cou- 
rant d'air. — Ekriteilr korantt : ecriture 
cursive. — Koran d-Vdnnaie, de tnei^t 
del $amatnn: courant de Tannee, du 
mois , de la semaine. — Ess d koran di- 
t-ajair : ^re au courant des affaires. — 
Yoss pitiie ki U dija to koran : votre pe- 
tite qui lit dej^ tout courant, coulam- 
ment. 

MMTmm , s. Coran. Voy. AlkorMi. 

K^rMMiia, adv. Couramment, ra- 
pidement, avec facilite. — Lir i scrir 
koranmin: lire et ecrire couramment, 
fedlement. 

K«nut , s. Coureur de flUes. 

iL4rbiiiAr, s. Corbillard, chariot & 
transporter les morts ; char de deuil , 
char funebre. — Li kdrbilidr vin di pacd 
acou vin carock ki sHvt : le corbillard 
vient de passer avec une suite de vingt 
voitnres. 

KArk««t, s. Cordonnier pour femme ; 
ee metier avait pour patron Saint-Cres- 
pinien. 

K*r€l, V. (Ji korcHey no koreian), 
Coarroucer, mettre en courroux, f&cher, 

(1) Cktwmi •*«•! pa» fraBftit. 



irriter. — Zip^fiu korei del eondwitt di 
s'fi : le pire fut courrouc^ de la conduite 
de son fils. — Si kor€i : se courroucer , 
s*emporter, se mettre en colore. 

M4r«ei , s. Tutelle , direction. — 77 
ess-t-a m'k/k'del : il est sous ma direc- 
tion. 

Mar4i*i, s* et adj. Cordial, poudre, 
breuvage propre k conforter le coeur, 
restaurant , consomme. — Ci boufon Ja 
i com on kdrdidl : ce bouillon est un vrai 
cordial. — No wHenn on di kdrdidle ma- 
ntr : nos voisines ont des manieres cor- 
diales. 

iLdr4iaii««« e iL4rdiai«« , s. Cordia- 
lite , affection sincere ; franchise. — 
Pdrl^y respontt, ndlr avou kdrdidltii 

Sarler, repondre, recevoir avec cordia- 
te. 

ii4r4iAiniiii , adv. Cordialement , de 
tout son CGBur, d*une maniire cordiale, 
affectueusement. — VikS kArdidlmin 
avou to Vmontt : vivre cordialement avec 
tout le monde. — HSr kdrdidlmin: hair 
cordialement, hair avec une sorte de 
plaisir. 

K.ar-di-ehMi« , s. Cor , instrument k 
vent courbe en spirals. — Son^ VkOr^v- 
ckess: sonner du cor, donner du cor, 
jouer du cor; grailler, forhuir. 

K4r4«ii. s. Petite tresse ronde ou 
plate, de nl, de coton, de sole, etc. — 
Li kdrdon d*on ckapai: le cordon ou le 
ruban d*un chapeau, — Kdrdon d*kU^tt : 
cordon de sonnette. — Kdrdon d'montt , 
di boilss , di soU : cordon de montre , de 
bourse, de Soulier. — Kdrdon dHnn pess 
di mandu : cordon d'une pi^ce de mon- 
naie. — Kdrdon d'naicajtss : cordon om- 
bilical. — Kdrdon d'troupi cordon de 
troupes, suite de postes militaires k 
portee de communiquer entre eux ; cor- 
don sanitaire, troupe pour emplcher 
les communications. 

Kdr^, V. {Ji kdr h ji kdraie). Cor- 
royer, parer, repasser, ratisser, adoucir 
des cuirs et leur donner le dernier ap- 
prSt ; en faire tomber les polls. — Kdrd 
di pai d'vai, di dir di jvd : corroyer des 
peaux de veaux , des cuirs de cheval. 

Koreeb , s. Courage , disposition par 
laquelle F&me se porte k ^uelque chose 
de hardi , de grand , de difficile ; coeur, 
valeur, intrepidite, bravoure, vaillance. 
— Koreg d'om : courage m41e , viril. — 
Din^ de koreck : donner, exciter, enflam- 
mer, 6chauffer, enfler le courage. — 
West^ Vkoreck , fi piett koreck : flechir, 
glacer, refroidir, abattre le courage; 
ddconcerter, interdire.— 22t»<^ li koreck, 



Digitized by 



Google 



— !1» — 



KDR 



KOft 



lev«p , retreraper le <K>uTage , ivmettre 
le coMir an ventre. — MosMiTkorech: 
montrer, signakr soh cemrage. — Printt 
H koreok « Mb min , fold se s'kerffc^ : se 
faif e violence. — Piett ii k&rech : d6- 
couragement. — Jan haU , korech , «i^- 
»Hmi! AllonSy mes amis, courage! — 
Zi wme korech, «*^ d'savu sovfri : ie vrai 
oourage est de savoir soulfirir. — MivA 
herech: col^. 

Kdrceh , 6, Corroi , fa^on <)Tie le «or- 
royeurdonne au-cuir. — Fow-f-t/rH d 
rlownU po VkCrech : votre ouvrier «e 
distingue dans le corroi. 

iL9whm^t^ h Morrfiaiitt, B. €orree* 
tion, action de €orriger. — Li kortgmin 
d^fAH, di d^fd ' la correction des fautes, 
des defauts. — Li kor^geg de-^-^spro^: 
la correction des ^prenves. 

WLmrh^eh , s. OorrecteuT , celui qui 
corrige, qui reprend ; censetir. — JTor^- 
geH d'inprimrhe : correcteur d'imprim^ 
rie, celui qui corrige les epreuves d*aiie 
imprimerie; prote. 

Kor^seft , e^M, adj. Courageux, qiii 
a du coeur ; brave, intr6pide, valeureux. 

— On kor^geH s6d^ : un courageux sol- 
dat. — Kor^eftss mSr : mere coura- 
geuse. — Kor^geit d^wutvmin : coura- 
geux d6vouement. — Koregetss res- 
ponss : courageuse reponse. 

K^r^geftflintii, adv. Courageusement, 
avec courage , avec hardiesse , brave- 
ment, intrepidement. — Si d'flntt korh- 
getsmin : se defendre courageusement, 
vigoureusement , vaiUamment. — On 
tuppiit pu korigetsmin on mdle^ hi 
Vpiett di respdranss : on supporte plus 
courageusement un malheur que la 
perte de Tesperance. 

Kor^st) V. {Ji korech, no kor^jm), 
Corriger , dter un defaut, des defauts ; 
rectifier, amender, perfectionner, 6men- 
der; morig^ner. — - ^or^^l d^ grozi/Utt: 
corriger des fautes craves. — Li p& 
koredi s^-z-^an : le pere corrige ses en?- 
fants. — On It/k'i koregt : un livre cor- 
rig6. — 6dicion rivHow ^ kor^gHe : Edi- 
tion revue et corrigee. — Kor^gi on 
fndot l^: expurger un livre licencieux. 

— Ci piel la nV nin a kor^t : ce drOle 
n'est pas corrigible , il est incorrigible; 
son caract^re annonce Tincorrigibilit^. 
-- II a stu maldtt di foumt , ti soula 
VpoUf korlgt / II a 6t6 malade de fiimer, 
si cela pouyait le corriger ! 

Kor^sM^F, s. Corregidor, ProcureuN 
gen^ral en Bspagne. 
' K^HjAff, adj. Corrigible, qui peut 



^x^ Qidtt^^^ i^6Ctlftabl6 , EBienAable. •— - 
Z^fwi^ wn korij^f: les abus sont CMv 
rigibles. — FMt korij^: fkute corri- 
gible. 

iLvreft) B. Ooureur, I6ger k la oourBe ; 
cel«d qui est rarement k la maison, mi 
s'absente, qui voyage souvent; liberwft, 
coureur de nnit , qui fsiit de la nuit le 
jo«r. — Kon0(t rf'&w d ^comBM^ : oou- 
reur de bals et de spectacles. -- Kong% 
d'hordni : ooureur de bordeis. 

Kdreft , B. Corrojeur , artisan dontle 
metier est de corroyer les cuirs. — t>i 
tine^-» mhdh di ban kireit : ub tani&eur 
a besoin de bons oorroyeurs. 

ILorelkMi ^ K.«*rreMi, S. Coureuse, 
fiHeou femme prostituee. -^ Ko%fress 
di ko^tigdr : coureuse de oorps-de- 
garde ; gueuse. 

H^HTi, V. {Ji iboftr, no horan ; ji Atfftir^. 
Courir ou courre, aller avee vitesse, 
avec imp^uosite. — Kori di s'pu ^^, 
ou d'sipu pitty hori a dadatei oourir de 
toute sa force , oourir k toutes jambes , 
k toute %ride, k bride abattue, au galop, 
ventre k terre. — Kori Mfe , H kori li 
jmibjMh di C6u: se sauver, prendre ses 
jambes k son oou. — Kori fo^t-nvd 1$ 
waitt : parcourir toutes les prairies. — 
Kori Vpirtontainn , kori U f>6i^: courir 
la pretentaine , divaguer. — Kori Adr i 
kdtt tote H jotimaie : courir ^ii et Hi, ne 
faire que trdler tout le long du jour. — 
J'a korou po to costd: j'ai couru par- 
tout (1). — Kori toie nutt*. courre ou 
couiir le guilledou , aller en dibauche. 
— Kori Vposs : courir la poste , fiaire 
uneohose pr6cipitamment. — Kori po^ 
z-avu n'pless: courir une charge, un 
emploi ; chevaler, valeter, se donner de 
la peine ; employer toutes les herbes de 
la Saint-Jean. — Kori po n*saki : inter- 
c6der pour quelqu*un. — F^ kori di bru : 
faire courir des bruits. — Kori so VjelL 
dHnn sakt : couper le chemin k quel- 
qu'un , le contrecarrer , le derouter , le 
deconcerter , refr^er ses mauvaises 
habitudes. — JBaicd d'rinit korei dk 
prumt d*md$$ : beaucoup de rentes cott- 
rent k partir du premier mars. — Kori 
le'9'Oii: hire la course des oeufis, oer* 
tain jeu campagnard. 

Kori, V. Couler, decouler, finer, rtds- 
seler. — On rew hi koHr Umjti^nmin : 
ruisseau qui coule lentement. — jP/ 
kori Vaiw : faire ecouler Teau. — Z» M*» 
i korom/oH di tonai: la bi^re s'est feoti- 



(l)lferiitM pat: i« nit «o«in», quuiqo^on disc j§ 
MM mteourui •ette faQte eat plat t^ncata aacofa dana 
U boaaha d'una fanme : /iMii> rotfrna/... 



Digitized by 



Google 



— 471 — 



■OR 



Jkm 



le 8an^fuis8eU^« — J'aon moihmi r ^ 
aarww hi ko^ ; Je suis «irhuiiM da c«r- 
v«B«, moQ Boz ma eoule. — li souw^^r 
U hmreval dikmkdi viueh: la suevir lot 
Mulait le long du risage. — Zi Idm U 
hartfiik dl0-«*-oftj^ : ks larmas lui coo* 
teieBtde&yeBX. — (7u* chandd U^j eV 
^ iR^toft ffftit, tfZ A(>i)r: catte ohaadeUor 
«it. do mauyais gulf,, elk. ceuLe. — On 
loMft', OM «tot A« A^l^ ; ua toiuMaa ^ ub 
aeaa qui ooale, quifuit^ qui s'enfuk. **- 
P(te Ai iiHk* : plaie qui flue ,. qui suj^ 
pHTB^ q|ui est venue k suppuration, qfu 
Morete, oiiil 7 a seoretion. — - Olmii^po 
fi hm V oQgueiut si^puratif . 

bmpI 5 8. CouffFifiP , eelui qui court la 
poste pour porter les depeehes; tolalite 
dA» lattpes qja*on regoit ou qu^ou eerit 
par un seul ordinaire. — E^^ di kori : 
eav^er, deplcker^ expediery£ure partir 
dee eeumers. — Kori a. pt: pedom , 
eouniec iit jned^ — Kori del mal : cour- 
ner de laauUle. —AUss $ogni voss hori: 
allez soigner votre courrier, votre cor- 
re»poiidance. — JKori d'mdlei^: cour- 
Eier div nudkeur, persoone (^ vient 
aimoQoer une niauvaise nouvelle. 

jKMiMi*, mmtt^ adj« Souple , flexible, 
naniablA,^ qui plie aisement. — Ona ritie 
4fp% horian ki Vw^r : il n'y a rien de 
plus souple que Fosier. — Lk juweH 
d^Mr diei-^-acu di koriant^ mm: les 
j^aBors de tour, les bateleurs doivent 
avoir le» makis souples. 

iL^rteaaiiB , adv. Avec souplesse. — 
Mmavw^ si Ireu & sejanb htniawimn: 
xtmaar bra^ et jambe» avee aisance , 
avoir beaueoup de flexibiiite dims lea 
bias etle» jambesw 

iLmrieM, 8. Oreille, tirant,. laogiiette 
de- cttiF pour boueler des souliers. — 
JM^dviifi, UMU korieU: nouar^de- 
Bouer, l&elier lee oreillee, les tirants 
4*ttB> Soulier. 

■L*rt-^T4le^ y. S-eBfuir,,s*ecouler. — 
iSf imufrott Aoru M^e : le banquero.utier 
prit laifaite, fit haut le pied, eafila la 
ymBBUdi — Uoim heir-epOU : Teau 8*6- 
aank. — ^Zi tin ka^-hCie sinsaeu^: le 
lai5p»a*eoott]B inflensiblemenit. 

■L*riii , 8. EscouFgee „ fouet de char« 
xeiie»,.de eeoker, e^^-^Mameh dik»f^ : 
lafjgpe d*ui^ fouet. — ChioeHU di horth: 
a i ehe -d*un fouet. —DMdicdd'harth: 
d0iuier des Qoups de fouet, des aoguil- 
kdes, fouetater , fouailler. '^lU to^ima 
iihot^ iU(A di vkech: il lui« cingla. le 
yiaaga d'un ooup de fouetv — Qnik fum 



il n*est si yieux oharretier qui B'aii»6 
de faire claquer son fouet , de ftuFe 
valoir son auterite, son credit,, qjoi ne 
veuille jouer Timportant. 

■fcAriM f s. Marmelade , confiture de 
fruits presque reduits en bouillie» -^ 
Neitr kSrin r hlau hdrin : marmelade de 
fruits , marmelade de riz. — Qna tro p4 
d*k6rin so vo doraie : 11 j a trop peu de 
marmelade sur yos tartea:. 

■LMriBM^ s. Couraote, devoiemenl^ 
diarrhee, djssenterie , flux dyssente^ 
rique. — Hc^ Vkorinss : attraper la eou- 
rante. 

iLMiBtMui^ 8. fiaisin de^ Corintbe # 
raisin sec. -^ M di korinUnn po /^ di 
ban hachiss : il faut des vaisins de Co« 
rintbe pour bien assaisoimer un ba^ 
chis. 

iLorintf nfty s. GroseiHer des Alpes ^ 
arbrisseau^qui porte les raisins dits de 
Corinthe. 

WLmnoUj s. Languette detachee. 

K4rit^ 8. Courlis ou courlieu , oiseau 
aquatique qui est bon k manger ; ibis^ 

iid»Ma«oB , s. Comaline, pierre pre- 
cieuse, rouge et un peu tranaparente. 
— Klif d'montt di k4malenn: cle de 
montre en comaline. 

Kdmidi, s. Cornelie, nom de femme. 

iLdrM^iiM^lCorneiUe, nomd*homme. 

Kdvaea h Kolmetl f a. Cornette , 
coiffe , sorte de coiflfure dont les femmes 
se servent dans leur deshabille ; battant- 
; FoeiL — K6meU di diniel : cornette de 
dentelle. — ^/ mett todi n'hlank kdmeU: 
elle est toujours en cornette blanche. 

lUraiea^m ^ s. Comichon, petit con- 
combre propre k confire dans le vinai* 
gre. — Wdrdd on pa d'hOmichon : se r6- 
server un potde oornichons. 

iL»r4Ve, s. Ck)urrote, pi^ce de cuir 
coupee en long, etroite,.qui sert k lier 
ou a attacher quelqiie chose. — Libt, 
dildt, sitrinte, IMdU kord)^ : nouer,.de- 
nouer, serrer, l&)her les courroies. 

iLar4to j 9, Corroi ,, massif de terre 
glaise pour arreter Teau. — F^ ntkordU 
di did : glaiser^ faire un corroi de terre 
giaise. vojk movwA. 

iLoraie, s. LentiHe d*eau, plante flu- 
viatilcrmasaette, trainaase, herbe de 
St-Jean. — PekldmostOe divi»le kor6U: 
picher aux moateilles dans les lentiUes* 

k*b4Io, s. Trepointe, bande de cuir 
mince, que les cordon niers, les bourre- 
liers, etc. mettent entre deux autres 
cuirs plus epais , peur soutenir la cour 
ture. — Avdwli kordie , on./ai de spiti 
iMd^MoUi aa. mo^en. des tc^pointes^ 



Digitized by 



Google 



~1W — 



KOR 



KOR 



on fait d'^pais bords de semelle aux 
sooliers. 

Koroa , 8. Ai^ill^e. Voj. Alw^to. 

iLoroa, s. Toron, cordons qui compo- 
sent un cordage. — Lt koron tTinn caitt 
di batai : les torons d'un c&ble. 

K^roB y 8. Bout, extremite. Voy. X- 

iLoroaaii j 8. Colonel , celui qui com- 
mande un regiment. — Koronatl de hiti- 
Mdr : colonel des hussards. — On lie^tP- 
ntm-koronaU : un lieutenant-colonel. 

iLoroB^, T. {Ji koronn, no koronan), 
Couronner, mettre une couronne sur la 
t§te. — Li Bandiu a stu koron^ di spenn : 
Dieu a 6te couronn6 d'6pines. — Li Pdp 
a tnou koronS NapoUion prumt : le Pape 
est venu couronner Napoleon premier. 
— Li fln karonn roHv : la fin couronne 
ToBuvre. — Korofid on priess : tonsurer. 

KoroB^, Bie, 8. Couronn6, laureat, 
yainqueur dans un concours litt^raire 
ou scientifique. — (TesS't-on tft koron/ 
d^Lovin : c'est un ancien laur6at de TU- 
niversite de Louvain. — Tiess koronaie : 
tSte couronn^e , souverain potentat. 

iLoFOBeeiiy 8. Couronnement. Voy. 
KoroBBBila. 

iLoroBiMi , 8. Corniche , ornement 
d*architecture qui sert de couronne- 
ment k toutes sortes d*ouvrages. — JTo- 
roniss di pUtti , di boi : corniche en 
plfttre, en bois. 

iLoroB-iMii, 8. NoBud coulant, ncBud 
qui se serre ou se desserre sans se de- 
nouer. — F/ on koron-less po fisU on 
paket: faire un noeud coulant pour fice- 
ler un paquet. — Ess marie a koron- 
less : vivre en concubinage. 

KoroBB, 8. Couronne, ornement sail- 
lant qui entoure la t6te et qui se porte 
comme marque d*honneur, ou comme 
une simple parure,— Li koronnde Roi^ 
di VAnpirei^ : la couronne du Roi , de 
TEmpereur; la couronne royale, imp6- 
riale. — Li koronn di Franss, d*Espagn\ 
la couronne de France , d*Bspagne ; la 
monarchie frangaise, espagnole. — Mett 
li koronn so Vtiess d*inn sakt : placer la 
couronne sur la tSte de quelqu*un , lui 
donner la puissance souveraine. — Ko- 
ronn di lawri : couronne de laurier. — 
Koronn di priess : couronne de pritre, 
tonsure d^ricale. — Koronn di sin , ^- 
ronn di rayon : aureole , couronne de 
rayons; nimbe. — Koronn di Notru- 
Dam J koronn di steHl : couronne de la 
Vierge , couronne d'^toiles. — Inn se4U 
koronn di spenn a/ai pu d'bin d montt ki 
iott U koronn d'dr: one seule couronne 



d*6pine8 a fait plus de bien k Thuma- 
nite que toutes les couronnes d*or. 

iLoroaa , 8. ftcu de six livres , ou de 
5 francs 80 centimes , ou de 4 florins 
19 sotfs de Liege. — Fdss koronn : faux 
ecu. — Koronn di la Ratnn , koronn di 
Braihan : 6cu de Brabant tariff h, 5 
francs 56 centimes. — Soula m'eoss treik 
bl^li koronn : cela me codte trois gros 
ecus bien compt^s. — Pdt avou de UU 
blanks koronn : payer en beaux ecus 
blancs. -- IladS koronn a paltaie: il a 
des ecus k remuer k la pelle. — Dimaie 
koronn : ecu de trois livres ou petit 6cu. 

Koroaa, s. CoroUe, enveloppe des 
6tamines et du pistil , dans une fleur. 
— Flei^ a koronn : coronille , fleur dis- 
poseeen couronne. 

Korona-«Hila-#*liaB, s. Joubarbe. 

Voy. JobAei. 

KoroBBMia, 8. Couronnement, c6re- 
monie pour couronner les souverains ; 
inauguration, sacre. — Li koronnmin 
d'VAnpdrei^ , di Roi : le couronnement 
de rSmpereur, du Roi. 

Koroii, 8. Groulotte, rigole , egout, 
petite tranchee ou fosse pour r^ule- 
ment des eaux; pierree, naville. — 
Toumd to Ion stindou i Vkoroti : tomber 
tout de son long dans le ruisseau. — Le 
ptiti korott/et UgranQ rittr: les petita 
ruisseauxfont les grandea rivieres. 

K^rpiBdiNi , 8. Capendu, esp^ de 
pomme rouge fort douce. — J^a n'melaie 
di k/hpindoni j'ai un pommier de ca- 
pendu. 

iL4rporAi, 8. Corporal, linge benit 
pour poser le calice. — BoiLSH ou wdtt di 
k/hrpordl : bourse de corporal. — Mett 
di kdrpordl i Vamidon : empeser des 
corporaux. 

Kdrpaiia, latt, adj. Corpulent, qui 
est grand et i^s. — Voss-Uom i kdrpu^ 
lin : votre man est corpulent. — Si 
sokr esS't-inn fenm kdrpulintt: sa soeur 
est une femme corpulente. 

KdrpaiinM , 8. Corpulence , taiUe de 
Thomme consid6r6e par rapport k son 
volume. — Ongalidrka n's\fditt kdrpn- 
linss deiL-t-ess on crdnn magnet : un 
gaiUard qui a une telle corpulence doit 
Itre un ner mangeur. 

Kdraair, s. Corsaire, b&timent parti* 
culier arm6 par autorisation du Grou* 
vernement ; forban , pirate , ecumeur 
de mer. — Ess pors^vou par on kdrsair : 
§tre poursuivi par un corsaire. 

Kdraedi, 8. Corsage. Voy. Koiraerii. 

WL^rmmty 8. Corsct, partie du v6te- 
ment des femmes, qui serre exaete- 



Digitized by 



Google 



— 173 — 



KOS 



ROS 



ment la taille. — Ll(A , diU&t on kdrset: 
lacer , delacer un corset. — Li j6ni 
d&mul H/et bin de toir avou le^ strin- 
dan kdrset : les jeunes demoiselles nui- 
sent bien a leur sante en serrant trop 
fort leur corset. 

iL4r«iiecb , s. Corselet , partie du 
corps des insectes situee entre la tete 
et le y entre. — Zi k&rsilech dHnn dbalow, 
d^inn wass, d*on pdvion : le corselet d'un 
hanneton , d*une gu^pe , d'un papillon. 

— Zi k6rsileg d'inn grhess : le corselet 
d'une ecrevisse, 

iL4ralle«, s. Gilet a Tantique. — On- 
«-a poirU di lUksilet hi d*hindt juskd 
mitan delcwiss: on a porte des gilets 
dont les basques descendaient jusqu*au 
milieu de la cuisse. 

ii4raioa^i, s. Scorson^re , plante po- 
tagere ; salsifis noir ou salsifis d'Es- 
pagne. — On hoi d*kSrsion^ : une botte 
de scorsoneres. 

K4rtech, s. Cortege, suite de per- 
sonnes g[ui en accompagne une autre 
avec ceremonie pour lui fture honneur. 

— Enn n*ala sHvou d'on hdrteg di tin 
earock : il partit suivi d'un cortege de 
vingt voitures. 

iUrtes« , s. Cortes , assemblee des 
Btats en Espagne et en Portugal ; corps 
l^pslatif . — Zi kdrtess espagnol , pMvr 
gaiss : les cort^s espagnoles , portu- 
gaises. 

Korti , s. Pre clos de haies , verger, 
prairie. — Mi horti mVapoitt tan d*jdb 
difoHr: ma prairie me rapporte tant de 
bottes de foin. — To si korti son-t-drhord 
com i/d: toutes ses prairies sont abon- 
damment pourvues d'arbres. 

KdruM, s. Chorus, choeur. — F^ 
k^russ : faire chorus , chanter ensemble 
le verre k la main ; chanter en choeur ; 
donner son assentiment k une opinion, 
^ un principe. 

Korwate , s. Corvee , course ou de- 
marche inutile ; travail gratuit et force. 

— F^korwaie: trouver porte de bois, 
trouver buisson creux, avoir Taller pour 
le venir. — F^ ovrS al korwaie : faire 
toivailler k corvee , k la corvee , com- 
mander les corveables. — Zi korwaie 
ess-t-abolUe : la corvee est abolie. 

K^rw^iAf , adj. Corveable, sujet ides 
corvees. -— Zipe'&p esteH korwitdf, i n- 
r^pu: le peuple etait corveable, il ne 
Test plus. 

■.•irfaie , s. Cochonnee , ce qu'une 
tmie fait de cochons en une porroe. — 
£i dieratnn koslaie a stu d'ii kocet : la 
defiii^ cochonnee a ete de huit gorets. 



WLQMi^ , V. (Ji koslaie), Cochonner, 
action de la truie qui fait ses petits. — 
Kwan noss trdl'e dret kosU, vO'Z-dr^ on 
kocet : quand notre truie aura cochon- 
ne, vous aurez un petit goret. 

K0M9 s. Codt, ce qu'une chose codte; 
prix ; depense, frais. — Ji v'rin m*mar- 
ckandHe po m*koss : je vous rends ma 
marchandise pour le prix codtant. — 
Zi koss fai piett li goss : le codt fait 
perdre le goiit. 

KofliAB, aoii, adj. Codtant, codteux, 
dispendieux. — Zi pri kostan : le prix 
cofitant. — Soula i kostan : cela est cofl- 
teux. — Zifiess son kostantt : ces fetes 
sont dispendieuses. 

KoiitMiniiii, adv. Cherement, d'une 
maniere dispendieuse. — NifSnin ciss- 
t'Ovreck la kostanmin : ne faites pas 
grande depense k ce travail. 

WLomUt^ V. {Ji koss, no kostan; ji kos- 
tri). Codter, etre achete un certain prix, 
—Soula a' koss wai-d*ckoi : cela ne coftte 
guere, cela ne codte pas grand'chose. 

— Mi tair mi kosti ckir - mes terres me 
coCltent cher. — Ni plaitian mdXe , li 
prod kosti trop : ne plaidons jamais, les 
proces content trop. — Soula m'a kosti 
bin dipdnn e di Idm : cela m'a codte bien 
des peines et des larmes. — Zi dt mite 
/ran ki m]fl inCa kosti, ji n'li rdret mdl'e: 
les dix mille francs que mon fils m'a 
codte , je ne les compenserai jamais. — 
Ji vou arm soula, koss ki koss: je veux 
avoir cela , codte que codte, quoi qu'il 
en codte, quoi qu'il codte. 

Ki»«M>, s. Cdte , partie droite ou 
gauche de Thomme , de Tanimal ou 
d'une chose; flanc. — DreH kosti, klinck 
kosti', cdte droit, c6te gauche. — Di 
kosti i d*6tt : qk et \k, — Avu n'sakt 
so s* kosti", avoir quelqu'un k son cdte 
ou k cdte de soi. — Roii a kosti Vonc 
di I6tt : marcher a cdte Tun de I'autre, 
marcher cdte i cdte, cdtoyerquelqu'un. 

— Di s'kosti cial del MoUss : en de^ 
de la Meuse. — Di V6tt di kosti i de 
Tautre cdte , en dela , au delk (1). -— 
Cori po to kosti: courir partout, par 
tout pays. — Si fni i kosti : pencher, 
chanceler. — Si fni li kosti po rtr : se 
tenir les cdtes pour rire , rire avec ex- 
c^. — Avu on md d'kosti: avoir mal au 
cdte , avoir un point au cdte , un point 
de cdte. — Ze ba kosti dHnn igliss : les 
has cdtes d'une eglise, les nefslaterales. 

— Fd mett coula a kosti: il faut placer 
cela lateralement. — Zi kwatt kosti d' on 

(1) A I'aulTB de 96li , foale trop Tolgairc, peol-Aire, 
poor dtteir 4tre nottfe. 

TOMB n. 22 

Digitized by VjOOQ IC 



— 174 — 



KOS 



ROT 



ciffdrS : lea quatre c6t^8 d'un carre , 
d'un quadrilatire. — T(ht^fai a s'hon i 
s'mdtfa kosU : tonte medaille a son re- 
vers. — SifS vH po s'bai k$st/: se mon- 
trer par aon bel endroit. — Fnn rCaU 
ckdhetim di s'lmU: s>n aller chacun de 
leur c6t6 , chacun de son c6t6. — Ess 
dikost^d'vossp^r ou i*f>oss mSr hi v'z-^sti 
parin aiwm NofS? Est-ce du c6te paternel 
oil dn cdte matemel que Noel est de vos 
parents ? — Mett inn sacoi d^kosU: mettre 
quelque argent de cdt6, en reserve, dter 
quelqoe chose , le mettre k part. — Mett 
innsakt d'kosf^: mettre quelqu'un en ar- 
restation , le mettre en prison. — Iloukt 
d'kosie: apneler k quartier, provoquer. 

— / s*plai bin to kost^i il se trouve Wen 
partout , il est ubiquiste , il est doue de 
rubiquit^. 

MOMteeh, S. Codt. Voj. K.o«eiiieh. 

Kost^seft , adj. Codteux. Y. K.o«tAB. 

iLo««e«ni , s. Coutume, usage , habi- 
tude , mani^re. — Bel ou laitt kosteum : 
bonne ou mauvaise coutume. — K^ 
laitt kosteum hi d^ todi harhotSl Quelle 
detestable coutume que de toujours 
bougonner. — Inn f^ie «? nin kosteum : 
une fois n*est pas coutume. 

Ko0teftr, 8. Couture, assemblage de 
choses cousues.— /V, rahatt inn koste^r: 
faire , rabattre une couture. — Rifou^tS 
n'koste^ : faire une seconde couture 
pour rcnforcer la premiere , repliee sur 
elle-mSme. — Rontt, plait, fenn kosteUr : 
fonde, plate, fine couture. — D^ soU a 
dap kosteUr : souliers k double couture. 

— Aprintt li kosteUr : apprendre la cou- 
ture , Tart de coudre en linge , en drap 
ou autres etoffes. — Rabatt U kosteitr : 
rabattre les coutures , frapper par ma- 
niire de plaisanterie quelqu^un qui a un 
habit neuf . — Ess hatou a platt kostettr : 
Hre battu k plate couture , en deroute. 

MoaicAr, s. Couture, cicatrice, mar^ 
que des blessures qui reste apr^sla gue- 
rison; grande marque de la petite ve- 
role, d'une aflTection scrofuleuse. — Avu 
Vviuckjplin d'kosteltr : il a le visage tout 
couture , tout cicatrise de petite verole. 

KoatiBcii, 8. Frais, depenses; choses 
coi^teuses, dispendieuses. — Kwan t?V 
M f>H toss matantt , ni li ocdzion^ not 
kvstinek: quand vous irez voir votre 
tante, ne lui occasionnez aucune de- 
pense. 

wimmt^j 8. Couturi^re, qui travaiUe 
en couture ; tailleuse pour dames (1). — 
Kostir d linck , blank kostir ; couturiire 

(I) Li vanit« lHiur|ir«riie tfot Mpo>tier f* niol eotUu- 
rtrre, qa'die r«iBplacc pnr tailUutt pour dmme$. 



en linge. — Kostir d Piwar, neitr kostir : 
couturi^re pour femmes , pour enfants. 

— Ow/ al kostir : apprendre la couture, 
le metier de coutumre. 

Koatrai, 8. Depositaire eccl6siasti- 
que , pr^tre commis k la garde des vases 
sacri^s d'une ^glise ; neocore. — Vitek 
Va l(mmi kostrai : I'Ev^ue Ta nomm6 
depositaire des vases sacres.. 

K«aer«ie , s. Tresorerie d'une ^glise. 
— - Li kostrHe di Sin^Pd tfd d'ldr, diss^U 
on : la tresorerie de la cathedrale de St- 
Paul est riche , se dit-on. 

KoMtnait , s. Costumier , cdui qui 
fait, vfend ou loue des costumes de 
thefttre , de bal , etc. — Li kostumi d*al 
komidHe : le costumier du thefttre. — 
Zouw^ on ddmind a-mon Vkostumi : louer 
un domino chez le costumier. 

iLo«t«r«, V. {Ji kosturaie), Coudre 
di verses choses pour passer le temps. 

— Le joil kifai lai, mi sot^ s*amitu a 
kosturi: les jours de mauvais temps , 
ma sceur passe son temps k coudre di- 
vers objets. 

Ko0tar^, ale, adj. Coutur^, cica- 
trise, marque de cicatrices. — Vizeck 
kosturSi visage couture. — Ckif kostu- 
raie : joue couturee. 

Kovtnreeh, s. Couture, diflPerentes 
mani^res de coudre. — El kwir inn sier- 
vantt ki sep li kostnreck: elle cherche 
une servante qui connaisse les divers 
modes de couture. 

K^teir, 8. Caut^re, ouverture faite 
dans la chair pour y amener une sup- 
puration ; fonticule. — NHi , «mWI oh 
kdtair: panser un cautere. — LH rsM 
on kdtair : laisser former un cautere. — 
Pe^ d'kdtair : pois k cautere. 

KoM , 8. Coutil , toile forte et serree. 

— Koti d'Brucel, di Flantt : coutil de 
BruxeUes , de Flandre. — Cess-t-onfe^ 
d'koti : c'est un coutier , il fait du coutO 
(prononcez couti). 

Koti , s. Cultivateur , marafcher , 
agriculteur. — On s'adress d koti po-z- 
avu dh tinprow^ Ugum ; on s'adresse aux 
maraichers pour avoir des primeurs, 
des legumes hfttifs. 

Kott, V. {Ji kotHe, no kotian), Cir- 
culer, baguenauder, toupiller. — Com i 
n'a rin a fd , i kotHe to-t^td Vmokonn : 
comme il n'a rien k faire , il flftne pap 
toute la maison. 

Kdit , s. Cdtier, qui a la connaissance 
des cdtes maritimes. — Dimandd d^ ren- 
segnmin a on kdti : demander des ren- 
seignements a un cdtier. 

&«ttecii , 8. Jardin potager , terrain 



Digitized by 



Google 



17« — 



KOT 



&0T 



oil Ton &at venir des legumes. — RqU 
&it'iriviei di to U koiiech : marcher au 
travers de tous les terrains potagers. 

K«uereaa , s. Maraichere , celle qui 
cultive les jardins potagers et porte des 
legumes au marche (1). — - Chapai d'ho- 
tieress : chapeau de maraichere , cha- 
peau a grands hords dont les marai- 
cheres seservent pour porter des paniers 
sur leur t^te. 

Kotieil, eiUfl, s. Fl&neur, oisif, qui 
circule , qui se prom^ne. — C'ess-t-on 
kotiei, k*i tro naw po/Jn'sacoi: c'est un 
fl§neur qui est trop paref»8eux pour 
s'oceuper. 

K*ftBA4(, s. Cotonnade, touteespece 
d*etoffe faite de coton. — On jaa6 d'ko- 
Uudlt : un fourreau de cotonnacie. 
* Kdti^te, 8. Cdtelette, cdtede certains 
animauz , comme moutons, veaux, co- 
chons. — MettkHir de kdtlHe so Vristai: 
mettre cuire des cdtelettes sur le grU. 

K.«iii, 8. Coutier, ouvrier qui fait 
des coutils. 

tLmtmm, 8. Coton, espece de laine qui 
vient sur un arbuste qu'on nomme co- 
tonnier. — RSb di koton : robe de coton. 
— Si stopd U-xyrHe avou d^ koton : se 
boucher les oreilles avec du coton. — 
Meti de koton dvin on skriftOr : mettre 
du coton dans un encrier. — Koton 
d^lanpauett : meche de lampe. — On 
jlhtH om ki kdbitt d^ mdU k'pagn^ie tap on 
vilin koton : un jeime homme qui fre- 
quente la societe des gens vicieux jette 
un vilain coton, sa reputation ou ses 
affairs sont ruinees, — Fil^ on lai ko- 
ton : cheminer h, la mort. 

■L»««»-d'iBU, s. Masulipatam, etoffe 
de coton fabriquee aux Indes ; sirsacas, 
coton d*Inde pour mouchoirs. 

K#t«iiet(,s.Cotonnade. V. KotinAtt. 

■(•••■I , s. Cotonnier , arbuste qui 
port€ le coton. — A-z-Inti, i gna hated 
d'koioni : aux Indes , il j a beaucoup 
de cotonniers. 

MLmfmtr h ii.«ioBnr^le , s. Fabrique 
ou magasin de coton. 

lioftrAi, s. Cotte, jupe , jupon, v^te- 
ment de femme de la ceinture aux 
pieds. — /V on vair kotrai : donner la 
cotte verte, jeter ime fiile sur le gazon, 
en fol^trant. 

Kotrai , 8. Tratneau , grand filet de 
piche ou de chasse. — Kotrai at min : 
cpervier, filet pour les poissons. 

Kotr^le, 8. Coterie, compagnie de 

(I) L« not eulli9tariM n^a p is encore re^ u le bapiAme 



quartier de famille , de parties de plai- 
sir, etc. ^No'Z-estan defmatnm kotrHe: 
nous sommes de la meme coterie- — 
Ji n'vou nin ess di dss kotreie la : je ne 
veux pas etre de cette coterie. 

Ko<riii«B9 8. Cotillon, eotte ou jupe 
de dessous j jupon des femmes du 
peuple et des paysannes. -— Kotrilion 
d'sdl'e, di bazin^ di fianel: cotillon de 
serge, de basin , de fianelle. — Ainmd 
V kotrilion : aimer le cotillon, Stre adonne 
aux grisettee, aimer les femmes. 

Kott , s. Jupe , jupon , cotte , partie 
de Thabillement des femmes , plissee 
par le haut et qui va depuis la ceinture 
jusqu'aux pieds. — Kott di moutonn: 
jupe de laine, espece de molleton. — 

— Ainm^ Ih co^th kott : aimer le cotil- 
lon, les femmes, les grisettes. — Ackt4 
po n'kott d botie : lever une jupe chez un 
marchand. — Zi hoir de k6 dHnn kott: 
ceinture d'une jupe. •— Troct vo kott po 
nin v'dikowS: troussez vos jupes pour 
ne pas yous crotter. — El vol /oii d*s^ 
kott: elle est folic aprfes les hommes. — 
S'afUl^ e s'k^tt : s wubler de sa jupe. 

— Kott pO'Z-aU a jvd : devanti^re. — 
Z*ab^ trosS'kott : Tabb^ riband. 

Kou, 8. Froc. — Tap^ Vkott so VhdXe: 
jeter le froc aux orties , ee dcfroquer, 
renoncer k Tetat ecclesiastique , h, la vie 
religieuse; apostasier. 

Kdu, s. Cdte, bord,rivage de la mer ; 
rive; littoral. -— Le ktttt di Franss , 
d'AngUtair : les cdtes de France, d*An- 
gleterre. — Danjre^s kCtt : dangereuse, 
perilleuse cdte. — Odr-di-kStt : gardes- 
cdtes , hommes ou yaisseaux armes 
pour defendre les cdtes. 

ML6U J 8. Code, corps de lois qui ren- 
ferme un systime complet de legisla- 
tion sur certaine mati^e. — Kdtt Civil, 
ktftt NapolHon : code civil , code Napo- 
leon. — Kdtt krimin^ : code criminel. 

— Kdtt d'apotikdr: codex, code phar- 
maceutique. 

KdM, s. Cote, quote-part, contin- 
gent, quotite. — Pat s'ktttt : payer sa 
cote, sa quote-part. —No d'van/omi 
cin-t'Om po noss kdtt-pdr : nous devons 
fournir cent hommes pour notre con- 
tingent , pour notre cotisation. 

ii.o((-di-fiBo , 8. Cotillon , cotte ou 
jupe de dessous ; jupon des femmes 
du peuple et des paysannes ; cotteron, 
basquine, jupon d'Espagnole. — Ella 
n'kott-di-dzo di sdXe ^ eunn dijlanel: 
elle a un cotillon de serge et un de 
fianelle. 

■i^Mkal, s. Closeau, clos de hales, 



Digitized by 



Google 



— 176 — 



KOU 



KOU 



jardin de paysan ; jardin potager (1). 

— Ta planie (U jott e m*kotthai: j'ai 
plante des choux dans mon closeau. 

ii.«ttn^ , y. (Ji kottnaie , no kottnan). 
Se cotonner , parlant des etoffes sur 
lesquelles s'el^ve certaine bourre ; pe- 
lucher, se dit d'une etofPe qui se couvre 
de polls. — Li dra d'Fspagn si kottnaie: 
le drap d^Espagne se cotonne , ou sim- 
plement cotonne. 

■i«(tneli, ejkM, adj. Cotonneux, cou- 
vert d'un duvet semblable k la laine ou 
au coton ; lanugineux. — De fru holt- 
ne^ : des fruits cotonneux. — Li pai 
del pth e hottneUss : la peau de la p^che 
est lanugineuse. 

ii.«un«a, •w, adj. Cotonn6. — Didra 
kottnou : du drap cotonne. — Del teiil 
kottnow : de la toile cotonnee. Voy. 

Kdtt-pAr, s. Quote-part. Voy. iLdtt. 

ii.«iarl, s. Tailleur d 'habits, tailleur 
pour horames; couturier, qui fait me- 
tier de coudre. — Maiss koiuH : mattre 
tailleur. — Mveitr-tu d koturi? Travail- 
les-tu au metier de tailleur? 

Kou , s. Cul , le derriere , les fesses , 
le fondement, le posterieur , le postere. 

— Tr6 di kou: anus, extremite de Tin- 
testin nomm6 rectum ; cloaque , cavite 
qui sert a la poule et aux autres oi- 
seaux d'anus et de vagin. — U^/an n'a 
nou trd d'kou, i n*vikret nin : Tenfant est 
imperfore, il y a imperforation k Tan us. 

— R6Xe d^ kou : p6rinee , espace entre 
Tanus et les parties natureUes. — 
ToumS so s'kou : tomber sur son cul. 

— Toumd Vkovrz^ kd : tomber le cul 
en liaut(ou en Fair), tomber la tete 
en bas, tomber cul par-dessus t^te, 
se donner un casse-cou. — FS pHe 
Vkou a n*^fan : claquer le derriere k un 
enfant, le fesser, lui donner la fes- 
see, lui trousser la jaquette. — Din/dd 
c6 d*pt ^ kou : donner du pied au cul, 
au derriere. — Ess a kou nou : etre k 
cul nu, Itre dans le denuement. — Kou 
d*plonk : cul de plomb , homme labo- 
rieux et sedentaire. — Rote' so s'kou : 
etre cul-de-jatte. — Avu pu d'beck ki 
d'kou : avoir plus de jactance que de 
capacite. — VoMr pH^ pu kd ki VkOux 
vouloir entreprendre plus qu'on ne pent, 
vouloir prendre des airs au-dessus de 
son etat. — ■ On n*de^ mdi'ef^di s*bok si 
kou: on ne doit jamais manquer k sa 
parole , jamais se dedire , il faut ^tre 
fidele k ses promesses. — Aciou so s'kou : 

(1) Ligumier n>st pai frtn^it. 



assis sur son seant. — II a toum/ so 
s'kout ho Un ki n'esteii nin d've^l: il est 
tombe sur son cul , qui heureusement 
n'etait pas de verre. — Jowif d ridd so 
s'kou : jouer a Tecorche-cul. — Mett so 
kou : inettre sur cul , boire , vider. — 
Mett baic6 d*ovreck so kou: b4cler beau- 
coup de besogne. — Tini so kou : tenir 
en echec. — On Vtap li kou-^ kd sin 
Vrattni : on n'en parle qu'avec mepris. 

— Leife\ IH aU on j6nn om so s'kou so 
sHiess : l&cher la bride k un jeune 
homme , lui mettre la bride sur le cou. 

— Soula fCa ni kou ni tiess : cela n'a ni 
fond ni rive. — Kwan ell a n'sakoi i 
rtiesSf el ni Va nin ^ kou : quand elle se 
fourre quelque chose en tete , elle n'en 
demord pas. — Kou d'dh : souche d'ar- 
bre, chicot. — Kou d'on vair, d'on bans- 
tai , d*on ckapai , d'on ho : cul d'un 
verre, d'un panier, d'un chapeau, d'une 
hotte. 

Kou-lMil-lMil, S. Dos. Voy. A-k«v-bal- 
bal. 

K«lhch , s. Couche , couches , enfan- 
tement , accouchement. — Divin se 
koUck : pendant ses couches. — Si rUvS 
d'sikoUck: se relever de couches. — 
FdsS'koi^ck : fausse- couche , couche 
avant terme ; avortement; projet avor- 
te. — Fiv di koiick: fievre puerperale. 

— FSs^hoHxk: enfanter. Voy. Pftli^. 
Koftch , s. Couche , toute substance 

^tendue, appliquee sur une autre de 
maniere k la couvrir, — Mett tre^ koiLck 
di cole^ so l^-z-ouk : appliquer trois 
couches de couleur sur les portes. — 
Mett inn ko^k di moirtt so on medr : 
revetir un mur d*une couche de mor- 
tier. Voy. JAch. 

Kolhch , s. Couche , planche de terre 
elevee sur un lit de fumier, pour culti- 
ver des melons, des fleurs, etc—KoUch 
d'aspair: couche d'asperges. 

K^a-daw^ie, s. Chas , trou d'une 
aiguille. — Li kou d'wss-t-awHe h tro 
streit : le chas de votre aiguille est trop 
etroit. Voy. Tr4-«'aw«ie. 

K«a-d*hoBet e K«a-d*cbap«l, S. Petit 

filet portatif au-dessus d'un fond de 
chapeau pour transporter des oiseaux. 

— PoirtSon lignroii^ d'cin on hourd'honet : 
porter une linotte dans un fond de 
chapeau. — Li sa/tt mhtet lei^z-ustHe 
divin on kou-d^ ckapai: les savetiers met- 
tent leurs outils dans un fond de cha- 
peau. 

K«u-dVhA«ii, s. Culotte, vetement 
qui couvre depuis la ceinture jusqu'aux 
genoux ; une paire de culottes ; haut- 



Digitized by 



Google 



— 477 — 



KOU 



KOU 



de-chausses. — On vt kcu-d'chdis di 
kalamann : une vieille culotte de cal- 
mande. — Brdl'ett di kouyd'chdss : 
brayette, fente de devant, pont-levis 
(ou simplement pont) d*un haut-de- 
chausses. — Nuss piti mett deja on 
kou-d'chdss : notre petit garcon est dejk 
eulotte. — Marchan d'kou-d'chdss di 
pai: culottier, marchand de culottes de 
peau, de guetres , etc. — Krd> kou- 
iTchdsg : homme de qualite , riche. — 
Feum hi poitt li kou-d'cMss : une femme 
qui porte les chausses , le haut-de- 
(^ausses ; elle est plus maitresse dans 
sa maison que son mari. -- Dihe^ss si 
kou^'chdss pO'Z-atu de fl: decoudre sa 
eulotte pour avoir du fil; g^ter une 
bonne affaire pour en reparer une mau- 
vaise. 

li.o«-4 chAjM-d'almaii, s. Aconit, na- 
pal , plaute veneneuse , a fleurs en 
casque. — Jenn hm-d'cHssd'alman : 
aconit-tue-loup. 

K.««-dl'iaiiP) 8. Cul-de-lampe, orne- 
ment de lambris ou de voiite , fait 
comme le dessous d'une lampe d^eglise; 
omement d'imprimerie pour remplir le 
blanc d'une page. 

ii.»ii<id'B^f al, s. Poupe, partie de Tar- 
riere d'une nacelle. 

Kevd^Bcch , s. Piece de cuir prise 
dans le flanc de Tanimal. 

K#«-4 aak, s. Cul-de-sac, petite rue 
qui n'a point d'issue ; impasse , accul. 
— Li\^ivfeum dimeUr so n'chanb divin 
on hou-d'sak : la pauvre femme occupe 
une chambre dans un cul-de-sac. — 
Li pless hHl a , ci n*^ k'on covrd^sak: 
Temploi qu'il occupe n*est qu'une im- 
passe ; il ne conduit point a un meil- 
leur , il ne presente aucune esp^ce d'a- 
vancement. 

KoM-^Beiikr-koa-^so, adv. Sens dessus 
dessous (etnon^aw*.,.), ablativo, tout 
en un tas.—j^ s'manech, to-t-a-fai e kovr 
d^t^r-kou-dw : dans son menage , tout 
est en confusion et en desordre. 

K#a-^^l«tei, s. Cul-de-jatte , per- 
8onne estropiee qui ne pent faire usage 
ni de ses pieds ni de ses jambes , pour 
marcher. — Li p6v dial i divnou kou-e- 
platai : le pauvre diable est devenu cul- 
de-jatte. 

■L^vfAtt, s. Baquet de houillere. — 
Le honl'eiid'kindet i rmontetpo rkoufdtt: 
les houilleurs descendent et remontent 
dans un baquet. 

■L«««ii«le, s. Cognee, outil de fer 
plat et tranchant , en forme de hache. 
— Pitite kougnHe : hachereau , petite 



cognee. — Emancki i d'inancki n'kou" 
gnhe : emmancher et demancher une 
cognee* — Li kougn^ie d'on ktHeti, d*boi : 
la cognee d'un biicheron. — Hdrd^, ri- 
dohi n'kougneie : ebrecher , emousser 
une cognee- — AU d boi sin kougnHe : 
aller au bois sans cognee, entreprendre 
quelque chose sans mesure. — JH^ 
Vmanck aprd VkougnHe : jeter le manche 
apr^s la cognee , abandon ner tout dans 
un malheur, au lieu de chercher le re- 
mede a ses maux. 

Koosnei, s. Coin, outil de fer ou de 
bois, termine en angles aigus et propre 
a fendre du bois , des pierres , etc. ; 
ebuard, bondieu, taquet. — Ch^ct on 
kougnet divin on bog d'db po Vkijlntt : 
chasser un coin dans un tronc d arbre 
pour le fendre. 

■ioosn^lh, s. Petit gateau allonge et 
fendu par le milieu. — Kougno^ d*NoXi: 
gateau de Noel. 

Koahenn, s. Cuisine, lieu oil Ton 
apprSte les mets ; maniere de les appre- 
ter. — ChSf di kouhenn : chef de cui- 
sine. — Kouhenn borgeitss : cuisine bour- 
geoise. — Aim n'bonn kouhenn : avoir 
une bonne cuisine , faire bonne chere. 
— Odeitr di houhenn : graillon , odeur de 
cuisine. — BatrHe di kouhenn : batterie 
de cuisine. — F^ Vhouhenn : faire la cui- 
sine , cuisiner. — Kouhenn d'on batai : 
fougon. — Latin d'koukenn : latin de 
cuisine, mauvais latin. — Pu krdze e 
Vhouhenn , pu maih e Vtestamin : plus la 
cuisine est grasse, plus le testament est 
maigre. 

Koahn^, V. («/t houhnaie, no kouknan). 
Cuisiner, faire la cuisine. — Noss vdrlet 
kouknaie on pd : notre domestique cui- 
sine un peu, il connaft un peu Part cu- 
linaire. 

ii«ahneeh, s. Art de cuisiner, ma- 
niere de faire la cuisine ; art culinaire, 
gastronomic. — Tote j6nn feum dM-t- 
aprintt li houhnech : toute jeune femme 
doit apprendre Tart de cuisiner. — El 
nifai h on mdva houhnech: elle ne fait que 
de mauvaises preparations culinaires. 

KonhneA , elbMn ou rena , s. Mauvais 
cuisinier. —Si feum ess-t-innpdv kouk- 
nress: sa femme est une pi^tre cui- 
siniere. 

Koabnl, ir, s. Cuisinier, ecuyer en 
chef de cuisine ; queux ; coq , cuisinier 
de vaisseau. — C*esS't-4nn foir bonn 
koukntr : c'est une fort bonne cuisiniere, 
un cordon bleu. — Lu , c'ess-t-on p6f 
kouknt : lui, c*est un pauvre fricasseur, 
un frippe-sauce. 



Digitized by 



Google 



— ITO -^ 



ROU 



ROU 



«»«ittilr , s. Ouisiniere , usteneule de 
fer blanc pour faire rdtir la viande; 
foyer de cuisine en far. — Rosti di pi- 
vion divin n'houkf^r : r6tir des pigeon- 
neaux dans une cuisini^re. 

■ioMton , s. Coion, ItU^he, poltron, 
pagnote. — On trai d/kouXon : action 
d'un l&che, coionnerie, pagnote rie. 

Ko«v«iiAit, s. Colle, cassade, plai- 
santerie, ricanement, raillerie; baga- 
telle. — Vo n'dihS ICdi kouXondtt : vous 
ne dites que des colles , des plaisante- 
ries, des gaudrioles. — On richd louh 
cin /ran po nkoui'ondtt: un cresus re- 
garde cent francs pour une babiole. 

iL«iiVoiie, y. (Ji kouXonn, no houionan), 
Plaisant^r , railler , ricaner , ridiculiser, 
narguer , goguenarder , mystifler , don- 
ner de la gabatine. — Vo dhd soula po 
hovXonS, iHrmin ? Vous dites cela par 
ironie , sans doute ? — / pins^f sipozd 
n'rich/eum, min valla koui'on/: il croyait 
epouser une femme riche , mais le voilk 
desappointe. — KouVon^ V$erms$ : se 
moquer du monde ; persiffler. 

KOvtoiieeli e Ii.«aKoiiiir^le, S. Gogue- 
narderie , maniere de railler , grosse 
plaisanterie ; mystification ; desappoin- 
tement. — Vo-zrest^ foir po VkouXonechi 
vous etes un malicieux gogueuard; 
vous ^tes fort pour le persifflage. 

K^nKoneft, eikaa, s. Railleur , f^o- 
guenard, mauvais plaisant, mystitica- 
teur. -— Ni VkreiS nin , c*e&S't'On koul'o- 
ii€^ : ne Ten croyez pas , c'est un rail- 
l(3ur , un mauvais plaisant . un persif- 
fleur. 

iLoMlae^, V. (Ji koula^aie , no koula- 
can), Mettre la culasse au canon d*un 
fusiL — - rovrt a md koulace voss fidk : 
rouvrier a mal place la culasse de votre 
fusil. 

K#«lale , s. Culee , masse qui sou- 
tient les dernieres arches et la poussee 
d'un pont; buttee. — Li koulaie di noit, 
pan hi s'a-t-nvachi: la culee du pont 
neuf a fait un mouvemeut. 

Hovlaie, 8. Coin du feu , de la che- 
minee. — Dimani e Vkoulaie di s'fe^ : 
Tester au coin de son feu , garder son 
foyer, girder les tisons , cracher sur 
les tisons. — Fl ni s*boch mdi'e foU del 
koulaie : elle ne bouge pas du coin du 
feu. 

PLoMiMimin, adv. Coulamment, d'une 
mani&re coulante, qui n'a rien de rude. 
— Pdrl^, Ur, sikrir houlanmin : parler, 
lire, ecrire coulamment. 

KAulaM, s. Culasse, la partie de 
derriere d*un canon, d'un fusil , etc. — 



DimomtS VJumlasM d'on fizik : demonter 
la culasse d*un fusil. 

MLoui^y v. (Ji kotd). Couler, deverser 
de la fonte d'un metal dans un moule. 
— KouU dk cwt , dh sdrlett, di mosidrdt 
di stin : couler des cuillers, des salieres, 
des moutardiers d'etain. 

KMiiech , s. Coulage, perte, diminu- 
tion des liqueurs qui s'ecoulent des 
tonneaux. — Li kouleg d'inn piss di vin : 
le coulage d'une piece de vin. 

iLoiiieik, 6. Ouvrier qui coule, qui 
verse du metal fondu dans un moule. 

Konitol, s. Habitue des coulisses. — 
On t4 koulict i savin on vi loss : un vieux 
pilier de coulisses est souvent un vieux 
riband. 

K«iiliMi, s. Coulisse, rainure par 
laquelle va et vient un chassis, une 
porte, une fenetre. - Kouliss di teidtt: 
coulisses de theatre, decorations mobiles 
de chaque cdte du theatre ; lieu oil elles 
sont. — PiU d'houliss : pilier de cou- 
lisses, jeune homme qui esttoujours 
dans les coulisses. 

ii.«uiiM, 8. Coulisse, partie d'un 
vetement ou d'une pi^e d'etoffe qui se 
serre et se desserre au moyen d'un cor- 
don passe dans uq rempli. — Fdpac^ 
n'Uctti divin vt'kouliss : passer un lacet 
dans une coulisse. 

Kouio , s. Culot , Poiseau le dernier 
6clos d'uue couvee , dernier ne des au- 
tres animaux ; dernier d'une compa- 
gnie, dernier a jouer. — C*i mi k'i 
Vhoulo ci jet cial : c'est moi qui suis le 
dernier ce jeu-ci. 

iiovi«9 s. Culot, partie inferieure 
d*une lampe d'eglise. — Rikur^, f^ rl4lr 
li koula : ecurer, polir le culot, le rendre 
luisant. 

KoumaVe. Voy. CionmaVe. 

KouniMcb, s. Commerage , mani- 
gance , manoeuvre. — Ji m'diwilfeie di 
to ci houmsech : je me defie de tout ce 
tripotage. 

Konnae^, V. (Ji kounogaie, no kouna- 
ran). Caponner, user de finesse , d'as- 
tuce ; biaiser , dissimuler , faire le 
pleutre. — Kounaci d jet , kounace dein 
to: caponner au jeu, caponner dans 
tout. 

Koonaceft e Konaasn, s. Capon, dis- 
simule, astucieux ; pleutre. — Tap^l a 
Vouk , c*esS't-on fir kotmass : econdui- 
sez ce fLeffe capon, ce vilain pagnote. 

KonnaHr^ie, s. Dissimulation, astiu^e. 
acte de capon; pagnoterie. — To soula, 
c'i di kounasriie: tons ccs faits sont des 
actions de pagnotes. 



Digitized by 



Google 



— 1» — 



tou 



lOU 



K#ft#, s. Tour, treuil k la bure d*une 
houill^re. — Wan^ni s'joiimaie a to^miS 
rMtpi gagner sa journee h. tourner la 
manivelle. 

K**p , s. Levier , Mton courbe qui 
sert a porter deux seaux sur l*epaule. 

■L»aMi^9 s* Coupable, convaincu de 
qudque faute ; delinquant; criminel, 
eoDvaincu de crime. — Kougdb sinti- 
min: sentiment coupable. — Koupih 
pmsaie : pensee coupable. — PnslCil 
estei^Uatou I'koupdby c'i hi s'Hin avou 
lu : puisqu'il etait aveo le coupable, il 
est cenae son complice. — On It a provtf 
kHl estet koupdb : on lui a prouve sa 
cnlpabilite. — Z'^nocin pdiih Ulfeie po 
rkaup^ : parfois Tinnocent p^tit pour 
le coupable. — Ki s'sin koupdb n'a fnd¥e 
nauplaizir: cdui qui se sent coupable 
n'a jamais aucun plaisir. — Li ci ki 
$*riparol divan ICon Varneit , si rikmh 
kotqM : celui qui se defend avant qu'on 
Taccuse , se reconnalt coupable. 

■Loiip^rov, s. Culbute, saut qu*on 
fait en mettant la t^e en bas et les 
jambes en haut (jeu d'enfant). — F(f 
Vkouperou : culbuter, tomber , faire une 
chute, Stre renvers^. 

■LMipiet, s. Couplet, certain nombre 
de vers formant un sens et faisant 
chaque partie d'une chanson ; strophe, 
stanoe. — Chanson d'kwatt houplet: 
chanson de quatre couplets. — FS d^ 
htntplet contt inn saki : coupleter, chan- 
sonner quelqu'un. 

iLsftpict, s. Bras du treuil k extraire. 

Voj« Koikp e Tralr. 

Koftr, s. Cour, respect, prevenances 
envers une personne , en vue de lui 
plaire, d'obtenir sa bienveillance. — 
F/ S!*kotr a n'jihtn /He : faire sa cour h 
une jeune fille. — /V s'ko^r d Borgui^ 
maiis pO't^vu Vpless di Gd^'-chanpeti : 
faire sa cour au Bourgmestre pour ob- 
tenir la place de Garde-champetre. 

wkm^ , 8. Cour , es])ace enclos et de- 
convert qui tient ordinairement a Tedi- 
fice. — Kodr di dvan : avant-cour, cour 
dc devant. — Koiir di drt ou d'podrt : 
cour de derriere. — Dei^einm ko^r: ar- 
ri^re-cour, petite cour de degagement. 
— Bass-ko^: basse-cour, endroit d'une 
ferme ou sont les volailles et les fumiers. 
— Chin d'koar : mHin, —Piti chin d*hoi^r: 
mttineau. Voy. HaT^ie* 

■L««kr, 8. Cour, le souverain et sa 
smte; residence du souverain. — Li 
hAr di VAnph'C^r , d^ Roi : la cour de 
rSmpereur, du Roi. — U hoUtr di Rom : 
1b cour de Borne, le Vatican, -r- Vo 



n'hinohd nin U-p^tzeg d^ ho^ : vous ign^ 
rez les usages de cour. — Bss afronU 
com on pag di koftr : Stre effront^ comme 
un page de cour. — / tort-a la hoftr : 
il est re^ k la cour, c*est un courtisan. 
— Del b^ne^tt aiw di hotr; de Teau be- 
nite de cour. 

Koar, s. Cour, tribunal, siege de 
justice oil Ton plaide. — Koiir d'apel : 
cour d'appel. — Kottr d'at^ss : cour 
d'assises, toumelle.— KoHr di cacdcion : 
cour de cassation , cour supreme." 

Koftr, s. Coui*s, suite de lemons sur 
une mati^re quelconque. — KoftA* di 
mdttcennj di dreH , difilozo/He , diJUih, 
di maUmatih: cours de medecine, de 
droit, de philosophic , de physique , de 
math6matiques.— Z^ voleirf^-t-onhoiifr 
di drei^ al poliss corekcion/l : les voleurs 
font un cours de droit k la police cor- 
reetionnelle. 

KoAr, s. Coeur, muscle creur et 
charnu qui imprime le mouvement au 
sang. — Apu md s'ho^ : avoir mal au 
coeur, avoir des nausees, des envies de 
vomir. — Li kofh' mi bait : le coeur me 
bat, mon coeur palpite. — Avu Vhoi^r 
chergif avu n'sacoi so VhoHr : avoir Tes- 
tomac ou le coeur surcharge. — Qou h*ja 
magni mi to^nn dtoit de ho^r : ce que j*ai 
mange me tourne autour du coeur. — 
Jdnn hotr : jeune estomac. — Li ko^ 
mi ter : mon estomac me demande 
quelque chose ; j*ai la fringale. — Ma- 
gnt n'sahoi po Vviair de k^r : manger 
quelque chose pour etourdir la grosse 
faim. — FlaireUr ki fai hCci I ko^r : 
puanteur, infection qui vous fait bon- 
dir le coeur, qui vous engloutit. — ArUl 
de ko^r : art^re cardiaque. — Li pai di 
koHr : le pericarde. — Rimitt po le md 
d'koitr : un cardiaque.— ^<i^/«?rt» d^ko4tr : 
battement, pulsation, palpitation du 
coeur. -— Enn n'a juskd ko^r : il en a le 
coeur gros, il en est touche jusqu'au vif , 
il en est vivement emu. — Dihiergt 
s'koHtr: decharger son coeur, declarer 
avec franchise ce qui vous peine , le 
sajet de votre inquietude. — Ofri s'koHr 
d Bondiu : offrir son coeur a Dieu. — 
Avu di koHr po se parin : avoir du coeur, 
une tendre affection pour ses parents. 

— /V n'sacoi eontt koilr : faire quelque 
chose k contre-coeur, avec repugnance. 

— Mdl tiess i bon koikr : mauvaise tete 
et bon coeur ; les gens etourdis , incon- 
sideres ont souvent de louables intenr 
tions , un bon coeur. — Wdrd^ n'sacoi 
so s'ko^r : garder quelque chose sur le 
coeur, en avoir du ressentiment. — 



Digitized by 



Google 



— 180 — 



ROU 



KOU 



S<mla iiCgoUx) I koiU' : le coeur me le di- 
saitjj'en avals un secret pressentiment, 
une voix secrete me le , disait , m'en 
avertissait. — J^oilr di m^vintt, trip h to ! 
Je t'aime comme mes petits boyaux ! — 
K^ md d'koitr po inn om com lu ! Quel 
cr^ve-coBur pour un homme comme lui I 
— - JToilr di flair : coeur de fer, de bronze ; 
cceur de roche, coeur de cannibale. — 
/V ban koHr so mdU janb: faire contre 
fortune bon coeur, faire de necessite 
vertu. — FoU drVo^Xe ,fo^ de hoUr : qui 
est loin des jeux est loin du coeur; on 
oublie les absents, les absents ont tort. 
— Zi koi^ d^ Roi esS't-^ Vmin d^ Bondiu : 
le coeur des Rois est dans la main de 
Dieu , il tourne leur volont^ comme il 
lui plait. — Cissfeum la a on luySbr d^o- 
pnoHj ell e donn ine p^lott a turto : cette 
femme a un coeur d'oignon , elle en 
donne une pelure k chacun , elle amuse 
tous les hommes. 

ii#lir, s. Coeur, milieu d'un fruit, 
d'un legume ; partie interieure du tronc 
d'un arbre. — Koiir di pom , di peinrj di 
ricenn, di saldtt : coeur de pomme, de 
poire , de carotte , de laitue. — KoHr di 
gH : coeur de noyer. 

ML^^rj 8. Coeur, une des quatre cou- 
leurs au jeu de cartes. — Li hass di 
koar : Tas de coeur. — J'a tott le ko^r i 
m*je^ ; j'ai tous les coeurs dans monjeu. 

— Jow^ d^ hoitr fo^ : entrer par coeur. 

— Rijowed^ ko^r : rentrer par coeur. — 
Vola bin di ko^r! Voil^bien du coeur! 

— Atm n'hintt 4 koiir : avoir une quinte 
en coeur. 

■i«lir, oftu, adj. Court , qui a peu de 
longueur , ce qui n'est pas long ; bref , 
brief, laconique, concis, succinct. — 
Afi $olS son tro kodr : mes souliers sont 
trop courts. — Vo chdss son tro ho^tt: 
vos bas sont trop courts. — Avu on koi^r 
hatrai : avoir le cou court. — On sier^ 
mon AV koiir i bon: nn sermon court et 
bon, qui joint la bonte k la concision. 

— Pritr ko^tt i bonn : pri^re jaculatoire, 
pri^re courte et fervente. — MarHe^ 
ho^tt } gross i mdfakiie : Marie, courte, 
ramassee et mal tapee. — Pougni d 
koHr flstou: tirer au court fetu, a la 
courte-paille. — Prind^ ciss vdXe la, vo- 
z-drS pu kodr : prenez ce chemin , il 
abr6ge , c'est le plus court. — ■ Ji knoh 
li koilr i rion d-Vafair : je connais le 
court et le long de Taffaire , j'en sais 
toutes les particularit^s. — Ess koHr 
d'aidan : etre court d'argent, de finance. 

— Dimani koHr divin on miceck : rester 
court dans un compliment. — Cdp^ 



koi^ : couper court. — Ko^tt responss : 
reponse courte, breve, succincte, — 
Respond^ li to koinr : repondez-lui suc- 
cinctement. 

KolhrA , s. Conrad , nom propre 
d'homme. 

KouriMiCear, s. Courbature, lassitude 
douloureuse dans les reins, qui empSche 
de se tenir droit ; maladie du cheval 
morfondu par un exces de fatigue. — 
Li maladiie di m*pSr kiminsa par inn 
kourbateur : la maladie de mon p^re 
commen^a par une courbature. 

Ii.«arbalov, •w, e BLourlMiUir^, ale, 
adj. Courbatu , attaint de courbature. 
— Jim' sin to kourbatou, tote kourbatow: 
je me sens tout courbatu , toute cour- 
batue. 

■i«lirboaK«B, s. Consomme, bouillon 
fort succulent d'une viande extreme - 
ment cuite. — Vola on koiU-bouXon a fd 
ravik/ on moir : voilk un consomme a 
faire revivre un mort. 

K.«ftr-boa¥«ii, s. Court-bouiUon , ma- 
niere d'appr§ter les poissons. — Magnt 
n*cdrp d ko^r-boui'on : manger une carpe 
au court-bouillon. 

Kttftrchi, s. Couvre-chef , voile Wane 
sur la tete d'une soeur religieuse. — 
On koHrckt A? blan com inn nivale : un 
couvre-chef blanc comme neige. 

K«llrct , V. Courroucer. Voy. Korct. 

K«ftr-iiaioa , s. Courte-paille. — Si- 
ckt, pougni d koHr-fistou : tirer a la 
courte-paille, tirer au sort avec des 
brins de paiUe d^une longueur inegale ; 
decider au hasard. 

Kolhriat^ , s. Petitesse , brievete , 
coiirte dur6e. — Li ko^rist^ di jo^ : la 
brievet^ des jours. — Li koitristd d^On 
raizonnmin : la concision , le laconisme 
d'un raisonnement. 

Konroubet, s. Culbute. Voy. liov 

Kouronbett, s. Courbette. — F/ di 
kouroubett: faire des courbettes, Stre 
bas et rampant devaut quelqu'un , etre 
obsequieux. 

Koikrreaii, s. Coureuse. Y. K^reftM. 

ii.«arreM, s. Demi-varlope , riflard, 
gros rabot pour degrossir le bois. — 
Prinde Vko^ess po d'groki ci koron la : 
servez-vous de la varlope pour degros- 
sir ce madrier. 

Kodrst , s. Coursier , grand et beau 
cheval de bataille et de tournois. — On 
cagness koi^si : un fougueux coursier. 

Kolhr«ir, s. Ab6e, auge d'un moulin 
k eau , rigole de pierre ou de bois qui 
mobilise les roues d'un moulin. — Zi 



Digitized by 



Google 



181 — 



ROU 



KOU 



Mrsir ni va win com i ft : Tab^e du 
moulin ne coule pas suffisamment. 

K*Artetnniiilii,adY. Recemment, de- 
puis pen de temps ; nouveUement, na- 
guere, novissime. — Qoula s'a pacS Mr- 
tainnmin : cela s*est passe recemment. 
— / vair^ ho^rtatnnmin : il viendra in- 
eessamment. 

K.««krtecii , s. Courtage , profession 
de courtier; entremise ou negociation 
de courtier. — PUt on hwdr par cin po 
Vdret d^koHrtech : payer un quart pour 
cent pour droit de courtage. 

K.«ihrt^-poiiiU, s. Courte-pointe, cou- 
verture de parade , piquee avec ordre et 
proportion ; lodier. — Voss hoitrte-pointt 
i? (Tabim bin pikaie : votre courte- 
pointe est extr^mement bien piquee. 

Koarti, tr, s. Courtier, entremetteur 
de ventes et achats. — Ji rCvou nin avu 
<kfi t ko^rti: je ne veux pas avoir af- 
fidre aux courtiers. — KoHrtt maron: 
courtier marron , celui qui exerce sans 
brevet. — KoiHrttr di mariech : courti^re 
de mariage , qui se mele de faire des 
manages. 

K^ArtlftAr, s. Corps-de-garde , cer- 
tain nombre de soldats pour faire garde. 
— Liposs a raminS n'sdlaie i kdiMrtigcir : 
le poste a amene un ivrogne au corps- 
de-garde. 

iLo^l^ (at), V. {Ji m'ko^slaie). Pren- 
dre son escousse. — KoMifpo pocM ci 
lick horai la : prenez votre escousse 
pour sauter ce large fosse. 

iLo^M , s. Cours, course ; excursion, 
promenade , allees et venues; vaca- 
tions. — Zi koitss del MoUss : le cours 
dela Meuse. — Prinit si koUss po kori : 
prendre sa course , son escousse , son 
elan pour courir. — Fd It p&i si koitss : 
il feut lui payer ses courses , ses vaca- 
tions. — Fd ICcisS't'Oumeiir la prinss si 
Mtss : il faut que cette humeur ait son 
cours.— FS n^koitss sopaX ainnmi : faire 
ane incursion , une irruption , une in- 
vasion en pays ennemi. 

■t#ik4«i,8.Couteau, instrument tran- 
ehant compose d'une lame et d'un 
manche; eustache.— iToit^at d'NameUr: 
eouteau de Namur. — Ko^tai disponti: 
oouteau epointe. — HdrdSko^tai: eou- 
teau ebreche. — Ko^tai a Jerom : eou- 
teau h, virole. — KoHiai d'couJienn : 
eouteau dc cuisine, couperet. — Koiitai 
i^poch (ou Jdd-manch) : jambette, eouteau 
t^nt, eouteau de poche. — Lam di 
Miai : lame de eouteau , alumelle. — 
H^tbr di kolttai : dos d'un eouteau. — 
It pantt , li tHan d'on hoUktai : la pointe, 



le tranchant d'un eouteau. — S6Xe di 
koHtai: sole d'un eouteau. — Wdtt ou 
wdtm di ko^tai: gaine d'un eouteau. — 
6mancht on ko^taii emmancher un eou- 
teau. — Ricimton koi^tai: emoudre, re- 
moudre, aiguiser un eouteau. — Kottai 
d'chessi eouteau de chasse , courte epee 
de chasseur pour couper les branches 
quand on brosse au travers des bois ; 
coutelas. — - KoHtai d'mangon : eouteau 
de boucherie, couperet. — Ko^tai d'M: 
coutre. — KoHtai a deit min : plane, 
outil tranchant k deux poignees. — 
KoHtai d*cimgiain : scalpel. — Mett 
koHtai so tdf\ mettre eouteau sur table, 
donner a manger. — Mett li koiitai sol 
gozi: mettre le eouteau 9ur la gorge, 
exiger imperieusement , avec violence , 
sans pitie. — Kangi s'bon koHtai contt 
inn hamlett : changer un clieval borgne 
contre un aveugle, faire un echange 
desavantageux. — Ciss-t-om la^ c' ess-t- 
on koHtai a deH thian : cet homme est 
un eouteau de tri piers, un eouteau h. 
deux tranchants , c'est-k-dire qu'il dit 
du bien et du mal de la meme personne. 

— Onkd dlinw i sovin pu danjreH ICon 
c6 d^ko^tai : un coup de mauvaise langue 
est souvent plus nuisible qu'un coup 
de eouteau. 

Koftcal-fi'iii^r, s. Iris germanique. 

KoAtelr^le , s. Coutellerie, metier de 
coutelier, art de faire des couteaux, 
des ciseaux, des rasoirs, etc. — Gna on 
gran comerss di ko^telrHe a NameUr : il 
y a un grand commerce de coutellerie k 
Namur. 

iLotikiit, tr, s. Coutelier, celui qui fait 
ou vend des couteaux, ciseaux, rasoirs, 
canifs. —Mesttj handel, botik dikoHtlt: 
metier , commerce , magasin de coutel- 
lerie. 

Kofttitr , s. Couteli^re , boite k cou- 
teaux. — Ko^tlir po n'dimaie dozatnn di 
koiktai : couteli^re ou etui pour une 
demi-douzaine de couteaux. 

KoAireM-d'aienii,s. Asthme, essouf- 
flement, difficulte de respirer; orthop- 
nee. — H ess-t-akcidinti del ko^tress- 
d*alenn : il est asthmatique , il pantele. 

Kofiiu, s. Coude, partie exterieure du 
bras , a I'endroit ou il se plie. — Art/l 
del koUtt : art^re du coude , os cubital. 

— Okai del koUtt : os cubitus. — Ji m*a 
fat md m*koMt: je me suis fait mal au 
coude. — Si abi i to ktrawS al koUtt: 
son habit a le coude perce. — Dine on 
cd d^koHttt to paean : coudoyer , heurter 
du coude chemin faisant. — ZMTkoi^tt: 
hausser le coude, boire beaucoup. 

Tome n. 23 



Digitized by 



Google 



182 — 



KOV 

Kofiitt-coiv , s. Courte-queue , cerise. 

— Ess di'Z-abaiss ki v'x^v^ ^ voss bans- 
tai? Nini, c'e d^ koHth-cow : sont-ce des 
guignes que vous avez dans votre pa- 
nier? Non, ce sont des courtes-queues. 

Kofttimiii, adv. Laconiquementjbrie- 
vement. — PdrU hyUttmin : parler la- 
coniquement. 

Koikiwia, s. Coutliuin, commune du 
canton de Heron, a 9 kil. de Huy. Pop. 
2,230 hab. Sup. 1,818 hect. 

Koftv, s. Cuve, grand tonneau h. un 
seul fond. — Koiiv di vegnuron , di bt'e- 
cell , di tindeH : cuve de vendange , de 
brasseur, de teinturier. — Koilv plinit 
di trok: cuvee de raisins. — Dimani e 
Vko1tv\ cuver, rester dans la cuve. — 
Ritap^ e Vkoitv : replonger dans la cuve. 

Koniral, s. Petit gouffre d'eau. 

KoHviA 9 s. Cuveau , petite cuve. — 
Ji m^treH tote mi vbiding divin on hoUvld : 
un cuveau suffirait pour ma vendange. 

— Vola on hhia k'k com on koHvld : voila 
un tr^s-grand verre. 

Koftvlaie, 8. Cuvee, contenance d*une 
cuve. — KoMaie di sirdp: cuvee de 
sirop. 

KoAvlf, v. {Ji KoHvlaie), Cuveler, 
faire un cuvelage. — Ko^vU on be^r : 
cuveler un puits de mine, une bure. 

i&oikTieeh, s. Cuvelage, action d'e- 
tayer I'interieur du puits d'une mine. 

— Louki def^on koHvlech ki n'pdu md : 
faites en sorte que le cuvelage soit so- 
lide, qu*ij n'offre aucun danger. 

KoAvlejk, s. Celui qui cuvele, qui fait 
un cuvelage. 
Koikvii, s. Sommelier, cellerier. Voy. 

Toniill. 

Kouwai, s. Poelon en fer. — PoUkt 
di slik avou on houwai: puiser du marc 
de geni^vre avec un poelon en fer. 

KoTAh, s. Couvaison , temps oil con- 
vent les poules et autres oiseaux de 
basse-cour. — Vocial bin mit li kovdhy 
no pole ni ponron pu wain voici venir 
bientdt la couvaison , nos poules ne 
pondront plus gu^re. 

K«Taie , s. Couvee , tons les OBufs 
qu'un oiseau couve en m8me temps, 
ou les petits qui en sont eclos. — Li 
kovress a/ai dtM poi'on dHnn seHl kovaie : 
la couveuse a amene 18 poussins d'une 
seule couvee. — Lu i tote si kovaie ni 
valet nin n*gile : lui et toute sa couvee, 
toute son engeance ne vaut rien. 

lioT^, V. (Ji keH/h ji keilv, no kovan ; 
ji keHtvret), Couver, se tenir sur ses 
ceufs pour les faire eclore. — Li poi'e 
kavet vintt sett joH: Tincubation des 



KOV 



poules dure 27 jours. — Ci kaponass /« 
ketic inn sakoi d'lai : ce drdle couve de 
mauvais desseins. — Kov^ li pok , li 
raivioHl : couver la petite verole , la 
rougeole. — / n'/d nin kov^ so si-z-oii : 
il ne faut pas hesiter, pas attendre, pas 
tergiverser, pas dormir. — / vore^ savu 
ki Vpouiia i ki Vkova : il voudrait savoir 
le pourquoi et le comment. — El ke^v 
inn maladiie di no%f me^: elle couve 
une maladie de neuf mois , elle est en- 
ceinte. 
Kove , ale , adj. Dissimule. Voy. 

Kovlair, le(t. 

Ktrvech, s. Couvaison, action de cou- 
ver ; incubation. — J' a n'kop di colon 
ki chess a koveck : j*ai un couple de pi- 
geons qui sont en chaleur. — DeH j6ni 
gin ki ckec'e-t-a koveck: deux jeunes 
gens qui se courtisent , qui se recher- 
chent en mariage. 

K.oTet, 8. Couvet, chaafferette, pot 
de terre ou de cuivre plein de cendre 
et de charbon , et que les femmes met- 
tent sous elles en hiver ; rechaud. — 
Voss kovet si distin , sojl^ dvin : votre 
chaufferette s'eteint, soufflez dessus. 

Koviair, V. Couvrir, mettre une chose 
sur une autre pour la cacher, la con- 
server , Torner , etc. — Koviair inn mo- 
konn, 071 po : couvrrir une maison, un 
pot. — Koviair li feP. : couvrir le feu, 
mettre de la cendre d(vssus pour le con- 
server. -^ II i si p6f ki n'a nin po s' ko- 
viair : il est si pauvre qu'il n'a pas de 
quoi se couvrir. — Ess a tett. koviair: etre 
loge , etre h. Tabri du mauvais temps. 
— Koviair sije^: couvrir sonjeu, ses 
desseins , dissimuler ses intentions. 

Koviair, leU, adj. Convert, dissi- 
mule, cache, sournois , artificieux ; dis- 
cret , avise , prudent. — Ess koviair : 
dissimuler , cacher ses sentiments , ses 
passions , ses desseins. — On n'pou rin 
savu d'liie, ell i tro kx>viett : on ne peut 
rien savoir d'elle, elle est trop dissi- 
mulee. 

KoTiair, V. Couvrir, s'accoupler ; m^- 
tiner, action d'un m^tin qui couvre une 
chienne de plus noble espece ; hurte- 
biller , pour les beliers et les brebis ; 
daguer , pour le cerf et la biche ; bou- 
quiner pour les lapins. — Li mdie koHv 
lifrumel: le male couvre la femelle, 
s'accouple avec la femelle. 

KovieUmio , adv. Couvertement, se- 
cr^tement, discr^tement, prudemment, 
sagement. — Pdrl^ koviettmin : parler 
mysterieusement , k mots couverts , 
ambigus. 



Digitized by 



Google 



— 183 — 



KOW 



ROW 



K«Yla , s. Couvent, monastere, mai- 
son religieuse ; abba3^e , prieure , raou- 
tier , cloitre. — Kovin d/rikolett : cou- 
vent de recollets. — Kovin d'h^gncnn: 
couvent de religieuses. — Le rligeH d'on 
kovin : les religieux conventuels. — 
Mett inn damzel d kovin: cloitrer une 
demoiselle. — >S't mett divin on kovin : 
s'cnfermer dans un cloitre , se faire re- 
ligieux. — Vik^ com d kovin : vivre 
comme dans un couvent, vivre en ce- 
nobite, en chartreux, etre casanier. 

K.«via, s. Frai de grenouille. 

K.«vi««,adj. Couvi, oeuf ^-demi couve 
et gite. — Vo-z-oit n'valet rinpo magni, 
i son to koviss : vos oeufs ne valent rien 
pour manger, ils sont entierement cou- 
vis. 

■&.•▼!••, s. Frai, oeufs fecondes, cou- 
vain. — Koviss di rainn , di p^hrn : frai 
de grenouiUe, de poisson. — L^frnmih 
son rafdraie di koviss di wandion: les 
fourmis cherehent avec avidite le cou- 
vain des punaises. 

K.OVBI e Komni , V. {Ji kovnaie e ji 
komnaie), Divaguer , s'emanciper. — 
L^t kovni Vz-efan : lecher la bride aux 
enfants, leur laisser trop de liberte. 

KovreMi , 8. Couveuse , poule qui 
couve. — Li kovress a fat v'ni dosspoXon 
arou saze oH : la couveuse a amene 
douze poussins avec 16 oeufs. 

WLorremm^ s. Deux palets Tun sur 
Fautre ; terme de certains jeux. 

Kovred, s. Couvreur en chaume, ar- 
tisan dont le metier est de couvrir les 
maisons en chaume. — Via ki flotb ^ 
grini , fi mont^ VkovreH : il i)lcut au 
pTcnier , faites monter le couvreur en 
chaume. 

Kovro^ftmin , adv. Discretement. V. 
■^•▼leUiiiln. 

Kow, s. Queue, Tune des extremites 
da corps dans toutes sortes d'aniraaux. 

— Zi beckelt del kow : bout , extremite 
de la queue. — Kow di stokfess : queue 
de stockfiche. — Kow di ramon: mtmche 
k balai. — Kow di bilidr : queue de bil- 
lard. — Kow di pailett , di pail : queue 
de poelon, de poele. — TV n'fdss kow d 
bilidr: faire fausse-queue au billard. — 
kow di jalofreunn : dardill** , queue 
d'oBillet. — On chin hi koss si kow : un 
chien qui fretille, qui flitte de la queue. 

— Zi halainn pou rcif*rs€ on hatai d'on c6 
i'kow : la baleine pent renver.ser un 
bateau d'un coup de queue. — C6pS 
Vkow a on jvd : ecouer un cheval, lui 
eouper la queue. — l^ jvd kichecet li 
moh avou M kow : les chevaux s'emou- 



chent avec leur queue. — SiteM a kow : 
comete, etoile chevelue. — Li kow d'on g, 
d^on p , d'on q , etc : la queue d'un g, 
d'un p , d'un q , etc. — Ess li prumt al 
kow : etre le premier en queue, Stre tout 
k la queue, Itre tout le dernier. — Rot<i 
al kow: marcher k la suite. — Fekow 
d tHdtt , a kficion : faire queue au 
theatre, k confesse. — Li cherett va^ 
t-a kow : la charrette se met k cul, les 
limons en haut. — Si sdvd li kow i cou : 
partir comme un chien battu. — Sicki 
VDial po Vkow : tirer le Diable par la 
queue, allonger la courroie, vivre chi- 
chement pour pouvoir joindre les deux 
bouts. — On n'parol mdl'e de le^ s*on 
n'li veH Vkow : quand on parle du loup, 
on en voit la queue. 

Kow , s. Bord crotte d'une robe. — 
K^l cow ki fafai a fr6b! Comme tu as 
crotte, emboue ta robe I 

K.OW, s. Tabac en poudre de moindre 
qualite. 

Mow, 8. Bascule. Voy. .%-koiv. 

K«waie , s. Petit groupe , petit pelo- 
ton. — On n^dva-t'a kowaie : on s'en 
va, on marche par petits pelotons. 

Ko\v-di*bir, s. Baissiere, ce qui reste 
de bi^re pres de la lie. — Li kow^i-bir 
esS't-on mdva brauwet: la baissiere est 
un mauvais breuvage. 

■Low-di-fledr ou d'fru , 8. Pedoncule, 
queue d'une fleur ou d'un fruit. 

Kowiii-foVe , 8. Petiole , queue ou 
support d'une feuille. 

Kow-di-jvA, s. Queue-de -cheval , 
plante dont les tiges striees et rudes au 
toucher servent k polir certains ou- 
vrages ; pr^le. 

Kow-di-ltr , s. Balivernes, babioles, 
puerilites , billevesees. — Avu de kign- 
kagn po de kow-di-ltf: se quereller , se 
chicaner pour des balivernes. 

HLow-di«itoii, 8. Queue-de-lion ou leo- 
nurus, plante labiee qui croit princi- 
palement en Afrique , et qui porte des 
fleurs d'lm beau rouge de feu. 

iLowMii*moa(oii , s. Queue leu leu, 
jeu d*enfants qui se tiennent les uns k 
la suite des autres. — Volangn jowd al 
kow-di-mouton ? Allons-nous jouer k 
queue leu leu ? 

Kow-4l-poar»ai , s. Queue-de-co- 
chon , tari^re terminee en vrille. Voy. 
Tarodl. 

Kow-dl-^vmal , 8. Queue-de-pour- 
ceau , plante ombellifere dont la racine 
est grosse, longue et pleine d'un sue 
jaune fetide. 

ii.«w-4l-ra , s. Queue-de-rat , lime 



Digitized by 



Google 



— 184 — 



ERA 



KRA 



ronde terminee en pointe qui sert k 
agrandir et k limer des trous. 

K«w-«i-raa, 8. Queue^ie-renard, pe- 
tite plante qui ressemble a peu pres k 
une queue de renard. 

ii.ow-4i>aori , s . Queue -de - souris , 
plante qui croit dans les champs , les 
pres et les jardins , et qui prend la 
forme d'lme queue de souris apr^s la 
floraison. 

Kowct, s. Vilain, vaurien, faineant. 
— Wa/co stu don, kowett Ou avez-vous 
encore ete done, faineant? 

Ko^eu, s. Cordon, petit tissu pour 
lier, suspendre. — IM avou d^ kowett: 
lie de cordons ou avec des cordons. — 
Marchan d^fi ^ d' kowett: mercier. 

Kowtr , s. Manche du violon et de la 



ii.«wtr , s. Culiere, partie de la crou- 
piere sous la queue du cheval. 

Kowiron , s. Croupi^re , sangle au 
derriere du cheval pour fixer la selle. 

Kowrt, s. Queue de vache en ragoiit, 
culotte de boeuf. 

Kowi^, V. (Ji howtaie), Queuter , 
pousser d*un seal coup les deux billes 
avec la queue. — Hi djlndou di kowtS: 
il est defendu de queuter. 

Ko\/vtecb , s. Defaut de queuter. — 
Li kowtech fai piett on cd : le fait de 
queuter annule le coup, 

Ko^ceik , 8. Celui qui queute. — Zi 
howteH son hai'ou : les joueurs de biUard 
qui queutent sont detestes. 

iLOBech , s. Action et maniere de 
coudre ; couture. — Aprintt U kozech : 
apprendre k coudre , apprendre la cou- 
ture. 

Kosed, 8. Cousoir, table pour coudre 
les livres. — Mit^v d kozeH i s'ovri: 
placez-vous au cousoir et travaillez. 

■LoseH , s. Couseur , qui coud les 
livres pour les brocheurs. — I no mdk 
de kozeH i di keuzress po tott U kwal'el hi 
n^z-avati't-a fi : il nous manque des 
couseurs et des couseuses pour toutes 
les brochures que nous avons k faire. 

KrA 9 Ajm , adj. Gras, qui a beaucoup 
de graisse , qui a de Tembonpoint , qui 
est dodu , potele , rebondi. — Ess krd 
com on m6nn : etre gras com me un 
moine. ~ Magni n'pHaie cronptr avou 
n'honn krdss tdte dt hoUr : manger une 
pomme de terre grillee avec une beur- 
ree bien grasse. — Di krdzd peUr : des 
poires p^teuses. — Li joH krd : les 
jours gras. — F^krd i maik: faire gras 
et maigre, faire ch^re de commissaire. 
— Krd bol'ai: culier, rectum. — Dwni 



krdrtri gro: devenir gros et gras. — 
Krd com on cin d*cld : gras comme un 
cent de clous, c'est-i-dire fort maigre. 

— Di krd cHr : cuir gras , cuir d'em- 
peigne. — F^ V krdss matinaic : dormir 
la grasse matinee. — PdrU del krdss 
linw : grasseyer, avoir la langue grasse, 
faire entendre un grasseyement. — 
Volla krd avou soula I Le voili bien 
avance, bien repu avec cela ! — Vo n*ni 
sM nin pu krd : vous n'en serez pas 
plus gras, vous n'en aurez pas la jambe 
mieux faite, cela n'amendera pas votre 
marche. — Krdss anglaie : angle obtus. 

KrA, 4m, 8. et adj. Gras, licencieux, 
libidineux , graveleux , plein de grave- 
lure ; obscene. — PdrU krd, dtr di krdss : 
faire des contes gras, indecents, licen- 
cieux, orduriers. — Ckanttf di krdss : 
chanter des obscenit6s , des chansons 
obscenes, des priapees. 

KrA-hoiai, 8. Rectum, culier, gros 
boyau qui se termine k Tanus. 

KraboVe, s. Asperite , petites eleva- 
tions qui rendent un terrain inegal, ra- 
boteux ; cavite ; anfractuosites. — Jow^ 
d mdXe divin le krdboXe : jouer aux billes 
sur un sol raboteux. 

Kr«i»oiki,v. {JikrahoKe^nokrahouXan), 
Griffonner, ecrire mal et d'un carao- 
tere tres-difficile a lire ; gribouiller. — 
Ji m*va kraboUt deiUs tred rdXe po-z-MSi 
a m'fi : je vais grifibnner deux ou trois 
lignes pour envoyer k mon fils. 

Krabottlech, s. Grifibnnage, gribouil- 
lage, brouillon, patarafi'e. — Ji n'sdreik 
mdl'e Ur ci krahoilieg la : je ne saurais 
jamais lire ce griffonnage. 

ILraboikleik , eik««, adj. Raboteux , 
inegal , plein d'asperites. — KraboUiei 
tMn : terrain raboteux. — KraboUiei^ 
vdl'e : chemin raboteux, anfractueux. 

Kra^ilnii, 8. Crassane ou eresane, 
sorte de poire fondante et d'un goilt 
dehcat. — Ji v'vou fi prhin d'on pHi 
hanstai d*kra^dnn: je veux vous faire 
cadeau d'un petit paniei de crassanes. 

Kracet, s. Lampe de forgeron. Voy. 
lianponeK* 

KrAcet, ett, adj. Grasset, qui est un 
peu gras ; grassouillet ; adipeux. — To 
s'ki/ir esS't'On p6 krdcet : tout son corps 
est un peu grasset. — Ell a U cki/on 
p6 krdceit : elle a les joues un peu gras- 
settes. 

■LraceH e Kraelelh, e^Ufl, adj. et 8. 
Crasseux , plein de crasse , convert de 
crasse ; sale , avare , chiche , malhou- 
nete. — KraceH^ jvet : cheveux crasseux. 

— Di kracei^zi min : des mains eras- 



Digitized by 



Google 



— 4» — 



KBA 



ESA 



seuses. — ViU com on kraee^ : vivre 
en crasseux , en ladre. 

KrAeeA, eibis, s. Cardeur , qui carde 
de la laine, de la sole, etc. — On krdcei^ 
tTmaila : cardeur de matelas. 

urmchMj s. Crachat, salive ou pituite 
que Ton crache ; phlegme. — On gro vilin 
iracha : un vilain, un degodtant crachat. 
— Kracha avou dh raitt di sonk : era- 
chats sanguinolents. — Mohonn bat He 
di hro^li e d'kracha : maison bfttie de 
boue et de crachat, bStie de mauvais 
materiaux. 

iLraeiM, s. Crachat, large croix ou 
etoile d'ordre brodee sur Thabit, insigne 
d'un ordre superieur de chevalerie. — 
K^/ame^ bai kracha hi poitt so t'iahi ! 
Quel superbe crachat il porte sur son 
habit I 

Hjraebeiil, efiiM e 4tt, s. Cracheur, 
qui crache souvent. — On vi d'gostan 
kracheH : un vieux degoiitant cracheur. 

KjrMiM»iil, s. Crachoir. Voy. 



iLradil, y. (Ji krach , no krachan). 
Cracher, pousser dehors la salive, la 
pituite , etc. qu'on a dans la bouche, 
dans la gorge, dans le poumon , expec- 
torer. — Zt maldtt krach di sonk, i hrach 
se poUmon : le malade crache du sang, 
il crache son poumon (ou ses poumons). 
— RimM po Jtrachi ; remede expecto- 
rant , medicament qui fait expectorer. 
—C'ess'i'inn om ou nyeum a hracht d'su : 
homme ou femme digne de mepris, 
homme ou femme h cracher dessus. — 
a s'p& to krachi : c'est son pere tout 
crache, il ressemble fort k son pere. 
Voy. A^bl. 

Mraeiunin, s. Crachement , action 
par laqueUe on crache ; expectoration ; 
ptyalisme, crachement frequent et con- 
tinuel. — Krachmin d'sonk , di vite bil : 
hemoptysie , crachement de sang , de 
mucosites verdStres. Voy. ii^heeh* 

Krdtol , 8. Charcutier , vendeur de 
chair de pourceau , de boudins , de sau- 
cissons, etc. — Acht^ h'driciie a-mon on 
krdd : acheter une fressure de cochon 
Chez un charcutier. 

ULHLmt , v. (Ji hrdceie , no krdcan h no 
irddan). Carder, peigner avec ia carde 
ou avec des chardons. -- Krdci de dra, 
del latnUf etc. : carder du drap, de la 
laine, etc. 

WLrkh^ 8. Graisse, substance animale, 
moHe, onctueuse, facile k fondre. — 
Krdh di ross: graisse de rdti. — lit 
prtHtt del krdh : laisser figer de la 
graisse. — Zi mol krdh : axonge. — 
Taj^ del krdh so si^-aH : graisser ses 



habito. — Seula h com del hrdh : oela est 
graisseux. — Mett inn biess so krdh : 
mettre un animal a Tengrais , Ten- 
graisser, le mettre en mue. — Tap^di 
krdh so U tair : jeter des engrais sur les 
terres. — Mett del krdh so sesold: grais- 
ser ses souliers. — Krdh di chhett , di 
row : cambouis, vieux oing pour frotter 
les roues des voitures , etc. — JDimani e 
Vpail fdtt di krdh: essuyer unrevers, 
sans pouvoir y apporter remede ; cesser 
le combat faute de combattants. 

Krah4, s. Corbeau , choucas, esp^ 
de corneille. -— K^l dijdrinss gna-t'i 
intt on krahd i n'koimiie ? QueHe diflfe- 
rence y a-t-il entre un choucas et une 
corneille ? 

lUrahAi, s. Braise, scorie de charbon. 
— BroUS a krahai : entierement briile, 
calcine, carbonise , en etat de calcina- 
tion, de carbonisation. — Vola m'rosti 
d'vai to bro^U a krahai : voilk mon rdti 
de veau tout briile, tout carbonise, tout 
en charbon. 

KrAh-dt-kafftdr, s. Castoreum, subs- 
tance grasse et odorante que Ton tire 
des aines du castor et qu on emploie 
en medecine comme antispasmodique. 

lirAkeU, s. Tr^s-petite pierre. Voy. 
Crakell. 

Krahi , V. (Ji krahiie , no krahian). 
^eraser du charbon sous le pied. 

urSkhimt^j s. Graisse excessive, gon- 
flement graisseux. — Mi poursai ni 
s*po% pu rmouwS d^krd^istS : mon pore 
ne pent plus se mouvoir , tellement il 
estgras. 

Krftiii^, V. (Ji krahel e ji kraklade). 
Ecraser du charbon sous le pied. 

Kraiii^, V. Trier les menus char- 
bons, les separer de la cendre. — Vo 
tapi irop di kochtai ivOi'e , krahle' mi w> 
cintt: vous rejetez trop de menus char- 
bons, triez mieux les cendres. 

ii.r»iu6, ale , adj. (ne se dit que des 
plantes). Galeux. — On krahU db : un 
arbre galeux. — Di hrahlaii kronpir: 
des pommes de terre galeuses. 

Krahit, s. Charbonnier, qui fait, qui 
vend ou transporte du charbon. — Ess 
onaitt com on jvd d'krahlt : etre poli 
comme un cheval de charbonnier ; Stre 
tr^s-grossier , tr^s-brutal. — Li feum 
d'on krahli i pu respektdf ki Vmaitress 
d'on Prinss : la femme d'un charbonnier 
est plus respectable que la maitresse 
d*un prince. 

KrahureM, s. Femme d'un blatier. 

ILridBiiklB, KralBHtklnt. Voy. Arbi»« 



Digitized by 



Google 



— 186 — 



&RA 



RRA 



KraioB, 8. Crayon, substance ter- 
reuse, pierreuse, minerale ou color^e, 
dont on se sert pour dessiner. — Krdion 
d'W, di chierbon : crayon de sanguine, 
de charbon. — Hachi on hraion : tailler, 
aiguiser, aflfuter un crayon. — /V Vpor- 
trai dHnn saki d kraion : faire le crayon 
de quelqu*un. — Pir di kraion: pierre 
crayonneuse , de la nature du crayon ; 
plombagine. 

KraioB^, y. {Ji kraionn, fio kraionan), 
CJraj'onner , dessiner avec du crayon ; 
dessiner grossierement, mettre les pre- 
miers traits. — Kraion^ ntiess, oil bress, 
inn db : crayonner une tete , un bras, 
un arbre. — Kraion^ to't-atd le poitt : 
crayonner sur toutes les portes. 

Kraioncch , s. Action de crayonner, 
traits au crayon. — Qna di kraionech 
to-P-avd U meUr : il y a des traits de 
crayon sur tons les murs. 

Kraloneft , ellM, s. Crayonneur , qui 
crayonne. — Ci n*i nin on ponded, ci n'h 
Von kraioiieU : ce n'est pas un peintre, 
c'est un crayonneur. 

HLn4oi^,ale, adj. Bariole, grivele, 
tachete de diverses couleurs; bigarre, 
jaspe , diapre , madre. — On krajoU 
mdi'e: bille bariolee. — Krajotaie jalo- 
freunn : oeillet bigarre. 

Krajoiech, s. Bariolage, bigarrn^o, 
jiispure. — Li krajolech d'on riban: Je 
bariolage d'unruban. 

Krama, s. Cremaillere , fer dentele 
qu'on attriclie aux cheminees pour y 
pendre les chaudrons , etc. — Rikdct, 
rabaki Vkrama d'on crin : baisser , 
hausser la cremaillere d*un cran. — 
F6te1t,Xe a krama : fauteuil a cremaillere. 
— Pintt li krama : pendre la cremail- 
lere , faire son premier repas dans une 
maison. — C d Vkrama ki lorn li chOdron 
neHtr cou : c'est la pelle qui se moque 
du fourgon ; un homme se moque d un 
autre qui aurait autant de sujet de se 
moquer de lui. — F(^ n*cretl> e krama : 
faire une croix dans la cheminee, pour 
noter la rare presence d'une personne. 

HLraniaYon, s. Cremaillon, petite cre- 
maillere qui s'attacUeaune plusgrande. 

Krame , V. {Ji kram), ;6cremer , 6ter 
la creme de dessus le lait ; se couvrir de 
creme. — KramS di Ucai po f6 Vboiir : 
6cremer le lait pour faire le beurre. — 
E I'osU, li Ucai kram mt k*e Viviair: 
en ete, le lait ecreme plus qu'en hiver. 

Kramceh, 8. Action d'ecremer, effet 
de cette action. — A foiss di krarneg, li 
lirai i com di Vaiw : a force d'ecremer le 
lait, il devient de Teau claire. 



Kramed , s. Terrine (et non tSle)y 
vaisseau de terre de figure ronde, plat 
par en bas et qui va toujours en s'elar- 
gissant par en haut ; terrinee, quantite 
de liquide que contient une terrine. — 
Magnt on krameU d'lerai: manger une 
terrinee delait. 

Kramieu, s. Double crochet au 
contre-coeur d'une cheminee ; main. — 
On prin li pailett i li ch6dron ju di felt 
avou Vkramieti : on enl^ve les poelons et 
les chaudrons du feu avec le double 
crochet de cheminee. 

KrAmlfpiOii h K.r4mioii9S.Farando]e« 
branle, espece de danse. — DansS Vkrd- 
mignon : danser la farandole. — Mine 
Vkrdmignon : mener le branle, conduire 
la danse, la farandole. 

■Lramiaie , s. Terrinee , ce que pent 
contenir une terrine. — Kramlaie di 
brouwet d'trip : terrinee de bouillon de 
boudin. 

KraniolBie Kramoaln, adj. Cramoi- 
si, rouge fonce. — Vloiir kramoizi : ve- 
lours cramoisi. — Del $dXe kramoizi: 
soie cramoisie. 

Kranch, s. Chancre, ulcere malin 
qui ronge les chairs; cancer, tumeur 
maligne qui ronge et degenere en ul- 
cere ; chose fort salee ou fort amere. — 
Avti Vkraiich i vizeck : avoir le visage 
ronge par un chancre, etre atteint d*une 
affection chancrease dans la figure. — 
Ell a Vkranch al matriss • elle a un can- 
cer a la matrice. — Soula i saU com inn 
kranck: cela est sale comme mer. 

Kraacht, v. {Ji kraTichih y no kroAi- 
ckihan). Chancir, moisir. — Noss ^ich 
di Idr ki k*mins8 a krancki : notre fleche 
de lard commence a chancir. — / m'/ai 
krancki: il me fait secher sur pied. 

HLrancht, V. Se fourcher, se detordre. 
Voy. Craoki. 

HLrAo^ 5 V. (Ji krdnn , no krdnan). Ex- 
travaguer , criner , faire le rodomont. 
— On V6 krdn^ a tott li JUs$ di Diech : 
on Tentend craner, ferrailler k toutes 
les kermesses de village. 

K.rAnn, s. Cr4ne, tet de Thomme et 
des aniraaux ; assemblage des os de la 
tete qui contient le cerveau. — Li joH'- 
te^r di krdnn : les sutures du cr^ne. 

KrAnn , s. Roblnet , piece d*un ton- 
neau, laquelle sert k donner le liquide 
et a le retenir ; cannelle ou cannette. — 
CU del krdnn : cle du robinet. — Biiss 
di krdnn: botte dun robinet. 

KrAnn, s. et adj. Crftn^, bretteur,fer- 
railleur , spadassin , matamore , rodo- 
mont. — Via on paYzan F^ss-Uon krdnsi: 



Digitized by 



Google 



187 — 



KRA 

voili un pajsan qui est un crtne. — On 
Mnn oprt : un fort , un adroit , un 
habile ouvrier. — Com il a Vair krdnn ! 
Comme il fait le fendant , qu'il a 
Fair d'un grand casseur de raquettes I 
Comme il est rogue ! — I/ev li krdnn, 
min kwan si vna-t-d k6 a fh'i , t fa 
rkouXon : il faisait le brave, mais quand 
ce vint au degainer, il montra le cul. 

&rAan-dlivii»« , s. Emphase , discours 
emphatique ; phrases, grands mots de- 
bites avee recherche. — -4t? oi'ou Ih krdn^- 
i'viss di ci/aro la ? Avez-vous entendu 
les phrases hyperboliques de ce beau 
monsieur ? 

KrAnnmin, adv. Extra vagamment, 
emphatiquement. — STesplih^ krdnnmin : 
s'eipliquer avec emphase, pompeuse- 
ment, avec pretention. 

KrAnnr^ie, s. Crftnerie, action de 
ci^ne ; bravade , rodomontade. — *S'^ 
Irdnnreie nijh sogn a nolu : ses craneries 
n'epouvantent personne. 

iiranptoAl, s. Clematite. Voy. Ban- 
ptoftl. 

Kraapon , s. Crampon , piece de fer 
recourbee pour attacher fortement. — 
Pitikranpon: cramponnet. 

K.ranpoii^, V. (Ji kranponn e ji kran- 
ponaie), Cramponner, attacher avec des 
crampons , des hoppes. — KranpmiS on 
so^mt: cramponner unepoutre. — Kran- 
fon^ on flair di jvd : cramponner un fer 
de cheval, y faire des crampons. 

■jrmnponecii ^ s. Action et maniere 
de cramponner, resultat de cette action. 
— Vola on kranponech hi n*i nin foitt- 
winaginsnd: on n*a pas cramponne so- 
lidement cet ouvrage. 

kj«p, 8. Escarre, croilte noire qui se 
forme sous la peau , la chair et les 
ulceres, par Tappiication de quelque 
caustique ; essera ou sora. — Li krap AV 
^»wttf: Tescarre esttombee. — Krap 
di dold : broussin d'erable. Voy doYA. 

Krap, s. Grapule,gens crapuleux, 
vile populace , vermine. — N'al^ nin 
a«m ci krap la : ne frequeiitez point ces 
crapules , cette canaille. — II i joH h 
nutt avou de krap : il crapule jour et 
nuit ; on le voit constamment avec la 
lie du peuple. 

Kjrap , s. Crabe , animal de mer, 
moins long et plus large que Tecrevisse, 
qui a dix pattes et dont on mange la 
chair. — Alams magnt dS krap po heUtr 
o« hon cCi allons manger des crabes 
pour boire un bon coup. 

KrapieU e iLrapicli, eftss, adj. Con- 
vert d'escarres. — On coir to hraplei^ : 



KRA 



corps convert d'escarres. — Kraple^u 
pai : peau henssee d'escarres , de croft- 
tes, de rugosites. 

Krapd, s. Crapaud, reptile amphibie 
qui ressemble a la grenouille. — Li r^- 
chon ou li tmin d'on krapdi la have, le 
venin d'un crapaud. — Gna d^ krap6 to 
spet divin ci trd la: il y a des crapauds 
considerablement dans ce fond-la. — 
Li krapS , c'e Vatnnmi del markott : le 
crapaud est Tennemi de la belette. 

Krapd, du, s. Gar^on, fille. — Piti 
krapd : gargonnet , petit gar9on , mou- 
tard, galopin. — Piti lai krapd : petit 
crapoussin, petit vaurien. — Pitite kra- 
p6tt ;. petite fiUette , petite demoiselle. 
—CesS't'inn ainmdf krapd ^ inn binamaie 
krapdtt : c'est un aimable garcon , une 
gentiUe creature. — On drol di krapd, 
inn drol di krapdtt : un etrange per- 
sonnage. — Sifi ^ to so dHwn krapdtt : 
son fils s'est laisse assote d'une fiUe. — 
Ti veHi, voltt U krapdtt : tu aimes les 
filles , les grisettes , le cotillon. — Si 
Vkrapdtt h laitt , ell a d^ hai-z-aidan : si 
la fille est laide, elle est belle au coffre. 

K.rapddir, s. Crapaudiere , lieu oti se 
trouvent beaucoup de crapauds; lieu 
bas , humide , sale , malpropre. — Ciss- 
t-icldla, c'ess't'inn vraie krapddtr: ce 
closeau est une vraie crapaudiere. 

Krapd-d'mer , s. Tortue , Caret , ka- 
houanne. — Li kdgn d'on krapd-d'm^r : 
la carapace, le test d'une tortue. 

Krapdtrdic , s. MarmaiUe , nombrc 
de petits enfants , troupe de marmots. 
— C'^ ciss krapdtriie la ki vin houkt d- 
Z'Ouk: c'est cette marmaille qui vient 
frapper aux portes. 

Krapo-Toian j s. Corbeau de nuit, 
espece de grosse hulotte. 

Krapul, s. Crapule , debauche habi- 
tuelle et grossi^re ; lie du peuple. — iVi* 
m'pdrU nin d'ce gin la, c'e toii krapul : 
ne me parlez pasde ces gens-la, ce sont 
toutes crapules. — Ti fplai d'vin Vkra- 
pul : tu te plais , tu es plonge dans la 
crapule, tu ne fais que crapuler. 

Krapnled, eftnA, adj. Crapuleux, qui 
vit dans la crapule. — Avu d^ krapvr- 
le^ goss : avoir des godts crapuleux. — 
MinJ n'krapidetas veie : mener une vie 
crapuleuse. 

■Lrapulmin , adv. Vilement , d'une 
maniere crapuleuse, vile. — Vik^ , si 
kditr krapulmin : vivre dans la crapule, 
dans la debauche. 

KrAflmin , adv. Grassement , gene- 
reusement. — Pdi krdsmin : payer gras- 
sement, largement. 



Digitized by 



Google 



— 188 



ERA 

iLrA»r^ie, 8. Propos libres et grivois ; 
obsc6nites. — Siondidi hrdsriie, stop^ 
vO'Z'OrHe: si on tient des propos obs- 
c^nes, bouchez-vous les oreilles. 

KrAflr^ie , 8. Charcuterie , etat et 
commerce de charcutier. — Ji fai on 
botik di krdsrHe : je tiens une boutique 
de charcuterie, je suis charcutier. Voy. 

MLrikmrtimm , s. Cardeuse , ouvri^re qui 
carde. — Krdsreis di matla : cardeuse 
de mateias. 

Urmmm^ 8. Crasse , ordure attachee 
mir la peau dans le poil. — Li krass del 
ties9 , d^ min : la crasse de la tete, des 
mains. — FroU V krass ju dHnn sakoi : 
d^rasser quelque chose ; dter , enlever 
la crasse de quelque chose. — Vik^ ^ 
rkrass : vivre dans la crasse , dans la 
malproprete ; vivre dans une avarice 
floriiide. 

KHUia, s. Gras. Voy. KrA. 

UrSkma^hmnmon J s. Priapee, chanson 
ou poesie obscene. — On n'permett nin 
di mgnnd di krdzi-chanson : on ne per- 
met pas d'etaler des poesies lubriques. 

KrAM-iinw , 8. Grasseyement , ma- 
ni^re dont prononce une person ne qui 
grasseye. — Ell a n^krdss-4inw ki u'diS' 
plat nin : elle a un grasseyement qui 
ne deplaft pas. 

KrAsfl-r^ceBB , 6. Consoudc , plante 
employee en medecine centre Themor- 
ragie et la diarrhee. 

Kr*-vai, adv. Dos. Voy. A-krA-vai. 

iLraw • s. Bousin, surface tendre des 
piepres de taiUe. — Rikmand^ d tHeit, 
a'ptr di nin IH del kraw : recommandez 
au tailleur de pierre de ne pas laisser 
du bousin. 

KrAw, s. Crosse, b&ton recourbe au 
bout f avec lequel on pousse une boule 
de bois , un os , une pierre , etc. — Zi 
pit mist jowi volti al krdw: les petits 
gardens aiment beaucoup a crosser. — 
DreH com inn krdw : droit comme une 
crosse , c'est-^-dire qui n'est pas droit. 

— ToUm^a krdw : mal reussir, avorter; 
se pervertir. 

iLmivai, 8. Gamelle, ecuelle de bois. 

— Zi Mat miU Vpdss divin di krawaiy 
hwan UVi prustOe : les boulangers met- 
tent la pate dans des ecuelles de bois, 
quand elle est petrie. — On p'ti krawai 
d sdvion : petite sebile au sable. 

iLr«tvai«-«siieMi, 8. Pie-gri^che. Voy. 
M«v4rllielh-4*asaeMi. 

Krawai^, V. (Ji krawatais). Mettre 
une cravate. — Vo-^hav^ krawatd gdle- 
min voss piti tnonfrir , Mam^ell : vous 



KRil 



avez soigne elegjamment la cravate de 
votre jeune frere , Mademoiselle. — 
Aprinit a s'hrawati : apprendre Tart 
d'arranger, de symetriser sa cravate. 

KrawAtt, 8. Cravate, etoffe leg^re 
qui se meut autour du cou et qui se 
none par devaut. — - Blank krawatt^ 
neHLr krawatl: cravate blanche , cravate 
noire. — Zi muk , li hickett dHnn kra- 
watt : le noeud , le bout d'une cravate. 

— Li krawatt d^on drapd: cravate d'un 
drapeau , ornement de soie qu*on at- 
tache comme une cravate au bout de 
la lance d*un drapeau. 

Kraw6, ale, adj. Rabougri, contre- 
fait , mal conforme , informe. — On pti 
krawS: un petit homme tout rabougri ; 
un petit chafouin ; marmouset, godenot. 

— CisS't'ifan la ni/rmk nin , i dmei^r 
to kraw^^i cet enfant ne se developpe 
pas, il est comme tombe en chartre. 

KrAw6, V. (^t krdw e ji krdwaie). 
Crosser, pousser une boule avec une 
crosse, jeu de petits gar^ons. — Zijdnn 
pdtzan s'amUzst voltt a krdwS: les jeunes 
gens de village se plaisent a crosser. 

KrAw«, V. Tourner, faire un detour, 
devier, se fourvoyer. — El pless d^aU 
to dre'SLy vo-z-av^ sin krdw^pon'mdl vdie : 
au lieu d'aller directement , vous vous 
^tes detourne dans un mauvais chemin. 

MLrSkyw^j V. Recourbcr , courber en 
rond par Teitr^mite , par le bout. — 
F^ krdwS on bdrai d'flair : recourber un 
barreau de fer. — Vola inn db ki kminss 
a s'krdw^ : yoUh un arbre qui commence 
a se tortuer. 

KrAweeh, 8. Action de crosser. — 
Avon rkrdweckf ortrz-atrap tilfiie on mi~ 
ckan c6 : en crossant, on attrape parfois 
des coups dangereux. 

iLrAwed , eftM , s. Crosseur , qui 
crosse. — ^foss korti i plin d'krdwe^: 
notre prairie est pleine de crosseurs. 

K.rA*»-ATnaaii, s. Cras-Avernas, com- 
mune du canton de Landen, fi 9 kil. de 
Waremme. Pop. 460 h. Sup. 451 hect. 

Kr^cet, s. Lampe. Voy. KraeeC. 

Kr^f on , s. Cresson alenois, herbe 
dont on assaisonne les salades. — Kri^ 
con d'fontattm : cresson de fontaine , de 
ruisseau. 

iLr^on-4'pr^ , 8. Cardamine , herbe 
qui crott dans les lieux humides et (^ui 
ressemble au cresson; cresson des pros; 
passerage.— 0« di ki Vkriconrd*pre i ban 
po li scdrbutt i po prugt : on dit que la 
cardamine est anti-scorbutique et pur- 
gative. 

■Lr^antr, 8. Cressonnidre , lieu oil 



Digitized by 



Google 



I* — 



KRB 



KR£ 



ctt^ le wpesson. — Ghm n'hr^wA^ i nosg 
M : il J a une eressonniere dans notre 
boid. 

ur^Uj 8. Pdqnerette, espece de 
maigueHte qui fleurit vers le temps de 
Piques. — Gna d^ kr^cdtt divin to l^ 
jMin : il y a des pSquefettes dans tous 
les jardins. — II ^ rock com ifih krhdtt : 
fl est rouge comme un coq, comme une 
ecrevisse. 

Kr^di, s. Credit, reputation de sol- 
vabilitc ; avanee faite. — FdkrSdi : em- 
jfrunter, ne pas payer ; faire une avanee; 
vendre ou acheter k credit. — F^ avu 
dikr^i: mettre en criBdit, en repu- 
tation. — Fif piett H hrMi: decr6diter, 
easuyer le discredit. — Piett li hridi : 
tomber dans le discredit, dans le deeri. 
—AtkUa kr^di^ c'^p&tpu chtr : acheter 
i credit, e'est payer plus cher. ~ Kri^di 
€ «d*r, mdlpdi'e Va touw^: credit est 
mort, on ne veut plus prSter , il faut 
payer comptant. 

ftrediBM , s. Cr^denc* , petite table 
i c6te de Tautel. — Aless mett Ih pocinet 
toVMdinss: allez mettre les burettes 
aur la credence. 

lirMd , 8. Cr6do , symbole des 
tp^^tres, symbole de la foi. — Dtspai- 
ekh, li mess ess-t^ krMd : d^plchez- 
roas^ la messe en est au ci'edo. — A 
TyiHrmess , onr^^ chmte on knidd ^ mu- 
at: i la grand'messe, on a chanteun 
credo en musique. — Dih^ w pdtair 
wm to Vmonit , ^ vast kridd to sei^ : 
toes Yotte pater avec tout le monde, 
et totre liredo toot seul. 

KrMviy nd], Cr^dule, qui ciroit trop 
fiteflement ; simple , bonasse. — Pokoi 
tilifsi krSdul, po inn om sinciel^? Pour- 
^BM $tes-vous ai cr^dule, pour un 
homme qui a du jugement f — Mi soUr 
«» lai tronp^, ell i tro kridul : ma soeur 
aelaisse tromper, elle est trop cr^ule. 

KrM«iiiifrii , adv. Avec trop de cr6- 
dulite. — Kimin s^pou-t-on IH min^ si 
htiMmin Vsonla f €omment pent-on 
»e laisser mener avec aat&nt de sim- 
jimtel 

KrMtBia^ , s. Credulite , fiacilit^ k 
croire l^g&rement ; simplicite , bonho- 
mie. — Vo^-esid d'inn krHultd sin-z- 
^9mp : TOUS dtes d'une cr^ulite sans 
eiemple. 

Krek, v. (t/t kreky no krikan ; ji kre-^ 
W). Ctoitre , augmenter , grandir ; de- 
Twir plus grand ; foisonner , na!tre. — 
L'aiw € kr^kow : Tean est crue , Teau a 
erft. — li pla^ on fed krek Vaiw : les 
ploles Mft «ifl£ kfivi^. — VossfHe 



krek i baits : votre fiUe crolt en bfeaute, 
elle devient plus belle en grandissant, 
elle ne fait que croitre et embellir. — 
LHeh kiminss a krek : Fherbe commence 
k naitre. — Let krek si bdb k s^ jvet : 
laisser croitre sa barbe et ses cheveux. 
— A NoVS, lejo^ rikmine^'t-a krek : vers 
la No^l, les jours recommencent i ctoitre. 

— Le pti'Z-akan krehet : les petits semis 
veg^tent. — Li m&l ieb krek toltt : mau- 
vaise herbe croit toujours (allusion aux 
enfants qui croissent beaucoup). 

Hi'^bAff adj. Vegetable, qui v^g^te, 
qui peut vegeter. — Vola inn db k'^ to 
seek, i n*a pu rin d'kr^kdf: voilk un 
arbre ^ui est tout sec , il n'a plus rien 
de vegetable. — Ni sd cok , ni s^ r^ce7in 
ni sonpu kr^kdf: ni ses branches, ni ses 
racines ne sont plus vegetables. 

lLr^b4h, s. Croissance , vegetation, 
action de croitre , de vegeter. — Li 
krikdk i fameHsmin bel ciss-t-dnnaie : la 
vegetation est magnifique cette annee. 

■Lr^han, Anct, s. et adj. Croissant, 
qui crolt ; grandissant, augmentant. — 
On krekan tin : temps vegetant , vege- 
tatif , favorable k la vegetation ; fecon- 
dant, qui feconde, qui opei*e la feconda- 
tion. — Kr^kantt plaif: pluie vegeta- 
tive. —-I fax krlkan : le temps est favo- 
rable pour faire croitre. 

Hfe-^ban, s. Croissant, Hgure de la 
nouvelle lune jusqu*^ son premier quar- 
tier. — Lh kwenn di krekan del leunn : 
les cornes du croissant de la lune. — 
Li'Z-drmuriie de TurkjC'esS't-onkrehoM: 
les armes des Turcs sont un croissant. 

iLr^han, s. Croissant, branche de 
fer recourbee qu'on scelle dans les jam- 
bages des cheminees, pour y mettre les 
pincettes, la pelle k feu, etc. ; lunule. 

ILr^hech , Kr^hauiM e BLr^lilass , 8. 

Croissance, augmentation en grandeur; 
crue. — Ci jdnn om la n'a nin co fai 
s*kr^kinss : ce jeune homme n'a pas 
encore pris sa croissance, toute sa crue. 

— /V n*abi so kr^kinss : faire un habit 
sur croissance , c'est-k-dire plus ample 
que la mesure, en rapport avec la crois- 
sance du jeune homme. 

Kr^hin , s. Crehen , commune du 
canton d'Avesnes , k 18 kil. de Huy et 
36 kil. de Liege. Pop. 560 hab. Super- 
ficie 493 hect. 

Kr^hlnstf h Kr^hlolkl , S. Torticolis , 

mal qui emp^che de tourner le cou 
(parlant des enfants) ; glande, tumeur. 

— Li pdfpiti a U hrhkinss ki li fet de 
md : le pauvre petit a un torticous qui 
lui fait mal. 

Tome ii. 24 

Digitized by VjOOQ IC 



— 190 — 



KRE 



KR£ 



Kjr^iAei*B e Kjr^iecii, s. Creation, 
action par laquelle on cree ; extraction 
du neant ; fondation , etablissement. — 
(TesS'Ud Bondiu JCon deil VMiddon di 
montt : c*est k Dieu qu'est due la crea- 
tion du monde. — KrHdcion d*inn rinit : 
creation, constitution d'une rente. — 
KrHdcion d'on mo : mot d'une nouvelle 
creation I creation d^un mot. 

Kjr^iAf, adj. Croyable, qui pent ou 
qui doit etre cru ; probable , vraisem- 
blable. — Soula tCI nin hrl\Af\ cela n'est 
pas croyable ; cela est improbable , in- 
vraisemblable. — N'esS't-el nin krHdf 
ciss novel la? N'est-elle pas croyable, 
cette nouvelle? Est-elle incroyable, a- 
t-eUe de Tinvraisemblance ? 

Kjr^iAo, anu, s. Croyant, celui qui 
croit ce que la religion enseigne. — 
Abraham esteH^ Vp^ d^ krUa/n : Abraham 
etait le pere des croj^ants. 

iLr^UiBet , s. Creancier , celui k qui 
il est dfi de I'argent ; crediteur, preteur. 
— Abdnne s^ bin a s^ kr^ianct: abandon- 
ner ses biens k ses creanciers. 

■Lilian**, s. Croyance, credulity, fa- 
cilite k croire. — Ki v'z-esU d'do^s 
hr^ianss I Que vous ^tes credule ! Vous 
avez trop de cr^dulite. — Le jdnnr-z- 
amoweiL son d'dhiie kriianss : les jeunes 
amoureux sont de facile croyance. ^ 

iir^iao«« , s. Croyance , pleine con- 
viction , persuasion intime ; foi , ferme 
esperance. — J^a Vkreianss hi noss-t-dm 
ni moHr nin : Tai croyance dans Tim- 
mortalit6 de Tame. 

iir^iaii00 , s. Creance , dette active, 
titre. — Si krHanss ess-t-aciow so bonn 
tpoUki sa creance est bien hypothequee. 

Kjr^iaicnr , 8. Creature , etre cree ; 
proteg^, client. — L*om ess-t-inn krHa- 
tewraizondb: Thomme est une creature 
raisonnable. — K^l laitt krHateur ! 
Quelle vilaine creature ! 

Kr^laieAr, s. Createur, celui qui 
cree, qui tire du neant ; auteur , fonda- 
teur, inventeur. — Li Bondiu ^ VkrHa- 
UHr di to : Dieu est le createur de toutes 
choses. 

Kr^i^ , V. {Ji kreie , no krHan ; ji 
kr^ieret). Creer, fonder, etablir. — Li 
Bondiu a krHS Vcir e Vtair : Dieu a cree 
le ciel et la terre. — Diew n*a mdl'e situ 
kreiii Dieu est un etre incree. — Kreid 
n'rintt: creer, constituer une rente. — 
Krei^ dh dett: creer, faire, contracter 
des dettes. — KrM ndrmaie : creer 
une armee. — Ldr di kriU di-z-^fan sin- 
de^ : megalantropogenesie, art de pro- 
cr^ des enfants d'esprit. 



lir^iai, s. Creole, europeen d*origine 
ne dans les colonies d'Afrique etd'A- 
merique. — Cess-t-innfamil di to krHol : 
c*est une famille de tons Creoles. 

Kr^n^, V. (Ji krenn, no kr^nan; ji 
krennri), Fendre , faire une fente , un 
cran , une incision ; inciser , couper en 
long; entailler, faire des entailles, des 
coupures. — Krin^ n'inglitin po Vmett 
CUr so Vristai : fendre un sauret pour le 
cuire sur le %n\,—Magnt on boket d'trip 
avou n'krdnaie mich: manger un mor- 
ceau de boudin avec une miche. — Si 
krhiS: se fendre, se crevasser. 

Kr^B^, s. Gateau ovale, fendu par 
le milieu. — Magni on krend to buvan 
rkafet: manger un g&teau en buvant 
le cafe. 

■Lreneeii, 8. Action de fendre. Voy. 
Flndecli. 

Kr^nedr, s. Fente, taillade, incision. 

Voy. Fladeftr. 

Kreanieftr , s. Crenelure , dentelure 
faite en creneaux ; decoupures en dents 
arrondies. — Li/o¥e di bMnn son boir- 
daie di krennle^r: les feuilles de betoine 
sont bordees de crenelures. 

Krenal^, V. {Ji krennlaie), Creneler, 
faire des creneaux ; fa^onner en forme 
de creneaux. — KrennU on metr , inn 
row di machenny inn pess di mandXe : cre- 
neler un mur, une roue de machine, 
une piece de monnaie. 

KreBBieeh, s. Crenelage, cordon fait 
sur Tepaisseur d'une piece de monnaie. 

Krenaress, s. Fendoir, lime k fendre. 

— Abouthfi li krennresSf je n-n'a miidk : 
passez-moi le fendoir, j*en ai besoin. 

Krep, s. Crepe , etoffe fort daire et 
un peu fris6e; crapaudaille, crepe delie, 
clair. — Krep blan ou rdss : crepe blanc 
ou rose. — On voil di krep : un voile de 
crSpe. — Li ne^r krep sief principdlmin 
po poirte VdoU : le crepe noir est princi- 
palement en usage pour le deuil. 

Krep, s. Creche. Voy. Krlp. 

Kr^pai, s. £:corce de ch§ne s^he, 
prete k etre moulue. 

iLr^penn , s. Crepine , frange tissue 
et ouvragee par le haut. — Li kripenn 
d'on bardakin: la crepine d'un dais. 

Kr^pi, V. {Ji kripik, no kr^han), 
Crepir, enduire de mortier ou depl&tre. 

— Kripi on me^r, on plafon: crepir un 
mur, un plafond Voy. Piakl. 

Kr^plheeh h Kr^plheftr, S. Action et 

maniere de crepir, resultat de cette 
action. Voy. Piakreh. 

lir^pan , s. Crepon , etoffe qui res- 
semble au cr^pe, mais beaucoup plus 



Digitized by 



Google 



— 491 



RRE 



ERE 



epaisse. — RSh di kfipon : robe de cre- 
pon. 

iire«p^, V. {Ji krespaie, no krespan). 
Creper , friser en maniere de crepe. — 
Kretpe n*siio/ : creper une etoffe. — S^ 
jvet kiminci-t-a krespd : ses cheveux 
commencent a se creper. 

■Lrespeeii, s. Action de creper , effet 
de cette action. — Li krespeg d'inn chi- 
tleiir : une chevelure qui se crSpe. 

Krcspio, s. Crepin, nom d*homme. 

— Sin-Krexpin , <?V Vpatron dd koipki : 
Saint-Crepin est le patron des cordon- 
niers. — Pieit to s'Sin-Krespin : perdre 
son saint-crepin , son saint-frusquin ; 
perdre tout ce qu'on possede , toute sa 
petite fortune. — Z« prihon Sin-Krespin : 
la prison Saint-Crepin , chaussure trop 
ctroite qui fait souffrir. 

WLw^mp%u^ ew, adj. Crepu, crepe, 
frise. — D^ krespoujvet : cheveux f rises. 

— Krespow iiess : tete frisee , crepee, 
bouclee. — L^ moridnn on U jvet kres- 
pou : lea n^es ont les cheveux crepus. 

— Krespow foU : feuille crepue. 
WLr^mm^ 8. Crite , morceau de chair 

rouge qui vient sur la t^te des coqs. — 
Voki on cok k*a n^hel kressi voila un coq 
qui a une belle crSte , qui est bien 
crSte. 

Kjres* , s. Cr^te , fa!te , cime, ar^te, 
brisis ; sommite ; none. — Zi kress d^ 
M^i le faite du toit. — Li kress d*on 
iiair , d'inn montagn : la crete , la cime 
d'une montagne. — Tiair a dop kress : 
mont a double crete. — Likanon a ^oirtS 
Viiess d*on bastion : le canon a ecrete un 
bastion. — Mett ^ kress : appuyer sur 
Tar^te, mettre de champ ; mettre de 
Fai^ent de c6te, thesauriser. 

KreM , 8. Copeau , eclat, morceau de 
bois, planure de menuiserie. — Banss di 
kress : manne de copeaux. — Fd, de kress 
po Ji hlami U legn : on se sert de co- 
peaux pour allumer les cotrets. 

iLrc— "d i ^Tin , s. ;6pine du dos, suite 
de vertebras qui regne le long du dos 
de l*homme et de plusieurs animaux ; 
colonne vertebrale. — To tow/nan ju dHnn 
idyls' a kacS li kress-de-rin : il est tom- 
be d'un arbre et s'est rompu Tepine du 
dos , il s'est rompu Techine. Voy. »i- 



KvMtoi, 8. Diminutif de JTrtfW, som- 
met d'un monticule , faite d'un petit 
toit. — Li krestai dS iiair : la cime de 
la colline. 

Hjrejit^, V. (Ji krestaie). Placer la fai- 
tiere. — On m kreste toss teH : on va 
travailler au faitage de votre toit. 



Kreste, ate, adj. CrSte , qui a une 
cr§te. — Voss cok ^ supiri&krmin kresiii 
votre coq est suf)erieurement crete. — 
Krestaie wakeUr : coiffure cretee. 

Kre«tl, s. Faitage, piece de bois qui 
termine un comble, et sur laquelle s'ap- 
puient les chevrons; table de plomb 
que les couvreurs mettent au haut d'un 
toit. — Li kai'eteH son^t-dtoH di krestt : 
les couvreurs travaillent au faitage. 

Kr^iai, s. Pli dans une etoffe, ride 
au visage. — Voss rdh fai de kritai d 
rin : votre robe fait des plis dans le dos. 

— Si vizeckfai baicd d'kretai : sa figure 
se couvre de rides. — On gran vin fai 
di kritai so on sHai d'aiw : un vent fort 
fait des ondulations, des rides sur un 
seau d'eau. 

Kr^tenn, s. Ceremonie de Careme. 

Kr^tuin , aiBB , s. Chretien, qui est 
baptise et qui fait profession de la foi 
de Jesus-Christ ; ce qui est conforme i 
rfevangile. — On pai' kritiain : un pays 
Chretien. — Mini n'vHe kritiainn : me- 
ner une vie chretienne. — Mdva kri- 
tiain : anti-chretien, hommeirreligieux. 

— PeUr di Ion kretiain : poire de bon 
Chretien, sorte de grosse poire. 

Kr^tiAliiBit^ , s. Chretiente, toutes 
les nations chretiennes , tous les pays 
oil domine la religion chretienne. — 
Li kritiainniti n'a pu wair d*ainnmi ; la 
chretiente n'a plus gu^re d'antago- 
nistes. 

Kr^tiaiBBaiiB, adv. Chretiennement, 
d'un maniere chretienne. — Vikd i mori 
kritiainnmin : vivre et mourir chre- 
tiennement. 

Kr^tiB, s. Bassin de fer blanc. 

Kr^ti^, V. {Ji kritlaie). Plisser, fron- 
cer; rider, causer des rides; goder, 
faire de faux plis ; sillonner. — KretU 
n'sitof: froncer une etoffe. — Atm Vfron 
to krhli: avoir le front tout ride. 

Kr^tiech, s. Action et maniere de 
plisser, de froncer, de se rider ; resultat 
de cette action.—/'/ Vkritleg d'inn movr 
cklenn: faire le froncia d'une mousse- 
line. 

Kr^toB, s. Petit morceau de lard frit. 

— Saldtt d kriion : salade au lard. 
Kreu, s. Croix formee par quatre 

miches adherentes. — Ackti n*kreit di 
miek : acheter une croix de miches. 

iLred , s. Croix , deux lignes formant 
quatre angles droits; giSet en croix. 
—Li Bondiu a stu clawiso Vkre^ : Jesus- 
Christ a ete attache sur la croix , mis 
en croix, clone sur la croix. — Li bress 
del kreH : les bras de la cro ix , la tra- 



Digitized by 



Google 



m — 



KBjB 



wm 



verse, le croiailloji. — Zi, Utt I Vpi del 
Arei : rinscription et le pied de la croix. 

— Zi hordon del kreH : le baton de la 
croix. — Poirte Vkreit al porcicion: por- 
ter la croix a la procession, etre porte- 
croix. — Fd Vsenn del kreH: faire le 
signe de la croix , se signer. — Kre^ 
dSin-^Andrt . croix de, Saint-Andre, 
croix de Bourgogne, croix en sautoir, 
croix faite en forme de la lettre X. — 
Kre^ d'Sin-z-Antdnn: croix de Saint- 
Antoine , croix faite en forme de T. — 
Kreil d*Z6ratnn\ croix deLorraine,croix 
a deux traverses ou croisiUons, — Kreii, 
grik : croix grecque, celle doat les 
quatre branches sont d*egale longueur. 

— Kre^ romatnn : croix romaine ou la- 
tine , celle dont la branche ijiferieure 
est plus longue que lea trois autres. — 
Mett s^ bress d se jatib i KreU : mettre ses 
bras et ses jambes en croix , croiser les 
bras , croiser les jambes. — Fd n'kreH i 
li chminaie : faire une croix dans la 
eheminee, pour marquer une chose qui 
n'arrive pas sou vent. — Kre^ dHnnpess 
di mandi'e : ctqu, d'une piece de mon- 
naie. — Ji "iCn ni hre^ ni pHe : je n'ai 
ni croix ni pile, je n'ai point d'argent, 
je suis sans le s,ou. — FShre^ so piie: 
Jeter Ic manche apres la cognee. — /V 
fCfindeiir I kreil : faire une f^nte, ime in- 
cision cruciale. -- PiUavou n'kreii, d*su : 
colonne crucifere. — S'el veil on coitai, 
h n'forchett i kreH, el divin blanmoitt: 
si elle voit un couteau et une fourchette 
ijdis en croix. elle palit. --Zouht i kreil: 
bigler. — FSn'kreH so on conttx croiser 
un compte, le biffer. 

KreA, s, Croix, affliction, adversites, 
tribulations , trayersies. — Ell orUawou 
Un db hreH es'rSie : elle a eu bien des 
croix, bien des qhagrins pendant sa 
vie , elle a avale bien des poires d'an- 
goisses. — C^ess^t'imi gross hreH k'inn 
mdl feum i de-z-mgrdtt-z-^fan : c'est 
une grande croix qu'une mauvaise 
ferajne et des eiifant« ingrats. — Inn 
kreii nvin m^Xe tote sei^l: un malheur 
ne vient. n'arrive jamais seul. — Kman 
on^'P-h, d'vin li ItxeA , on n'poufoit^ : une 
fois au milieu des adversites, on n'en 
voit p?is la fin. — Ki n'a nin de kreH, 
k'em n^ ratin&s : qui n'a pas de tribula- 
tions, doit s'attendre a en essuyer. 

lireiji 1 s. Rogations, processions et 
priei-es publiques pour les biens de la 
terre , pendant les trois iours qui pre- 
cedent TA^cension. — Zeian^ie cU kreH : 
litanies des Rogations. — AsfeUr on 
magn d^l cMr le trei^joU de h^^e^ : actiiel- 



lement on fait gias les trois joiun (ie» 
Rogations. 

■iret^-d'oneiUr, s. Croix de lal^^n 
d'honneur ; croix de chevalier ; croix de 
Leopold. — Wcmgnt s*kre^d*ontt^ al 
bataXe : gagner sa croix sur le champ de 
bataille. 

■Lreift-d'pArojiifDw , s. Croix de par 
Bieu, Ta, b, e; alphabet pour appren- 
dre k lire ; qroix de Jesus. — Mi pHU 
ki sddeja bin s^kreH^-d^pdr-Diew: ma pe- 
tite sait dejk bien son alphabet. 

lireikhai, s. Croisillon, traverse d'mae 
croix , d'une croisee. — Zi hre& d^IA* 
ratnn avei^ de^ kre^kai : la croix de 
Lorraine avait deux croisillons. — Vo 
figness on treii krei^hai : vos fenetres ont 
trois croisillon^. 

Kreikheu, s. Abecedaipe, livre dans 
lequel on apprend k lire ; un a, b, c ; 
commen<?ei]cu?nt de quelque chose ; syl- 
labaire. — Si feie ni co k*al kreikett : 
Sd fille en est seulement k Ta, b, c ; eUe 
en est seulement k son debut. — Riv^ 
n*sakt al kre&hett : reijivoyer quelqu'un 
k Ta, b, c ; le traiter d'ignorant. 

Krelkheu, 8. Petite croix, petite 
p^ine. — Gna nol si ptite mokinett ki 
n'dXe si ptite krei^tt : il n*est si petite 
maisonnette qui n'ait ses petits de- 
boires. 

liveiUil 5 8. Croisier , religieux. — Zi 
vi koUg di Zick esM nUtou d covitt. dd 
Kre^t : Tancian college communal de 
Liege o(?cupait 1^ ci-devant couveat des 
Croisiers. 

Kreaui^t, s. Carrefour , endroitoii 
plusieurs chemins, plusieurs rues se 
croisent ; divers objets foriQAnt une 
croix. — Bati n'ckapel al kredhlMt d^ 
v6Xe: bfttirune chapdle au carrefour. 

iLreijihie, V. {Ji kreUhlaie), CtoIsqt, 
mettre , disposer quelque chose en 
forme de croix. — KreM^ si bress : 
se croiser les bras. — Krei^kMe voXe : 
chemin fourchu , carrefour. — Si 
kreUhld : se croiser , se traverser , s'en- 
tre-croiser. 

iLreikhieeii, s. Croisement, action de 
deux choses qui se croisent ; croisure, 
tissure d'une etoffe croisee. — Zi kreiih^ 
leg de bress i di janb : le croisement 
des bras et des jambes. 

lireAr, V. {Ji hre^, no kriicm; ji 
kreiiret). Croire, avoir la foi; estimer, 
penser , presumer. — No kriian ki gnor 
t'On Diu i n'dtt viie: nous croyons en 
Dieu et en Tautre vie. — Kreiur 4 mir&ki 
croire aux miracles. — Ji n*kre^ nin 
soula : je ne crois pas cela, je n'en crois 



Digitized by 



Google 



-m- 



im 



ma 



Tien. — On n^tAn^, inrtkr cis$ niin$( ja: 
cette nouvelle a'est pas vraisemblable, 
elle n*a pas de vraisemblanoe, elle n'esi 
Das croyable. — F^ nin as si dhHe a 
kr^: il ne faut pas ^e si facOe k 
croire. — /^ Vkreit ^ ji ne Vkra^ nin : je 
Be^ crois. ni ne d^croia. — Nin kre^: 
mecroire , ^tre m^oreant;. — I /i kreiU' 
hi..r. il est k croire, k prisumer que... 
—Av di raiton po \re^ hi. . • ? Avez-vous 
d^ motifs de credibilite que... ? — Fd 
nin hreitr d spair : il ne faut pas croire 
aux revenants, aux esprits.— i^V Ardlr : 
faire accroire. — Je Pkreit bin ! Je le 
crois^ parbleul Je vous en repouds (1). 

— J^atnm mi di Vkreir U^-VaU vii: 
j^aime mieux de le croire que d'v aUer 
voir. ^AVot^on kreHrei^ki,,. : a I'en- 
tendre , on croirait que... — On s'KrHa 
oUigi dWespontf : on se crut obl^ de 
repondre, ^ Onlt fre^ kreir ki U po^ 
puunet so U ^: on lui ferait tout croire 
coinme article de foi. — Nin hr^ : de- 
croire. 

iur^TM«) 3. Lacet d*un corps de jupe. 

iM^v^ y v. {Ji hrif h ji krivj no ijr^ 
van; ji krtvr}), Crever, faire eclatei:, 
rompre^ briser avec effoirt. — KrMon 
jtd : crever un cheyal, le fatjiguer si fort 
qu'il en meurt ou qu'il en soit outr^. 

— FSkrhdn'hott ou n'chdjss to Vmdtan ; 
crever une botte ou un bas en se chaus- 
sant. — KrhSU-z^Xe a n!saki: crever 
les jeux k quelqu'un, le r^ndre aveugle. 

— KrhiVco^ri crever le coeur, atten- 
drir, exciter une vive compassion. — 
SikrMdyatikf d'ovrech: se crever de 
fatigue , d'ouvrage. — Magnt com po 
s'hrhSi se crever de boire et de manger. 

— Li Mm krha i Voir : la bonabe creva 
en Tair. — Rir a hrhS: crever de rire. 

— Ji kwtr m^ bSrik^ d el mi krevet 
rz-o^i'e : je cherche mes lunettes, et les 
voilit qui me crevent les yeux. 

■Lr^T^, V. Crever, mourir (se dit des 
animaux). — On dna Vpoiton a m'ckinj 
e Vp6v biiss kreva : on donna le poison 
k mon chien, et la pauvre b6te ci^eva. 

— Aow vack ^ krhaie : notre vache est 
crevee. — C'ess-t-on rm^tt a Ji krhoi on 
Jv4 : c'est une medecine k faire crever 
un chevaL 

Ur^weth ,. s. Action de crever, eflfet 
de cette action. -— Li krhveck d'on jvd: 
la fatigue excessive d'un cheval. -^ Li 
kreveg d^ koHr : grande compassion. — 
Li hrhech d^-z-o^Xe : action de crever 
les yeui; ^ quelqu'un. 

(1) /t.eroif Km/ /i.(^«rMt Amu/'Mdi des wsHo- 



ture CH long \ ca^sure , ger^ure; petide 
crevasse a la l^vre , k la peau, etc. — 
Li grantt s^cke^rfai di krhe^ h Vta^i 
la grande secheresse fait crevasser la 
tQrre. — Ami, di krevei^ d pi i $ mm: 
a^voir des crevasses, des fissures aux 
pieds et aux maina. — Louki poi Vkf^ 
t^r di Vouk : rega^er , observe, epier 
par la fente de la povte, par la porte 
entr'ouverte. — Fi dl krhsei^ : crevaa- 
ser. — Me£i>rji>lin d'hrh^i mur l&iar- 
de, plein de lezardes. 

Kjr^TiMi^, V. (Ji krhinti, i ji krMn- 
taie). fiveatrer , ouvrir le ventre, blea- 
ser en dechirant le ventre. — KrMnU 
on hoi^, on poursai : ^ventrer un boeuf , 
un cochon. *~ Li singU krhinta treiu 
di no ckin : le sanglier eventra tr^ da 
nos chiens« 

K,r^9«M J s. Cresua , komme e%tf^ 
me];nen,t riche, — Ci n'imn todi li hrh- 
t%ss ki son li pu midonn: ce ne aontipaft 
toujours le^ cresus qui spat les plus 
geji^reux. 

ifLri, s. Cri, voii( haute et peuasee 
avec effort; plainte, lamentation, -r^ 
iTn d'j^i'e : cri de joie , cri d'aBegresse. 

— Krid*dole^: cri de douleur, m dou- 
loureux , cri aigu et per^ant. -^Vola 
n*hoarikri! VoS^ un howible, un epou- 
vantable cri I — Tapi li kd kri : jetCT, 
poujsser les hauts eris. ^ Kri d'on ho^ 
vdtt , dHnn verdurUre , d'on marekm 
d'diel : cri d'un ramoneur, d*une maral- 
chire , d'un marchand de terre glaise. 

— Kri d'iwn if an hi vin d monti: vagici- 
semenjk , cri d*un enfant qui vient de 
naitre. — Kri del eonsiaince : cri dc la 
conscience.— ^w sourdd d kri del miUi^i 
rester spurd ai^ cri de la mis^re. 

iLria, MI9 & Pleureur, pleurniclieur, 
qui pleure souvent , qui criaiUc. — Ki' 
kaXdv if (ml il i tro ksrUi : quel flcheus^ 
enfant ! il pleure trop souvent. — Tair 
ktv^ laitt kridte ! Taisez-vous, pleurarde» 
criarde insupportable ! 

Kriehanto, s. Crisnee , commune du 
canton de Hollognc-aux-Pie^res , k 13 
kil. de Liege. Pop. 400 hab. Sup. 1^ 
hectares. 

WirU , V. Pleurer , se lamcnt^> se d^ 
soler , verser des larmes. — J*a 'iC^Q/n. 
ki kreie jo^ i nmtt : j*ai un enfant qui 
pleure jour et nuit. 

Kjriceii e Kj^r^i^, s. Mani^re de 
pleurer ; pleurs, lamentations, plaintes. 

— On^ nd k*di krieriie divin. ci maneck 
h'* on n'entend que des jplaintjBa et des 
lamentations dans ce menage. 



Digitized by 



Google 



— 194 



KRI 



KRI 



iLrlni, s. Crime, mauvaise action 
que les lois punissent ; attentat, forfait. 

— Krim difa : crime de faux. — Fameik, 
hvar^ krtm : crime enorme . atroce ; 
atrocite. — On It a prov^ s'krim : on Ta 
conyaincu de son crime. — On krim 
mdnn a inn 6U: un crime conduit a un 
autre crime. — Diew a poirU VchatimM 
di no krim : Notre Seigneur a porte la 
peine de nos crimes. — Ni m*fi nin on 
krim di coula': ne me faites pas un 
crime de cela, il ne faut pas m'imputer 
cela a crime. 

Krtmeftr, s. Rumeur, emoi, bruit 
sourd excite par la crainte , Tindigna- 
tion , la colere. — Kd krimeiir i gna-t- 
avd Vveiet Quelle rumeur il y a par 
toute la ville. —- Aswagi VkrimeHtr: 
apaiser la rumeur. 

KrimiBAiiM, s. Criminaliste, auteur 
qui a ecrit sur les matieres criminelles. 

— On savan krimindliss: un savant cri- 
minaliste. 

KriniBei, s. et adj. Criminel , cou- 
pable de quelque crime , qni a commis 
un crime , un fait entache de crimina- 
lite. — Tribtmdl kriminSl : tribunal ou 
cour de justice criminelle , qui connait 
des crimes. — C*esteil't-inn a/air civil, 
on n-^*a fai on procet krimirUl : c*etait 
une affaire civile , on Ta criminal i*^ee. 

— Li kdtt krimin/l: le code criminel. — 
F^ mori on kriminil : executer un cri- 
minel. 

Kriniiiieiniio 9 adv. Criminellement, 
d'une mani^re criminelle. — Pors^r inn 
om krimindmin : poursuivre un homme 
eriminellement , par procedure crimi- 
nelle. — Jugi kriminSlmin : juger eri- 
minellement. 

Krin, s. Cran, entaille, entaillure. -— 
On c6 d'sdb It a fai on krin ^ bress : il a 
rcQu dans le bras un coup de sabre qui 
lui a fait une entaille. — Krin dHnn 
drhalett : cran d'une arbalete. — F^ de 
krin ^ Vilie po markd le pan : faire des 
coches (ou des hoches) dans la taille 
pour marquer les pains. — FS d^ krin 
a n'hainn di perkaXe : faire des dentelures 
k une bande de percale , denteler une 
bande de percale. — F4 on krin so Vpla 
d'inn rdk : faire un onglet sur le plat 
d'une regie. 

Krin , 8. Crin , poil long et rude des 
chevaux et de quelques autres animaux. 

— Matla d'krin : matelas , sommier de 
crin. — Teitl di krin : rapatelle , toile 
de crin. — /V bo^ di krin po Vmett ^ 
n'o^f : faire bouiUir du crin pour I'em- 
ployer. 



, V. (JikfinfC), Crier, grincer, 
crisser. — Fi Mni $1 din : 



■irtn^, 

"' grincer, 

crisser les dents.— -y'^in» ouk ki krinn : 
j'entends une porte qui crie. — L*aci del 
chhett krinn ; I'essieu de la charrette 
crie — FSkrinS on violon: faire jurer 
un violon, en tirer des sons aigus et 
discords. — Krin^foir: donner un son 
suraigu. 

Krtneeh, s. Cri, grincement. -— KrU 
neg di din : grincement , craquement , 
craquetement de dents. 

Krtnl, 8. Crinier, artisan qui prepare 
le crin pour I'employer ; marchand de 
crin. — Houki Vkrini po vo matla: ap- 
pelez le crinier pour vos matelas. 

Krintr, s. Crini^re, tout le crin qui 
est sur le cou d'un cheval ou d'un lion. 
— Vola on jvd k'a n'bel krinir: voilk un 
cheval qui a une belle criniere. 

Krinn, s. Creme , partie grasse du 
lait de laquelle on ftut le beurre. — Si 
Ucai n'fai nin haic6 d'krinm : son lait ne 
creme pas beaucoup. — Krinm al vanil^ 
Srz-amantt : cr^me k la vanille, aux 
amandes. — Froumack al krinm : fro- 
mage k la cr^me, fromage de cr^me. — 
Pdst^ al krinm : dariole. — Marchantt 
di krinm : cremiere, femme qui vend de 
la creme. — Ciss famil la , c'e Vkrinm 
d^ brave gin : cette famille est la creme 
des honnetes gens. — - Pruat avou del 
krinm di tdte ; purger avec ae la creme 
de tartre (tartre de vin purifie , bitar- 
trate de potasse). 

KHntir, Krlntlfmln. Y. Pnwonred, 
Prnvonreftsmln. 

Krintt , s. Crainte , peur , apprehen- 
sion. — Zi krintt di Diu : la crainte de 
Dieu. — Li krintt de displair : la crainte 
de deplaire. — Krintt d'akcidin : crainte 
d'accident , de crainte d'accident. — 
Krintt ki vo n'toumSss : de crainte , de 
peur que vous ne tombiez. — Li krintt 
di Vif^air : la crainte de I'enfer. Voy. 
Pawon. 

KrinU , V. {Ji krin , no krindan). 
Craindre , avoir peur, apprehender, re- 
douter. — Krintt li dangi , li miz& , li 
moir : craindre le danger , la misere , la 
mort. — Z^ cket krindet Vaiw : les chats 
craignent I'eau, sont hydrophobes. — 
Ji n*a rin a krintt : je n'ai rien k crain- 
dre, je suis au-dessus du vent. — Cess- 
t'Onc ki n'krindSfni Diu ni Dial: c'est 
quelqu'un qui ne craignait ni Dieu ni 
Diable. — Ji n'krin nin di v'dir ki,,, : 
je ne crains pas de vous dire que... 

lUriM, s. Le Christ, le messie, Notre 
Seigneur J,-C. ; sa representation, — On 



Digitized by 



Google 



— 1»5 



RRO 



RRO 



kriss d'albass : un Christ en albi^tre , fi- 
gure de Jesus-Christ attache k lacroix* 
KrtM, 8. Crise, effort violent et invo- 
lontaire dans les maladies ; moment 
perilleux ou decisif d*une affaire. — Li 
di^rainn krUs a s^vS VmaUtt : la der- 
ni^ crise a sauve le malade. — Krtss 
di Minus , krtss minisUridl : crise mi- 
nisterielle. 

MjrimtULwkimm , s. Christianisme, loi et 
religion de N. S. J. C. — Aprindd Vis- 
ioir d^ kristidniss: apprenez Thistoire 
du christianisme. 

iLrtotef, s. Christophe,nom d'homme. 
— Sin-Kristof a poirU VBondiu so si 
spdl : Saint-Christophe a porte Notre- 
Seigneur sur ses epaules. 

■LritioB, s. GriUon, esp^ de cigale 
aimant les lieux chauds , et faisant un 
bruit aiffu et per^ant. — Gna co ein 
krition a'vin noss koulaie: il y a des 
griUons par centaines dans les deux 
coins de notre foytr. — Zi krition son 
del minm/amil ki U siHtt: les grillons 
sont de la meme famille que les saute- 
reUes. — CkanUcom on krition d'vin on 
po a hoiir : chanter mal , ne savoir 
chanter. 

iuriu*B-d'ni6r , s. Chevrette , coque- 
cigrue, salicoque. 

iLriBsn , s. Criaillerie , cancan ou 
quanquan , bruit pour pen de chose ; 
cachotterie. — FSdikrizoupo n*ktkaie : 
faire des cancans pour une billevesee. 

Kjteov, s. Creuset, vaisseau de terre 
dans lequel on fait fondre les metaux ; 
coupelle — PHrifit Vdr i Vdrgin d^vin on 
krizou : epurer Tor et Targent dans un 
ereuset. 

Mj^cett , 8. Petite crosse , petite be- 
quiUe. — Nipole^r rot^ k'avou n'krocett : 
ne pouvoir marcher qu'^ Taide d'une 
petite crosse. 

Hjr«ceu, s. Petite croiite. — Magnt 
n*krocett di pan : manger une croQte- 
lette de pain, une croustille. 

iLrociict , s. Crochet , petit croc , 
agrafe. -— Di eld a krochet : clous 4 
crochet. — Brosdd d krochet : broder 
avec une espece d'ai^^uille qui a un 
petit manche et dont la pointe est re- 
courbee. — Krochet d*serwi : crochet 
de serrurier, pour ouvrir une porte 

3uand on en a perdu la de. — On s'siev 
i krochet po ckict si bott : on se sert de 
crochets pour chaussei ses bottes. 

iLrochee-Tt-dia,s. Pinsonqui semble 
cxprimer ce mot par son chant. 

Krocht^, V. (Ji krocktaie), Crocheter, 
ouvrir une porte, un coffre avec tin 



crochet. — NO-z-avan pierdou Vhle 
dnVouk , i fd krocktS I'sair : nous avona 
perdu la cle de la porte , il faut cro- 
cheter la serrure. 

iLr«eiit^ , V. Jurer , blasphemer. — 
Pa^ti krocktaie com onpoirtdseck : mais, 
tu jures comme un porte-balle, comme 
un charretier embourbe. 

Kroehiech , s. Action de crocheter, 
effet de cette action. — Houkt Vserwt 
po Vkrockteg d'inn ouk ou d'on kof: ap- 
peler le serrurier pour crocheter une 
porte ou un coffre. 

iLrociitea , 8. CrocheteuT , celui qui 
crochke. — Krockteit d'ouk : crocheteur 
de poites. 

Kroehicd, s. Jureur, blasphemateur. 

— Ji n'ainm nin d'ift U krockteHi, : je 
n'aime pas d'entendre les jureurs. 

■Lroct, V. (Ji krocHe , no krocian). 
Bequiller , marcher avec une bequille. 

— Zi pdv Dt om kiminss a kroct : le 
pauvre vieillard commence k bequiller. 

Kjroel, s. Bequillard, vieillard courbe 
et cass6 , qui se sert d'une bequille. — 
VHey ci p6f kroct , il a kazt nonantt an : 
voyez ce pauvre bequiUard, il est pres- 
que nonagenaire. 

Kroheeh, s. Craquement, leger bruit 
des choses dures ou sfeches qui croquent 
sous la dent. — Li krokeg d^on pan k'e 
plin d^grif: le craquement d'un pain 
qui est plein de gravier. 

Kroiieeii, 8. Action de casser des 
noix ou des noisettes. — Li krokeg di 
giie ou di neHh fai di toir d din : casser 
des noix ou des noisettes avec les dents 
gite la denture. 

Krohed , eft**, 8. Celui qui casse des 
noix ou des noisettes ou d'autres corps 
durs avec les dents ou par tout autre 
moyen. 

Kroh-K^ie , s. Casse-noix ou casse-. 
noisette (1) , petit instrument avec le- 
quel on casse des noix ou des noisettes. 

— Li mOeil krok-giie si fi-t-a Hesta : 
c'est k Herstal que se confectionnent le 
mieux les casse-noix. 

Kroht, V. (Ji krok, no krokan). Cro- 
quer , gruger , manger des choses qui 
font du bruit sous la dent, qui font croc 
sous la dent quand on les mange. — 
Erokt di giie, di neH^k, di/aienn : casser 
(et non croquer) des noix, des noisettes, 
des faines. — Kdl bel j6nn krap6tt , ell 
esS't-a kroht: comme cette jeune ftlle 
est gentille , elle est k croquer ! — Avu 
di giie, i n'poleOr le kruhi : avoir du 

(I) Croqu^-noice, erof iM-imtffClff ne sont pasfnofait. 



Digitized by 



Google 



--1%6 



K1I0 



kRO 



Whti ct ne ponYdr en jouir. — j^ H 
iff^M B^utai : pftumez-*lui le niuseau. 

mr*kt^^i^9 adj. Cads^y epuis6, battu, 
ext^nue, mort (au jeu). -^ Lipdfeoir ^ 
kroktf il a trop ovfii oe pauvre homme 
6(9t 6pui86 |>ar Texcis de travail , c*est 
ftut de lui. — V<hz*e9U ktoht, pSt ^aU 
fo^ d^ je^i Yous 6t68 mo)rt, payefe et 
qoittez la partie. 

Kroiitom, antty adj. Gassatil, qui 
eroque sous la d«nt. — D^ krohianii 
peH^ : dee poirefi <MU98antes. — ^t *'a 
pu d^ ban di» po magnt di $acot d'kro^ 
Man : je n*ai plus de bdnnes dents pour 
manger des choses croquantes. 

KMii-BeAii J 8. Casse-noisette. Toy. 

Mr^. T. (Ji hrdie , nd hrotan ; ji 
kHfferet). Crayonner, avec de la eraie. 
-^ Knn iO'tHivd litdt^U eUir : crayon- 
Bwr mir les tables et les chaises. 

usMmm^ attU^ adj. Crltac6, qui est 
Ott qui tient de la nature de la craie. ^ 
iLrCitm tMon : sable crftae6. — D^ 
Mi(X9Ui pir : des pierres ci^tao6es. 

Kr4i« , 8. Craie , pierre blanche , c^- 
eaire et tendre. ^F^di r6te di kr$Ui 
faire > tracer des lignes k la craie ( 
orayonner. — CofU^al lank hr6U ; comp- 
ter en chiffres romains , en chiff^es de 
Anance. — Zrtfi;(i^/V*aM«: blancd*J5d^ 
pagne. 

Kroiecii , s. Crajronnage > dessin k la 
eraie. ^ RaibaU ta e^ krofeg la: etibcez 
tout ce crayolinMe. 

mjp^^k , e^iMi e ««0*9 s. Orayonneur, 
eelui qui crayonne, qui eerit k It craie. 

— Keha^fkro^e^ , on ve^ i*sd kroieeh 
to eotUl Qud d6sagreable crayonneor, 
on voit de ses erayonnages partout. 

iLf^ly 8. Boude de oheyeux ; anneftU) 
frisurci marron. — Fds^ krol : bonder, 
annder , friser , marroner sea eheveux. 
'^F4di tftUi krol : frisotter. — Di^ 
ii hrol : deiHser, d6bouder 8esch6Veux4 

— Li freh tin fai iotm/ li hrol : le 
t^mps humide defrise les cheveux. 

Kroi^, T. (Ji krol h ji krolais), B(m* 
d6r , atinder , fHser ; frisotter ; crdper, 
oilainistrer, moutonner les oheveux. -^ 
F^ kroU U jvet d'podrt : se tignonner 
les cheveux. — S^ jvet kiminci-^t-a s*kro-^ 
U: ses chcYeux cottunencent k se bou* 
dor* 

■Li%l^, »i«) s. et adj. Prise, qui a les 
cheveux fHses , bottdes. -^ Li krol4 
BiUtuss a mM Vkrolaie di man Ltnd al 
JU99 : Balthasar , aut cheveux Ms^s , a 
conduit k la kermesse la fllle Leonard, 
cdle qui a les cheveux fnses. | 



luhiieeiiy to. Frisure, anndure des 
cheveux. ^ Av inn ingrSnutinpo Vkrol$g 
di jtel? Avez-vous to ingredient pour 
la frisui^ des cheveux ? 

KraleA, «AiM, 8. Cdui qui hit boti- 
cl«r les cheveux. 

WLron^ J V. {Ji kroltaie). Frisotter, 
friser sou vent et par menues boucles. 

— Zi mam ^ sott di s'fiie , el It kroltaie 
i(^¥ : la mamau est entich6e de sa 
fille, die ne fait que la frisotter. 

liLr*ii, adj. Courbe (peu usfte). — Zi 
kron bress : le bras courbe. — 1^ kron" 
z-^hai : les vertibres , os courbes (1). 

MjsiMlec^i^, s. Chronologie, Science 
des tmnps , connAissance des epoques. 

— Zi krondlogeid di Sovirin d'noss pat^ 
di'^tek di Ztek : la chronologie des 
souverains de notre pays, des ev8ques 
de Li^ge. — FM di krondlofHe : lum- 
chronisibe. 

iLi^iiMocic, adj. Ohronologique, qui 
appartient , qui a rapport k la chrono^ 
logie. — Tdvlai krondlogit : tableau 
ohronologique. ^ Zist krondlogic : liste 
ohronologique. 

Mren^iosisH ^ s. Chronologiste , qui 
sait la chronologie , qui a ecrit sur la 
chtonologie. — On fd kron(flogiss : un 
erudit, un savant chronologiste. 

iLroiiiAi> s. Pomme de terre, patate. 

— Di kronpir siMkvaie : pomUies de 
terre k T^tuv^fe. — Pit/ di krOHptt : 
faire griller des pommes de terre, cuire 
d^s pommes de terre sur le grfl. — 
Rislaie Si kronptr : ^illade , quantity 
de pommes de te^6 qu'bn pent Cuite 
k la fois sur le gril. — Kronpit dipotpr- 
sat : pomme de terre sauvage. -— Bodet 
d^kron^r: grande manne de pommes 
de t^rre. 

Mir6BM^ s. Yert^bre , os d6 T^hine. 

liropaa, antt , adj. OroUptSS^nt. 
Voy. Kj^pihAtt. 

iLr«#-«HBl9tt , s. Casanier , qui sort 
rarement du logis ; nonchalant , indo- 
lent. — On n'fi sSret bin poirtdy kman 
on->i si krop^'Cintt : on ne saurait bien 
se porter quand on est si casanfei* , si 
s6deiitaire. 

iLrop-^-Mntt, 8. Petit chehet; lan- 
dier, gros chenet. Voy. aimH. 

liroiwtt, adj. Nain, basset. — -Wp 
kropett, bacHifh : haricot naih. 

iLr#pi9 V. (Ji kropihy no kropikan h no 
kropan). Taraer , attendre ; Stre s^tti- 

^ (I) Ce mot enlrc dans Kvm-Mp^. Avant !• (fttfrivt- 
tion de la Meuse, celte rividre formail one eourbe trte- 
rtttar^tttble k I'ettdfoit i|«{ p»rt« ee iIob « q«*on a 
franeit< en ^erivarnt CotwrnneiMf , et en lai IWisaot 



Digitized by 



Google 



— 187 — 



KRO 



RRO 



taire , easanier. — Kropi e VhmlaU di 
frU : rester oisivement au coin du feu ; 
ne pas sortir , s'accagnarder. — Kropi 
so i'cow , so s'ckHr : rester constamment 
assis dans Tinaction. — Kropi d*vin 
rmddst^ f divin rkalinnreie : croupir 
dans la malproprete , dans Tordure du 
libertinage. — / n'JU nin kropi so se- 
z*oit : Q ne faut pas lambiner , il faut 
poursuivre activement Toeuvre com- 
mencee. 

■j**lMiiMi, ABU, adj. Croupissant, 
qui croupit; stagnant, qui ne coule pas. 
— L^kropihunU-tHiiw atiret U maladHe: 
les eaux eroupissantes attirent les ma- 
ladies. Yoy. K«a. 

KropiiKtch, 8. Lenteur, negligence* 
— Si kropikeff H afai mdk^s'cd: sa non- 
chalance a fiit avorter son projet. 

WLwpiht!^, s. Tratnard, homme lent, 
negligent* Yoy. Krop-^-eintl. 

KiTMii, 8. Crosse, biton pastoral d'e- 
v§que.— riSvek afwi Vofiss avou Vkross 
i Pmitt : TfivSque a offlcie avec la crosse 
et la mitre. 

mjfMMj s. Croiite, mauvais tableau; 
tableau dont la couleur est noire et 
gercee. — C'ess^Uon brocante^ hi n^ach- 
tai9 U de kross po rrmtt : c*est un bro- 
canteor qui n'ach^te que des oro^tes 
pour revendre. 

WLwmm ^ s. BequOle , b&ton h. traverse 
pour les boiteux et les infirmes, —RoU 
« kross : bequiller , marcher avec des 
b^tdlles. — C'eSS't-on pdv estroupt hi 
rott a kross X c*est un pauvre bequillard, 
qui est estropie. — L'oithai so Vhross : 
Toiseau de poing. — F^ ri^ni Vo^hai so 
Vhross : ftUre revenir Toiseau eur la 
erosse, jeu d'enftint ; faire revenir Toi- 
Mau an reclame; ramener h, soi une 
personne. 

KriMM^ s. CrOiite,partie ext^Heure du 
pain. ^ PitiU hross : croustille, crotite- 
IctCe, petite crofite. — Broiilais hross i 
ttadite bHU6e. — K6p^dSpan, mam, si 
m'din^ Vhross, Hf plai : decoupez du 
pain, maman, et donnez-moi Ten tame, 
s'il votts plait (1). — On hohet del hross 
di iui^: un grignon. — K6p^ Vhross, 
sicht Vhross ju d'on pan : ecroiiter un 
pain. — Kross di dto d'inti dorais: 
abaisse ou basde-p6te. — Magnt tC kross 
atou on hamh-dtt : casser la crodte avee 
un ami ; manger amical6ment et sans 
fti^n avec lui. — Ess a sh hross r. gtre 
en manage, k soi. -— F& louhi a si hross: 

(1) Itc eonfoadfli pas le not eroute ov«« cnlame et 



il faut y regarder de pres, il fttut econo* 
miser. 

Krosi^ie, s. Croustille, petite crofite 
de pain. Yoy. Kfoceit. 

Kroatl h Rrvsten, s. CrOiiton, croii^ 
tier , mauvais peintre , peintre d'en- 
seigne. — Zw , on pondei^ ! Ji lorn soula 
on hrostt : lui, un peintre ! J'appelle cela 
un croiitier. 

KrMtiiie , V. (Ji hrostiliaie), Crous- 
tiller, manger de pelites crodtes pour 
boire apr^s le repas. — / s'^on mHou a 
krostilii to huvan n'rohiie: ils se sont 
mis & croustiller en buvant la goutte. 

Kiro«tiii««h, s. Action de croustiller ^ 

— Fd't-on p'ti hrostUieg divan di dtnd: 
faut un 16ger repas k la croustille avant 
de diner. 

Krostilteft, eftM, adj. Croustilleux, 
plaisant^ drdle, grivois. — Dh hrostilisH 
micech : des propos grivois. — Di hros- 
tilieitii pinsaie : pensees libidineuses. 

iir««tllted0itilii , adv. Croustilleuse- 
ment , d'une maniere bouffonne et plai*^ 
sante. — Ci i>i droumgdr la rOe todi 
hrostiliei^smin : ce vieux ribaud plai- 
sante toujours d*une maniere grivoise. 

lLr6«ttii«ii ^ s. Begnet frit h. Fhuile. 

— Clellss di hrostilion : claie de begnets 
a rhuile. 

iii*o0t«B , s. Crodtier. Yoy. Krotfti. 

Kroston, s. CroCtton, morceau de 
crofite de pain ; quignon, gros moroeau 
de pain ; chanteau , morceau d'un 
grand pain. — Magnt on hroston ti dih 
ei^r: manger un crofiton vers les dix 
heures. 

liretBi, s. Gringuenaude , crottes^ 
crottin, excrement de cheval , de mou- 
ton, etc* — Krotal di berbi : crottin de 
brebis, de mouton, etc. 

Urotol^ s. Pain d'epice k noisettes. 

— Krotal di MMrSh : pain d'epice dd 
Maestricht. 

lirot^ , V. (Ji hrott h ji hrotaie , no 
hrotan ; ji hrotri), Crotter, salir avec la 
crotte* -— Krot/jushd cou : crott^ jus- 
qu*k r6chine, crotte comme un barbet. 

— Kroti chapai', chapeau us6, mesquin. 

— Krotaiifrah : capote r^p^, ignoble. 
Yoy. vik^w^. 

Kroteeh h Kreteftr, S. Souillure,^la- 

boussure. — Hoftd Vhroteilr ju d'voss 
rOh : brossez la souillure de votre robe. 

iLretln , s. CroUte , escarre , plaque 
plus ou moins dure qui se forme sur la 
peau. Yoy. WLrmp^ 

WLvoit^^ V. (Ji hrotlais), Fientef,f2dre 
des crottins, decharger ses excrements 
(parlant des chevaux, des moutons> 

Tome ii. 25 



Digitized by 



Google 



— 198 — 



KRO 



KRU 



etc.). — L^ herhi on krotU to-t-avd U 
v6U : les brebis ont fiente par tous les 
chemins. 

Kroa, ow , adj. Cm , qui n'est point 
cuit; difficile h, la digestion. — Magni 
on hrou navai: manger un navet cru. 

— Del krow chdr : viande crue , chair 
crue. — D^ krowi pom : des pommes 
crues. — On maan soula a mitan hrou : 
cela se mange a demi cru. — Li con- 
konp ^ tro kroWf i nl ft wair magnt : le 
concombre est trop cru , il n'en faut 
guere manger. — Del Krow s6Xe : soie 
crue ou ecrue. — PMS to krou : parler 
criiment, d'une maniere dure, sans me- 
nagement. 

Krou, ow, adj. Froid , ^pre, noir. 
Voy. Hron. 

Kronf, s. Bosse , excroissance ; en- 
llure, gibbosite, asperite. —Avu n'krouf 
po dvan e eunn podrt : avoir une bosse 
par devant et une bosse par derriere. 

Kronfleft, efts*, s. et adj. Bossu , qui 
a une bosse. — Ni v*mokS nin di p6f 
kroufleil : ne riez pas des pauvres bossus. 

— OnpHi kroufieU ; petit gobin. — Ell 
a on bat vizech , c'^ damach Veil ^ krou^ 
Jie^s (ou krou/eti) : elle a une joiie 
figure , c'est dommage qu'elle est 
bossue. 

Krovi^, V. {Ji krouJ), Crouler, tom- 
ber ens'affaissant ; s'ecrouler ; ebouler, 
tomber en ruine. — Vola on hatimin hi 
kroul : voilk un b^timent qui s'ecroule. 

Krovlecli h fLroalmln , S. Croule- 

ment, ecroulement, eboulement, ren- 
versement , chute de ce qui croule. — 
Kroulmin dHnn mohonn : ecroulement 
d^une maison. 

Kroni^, s. Croup, angine membra- 
neuse du larynx. — Ci pdvr-efan e moir 
d^ kroup : ce pauvre enfant est mort du 
croup. 

■irovpet, s. Butte, motte relevee, 
elevation de terre ; tas, monceau, roidil- 
lon. —KHl ^ reH> a monU ci kroupet la ! 
Qu'elle est rude k monter cette butte ! 

Kroapt, s. Croupier, celui qui assiste 
le banquier au jeu de bassette , de la 
roulette , etc. — Ess hroupi al hank di 
Spd : Stre croupier a la bahque de 
Spa. 

Kroaptr , s. Croupion , extremite in- 
ferieure de Techine deThomme ; croupe. 

— /'a md m'kroupir : j'ai mal au crou- 
pion. 

Kroaweftr 9 s. Aprete , froidure. — 
Vo sinU n'krouwei^ ki vHransik: vous 
sentez un froid dont T&prete vous 
transit. 



KronwlB e KrowUil^ , S. Crudite , 
qualite de ce qui est cru ; humidite, 
moiteur, froidure. — Li krouwinde/ru : 
la crudite des fruits. — Le krouivin son 
mdkaitt po U mdva stoumak : les ali- 
ments cms sont malsains pour les 
mauvais estomacs. 

Krow, s. Propos libre, graveleux. — 
C'esS't'On vi loss k^ n-ni rakontt d^ krow : 
c'est un vieux ribaud qui conte des faits 
scandaleux. 

Kjrowmiii, adv. Crdment, d'une ma- 
niere seche et dure , sans aucun mena- 
gement. — On It u di to krowmin s^ vraie : 
on lui a dit tout crftment ses verites. 

Kru, s. Reste, debris, relief; profit, 
epargne. — Di kru^ di stof: restes , ro- 
gnures d'etoffe.— v/r^i? de-z-aidan d'krul 
Aurez-vous de Targent de reste ? Aurez- 
vous un boni , un dividende ? 

Kracir^lemln e Kraclflech, S. Cruci- 

fiement et crucifiment, action de cruci- 
fier ; supplice de la croix ; tableau oil 
le crucifiement de Jesus-Christ est re- 
presente. — Li krucifeiemin de Bondiu : 
le crucifiement de Notre Seigneur. — 
Li krucifeiemin d' Rubens : le crucifie- 
ment, tableau de Rubens. 

Krucifli, V. {Ji krucifeie, no krucifian). 
Crucifier , attacher k une croix , mettre 
en croix. — Z^ Jwifon krucifit r Bondiu: 
les Juifs ont crucifie N. S. — / s'frei^ 
krucifit po si camhrdtt : il se ferait cru- 
cifier pour ses amis , il ferait tout pour 
eux. — J' a di^z-aguess ki mfet krucifit: 
j'ai des cors qui me font cruellement 
souffrir. 

Krn-d'botik, s. Garde-boutique,objet 
qui reste longtemps dans la boutique 
et que le marchand ne pent vendre. — 
Ji li a rackte to si kru-d^hotik : je lui ai 
rachete tous ses garde-boutique. 

Mjru-d'iAf, s. Desserte, debris du 
diner , reliquat d'un festin ; graillon , 
rogatons, bribes. — Li kouknir i li vdr- 
let profiti de krurdHdf : la cuisiniere et 
la valetaille profiterent de la desserte. 

Krili, s. Crible, esp^ce de tamis pour 
separer le bon grain d'avec le mauvais ; 
claie pour passer le sable , le gravier, 
etc. — Prind^ VkrHl po nitt ci grin la : 
prenez le crible pour nettoyer ce grain. 

. Krtli^, V. {Ji krtl). Cribler, nettoyer 
avec le crible , passer par le crible. — 
KriLU del grSf: cribler du gravier. 

Krtliech, s. Criblure , mauvais grain 
et ordures separees du bon grain par le 
crible; action de cribler. — On tap li 
kritleck d poXe : on donne la criblure a 
la volaille. 



Digitized by 



Google 



— 199 — 



KRU 



RUL 



KrAleA, s. Cribleur, celui qui crible. 

mrmmn , s. Crucifix , figure ou repre- 
sentation de Jesus-Christ attache a la 
croix. — On hat krusfl d'6r : un beau 
crucifix , un beau christ d'or. — Bdki 
Vkrusjl: baiser le crucifix. — Mett mi 
t&iirfnin d pi dd krusfl : mettre une tri- 
bulation au pied du crucifix. — Ess com 
on hr%sji d*gH : etre maigre comme un 
crucifix de noyer. — Magnet d'kmsfi: 
mangeur de crucifix, cagot. 

Krasiai , 8. Cristal , pierre transpa- 
rente et dure ; verre fin, flint-glass. — 
BotHe di krustal : bouteille de cristal. 

— Magazin d*knistal : magasin de cris- 
taux. 

Mnuiiait, s. Fabricant de cristaux; 
collection de cristaux ; endroit oil ils 
se rangent. 

■Lr««iaiiB, eoB, adj. Cristallin, qui 
appartient aux cristaux. — D^-t-aiw 
krustalenn : des eaux cristallines. 

KT««iallB, s. Cristallin, humeur de 
Toeil avec la forme lenticulaire. 

KrasialiB^, V. {Ji krustalizaie). Cris- 
talliser, congeler en maniere de cristal. 

— Z^ sS, U souk si krustalizet : les sels, 
les sues se cristallisent. — Li gless, c'^ 
d-Vaiw krustalizaie : la glace, c*est de 
Teau cristallisee. 

■LnMiaiisech , s. Cristallisation, ac- 
tion de se cristalliser, effet de cette 
action ; amas de cristaux. — Krusta- 
/tt<^ ««^«r^h cristallisation naturelle. 

— Krustalizeck di fahrik : cristallisa- 
tion artificielle. 

Krufltalr^le, s. Cristallerie , art de 
fabriquer des ouv rages de cristal ; eta- 
blissement oii on les fabrique. — Li 
krustalr'eie d'al Vd-Sin-Lanhair : la cris- 
tallerie du Val-St-Lambert. 

KraMMAan, s. Christian , nom 
d'homme. 

WLrumOn , s. Chretien. Y. iir«>tiaiB. 

KrusilBn , s. Christine , nom de 
femme. 

WLrmw^i h Kroawel , adj. Cruel, en- 
clin a la cruaute ; inhumain , barbare, 
feroce. — On kruw^l p&: un p^re cruel. 

— Li tik esS't-inn kruw^l hiess : le tigre 
est un animal cruel. 

hj^w^i e Kronw^l , adj. Cruel , en- 
nuyeux, incommode, ^heux. — Cess- 
t-on kruw/l om : c*est un cruel homme, 
un homme insupportable. — Li spiSk 
JMX-^ conit de kruwSl: Tespiegle nous 
en conte de cossues. 

Kreinr^lmlB e Kronw^lmlB , adv. 
Cruellement, avec cruaute ; atrocement, 
avec atrocite,avec barbaric; inhumai- 



nement. — On Va fai mori kruw^min 
on Ta fait mourir cruellement. 

Krvwdt^ e Krouwdt^ , s. Cruaute, 
action crueDe, inclination k repandre 
ou k voir repandre le sang, a faire souf- 
frir ou k voir soufPrir les autres ; inhu- 
manite , ferocite , barbaric. — Li kru^ 
w6t/ dh tik : la cruaute du tigre. — 
Traiti se-z-ainnmi avou kruwdtS : traiter 
ses ennemis avec cruaute. 

K<k, ilu, adj. Flambe, perdu. — Ji 
so kH , fa md minS m'jeH : je suis frit, 
j'ai mal dirige mon affaire. 

KAb, s. Cube, hexaedre ou exaedre, 
corps qui a six faces carrees et egales, 
tel qu'un de a jouer ; produit d'un 
nombre trois fois facteur. — On mett 
Mft: un metre cube, un metre cubique. 
— Pt kith : pied cube ou cubique. — 
Li kUtb di dei cess-t-ittt : le cube de 2, 
c'est 8. 

Klkb^, V. {Ji kUb e ji kUbaie), Cuber, 
e valuer le nombre d 'unites cubiques 
que renferme un volume donne. — KUb^ 
on kopai dlMss : cuber un tas de ter- 
reau. 

lidbic, adj. Cubique, qui appartient 
au cube. — On mett Mbic, inn inn kUbic : 
un metre cubique , une aune cubique. 

Kudikr, V. Conduire. Voy. liiiKkr. 

Kikhaie, s. Cuisson, action de cuire 
ou de faire cuire ; quantite de pains 
cuits en une fois ; coction. — F^ n'kHh 
kaie di ne^ pan , di doraie : faire une 
fournee de pains , de tartes. — Kilhaie 
di brik , di pann : cuite de briques , de 
tuiles. 

Kftheeh 9 s. Cuisson , action de cuire 
ou de faire cuire ; ebullition. — Pan 
d'kiikeck: pain blanc. — Mdk on p6 
d'kHkeck a vo pan : il manque a vos 
pains un peu de cuisson. 

KftheAr, s. Blessure , coup, contu- 
sion. 

KniOfS. Four oil Ton cult les poteries. 

Kaio, s. Kilogramme. Voy. kiio. 

Kniicar, s. Culture, fa^on, travaux, 
soins necessaires pour cultiver , pour 
rendre la terre plus fertile et pour ame- 
liorer ses productions ; agriculture, 
agronomic. — Li kulteur d^ ckan, di 
vegny deJleUr: la culture des champs, 
des vignes , des fieurs. — Li kulteur de 
lett i di siainss : la culture des lettres 
et des sciences. 

KaitivAb, adj. Cultivable, suscep- 
tible de culture. — Thin kultivdb : ter- 
rain cultivable. — Qna di rock ki son 
kultivdb : il y a des roches qui sont cul- 
tivables. 



Digitized by 



Google 



— JWO — 



RUB 



Rim 



kwIHt^, v. (Ji kuUivaie). Cultiyer, 
donner la fa^on , les soins neoessairea 
pour fertiliser le sol. — Kultitdn'waitt, 
on jdrdin : cultiver un pre , un jardin. 

— Kultive le-Z'dr , li siainss : cultiver 
les arts, les sciences. — KultivS V ami- 
US d'iim sakt : cultiver Tamitie de quel- 
qu'un. 

iLaUiTceh , s. Action et mani^re de 
cultiver. Voy. Knltenr. 

KuUiveik , eiksn , s. Cultivateur, celui 
qui cultive la terre, ou qui exploite une 
terre, un domaine ; agronome ; agricul- 
teur, laboureur. — C'e io-^-^fan d*on 
rick kultive'U : ce sont tous enfants d'un 
riche cultivateur. — Z^ pai' d'kultiveit: 
les pays agricoles. Voy. Kofi. 

Kikinvie, V. (Ji ki^meul, no Mmulan), 
Cumuler , assembler , reunir plusieurs 
choses. — Kitmule dh pless , di trait t- 
min : occuper plusieurs emplois en 
meme temps , jouir de plusieurs traite- 
ments k la fois. 

Kftmnleeh e Kilaieiil, 8. Cumul , 
action de cumuler une chose avec une 
autre. — Li loi d'fln VMmulech : la loi 
interdit le cumul. 

KikmuleA . s. Celui qui cumule plu- 
sieurs emplois. — RakuzS ^ dinonH U 
MmuM: faire connaitre,denoncerceux 
qui percoivent plusieurs traitements. 

Kdr/s. Cuir, peaude Tanimal quand 
elle est corroyee. — KUtr di Bruzilidnn, 
di carahiQmv duBresil. — Kiirdi Lig, di 
Mamd^ie : cuir de Liege , de Malmedi. 

— Ki^ di Ruci : cuir de Russie ou de 
Roussi. — SHai d'kHr bolou: seau de 
cuir bouilli , de cuir cuit et prepare. — 
KHr di rezeH : cuir a rasoir. — Kibr di 
lainn : cuir de laine , etoffe de laine 
croisee et tres-forte. — Avu de-z-oume^r 
intt Mr ^ char : avoir des humeurs. des 
serosites entre cuir et chair. — Jure, 
ar^gt intt Mr ^ ch4r : jurer , enrager 
entre cuir et chair, c'est^^^-dire secrete- 
ment et sans oser eclater. — Otide li 
Mr : battrc , rosser , donner de I'huile 
de cotcret. 

KAr, s. Cuir, vice de langage qui 
consiste \ mettre des t pour des * a la 
fin des mots, ou pour lier ceux-ci entre 
eux. — On^Z'Ctretpo n'pair di sold avou 
ta U Mr kifai so ou joiti on aurait de 
quoi faire une paire de souliers avec 
tous les cuirs qu'il fait en un jour. 

WLiur , V. {Ji M , fto k^ian ; ji htbret). 
Cuire , preparer les aliments , etc. par 
le moyen du feu. — Kitr de pan : faire 
cuire du pain, boulanger, — K^r hfor : 
cuire au four. — Kiir a ptifeit, : miton^ 



ncp, faire bouillir doaeemanl. -^ Klir 
d s'ju I cuire dans son jus. -— Dipan kt 
s*Mhet bin: des pains qui cuisent bien. 

— Kilr to evdXei ebouiUir. — Hi Mi 
il est avine, fiambe, perdu. — J)i Mt^ 
peijLr : des poires cuites. — Ha 8* pan 
M: il a son pain cuit, il a sa subsia- 
tance assuree. ^ II a U min Mtt : il 
laisse maladroitement tomber tout oe 
qu'il a dans les mains. 

KdrAc^ , v. {Ji Mrass e ji hi^aie, 
no Mracan), Cuirasser , revetir quel- 
qu*un ou quelque chose d'un© cuirasse. 

— Baic6 d'cavdtr si Mracet : beauooup 
de cavaliers se cuirassent. — Batai M^ 
rod: navire cuirasse. 

Yiikrael e li^riMU, 8. Cuirassier, ca^ 
valier arme d'une cuirasse, — On rSfi" 
min d'Mract : un regiment de cuirafr- 
siers. 

iLiira^d, s. Curacao, sorte de liqueur 
faite d'eau-de-yie , de Tecorce d'orange 
et du Sucre. — Beitr dd Mragd po on 
chess'kafet : boire du curaoao pour un 
chasse-cafe. 

Kftrai, s. Cuir, pi^oe de cuir servant 
h divers usages ; poucier, ce qui couvre 
le pouce de quelques ouvriers. —Rimeti 
on Mrai a Wponp : remettre un ouir & 
une pompe. — Mett on Mrai pojdii se 
servir d'un poucier pour beoher. 

iLaraie, s. Curee , butin, depouille, 
picoree, proie. ^ AU hapS s'pdr del 
Mraiei aller s*emparer de sa portion 
de euree. 

KdrAM, s. Cuirasse, prinoipale par-v 
tie de Tarmure, en fer, ©t qui oouyre 
le corps par devant et par derriere, de-r 
puis les epaules jusqu'a la ceinture. — 
Mi Mrass ess-t-a Vespro^v di pistolet i 
ma cuirasse est h Tepreuve du pistolet. 

iLar^ , s. Cure , pretre pourvu d*une 
cure ; pasteur. — Mohonn di knr4 : mai- 
son pastorale ou curiale ; presbytere, 
maison presbyterale. — Kwan i pMk so 
VMr/, i gott so Vrndrlt : quand ii pleut 
sur le cure, il degoutte sur le diacre. — 

— Onbon kure, c'ess-t-Um bel grdss de 
Bondiu : un bon cur6 est un grand 
bienfait de la Providence. — Kurd twrk: 
iman, cure de mosquee. 

iLiire, V. Essorer, exposer a IHiir 
pour secher. — Mett Mrd de dra : faire 
essoorer du linge, le mettre a Tessui. 

Kurech , s. Essui , lieu oil Ton etend 
du linge pour le secher; pr6au , irrora- 
tion , action d'exposer k la ros^e. — 
Mett di dra J di pless d kureeh: herber 
du linge. 

Kiur^le, 8. Charog^e, corps de bete 



Digitized by 



Google 



Mi -- 



VJT 



morte oxpose et corrompu^ ctdavre. «^ 
J*oti inn Mriie kifiair darech: je sens 
one cbarogne qui pue horriblement, 

KAv^ie , s. Carole , mechante 
femme, femme debauchee. — Ni r^ciiv^ 
pu ciss mdl k^eie la ; n'acoueillez plus 
cette mechante carogne. 

iLaried, «#«09 s. et adj. Curieux, qui 
a beaucoup d'enyie et de soin d*^- 
prendre,de voir, de posseder des choses 
nouvelles, rares, etc. ; amateur, desi- 
reux, enquerant. — Ess kurie^ po U 
fii^ ou so U fis^r : etre curieux de 
flemrs. — Mi om ^ si kurieU dM d'lu : 
mon mari est si curieux en habits , en 
linge; U aime la toilette, -^ Ess tro 
kvirie^ : Stre trop curieux , curieux in- 
discret, curieux impertinent. — C^ toUr 
laaiiret W kurieU^: ces tours, ce« exer- 
ciees attirent les curieux , les speeta- 
teurs. — Inn sacoi d'kuriei^ : chose cu- 
rieuse, extraordinaire, rare, remar- 
quable. 

KprieApMMn, adv. Curieusement , 
avec curiosite , soigneusement, exact©-- 
ment.— Wdrd^ n' sacoi kuriei^smin : con- 
senrer soigneusement quelque chose. 

Hvrleftiit^ e liurlcftBtii, s. Curio* 
site , passion , desir d'apprendre , em-^ 
pressement de voir , de posseder des 
choses rares, extraordinaires ; choses 
rares etcurieuaes. — KontinU s'huri&Si^ 
iite: contenter , satisfaire sa curiosite. 
-^ MosM U hwrie^ziti d'inn vHe ; mon- 
ger les curiosites d'une viile , servir de 
eioerone. — Atm tro p6 d'kurieHtziU : 
faire preuve d'incuriosite , etre insou- 
ciant d'apprendre ce qu'on ignore. 

kbm-iliim , int. Cri pour appeler les 
cochons. 

ummfmm , 8. Gardien de la tresorerie 
d'une eglise. Voy, iio«lr^. 

iLwitdUf 8. Custode, couverturaou 
pariUon d*un ciboire. — Zi sin^h6r 
a noss't-igltss a n'ar^ghie^ hel husfdtt : 
le saint-oiboire de notre eglise a une 
magniflque custode. 

KAtair, s. Cutter ou cottre, petit 
bdtiment de guerre k un m^t. 

Klkian^. ale, adj. Cache, soumois. 
— Karaei4r k^ianS : oaractere soumois. 
—Onmeitr hiitanate : humeur sournoise. 

ii*M y s. Cuite , action de cuire , de 
faire cuire de la porcelaine, des briques, 
du Sucre , etc. ; reunion d'objets cuits ; 
foumee. — Tote noss Mtt di pan i miU 
iaie: toute notre cuite de pains est 
manquee. — KM disir&p : cuite de sirop. 

iL*it, adj. Hors des limites, terme 
de jeu, Voy- ■iwcw. 



EWA 

ilIM#b6, V, £bouillir, diminuer par 

la cuisson ; mitonner. -^ LH MttM 
VhouXon to doHsmin : laisser mitonner le 
potage. 

Kavei , s. Tinette , petite cuve pour 
mettre du beurre. — Kutel di boitr di 
Ha%f: tinette de beurre de Herve. 

Kasla , enaa 9 s. Cousin , se dit de 
ceux qui sont issus de freres ou de 
soBurs. — K%zin germin ; cousins ger- 
mains. — CV rkutin germin di ntCp^rx 
il est mon cousin issu de germain , il a 
le germain sur moi. — Ell I Vkuuunn 
germainn di mCpirx elle est ma cousine 
k la mode de Bretagne, — Di lU cost4 
son-t-i kuzin ? De quel c6te sont-ils cou- 
sins? 

Kasia, s. Testicule, corps glandu- 
leux oil se prepare la semence (ne se 
dit guere que 'par plaisanterie), — K^ 
m6tt di mi deii kimn ! Quelle ridicule 
model . 

liBBia^ 9 V. Cousiner , appeler quel^ 
qu'un cousin. -^ Ji n'se sH son parin, 
tnin i s'huzinet : je ne sais s'ils sont pa- 
rents, mais ils se cousinent. — ^ AU 
kuzind to costs : aUer cousiner , piquer 
Tassiette partout. 

Kvalaecli e Kaslaar^ie, 8. Parente» 
consanguinite , alliance , affinite. — 
D'ouze vin ei kuzineck la ? D'ou vient ce 
cousinage? — Fe v*ni to VkMzineck d 
banket: faire venir toute la parentele 
au banquet. 

KwAbt , V. Biaiser , bayer aux cor*- 
neiUes. 

liwaeecb, s. Action d'eculer ses sou- 
liers , effet de cette action. — Awm di 
kontifoir^ on-^ipaick li kwae^ekx avec 
des contreforts, on evite d*eculer ses 
souliers. 

iLwaeeA, eAmi, s. Celui qui ^ule ses 
souliers. 

Kwaeedr, s. Pli , effet d^un souli^ 
ecule. — RidrM Viwacfkr d'on soU: 
redresser un Soulier ecule. 

«liiva«) , y. (/} kwass k ji kwaeHe), 
ficuler, se dit des bottes et des souliers 
qui s*abaissent par derri^re sur les ta- 
lons. — CisS't^an la rott md , se soU 
son to kwact : cet enfant marche mal, 
ses souliers sont tout ecules. 

KwAdJuteikr, e^M e tH««, S. Coadju-' 

teur, adjoint k un prelat, k une abbeaee, 
et destine ^ lui succeder. — Zi kwddjw- 
te^ d'iam Archhek , d'inn ^vek , d*inn 
AbS; le Coadjuteur d*un Archev^ue, 
d'un fiveque, d*un Abbe. 

KwMjv««rr^le , s. Coa^jutorerie , 
charge et digniti de Coadjuteur at de 



Digitized by 



Google 



— JOJ — 



KWA 



KWA 



Coadjutrice. — On It a dn^ n'hioUjvr 
torrHe : on lui a donne une coadjuto- 
rerie. 

■iwAdron^, Y. {Ji kwddronaie)* Quar- 
deronner , faire un quart de rond k 
Tangle d*une pierre , d*une piece de 
bois. — KwMronS U grS dHnn mm- 
taie : quarderonner les marches d'un 
escalier. 

Kwah, adj. Sensible, douloureux. 

— Avu Vvizech kwah : avoir la figure 
endolorie. — fa Vbeckett del narenn si 
kwah ! J*ai le bout du nez si endolori ! 

— II a Vpai kwah: il a la peau tendre, 
il est irritable, il est d'une grande irri- 
tabilite. 

Kwahan, ahU, adj. Tranchant; mor- 
dicant , blessant , oflfensant. — Kwan il 
a n*pik contt inn sakt , il h kwahan : 
quand il a une dent de lait contre quel- 
qu'un , il est incisif. — Vo rierHe son 
todi kwahantt : vos plaisanteries sont 
toujours blessantes. 

Kwaheeii, s. Action de se couper. — 
Avou on mdva rhe^ , on crin Vkwahech : 
en se servant d'un mauvais rasoir, on 
risque de se couper. 

Kwahedr, s. Coupure faite avec un 
couteau , un canif , etc. ; taillade , ba- 
lafre , estafilade. — Voss kwaheUr shet 
Un rate rifaitt : votre coupure sera 
bientdt refermee. 

Kwaht, V. {Ji kwah, no kwu..:u). 
Couper avec un couteau, un canif. — 
Si kwahi to fan sMb : se taillader le 
visage, s'estafilader en se rasant. 

Kwai, s. Courcaillet, crides cailles, 
appeau pour prendre des cailles. — 
ApiM le kwai'e avou on kwdl : attirer les 
cailles au moyen d'un courcaillet. 

KwaVe, s. CaiUe, petit oiseau de pas- 
sage qui a le plumage grivele. — - J6nn 
kwai'e: cailleteau, jeune caille. — Reiize 
d kwai'e: tirasse , filet ou rets pour 
prendre des cailles, des perdrix, etc. — 
Tintt d kwai'e : tirasser. — Ell e ch6tt 
com inn kwai'e : elle est chaude comme 
une caille. 

■iwMTei, s. Brochure, certain nombre 
de feuilles raises ensemble pour bro- 
cher ; livraison , fascicule , agenda , 
camet. — Vola dh kwal'el a kei^s : voili 
des brochures a coudre. 

KwaTott, s. Motte de terre. Voy. 
KwAr. 

Kwan,conj. Quand , lorsque, dans 
le temps que , dans quel temps ? — 
Ewan vairSfl Quand viendrez-vous ? 
— Juska kwan ? Jusques a quand ? — 
Disp6Xe kwan? Depuis quand? — Ji 



v'g'tret vH kwan fporet : j'irai vous voir 
quand je pourrai (1). 

Kwaaodd, s. Niais, lourdaud, nico- 
d^me , flandrin. — Zai gran kwanndd , 
kifir onpti valet ! Grand vilain nigaud, 
qui frappe un petit garcon ! 

KwanM,s. Semblant. V. ikkwasM. 
KwaatHnm, adj. Quanti^me , terme 
qui designe le rang, Tordre numerique 
d'une chose. — Zi kwantrinm estif sol 
liss? Le quanti^me Stes-vous sur la 
liste ? 

Kwantt , adv. Combien , quel nom- 
bre, quelle quantite?— Vo kwantt estif? 
Combien ^tes-vous ? — Kwantt-r^n 
atif? Quel ^e avez-vous? — Li kwantt 
dl meH estangn ? Quel quantieme du 
mois avons-nous? (2) 

KwAr, s. Quart, quatrieme parti e 
d*un tout. — On kwdr d*eilr : un quart- 
d*heure, un quart de lieue. — On kwdr 
d'dnn: un quart d'aune. — On dmeie 
kwdr : un demi-quart, un huitieme. — 
DeHt-z-eitr on kwdr : deux heures et un 
quart. — Zi kwdr divan M eHr, li kwdr 
po ^tt eHr : huit heures moins un quart, 
sept heures trois quarts (3). — Fd-t-^- 
dinairmin rabatt li kwdr di rou k*on di : 
il faut ordinairement rabattre le quart 
de ce qu'on debite. ■— / sonn on dmiie 
kwdr : il Sonne un avant-quart. — Paci 
on mdva kwdr d'efir : passer un mauvais 
quart-d'heure , eprouver quelquc chose 
de f^cheux. — Li kwdr d'eitr di Rdblai : 
le quart-d'heure de Rabelais , moment 
oil il faut payer son ecot, tout moment 
desagreable. 

KwAr, 8. Argent, fortune, aisance, 
quibus. — Avu d^ kwdr : avoir de Far- 
gent , des ecus ; ^tre aise , cossu , pecu- 
nieux. — N'avu ni kwdr ni patdr: 
n'avoir ni sou ni maille. 

liwAr, s. Motte de terre faite par le 
labour ; gl^be. — Caci li kwdr : emotter, 
briser les mottes d'un champ avec une 
herse, un rouleau.— *9i bait a cdd'kwdr: 
se battre k coups de mottes. — Zipiitri 
si respounet podrt U kwdr : les perdrix 
se mottent , elles se cachent derriere 
les mottes. 

KwAr, s. 6 vent, alteration. — Avu 
Vtiess avd U kwdr : ^tre aux champs, 
etre distrait, preoccupe, travaille, tour- 
mente; donner des symptdmes d'alie- 
nation ; etre en desarroi , avoir la tete 
a Tevent. 

(i) Ne prononcfi p«8 nin»i : quand* jf..» 

(S) L* eombitn du moi$ tommei-nous f plinscl.ar- 

(3) L§ quart avant.,* 01 Uquaiipouft »oni de« wtl- 
looitmet. 



Digitized by 



Google 



— ao3 — 



KWA 



KWA 



KwArfti, s. Carreau, objet ou figure 
carr^ ou rectangulaire. — Ktudrai d^Ji- 
gnets : carreau de vitre. — Ew&rai 
d*papi : earre (et non carreau) de pa- 
pier. — Sitqf a kwdrai : etoffe k car- 
reaux. — Jow^ d /ran hwdrai : jouer au 
franc carreau. 

KwAnaemiii, adv. Carrement, en 
carre , k angle droit. — K6p^ on papty 
an p&cKmin kwdraiemin : couper un pa- 
pier, un parchemin carrement. 

MwAr^ , 8. Carre , figure carree , fi- 
gure plane qui a quatre c6tep et quatre 
angles droits. — On kwdrd dHair : un 
carre, un quadrilatere , un rectangle, 
un trapeze de terre. — No^f^ c'l Vkwdri 
d'trH : neuf est le carre de trois. 

MiwAr^, V. {Jikwdraie, no kwdran), 
Carrer , rendre carre. — Kwdrd n'pir : 
carrer une pierre. — KwdrS on nonb: 
carrer un nombre, Telever au carre. 

MwAr^9 Ale, adj. Carre, ce qui a 
quatre c6tes et quatre angles droits. — 
Kwdr^honet: bonnet carre. — Kwdraie 
idf\ table carree. — On pt kwdr/, on 
mett kwdrdi pied carre, metre carre, 
carre dont chaque c6te est d'un pied, 
d'un metre. — Nonb kwdrS: nombre 
carre , le produit d'un nombre par lui- 
meme. Voy. iiamoArii^. 

KwAr^, ale, V. et adj. Amende, pu- 
nir de la perte d'un quart de journee. 
— Li maiss a hwdrebaic6 d'ovrt : le 
maitre a fait une retenue a beaucoup 
d'ouvriers. 

KwAreeh, s. ^quarrissage. Voy. 
MwAUecli. 

Kwarem, s. Careme, les 46 jours 
d'abstinence avant Piques ; le jeune 
quadragesimal , Tabstinence quadrage- 
simale. — Zi deilzinm , It treiUinm di- 
fnegn divan kwarem : la sexagesime , la 
septuagesime. — Li dierin dimegn divan 
kwarem : le dimanche de la quinquage- 
sime. — Li prumi dimegn di kwarem : 
le dimanche de la quadragesime. — Li 
kwarem torn tdr ; i torn tinp cisS't-dnruiiei 
le careme est haut; il est bas cette 
annee. — Viair di kwarem : face de 
careme , visage bleme. — Amoure^ 
i*kwarem: amoureux de carSme, amou- 
reux timide qui n*ose toucher k la 
chair. — Li kwarem di Twrk : le 
ramadan ou ramazan , carlme des 
mahometans. — Li pli kwarem di Ma- 
cilion : le petit careme de Massillon, 
recueil de tons les sermons pr^ches 
pendant le careme par cet illustre pre- 
dieateur. — Li kwarem i tro co^r po Vci 
ki de^ put a Pdki le car§me est trop 



court pour celui qui doit payer k 
P&ques. 
KwArear, s. Carrure, figure carree. 

— C6p^ n'sakoi i kwdrei^ : carrer quel- 
que chose, couper carrement , equar- 
rir. 

KwArj^a, s. Cartier, celui qui fait 
et vend des cartes a jouer. — Ji va-t- 
ovr^ d kwdrjHt : je travaille chez un 
cartier, j'exerce la profession de cartier. 

KwArj^tr^ie , s. Fabrique de cartes 
k jouer. 

KwArjeA, s. Carte k jouer. — Makt 
U kwdrjeH : meler, battre les cartes. — 
Jet^ se mdva kwdrjeH h6Xe : defausser 
son jeu , se defausser , s*en aller de ses 
mauvaises cartes. — / jaw d kwdrjeH 
tote li joiirnaie : il joue aux cartes toute 
la journee ; c'est un brelandier , il bre- 
lande toute la journee. — JowS juskd 
diirin kwdrjeH : couler les cartes k fond. 

— JowS kwdrjett so tdf: jouer cartes sur 
table ; user de franchise , faire con- 
naitre les moyens dont on se sert dans 
une affaire. — Mohotm di kwdrjeHi, : cha- 
teau de cartes. — FS di sdddr di kwdr- 
jeH: faire des capucins de cartes. — 
JHS , tap/ le kwdrjeH : tirer les cartes, 
chercher I'avenir dans la disposition 
fortuite des cartes. — Ki rCa nin di 
kwdrjeH n'li sdreii jowi: personne ne 
pent donner ce qu'il n'a pas. 

KwAri^, V. {Ji kwdrel e ji kwdrlaie). 
Carreler , paver avec des carreaux, — 
KwdrU on poiss , inn coukenn : carreler 
un vestibule, une cuisine. 

iLwAriceh , s. Carrelage , ouvrage de 
celui qui pose le carreau ; action de 
carreler. — Li-z-ovrt 8*fet d'nS ottan par 
mett di kwdrleck : les ouvriers prennent 
tant par metre de carrelage. 

KwAriet, s. Pain blanc d'une livre. 

— On n'fai pu wair di kwdrlet : on ne 
fait plus guere de pain blanc d*un demi- 
kilog. 

KwArieft , s. Carreleur , celui qui 
pose le carreau. — Si ovrt i rmeieU 
kwdrlet di pal' : son ouvrier est le meil- 
leur carreleur du pays. 

KwArtt, s. Quartier , quatrieme par- 
tie de certaines choses. — Kwdrtt d'vai, 
di mouton , d'ognai : quartier de veau, 
de mouton, d'agneau. — Kwdrtt d*pom, 
dipeiir: quartier de pomme, de poire. 

— Li prumi i VdHrin kwdrti del leunn : 
le premier et le dernier quartier de la 
lune ; la dichotomic , quand la lune est 
dichotome. 

KiwArtt, s. Quartier, pi^ce de cuir 
qui environne le talon. — Mett se soU 



Digitized by 



Google 



-»04- 



KWA 



EWA 



$0 rkwdrtii mettfe seis soidiers en pan- 
toufles. 

KtvArftdi, 8. Quartidi) quatri^me 
jour de la decade dans le calendrier re- 
publicain. 

Kwasff-di-vai , s. Ris , corps glandu- 
leux qui est place sous la gorge du 
veau, et qui est un manger assez deli- 
cat; fagoue. — Zi kouhnir no ragosta 
atfon fCkwasS'di'Vai : la ouisini^re nous 
regala avec un ris-de-veau. 

KwAti^, y. {Ji kwdtel h ji kwdtlaie), 
fiquarrir, tailler k angles droits. — 
KvodtU on soUmi i equarrir une poutre. 

KwAii^ , V. Gartayer , eviter les or- 
ni^res (se dit du charretier). 

KwAti^cU, s. £)quarrissement, action 
d'^quarrir; — LihwUleg dHnnptr, (Von 
hog d'db : r6quarrissement d'une pierre, 
d'un tronc d'arbre. 

iLwAtiedr, s. 6quarrissage,etat d'une 
chose 6quarrie. — Voss soUmt a harante 
cantimett di kwdtleUr: votre poutre a 
40 centimetres d'equarfissage. 

ILMrnlmtttB, s. Quatre environ. — 
Ona bin n'kwatratnn d'dnnaie hi n'dU 
vinou : il y a bien trois ou quatre ans 
qu'il ne soit venu. 

ILwutrelkr, s. GoAter, petit repas 
entre le diner et le souper. — FS kwa-^ 
tfe^r: goUter, collationner. — DMli 
s'Kwatre^ri donnez-lui son godter fl). 

n^niHiini , s. Quatri^me, noraore 
ordinal. — Ess a Vkwatrinm class : etfe 
eti quatrieme. -^ Mifi ^ Vkwatrinm d Si 
s^cot: mon fils est le quatrieme de sa 
elasse. — No ratindan on kwatrinm jo- 
W€^ : nous attendons un quatrieme 
Joueur. — Soula s*tro^v al kwatrin'm 
pdch I cela se trouve k la page quatre. 
— Ji so logt d kwatrinm ostech : je suis 
Idge au quatrieme etage. 

■LwAti'inm, s. Quatrieme, terme de 
jeu de piquet , sequence de quatre 
cartes de meme espece. — Avu n'kwa-^ 
tHnm d pack ; avoir une quatrieme au 
valet. 

KwntriBititiiiii^adv. Quatri^mement, 
en quatrieme lieu. 

KwAtron, s. Quarteron Ou cartefon, 
quatrieme partie d*une livre ou d'un 
cent. — Kwdtron d'boi^ , kwdtron d'o^ : 
quarteron de beurre, quarteron d'oeufs 
(26 oeufs). — Kwdtron d*giie : quarte- 
ron de noix (26 noix). — On d*mHe 
kwdtron d*to^bak: demi-quarteron , 2 
duces ou 2 1/2 onces de tabac. 

Kwnu, s. et adj. Quatre , deux fois 

(1) Fmirt q—irt-henre$ , ma«fer ton quatfh^urtt 
•Ont del pbrsMi ridiedlei. I 



deux» — Kwatr-omt quatre hommes. 
*- Li kwait-z-om : les quatre hommea. 
— Ze kwatt pdrtHe di montt : les quatre 
parties du monde* — Zi hwatt^tin : les 
quatre-temps, trois jours de jeiine en 
chacune des quatre saisons de Tann^e, 
ou les evSques ont coutume de ftiire 
les ordinations. — Si dir inn saeoi intt 
kwatt-troHtie : se dire quelque chofie 
entre quatre yeux , tSte k tete. — Ci 
nonb la pou^-^ess pdrti i kwatt: ce nom- 
bre est un nombre quaternaire , il est 
divisible par 4. — C6p^ h kwatt i 6car- 
teler , couper en quatre. — No^^HSStan 
Vkwatt di meik : noui^ sommes au quatre 
du mois. — Ell estt M kioatt : elles 
etaient quatre. — Kori d kwatt poitt del 
tOs : courir les quatre coins et le milieu 
de la viUe, faire bien du chemin pour 
quelque affaire. — Ji m'm^treit, , ji 
m'hinnre^ e kwatt por In: je me niettrais 
en quatre, en quatre quartiers pour lui, 
j'emplofrais toutes les herbes de la 
Saint-Jean. — A'watt fiie ottan : qua- 
druple, quatre fois autant. — F^ kwatt 
fiie pu gran: quadrupler, rendre quatre 
fois plus grand. — Moffnt com kwatt : 
manger comme quatre. — J*a li kwatt 
kwatt i m'Jei^i j'ai les quatre quatre 
dans mon jeu. — C'ess-t-inn ovf^eck hi 
s'fai to li kwatr-an: c'est un ouvrage 
quatriennal, qui se ffeit tons les quatre 
ans* — Rote a kwatt patt : marcher k 
quatre pattes. — Biess a kwatt pi : 
quadrup^des. — Biess a kwatt min : 
quadrumanes. 

KwAtt, s. Quatre, piege fiiit en forme 
de quatre. — ffap^ di sori i di^fx^ltkai 
atou di kwatt: attraper des souris et 
des oiseaux par le moyen de quatre. 

KwuM, s. Pav6 enfonce ou brise. 

wL^Skit^ 8. Quart d'aune, quartier. — 
Inn kwdlt di moncklenn : un quartier de 
mousseline.— /»« &nn i n'kwdtt di kans-- 
Mt\ une aune et un quaH, cinq quafts 
d'aune de bure. 

KwAtt, s. Quarte, pot, ancienne me- 
sure contenant deux pintes.— /«« hbdti 
di Wf, di lirai : un pot de biere, de lait. 
— ^ /* li a dn^po n'kwdtt : je lui ai donn6 
pour un pot de bi^re. 

HwAm , s. Quarte , quart de setier ; 
minot. — Kwdtt d*at6nn : quarte d'a- 
voine. — Kwdtt difit : quarte de ha- 
ricots. 

Kwati-peM, 8. Lizard, quadrup^de 
k longue queue qui se retire dans les 
haies et les trous des murs ; seps (1). 
— F(f <^ iUoaf(-pw* ; lezard vert. 

(I) Coubjen At bdnfles geni (Hmdi: nA# ^uai'piietl 



Digitized by 



Google 



— 205 — 



RWI 



RWI 



Kw»i«wdr, 8. Quatuor, morceau de 
musique k quatre parties. — Jow^ on 
kw€Uuwdr : executer un quatuor. 

Kw^rA, A«« e ILw^reft, eftM, s. Cher- 
cheur, celui qui cherche; investiga- 
teur. — Kwh'e^ d'avinteilr : chercheur 
d'aventures. — Dim^Jiiv di to c^ kw^eH 
i'trMr : mefiez-vous de tous ces cher- 
cheurs de tresors. 

Kw^rAb, adj. Querable, se dit d'une 
rente ou redevance que le creancier 
doit aller chercher. 

Kw^ri, V. {Ji kwtr , no Kwh'an; ji 
kwtrret), Chercher, se donner du mou- 
yement , de la peine pour trouver ; re- 
chercher, s'informer , s'enquerir. — 
Kwhri apri n*sakt ou n'sakoi : chercher 
quelqu*uQ ou quelque chose ; le pour- 
chasser. — Kwh'i to sintan : chercher k 
tfttons. — KwM n'feum : chercher 
femme, chercher k se marier. — Kweri 
Corel ; chercher quer elle, chercher noise; 
provoquer. — KwM U piou : epouiller. 

— Kvohri U pouss : epucer. — On v*zhi 
itdt kwiri, min v'z-estt-t-evdXe : on vous 
a envoye chercher (ou querir), mais vous 
ktv&L absent. — Kweri a s'mett bin : bus- 
quer fortune , chercher k faire fortune. 

— To kwh'an on iroi^fx en cherchant, 
on trouve. — To le^z-om kwhet VboneUr, 
H gnO't'i nouh he Vtrotif : tous les 
hommes cherchent le bonheur , et pas 
un ne le trouve. 

■LiMeraett, s. Petit coin, languette. 
Voy. i.lMwei«. 

■Lweateor , 8. Questure , dignite , 
charge de questeur ; duree de ses fonc- 
tions. 

iLwesieftr, s. Questeur, celui qui est 
charge de diriger et de surveiller Tem- 
ploi des fonds. — Z^ kwesteiir del Chanb 
di Rfrdzintan : les questeurs de la 
Chambre des Representants. 

■Lwesirai , s. Clou de Soulier, k deux 
branches recourbees. 

■Lwesiresa, s. Lime triangulaire. 

■Lw^Bei, s. Mijauree , bigote , d'une 
devotion affectee. Voy. Chafeii. 

■Lwt, s. Curlier ou cuillere, us tensile 
pour manger le potage. — Qran kwt : 
cuiUer k potage. — On kwt d'sop : une 
cuilleree de potage. — Kwt d* sir dp : 
cuilleree de sirop. — Kwt d'boi : cuiller 
de bois ; l^ve. — Tiess di kwt : cuille- 
ron , partie creuse d'une cuill^re. — Ji 
m*itin d pondech com a f^ di kwt ; je 
m*entend8 k lapeinture comme k ramer 
4es choux. 

KwtA, adv. Quia. Voy. a-ilwU. 

KwtboM, s.Qoibus, argent, fortune . 



— Fd di kwibuss pO'Z-intriprintt inn 
x>6Xe dijiair : il faut du quibus , il faut 
etre argenteux , pecunieux, pour entre- 
prendre un chemin de fer. 

■Lwidain, s. Quidam, individu, per- 
sonnage. — On certin kwtdam: un cer- 
tain quidam. — Av loukt li dei^ kwtdam 
ki n^z-avan trotS so no v6Xe ? Avez-vous 
regarde les deux quidams que nous 
avons rencontres , chemin faisant ? — 
J'a^Uapri dHnn certatnn kwtdam ki,,.: 
j'ai appris d'une certaine quidam que... 

■lwIhI^Um, 8. BoisseUer, qui fait 
des boisseaux et divers ustensiles de 
bois servant au manage; qui fait le 
commerce de boissellerie. — Kwan li 
kwt-di'loss pasronj acktem on sdnt: lors- 
que les boisseliers passeront, achetez- 
moi une saliere. — Si pass di kwt-di- 
loss , c'i senn di plaif-, le passage des 
boisseliers annonce un temps humide.^ 

iLwiBM, adj. Quinze, trois fois cinq," 
dix et cinq. — Kwinss bount : quinze 
bonniers. — Kwinss cin cdrluss : quinze 
cents florins. — Vo n-n'ali vo kwinss: 
vous partites k quinze. — Esiangn li 
kwinss di meit? Sommes-nous au quinze 
du mois ? — Ine pair, inn ikl6 di kwinss 
costs : une enceinte , un enclos quinde- 
cagone ou pentedecagone. — Vo poM 
bin contd kwinss : vous pouvez renoncer 
k votre projet. 

■LwiBiidi , s. Quintidi , cinqui^me 
jour de la decade republicaine. — To li 
kwintidi , li skoli avt kangt : tous les 
quintidis, les ^coliers avaient conge. 

■LwiBBatnii , 8. Quinzaine, nombre 
de quinze ou environ. — Li kwimatnn 
di Pdk : la quinzaine de Pftques. — Ji 
v'z-tret vii d'mn n*kwinzatnn di joi^: 
j'irai vous voir dans une quinzaine de 
jours. 

■lwIbbIbiii, adj. Quinzi^me, nombre 
d'ordre qui suit immediatement le qua- 
torzieme. — Ti Vkwinzinm so Vliss: 
tu es le quinzieme sur la liste. — J'a 
deH kwinzinm divin Vintriprtss : j'ai 
deux quinziemes dans Tentreprise. — 
Vinvancion d-Vinprimriie ddtt di kwin- 
zinm siik : rinvention de Timprimerie 
date du quinzieme siecle. 

iLwiBBiBBftBftiB, adv. Quinzi^mementy 
en quinzieme lieu. 

iLwiprded , 8. Quiproquo , m6prise, 
inadvertance. — Vo fS di drol di kwt- 
prdcd : vous faites d'etranges quipro- 
quos. — Zi kwtpr6c6 d'apottkdr son dan- 
jreHk : les quiproquos d*apothicaire sont 
dangereux. 

■Lwtrlior, s. ^chappatoire , subter- 

TOKS II, 26 

Digitized by VjOOQ IC 



fuge, faux-fuyant, calembredaine, ali- 
bi forain ; ambages. — Kweri dd kwU 
Htur : conniller , chercher des echap- 
patoires , chercher midi k quatorze 
heures. 

iLwtrreM, s. Femiuin d^Kw^reft. 

■lwUm , s. Cuisse , partie du corps de 
Tanimal, de la hanche au jarret. — 
Ohai del kiviss : f^mur. — To touman,i 
s*a cacS Vhwiss: en tombant, il s'est 
casse la cuisse. — Kwiss di chivroi^, 
di single : cuisse de chevreuil, de san- 
glier. 

Kwitans^, V. (Ji kwitancaie, no kwi- 
tancan). Quittancer , donner quittance 
au dos , en liiarge d'un contrat, d'un 
memoire, etc. — KwiiamSde manda, dl 
pdl'emin : quittancer des mandats , des 
paiements. 

■LDviteBMs, s. Quittance, ecrit par 
lequel le creancier reconnait avoir re^u 
certaine somme d'argent ou autre ob- 
jet; recepisse, acquit, quitus. — Din^ 
kwitanss : donner quittance , donner 
quitus ; quittancer. — Ni pierd^ mdi'e 
to kwitanss : ne perdez jamais vos quit- 
tances. 

■Linii^, V. {Ji hwitiy no kwitan; ji 
kwiM), Quitter, se separer de quel- 
qu'un ; se retirer , abandonner, lecher, 
desemparer. — jttvii^ s'cdrtt : quitter, 
vider son appartement. — Kwit^ Van- 
droi : vider les lieux. — KwiU VpaX : 
quitter 16 pays ; emigrer , s'expatrier. 
— KmU Vmontti quitter le monde, 
embrasser la vie religieuse. — Fd bin 
kwiUpSr ^ m& kivan on s*mar^i€ : il faut 
bien quitter pere et mere quand on se 



marie. — KwiUVdre^tt vdi'e : quitter le 
chemin droit , s'ecarter de son devoir. 

— Li sacri capon a kvoite z'ft%m h s^- 
z-ifan pO'Z-aU awu n'/rikett : ce vil 
gredin a quitte femme et enfants pour 
aller vivre avec une grisette. — Kt 
kwitt It pdrtlie h Fpiett : qui quitte la 
partie la perd. — KwiU Vvcie : quitter 
la vie , mourir. — KwiU to se dretl, : 
quitter , ceder , abandonner tous ses 
aroits. — Ji v'kwitt sou k'vo m'div^i je 
vous quitte de ce que vous me devez. 

— KwiU to po s'din/ d Bondiu : quitter 
tout pour se donner k Dieu. 

^wii^ch, s. Action de quitter , aban- 
don ; remise. 

■LDviti, adj. Quitte, libere , delivre, 
debarrasse de... — Mi whin e kwitt di 
s'Ji, k'esS't'hdXe : mon voisin est quitte 
de son fils, qui est parti. — Si feum i 
kwitt di sHenn, k'on li a drdbS : sa femme 
est quitte de son cuvier , qu'on lui a 
vole. — F^ kwitt : s'acquitter. — Si fi 
kwitt d'on kaXd/blagueii: se defaire d'un 
importun hableur, sen depetrer. — Si 
f^ kwitt d'on kwdrjeH: s'en aller, se de- 
fausser d'une carte. — Fe hvitt ou dop : 
jouer h, quitte ou double. — Kwitt po 
kwitt, (^l di kwitt : nous sommes quitte 
k quitte , c'est quitte , il y a compensa- 
tion. — Kwitt I lick : franchement et 
quittement. 

■LDviit-«a-d«p, s. Va-tout, martin- 
gale, vade ou renvi de tout Targent 
qu'on a devant soi. — Jow/ kwitt-ou'- 
dop : jouer son va-tout, jouer k la mar- 
tingale. 

iLwiit-po-kwiu, s. Cri de la caille. 



L , s. Douzi^me lettre de Talphabet, 
neuvi^me consonne. — Inn grantt L : 
une L capitale , une L majuscule. — 
Inn pititei : une / minuscule. — Inn L 
al lonk crdXe vd cinkantt : en chiffre ro- 
main , une L vaut 50. 

I. ^ !.» pour 1^1, pron. Le ou la, re- 
gime ou complement direct d'un verbe. 
— PrindS'l ou prind/l : prenez-le ou 
prenez-la. — Din^ met: donnez-le-moi 
ou donnez-la-moi. — J^^ Vteit, ji VUmk: 
je le vois, je le regarde. — ^«//p maldtt, 
mi/iie? Nini, ji ni Vso nin : etes-vous 
malade , ma fiUe ? Non , je ne le suis 
point. — Efs vo k^i Vmaldttf niveHssf 



Awetf c'i mi ki Vi : est-ce vous qui etes 
la malade , ma ni^ce ? Oui , c'est moi 
qui la suis. 

!«•, adv. La, en ce lieu-1^, en cet 
endroit-la , dans cette place-la. — La 
d'zeiir, la d'zo, la d'vin, la kd: Ik-dessus, 
Ik-dessous, la-dedans, Ik-lmut. ^Mit^ 
la : placez-le la, placez-la Ik. — Ell i ko 
la k ell esteijt't-tr : elle est encore \k oh 
elle etait hier; elle est encore ibidem 
(ibid, et ib, par abreviation). — Di cial 
a la : d'ici 1^. — Rimitd c'hiiitai la la : 
remettez 1^ ce couteau. — AU/oHd'la^ 
bogtffoiif d*la : sortez de Ik , 6tez-vous 
de Ik. — Dikindihn ju d*la : descendez- 



Digitized by 



Google 



LAb 



— 407 — 



LAC 



moi de 1^. — Kifiv la? Que faites-vous 
la? — pj ind^ por la^ pacS por la : diri- 
gez-vous par la. passez par 1^. — Ci la, 
dss la : celui-lk , celle-lk , le susdit, 
ledjt. 

La , int. Bien ! Bon ! Tr^s-bien ! — 
La don ! YoJlk qui est bien , c'est cela, 
bon! 

L«, int. L^ ! Halte ! — Z«, c*esS't-ac/! 
La, suffit, c'est assez. — Za, la, ni 
v'mdvle'nin! Lh, Ih, ne vous fSchez pas ! 
— Av bin doirmou ? On p6j la I Avez-vous 
biendormi?L^,lk! 

i.a , adv. Vous savez ? Comprenez- 
vous? — a Vci lito m'pdrlt torate, la? 
C'est celui dont vous me parliez tantdt, 
vous savez? 

LA, s. La,sixi^me note de lagamme; 
troisieme corde de quelques instru- 
ments. —On Id dihSi on Id hdmol : un la 
diese, un la bemol. — A-t-on rmetou on 
Ida ci violon la ? A-t-on remis un la a 
ce violon ? 

Labaii , adv. C'est pour cela. Voy. 
AbAll. 

Lafbenr , s. Labour , facon qu'on 
donne k la terre en labourant ; culture, 
labourage, agriculture. — Chivd d'la- 
heur : cheval de labour. — DeHlzinm la- 
heur : binage , second labour. — F^ on 
pti laheur : bequiller , faire un petit la- 
bour. 

LAblHnit , s. Labyrinthe , complica- 
tion de detours ; petit bois coupe d'al- 
lees tenement entrelacees qu'on pent s'y 
perdre aisement ; dedale , chaos ; com- 
plication d 'incidents, grands embarras. 
— Le skrieit Von mHo% divin on Idhirintt 
d*afair^ hi ni sdret vnifoH : les hommes 
de loi I'ont engage dans un labyrinthe 
d'affaires , tel qu'il aura de la peine h 
s'en tirer. 
Labodale , S. Garbure. V. Kab^lale. 
LAb«d^ 9 V. (Ji lahodaie). Barboter, 
agiter I'eau ; patauger, remuer la boue, 
marcher dans Teau sale. — Di j6ni 
lann hi lahodet ditin on vuvt : des can- 
netons qui barbottent dans une mare. 
Labod^ h Lapoi^, v. Manger et boire 
grossi^rement , salement. — On-z-i 
d'gosU di Vvil' lahodJ sou hi magn : il 
mange de la mani^re la plus degoCl- 
tante. 

LAMratoir, s. Laboratoire, local dis- 
pose pour les operations de chimie ; ate- 
Hers gamis de foumeaux pour les dis- 
tiilateurs, confiseurs, limonadiers, etc. 
— Al/ss vH VldhOratoir di noss-t-Htni- 
tairtitS : allez voir le laboratoire de 
notre universite. 



Labour Ar. adj. Labourable, propre k 
etre laboure ; arable. — Noss komeunn 
a kwatt cin hekidr di tair labourdf: notre 
commune a quatre cents hectares de 
terres labourables.— On tiair labour df: 
un monticule labourable. 

Labour^, V. {Ji labor h ji labouraie, 
no labouran ; ji laboun^ei). Labourer, 
cultiver , defricher , remuer la terre , la 
fendre et la retourner. — Labour i n^jou- 
Mr : labourer une jach^re. — Labauri 
n*dt^zinm /He: biner, donner un se- 
cond labour. 

Labonrecb , s. Labourage , art de 
labourer la terre , culture ; agriculture ; 
agronomic, science agronomique.. — Tl 
a kwiU Vlabourech po s'fi sdmr : il a 
quitte le labourage pour 1 etat militaire. 

LaboareA, eA««, s. Laboureur, celui 
qui laboure la terre ; cultivateur , agri- 
culteur. — Satan laboured : savant 
agronome. — U$tHe di laboured: ins- 
truments aratoires. — Pa\' d* laboured: 
pays , peuple agricole. — Baikd d'/oir- 
Z'^/any &i Vrichess di labour eD^ : les en- 
fants nombreux et robustes font partie 
de la richesse du laboureur. 

liAeeii , s. Layette , tiroir d'armoire, 
petite botte; alveole. — On kofadeit 
Idceit : un coffre a deux layettes. — 
Ldcett d'on molin i kafet : petit tiroir 
d'i:^n moulin k cafe. 

Lacb, s. L^che, poltron, sans hon- 
neur; pagnote, pleutre. — 1 fd-Uesi 
lack d'abdnn^ si Kamirdtt : il faut $tre 
l{lc,he d'abandonner ses camarades. 

LAch, adj. Large, qui a de la largeur ; 
ample , spacieux. — Mi chapai k*i tro 
Idch, ji Vfret rastreMi: mon chapeau 
est trop large, je le ferai retrecir. — Pu 
lo7i k*ldch : plus long que large. — Noss 
chanb k'i di pi Idch : notre chambre a 
dix pieds de largeur , a dix pieds de 
larffe (1). — Voss teHl a inn 6nn i n'kwdtt 
di Idck; votre toile a cinq quarts de 
laize. — Avu n'ldck konsiainss : avoir la 
conscience large , etre peu scrupuleux. 
— H esS't'Oci Idck ki Ion : la chance est 
la mSme, c'est queussi-queumi. — Tap^ 
Vouh to-i'd Idck : ouvrir violemment la 
porte (2). ~ Tapd d Idck : alarguer, 
prendre le large; deriver. — Louki to 
Idck: Stre etonne, ebahi. — Qna-t-a 
gran Idckac^: il y a largement ce qu'il 
faut. 

Lacb^ , V. {Ji lack , no lackan ; ji 
lackret). Lecher, laisser aller, aban- 
donner, laisser 6chapper. — Lackd on 

(I) ...«fl dix pied* largi, incorreetkw. . 

(8) Jittr la forU tout a«t Urgt, fr^atnl wallonwine. 



Digitized by 



Google 



— 208 — 



LAI 



LAI 



prttontr: llcher un prisonnier. — Li 
chin atrapa Vsingli po Voreie^ si n^ Via- 
ehorUi nin : le chien attrapa le sanglier 
par Foreille, et il ne demordit point. 

LachniM , adv. Lachement , avec 1&- 
chete ; bassement, honteusement, d*une 
mani^re avilissante , sans coeur et sans 
honneur. — Kori hdXe lachmin : s'en- 
fuir lUchement. — / traXha lachmin 
s'kamhdti : il trahit llchement son ami. 

liAchniii, adv. Largement, ample- 
ment, liberalement , grandement. — 
On Va pdt Idchmin : on Ta paye large- 
ment, genereusement. — Vo-z-^sti Id- 
chmin logi : TOILS ^tes spacieusement 
loge. 

i«a«ii<^, s. L&chete, action honteuse, 
manque de courage ; poltronnerie , pa- 
gnoterie. — Fh-i n'/eum , c'ess-t-inn 
lachUx c'est une llchete que de frapper 
une femme.— On s'dizonor par li lachU: 
on se deshonore par la lUchete. 

liAflach, s. et adj. Tetonni^re, tenne 
populaire et grossier pour designer une 
femme qui a beaucoup de gorge; femme 
libidineuse , ribaude. — Ji n'voreUt nin 
n'feum imi^ ell e iro lajlachije ne vou- 
drais pas pour femme une tetonni^re 
comme cello -1^. 

i^aflachniM, adv. Lascivement,d*une 
maniere lascive ; luxurieusement. — 
Si sUintCy louki, dans^ lafiachmin : eten- 
dre ses jambes , regarder , danser las- 
civement. Voy. i^osniiii. 

liAflachr^ie , s. Lascivete , forte pro- 
pension h. la luxure. Voy. i«o«ir^ie. 

i«asueaiiii, s. Lagunes, petits lacs 
dans les lieux marecageux. — L^ la- 
gucunn di V^niss : les lagunes de Venise. 

i«aii, s. Laisse. Voy. ^-lah. 

LA-hd, adv. En haut. — MonUla-hd: 
aller en haut , monter. — DimoHr inn 
mohonn dispdXe la-h6 Idvd : demolir une 
maison de haut en bas, de fond en 
comble. — ^ noss la-hd : k notre pre- 
mier etage. 

i«ai, aiit, adj. Laid, difformCi defl- 
gure, mal fait, mal bati. — Vola n^sakoi 
dlai : voilkquelque chose de vilain, de 
hideux. — Si /He ess-t-inn laitt hdcel 
h'on n'h^ nin : sa fille est un laideron 
qui n'est pas sans agrement. — C'Vw- 
t'Onck'i/ameHsmin lai : c'est un homme 
laid en cramoisi. — F^pu lait divni lai : 
enlaidir, rendre plus laid, devenirlaid. 
— / fai lai : le temps est fftcheux , 
desagreable. — Zi tin h'eai-i-d lai : le 
temps est k la pluie. — Li/eumj si 
jalott di le^ bait/, si /et sovin pu laitt 
po s^ le mdte : les femmes , si jalouses 



deleur beaute, se deforment souvent 
pour suivre la mode. 

i^Aideftr, s. Laideur. Voy. i«aiii«i^. 

liAlm-^pAVe, s. et int. Soucis, in- 
quietude ; melancolie. — A^^ Vfan nin 
tvHrmHi , il e plin dlaim'^-pdi'e : ne le 
tourmentons pas, il est plein de soucis, 
il est soucieux, pensif, chagrin, melan- 
colique. — Laim-i-pdXe ! Laisse-moi en 
paix 1 

liAlnii, s. Laine, poil frise des mou- 
tons ; 6taim. ~ Zatnn di Diss : laine de 
Diest. — Oross latnn : abat-chauvee , 
laine grossiere. — Zai«« natural : beige. 

— Hdsplaie, lonhai d'lainn: echeveau, 
pelotte de laine. — De chdss , di honet 
d' latnn: des bas, des bonnets de laine. 

— Flop di latnn: flocon, touffe de laine. 

— Vola del latnn A? com inn sdXe : voili 
de la laine qui est bien soyeuse. — LavS 
U latnn: degorger les laines. — Mar- 
chan d'latnn : lainier , marchand de 
laine. — Fi dvin le latnn : faire le com- 
merce de lainage. — P/gnt del latnn : 
houpper de la laine. — Biess a latnn : 
betes k laine, animaux laniferes. — 
Zatnn di berbi : toison. 

liAtmi, adj. Lente. — Mipti k'a Vftv 
latnn : mon petit est atteint de la fievre 
lente, de la fievre muqueuse. 

i^ainnech, 8. Lainage, marchandise 
de laine , commerce de laine. — El fai 
dvin riatnnech: elle fait le commerce de 
lainage. 

i^alniir^ie, s. Lainerie, toute sorte 
de marchandise de laine. — Zi latnn- 
reie s'a bin vindou al f6r : la lainerie 
s'est bien vendue a la foire. 

liAinneik , ejk«« , adj. Laineux, qui a 
beaucoup de laine. — Le mouton di c'pai' 
la son pu lainneH k'dttpd : les moutons 
de ce pays-1^ sont plus laineux qu'ail- 
leurs. — Voss sitof i foir latnnei^ss : 
votre etoffe est fort laineuse. 

i^ainnl, s. Lainier, ouvrier en laine. 

i.aip, s. Cep de vigne, pied devigne 
en espalier ; trellle. — No-z-avan a noss 
meiir inn laip ki poitt inn bonn sdr di trok: 
nous avons en espalier un cep de vigne 
qui porte une bonne esp^ce de raisins. 

i«aite«h, s. Laitage, le lait, ce qui 
vient du lait , ce qui se fait avec le lait, 
comme beurre, creme, fromage. — Cer- 
tin joH d'kwarem , li laitech i d'findou : 
certains jours de careme , le laitage est 
defendu. 

i^Aiiin, s. Laitier, matiere semblable 
au verre, qui nage sur le metal fondu ; 
scorie. — Zi laitin di plonh h'i/ondou : 
le laitier du plomb fondu. 



Digitized by 



Google 



209 — 



LAK 



LAM 



i^aAUmUi , s. LaideuT , difformit^ , de- 
faut remarquable dans les proportions, 
les formes ou les couleurs.— Zt laitisU 
(Ton krapd : Taspect hideux d'un cra- 
paud. — Si laitisU fat kdzi sogn : sa 
laideur est de nature a faire peur. 

i.«Ur^le, 8. Laiterie, endroit ou se 
conserve le lait et se fait le laitage. — 
Ditin nUaitrHe, i dM todi fi net h bin 
/riss: une laiterie doit toujours etre 
propre et bien fraiche. 

M^miUj s. Mefait, mauvaise action. — 
/V di laitt : mefaire , faire des actions 
bl&mables, reprehensibles. 

i^aittmin, adv. Vilainement. Voy. 

▼llMlnmiilii. 

E.«k , s. Lac , grande etendue d'eau 
environnee par les terres. — Gna d^ 
b<m^ tritte e lak di Gknef : le lac de Ge- 
neve renferme d'excellentes truites. 

i^ak, s. Cire d'Espagne, composition 
de laque, etc., qu*on forme en petits ba- 
tons pour cacheterles lettres, paquets, 
etc. — Kachten'lett avou del lak: cache- 
ter une lettre avec de la cire d'Espagne. 

i««k, s. Laque, vemis de la Chine ou 
noir ou rouge. — Vierni , lusM avou de 
hai lak di Chinn : vernir, lustrer avec 
du beau laque de Chine. 

Lakai , s. Laquais , valet de livree. 

— Gran lakai: estafier, grand laquais. 

— Piti lakai : laqueton , trottin , petit 
laquais ; jockey. — Minti com on lakai : 
mentir comme un laquais , mentir avec 
impudence , mentir habituellement. 

i««k^, V. (Ji lak e ji lakaie), Enduire 
de laque. — Zakd di hotHe : coiffer des 
bouteilles avec de la laque. 

i,«k^, V. Vernir. — Di soU lak^ : 
souliers vemis de laque. 

LAk^, V. {Ji Idk), Lacher, detendre, 
desserrer , debander. — Ciss coitt la 
tinguel tro foir , i Vfd Itki : cette corde 
est trop tendue , il faut la lecher. — 
Ldkd n*viceie : relUcher , desenfler une 
vessie. — Votreg Idk: Touvrage chdme, 
manque. 

i^Ak^, Ale, adj, Lache, peu tendu, 
desserre. — Voss cdrset i IdkS: votre 
corset est detendu. 

LUkech, s. RelSchement. — Li Idr 
keg di coitt d'inn instrumin : le relSche- 
ment des cordes d'un instrument. — 
Ldkeg d'ovreg : stagnation, interruption 
de travail. 

i^akeA, eAsM, adj. Laqueux, qui est 
de la nature ou de la couleur de la 
laque. — IngrSniain lakeii : ingredient 
laqueux. — G6m lakeilss: gomme la- 
queuse. 



LAkennii, s. Lacune , interruption, 
vide, manquement. — On<^ trove n'ldn 
keunn divin ci ddkumin la: on a trouve 
une lacune dans ce document. 

i^aknoftiM , s. Tournesol , poudre 
bleue pour colorer Tempois. — Fd del 
lakmoHsspo mett i hleUt : il faut du tour- 
nesol pour faire de Fempois. 

Laksan, antt^ adj. Laxatif, qui a la 
vertu , la propriete de l^her le ventre. 

— On rmStt laksan : remade laxatif. — 
Titienn laksantt : tisane laxative. 

Lakt^, V. (Ji laktaie), Cacheter avec 
de la cire ; sceller. — Lakt^ ci paket la 
com ifd : cachetez ce paauet soigneu- 
sement. — Laktff di hokdt di confite^: 
cacheter , coiffer avec de la laque des 
bocaux de confitures. 

i^akteck , s. Action de cacheter. — 
I^i roHvt nin Vlakteg di boteie di Ckan^ 
pagn : n'oubliez pas de coiffer les bou- 
teilles de Champagne. 

i««kteft , eJksM, s. Celui qui cachete, 
qui coiffe des bouteilles de liquide. — 
Li lakteUt, 8^ Vtonnlt : celui (jui coiffe les 
bouteilles suit celui qui retire le vin. 

i«aiir-iaia, s. La meme chose. — FS 
soula dHnn mantr ou d-Vdtt , c'i todi 
laltr-lala : faites cela d'une maniere ou 
d'une autre , cela revient au meme. 

Lam , s. Lame , fer d*un instrument 
tranchant ; javelot, javeline. — Lam di 
koHtai : lame de couteau, allumelle. — 
Lam a deii tiian : lame k deux tran- 
chants. — Lam k'i hdrdaie, ki dispon- 
tiie : lame ebrechee , epointee. — Lam 
d'ipiie : olinde. 

liAin , 8. Miel, sue doux des abeilles. 

— Wastai d'ldm : gateau , gaufre de 
miel, rayon de miel. — Cdkme di Idm: 
rayon de miel. — On goss di lam : un 
goAt mielleux. — DoH, com del Idm: 
doux comme miel. — Ldm d violett: 
miel violat. — Ldm al rdss : miel rosat. 

— Plaki del ldm so n'sacoi : enmiieUer 
quelque chose, Tenduire de miel. — 
Jfeit del ldm divin nHiketr : emmieller 
une liqueur. — Mett del ldm al bok : 
donner, vendre du gabbanum ; affrian- 
der , affrioler ; donner de I'eau benite 
de cour, Jeter de la poudre aux yeux, 
fasciner les yeux, allecher, presenter 
des allechements ; employer des pa- 
roles emmiellees. 

LAm, s. Larme, goutte d'eau qui sort 
de Toeil ; pleur. — Avu le ldm d-z-oMe : 
avoir leslarmes aux yeux, avoir les 
yeux larmoyants ; etre affecte d'un lar- 
moiement. — Tap^ di ldm : larmoyer, 
verser des larmes. — Tap^ di ldm gross 



Digitized by 



Google 



— 2io — 



LAN 



LAN 



^om de pe^ : verser mi ruisseau, un tor- 
ipent de larmes , verser des pleurs en 
abondance , pleurer k chaudes larmes. 
— II a todi U Idm d-z-oHie : il est atteint 
d'une humeur lacrymale. — Li Um, ci 
Vlokinss di feum : les larmes sont Telo- 
quence des femmes. — Ni f^ nin viersS 
di Urn, li Bondiu U hontt : ne faites pas 
verser des larmes, Dieu les compte. 

LAmd, s. Lama oulahma, petit cha- 
meau sans bosse , quadrupede rumi- 
nant du Perou. 

Lamai, s. Billot, b^ton qu*on met 
au cou des cochons pour les empecher 
d'entrer par les haies; palonnier. — 
Avon s'lamai , on poursai n'sdreH frohi 
n'hdl'e: quand il a son billot, un cochon 
ne peut forcer une haie. 

i^amanech, s. Lamanage , travail, 
profession des pilotes lamaneurs. 

liamAiicih, s. Lamaneur, pilote-cdtier 
aui connait particulierement Tentree 
a'un port et qui y dirige les vaisseaux ; 
locman. 

liAmeun, d. Lamine, commune du 
catiton de Waremme , a 51/2 kil. de 
cette derni^re ville. Pop. 340 habitants. 
Sup. 317 hectares. 

i^ant, s. Lamier, ouvrier qui fait des 
lames. — Acht^ n'lam di koMai a on 
lami : acheter une lame de couteau k 
un lamier. 

M^amin^ , V. {Ji laminate). Laminer , 
donner k une lame de metal une epais- 
seur uniforme. — ZamM d^ plonk : la- 
miner du plomb. 

i«aniiueeii, s. Laminage, action de 
laminer. — Piit Vlaminech d'on hoket 
d^fiair : payer le laminage d'une piece 
de fer. 

liAiniueft, s. Laminoir, machine, cy- 
lindres pour laminer ; ouvrier employe 
au laminoir. — Pac6 on hdrai d'fiair i 
lamineH: passer une barre de fer au 
laminoir. 

Lamkemi , s. Basque , pan d*un 
habit. — Ji tnSfle deH lamkenn di m'/rak 
po nin m'sipitS : je tenais les deux pans 
de ma redingote pour ne pas m'ecla- 
bousser. 

i«amonUB«to , s. Lamontzee , com- 
mune du canton d' Avenues , k 11 kil. 
de Huy. Pop. 360 hab. Sup. 395 hect. 

I^anbalr 6 ■.anblel, s. Lambert, nom 
d'homme. — Sin-Lanbair i Vpatron de 
paX d^Ltch : Saint-Lambert est le patron 
du pays de Liege. — Li cokrai d'Sin- 
Lanbair esteM--d Ihai d*li stadel : le coq 
du clocher de Tancienne eglise de St- 
Lambert etait au niveau de la citadelle. 



liiiBbiermbn, 8. Lambermont, com- 
mune du canton de Spa , a 2 kil. de 
Verviers. Population 1150 hab. Sup. 
311 hectares. 

i^anbri , s. Lambris , revetement des 
murs. — Di lanbri d'chdgn, di sapini 
des lambris de chene , de sapin. — 
3fett dd lanbri : lambrisser. — Fd lan- 
bri : lambris feint. 

Lanbri, I«Anbrlh^, I«anbrlbl, V. {Ji 
lanbrik e ^i Z^wJriA^i^). Lambrisser, re- 
vetir de lambris. — Lanbrihi avou di 
planch inn chanb po doirmi: lambrisser 
de bois une chambre k coucher. 

liAobribech , s. Lambrissage , ou- 
vrage de celui qui a lambrisse. — Li 
lanbrihech divosssdl a KosU di-z-aidani 
le lambrissage de votre grande salle 
a codte de Targent. 

Lanbarkin , s. Lambrequin , decou- 
pure de bois ou de tdle , imitant le cou- 
til et couronnant un pavilion , une 
tente , un store. — Li UnburUn dHnn 
gloriett : les lambrequins d'un pavilion. 

liABfan, aiiii, adj. Lancinant, qui 
se fait sentir par elancements. — M^ 
lancan: mal lancinant. — DoleUr Ian- 
qantt : douleur lancinante. 

i^an^an , ant I, adj. A ressort. — Sir 
lancantt : serrure k ressort. 

£aneeH, s. Lancette, instrument de 
chirargie pour saigner , pour percer un 
abces , etc. ; phlebotome. — Dind on k6 
dlancett : donner un coup de lancette. 
— Lancett a rs6r : scariflcateur. 

i.anci, s. Lancier , cavalier arme 
d'une lance. — • Li land, c'ess-t-on hai 
r^gimin : les lanciers forment un beau 
regiment. 

Lan«i, V. {Ji lanciie). Lancer, jeter 
avec force ; darder, decocher, faire par- 
tir. — Land n'ptr al tiess : lancer une 
pierre k la tete. — Vo It avi land on M- 
d'o^U di mdvasUi vous lui avez lance 
un regard de colore. 

i.anct, V. £)lancer, ressentir des elan- 
cements. — Mi blan de^ m* lanciie : 
mon panari m'elance, me cause une 
douleur lancinante. 

i.an«t, V. Divaguer. — Kori e land : 
vaffabonner ou vagabonder, courir la 
pretentaine. 

i«nndamann , s. Landamman , pre- 
mier magistrat dans quelques repu- 
bliques de la Suisse. — On Va cMzi po 
landamann : il a ete elu landamman. 

i^andegrAf, s. Landgrave, comtedu 
pays , titre de quelques princes d'Alle- 
magne.— Zt landegrdfdi Hem le land- 
grave de Hesse. 



Digitized by VjOOQ IC . 



— 211 



LandefrAnft, s. Landgraviat , pays 
soomis a un landgrave. 

■<«ii4eiiii h Lanlt-Fem^le , S. Lan- 
den , commune et chef-lieu du canton 
dece nom, k 35 1/2 kil. de Liege. Pop. 
800 hab. Sup. 780 hect. — Sintt-GUrou 
e vnow d montt a Landenn : Sainte-Ger- 
trude est nee h Landen. 

liMideiiii, s. Landnne, commune 
du canton de Heron, h. 13 1/2 kil. de 
Huj. Pop. 950 hab. Sup. l277 hect. 

il«ndd, s. Landau ou landaw , voi- 
ture a (^uatre roues, dont le dessus est 
forme de deux soufB^ qui se replient 
k volonte. — Li Baroness s^a pormin^ 
dvin on to no^ landd : la Baronne s'est 
promenee dans un landau tout neuf. 

— D^ bat landd: de beaux landaux. 
■.andwAir, s. Landwehr , troupe de 

ligne auxiliaire en Prusse. — Li land- 
wair a rcH 6r d^ roU: la landwehr a 
re^u ordre de marcher, a ete mobilisee. 

■^aaffOB^I^, S. Agonie. V. Anson^le. 

E.«iisoMi, V. (Jilangonih), Agoniser, 
etre a Tagonie , in extremis. — Kwan 
ya^t-ariviy li maldtt langoniluff: quand 
je 8uis arriye, le malade agonisait. 

■^BKoniban, anil, adj. et s. Agoni- 
sant , qui est h, Tagonie. — On n*espair 
pu, ell i langonihantt : on n'esp^re plus, 
elle est agonisante. 

■.anftueiiir, s. Langueur, abattement, 
ennui, phthisic, marasme, cachexie. — 
Mori dlanguei^r : mourir phthisique , 
mourir en langueur, de langueur. 

i«Aii9aii|diin , s. Deperissement. — 
Ess el languidOnn: Stre perdu, flambe, 
d[ans la detresse, en deconfiture. 

i«Aat, s. Lanier, espece de faucon. 

— On mdi'e Idni : laneret , faucon mSle. 
LAst e LAnir , s. Lani^re , sorte de 

courroie longue et etroite. — - Li Idntr 
d^inn korih: la lani^e d*un fouet de 
charretier. 

&.aBk, s. Langue^ langage d*une na- 
tion ; dialecte, idiome. — Li lankfran- 
cess, latennj grik\ la langue fran^aise, 
latlne, grecque. — Lank mdternd : lan- 
gue matemelle. — Lank Hringtr : lan- 
gue etrangere. — Moitt lank , lank 
vtkantt: langue morte ou langue an- 
cienne , langue vivante ou langue mo- 
deme. — Li sintt lank : la langue sainte, 
la langue hebraique. — Acs^gnt le la7ik : 
enseigner les langues, — Maiss di lank; 
mattre ou professeur de langues , qui 
enseigne k parler , k ecrire une langue. 

— S'akdinea VUude de lank : s'adonner 
a Vetude des langues , k la philologie, 
etre philologue, faire des etudes philo- 



Li^N 



logiques , etudier la linguistique, deve- 
nir Yva^x^X^. — Dikcionairdi^re'^ lank, 
di kwdit lafikf di pluzieUr lank : diction- 
naire triglotte , tetraglotte , poljglotte. 

— L^'Z-Apdtt kinoki U lank : les Apd- 
tres avaient le don des langues. — 
L'arap pass po n'mSr lank : Tarabe est 
considere comme une langue m^re ou 
langue matrice. — On n'sdreH co dtr k^ 
i Vprumt lank k'on-z-a pdrU : on ne 
sait pas encore quelle etait la langue 
primitive, la langue originelle. — Li 
muzikf c'^ Vlank de Paradi: la mu- 
sique est la langue des Dieux. 

■^Annrech, s. Larcin, volerie; escro- 
querie ; la chose derobee. — Bll ess- 
t-amitow d'on Idmireck : elle est accusee 
d'un larcin. — On doit Idnnreck : un 
doux larcin, baiser derobe k une femme. 

■.AnnresM , s. Larronnesse , voleuse, 
celle qui a vole , qui vole souvent , qui 
derobe ; qui se fait payer plus qu'on ne 
lui doit. — C'ess-t'inn Idnnress d'oneHtr : 
c'est une medisante, une calomniatrice. 

i^anp, s. Lanterne , boite transpa- 
rente pour renfermer une lumi^re ; tor- 
chere. — Lanp di koui'eH: lampe de 
mineur. — Lanp di moir, lanp di wahai : 
lampe sepulcrale. — E sprint t ^ moki, 
distinte inn lanp: allumer, moucher, 
eteindre une lampe. — I fai d^ lanp: 
c'est un lampiste. — Poirteib d'lanp al 
porsecion: lampadophore d'une proces- 
sion. 

i.aup-di-baiai , s. Fanal , grosse lan- 
terne dont on se sert sur les vaisseaux. 

— Batai a de^ lanp : b^timent de mer 
k deux fanaux. 

■.anp-di-nnii , s. Veilleuse, petite 
lampe qu'on laisse br(Uer de la nuit 
dans une chambre k coucher ; la m^che 
meme d'une veilleuse. — Mi lanp'di- 
nutt s'a distindou: ma lampe de nuit 
s'est ^teinte. 

i^anp-di-pdr, s. Phare , feu allume 
sur une tour k Tentree d'un port ; la 
tour elle-meme. — No fovH loumd par 
li lanp'di'pdr : nous fiimes eclaires par 
le phare. 

i^anpt, s. Lampiste, ouvrierqui fait 
et vend des lampes. — C^ Vmeieit lanpt 
de pa'i : c'est le meilleur lampiste du 
pays. 

lianpion, s. Lampion, petit godet de 
terre, de fer blaac ou de verre pour 
illuminer ; vase de verre au milieu 
d'une lampe d'eglise, — Mett d^ Ian- 
pion a s^Jigness a VoneUr de Roi : placer 
des lampions k ses croisees en I'hon- 
neur du Roi. 



Digitized by 



Google 



212 — 



LAN 



LAP 



i««nponeU, s. Lampe commune de 
fer blanc , vase pour mettre de Thuile 
et une meche pour eclairer. — Bitss di 
lanponett : lamperon, tuyau ou bee de 
lampe — Koton d'lanponett : m^che de 
lampe. — Bdl al lanponett : bal popu- 
laire , bastring^ue , guinguette. — §na 
pu d'Vdl ^ Vlanponett : il n'y a plus 
d*huile dans la lampe, se dit d'une per- 
sonne qui se meurt d'epuisement , dont 
les forces naturelles s'eteignent. 

i««npariii, s. Ferblantier, qui tra- 
vaiUe en fer blanc ; lampiste , lanter- 
nier. — Li hotik d'on lanpurni: la bou- 
tique , Tetalage d*un ferblantier. — 
AchtS on rmoui'e^ amon on lanpurni : 
acheter un arrosoir chez un ferblantier. 

i«AB«kinei, s. Lansquenet, jeu de 
hasard aux cartes. — Ji nvou nin jowd 
d lanskinet: je ne veux pas jouer au 
lansquenet. 

i««ii«Hiiu, s. Elancement, battement 
douloureux , doaleur lancinante ; coup 
poignant. — J' a de lansmin ^ I' Hess hi 
m'ji so : je sens dans la tete des elance- 
ments qui m'etourdissent (1). 

Lanspiine, V. {Ji lansplinaie) , Lam- 
biner. Voy. i^onsin^. 

i«au0« , s. Lance, arme d'hast k long 
manche et fer pointu; framee. — Li 
lanss d'on cdzak : lance d'un cosaque. 
— Lam di lanss : fer de lance. — TouwS 
n*atnnmi d'on kC d' lanss : tuer un enne- 
mi d'un coup de lance. — Batriie al 
lanss : joute de lance. 

i^anteir, s. Lanteme, petite roue 
formee de plusieurs fuseaux dans la- 
quelle engrainent les dents d'une autre 
roue. — Lh lantair dHnn ouhienn: les 
lanternes d'une usine (mecanique). 

Lanill, s. Lentille, legume dont la 
graine , petite , ronde , plate et de cou- 
leur roussatre , est employee comme 
aliment. — Del sop d lantil : potage aux 
lentilles. 

■.aniiB e liontin , 8. Lantin , com- 
mune du canton de Glons , k 6 1/2 kil. 
de Liege. Pop. 360 hab. Sup. 332 hect. 

i^AMtam^, V. Lanterner. V. i^onsin^. 

Lanwi , V. {Ji lantvih , no lanwihan), 
Languir, etre en langueur, maladie qui 
consume peu k peu; souffrir longue- 
ment, attendre impatiemment, esp^rer 
depuis longtemps. — FS lanwi n'sakt : 
faire attendre impatiemment quel- 
qu*un, lui faire tirer la langue d'un pied 
de long. — Lanwi aprh n'Mtech : aboyer 
apres un heritage. — Vd mi d'touw^ 

(1) L»*c*m*nt nVtl pat franfais. 



n'biess hi dh VIH lanwi : mieux vaut tuer 
un animal que de le laisser languir. 

i^anwihaii, anU, adj. Languissant, 
qui languit ; debile, langoureux, denu6 
de forces. — Avu n'lanwihanit tQssi 
avoir une vieillesse languissante. — RM 
to le-z-db hi son lanwihan : ari*acher tous 
les arbres qui sont languissants. 

■.ABDvihauniiii , adv. Languissam- 
ment , d'une mani^re languissante ; 
langoureusement,, sans activite, sans 
vigueur. — Kom i rott lanwihanminl 
i peh d viair : comme il marche lan- 
guissamment I il s'en va mourant. 

Lanwiheeh, s. Action de languir; 
langueur. — A ^tante an , li vHe tCI pu 
ICon lanwihech : k quatre-vingts ans, on 
ne traine plus qu'une vie languissante. 

■.anwisM , adj. Languissant. Voy. 
■^anwlhan. 

liApA, s. Mefait , peche. — Fd KHl 
di'e on gro lapd so li stoumik ! Faut 
qu'il ait la conscience bourrelee d'un 
vif remords ! 

Lap^, V. {Ji lap 6 ji lapaie). Laper, 
boire en tirant Teau avec la langue. — 
Noss chin a lapi so Vmoumin on s'poul^ 
bak di Ucai : notre chien a lap6 en un 
instant line jatte de lait. 

i^apeeh, s. Action de laper. — Po 
Vlapech , pdrUm di cochin la : pour la 
maniere de laper , parlez-moi de ce 
chien. 

■.apeii, s. Lavage, eau claire. — Beiir 
del lapett di chin : avaler une boisson 
faible. — Si hafet, ci n*i k*del lapett : 
son cafe n'est qu'une lavasse , qu'une 
frustratoire. 

i«Apeft,reM, s. Animal qui lape. 

— Voss leh, c'i Vlapress d^on dial : votre 
chienne lape avec une avidite exces- 
sive. 

■.Apid^, V. {Ji Idpidaie). Lapider, 
tuer k coups de pierres. — Sin-Stienn 
a stu Idpid^: Saint-fitieune a ete lapide. 

■.Apidech, s. Lapidation, action d*as- 
sommer quelqu'un k coups de pierres. 

— L^ Jwiffi mori par li Idpidech: les 
Juifs punissaient de mort par la lapi- 
dation. 

LapiB, s. Lapin, quadruple herbi- 
vore k longues oreilles ; agouti , lapin 
d'Amerique. — On mdl'e lapin : bou- 
quin , lapin m«Qe. ■— Frumel di lapin : 
lapine , lapin femelle. — Jdnn lapin : 
lapereau, petit du lapin. — Tr6d' lapin : 
terrier de lapin , rabouillere , halot. — 
Hap^ de lapin d less : coUeter des la- 
pins , prendre des lapins au collet. — 
Siervi n*cop di jdnn lapin : servir une 



Digitized by 



Google 



— M3 — 



LAR 



LAS 



accolade de lapereaux. — FrikaqaiU di 
lapin : gibdotte » fricassee de lape- 
reaux. 

liApiM h i.ap«MM, s. Brouet clair. 
Yoy. um^u. 

M^mpmrnm , s. Laiteron ou laceron, 
plante laiteuse bonne aux lapins. — De 
lapinnoi^d lapson: des lapins nounis 
de laiteron. 

wJkTy s. Laer, commune du canton de 
Landen , k 40 kil. de Liege et 29 kil. de 
Huj. Population 320 habit. 3uperflcie 
318 hectares. 

i.Ar, s. Lardy graisse du pore, du 
marsouin , de la baleine , etc. — Ranss 
lir : lard ranee. —Bakon (mfiig di Idri 
fltehe ou barde de lard , quartier de 
lard. — Chhmaie di Idr: tranche de 
lard rdtie. — Pelott, fenn trinch di Idr : 
IsrdLTe de lard. — J'ott soula kom inn 
v6tt d Idr : je sens cela yenir de loin ; 
je sens de loin la fricass6e. 

LArd^, V. {Ji Idrdaie), Larder, pi- 
quer de lardons ; harder. — Ldrd^ on 
A/: larder un lievre. — Zdrd^ n'sakt: 
le piquer k coups d'epee ; le rosser. 

lUU^^eh , s. Action de larder. — Li 
Idrdeg don boket d'vai: la maniere de 
larder une pi^ce de veau. 

i«ardea ^ s. Lardoire , brochette pour 
piquer et larder la viande. — On Idrde^ 
d'boi , dijiair : une lardoire de bois , de 
fer. 

LardUM , s. Lardon , petit morceau 
de lard introduit dans la viande ayec 
one lardoire. 

i««-R^ , s. La Reid , commune du 
canton de Spa , k 9 kil. d^Aywaille et 
13 kil. de Verviers. Pop. 1850 hab. 
Sup. 3427 hect. 

EArgesa h LarscdM, s. Le, largeur 
d*une etoflte entre ses deux lisieres; 
laize , difference legere avec la largeur 
eontenue. — Vo gordenn on tre^ Idrgess 
^ dmHe : vos rideaux ont trois les et 
demi de largeur. — Dimaie Idrgess: 
demi-le. 

i.ar«ear^ s. Lai^ur, dimension en 
large, dimension moyenne de Tetendue; 
ampleur. — Zi Urg&S^ d*inn row , d'inn 
pess di Mil : la largeur d'une rue, d*une 
piece de toile. 

LAHp, s. Pauvre femme, qui est 
dans une condition penible , servile. — 
El seret tote si vHe inn p6v Idrip : elle 
sera toute sa vie une pauvre infortunee. 

E.araii , V. (Ji Idrmaie). S'elargir en 
dehors, en parlant d*une ouverture de 
fen^re. 

I, 8. Larmoiement, 6coule- 



ment de larmes involontaire et conti- 
nuel. -^ Li Idrmech ess-t-on senn di rau- 
vioiil : le larmoiement est un des symp- 
tdmes de la rougeole. 

i^aroieMntaeioii , s. Lamenta